Chat du 04 décembre 2013 avec Jean-Philippe Zermati

04/12/2013 (19:07) katjak Bonsoir j essaie de suivre la methode depuis quelques semaines mais ayant des problemes d'arthrose je voudrai essayer la methode sans lait et sans gluten car je dois absolument perdre du poids et trouver des solutions plus naturelles que les ains et les piqures pour me soulager mon rhumatologue pense que cela ne vient pas de laimentation cependant je sais que jai une sorte daddiction aux laitages est-ce deraisonnable de supprimer les laitages et le gluten cela va til creer une restriction cognitive ? Bonjour katjak, Il n'y a pas à ma connaissance de relation entre l?arthrose et la consommation de laitage ou de gluten. Je vous invite donc à ce sujet à prendre en compte les conseils de votre rhumatologue. Quant à votre "addiction" aux produits laitiers, les retirer ne ferait effectivement que l?aggraver et augmenter le phénomène de restriction cognitive. Plutôt que de tenter de supprimer ou de manger compulsivement les aliments qui vous mettent en difficulté, nous vous proposerons de réapprendre à les manger en utilisant vos sensations alimentaires. Vous verrez que c'est une voie bien plus prometteuse et épanouissante. Bon courage. JP
04/12/2013 (19:12) Minouchette Bonsoir, voilà une semaine que je me suis inscrite et que j'applique les principes de la méthodes et il faut dire que ça se passe plutôt bien ! J'ai déjà un peu dégonflé c'est flagrant ! Mais voilà ce week-end j'ai eu une compulsion alors que je n'en avait pas du tout envie. Je m'explique : je me suis mise à dévaliser le frigo et les placards alors que les aliments me paraissaient sans gout, fades, j'avais mal au ventre, bref j'avais clairement envie de vomir mais j'ai continué mon petit rituel et n'est pas laissé une seule miette... Mais pourquoi ai-je fais ça ?? Je ne sais pas. Je suis dégoutée. De plus, les lendemains de grosse compulsion ont dirait que j'ai pris 5 kg ! Est-ce du à de la rétention d'eau ? Et je me demandais, voilà 2 ans que j'ai des compulsions alimentaires gigantesques environs 4 à 5 fois par semaine et si on étale le nombre de calories que j'ingurgite sur une semaine ça me fait environ 3 000 voir parfois 4 000 calories par jour! Pourtant durant ces deux ans je n'ai pas énormément grossi ( plus ou moins 5 kilos), j'en conclu que on set-point et plus bas que ce que je pensais et du coup quand j'écoute mes sensations alimentaires ne serait-ce que 1 semaine je maigris brusquement, pourtant actuellement (je suis plus grosse que d'habitude) j'ai un poids tout à fait normal et personne ne me voit comme grosse, sauf moi... Il y a un ans j'ai appliqué la méthode durant un mois ( je me sentais libérée et très très bien dans ma tête) et j'avais perdu 6 kilos ! Le jour ou je suis montée sur la balance et que j'ai vu ça j'ai rebasculé dans les crises de boulimie. Voilà j'en suis venue à la conclusion que j'avais peur de maigrir, de changer, et du jugement des autres... Je me sens comme dans un gouffre et j'étouffe de tous ça... Bonjour Minouchette, Je comprends bien votre détresse. Il semble que vous fassiez des hyperphagies depuis 2 ans. Vous bénéficiez probablement d'un métabolisme favorable car bien des personnes auraient déjà pris bien plus de poids que vous. C'est une situation généralement complexe dans laquelle se mêle des facteurs de restriction, des facteurs psychologiques et la peur de maigrir, de ne plus maigrir ou de regrossir. Il faudra démêler tout cela et prendre le temps de traiter ces difficultés point par point. Vous n'êtes sur le site que depuis une semaine. Tout cela prendra beaucoup plus de temps. Mais vous pourrez compter sur notre accompagnement et notre soutien pour progresser pas à pas. Bon courage. JP
04/12/2013 (19:12) dennis Bonjour Docteur, j'ai commencé le programme au mois d'août et c'est une libération! j'en suis à "je découvre la faim" et il y a quelque chose que je ne comprend pas du tout: de nombreuses personnes sur ce site disent qu'elles ont arrêté de prendre un petit déjeuner. Ce qui fait qu'à l'heure du déjeuner, elles n'ont pas mangé depuis 16 heures (depuis 20h la veille), ça devrait donc être une grande faim donc pas la bonne faim recherchée, en tout cas pour moi c'est plutôt ça et je m'étonnes que pour les autres ce soit apparemment la bonne faim (ou alors elles mangent à 10h du matin?) Qu'en pensez vous? (et merci d'avoir créé ce site, les livres ne suffisaient pas!) cordialement Frédérique Bonjour Frédérique, Il est vrai que bien des personnes peuvent sauter leur petit déjeuner sans éprouver aucune sensation de faim. A ce titre, chacun est différent. C'est pourquoi, il n'est pas indiqué de regarder sa montre pour savoir s'il on a faim ou s'il est l'heure de manger. L'apparition de la faim doit être détectée à partir des ressentis physiques. Leurs moments d'apparition est différent d'une personne à l'autre et dépend de nombreux facteurs, le métabolisme, la taille de repas précédant... C'est pourquoi nous allons vous faire expérimenter plusieurs sensations de faim afin de vous familiariser avec les sensations qu'elles provoquent. Vous apprendrez ainsi à les reconnaitre sans être perturbée par les doutes. Bon courage. JP
04/12/2013 (19:15) Aurea Je suis venue à Paris en avril(?) 2013 et j'ai passé une journée avec vous .ce fut très intéressant et depuis lors j'ai essayé de suivre vos conseils par rapport aux EME et surtout de mes prises alimentaires du soir , malheureusement j'ai pris 2 kilos au lieu d'en perdre et je suis decouragee. que faire? Bonjour Aurea, Je suis désolé d'apprendre cela. Il est difficile de vous répondre sans davantage d'éléments de compréhension de la situation que vous traversez. Je vous invite à contacter votre coach qui pourra analyser avec vous les difficultés que vous rencontrez et vous aider à les surmonter. Ne manquez pas de me tenir informé. Bon courage. JP
04/12/2013 (18:31) Lili Tomate Bonsoir. J'ai une question concernant la faim. Après les différents exercices pratiqués, je me rends compte que j'ai une peur maladive de la faim (voilà pourquoi je mange souvent par réflexe avant son apparition) mais je viens de me rendre compte que j'ai aussi très peur de ne pas avoir faim souvent, et donc de ne manger que très peu. Et difficile pour moi d'éradiquer la volonté d'un estomac plein à craquer, j'ai l'impression que cette sensation me rassure. Bref je me sens un perdue et pleine de contradictions. Un conseil ? Merci pour votre aide. Bonjour Lili Tomate, La peur d'avoir faim peut se manifester de façon différente. On peut manger de manière anticipée pour en empêcher l'apparition. Ou bien on peut manger de manière excessive jusqu'à s'en faire craquer estomac pour en empêcher la réapparition. La sensation de plénitude gastrique est une sensation rassurante dans la mesure où elle induit la pensée que l'inconfort et le stress de la faim ne reviendront pas de si tôt. Pour surmonter cette difficulté, je vous invite à pratiquer régulièrement l'expérience de la fin retardée en pleine conscience. Cette expérience A bien souvent des effets spectaculaires. Bon courage. JP
04/12/2013 (19:07) Valou3103 Bjour. je viens de commencer le programme. Je réussis (en général après qqs bouchées) à me rappeler de poser ma fourchette, manger en plaine conscience et écouter mes sensations . le hic je suis incapable de respecter ces sensations, même sans faim et même en respirant l'appel du plat bien plein devant moi et le plaisir de manger sont plus forts que tout. Bonjour Valou3103, La première étape du processus d'apprentissage est effectivement de prendre conscience de ses sensations alimentaires. Il est nécessaire d'être capable de reconnaître ses sensations de faim et de satiété pour pouvoir les respecter. Pour autant, le fait de les reconnaître implique pas obligatoirement que l'on devient capable de les respecter. Il faut encore progresser dans le programme pour y parvenir. Et notamment progresser sur le plan de la restriction cognitive et de la régulation des émotions. Ce sont les objectifs des prochaines étapes que vous allez franchir. Bon courage. JP
04/12/2013 (18:31) matetgrille COMMENT RESTER ATTENTIVE A CE QUE L ON MANGE ET A SES BESOINS EN GENERAL LORSQU ON A ETE CONDITIONNE A AVOIR UN REGARD SUR LES AUTRES PLUTOT QUE SUR SOI ? Bonjour matetgrille, C'est en effet une excellente question. L'écoute de soi ne se limite pas aux moments des repas et des prises alimentaires. Il s'agit d'une attitude que l'on développe et que l'on met en place tout au long de la journée et de sa vie. Cela consiste à développer un double regard porté à la fois sur les autres et sur l'intérieur de soi. Un peu comme dans une voiture quand on conduit en regardant la route et en même temps son tableau de bord. On prend alors conscience de l'existence de ses besoins qui s'expriment par des sensations et des émotions. Peu à peu, on s'aperçoit que pour le bien-être et la sécurité de tous, il ne suffit pas de regarder la route, il faut aussi veiller au bon entretien du véhicule. Veiller sur soi devient alors une manière de s'assurer du bien-être des autres. Bon courage. JP
04/12/2013 (18:43) nathalie71 Bonjour, lorsque je mange parce que j'ai eu faim, très rapidement je ne ressens plus la faim et si je m'écoutais je mangerai quelques bouchées et je m'arrêterai, dois-je le faire? Et si j'ai à nouveau faim une heure après puis-je remanger? Bonjour nathalie71, En effet, la satiété est la disparition de la faim. Elle se manifeste souvent après quelques bouchées. Si nous respections scrupuleusement la satiété, nous serions dans l'obligation de manger toutes les 2 heures, de façon très fractionnée. Par commodité et afin de s'assurer de plus longues plages de tranquillité, nous mangeons généralement un peu plus que la satiété. Nous utilisons pour cela une autre compétence que l'on appelle l'appétit prévisionnel. Cela nous permet de consommer une quantité de nourriture suffisante pour tenir approximativement et confortablement jusqu'au repas suivant. Dans un premier temps, il est cependant nécessaire d'utiliser le repère de la satiété pour apprendre à utiliser convenablement l'appétit prévisionnel. Ce qui nous permettra ensuite de faire venir la faim en temps voulu. Bon courage. JP
04/12/2013 (19:01) marie43 J'arrive à manger en pleine conscience lorsque je suis seule mais dès que je suis en compagnie ça m'est pratiquement impossible. Je suis avec les autres, avec leurs conversations, j'écoute et pendant ce temps là, je mange sans y faire vraiment attention et parfois, lorsque je m'ennuie en collectivité, il m'arrive d'engouffrer et de le savoir ce qui est pire. Autre exemple, pour les fêtes, je vais recevoir ma fille, mon gendre et mes petits enfants. Il se trouve que mon gendre est particulièrement énervant et que pour le supporter, je n'ai pour le moment d'autre dérivatif que d'absorber de la nourriture comme pour mettre un espace entre lui et moi. Bonjour marie43, Il me semble que vous évoquez là 2 problèmes différents. Le premier problème semble être la difficulté à manger en pleine conscience lors des repas conviviaux. Dans ce cas, il ne s'agit pas de manger réellement en pleine conscience mais de manger avec une certaine attention tout en partageant son attention entre les discussions et la perception des sensations alimentaires et gustatives. Il s'agit d'une attention partagée comme celle que nous utilisons lors de la conduite automobile où nous sommes à la fois capables de regarder la route de discuter avec notre passager. Le second problème que vous évoquez est celui de vos réactions face a l'ennui, à l'agacement ou à la colère. Dans ce cas, vous mangez pour calmer votre émotion. Ce qui est d'autant plus aisée que la nourriture se trouve sur la table, en face de vous, à portée de main. Ce qui est en cause ici est la prise de conscience et l'acceptation de vos émotions. Je vous invite donc à concentrer votre travail sur les exercices de pleine conscience qui permettent d'augmenter la tolérance émotionnelle et de réduire l'impulsivité alimentaire. Bon courage. JP
04/12/2013 (18:41) CHARA je suis à la phase "je decouvre la faim", je metrise assez bien la notion de la faim, mais le souci est que qd j'ai trop faim, je mange une grande qté et je ne metrise pas du tout la satiété, et c'est ce qui ne m'aide pas à perdre du poids, aujourd'hui je fait 70 kg pour 1 m 60, et je voudrai perdre 10 kg afin de stabilisé mon poids idéal Bonjour CHARA, Je comprends bien cette difficulté liée aux situations de trop grande faim. Dans les prochains exercices, nous vous apprendrons à distinguer les différents niveaux de faim et à reconnaître ce que nous considérons comme la bonne faim qui ne doit être ni trop forte ni trop faible. Certains exercices vous permettront également d'apprendre à mieux supporter la sensation de faim ce qui vous aidera aussi à mieux respecter votre satiété. Je vous rappelle que le but de ce travail n'est pas un poids mais un comportement. Il consiste à apprendre à manger en fonction de ses sensations de faim et de satiété. Il vous jepermettra d'atteindre le poids pour lequel vous êtes actuellement programmé. Ce poids ne se situe pas obligatoirement à 10 kg au-dessous de votre poids actuel. Bonne continuation. JP
04/12/2013 (18:32) aomame Bonsoir Docteur. Depuis quelques temps, j'arrive de plus en plus à contrer mes EME. Par contre, pour les "éviter" je prends une tisane de café que je déguste ou sirote bien tranquillement. Etant donnée que j'ai un estomac sensible, je dois choisir entre avoir une EME et un ventre plein à craquer, des nausées et un mal-être ou quelques aigreurs avec mon café. Alors je choisis ma tasse de café (un grand cru car la qualité est importante pour moi maintenant). Mais je me dis que cette façon de faire n'est sans doute pas la bonne : j'évite sans doute ainsi d'être confrontée à mes émotions et pensées, le café prenant la place d'un aliment gras, sucré pris lors d'une EME. J'avoue aussi que souvent après ce café, je m'active (ménage...) pour ne pas risquer à mettre quelque aliment dans ma bouche. Qu'en pensez-vous ? D'avance merci. Bonjour aomame, Je crois que vous faites déjà une très bonne analyse de cette situation. Il est bien probable que cette consommation de café et cette hyperactivité aient la fonction d'éviter une confrontation avec vos émotions. Je pense comme vous qu'il s'agit d'évitements émotionnels. Il serait donc souhaitable que vous vous donniez le temps d'observer ces émotions que vous tentez de calmer en buvant du café où on vous occupants. Il me semble nécessaire de travailler encore sur la prise de conscience de vos émotions et leur acceptation. Le chemin est long mais je constate que vous en avez déjà parcouru une bonne partie. Bonne continuation. JP
04/12/2013 (18:29) JPZ Bonsoir à tous et bienvenue dans notre chat du mercredi.
04/12/2013 (18:32) FRED73 Bonsoir Bonsoir
04/12/2013 (18:37) FRED73 Vous avez écrit : beaucoup d'action décidée par le cerveau s'effectue de manière réflexe. c'est une première étape de s'en rendre compte mais que faire pour les changer ? Rebonsoir Fred, Les envie de manger émotionnelle sont effectivement déclenchées par le cerveau. Il s'agit de phénomènes réflexes. Ce sont même des réflexes conditionnés. Il est donc tout à fait possible de les déconditionner. C'est ce que nous faisons en travaillant sur l'impulsivité et la tolérance aux inconforts physiques ou psychiques.
04/12/2013 (18:41) Callina Bonsoir Dr Zermati, sauriez-vous me dire comment on peut venir à bout d'une obésité de type hystérique? Comment faire coincider mon envie de maigrirconsciente et ma peur de maigrir qui est inconsciente?? j'ai peur des hommes d'où mpn obèsité protectrice... mais j'étouffe sous mon armure de graisse. je voudrais tant me rendre accessible donc je veux maigrir... Merci pour votre rèponse. Bien à vous. Bonsoir Callina, Il pourrait être nécessaire de faire un travail parallèle sur vos relations avec les hommes. Il est important que vous puissiez engager une relation sans vous sentir envahie ou en danger. Sans cela, le travail sur le comportement alimentaire ne pourra pas porter ses fruits. Bon courage. JP
04/12/2013 (18:42) FRED73 peut on appliquer la même méthode pour tous les autres blocages ?  pourriez-vous préciser votre question ?
04/12/2013 (18:43) CHARA merci Dr
04/12/2013 (18:53) FRED73 beaucoup d'actions décidée par le cerveau s'effectue de manière réflexe parce que ce sont des automatismes. Cela me fait penser aux évitements qui provoquent des blocages. Comment "déconditionner" notre cerveau ? Le chien de Pavlov a été conditionné pour saliver au retentissement d'une sonnette. L'histoire oublie de dire qu'il a été ensuite déconditionné. Notre cerveau s'est progressivement conditionné pour déclencher des envies de manger, en réalité de calmer, dés l'apparition d'une émotion. Nous pouvons déconditionner ce processus en prenant conscience de nos émotions et en développant l'acceptation de celles-ci. Les exercices de pleine conscience sont des techniques de choix pour parvenir à cet objectif.
04/12/2013 (18:55) CHARA J'ai un autre pb à poser, en fait j'ai des envies de mangé plus par tentation et pour ce détendre, j'ai pas beaucoup de EME, comment faire pour les eviter? Il s'agit en réalité tout autant d'EME. Après une journée de fatigue et de stress, on mange pour se soulager de cet inconfort et parvenir plus rapidement à un état de détente.
04/12/2013 (19:00) CHARA et la gourmandise comment peut on y remedier!! La gourmandise est une qualité à laquelle il ne faut pas remédier mais au contraire qu'il faut développer. La gourmandise consiste à rechercher le maximum de plaisir. Elle requiert souvent la présence de la faim et toujours un maximum d'attention. Même si parfois elle conduit à des excès, ses excès pourront être compensés par les processus de régulation.
04/12/2013 (19:05) pureutopie bonsoir docteur, actuellement j'en suis à l'étape de dégustation de 3 aliments tabous, et je suis très surprise ( voir déçue ) de ne pas avoir plus de plaisir à déguster du chocolat ou du fromage que lorsque je le mange normalement, alors que l'apprentissage de la dégustation m'avait apporté énormément de plaisir. J'avoue que je ne comprend pas, auriez-vous une explication? Merci Bonsoir pureutopie, Ce sont les bonnes et les mauvaises surprises de la dégustation. Bien souvent, les personnes en restriction pensent aimer le fromage ou le chocolat. Elles sont attirées par l'interdit et d'une certaine manière mangent une idée de chocolat ou de fromage. En réalité, quand on n'y prête attention, on aime le bon chocolat ou le bon fromage. C'est-à-dire ni tous les chocolats ni tous les fromages.
04/12/2013 (19:06) FRED73 Ce n'est pas une question. Juste, un grand merci ! Merci à vous également. J'ai le sentiment, à vous dire depuis longtemps, que vous avez beaucoup évolué dans votre relation avec les aliments, les émotions et le corps.
04/12/2013 (19:14) CHARA Dr, j'ai aussi un pb je detecte pas la premiere étape de la faim, qd je fait la seance de pleine conscience je detecte rapidement une faim avec des douleurs au ventre et particulierement à l'estomac, dois-je supporter encore? ou manger? Il est difficile de vous répondre. Il est nécessaire que vous fassiez vous-même l'expérience complète de la sensation de faim. Pour cela, il faut encore explorer la faim sur toute son étendue. C'est ainsi seulement que vous pourrez trouver le meilleur moment de manger.
04/12/2013 (19:20) matetgrille tout en lisant les messages des uns et des autres je me rend compte que nous avons topus les memes problemes avec nos emotions. Avez-cous idée de comment cela se passe dans les p Je crois que votre message a été tronqué
04/12/2013 (19:28) matetgrille Comment les personnes gerent leurs emotions dans des pays ou la nourriture est plus rare,? Inscrite depuis la semaine derniere quand vais-je commencer les exercices de meditation?Merci pour vos encouragements On peut effectivement avoir une approche transculturelle de la régulation émotionnelle. Toutes les civilisations ne gèrent pas ou n'expriment pas leurs émotions de façon identique. Mais il existe partout des dysfonctionnements de la régulation émotionnelle : la violence, la boisson, la drogue, le sexe... Faute de nourriture, il est toujours possible de trouver d'autres formes d'évitement. Vous aurez très rapidement accès aux exercices de pleine conscience.
04/12/2013 (19:31) JPZ Merci à tous pour votre participation. À très bientôt.
Haut de page 
X