Chat du 12 septembre 2017 avec Gérard Apfeldorfer

12/09/2017 (18:03) Ces dernières années je n'ai fait que prendre du p Je viens de reprendre le programme car je continue à grossir. 2 objectifs : reconnaitre ma faim et ma satiété, je mange trop!J'ai supprimé les grignotages du soir devant la télé, mais je pense que dormir m'angoisse et c'est dur (c'est à ce moment que j'ai eu des problèmes cardiaques. Que faire? Bonsoir, vous, Je ne sais pas grand chose de vos problèmes et il m'est donc difficile de vous répondre. Vous dites que vous ne savez plus reconnaître vos sensations alimentaires. Cela peut être dû à 2 choses, qui peuvent être d'ailleurs toutes 2 présentes. - Soit la restriction cognitive, c'est-à-dire des efforts de contrôle de ce que vous mangez (avec des interdits alimentaires portant sur des aliments que vous désirez souvent), ce qui a tendance à rendre à la longue les sensations alimentaires non perceptibles. La solution réside dans le rétablissement des sensations alimentaires et la levée des interdits, ce que vous permet le programme. Refaites les exercices dans ce sens si vous avez le sentiment de ne pas bien identifier la faim, le rassasiement, les appétences. - Soit des troubles émotionnels. On mange alors trop pour calmer ses émotions et on ne s'occupe pas du tout de ses sensations alimentaires. La solution consiste à: 1) s'autoriser à calmer ses émotions en mangeant, mais en le faisant sans culpabilité et sur un mode de dégustation. Dans le programme, ceci est nommé la technique de l'EME-zen; 2) Apprendre à mieux tolérer ses émotions et ses pensées pénibles. La pratique des exercices de pleine conscience, le travail sur les pensées automatiques, qui font aussi partie du programme, devraient vous y aider. Mais bien sûr, c'est là un travail de longue haleine. Mais vous dites aussi que dormir vous angoisse. Sans doute y a-t-il là des émotions et pensées sous-jacentes, ce qui nous renvoie aux troubles émotionnels. Mais si ces troubles émotionnels découlent d'autre chose que de vos problèmes alimentaires, il se peut qu'un travail psychothérapeutique soit nécessaire. Ou peut-être n'est-ce pas nécessaire. Je n'ai pas assez d'éléments pour vous conseiller.
12/09/2017 (18:05) TAMAR Pour un démarrage seules les pulsions sont à suivre ? Bonsoir tamar, Je ne comprends pas ce que vous demandez. Qu'appelez-vous "suivre des pulsions"?
12/09/2017 (18:08) minifouine Bonsoir Dr Apfeldorfer, pourriez-vous me dire plus précisément en quoi l'EME-zen a évolué depuis la migration du site ? Définition, outils ? Bonsoir Minifouine, Oui, l'EME-zen a évolué. Dans sa première version, lorsqu'une envie de manger émotionnelle apparaissait, nous demandions aux personnes de pratiquer un petit moment de pleine conscience avant de choisir entre 2 solutions: manger pour calmer l'émotion, ou bien ne pas manger et vivre cette émotion autant que possible en pleine conscience. Puis ensuite de faire le point et de recommencer le cycle si nécessaire. C'était bien trop compliqué; cela pouvait aussi donner à penser que le mieux était de résister à son envie de manger et que l'objectif de la pleine conscience était d'éviter la prise alimentaire. Idéalement, certains le comprenaient comme s' il s'agissait de pratiquer la pleine conscience afin d'éviter la compulsion. Nous avions donc modifié le processus afin de simplifier et empêcher un contresens. Donc, maintenant, lorsqu'on a une envie de manger (émotionnelle ou par faim, en fait), on mange. On mange jusqu'à ce que l'envie de manger disparaisse, c'est-à-dire jusqu'à ce que la faim disparaisse (là, ça n'est pas l'EME-zen, mais de l'alimentation normale, hein) ou l'émotion perturbatrice ait été calmée. On cherche à ne pas manger n'importe comment: si on mange en pleine conscience, c'est-à-dire en dégustant, en prenant son temps, bien moins de nourriture est nécessaire. Ce qui n'a pas changé: on choisit les aliments qui nous semblent les plus réconfortants à ce moment là, on les consomme sans culpabilité (un travail sur la dégustation des aliments riches est donc un préalable). Puis, quand ça va mieux, on attend le retour de la faim pour manger à nouveau. Si on a beaucoup mangé, on devra donc attendre plus longtemps. C'est plus clair?
12/09/2017 (17:59) G. Apfeldorfer Bonsoir à toutes et tous. Bienvenue dans cette foire aux questions. Allez, ne soyez pas timides et posez les questions que vous n'osez pas poser.
12/09/2017 (18:04) G. Apfeldorfer Pas trop de questions pour le moment. Allez, n'ayez pas peur!
12/09/2017 (18:12) arcenciel Bonsoir j ai recommence le programme et j ai du mal à voir mes progres, avez vous des astuces? Les progrès qui comptent sont les progrès concernant votre façon de manger. Vous pouvez mesurer vos progrès en regardant si vous percevez mieux votre faim et votre rassasiement, si vous vous arrêtez quand vous n'avez plus faim, si vous n'écartez pas les aliments qui vous tentent. Vous pouvez aussi voir si vous devenez capable de vivre vos émotions sans chercher à les éviter d'une façon ou d'une autre, et en particulier si vous cherchez moins à les éviter en mangeant compulsivement. Et encore, si vous arrivez à mettre en pratique l'EME-zen si nécessaire. Comme vous voyez, la seule chose à éviter, c'est de mesurer vos progrès en kilos. La diminution des kilos se fait toute seule, quand une alimentation intuitive est rétablie.
12/09/2017 (18:12) minifouine Bonsoir Dr, avez-vous eu ma question sur l'EME-Zen nouvelle formule ? Répondu!
12/09/2017 (18:16) Claire59 Bonjour je viens de commencer , ce que j'ai appris , c'est le lâcher prise , et dites moi si je me trompe , le but est t'il de faire coïncider nos besoins avec le rassasiement? Je pense que pour moi, satiété , faim être rassasié ? Tout est détraqué La faim signale que nous avons besoin de manger et le rassasiement signale que nous avons assez mangé. Nos appétits nous indiquent les aliments qui répondront le mieux aux besoins du moment. Ces sensations sont des signaux nous indiquant comment nous comporter. Mais bien sûr, ces signaux peuvent être devenus inaudibles. Les exercices du programme sont là pour rétablir votre capacité à écouter et respecter ces signaux.
12/09/2017 (18:20) minifouine Merci pour votre réponse. Dois-je comprendre que lorsqu'on a une EME, on ne se pose plus de question, on mange systématiquement jusqu'au rassasiement émotionnel, qui il il intervient tard prend des allures de compulsion non ? Oui mini fouine, lorsqu'on a une EME, autant manger sans se poser de questions. Et en mangeant sur un mode de dégustation, on évite la compulsion. Si malgré tout compulsion il y a, on n'en fait pas un fromage, si j'ose dire, et on se dit que comme ensuite on attendra d'avoir faim pour manger à nouveau, on 'aura pas mangé trop à l'échelle de la semaine. Cependant, vous comprenez bien que des EME trop répétitives ne permettront pas d'attendre le retour de la faim, et là, on mangera alors trop. C'est pourquoi il convient aussi de travailler sur l'augmentation de la tolérance aux émotions, afin de faire baisser la fréquence des EME. La pratique de la pleine conscience, le travail sur les pensées automatiques peuvent y aider grandement.
12/09/2017 (18:26) arcenciel autre question : j ai du mal a croire que naturellement je vais ecouter les besoins de mon corps, j aime peu la viande et bcp le sucré comme bcp d entre nous. Si je m ecoute je vais avoir envie de manger du steak et des pommes? Merci Ah, arc-en-ciel, vous ne faites pas du tout confiance dans vos processus de régulation! Ce que je comprends, puisqu'ils sont actuellement en panne. Mais ils vont se rétablir peu à peu. Dans un premier temps, mangez ce dont vous avez envie. Du sucré si c'est du sucré. Sans aucun interdit, ni sur la fréquence, ni sur la quantité. Mais mangez en pleine conscience (= en dégustant). Et peu à peu, vous allez constater qu'après une cure de sucré dégusté, vous n'avez plus trop envie de sucré pendant un petit moment. Tout cela prend habituellement quelques mois. Nous avons bien des participants au programme qui nous disent qu'à leur grande surprise, ils reprennent goût à des aliments plus classiques, qui avaient fini par devenir aversifs, tant ils étaient connotés "régime".
12/09/2017 (18:26) arcenciel Merci pour votre reponse, je stagne en fait ou je fais des allers retour on dirait Oui. Mais peut-être avancez-vous en spirale.
12/09/2017 (18:27) arcenciel ou se trouve le travail sur les pensees automatiques dont vous parler? c est dans le programme ou c est un outil Oui, c'est dans le programme. Mais peut-être n'en êtes-vous pas encore là. Patience.
12/09/2017 (18:28) Bibiche16 Je viens de terminer le programme et je constate que mon corps est devenu un allié même si tout n est pas parfait Je tenais à vous remercier personnellement de votre méthode qui me mènera vers une autonomie alimentaire bien cordialement Ah bibiche, voilà qui fait plaisir à entendre! Merci de ce retour.
12/09/2017 (18:32) Marc34 Votre technique se base sur quelle durée pour commencer à être efficace ? Cela dépend t-il des modes de fonctionnement alimentaire de chacun ? Chacun va à sa vitesse. Celles et ceux qui ont essentiellement des problèmes découlant d'une diététisation de leur alimentation, avec plein d'interdits, de culpabilité, tout cela déclenchant des compulsions (la restriction cognitive, quoi) peuvent avoir des résultats en quelques mois, disons 3. Celles et ceux qui ont surtout des problèmes émotionnels ont besoin de davantage de temps. Disons 6 mois à un an. Et certains, qui ont des problèmes complexes, liés à des traumatismes antérieurs, ont besoin d'un accompagnement psychothérapeutique parallèle.
12/09/2017 (18:33) arcenciel merci je vais essayer :) N'essayez pas, faites-le. Just do it!
12/09/2017 (18:33) G. Apfeldorfer Panne de question!
12/09/2017 (18:37) Bibiche16 Mon corps vient de décider d'amorcer une perte de poids au bout de 5 mois de programme il ne faut rien lâcher Marc ? J'aime bien comment vous dites ça, bibiche. Vous avez parfaitement compris: nous sommes au service de notre corps, et ce n'est pas notre corps qui serait à notre service. Quand on est gentil avec son corps, il vous fait lui aussi des gentillesses. Et quand on fait violence à son corps, bien entendu, il se venge.
12/09/2017 (18:39) minifouine D'après votre réponse à Marc, si l'on n'est pas dans le cas 1 ou 3, alors on devrait pouvoir retrouver son poids d'équilibre après 1 an maxi ? Ce sont des chiffres tout à fait indicatifs, des moyennes. certains vont plus vite, d'autres plus lentement. Et quand je parle de résultats, je ne veux pas dire par là qu'on est arrivé à son poids d'équilibre, mais qu'on en a pris le chemin. Ca dépend bien entendu de son degré d'éloignement de ce poids d'équilibre.
12/09/2017 (18:44) minifouine Comment parvient-on à être bienveillant envers son corps quand par ailleurs il nous renvoie une bien pière image de nous-même, quand on considère qu'il nous a lâché en quelque sorte ? Comment faire la paix? Avec son corps, avec son voisin de palier, avec Kim Jong Un? Vous connaissez le Petit Prince de Saint Exupéry? Le renard le lui dit, comment faire pour l'apprivoiser. On se rapproche lentement, jour après jour, on se montre gentil, aimable, plein de bonnes intentions. Et peu à peu, la confiance s'installe. On peut alors le caresser (dans le sens du poil).
12/09/2017 (18:52) minifouine Personnelement, je crains que mon poids d'équilibre ne se situe autour de 100 kg, ce qui me laisse avec un IMC encore "inquiétant", que faire dans ce cas si le programme ne produit aucun résultat ?" Notre programme a pour objectif de vous permettre de vous stabiliser à votre poids d'équilibre. Mais effectivement, il peut arriver que le PE soit plus haut qu'on ne le voudrait. Après avoir vérifié qu'il n'y a pas d'erreur et que c'est bien le cas (souvent, en fait, c'est parce qu'on se trompe dans l'interprétation de ses sensations alimentaires), par exemple après en avoir discuté avec votre coach, on a plusieurs solutions: - se priver et manger moins que sa faim. Mais il faut savoir qu'on est alors condamné à vie à manger moins que sa faim. Ce n'est pas impossible, mais très peu de personnes y parviennent. En plus, ça leur pourrit le caractère. - accepter son poids d'équilibre, accepter de ne pas être dans les normes pondérales et vivre sa vie fièrement, sans se cacher. Un travail d'acceptation et d'affirmation de soi est le plus souvent nécessaire. Là encore, voyez avec votre coach. - si l'obésité est importante et qu'elle a des conséquences avérées sur la santé, on peut faire appel à la chirurgie bariatrique. le programme que vous avez fait est alors une excellente préparation et augmentera notablement les chances de ne pas rechuter avec chirurgie. Là encore, prenez conseil auprès de votre coach.
12/09/2017 (18:53) minifouine Ok, il faut donc continuer à être patiente et persévérante, et qu'est-ce 1 année ou même 2 sur 30 ans de TCA finalement... Une fois de plus, vous avez raison ! J'ai honte de le dire, mais oui, j'ai raison.
12/09/2017 (18:54) Bibiche16 L estime de soi ne tombe pas du ciel tout un programme Exact. Ca se travaille. Les thérapies cognitivo-comportementales sont indiquées dans ce type de problème.
12/09/2017 (18:55) Bibiche16 Je pense que nous avons toutes lâché les messages de nos corps en tout cas c est ce que j ai compris Oui, vous avez bien compris!
12/09/2017 (18:56) Hacey Bonjour à tous ! Quand on a envie de manger sans faim est-ce forcément une EME (je débute ce programme donc mes excuses si c'est une question basique)? Vous avez le droit de poser des questions basiques, hacey. Non, on peut avoir envie de manger sans faim aussi parce qu'on est en restriction cognitive. Les aliments interdits deviennent de plus en plus désirables, en dehors de toute faim.
12/09/2017 (18:57) minifouine Je ne suis pas encore au bout du programme et compte même revenir sur plusieurs étapes qui ne sont pas du tout encore assimilés, donc je ne désespère pas, et espère ne pas avoir à repasser par le billard... Merci pour toutes vos réponses Dtr bonne soirée et à bientôt. Bonne soirée et bon courage, minifouine.
12/09/2017 (18:58) G. Apfeldorfer Et nous voilà au bout de cette FAQ. Je vous souhaite un bon appétit pour le dîner et je vous dis à la prochaine fois.
Haut de page 
X