Chat du 04 Janvier 2017 avec Gérard Apfeldorfer

04/01/2017 (18:36) Syc il est vraiment très difficile d'identifier l'émotion que l'on "calme" en mangeant. Souvent le w-e j'ai soudain envie de manger et ne sais exactement ce que je comble Pas la faim, un vide, lequel. C'est un moment où j'ai envie d'être seule et être seule augmente le volume de l'envie de mangerJ'ai beau inspirer par le nez, rien n'y fait, une obsession du vide ? Bonsoir Syc, Le soir, donc, vous vivez un moment inconfortable, que vous avez du mal à décrire. Quelque chose comme une sensation de vide. Vous désirez vous isoler. Mais si vous le faites, les émotions deviennent plus fortes (il n'y a alors pas de distraction face à ces émotions) et votre EME est plus forte. Cela vous semble quelque peu paradoxal et étrange. Certes, il est toujours préférable de pouvoir décrire en mots ce que l'on ressent. Cela permet de mettre de la distance face à l'émotion. mais en fait, ce n'est pas indispensable pour faire face à l'émotion. Nous proposons, sur LC, deux abords de ce genre de situation: 1) Travailler à augmenter sa tolérance émotionnelle, par la pratique de la pleine conscience. S'exercer à la pleine conscience permet de devenir spectateur de ses émotions et pensées, de s'en distancier, et donc d'y être moins réactif. C'est un entraînement, comme il y a des entraînements sportifs. Mais faire une séance de pleine conscience, lorsque l'EME est là, ne permet pas d'annuler l'EME. 2) Lorsque l'EME est là, nous vous proposons d'EME-zen: manger un aliment réconfortant, en le dégustant, en pleine conscience, jusqu'au réconfort. Puis attendre le retour de la faim pour manger à nouveau. Manger en dégustant permet d'obtenir un vrai réconfort, avec une quantité alimentaire bien inférieure à celle d'une compulsion. Mais bien sûr, il faut déjà savoir déguster, il faut pouvoir manger un aliment réconfortant sans culpabiliser, il faut savoir identifier la faim. Donc, il faut déjà avoir travaillé sur le comportement alimentaire. Alors, comme vous voyez, il y a du pain sur la planche. Mais là bas au bout, il y a une petite lumière...
04/01/2017 (18:39) blue bird malgré une activité professionnelle je pense constamment à ce que je vais manger au prochain repas et cela me dérange comment puis- je etre aidée là-dessus Ma chère Blue bird, vous avez comme un léger petit problème de restriction cognitive. Si vous avez lu ce que nous écrivons sur le site, la RC consiste à s'interdire les aliments qu'on aime car on pense qu'ils font grossir. Mais plus on se les interdit, et plus on les désire. Et plus on y pense! Notre programme est fait pour vous. Peu à peu, vous allez vous réconcilier avec tous vos aliments, ne plus vous interdire ce que vous aimez, ne plus en être obsédée, et savoir les manger en fonction de vos sensations alimentaires.
04/01/2017 (18:39) blue bird je suis dans un état difficile à supporter quand je dois manger à des heures qui me contraignent soit les horaires de bureau ou les heures sont programmées et le soir ou je dois attendre mon compagnon pour diner cela me rends insatisfaite à l'idée de ne pas etre à mon rythme comment gérer ces situations que je subis Avec LC, vous allez apprendre à manger quand vous avez faim, à ne pas manger quand vous n'avez pas faim, mais aussi, un peu plus tard, à tenir compte de vos appétits prévisionnels, et savoir faire venir la faim à la bonne heure. En attendant, voilà ce que je vous conseille: quand vous avez faim, mangez un encas organisé, ou bine une partie de votre dîner. Mais ne mangez pas jusqu'à plus faim. Gardez un peu d'appétit pour pouvoir manger avec votre compagnon. Il est tout à fait possible de respecter ses sensations alimentaires de faim et de rassasiement, tout en composant avec les obligations sociales.
04/01/2017 (18:39) blue bird le matin je prends le train à 6h20 je dejeune pas et je vais en boula .../...
04/01/2017 (18:40) blue bird suite de la question:je vais en boulangerie et je prends un croissant je culpabilise car j'ai peur que ce croissant me fasse grossir et souvent en fin d'aprés midi vers 15h je me jette sur du sucré c'est un journée sucrée qui me culpabilise comment gerer ce besoin de sucre je culpabilise beaucoup et j'ai honte de moi,de ma silhouette comment puis je faire Blue bird, ce que vous me décrivez là est un tableau absolument typique de l'état de restriction cognitive. Vous allez bientôt apprendre à manger des croissants de la bonne façon. Mais ne cherchez pas à aller plus vite que la musique. Faites sérieusement et consciencieusement les exercices du programme. Les progrès sont progressifs!
04/01/2017 (18:44) Independance day Bonsoir Docteur, je n'ai pas de question ce soir, je voudrai simplement vous dire que j'ai perdu 5 kilos mais le plus important c'est que mon comprtement vis à vis de la nourriture ( et de mes relations) est en train de changer. Je vous remercie vous et votre équipe pour votre méthode et vous souhaite une BONNE ANNEE :) Bonsoir Independance day, Merci pour ces bonnes nouvelles! Je suis très heureux que vous ayez progressé en ce qui concerne votre comportement alimentaire, ainsi que dans vos relations sociales, et que cela se soit traduit par une perte de poids. Il reste maintenant le plus difficile: persévérer. Savoir surmonter les difficultés qui ne manqueront pas de surgir, les tempêtes parfois, et faire sienne la devise de la ville de Paris: fluctuat nec mergitur!
04/01/2017 (18:47) obesemaigre Je constate que je mange beaucoup trop. Depuis que je participe à ce programme, je mange moins. Comment puis-je savoir que je ne retombe pas dans la restriction excessive type "régime classique"? Bonsoir obesemaigre, Je vous félicite tout d'abord pour cette prise de conscience, en fait essentielle: vous avez constaté que vous mangiez plus que vos besoins. Alors comment savoir combien on doit manger, et si on ne risque pas de manger insuffisamment, c'est-à-dire de se retrouver en position de régime? C'est simple, et le programme LC est conçu pour vous y aider: il s'agit d'identifier vos sensations alimentaires de faim et de rassasiement, et de manger en conséquence. je mange quand j'ai faim, je m'arrête quand je suis rassasié, je ne mange pas quand je n'ai pas faim. En fait, je simplifié énormément. Et comme vous deviez vous en rendre compte, le programme est plus subtil que cela. On peut parfois manger sans faim, ou au-delà de son appétit; on peut déroger à ses sensations alimentaires. Mais en moyenne, il n'en reste pas moins qu'il s'agit de manger en tenant compte, la plupart du temps de ses sensations alimentaires; globalement.
04/01/2017 (18:52) Rym Belle année 2017! Étant célibataire et vivant seule , je mange seule . Les rares fois où je suis avec d'autres convives , je suis dans la retenue. Je contrôle. Pour moi manger est devenu une activité solitaire. Comme si " me lâcher" devant les autres était honteux... C'est triste de manger seule. Et c'est triste, aussi, de se contrôler, et de gâcher son plaisir à manger, quand on mange en compagnie. Bref, ça ne va jamais. Mais manger seule peut être un moment agréable, de retrouvailles avec soi-même. Manger en pleine conscience, en étant centré sur le goût des aliments en bouche, sur le plaisir à se nourrir, sur la satisfaction de ses besoins énergétiques, de ses besoins en nutriments, de ses besoins émotionnels, c'est comme avoir un rendez-vous avec soi. C'est se respecter, la personne que l'on est, les besoins que l'on a. Je crois qu'on peut progresser, en allant dans cette voie.
04/01/2017 (18:31) G. Apfeldorfer Je vous présente, à toutes et tous, tous les v?ux de pleine réussite en l'an de grâce 2017. Et en particulier, réussite en ce qui concerne la modification de vos comportements alimentaires, la levée des obstacles, matériels, et surtout psychologiques et émotionnels, qui pourraient vous empêcher d'avancer.
04/01/2017 (18:53) Callina Merci Cher Docteur! Je vous souhaite également une année pleine de réussite, de joie et de sérénité ! Bonsoir Callina, Que mes voeux vous accompagnent.
04/01/2017 (18:53) Rym Tout le monde profite du gâteau fait maison. Je ne mange rien malgré l'insistance de mes proches . Je n ai pas faim. Pourtant en rentrant vers 20 h, je me rue sur la nourriture et mange trop. J avais du coup trop faim! Je croyais écouter mon corps lors du goûter en ne consommant rien. JE ne comprends pas. Rym, vous êtes clairement en restriction, dans le contrôle. Et ce contrôle, vous le perdez régulièrement, en particulier quand vous n'êtes plus sous le regard des autres. Heureusement qu'il y a le programme! Faites-le aussi bien que possible, avec application.
04/01/2017 (18:55) Rym Merci De rien, rym.
04/01/2017 (18:56) blue bird blue bird bonjour gérard apfeldorfer quelle étape premiére a mettre en place pour se réconciler avec son corpsdans une société qui prone la minceur Ah, vous avez raison blue bird, se réconcilier avec son corps, à notre époque, alors qu'il n'est pas dans les normes, ce n'est pas de la tarte, si j'ose dire. Je vous conseille plutôt de commencer à travailler, consciencieusement, avec application, à modifier votre comportement alimentaire. De cette réussite là, sans doute pourrez-vous être fière. Ce sera le premier pas vers une réconciliation plus globale.
04/01/2017 (18:56) blue bird comment gerer ses émotions le soir aprés un travail difficile des transports je craque tous les jours surtout quand je suis fatiguée Blue bird, le programme prévoit des étapes pour vous faire travailler là dessus. Chaque chose en son temps. Allez pas à pas!
04/01/2017 (18:56) blue bird je n'arrive pas à comprendre quand je veux manger du sucré je n'ai pas de limite je mange sans controler ma ration et je culpabilise Même réponse, blue bird. Vous êtes trop pressée, et cela peut nuire à votre progression.
04/01/2017 (19:01) minifouine Bonsoir Dr Apfeldorfer et meilleurs voeux pour 2017. J'ai raté le groupe sur l'estime de soi, existe-t-il des techniques ou exercices particuliers à faire pour redorer son blason ? Bonsoir mini fouine, vous n'étiez pas là mais vous pouvez avoir accès aux échanges. J'y parlais de la honte et de son contraire, la fierté. La fierté des choses que l'on avait réalisées, comme par exemple être parvenu à faire évoluer son comportement alimentaire.
04/01/2017 (19:03) Kari59 bonsoir Docteur, aujourd'hui est une journée particulièrement difficile pour moi, je me suis pesée à la maison alors que je ne l'avais pas fait depuis longtemps, donc prise de poids, j'ai donc peur de retomber dans les restrictions puis compulsions... Comment passer ce cap? Bonsoir Kari, ai-je besoin de vous le dire? Vous lancer dans un nième régime est la pire chose que vous puissiez faire. La seconde prise chose est de baisser les bras et d'aller vous coucher avec une grosse tablette de chocolat. Tout d'abord, je vous conseille de faire l'analyse de ce qui s'est passé, qui vous a fait reprendre du poids. Il faut comprendre où se situe les problèmes, si on veut les résoudre. Il faut partir de là.
04/01/2017 (19:06) Callina Par contre, je veux bien des astuces pour lever tous les obstacles psychologiques et émotionnels qui m'empêchent d'avancer... J'ai peur de tout: de rester grosse ad vitamine aeternam, d'échouer aux concours, de ne jamais avoir d'enfants... la liste est longue. Et la pleine conscience utile mais pas encore efficace! L'astuce, calcina, est de comprendre qu'il n'y a pas d'astuce. Comme je vous le dis régulièrement, il vous faut travailler sur vos pensées automatiques centrées autour de l'échec: "ça ne marchera jamais", " je ne vais pas y arriver", et ainsi de suite. Avec les techniques proposées sur le site.
04/01/2017 (19:07) Syc Merci beaucoup pour vos encouragements ; je suis persuadée que c'est la bonne solution, reste à la mettre en oeuvre. Il y a toujours une sensation de "déconnection" très agréable au moment de l'ingestion lors d'EME qu'il va bien falloir remplacer. Syc, pas vraiment, en fait. Avec ce que nous appelons l'EME-zen, vous allez apprendre à vous réconforter en mangeant les choses que vous aimez, MAIS AVEC PLUS D'EFFICACITÉ. Résultat: plus de réconfort avec moins de nourriture.
04/01/2017 (19:11) camarguaise bonjour et merci pour vos v?ux pour cette année civile qui commence ,espérons que la paix arrive un jour! j' accepte avec plaisir l?idée que certains obstacles psychologiques et émotionnels s?atténuent . Bonsoir camarguaise, Iles obstacles ne vont malheureusement pas s'atténuer tout seuls. Il va falloir les aider à s'atténuer! Bon courage à vous sur la route.
04/01/2017 (19:11) Kari59 Bonsoir Docteur, avez-vous eu ma question? Oui, et j'ai répondu, n'est-il pas?
04/01/2017 (19:14) Syc Comme le dit Blue bird, il ya un fort sentiment de culpabilité. Au bureau, je ne suis entourée que d'ultraminces dont je sens le regard lorsque je viens à prendre une viennoiserie. Très difficile à vivre Syc, c'est vrai que l'on porte sur vous un jugement moral. Bien des gens pensent qu'on est gros parce quo'n mange de façon immorale. Qu'on se conduit mal. Certes, on peut s'affirmer face à diverses personnes afin d'être mieux compris, mais il n'en reste pas moins que le consensus social est actuellement ainsi fait. Vous êtes en tant que personne grosse, dans la même situation qu'un noir en Alabama en 1960. Mais faut-il baisser les bras pour autant? Je ne crois pas. Il vous faut donc montrer au monde que vous êtes capable de bien des réussites, dans divers domaines, et pourquoi pas, dans le domaine du comportement alimentaire. IL vous faut aussi vous endurcir le cuir, devenir moins sensible aux critiques sociales, comprendre à quel point c'est ion élément culturel, qui en fait, n'a pas grand chose à voir avec la personne que vous êtes réellement, mais tout à voir avec l'ostracisme (pas le racisme, l'obésité n'est pas une race) et la stigmatisation.
04/01/2017 (19:14) blue bird quelle est une des premiére étape pour retrouver l'estime de soi un élément qui déclenche la suite se sentir bien et se regarder dans le miroir L'estime de soi se construit par ses actes. Elle ne vous tombe pas du ciel. Aussi, il vous faut vous atteler à un travail dont vous puissiez être fière. Comme je le disais, pourquoi pas un travail sur votre comportement alimentaire?
04/01/2017 (19:15) Callina Entre nous, Indépendance day à de la chance. J'ai pris huit kilos. Alors que je suis opérée depuis deux ans et que mon estomac rejette naturellement tout ce que je mange en trop. Donc je ne comprends pas. De la chance, vraiment? Et si ce n'était pas un prix qu'elle a gagné à la loterie?
04/01/2017 (19:17) blue bird blue bird docteur,je débute le programme et je me bats avec mes émotions car mon environnement estsouvent stressant j'essaie de respirer mais c pas évidentque faire en plus Blue bird, du calme, du calme! Vous courez dans tous les sens, comme un oiseau affolé.
04/01/2017 (19:21) minifouine Lorsque j'ai une EME, je n'arrive pas toujours à identifier de quelle émotion il s'agit, de même, que faire lorsque l'envie de manger est impérieuse au point de ne rien pouvoir faire avant de l'avoir satisfaite ? Minifouine, identifier l'émotion, la nommer, c'est une bonne chose, car cela permet de prendre un peu ses distances avec elle. Mais ce n'est pas indispensable, en fait. Il s'agit plutôt, lorsqu'on a une EME, d'y répondre en mangeant un aliment très réconfortant, celui dont on a envie à ce moment-là. De le manger en dégustant, afin qu'il nous réconforte plus vite, avec moins. Pour cela, il faut: reconnaître son EME, savoir sélectionner l'aliment le plus réconfortant, ne pas culpabiliser en le mangeant, savoir déguster, savoir attendre le retour de la faim (et savoir donc reconnaître celle-ci) avant de remanger. Nous appelons cela l'EME-zen, et c'est à faire sur linecoaching.
04/01/2017 (19:14) blue bird merci de vos conseils docteur et une bonne année 2017 Ah, voilà une parole, qu'elle est bonne!
04/01/2017 (19:21) Callina Je rebondis sur ce que Rym a dit: comment éviter " la dévoration" quand on a été si longtemps sous contrôle. Que ce soit avec soi , l nourriture ou les autres. On " pue" le manque à plein nez, si vous me permettez l'expression ? Callina, le manque, c'est vrai, cela colle à la peau, pour certaines personnes qui ont ce profil psychologique. Et il va vous falloir l'apprivoiser, ce manque, qui restera en vous comme le manque de l'alcoolique. Comme un diable dont on ne se défait jamais complètement, mais avec lequel on peut composer.
04/01/2017 (19:27) minifouine Depuis que j'ai commencé le programme, je ne mange que ce que j'aime et qui me fait plaisir, du coup cela ce limite à des céréales sucrées, du pain et du fromage et des dessers lactés. Fini la viande, les légumes, cela ne me fat pas envie, même lorsque j'ai faim. Est-ce normal à ce stade du programme ? minifouine, c'est là, pour vous, comme un passage obligé. Mangez ce qui vous chaut, et vous pouvez me croire, viendra un moment où vous vous lasserez. Et si vous ne vous lassez pas, même après des mois, des années, alors on avisera. Car on peut parfaitement, avec quelques suppléments nutritionnels, ne se nourrir presque que de céréales de petit déjeuner et de laitages. Mais j'espère que vous apprenez aussi à repérer votre rassasiement, et que vous ne mangez pas au delà de votre faim.
04/01/2017 (19:27) kiarha bonsoir, tout d'abord bonnée à tous ! Voilà, je suis suivi en plus du programme à cause de mon imc trop important. Récemment grâce à votre programme je me passe du petit déjeuner ce qui m'a fait perdre un kilos en une semaine. Je suis réguliérement discriminé au travail. Je ne sais plus quoi faire. En état de choc ce 20 décembre dernier. Je n'arrive plus à me concentrer. Kiarha, bonsoir, et bienvenue. Si je comprends bien, c'est surtout la discrimination au travail qui vous perturbe et vous déstabilise.Je ne connais rien de votre travail et de votre entreprise. Il est parfois possible d'en parler au niveau des ressources humaines, et parfois pas. Vous pouvez aussi vous faire aider par une psychologue, votre médecin traitant, ou encore en parler à nos coachs, qui sont d'ailleurs psychologues cliniciennes.
04/01/2017 (19:27) Kari59 le poids repris vient à mon avis des restrictions qui se sont transformées en compulsions et en habitudes... OK. Mon conseil: reprenez les exercices du programme sur les sensations alimentaires. Voyez avec votre coach pour vous mettre sur les bons exercices.
04/01/2017 (19:30) Mathilde54 Bonsoir Docteur, je vous d'abord de passer une très belle année 2017. Je voulais vous demander s'il était normal d'avoir des " périodes d'EME" ? En effet, j'ai des périodes où, alimentairement parlant, " tout va bien" et d'autres où je suis dans une véritable anarchie alimentaire et il m'est très difficile d'en sortir. Merci beaucoup pour vos conseils. Bonsoir mathilde, en fait c'est assez courant de fonctionner par périodes. Il y a par exemple les cycles menstruels. Il y a des situations perturbatrices qui surviennent dans la vie et nous déstabilisent. Il y a des idées qui nous trottent dans la tête à un moment donné sans qu'on sache pourquoi. Mais la question, quand vous entrez dans une zone de turbulences, est surtout: comment faire pour que cela se calme? Ce sont souvent des pensées automatiques du genre "je n'y arriverai jamais", qui font qu'après un moment où on a perdu les pédales, on n'arrive pas à changer de mode.
04/01/2017 (19:32) G. Apfeldorfer Eh bien, c'était chaud, aujourd'hui. Beaucoup de questions! Et je n'ai pas pu répondre à toutes. Je vous souhaite néanmoins un bon appétit pour le dîner et je vous dis à la prochaine fois.
Haut de page 
X