Chat du 13 juillet 2011 avec Jean-Philippe Zermati

13/07/2011 (18:34) JPZ Bonjour tout le monde. ET bienvenue sur ce chat estival.
13/07/2011 (18:37) lemonsha Bonsoir docteur. Bravo pour votre méthode qui détonne au milieu de tous ces régimes qui détruisent notre bon sens et notre santé. Je débute, mais me heurte déjà à un problème : j'arrive à écouter les signaux de faim et (presque) les signaux de satiété dans la journée, mais le soir, c'est comme si mon cerveau relâchait toute son attention. Du coup, je réalise que j'ai machinalement mangé un yaourt sans même y avoir prêté attention ! Auriez-vous un truc pour éviter cette attitude (je précise que je vis seule, donc personne pour faire le gendarme) ? Merci Bonjour lemonsha, LA fin de journée est le moment le plus difficile de la journée. On cumule les efforts de contrôle, les tensions et la fatigue de toute la journée. C'est à ce moment-là qu'on éprouve le besoin de se réconforter. Nous allons vous faire travailler sur le réconfort alimentaire. Si vous mangez pour vous détendre, il faut au contraire, que vous accordiez toute votre attention à ce que vous faites. Choisissez un aliment que vous aimez et prenez tout le temps de le déguster. Vous ne devez pas perdre une miette du réconfort qu'il est censé vous apporter. Toutes miettes de réconfort en moins, c'est des calories en plus. Confidence pour confidence, je déguste tous les soirs quelques Finger. Une journée sans Finger n'est jamais vraiment une journée terminée !
13/07/2011 (18:39) eileen Bonsoir Docteur Zermati. Comment apprendre aux enfants à manger ? Faut-il leur apprendre à manger 4 repas par jour ? J'ai une fille et je me pose beaucoup de questions sur ce thème. Comment leur apprendre ça sans leur imposer des règles trop strictes ? Merci d'avance pour votre réponse. Bonjour Eileen, Les enfants ont naturellement ce que beaucoup d'adultes ont perdu : une bonne régulation. Ils savent manger ce dont ils ont besoin. Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi faire leur éducation alimentaire. Leur apprendre comment manger sans contrarier cette bonne régulation. Il est nécessaire de leur enseigner des règles de table, leur apprendre à avoir faim au moment des repas, leur faire découvrir le goût des aliments, manger dans des conditions de calme et d'attention, ne pas manger en regardant la télévision ou en jouant sur leur play station, partager les repas avec leur famille... Bref, les éduquer tout en les aidant à apprendre et respecter leurs besoins et leurs émotions. L'éducation doit se faire par le plaisir et surtout par la terreur de grossir. Tout un programme, quoi !
13/07/2011 (18:40) ilo Bonjour! Tout d'abord merci pour votre site qui m'apporte beaucoup de sérénité au quotidien. Je voulais vous faire part d'une difficulté que je rencontre par rapport à la faim: j'ai tendance à attendre qu'elle soit très forte pour être sûre de moi, et parfois je m'aperçois qu'elle passe toute seule. Est-ce normal? Faut-il être attentif au moindre signal en répondant par une petite prise alimentaire ou vaut-il mieux attendre que la faim soit bien installée? Je me dis que si j'attends, j'ai plus de chance de maigrir. Est-ce juste? Bonjour Ilo, Merci pour cette bonne question. En fait quand la faim devient trop forte elle ne disparait pas. Elle change de visage et se manifeste par de la fatigue, des maux de tête... Elle devient inconfortable et vous expose à des compulsions ou tout du moins à manger trop et trop vite. Su le plan du poids, vous ne gagnez rien à manger avec une faim trop forte. La faim ne dit pas combien il faut manger. Elle dit simplement qu'il est temps de s'y mettre. Mieux vaut manger avec une faim moyenne. Nous allons bientôt vous faire travailler pour découvrir ce qu'est une Bonne Faim. Donc en pratique, évitez de vous mettre dans des situations de trop grand inconfort. Que la faim soit avec vous. Mais trop fort quand même !
13/07/2011 (18:42) Achilette29 Bonjour Docteur, j'ai lu plusieurs de vos livres et j'essaie de respecter mes sensations alimentaires depuis plus de trois ans. Ce sont clairement mes émotions négatives qui me font manger. Je me suis inscrite sur Linecoaching il y a environ un mois et je suis maintenant en vacances pendant 2 mois. Du coup, je n'ai presque plus d'émotions négatives et j'arrive à respecter mes sensations alimentaires. Je crains que cela ne fausse mes bilans actuels et que tout redégringole à la rentrée ! Merci pour votre réponse. Bonjour Achilette, Effectivement, les compulsions n'apparaissent pas si vous êtes totalement détendue. Mais le problème ne vient pas de l'existence de vos émotions. Tout le monde a des émotions, mais les émotions ne font pas manger tout le monde. Elles ne font manger que ceux qui ne supportent pas leurs émotions et cherchent à les minorer ou les faire disparaitre, notamment avec de la nourriture. Ceci exprime l'intolérance émotionnelle. Il s'agit d'un mécanisme dormant qui ne se manifeste qu'en présence de vos émotions. Nous en sommes parfaitement conscient. Et nous ne nous laisserons pas faussement rassurés par des bilans effectués dans des contexte trop favorables. Au cours des vacances, concentrez-vous sur 3 activités qui vont vous détendre: activité physique, exercices de pleine conscience et dégustation. Celà constituera une bonne base pour solidifier vos acquis. A votre retour, nous vous ferons travailler sur l'intolérance émotionnelle, et vous serez bien préparée. Bonne vacances.
13/07/2011 (18:44) KatiaM Bonjour docteur.Si votre méthode nous apprend à écouter nos sensations de faim et à manger en fonction d'elles et non plus d'une "horloge sociale" , pensez vous malgré tout qu'il y a un laps de temps à respecter entre la dernière prise alimentaire et le coucher? Merci par avance. Bonjour KatiaM, Vous apprendrez progressivement à concilier vos besoins physiologiques avec l'horloge sociale. Bientôt c'est vous qui ferez venir votre quand bon semble. C'est ce qu'on appelle l'appétit prévisionnel. Il n'y a aucun délai à respecter entre la dernière prise alimentaire et le coucher. Tout ce qu'on peut dire c'est qu'un dîner copieux et tardif peut gêner votre sommeil. L'idée que parfois émise que certains aliments ne font pas grossir avant une certaine heure mais font grossir ensuite est sans aucun fondement. Le camembert, ça ne ferait pas grossir avant 17h mais plus après !!!
13/07/2011 (18:46) solti Quand je suis attentive à ma faim, je mange très peu le matin, pas beaucoup le midi, par contre je fais un gros repas le soir (j'ai encore des progrès à faire pour gérer la fin de journée). Ces quantités m'interrogent car c'est à l'encontre de ce que j'ai toujours entendu : mangez comme un roi le matin, etc...Qu'en pensez-vous ? Qu'on est en République et qu'on se moque des Rois. Je blague. En fait, vous mangez comme la majorité des gens en France qui vivent dans les grandes villes et qui ont peu de temps pour déjeuner. C'est peut-être votre cas. Il est important que vous mangiez en fonction de vos besoins donc de vos sensations alimentaires. Et que vous ne laissiez personne vous faire croire qu'il sait mieux que vous quels sont vos besoins ! Sur le plan scientifique, nous n'avons jamais trouvé de relation entre le poids et la répartition des prises alimentaires. Les quelques études qui existent montrent que les 2 facteurs sont indépendants. Des expériences ont été faites sur les personnes qui pratiquent le Ramadan et donc concentrent leurs prises alimentaires sur leur dîner. Elles ne prennent pas plus de poids que les autres. Continuez à vous écouter. Et pas les autres. Attention en revanche à être très attentive à votre faim et votre satiété le soir notamment, et ne pas confondre faim et envie de manger. C'est aussi ce que nous allons vous apprendre dans ce programme...
13/07/2011 (18:48) fine67 Merci pour cet espace de discussion. Cela fait une bonne semaine que je suis inscrite et que je fais régulièrement mes exercices de respiration en pleine conscience. Je crois que ces respirations ont soulevé en moi des émotions du passé. Au départ, la multitude d'émotions m'a complètement rendue KO. j'ai dormi pendant trois jours entiers. Depuis 4 jours c'est l'inverse, j'ai une énergie "nerveuse" telle que je n'arrive plus à dormir. C'est comme si je buvais du café fort toute la journée. Pourriez-vous me dire si ces manifestations sont "normales". J'ai besoin d'être rassurée par rapport à ce qui se passe en moi et aux angoisses que cela fait naître. Bonjour Fine, Bravo d'avoir tenté l'expérience. Ce que vous éprouvez n'a rien d'anormal. Je dirais même qu'il vous arrive de bonnes choses. Éprouvantes mais salutaires. Il semble que la pleine conscience vous ait permis de vivre des émotions refoulées. Ce qui explique ce KO. C'est fatiguant les émotions ! Cette prise de conscience, ce soulagement ont l'air d'avoir produit une forme d'excitation. Refouler ses émotions c'est aussi fatiguant ! Les choses vont progressivement se normaliser. Je vous conseille de poursuivre vos exercices et de simplement continuer à observer ce qui se passe en vous sans chercher à le modifier. En acceptant les choses comme elles viennent. Poursuivez à votre rythme, sans forcer et en ménageant vos forces. Bravo Fine.
13/07/2011 (18:49) KatiaM Merci par avance de prendre le temps de répondre à nos questions. c'est très appréciable. Une question certainement classique : nous entendons toujours beaucoup parler de sucres lents / sucres rapides.... Si je mange une barquette de frites à midi et que j'ai faim 3h après , puis-je avoir confiance en cette sensation ou est-elle la conséquence de cette fameuse théorie sur les sucres rapides,les index glycémiques etc? merci.Katia. Bonjour Katia, Si vous savez reconnaitre votre faim, vous pouvez lui faire confiance. Les études sont parfaitement claires sur le sujet des sucres. Il n'existe aucune corrélation entre la consommation de sucres, rapide ou lents, et la prise de poids. Certaines études ont même montré des corrélation inverses. Les personnes les plus minces étaient celles qui consommaient le plus de sucres rapides. Donc, soyez rassurée. Respectez votre faim et vos appétits. Vous verrez d'ailleurs qu'ils ne vous feront pas manger que des sucres. Bien au contraire, ils vous pousseront à diversifier votre alimentation. Allez, que la faim soit avec vous !
13/07/2011 (18:50) luisasi Bonjour, Docteur.Je viens à peine de commencer et j' en suis juste aux 4 jours de respiration en totale conscience. Je m' aperçois que celà crée un sorte de stress et me bloque la respiration ! J' ai comme l' impression d'etre oppressée. que dois je faire? En tout cas, c'est pas gagné tout çà :-))) merci Bonjour Luisasi, C'est sûr, c'est pas encore gagné ! Mais c'est beaucoup moins perdu que vous ne le pensez si vous tirez profit de cette difficulté qui pourra beaucoup vous servir. Vous avez peut-être là une chance de progresser beaucoup plus vite. Lors de vos exercices de PC, vous sentez oppressé. Laissez votre attention se porter sur la région où vous éprouvez cette sensation d'inconfort. Observez-là sans chercher à la modifier. Essayez de la décrire mentalement aussi précisément que possible. Dans tous ces détails : sa localisation, son intensité, son rythme, ses irradiations, sa forme... Puis ramenez tranquillement votre attention sur votre souffle. Répétez plusieurs fois ces aller retours. En vous entraînant à vous maintenir dans cette situation d'inconfort (qui ne va d'ailleurs pas durer), vous travaillez déjà sur votre impulsivité alimentaire et vos envies de manger émotionnelle. Si ce que je vous suggère vous semble trop difficile, n'insistez pas davantage et contentez-vous de faire de votre mieux. C'est déjà beaucoup. Bon courage.
13/07/2011 (18:51) Lily Bonjour, et merci pour ce site qui m'apporte beaucoup ! Petite question technique qui va vous sembler absurde, mais bon, j'assume : lorsque l'on déguste un aliment, faut-il respirer pendant la dégustation en bouche ? Je viens de m'apercevoir que je mangeais chaque bouchée en apnée... ! J'essaie donc de garder l'aliment en bouche tout en respirant, mais (vous pouvez rire...) c'est très difficile pour moi ! Suis-je la seule dans ce cas ? Peut-on vraiment se débarrasser d'une façon de manger devenue un quasi-réflexe ? Bonjour Lily, Merci déjà à la pleine conscience qui vous a permis cette découverte. Pour ne pas mourir d'asphyxie, je suppose que ce problème vous oblige à manger beaucoup plus vite,et celà peut occasionner des problèmes de poids. Effectivement, c'est une découverte importante, veillez à bien respirer pendant la dégustation, celà va vous aider à ralentir vos prises alimentaires. Je vous conseille d'essayer de sucer un bonbon et d'essayer de le garder aussi longtemps que possible dans votre bouche. Histoire de battre le record du monde de la dégustation en apnée. Je blague.Celà peut surtout vous aider pour réconcilier respiration et dégustation... Tenez-nous au courant.
13/07/2011 (18:53) eve81 Bonjour Dr Zermati. je viens de découvrir par l'intermédiaire de votre programme que mon problème se situe essentiellement dans la prise alimentaire au sein de mon travail. Je prends 1 repas par jour (le soir surtout) dans un internat où je dois en meme temps que manger, m'occuper de servir des personnes handicapées et gérer leurs émotions riches dans ces moments précis. (je suis éducatrice spécialisée). je ne peux pas dans ce moment précis choisir mes aliments, gérer de surcroit le stress des personnes ainsi que le mien...Quelle démarche vous semble t'elle la plus adéquate pour pouvoir limiter mes prises alimentaires qui me paraissent dans ces moments là incontrôlables? merci de votre attention. Bonjour Eve, C'est effectivement un problème. Dans votre cas, vous êtes dans l'obligation de manger et de travailler tout en même temps. Et par dessus le marché, vous avez l'obligation de veiller au bon déroulement du repas de vos pensionnaires. Ce qui vous met vous-même sous tension. Autant dire, qu'il ne vous est vraiment pas facile d'être attentive à vous-même. En fait, il faudrait que vous ne mangiez pas en même temps qu'eux. Donc soit avant soit après. Lors du repas, votre attention doit être toute entière sur le repas des pensionnaires. Est-il envisageable que vous fassiez un encas avant le repas des pensionnaires pour calmer votre faim. Que vous vous consacriez entièrement à eux au cours de ce repas. Puis que vous fassiez ensuite votre diner au calme. Vous pourriez ainsi être à table avec eux. Mais vous mangeriez sans eux. Tenez-nous au courant.
13/07/2011 (18:54) Anick Bonjour Dr Zermati. J'adore votre programme, je me sens libre et bien, mais je n'ai toujours pas perdu de poids, sans doute parce que je mange encore trop et que je n'arrive pas à conjuguer ma vie avec mon bébé et la méthode. Ma fille est anorexique et en retard staturo-pondéral important. Je dois manger avec elle et devant elle, tout en essayant de la faire manger.... En plus de ne pas pouvoir être pleinement présente à mon repas, les repas sont un moment d'inquiétude. Du coup, je mange encore plus... J'imagine que d'autres parents vivent des situations semblables. Comment faire pour se respecter à table quand les besoins des autres membres de la famille sont si prenants? Bonjour Anick, Je comprends bien votre difficulté et votre dilemme. Mais il faut pourtant bien que vous vous occupiez aussi de vous. Voici ce que je vous suggère. Pourriez-vous manger une toute petite partie de votre repas avec votre petite fille et vous consacrer essentiellement à son confort, son bien-être. Puis une fois son repas terminé, vous consacrer alors à votre repas. Tenez-moi au courant.
13/07/2011 (18:57) katy1308 Ma question est pourquoi lorsque je mange lentement, ce que j'aime, je suis capable de m arreter ayant l impression d avoir assez mange et puis 15 minutes plus tard je ne sais si c est de nouveau la faim ou bien l idee que je n ai pas fini, pas eu de dessert alors la je dois me remettre a table et manger un dessert qui souvent est de trop mais avant de le manger j ai quand meme l impression d avoir encore un petit creux. Est une faim psychologique ou non et comment discerner une faim psychologique, d une faim reelle. D avance merci pour votre reponse et bravo pour le site. katy Bonjour Katy, Ce que vous décrivez est ce que nous appelons l'insatisfaction. Votre repas a satisfait votre faim, mais pas vos envies. En particulier, vous n'avez plus faim mais vous restez sur une envie de sucré. Vous pouvez réduire la taille de votre plat principal et faire ce que nous recommandaient nos mamans : garder un place pour le dessert. Il est aussi possible qu'il s'agisse d'une envie de manger émotionnelle. Dans ce cas, pour le moment mieux vaut ne pas tergiverser : manger directement l'aliment qui vous fait envie sans tourner autour du pot. Consommez-le tranquillement, en le dégustant. Ça vous fera toujours éviter les calories du plat. Nous vous ferons bientôt travailler sur vos envies de manger émotionnelle Bon courage.
13/07/2011 (18:58) Patience Bonsoir et merci pour votre présence. Voilà mon souci : quand je suis submergée par une émotion, l'ennui ou que je suis en groupe, je peux manger ou continuer à manger même si je n'ai pas/plus faim. Et pourtant je SAIS que je n'écoute plus mon corps dans ces moments là. Et impossible de respirer en pleine conscience : soit je n'arrive même pas à y penser, soit ça ne fait que retarder une prise alimentaire "hors faim"... Comment expliquez-vous cela ? Un manque de motivation ? De courage ?... C'est désespérant car je finis par être consciente que je me fais du mal, sans pour autant réussir à arrêter... Merci pour votre éclairage... Bonjour Patience, Ce que vous décrivez est le mécanisme d'impulsivité alimentaire. ll s'agit d'un réflexe conditionné : vos émotions déclenchent de manière automatique des envies de manger. Il ne suffit pas de comprendre ce mécanisme pour pouvoir l'empêcher. Ceci est sans aucun rapport avec un manque de motivation ou de volonté. Si c'était le cas, vous ne seriez d'ailleurs pas sur ce site. En revanche, ce réflexe conditionné peut être déconditionné. C'est ce que nous allons vous apprendre à faire. En attendant, il faut savoir que le fait de dramatiser ce phénomène aura tendance à l'amplifier. Donc dédramatisez vos compulsions et SURTOUT attendez ensuite patiemment que votre faim fasse son retour.
13/07/2011 (18:59) fine67 Je pratique la respiration en pleine conscience depuis mon inscription deux fois par jour à des moments différents. Toutefois, quand je sens une envie compulsive, je n'ai ni le reflexe, ni même l'idée de mettre en pratique la respiration. J'arrive après avoir mangé, de le faire et de me calmer. Pensez-vous que j'arriverai à mettre en place cette respiration au moment où je sens monter la compulsion ? Bonjour Fine, Pour le moment, il s'agit d'apprendre à faire les exercices dans des périodes de calme. Ce sont des entraînements. Ces exercices sont beaucoup plus difficiles à pratiquer en période de crise. En revanche, vous pouvez les utiliser en sortie de crise pour retrouver plus vite votre calme et ne pas repartir dans une nouvelle crise. Pour ce qui est des crises, nous vous apprendront des exercices plus adaptés. Les procédures sont différentes et nécessitent l'apprentissage de quelques outils que nous allons progressivement vous enseigner. Bonne continuation.
13/07/2011 (19:00) Anjana Bonjour Mr Zermati, juste une réflexion: depuis que j'ai commencé le programme, et je essaye de déguster les aliments , que je mange plus lentement (une vraie torture pr moi au début) je suis devenue trés trés difficile quant à la qualité du goût des aliments, ça change ma vie et fait mal à mon porte-mùonnaie:))) Désolé Anjana, Mais entre nous, je préfère que vous fassiez un peu mal à votre porte monnaie plutôt qu'à votre santé. Blague à part, il y a quand même plein de produit très simples et de bon goût qui restent très accessibles. Sans compter que quand c'est meilleur, ça rassasie plus et qu'on en mange moins. Disons que ce que vous avez gagné sur les quantité se reportera sur la qualité. ET puis, vous le valez bien !
13/07/2011 (19:03) adele Bonjour. Je me demande si les effets de cette "méthode" vont réellement ocntinuer à se faire sentir après la fin du coaching. Lors de mes deux expériences avec des diététiciens j'ai bien perdu du poids et j'étais convaincue que jamais je ne le reprendrai puisque j'avais de meilleures habitudes alimentaires. Dans ce cas ci, une fois que la tutelle du coaching ne sera plus là, vais je encore pouvoir résister à mes compulsions? Merci pour votre avis Bonjour Adèle, Notre méthode n'est justement pas un régime. Les régimes nous obligent à maintenir un contrôle permanent sur nous-mêmes. Y compris dans les moments les plus difficiles de notre vie. Ce contrôle permanent est lui-même un facteur de stress. Chacun sait au fond de lui qu'il n'est pas possible de le maintenir par vents et marées. Dans notre méthode ce sont vos sensations alimentaires qui vont faire le travail. En quelque sorte, vous allez sous-traiter ce travail et vos sensations vont bosser pour vous. Notre méthode vous permettra d'apprendre à manger le plus normalement possible mais selon vos besoins, donc selon vos sensations de faim et de satiété. Nous sommes bien conscients de la difficulté de gérer les émotions et du problème que pose les compulsions. C'est pourquoi une partie importante de notre programme est consacré à ce problème. A très bientôt.
13/07/2011 (19:05) Aezhenn Bonjour et merci de nous accorder un peu de temps Bonjour Aezhenn, C'est aussi un grand plaisir de pouvoir échanger avec vous.
13/07/2011 (19:07) Aezhenn Bonjour et merci infiniment de permettre aux personnes vivant loin de Paris de pouvoir obtenir un suivi valable ! Je viens à peine de m'inscrire mais j'ai un long passif. J'ai été suivie pendant 2 ans par une psychothérapeuthe spécialisée dans le sujet et j'ai participé (en tant que testeuse) à une thèse genevoise sur le suivi online de personnes ayant des troubles du comportement alimentaire. Bref je connais toute la théorie au point de pouvoir l'expliquer aux autres qui réussissent finalement à maigrir et se sentir bien, mais pas moi ! Je finis par désespérer, je replonge systématiquement (je sais pourquoi et comment). Avez-vous un conseil à me donner pour ce re-départ pour que cette fois j'aie le déclic et que ça marche aussi avec moi ? merci infiniment de votre aide Merci Aezhenn pour vos encouragements, Internet est effectivement un outil formidable pour aider des personnes qui n'ont pas accès à un praticien expérimenté. Pour ce qui est du déclic, il m'est difficile de vous répondre. Vous semblez connaitre la cause de vos échecs précédents mais ne les connaissant pas moi-même, il m'est difficile de vous apporter des informations précises. Le fait est que la méthode que nous vous proposons est aux antipodes d'un régime amaigrissant. J'espère donc que ce sera pour vous une expérience toute différente qui repose sur de nouvelles théories. Bon courage.
13/07/2011 (19:09) sikkim Bonsoir, quand je suis fatiguée rien ne va plus !! Je ne différencie pas la faim de l'envie de manger. Que faut-il faire ? Bonjour Sikkim, La fatigue est effectivement un déclencheur d'envies de manger. Beaucoup de gens confondent leur faim avec cette sensation. Nous allons vous apprendre à différencier votre faim de vos envies de manger. Vous pourrez ainsi adopter des réponses plus appropriées. Quand vous êtes fatiguée, commencez par prendre une petite pause d'une dizaine de minute en pleine conscience, celà vous aidera à y voir plus clair dans vos sensations et vos besoins (faim-manger ou dormir...) Une étape entière du programme y est consacrée. Bonne continuation
13/07/2011 (19:10) faurelaur J'ai tendance à boire un verre de vin vers 17h pour relacher la pression qui est insupportable comment enrayer ce processus qui me plait? Bonjour Faurelaur, Vous utilisez effectivement l'alcool pour obtenir un état de détente. Il s'agit clairement d'une stratégie d'évitement émotionnel destinée à réduire votre inconfort émotionnel. Notre programme est précisément destiné à travailler sur ce type de comportement en vous aidant à mieux supporter ces situations d'inconfort sans recourir à la nourriture ou à la boisson. Qui dans les deux cas risquent de développer des conduites de dépendance. On devient progressivement dépendant de ce qui nous empêche de souffrir. Tout en supportant de moins moins la moindre situation d'inconfort. Les exercices de pleine conscience vous aideront dans cette démarche. Bon courage.
13/07/2011 (19:11) marion92 Bonjour Docteur, j'ai commencé le programme il y a un mois et j'ai vraiment du mal à prendre du temps pour déguster, à m'arrêter alors que je sais que je n'ai plus faim, etc. Tout ça me fait énormément culpabiliser et surtout je me demande si j'arriverai un jour à maigrir... Je me sens vraiment mal dans mon corps sans arriver à sortir du cercle infernal de la nourriture. Doit-on avoir un déclic pour y arriver? merci de vos conseils. Marion Bonjour Marion, Quelqu'un qui a la grippe n'a pas à se culpabiliser d'avoir la toux. Quelqu'un qui a des problèmes de comportement alimentaire n'a pas plus de raison de se sentir coupable de pas pouvoir s'arrêter de manger. La dégustation n'est qu'une étape de votre parcours alimentaire. D'autres étapes vous permettront de beaucoup progresser. Quand au secret du déclic, le voilà : lâcher votre courbe de poids et concentrez-vous sur le travail des sensations alimentaires et des émotions. Le poids suivra ! Bon courage Marion. Surtout soyez persévérante. Nous vous aiderons.
13/07/2011 (19:14) eileen Bonsoir Docteur Zermati. Je me rends compte que j'achète beaucoup trop de nourriture. Du coup, l tentation ets grande de vouloir goûter à tout ( d'où de nombreuses compulsions et la dernière ce midi ! ). J'imagine que ça a une cause psychologique mais je ne sais comment faire pour gérer ça. Merci d'avance pour votre réponse. Et encore bravo pour votre site ( le seul à répondre vraiment à nos soucis de comportement alimentaire). Bonjour Eileen, Les personnes qui ont un long parcours de régime ont fréquemment peur de manquer. Nous connaissons bien cette difficulté et nous avons prévu de vous faire travailler dessus. En attendant, il serait peut-être prudent de ne pas conserver de trop grands stocks de nourriture à la maison. Rappelez-vous que vous pouvez tout manger dès que vous avez FAIM. Chaque fois que vous avez FAIM, mangez ce qui plait. C'est un bon début pour lutter contre la peur de manquer. A bientôt.
13/07/2011 (19:15) Melodie74 Bonsoir, je suis dans la partie dégustation et je rencontre énormément de problèmes. Un vient de me sauter aux yeux c'est le fait que je ne pense que nourriture. En effet en remplissant les carnets je repense à ce que j'ai mangé, que je n'aurai peut-être pas dû manger et en fait je reste dans mon même cercle vicieux. Qu'en pensez-vous ? Merci Bonjour Mélodie, Vous semblez toujours être dans la restriction. Manger reste encore un acte très compliqué pour vous. Pourriez-vous vous concentrer sur l'idée suivante : votre faim protège votre poids. Aucun aliment ne peut vous faire grossir quand vous avez faim. Ainsi quand vous avez faim, il vous suffit seulement de vous demander ce que vous aimeriez manger. Et le manger en toute bonne conscience. Les exercices sur la faim, le rassasiement et la restriction vous aideront beaucoup à sortir de ce cercle vicieux. Bon courage.
13/07/2011 (19:17) Tourmaline Bonjour, Merci pour ce site qui est très "soutenant". Je remarque que j'ai régulièrement faim mais que je ne mange pas nécessairement : pas le temps, autre chose de "plus intéressant" à faire... (il y a toujours plus intéressant à faire que manger pour moi... ce n'est pas de la privation pour maigrir, c'est que cela m'ennuie) Pour le moment, j'en suis au "carnet découverte" : j'ai découvert cette drôle de chose mais ça n'apparaîtra pas sur le bilan puisqu'il n'y a pas de case "faim mais n'a pas mangé". Alors que je peux manger par compulsion, fatigue en particulier. Avez-vous quelque chose à me conseiller ? Bonjour Tourmaline, il est important de noter que manger vous ennui ou ne vous intéresse pas. Ce qui est très fréquent chez les personnes qui ont déjà un long parcours de restriction. Il est probable que manger soit devenu une situation compliquée dénué de plaisir et qui n'est plus une source de satisfaction. Notre programme a la prétention de modifier cette situation et de vous réconcilier avec les aliments et le plaisir alimentaire. Le plaisir est le principe actif du rassasiement. CE n'est donc pas un simple accessoire. A très bientôt.
13/07/2011 (19:18) Déesse Bonjour ^^ cela fait quelques années que j'ai commencé votre méthode mais je cale toujours au même moment. Si je suis ma faim, je ne m'alimente que toutes les 12h et ce que je considère être une faim de loup retombe comme un pétard mouillé et tout le poids perdu ( une 20' de kilos la dernière fois ) reviens au galop, comme si mon corps se mettait en mode veille... Comment faire pour arriver à dépasser cela ? Bonjour, Je ne suis pas certain de bien vous comprendre. Il n'y a pas de problème à ce que votre faim n'apparaisse que toutes les 12 heures. C'est peut-être votre rythme et vous avez peut-être de petits besoins. Mais vous parlez aussi d'une faim de loup qui disparait ensuite. Ce qui est l'évolution normale de la faim qui se manifeste par de la faiblesse ou de la fatigue. Mais peut-être attendez-vous trop longtemps pour commencer à manger. Je me demande si vous ne poussez pas trop votre faim dans l'espoir de maigrir plus vite. Dans ce cas, il s'agit d'une forme de restriction, de contrôle qui se solderait plus tard par une perte de contrôle. Nous allons vous faire travailler sur la Bonne Faim. Les choses deviendront sans doute plus facile ensuite. A très bientôt.
13/07/2011 (19:19) Teresa Bonjour Docteur Zermati, votre site me plaît et je commence à m'y sentir à l'aise. - Je viens de lire le bilan de mon premier carnet découverte et vous en remercie vivement. Est-ce que j'ai bien compris qu'au bout d'un certain temps on pourrait maîtriser l'apparition de la faim en cas de sortie avec d'autres personnes, par exemple ? Par ailleurs, en deux semaines j'ai encore perdu et repris 2 kg comme cela m'est arrivé ces derniers mois. - Merci de votre attention. Bien cordialement, Teresa Bonjour Térésa, Oui, d'ici peu de temps, c'est vous qui pourrez faire venir votre faim en temps voulu. Vous pourrez ainsi concilier sans difficulté vos besoins avec votre vie familiale et sociale. Quant à vos variations de poids, elles sont très normales en début de programme. Vous allez apprendre à mieux vous réguler progressivement Bon courage.
13/07/2011 (19:20) Anick Bonjour! Je suis à l'étape du carnet sur la gestion des EME mais je ne sens pas mes acquis très solides sur la dégustation et la pleine conscience. C'est vraiment un effort pour moi de les pratiquer au quotidien, ça ne va pas du tout de soi, et je n'y arrive pas toujours! Devrais-je tout de même continuer dans le programme ou attendre de me sentir plus prête? Est ce normal de se sentir un peu submergée par tout les carnets, tout les défis mais surtout par tout ce raz de marée de changements au quotidien? J'ai l'impression que mon esprit est très occupé par toutes ces choses alors que je voudrais simplement manger quand j'ai faim et arrêter quand je n'ai plus faim, et retrouver dans ma tête de l'espace pour penser à autre chose qu'à ce que je mange! Bonjour Anick, Je vois très bien de quoi vous voulez parler. Tout simplement pouvoir manger sans avoir à y penser. Malheureusement, ce serait commencer par la fin. Le but de notre programme est de vous aider à retrouver l'insouciance et la sérénité par rapport à la nourriture. Cela suppose dans un premier temps un vrai travail sur soi. Pour que les choses redeviennent enfin simples. Pour que ce travail produise des résultats positifs, il n'est pas besoin de le réaliser à la perfection. Mais seulement de votre mieux. Le mieux est l'ennemi du bien. Suivez le parcours à votre rythme. C'est vous qui en décidez. Choisissez les outils, les carnets, les défis qui vous font du bien. Et donnez-vous du temps pour les faire. N'essayez pas de les faire tous à la fois. Et Sans vous mettre de pression. Mieux vaut avancer un peu que pas du tout. Bon courage Anick.
13/07/2011 (19:22) FRAN Bonjour. Je me suis inscrite le 6 juillet. J'ai fait les séances de Pleine Conscience que je continue.(défi 7 jours). J'en suis au carnet de découverte : encore 6 jours !!! Pour moi, en parallèle, il faut me permettre de progresser en me proposant l'accès à de nouveaux outils, sinon je me décourage. Tout le monde ne va pas au même rythme et vous bloquer les accés : je suis déçue car il n'y a pas de personnalisation. Bonjour, La personnalisation relève déjà du parcours ou vous vous trouvez qui est différent suivant le profil des personnes, et qui va évoluer différemment dans le temps. Les outils et les défis se déverrouillent progressivement car certains outils nécessitent d'avoir des acquis pour les utiliser, qui sont apportés par les étapes points de passage du programme. Vous aurez donc de plus en plus d'outils et défis à votre disposition. A tous les stades, y compris au démarrage, les activités proposées sur le comportement alimentaire et la forme, les défis et les outils proposés en complément doivent vous permettre de progresser significativement. Bonne continuation
13/07/2011 (19:25) Melodie74 Je vous remercie pour votre réponse. je mange quand j'ai faim toutefois je n'arrive pas à m'arrêter une fois la machine lancée. Je m'arrête parce que je me dis "voilà c'est bon tu as assez mangé!" Par ailleurs deuxième question, comment fait-on pour éviter l'effet "bouledogue" càd saliver dans sa tête en pensant à du chocolat dans mon cas et ensuite ne plus pouvoir résister. Je sais j'ai encore du pain sur la planche ! Mélodie, tout ce que vous décrivez est la conséquence de comportement de restriction. Notre programme va beaucoup vous aider. Je sais qu'il est difficile de sortir du jour au lendemain de la restriction après des années d'endoctrinement. Nous allons vous faire travailler sur des exercices qui vous permettront de sortir de la restriction. Pour le moment, appuyez-vous autant que possible sur votre faim. En vous rappelant que votre faim vous protège de grossir quel que soit l'aliment consommé, frites ou Nutella. Si vous avez des difficultés à respecter la satiété, attendez encore et encore et encore le retour de votre faim. Les choses vont se remettre en place petit à petit avec les différentes parties du programme. Bonne continuation
13/07/2011 (19:30) Aezhenn Je vous remercie beaucoup de votre réponse. La méthode que j'ai testée était basée sur vos théorie et pas du tout sur des régimes amaigrissant. Il s'agissait d'une thérapie cognitive et comportementale avec notamment des exercices comme la dégustation en pleine conscience d'un grain de raisin (un exemple parmis des milliers), et bien sûr la tenue d'un carnet alimentaire avec une colonne pour les émotions liées à la prise alimentaire, bref, je pense que c'est sur la base de vos travaux. Donc je comprends bien tout ce qui se passe dans mon corps et ma tête, je sais pourquoi je mange, mais je ne peux pas l'arrêter pour autant. Aezhenn, Je vois bien à quel programme vous faites allusion. Il repose effectivement sur l'utilisation des TCC et de la pleine conscience. Mais la partie sensations alimentaires et restriction cognitive n'est pas suffisamment développée. Les résultats sont inférieurs à ce que nous pouvons attendre de ce programme. Par ailleurs, nous avons développé un usage particulier de la pleine conscience pour travailler sur l'impulsivité alimentaire qui est un vrai réflexe conditionné. Il ne suffit donc pas de le comprendre pour le modifier. Il faut mettre en place des procès de déconditionnement sur lesquels nous avons beaucoup travaillé. Je crois que vous avez ici une vraie possibilité de résoudre vos difficultés. Confiance.
13/07/2011 (19:30) Melodie74 Merci je vais l'appliquer cette semaine. Bonne soirée et bon 14 juillet
13/07/2011 (19:32) Tourmaline revenons sur cette histoire de plaisir : dans ce cas (en fait, c'est souvent le cas depuis que mon fils est parti en vacances et que je suis libérée de l'esclavage de faire à manger !), si j'écoute ma faim et que je mange ce que je veux : c'est thé gâteaux et pain fromage... La phrase qui me revient souvent à l'esprit et qui est assez drôle dans le contexte c'est que "ça me gave de manger" ! Si je vous comprends bien : il faut en passer par cette phase et que ma restriction est plus qualitative (manger des aliments "bons pour la santé") que quantitative ? Oui Tourmaline, C'est un bon début. Mangez des aliments qui vous font plaisir. Même s'il s'agit d'aliments "interdits" et que l'équilibre s'en ressente. C'est comme ça que les choses rentreront dans l'ordre et que vous retrouverez le plaisir de manger une alimentation plus variée. Bonne continuation et tenez nous au courant
13/07/2011 (19:33) JPZ L'heure de nous quitter approche. J'ai essayé de répondre au maximum de question. A très bientôt. Et bonnes vacances pour les chanceuses.
13/07/2011 (19:34) Aezhenn Merci beaucoup pour vos réponses et bonne fin de semaine à vous
13/07/2011 (19:35) KatiaM Merci et bon 14juillet !
Haut de page 
X