Chat du 12 décembre 2012 avec Gérard Apfeldorfer

12/12/2012 (18:28) G.Apfeldorfer Bonsoir tout le monde! Nous partons pour une heure de questions et (peut-être) une heure de réponses!
12/12/2012 (18:32) Slavitsa Bonjour Dr Apfeldorfer, tout d'abord un grand merci pour ce que vous faite pour les personnes en surpoids, votre combat avec le Dr Zeramtti pour faire accepter une autre vision de la différence des silhouettes et vous battre contre la nouvelle morale alimentaire à la mode. Je suis contente que vous ayez créez un site avec votre méthode cognitive, et je suis ravie d'en bénéficier. Vous représentez pour moi des personnes bienveillantes et humanistes. Je n'ai pas trop de question, je viens de commencer à adopter un nouveu comportement alimentaire. J'espère que votre façon de voir les "régimes alimentaires" trouvera encore plus d'adeptes. Merci encore Bonsoir Slavitsa, Et merci beaucoup pour ce que vous nous dites. Vraiment, cela fait plaisir de voir que nous ne travaillons pas en vain, que ce labeur bénéficie à de nombreuses personnes. Je suis heureux que vous appréciiez notre site. Vous avez parfaitement compris le sens de notre démarche. Bonnes fêtes à vous et aux vôtres !
12/12/2012 (18:36) gio2012-id1 ENFIN JE TROUVE POUVEZ-VOUS ME DONNER DES MENUS DE FETES POUR NE PAS TROP GROSSIR PARTICIPER ET GARDER LA CONVIVIALITE AVEC TOUTE LA FAMILLE C EST MOI QUI RECOIT 17 PERSONNES A MIDI SOIT UN BUFFET SOIT UN REPAS COMMENT MANGER L AVEIL ET LE LENDEMAIN MERCI CAR C EST BEAUCOUP D ORGANISATION DE FATIGUE ET DE BUDJET JOYEUX NOEL A VOUS ET A L EQUIPE CHRISTINE Ah, voilà une question qui vient à point nommé ! Pour ne pas se faire piéger, il s'agit d'arriver aux repas de fête avec la bonne taille de faim. Si on s'affame, on aura alors trop faim et on mangera goulûment, et sans doute trop. Si on mange trop avant le repas de fête, on n'aura alors plus faim et on ne sera pas en mesure de profiter de la fête. Pour avoir juste la bonne faim le soir du réveillon, il s'agit de manger moyennement la veille, le matin, à midi, de faire un petit goûter dans l'après-midi, si nécessaire. Que manger, avant le réveillon, pour le réveillon ? Quels menus? Mai comme tout le monde, voyons! Des bonnes choses. Ce qu'on veut, bien entendu, puisque les régimes, ce n'est vraiment pas notre tasse de thé. Ce qu'on veut, mais la bonne quantité, celle qui correspond à sa faim, ni plus ni moins ! Là est le secret! Nos exercices sur la faim et le rassasiement sont là pour vous apprendre à le faire. Si vous n'en êtes pas encore là, faites de votre mieux dans cette direction. Quoi qu'il en soit, rappelez-vous aussi que manger trop lors d'un repas n'est aucunement un problème, si par la suite, on attend le retour de la faim pour remanger. Après avoir mangé copieusement, la faim est absente ou plus petite, et on mange spontanément moins dans les repas qui suivent, les jours suivants, si bien entendu, on sait écouter sa faim et en tenir compte. Si, en raison des fêtes, on mange trop plusieurs fois de suite (réveillon + chocolat et marrons glacés + repas chez la tante Eulalie), on aura encore bien moins faim après! Il faut garder à l'esprit que la régulation se fait à l'échelle de la semaine, et pas du repas ou de la journée. Aussi, pas d'affolement si on mange trop, comme tout le monde, d'ailleurs, les jours de fête. Il est facile de manger moins ensuite, à conditions bien entendu, de ne pas manger par culpabilité d'avoir mangé. Mais cela aussi, est un des objectifs du programme. Je vous souhaite de bonnes fêtes et j'espère que vous et vos invités vont se régaler !
12/12/2012 (18:40) mims68 Dr A.; simplement merci, je suis en train d'observer les modifications de mon comportement au bout de ces 3 mois, c'est un changement en profondeur mais qui se fait en douceur et qui nous permet d'acquérir une certaine sagesse et un respect de soi , c'est la seule approche à mes yeux qui soit proposée et qui j'en suis persuadée, portera ses fruits sur le long terme, car une fois acquise, c'est notre livre de chevet, notre livre pour la vie, merci pour vos bons conseils, pour ce site formidable et votre disponibilité ainsi que celle des coachs et désolée, pas de question aujourd'hui ! Merci mims68, Quel bonheur de voir que vous progressez, que notre site vous y aide. Cela me réchauffe le coeur. Bonne fêtes, dans la joie, le plaisir à manger, en se rappelant que ce plaisir dépend de la qualité de ce que nous mangeons, de la concordance entre les mets et nos appétences, et est indépendant de la quantité.
12/12/2012 (18:41) gio2012-id1 j ai oublie une question samedi soir je vais a un cours de cuisine il y a toujours beaucoup d e legumes on fait le repas ensemble puis on le deguste joyeusement comment ne pas me faire piegee merci d avance reCHRISTINE Comment ne pas se faire piéger (bis) ? Quoi que vous mangiez, mangez-le attentivement, en dégustant, en prêtant la plus grande attention à ce qui se passe dans votre bouche. Rappelez-vous que manger est un acte fondamental, qui vous reconnecte à vous-même, durant lequel vous mettez en vous de bonnes choses qui sont une source de vie et de plaisir. Cela mérite toute votre attention, et on peut manger ainsi en toute convivialité, dans la joie, car ces plaisirs se complètent. À un moment donné, vous sentirez, si vous êtes attentive, que la faim n'est plus là. Vous avez eu votre plaisir et il est terminé. Pourquoi manger davantage ? Veillez à éviter de bourrer votre estomac avec des légumes, ce qui est bien inconfortable. Laissez de la place dans cet estomac, car c'est ainsi qu'on se sent bien.
12/12/2012 (18:43) dds55 Toutes les références sur le site sont me semble t'il adressées aux femmes. Il y a t'il des particularités pour les hommes dans votre plan d'action? Merci d'avance. Bonjour Monsieur, Et dans notre société, les femmes sont plus fréquemment demandeuses d'amaigrissement que les hommes. Cela tient, me semble-t-il, au fait que beauté et minceur sont assimilées et confondues, et que la beauté a été durant longtemps liée à la féminité tandis que la force était le propre de l'homme. Une femme était d'autant plus féminine qu'elle était belle (et mince), tandis qu'un homme était d'autant plus viril qu'il était fort (et musclé). Bien sûr, il s'agit de stéréotypes, mais très puissants. Cependant, j'en parle au passé car les hommes sont en train de devenir des femmes comme les autres : alors qu'il y a peu, la principale motivation à maigrir des hommes était la santé, aujourd'hui, la recherche de beauté et l'idée que le surpoids signifie l'absence de maîtrise font que les hommes ressentent la même urgence à maigrir que la gent féminine. Notre programme n'est pas réservé à un genre, et rien dans le corps du programme n'en fait un programme spécifiquement féminin. Mais il est exact que dans les discussions, sur les forums, les femmes sont plus actives que les hommes. Comme souvent, on se demande où donc sont passés les hommes! Aussi, je vous engage à prendre la parole, et faire entendre votre point de vue masculin !
12/12/2012 (18:44) G.Apfeldorfer Je pense pouvoir venir à bout des questions posées en moins d'une heure. Aussi si certains d'entre vous ont d'autres questions, c'est le moment!
12/12/2012 (18:47) Flopie Bonjour, Une petite question sur le froid qui arrive et la modification de l'alimentation. Je m'aperçois que je mange plus lorsque le froid arrive (j'ai faim plus souvent et en plus grandes quantités alors que depuis cet été je suis assez régulière dans mes portions), cela se justifie-t-il par une réaction de l'organisme pour lutter contre les températures ? J'ai du mal à discerner s'il s'agit réellement d'une faim plus présente où d'une réaction plus psychologique pour se réchauffer en mangeant. Bonsoir flopie, Si vous n'êtes pas un bûcheron canadien coupant des arbres par grand froid, si vous n'avez pas un de ces métiers vous laissant exposée au froid de longues heures, si vous n'êtes pas une grande sportive n'arrêtant pas de skier toute la journée, et si vous êtes plutôt blottie à côté du radiateur la plupart du temps, et bien couverte quand vous sortez, alors la déperdition calorique due au froid est de la rigolade et ne représente pas grand chose. Reste donc un sentiment, plutôt d'ordre psychologique, comme un désir de réconfort face au froid qui pique le bout du nez. Pas vraiment besoin de manger plus, en fait ! Ou à peine?
12/12/2012 (18:48) Bibi Bonsoir,Je me joins au remerciement.Je suis tellement plus sereine depuis 1 tout petit mois seulement de LC. C'est vraiment agréable de ne pas penser " nourriture" en permanence. Je mange si peu,ma faim est finalement si petite. Faut il craindre des carences? Merci bibi, ça fait plaisir. Vous avez raison de poser le problème des carences. Au bout de quelques mois de linecoaching, on en vient assez spontanément à varier son alimentation. Par exemple, des légumes autrefois abhorrés car représentatifs des aliments obligatoires sont alors mangés... pour leur bon goût et pour le plaisir! On mange donc alors varié, sans carence, simplement parce c'est comme ça que c'est bon. Cependant, s'il s'avère qu'on est vraiment petit mangeur (moins de 1200 cal/j en moyenne) ce qui peut arriver, alors il devient difficile d'avoir toutes les vitamines et minéraux. Il est alors bon de prendre des compléments alimentaires.
12/12/2012 (18:51) enforme Bonsoir, le plus difficile pour moi est de faire à manger pour les autres quand je n'ai pas faim. Et de répondre à la sempiternelle question "qu'est-ce qu'on mange ce soir ?" Oui, c'st difficile de cuisiner pour les autres quand soi-même, on n'a guère envie de tout ça. Je ne sais pas quel âge ont vos enfants, quel caractère a votre mari, et s'il est prêt à mettre la main à la pâte. Mais le mieux est sans doute de faire participer tout le monde, tant pour le menus, que pour la cuisine. Il faut être participatif, ou alors on n'a pas le droit de se plaindre!
12/12/2012 (18:51) enforme Bonjour, s'il y a un principe fondamental à retenir lequel est-ce ? je suis à la fin du programme, j'ai réussi à sortir de mon "carcan alimentaire" mais je suis un peu perdue et j'ai peur qu' au premier dérapage je retourne vers la restriction Que me conseillez vous ? Bonne question, enforme, et si fondamentale ! Je dirais que le principe fondamental, à ne pas perdre de vue, est que manger est un acte de la vie à faire avec tout le sérieux et l'attention qu'il mérite. On ne badine pas avec la satisfaction de nos besoins. C'est un peu comme le sommeil : on ne rigole pas avec le fait de passer de bonnes nuits. On sait bien que, faute de dormir, rien n'ira plus dans notre vie. Aussi est-on attentif à dormir dans de bonnes conditions matérielles, avec suffisamment de temps pour cela, et fait-on attention à se mettre dans le bon état d'esprit pour trouver le sommeil. Manger est tout aussi sérieux : il faut y consacrer le temps nécessaire, manger avec l'attention nécessaire, en ne perdant pas de vue ce qui se passe dans notre bouche, attentif à son plaisir (que l'on veut le plus grand possible) et au moment où ce plaisir touche à sa fin, c'est-à-dire au rassasiement. Par la suite aussi, on surveillera du coin de l'oeil le retour de la faim, et alors, on n'hésitera pas à manger une collation si nécessaire. Si on a ce problème, on surveillera tout autant ses envies de manger émotionnelles et on veillera à y répondre par des exercices de pleine conscience, visant à savoir vivre ses émotions, quelles qu'elles soient, sans chercher à la fuir, à les combattre, par la nourriture ou d'autres moyens. Voilà : en somme, manger, ça ne rigole pas ! Comme tous nos besoins fondamentaux : boire, dormir, faire l'amour? Ah, et puis j'oubliais: on se fiera à ses sensations alimentaires, à leur respect, en moyenne sur la semaine, qui seront nos guides. Pas la balance et les calories!
12/12/2012 (18:56) Ann Bonjour, j'aimerai savoir s'il y a à nouveau un groupe "physique" de prévu sur Paris comme c'était le cas cette année, et dans l'affirmative, ce serait à quelle date et comment sera t on informé (puisqu'il n'y a plus l'onglet avec ces groupes sur le site) ? Merci d'avance pour votre réponse. Bonsoir Ann. Concernant les "groupes physiques", sur 10 séances, nous y réfléchissons. Je compte aussi organiser des journées sur les problèmes alimentaires, et la première journée aura lieu le 2 février. Surveillez le site pour vous y inscrire!
12/12/2012 (19:00) tupenses Bonjour, ça fait un petit moment que je n'ai pas participer au chat.J'ai toujours autant de difficulté avec les eme, surtout le soir et rapidement quand j'ai mangé. Je n'ai donc pas faim, mais un automatisme se met en route, je grignote. Ce grignotage vient annuler les bienfaits de la journée. ET CA ME SAPE LE MORAL ! Le problème des fins de journée est très fréquent et une de nos étapes est prévue pour y répondre. Plusieurs facteurs se conjuguent pour qu'on craque à ce moment-là : 1. La faim : on mange (trop) légèrement durant la journée ; mais tel n'est pas votre cas. 2. La restriction cognitive : on se prive de ce qu'on aime durant la journée, en faisant une sorte de régime ; souvent, on croit bien manger, alors qu'on mange « diététiquement correct », sans réelle satisfaction, sans plaisir. Rattrapage le soir ! 3. Le besoin de réconfort dû à la fatigue émotionnelle : on fait le bilan de sa journée. On pense à tout ce qui s'est bien ou mal passé, on juge ses paroles et ses actions, on fait son auto-critique. Souvent, dans la journée, on a « pris sur soi » et on s'est détourné de ce qu'on ressentait afin de rester efficace ou ne pas se laisser déborder par ses émotions. Ces situations difficiles, ces émotions refoulées nous rattrapent le soir, lorsque nous cessons nos activités. 4. La recherche de courage et d'énergie : quand on rentre chez soi, pour beaucoup de personnes, la journée est loin d'être terminée. Les parents doivent s'occuper de leurs enfants (avec amour et patience, bien évidemment !) ou bien on aura apporté quelques dossiers urgents à terminer après le dîner. On mange alors sans faim, pour se donner des forces. 5. Le repos du guerrier : vient un moment où, après une dure journée, on cherche à se détendre, se récompenser ou se féliciter. S'il s'agit de faim et de restriction cognitive, la réponse pour améliorer les choses est évidente et notre programme est prévu pour vous y aider. En ce qui concerne les EME du soir, dues à la fatigue émotionnelle de la journée, je vous recommande deux choses : 1) Tout au long de la journée, prenez soin de vous afin de réduire votre fatigue émotionnelle, en pratiquant la « toile de pleine conscience »; 2) Le soir en rentrant, pratiquez dans la mesure du possible un « sas de pleine conscience » permettant de « digérer » votre journée. Un enregistrement spécial est prévu à cet effet (espace de respiration « fin de journée »).
12/12/2012 (19:06) isa57 J'ose vous poser cette question qui me taraude depuis quelques mois. Votre méthode me plaît beaucoup, cela permet de travailler en profondeur mais ... puisqu'il y a un mais, je me dis que pour des personnes qui ne doivent perdre que quelques kgs c'est grandiose car c'est fait en douceur et enchangeant la façon de se nourrir... mais quelqu'un comme moi qui suis en obésité morbide (je dois bien appeler les choses par leur nom) je crains que cela ne suffit pas......? Isa57, perdre quelques kilos ou beaucoup répond aux mêmes processus. On vise le poids d'équilibre, que l'on atteint et auquel on s'installe en mangeant selon ses sensations alimentaires. Dans certains cas, ce poids d'équilibre s'avère ne pas être compatible avec une bonne santé (il arrive que le poids d'équilibre, en raison de tout ce qui s'est passé avant, soit désormais élevé). Dans de cas, si il existe des problèmes médicaux nécessitant qu'on maigrisse, il faut avoir recours à la chirurgie bariatrique. Mon conseil: suivez le programme, voyez ce qui se passe. Même s'il s'avère qu'il faille ensuite recourir à la chirurgie, ce programme vous y aura préparée, vous aurez plus de chances que cela se passe bien. Car la chirurgie n'est en rien une solution miracle. Travailler sur vos EME, quoi qu'il se passe après, est essentiel.
12/12/2012 (19:06) harmony Bonsoir à tous. Je n'arrive pas à identifier les signes de satiété. Aussi, je m'arrête lorsque mon cerveau me dit avoir assez mangé en fonction des règles de diététique que je connais et par peur de les dépasser. je ne reconnais pas d'autres signes corporels. Pouvez-vous me guider, me donner des astuces avant d'être capabl de déceler moi-même les signes physiques de satiété. merci Sans doute isa, n'êtes-vous pas encore à l'étape du rassasiement et de la satiété, qui vient plus ou moins vite selon le programme. En effet, tout le monde n'a pas droit au même programme, car celui-ci est adaptatif à vos problèmes. La satiété est la disparition de la faim. Il faut donc bien connaître les signaux de la faim. Mais en fait, on se repère surtout, et c'est très bien comme ça, au rassasiement gustatif, qui est la disparition du plaisir à manger, en bouche. Il faut donc... prendre du plaisir, pour savoir quand il se termine. Le RG ne fonctionne qu'avec les aliments riches, nourrissants. Pour les aliments à faible densité calorique, on en mange un petit tas, en veillant à ne pas trop remplir son estomac, ce qui est désagréable.
12/12/2012 (19:08) harmony J'ai déjà consulté la "toile de pleine conscience" sur les conseils de votre coach mais je ne sais ce qu'est le "sas de pleine conscience" Merci de m'éclairer C'est un exercice de PCS à faire en fin de journée, afin de "digérer" cette journée et de se préparer à la soirée.
12/12/2012 (19:08) Bibi Très bien, merci pour votre réponse. Je vais me donner du temps! Joyeuses fêtes. De rien!
12/12/2012 (19:09) douchka J'ai commencé linecoaching depuis une semaine. Je note mes prises alimentaires, mais en les relisant j'ai l'impression d'être une bonne élève, de faire à peu près tout bien. Est-ce parce que je note que je fais mieux que d'habitude ? doucha Bonsoir Douchka, Ah le syndrome du bon élève, du Schtroumpf à lunettes ! Bon, ça ne dure pas, en règle générale. On finit vite par se révolter. Comme vous allez vous en rendre compte, notre programme consiste essentiellement en une exploration de soi-même, de ses comportements alimentaires, dans aussi de ses émotions, de ses pensées, de ses façons de réagir. Faire ce qu'on vous dit de faire, comme une bonne élève, puis ne plus le faire, quand la moutarde vous monte au nez, peut-être l'avez-vous déjà fait à de multiples reprises, ce genre de stratégie. Par exemple en faisant un régime. On fait tout bien, jusqu'à ce qu'on laisse tomber. Il est donc très important de vous rendre compte de ce genre de mécanisme, afin d'y échapper ! L'important : faire connaissance avec soi-même, en définitive. Ce qui permet de faire de nouveaux choix, qui nous ressemblent.
12/12/2012 (19:09) apolline Bonsoir Docteur,inscrite depuis le 22 octobre je fus une excellente "élève"car tout se passait bien et puis il y a eu cette fameuse lettres à écrire à quelqu'un de proche...le pari réussi et le pari non réussi et là depuis l'écriture de ces lettres je traine la patte pour revenir...4,8 kilos de perdu mais un imc correspondanteuh...je dirai à un cinquantenaire jeune,le bilan est positif evidemment mais quand cela m'a touché donc quand j'ai commençé a dénouer le problème cela me cause probleme...un peu comme dans une analyse on se trouve toutes les raisons du monde de ne pas aller à ses rendez-vous parce que cela fait mal donc est efficace...jamais je n'aurai pensé qu'un site de reflexion et ses adhérentes me ferait autant avancer.Un grand merci et le besoin d'un coup de pied oc pour continuer Bonsoir apolline. Je suis heureux que vous avanciez ! Ces lettres à un proche sont faites pour explorer nos motivations. Il est vrai qu'elles ne sont pas toujours aussi claires qu'on le pense. Maigrir semble si évident ! Et pourtant, comme vous avez pu le constater, on peut être bien plus ambivalent que cela, vouloir et ne pas vouloir. Parfois, c'est parce qu'on considère que notre vie commencera quand on aura maigri, par exemple. Et bien entendu, cela fait peur, d'avoir tout à coup à réussir sa vie sans plus d'excuse. Par exemple, hein. Il y a tant de freins que l'on se met. Sans doute est-ce plus facile si on se dit que maigrir n'engage à rien, si ce n'est être davantage soi-même, et vivre sa vie comme elle vient, ou comme elle viendra. Quoi qu'il en soit, bonne route, apolline.
12/12/2012 (19:15) gentiane Bonjour! j'ai commencé récemment le programme et je progresse lentement. Je suis contente de lire lemot "plaisir" dans vos réponses aujourd'hui car je ne l'avais aps trop vu jusqu'à présent ( conseils, activités proposées)l'acte de manger n'est pas seulement une nécessité biologique mais recouvre des fonctions sociales, culturelles ou la notion de plaisir est primordiale! et j'ai l'impression de ne pas savoir articuler ces 2 notions: faim- plaisir.e Oui, le plaisir à manger n'est pas un pur accessoire, comme il est souvent dit. En fan, ce plaisir n'est pas gratuit et participe à la régulation fine de la prise alimentaire. Je répète: le rassasiement gustatif consiste en la fin du plaisir gustatif et ne fonctionne donc que lorsqu'il y a du plaisir à manger. Il faut pour cela que ce qu'on mange corresponde à notre appétence du moment. Et bien entendu, il y a aussi le plaisir social, le partage, ainsi que le fait qu'on mange des aliments porteurs de représentations, des représentations nourrissantes, qui font que plus cet aliment a de sens, et moins on a besoin de quantité! En fait, on s'arrête dd manger dans un repas, tel aliment, parce qu'on arrive au bout du plaisir procuré par cet aliment, mais cela ne signifie pas qu'on n'ait plus faim. On a faim d'autre chose. On passe donc à un autre aliment le dessert, par exemple). Le rassasiement global procure la satiété, qui est a disparition de la faim. On s'arrête alors de manger, désintéressé de la nourriture. C'est fou ce que nous sommes bien faits, vous ne trouvez pas?
12/12/2012 (19:16) isa57 bonsoir Docteur. Comment faire lorsqu'on est à table au quotidien avec d'autres et pouvoir se détacher pour écouter ses sensations?j'avoue avoir beaucoup de mal On appelle cela "l'attention partagée". Pour avoir à la fois le plaisir de la convivialité et le plaisir gustatif. C'est vrai que c'est dur. Si pour le moment, vous n'y parvenez pas, alors centrez-vous prioritairement sur ce qui se passe dans la bouche. Puis, ensuite, posez vos couverts, parlez, et quand vous reprenez vos couverts, à nouveau, occupez-vous de manger. Rappelez-vous: vous mangez, et c'est un acte fondamental!
12/12/2012 (19:17) gio2012-id1 toutes les 5 mn il faut remettre son identifiant et le mot de passe tres complique de donner suite et de comprendre ou l on en est et de poursuivre le programme il faut beaucoup de patience mais alors beaucoup merci d expliquer c Vous semblez avoir un problème de connexion à Internet. Vérifiez ce point en premier lieu. Ce n'est pas habituel. En faisant ?Contacter un coach?, vous pourrez aussi accéder à notre service technique.
12/12/2012 (19:20) harmony Merci de nous répondre, de nous considérer, de ne pas nous cumpabiliser, de nous aider à larguer tous nos fardeaux en les identifiant au mieux. Je me sens pls sereine aec la nourriture depuis 1 mois que j'ai commencé LC. Merci de partager votre expérience, vos connaissances, vos références, votre humanisme. merci à vous et vos collaborateurs!!! Merci à vous pour ces beaux compliments, qui me réchauffent le coeur!
12/12/2012 (19:21) G.Apfeldorfer Plus de questions? Une dernière, pour la route?
12/12/2012 (19:23) harmony quand serez vous de retour? Heu, je ne sais pas. Nous n'avons pas encore fait le programme de janvier-février.
12/12/2012 (19:25) G. Apfeldorfer Eh bien, voilà, c'est la fin de ce tchat, puisqu'il n'y a plus de question. Merci pour vos questions. Je vous souhaite bon appétit! Une bonne petite faim, dont vous observerez le déclin au fur et à mesure que vous mangez. Le meilleur est au début, alors mettez au début ce que vous aimez le mieux. Le dessert?
Haut de page 
X