Chat du 12 octobre avec JP Zermati

12/10/2011 (18:33) JPZ Bonjour tout le monde et bienvenue au chat de cette semaine
12/10/2011 (18:34) zou29 bonjour Dr Zermati, aujourd'hui je témoigne, c'est trop important ce qui m'arrive !!! petit bilan au bout de 3 mois1/2 : je ne ressens plus de peurs face à la nourriture mais une grande sérennité...je ne mange que quand j'ai faim, parfois pas avnt 14h, donc mes diners doivent être trop copieux ? à affiner. j'ai un grand plaisir à attendre la faim pour manger et les aliments n'en sont que plus succulents ! je n'ai pratiquement plus d'EME, car les aliments ne me réconfortent plus. hier soir j'en ai eu une mais en pleine conscience, l'impression très nette que je voulais manger gras et lourd après une contrariété, je me suis mijoté un cassoulet d'oie, que j'ai dégusté, puis chocolat comme par vieille habitude mais que j'ai arrêté de manger car il ne me réconfortait pas !!! et aucune culpabilité ! de la joie rien que de la joie! pas même l'angoisse de la balance, je n'y pense même plus. je n'ai pas pris 1g par rapport à mon poids du départ, et pas perdu non plus, mais je ne désespère pas, j'attends le déclic, viendra viendra pas... mais le plus important dans tout çà, est que j'ai l'impression d'avoir atteint un point de non retour, et que je ne pourrai plus jamais retomber dans mes anciens travers, ou alors consciemment, .........ni aucun régime...tout çà est fini et bien fini !!! et çà c'est une sacré victoire ! je tenais à vous le dire et à vous remercier encore et encore, une nouvelle vie a commencé pour moi ! Merci Zou, Ce témoignage fait chaud au coeur. C'est pour nous la plus belle récompense. J'en suis aussi profondément heureux pour vous. Je sais que cette paix et cette liberté que vous avez retrouvées n'ont pas de prix. Quant à votre poids, vous avez adopté la meilleure attitude : laisser venir. Croyez-moi, au bout de trois mois, votre corps n'a pas dit son dernier mot. Il peut vous réserver bien des surprises. Il vous faut maintenant consolider ses résultats. Prenez soin de vous, votre corps vous le rendra. A très bientôt.
12/10/2011 (18:36) Achilette29 Bonjour Docteur. Encore une fois merci pour votre programme ! Je commence l'étape sur les EME. Je mange compulsivement presque uniquement en cas de gros coups durs et en ce moment, ça va plutôt bien. Du coup, j'ai un peu peur que mon bilan soit faussé trop positivement et que cette étape soit considérée comme "acquise" alors qu'en réalité elle ne l'est pas. Qu'en pensez-vous ? Bonjour Achilette, N'ayez pas d'inquiétude à ce sujet. Les bilans sont des photographies à un moment donné. Nous avons très bien que le comportement alimentaire peut beaucoup varier dans le temps, notamment en fonction de nombreux paramètres qui peuvent influencer l'humeur. Vous aurez l'occasion de faire d'autres bilans au cours du parcours et de toute façon nous vous ferons travailler sur les EME ne serait-ce qu'à titre préventif. Vous pouvez donc avancez sereinement. Cette période sans EME vous permettra de progresser plus vite sur vos sensations alimentaires. Profitez-en. A très bientôt.
12/10/2011 (18:39) s45 Bonjour. Je débute le programme mais avais pris connaissance de la méthode il y a un an par un de vos livres. je souhaitais poser la question suivante : quand on n'a fait qu'un vrai régime dans sa vie (hypocalorique, perte de douze kilos repris depuis mais stabilisé à ce nouveau poids à 12 depuis six ans, excepté les grossesses) est il possible que son poids d'équilibre soit situé dans une zone de surpoids au niveau de l'imc ? Bonjour s45, Certaines personnes prennent du poids en multipliant le nombre de leurs cellules graisseuses. C'est ce qui explique l'augmentation du poids d'équilibre. Cette multiplication n'est pas réversible. Ce phénomène est variable selon chaque individu. Donc oui, il est possible, même sans avoir jamais fait de régime, d'avoir déplacé son poids d'équilibre, même au-dessus d'un IMC normal. Mais il est impossible de l'affirmer tant qu'on est pas certain de manger en respectant ses sensations alimentaires. La plupart des personnes se trouve en fait au-dessus de leur poids d'équilibre. Donc pas de découragement d'avance. A bientôt.
12/10/2011 (18:42) eileen Bonsoir Docteur Zermati, j'ai une petite fille de 8 mois qui commence à manger 'normalement' et j'ai honte de la façon dont je mange, je me dis que je ne suis pas capable de lui montrer le bon exemple. Qu'en pensez-vous ? Bonsoir Eileen, Je pense qu'on ne peut pas donner plus que ce qu'on a. Je pense que vous avez avec un trouble alimentaire et que ce n'est pas une maladie honteuse. Je pense qu'une maman qui fait ce qu'elle peut pour se soigner et faire l'éducation alimentaire de sa petite fille de 8 mois n'a pas à avoir honte de grand chose. En tout cas, dans ce domaine. Je pense que votre petite fille à de la chance d'avoir une maman comme vous.
12/10/2011 (18:44) Lina Bonjour Docteur, j'aimerais savoir quelle attitude adopter avec mon fils de 3 ans et demi qui est (et a toujours été) un enfant "difficile"; il aime très peu d'aliments, refuse très souvent de goûter de nouveaux aliments, et au contraire, est très attiré par le sucré. Compte tenu de mes propres problèmes cela m'inquiète énormément, ce qui complique beaucoup les choses. Que faire? Bonjour Lina, Votre petit garçon ressemble à beaucoup d'autres de cet âge-là. Il n'y a pas d'inquiétude à avoir. Il faut du temps, de la patience et beaucoup de persévérance pour faire l'éducation alimentaire d'un enfant. Tout d'abord sachez que les apprentissages les plus efficaces se font par imitation. En améliorant votre comportement alimentaire, vous lui donnerez l'image du comportement à adopter. Ensuite, proposez-lui au cours des repas les aliments qu'il apprécie et introduisez à table ceux qu'ils apprécient moins. Demandez-lui au moins de les goûter ne serait-ce que quelques bouchées. Voire même une ou deux. Présentez-lui ces aliments sous des formes différentes (préparation, recettes, cuisson...). Vous pouvez l'initier à des jeux de dégustation. (C'est comme ça que mes enfants sont devenus des fans de ratatouille). Mangez devant lui les aliments qu'ils apprécient moins. Et attendez patiemment le fruit de vos efforts... Une chose est sûr, les aliments c'est comme les gens. On peut apprendre à les aimer, on ne peut pas se forcer à les aimer. Bon courage.
12/10/2011 (18:50) Lily Bonsoir docteur. Je sens que je progresse, et les repas sont plus satisfaisants. Moins d'excès, mais plus de plaisir, c'est magique ! Cela dit, j'ai encore beaucoup de mal à maîtriser mon impulsivité alimentaire. Et quand j'y parviens, je me sens frustrée, démunie, comme si j'étais seule face à mes émotions, sans rien pour les atténuer... La pleine conscience seule peut-elle vraiment m'aider à affronter ces moments de désarroi ? Bonjour Lily, Je suis bien heureux de vous voir progresser. L'impulsivité reste le problème le plus difficile à résoudre. La pleine conscience va considérablement vous aider à en venir à bout. Il faut commencer à pratiquer tous vos exercices d'abord à froid, en amenant votre attention sur les sensations d'inconfort physique qui peuvent apparaitre. Puis vous pourrez beaucoup plus facilement utiliser l'espace de respiration au moment d'apparition d'une EME. Le but est de développer une attitude de choix entre se maintenir dans une situation d'inconfort émotionnel ou déguster un aliment réconfortant. Nous travaillons actuellement à développer de nouveaux outils qui pourront mieux vous aider. Je pense qu'ils seront prochainement sur le site. Bon courage.
12/10/2011 (18:52) BEHAPPY J'ai l'impression qu'en mangeant a sa faim on peut juste stabiliser son poids, mais pas en perdre ! qu'elle est votre explication à ce sujet ? Bonjour BEHAPPY, Pour maigrir il faut manger moins. Et même moins moins de n'importe quoi. La perte de poids est la même que retiriez 500 calories de fromages ou 500 calories de légumes ! Or la plupart des personnes qui ont des problèmes de poids ne respecte plus leur faim. Elles s'imposent des règles qui les font manger plus - faire 3 repas par jour, manger équilibré à tous les repas...), elles ne reconnaissent plus leur faim ou leur satiété, elles mangent pour calmer leurs émotions... Au bout du compte, pour ces personnes, respecter sa faim conduit tout simplement à manger moins. Voilà ce qui pourra les ramener à leur poids d'équilibre. A bientôt.
12/10/2011 (18:57) natnat bonjour, je suis inscrite depuis le 3 septembre. Grâce à ce programme je me sens moins gonflée, j'ai du mal à calmer mes fringales, je me retrouve debout entrain d'avaler à toute vitesse n'importe quoi, et quand j'arrive à me raisonner , je comprend qu'au même moment un ta s de pensées douloureuses me traversaient l'esprit, j'arrive rarement à calmer ce genre de pulsions , en stoppant et en pratiquant la respiration , ça m'aide beaucoup, vraiment, ce que je ne sais pas encore faire c'est savoir quand les pulsions arrivent , je ne sais pas , ça m'arrive par vague et me submerge, merci à vous et à votre bienveillance. Bonjour natnat, Je vous félicite pour ces premiers progrès. Vous avez pris conscience que vous mangiez pour vous préserver de ces pensées et émotions pénibles. Cette prise de conscience et quelques instants de respiration vous aident à trouver d'autres réponses que la nourriture. Au cours du programme nous allons vous enseigner d'autres techniques de pleine conscience qui vous aideront à mieux voir venir vos émotions et peut-être aussi à mieux en comprendre les causes. Je vous engage à persévérer dans vos exercices de pleine conscience. Vous verrez, le chemin est passionnant. A bientôt et encore bravo.
12/10/2011 (19:00) eileen Bonsoir Docteur Zermati, que pensez-vous du Programme National Nutrition Santé ? Bonsoir Eileen, Ben... pas trop de bien. Je crois que tout cela nous éloigne beaucoup de nos sensations et de nos besoins. Je pense que l'éducation alimentaire est bien plus recommandable que l'information nutritionnelle. Disons que ce sujet est très polémique et qu'il nécessiterait des développements plus longs. Bonne continuation.
12/10/2011 (19:04) ZIZOU Bonjour Dr Zermatti Depuis mon inscription sur le site j'ai beaucoup changer mes habitudes alimentaires et mes rapports à mon corps et à mon poids cependant malgré tout cela je perds très peu de poids contrairement à certaines personnes dont je lis les tchats;je n'ai plus d'aliments tabous ,plus de troubles compulsifs, je mastique bien mes aliments mais je suis parfois encore un peu nerveuse:est ce que cet état peut avoir un impact sur mon poids et comment y pallier?merci de votre aide Bonjour Zizou, Ne vous découragez pas. Vous avez déjà beaucoup progressé. Malheureusement vos progrès sur le comportement alimentaire n'ont pas encore été récompensés par des progrès notables sur le poids. Mais même sans aliments tabous, ni troubles compulsifs, il est possible que vous mangiez encore trop au moment des repas. Notamment si vous êtes nerveuse. Il est possible que cette nervosité vous conduise à manger plus pour vous calmer et à dépasser votre satiété. Je vous suggère de travailler vos techniques de pleine conscience, la dégustation et de retester votre satiété en fractionnant vos prises alimentaires. Bon courage.
12/10/2011 (19:07) capuccino Bonsoir Docteur, comment expliquez-vous qu'au cours du programme, les EME qui avaient disparu pendant presque 2 mois refassent leur apparition en force ? Que l'attention portée à la faim, au rassasiement aient pris la clés des champs me laissant complètement déboussolée devant le retour en force de mes pires ennemis ? Bonsoir Capuccino, Parce que c'est toujours comme ça que les choses se passent quand on sort de dizaines d'années de troubles alimentaires. On apprend pas à faire du vélo sans tomber, à jouer du piano sans faire de fausses notes et à remanger normalement sans compulser. Dites-vous que si vous n'avez pas compulsé depuis deux mois c'est que vous pouvez espérer venir à bout de vos troubles. Mais n'espérer pas les voir disparaitre en si peu de temps après 30 ans de désordres. Vous avez toutes les raisons d'être satisfaite de vos progrès. A bientôt.
12/10/2011 (19:10) Louise J'ai tellement de poids à perdre que je me demande si quelqu'un avec cette méthode a réussi à perdre plus de 20 kilos ? Oui Louise, Certaines personnes ont même perdu même plus de 20 kg. Mais je vous rappelle que l'objectif ne consiste pas à fixer d'avance une perte de poids. Mais à atteindre son poids d'équilibre qui est le seul poids que le corps pourra ensuite maintenir dans la durée. Mieux vaut perdre définitivement ne serait-ce que 15kg que d'en perdre 20 qu'on reprendrait ensuite. Bon courage.
12/10/2011 (19:12) Soleluna Bonjour cher docteur, Petite question relative à la moyenne faim, ou bonne faim, celle qui est si importante dans la suite de notre parcours de vie. J?ai fait les exercices de faim et je ressentais une faim que je qualifiais de faible plus, disons 3. Là j?étais pas de bonne humeur, mais alors pas du tout (je suppose que le fait d?être au régime depuis l?âge de 3 ans a quelque peu émoussé ma tolérance à la faim j?ai attendu la faim moyenne. Rien, ma faim a tout simplement disparu, me suis forcée à manger quelque chose vers 17h30, car ma tête allait exploser. Du coup je suis un peu perdue. Ce peut-il que ce que je crois être une faim faible et pour laquelle je place un curseur à 3, soit en réalité ma bonne faim ? D?avance un grand merci pour vos lumières. Hélène Bonjour Hélène, Ces années de régime ont déréglé bien des choses ! Il n'est pas facile de répondre à votre question sans plus d'éléments. Je dirais à première vue que vous vous êtes retrouvée dans la grande faim sans vous en rendre compte. Je pense que vous ne savez pas encore comment la faim évolue dans le temps. Mais ce n'est pas grave du tout. Cette difficulté est entièrement surmontable grâce aux différentes expériences sur la faim. Sachez que la faim va et vient et qu'elle change de forme au fur et à mesure. Elle est d'abord digestive puis devient plus diffuse avec des maux de tête, de la fatigue... Ce qui ressemble à ce que vous avez éprouvé en fin d'après midi. Tenez-moi au courant.
12/10/2011 (19:16) khaleda Bonjour Docteur Zermatti, vous m'avez suivi il y a de ça 3 ans et demi et nous avions arrêté de nous voir parce que j'attendais un enfant. A l'époque, nous avions abordé le stade au cours duquel même en faisant la méthode on ne peut plus maigrir car le corps s'est trop habitué à recevoir des apports caloriques. Comment savoir si on en est là ? Bonjour Khaleda, En réalité le corps s'arrête de maigrir quand il a atteint son poids d'équilibre. A ce moment, on mange selon ses besoins en respectant ses sensations de faim et de satiété et le poids se maintient stable. Pour passer sous ce poids, il faudrait manger moins que ses besoins et donc moins que sa faim. Ce que très peu de personnes parviennent à supporter sur une très longue durée. Il faut plusieurs mois de recul et de stabilité pour s'assurer qu'on a atteint son poids d'équilibre. A très bientôt.
12/10/2011 (19:21) anne66 bonjour, j'ai perdu près de 4 KG et je suis surtout ravie de ne plus avoir à compter les calories avec cette méthode. Je me demande si ça peut marcher avec les enfants, car j'ai une fille de 5 ans qui semble ne jamais ressentir la satiété avant d'avoir "le ventre plein". Avez vous des conseils spécifiques pour les enfants? Bonsoir Anne66, Bravo pour vos progrès ! L'approche est différente avec les enfants. Les expériences alimentaires ne peuvent pas être les mêmes. Elles sont beaucoup plus centrées sur des jeux de dégustation. A son âge, on peut déjà l'interroger sur la perception qu'elle a de sa faim et de sa satiété. Il est aussi possible que votre petite fille mange pour calmer des émotions. Il faut l'inciter à en parler, l'aider à les exprimer, à trouer les mots... Surtout éviter les discours de restriction qui pourrait développer de l'anxiété alimentaire. Bonne continuation et tenez nous au courant.
12/10/2011 (19:22) AUDYLLE je travaille sur l'attention mais le chemin est long. Manger en pensant à autre chose, quasi constamment, fait partie de moi, je dois ramener constamment mon attention à ce que je mange. Les sensations de faim sont retrouvées mais pas la satiété, le grignotage compulsif du milieu ou fin d après midi qui ne s'arrête que vers 21H est encore présent plusieurs fois dans la semaine, ce qui me désespère. Du coup je doute de moi, de mes capacités à lacher mes kilos et j'angoisse de devoir finir ma vie avec eux. Cela fait 2mois que j'ai commencé sur ce site . Bonjour Audylle, Il n'y a rien d'anormal dans ce que vous décrivez. Votre rapport à la nourriture est manifestement complexe et peu apaisé. On ne fait pas disparaitre de tels troubles en seulement 2 mois. Il faut seulement que vous sachiez que vos troubles vont disparaitre, que cela se fera progressivement avec des hauts et bas et que ca va prendre du temps. Mais finalement c'est le résultat qui compte. Il est probable que ce ne soit pas vos kilos que vous avez du mal à lâcher mais votre rapport aux aliments qui vous servent à calmer (peu, mal) vos émotions. En persévérant avec calme et détermination, vous pourrez beaucoup progresser. Après vos compulsions, n'hésitez surtout pas à attendre le retour de votre faim. Quitte à sauter certains repas. En annulant les conséquences pondérales de vos compulsions, vous en diminuerez le caractère stressant. Ce qui diminuera leur intensité. Bon courage.
12/10/2011 (19:24) eileen Bonsoir Docteur Zermati. Je viens de passer quelques jours où je crois j'ai mangé moins que ma faim (je viens de m'en rendre compte). D'ailleurs cette nuit, j'avais une "faim de loup" mais je n'ai mangé 'parce que la nuit on ne doit pas mangé !). Du coup, ce midi, j'ai dévoré mon repas et compulsé sur les barres de céréales (en plus je n'ai pas dormi de la nuit à cause de ma fille de 8 mois). Etais-je dans une forme de jeûne ? Comment faire dans le futur pour éviter cette situation inconfortable ? Bonjour Eileen, Restriction sur fatigue. Vous avez ce qu'il faut pour faire une compulsion. Si vous mangez moins que votre faim dans le but de maigrir, si vous respectez des règles (on ne mange pas la nuit) qui vous empêchent de manger pour calmer votre faim vous devenez vulnérable. Il suffit d'une fatigue sur tout ça et tout est prêt pour une jolie compulsion. Vous connaissant, je crois que vous pourrez trouver vous-même la solution. A bientôt.
12/10/2011 (19:25) Emmalie Bonjour Dr Zermati, Je vous écris ce message car je suis en pleine période de doutes complètes. tout ce mélange et je ne parviens plus à avancer. J'ai expérimentée les différentes sensations de faim et je ne parviens pas à reconnaître la moyenne faim. Je m'explique, pour la petite faim, pas de problème, les sensations physiques sont légères et supportables. Du coup, la journée je gère assez bien mes sensations, mais arrivée en fin de journée, il m'est arrivé à chaque fois d'avoir faim vers 16h30 et la faim est de plus en plus intense et en général j'attends l'heure du repas habituel pour manger 19h30 environ. Simplement, les sensations physiques sont assez intense et constante. Mais à chaque fois, je ne prends aucun gouter en me disant que je suis capable de supporter ces sensations. Mais je ne ressens pas trop de plaisir au moment du repas, car je mange assez vite puisque j'avais faim. Je me rends compte que je mange moins en quantité lors du déjeuner, mais mon corps doit avoir besoin d'énergie au goûter et je ne respecte pas mes besoins. J'ai l'impression de retomber dans la restriction cognitive et de m'affamer avant le repas du soir. Et hier soir, j'ai mangé 2 bonnes assiettes de gratin dauphinois rapidement car j'adore çà, résultat j'ai eu très mal au ventre après. Je ne sais plus quoi faire, pour l'instant je ne préfère pas avance dans les étapes du programme tant que je n'aurai pas intégrer cette expérimentation. Par ailleurs, j'ai pris conscience que je pouvais manger ce que je voulais lorsque j'avais faim, mais par rapport au nombre de repas je reste à mes 3 repas par jour. Pouvez-vous m'aider ? Par avance merci Bonjour Emmalie, Vous avez raison de prendre le temps de bien assimiler cette étape. Vous avez besoin de vous mettre au clair avec cette sensation de faim. Pour le moment, vous ne supportez pas la grande faim qui vous fait bien trop manger. La grande faim est une faim que l'on doit connaitre, apprendre à supporter sans stress ni débordement mais que l'on ne doit pas rechercher non plus. Elle n'est pas confortable et pousse souvent à trop manger. Comme vous avez faim vers 16H30, pourquoi ne pas prendre une goûter léger qui calmera votre faim et vous permettra d'aborder le dîner avec une faim plus confortable. Je vous suggère de ne pas vous laisser enfermer dans une règle de 3 repas par jour. Ce n'est pas forcément ce qui vous convient pour le moment. Et cela vous empêche de découvrir votre Bonne Faim. En tous cas, vous êtes sur la Bonne Voie. A très bientôt.
12/10/2011 (19:26) cledut bonjour docteur.. je réalise que je me fait "bouffer"par les autres .. parce que je le veux bien me dira-ton mais comment faire pour gérer sa vie et ses émotions quand elles sont encore si dépendantes de celles de ses enfants(qui pour certains assez vont mal!!) et de ses parents qui viellissent. Bonjour cledut, Le trouble alimentaire n'est pas caractérisé par le fait d'avoir des émotions. Mais par la façon de les gérer. En se servant de nourriture. Chacun traverse des moments difficiles au cours de sa vie. Certains ont même des vies beaucoup plus difficiles que d'autres. Notre programme n'a pas la prétention de régler ces problèmes. En revanche, il vous apprendra à faire face autrement à vos émotions, à réduire l'impact des émotions sur votre poids, à retrouver votre poids d'équilibre... Bref, si votre vie est difficile, nous ferons en sorte qu'elle ne le soit pas davantage en y ajoutant des troubles alimentaires et des problèmes de poids. En vous débarrassant de ces troubles vous pourrez mieux vous consacrer à vos problèmes familiaux. Bon courage.
12/10/2011 (19:27) natnat bonjour je voudrais savoir s'il faut être majeur pour suivre votre programme? Bonjour natnat, Il faut effectivement être majeur pour participer à notre programme. Désolé. A plus tard. JP
12/10/2011 (19:28) capuccino Rebonsoir, peut-on n'avoir jamais été à son poids d'équilibre (avoir été toujours au-dessus ou au-dessous) hormis la période bénie au régime ne voulait rien dire pour nous ? Aujourd'hui, nous voyons des personnes qui ont présenté des troubles dés leur plus jeune enfance. Leur poids n'a jamais été naturellement contrôlé par leurs sensations alimentaires. Ils ont toujours mangé soit avec leur tête soit avec leurs émotions. Leur poids s'est rarement stabilisé. Il a presque toujours augmenté ou diminué. Il est bien difficile, voire impossible, de définir leur set-point. Seul le rétablissement d'un comportement régulé pourra le leur faire découvrir.
12/10/2011 (19:31) JPZ Merci à tout le monde pour cette participation. Je vous attends sur les forums. Et rendez-vous pour le prochain chat. Bonne semaine.
Haut de page 
X