Chat du 23 août 2016 avec Gérard Apfeldorfer

23/08/2016 (18:04) MissyChocolat Bonjour ! Je voulais savoir : que doit-on faire lorsque l'on a l'impression d'être à satiété au niveau de l'estomac mais que l'on a envie de finir son assiette ou que l'on a encore envie de manger ? Doit-on y céder ou résister ? Bonsoir MissyChocolat, Vous démarrez le programme et n'avez pas encore fait tous les exercices vous permettant de mieux repérer le rassasiement. Il est donc possible que vous vous trompiez et que vous ayez encore faim à ce moment-là. 3 circonstances peuvent faire que vous ayez encore envie de manger à un certain moment du repas: - soit vous avez encore faim; - soit vous n'êtes pas sortie de la restriction cognitive et avez toujours peur de manquer de l'aliment que vous mangez; vous ne pouvez donc pas en laisser l'esprit serein; - soit il s'agit d'une envie de manger d'ordre émotionnel. Dans tous les cas, au stade où vous en êtes du programme, je vous conseille de manger si vous avez envie de manger, quelle qu'en soit la raison. Mais il serait préférable que vous mangiez en dégustant, en appréciant ce que vous mangez. Cela vous permettra alors de repérer le rassasiement, ou bien cela vous permettra de repérer le réconfort apporté par la nourriture. Résister en toujours contre-productif, car cela ne fait qu'exacerber l'envie de manger.
23/08/2016 (18:07) esperanza20 Docteur que pensez-vous des lampes bleues le nom m'échappe pour régulariser le sommeil. Je suis une petite dormeuse cela m'inquiète. ? Bonsoir esperanza, Je ne connais pas les lampes dont vous voulez parler. je ne connais que les lampes de luminothérapie, qui servent à augmenter le temps de jour, en cas de dépression saisonnière. Mais les personnes en dépression saisonnière (qui ont souvent des problèmes de poids) ont tendance à dormir plus que les autres?
23/08/2016 (18:07) esperanza20 Docteur pour aider à régulariser le sommeil que pensez vous des séances d'accupuncture, d'hynose,,, de pleine conscience, de méditation ? esperanza, on a l'impression que vous êtes à la recherche de n'importe quelle solution, prête à essayer tout et n'importe quoi à n'importe quel prix. J'ai bien peur que, dans cet état d'esprit, quoi que vous essayez, cela ne marchera pas. Nous avons un programme, jumeau de Linecoaching, très efficace, et qui vous sortira de cette course à l'échalote: il s'appelle therasomnia.com. Vous y trouverez des outils aidant à dormir, et surtout une nouvelle philosophie du sommeil.
23/08/2016 (18:10) idesspi bonjour, en 3 mois j'ai perdu 2 Kg alors que je ne déjeune plus le matin puisque je n'ai pas faim avant 10h environ et à 10h00 je ne veux pas prendre de collation car à 13h00 je n'aurais pas faim ; parfois le soir je mange avant d'avoir faim car ce sont les vacances et les invitations sont nombreuses, mais je mange à satiété , pas plus, je ne perd pas un gramme et je désespère; il y a forcément quelque chose que je ne fais pas pour stagner de la sorte. je déguste , j'applique la pleine conscience, je mange beaucoup plus lentement; qu'est-ce qui coince?merci de votre éclairage Bonsoir idesspi, Vous n'êtes pas encore très avancée dans le programme. Je constate que si vous avez fait l'étape de la faim et de la dégustation, vous n'avez pas encore fait par exemple les étapes concernant la satiété, ou la dégustation des aliments très caloriques. Ce sont là des étapes essentielles. Au point où vous en êtes, il est normal que vous ne sachiez pas identifier les quantités alimentaires qui sont nécessaires. Vous croyez manger "à satiété", mais en faisant ces étapes, vous devriez constater que vous pouvez manger moins que cela, sans pour autant avoir davantage faim. Si, après avoir fait ces étapes, le problème persiste, alors vous devrez vous demander ce qui vous fait manger globalement un peu trop. Mangez-vous souvent en fonction de vos émotions? Ne vous arrêtez-vous pas de manger même en ressentant la satiété? Avez-vous peur de manquer de tel ou tel aliment, que vous finissez systématiquement? Pour certaines personnes, le problème est plus compliqué: elles font de l'auto-sabotage, parfois de façon totalement inconsciente. Par exemple, si elles ont peur des conséquences d'une perte de poids. Elles seront alors au pied du mur, tenues de réaliser des rêves, des souhaits, qui les inquiètent. A moins que la perte de poids ne conduise à des problèmes relationnels... Des situations qui font qu'on ne maigrit pas, ce n'est pas rare, et on doit alors faire une sorte d'enquête policière pour localiser le ou les coupables!
23/08/2016 (18:12) gio2012-id79 bonjour,j'ai perdu 09kilos dès les 3 premiers mois mais rien lors du 4ème mois. Je me dis que cela est normal, que mon corps se régule et que même si j'ai encore des kilos à perdre, cela prendra le temps nécessaire. qu'en pensez-vous? merci Bonsoir gio, Je vous propose de lire la réponse que j'ai faite à idesspi, qui semble avoir un problème similaire au vôtre. Mais, oui, vous avez raison de vous donner du temps, de ne pas vous affoler, de manger aussi attentivement que possible, et de voir ce qui se passe. Bonne route à vous.
23/08/2016 (18:14) Silou_972 Toute envie de manger qui n'est pas motivée par la faim est-elle forcément une envie de manger émotionnelle ? Il peut m'arriver de manger alors que je n'ai pas faim sans être forcément sous le coup d'une émotion particulière. La vue ou le fait de savoir que j'ai de la glace dans mon congélateur peut me donner envie d'en manger alors que je n'ai plus faim. Comment qualifier cette envie de manger ? Silou, vous avez raison, on ne mange pas toujours par faim. On peut par exemple manger pour des raisons purement sociales. On vous offre à manger, et ce serait une insulte que de refuser, surtout dans certaines cultures. Alors, on mange. On mange par exemple à Noël alors qu'on n'a plus faim du tout. Et dans les jours qui suivent, on mange beaucoup moins, parce qu'on est saturé, qu'on n'a pas faim. Mais ce n'est pas ce dont vous parlez. Vous parlez de la tentation d'un aliment qu'on aime et qu'on sait être là. Il s'agit en fait de la peur de manquer. Vous vous êtes tellement privée dans le passé que vous en êtes venue à penser qu'il faut prendre tout ce qu'on trouve pendant que c'est là. C'est typiquement un effet de la pénurie. On appelle cela la restriction cognitive dont, clairement, vous n'êtes pas sortie. Et c'est bien normal que vous n'en soyez pas sortie, puisque vous n'êtes pas encore très avancée dans votre parcours. Des étapes comme "J'apprends à déguster les aliments très caloriques" sont conçus pour vous débarrasser de la peur de manquer. Ceci dit, nous distinguons, parmi les émotions qui font manger, les "émotions alimentaires", dont la peur de manquer fait partie, et les "émotions extra alimentaires", celles générées par le reste de notre vie. Et donc, d'une certaine façon, il s'agit bien là d'une envie de manger émotionnelle. Mais dans ce cas, la solution réside essentiellement dans la disparition de la restriction cognitive, pas vraiment dans l'apaisement émotionnel.
23/08/2016 (18:21) Bonjour, hier j'ai eu une angoisse qui est montée Suite.. en fait j'ai eu l'impression que mon corps en avait mare de méditer ou de changer d'habitude en plus avec l'angoisse, j'avais besoin de faire une pause. Et ma question est: maintenant que le mal de dos et mes excès alimentaires sont passés et que je me suis reposée, j'ai de nouveau envie de reprendre les défis et le programme alimentaire donc je n'ai plus qu'à attendre ma vrai faim c'est ça? Mais je ne suis pas sûre de la sentir vraiment. Bonsoir, chère inconnue, ou cher inconnu, Si vous avez arrêté le programme, je vous conseille en premier lieu de faire quelques révisions sur les étapes déjà effectuées. Refaites les entièrement, ou bien partiellement, selon ce qui vous paraît acquis ou bien non. Bonne route à vous.
23/08/2016 (18:02) piri Bonjour Dr Apfeldorfer. Tout d'abord, merci pour ce que vous nous apportez. Vos livres m'ont beaucoup aidée, et je me suis inscrite sur Linecoaching pour compléter. Je ne suis qu'au début, mais je sens deja que j'apprends beaucoup. Par contre, je bute sur un point, qui complique cette première étape, car j'ai peur que mes réponses incorrectes nuisent à l'efficacité de mon bilan. C'est la question "aviez vous faim". Ma foi, s'il est vrai que des fois, j'ai faim, de manière claire, il me semble aussi que de nombreuses fois le message est très obscur. Par exemple, après quelques heures sans manger (celà se note surtout après un repas copieux) je ne vais pas ressentir la faim, meme 6 ou 7 heures apres, mais je vais avoir la tête qui tourne, une légère chute de tension, une humeur abattue, mais sans avoir pour autant le moindre atrait pour la nourriture. Jusqu'ici, c'est ce que j'avais identifié comme étant de la faim. Mais il est rare que ces symptomes soient accompagnés de creux a l'estomac. J'y fais particulièrement attention ces derniers jours, mais je ne constate pas vraiment de changement. Parfois, oui je vais avoir un très léger creux, totallement non proportionnel avec ma fatigue. Si dans ces moments là je mange quelque chose de sucré, mon énergie va revenir, pendant une heure environs, et parfois ça ouvrira mon appétit, mais ce n'est pas systématique du tout. Du coup, je mange quand je me sens dans l'état décrit plus haut, et je coche "j'avais faim" même si ma "faim" n'a aucun symptome digestif, mais ais-je tort de procéder ainsi? Merci d'avance pour votre aide. Bonsoir piri et bienvenue dans le programme Linecoaching que vous venez de démarrer. Et je suis heureux d'apprendre que mon livre vous a déjà permis de progresser! Il n'est pas rare que les personnes démarrant le programme aient des difficultés à identifier leur faim. Et c'est bien pourquoi, dès le début du programme, nous avons une étape sur la faim. Elle devrait vous permettre de clarifier les choses.Le fait que votre bilan soit un peu faussé n'a pas d'importance pour la suite. Ceci dit, vous décrivez des signes (tête qui tourne, chute de tension, humeur abattue) qui sont peut-être le reflet d'une grande faim, mais plus probablement d'une hypoglycémie. Pour savoir d'une façon simple s'il s'agit d'hypoglycémie, mangez (ou buvez) la valeur de 2 sucres lorsque ça arrive. Si votre malaise passe en quelques minutes, alors c'est sans doute le cas. D'ailleurs, c'est ce qui semble se produire, puisque parfois vous consommez quelque chose de sucré, et ça passe. Ceci dit, les hypoglycémies peuvent aisément être confondues avec des états d'anxiété ou des hypotensions. Je vous conseille de consulter votre médecin traitant, de lui raconter tout ça, et de faire avec lui un bilan. S'il s'agit bien d'hypoglycémie, il n'y pas grand chose à faire. Les recommandations habituelles sont de manger régulièrement, des repas petits et pas trop espacés, et d'avoir toujours un petit produit sucré dans la poche en cas de nécessité.Tout cela est parfaitement compatible avec le programme LC.
23/08/2016 (18:21) Becky Bonsoir, j'ai démarré le programme il y a 2 mois et je ne perds pas de poids. Je sens ma motivation décroître, surtout dans le remplissage des multiples carnets alimentaires. Dois-je juste suivre le programme et attendre un déclic ou dois-je faire un minimum de restriction alimentaire ? Je vous remercie par avance de vos conseils et vous souhaite une très belle soirée. Bonsoir Becky, Même réponse que pour idesspi! Menez votre enquête policière! Et pas la peine de vous restreindre, ce qui ne peut, à terme, que vous faire retomber dans l'ornière des régimes. Se restreindre, c'est le doigt dans l'engrenage. Une fois qu'on a commencé, on ne peut qu'augmenter la restriction, jusqu'à ce qu'on finisse par craquer et regrossir.
23/08/2016 (18:24) lavra bonjour; je suis un peu déçue car j'ai suivi le système linecoaching il y a deux ans et j'ai perdu 14 kgs; perte que j'ai maintenu pendant deux ans mais depuis 6 mois je ne fais que reprendre du poids (+6kgs) comment faire pour reprendre quand on a déja fait tout le programme ? merci laure Bonsoir lauré, Il n'y a pas de miracle: faire le programme, puis reprendre ses anciennes habitudes ne peut que faire regrossir. Si je comprends bien, ce à quoi vous avez échoué, c'est installer de nouvelles habitudes alimentaires durables. Elles ne sont durables que si elles sont intégrées à son mode de vie, à sa philosophie, sans contrôle volontariste, que si cela devient une seconde nature. On mange le plus souvent attentivement, calmement, en écoutant ses sensations alimentaires, parce que cela nous semble dorénavant la façon normale et confortable de manger. Si besoin est, on observe ses états émotionnels, on regarde attentivement comment telle ou telle émotion nous conduit vers la nourriture, et on continue la pratique de la pleine conscience afin de vivre toutes les émotions du mieux que l'on peut, sans lutter avec elles. Et aussi, on accepte que ça ne se passe pas toujours aussi bien, qu'il y ait des ratées, qui font partie de la vie. A ce moment là, on se remet en selle et on repart. Alors, vous aussi, menez votre enquête. Avez-vous perdu du poids en vous fiant vraiment à vos sensations alimentaires, ou bien avez-vous perdu du poids en vous contrôlant, partiellement ou totalement? Maintenant, y a-t-il des choses que vous avez modifié, par rapport à la période où vous perdiez du poids? En fait, vivre la stabilité pondérale est souvent,t plus difficile que maigrir, car il faut accepter les fluctuations à la fois du poids et de son appétit. Ce qu'on appelle un poids stable, n'est pas si stable que ça. Cela consiste à légèrement grossir, puis légèrement maigrir, et ainsi de suite, souvent en fonction des circonstances. Si on ne surveille pas son poids, si on mange en fonction de ses sensations alimentaires, cela passe inaperçu. Si on reste obsédé du poids, on risque de paniquer et de réintroduire du contrôle. Après enquête, donc, ayant localisé les problèmes, n'hésitez pas à refaire les étapes que vous jugez nécessaires.
23/08/2016 (18:27) Salambo Bonsoir cher Docteur, je suis démoralisée car je viens de reprendre le programme, très motivée, et au bout de quelques jours seulement je retombe victime de mes vieux démons... Seule, fatiguée le soir après une journée bien remplie, je commence mon exercice de dégustation d'aliment gras. Et paf, compulsion alimentaire! J'en mange deux, puis de la pâte à tartiner au chocolat (à laquelle je pensais déjà en mangeant mon fromage). Ce matin, honte et désespoir. Pourquoi les mêmes schémas se répètent-ils tout le temps?!! J'ai l'impression que je ne m'en sortirai jamais! Merci de votre aide Bonsoir salambo, Les démons sont vieux (ils sont immortels, non?) et tenaces. c'est leur caractère. Et comme il est impossible de s'en débarrasser vraiment, il nous revient de les reconnaître, et lorsqu'il s'approchent, de se rendre imperméable à leurs sollicitations. Les reconnaître: vous avez fait une compulsion. Bon d'accord, ce sont des choses qui arrivent, et qui arriveront sans nul doute encore. Quelle est l'origine de cette compulsion? Un problème émotionnel? Sans doute, puisque vous racontez une histoire de fatigue émotionnelle lors de cette soirée. Nous avons dans le programme une étape à laquelle vous n'êtes pas encore arrivée: "je gère mes fins de journées". Sans doute vous permettra-t-elle d'éviter ces états propices aux compulsions. Nous avons aussi des exercices destinés à travailler sur les pensées automatiques, qui sont en fait les démons dont nous parlions au début, et cela explique en grande partie la répétition des schémas. Par exemple le démon "je ne m'en sortirai jamais". Il va vous falloir travailler là dessus avec les techniques proposées. Je ne peux pas vous les résumer ici, mais si vous ne les trouvez pas, n'hésitez pas à poser la question à votre coach. Et pour finir, rappelez-vous qu'une compulsion, ce n'est pas si affreux que ça. Vous avez trop mangé? La belle affaire. Attendez ensuite le retour de la faim pour manger à nouveau. Ce sont seulement des compulsions à répétition, trop fréquentes, qui posent problème. Et justement, dans ce cas, dites-vous que les démons y sont pour quelque chose.
23/08/2016 (18:28) HPKD Bonjour Docteur, Je suis la méthode depuis janvier 2016 et je suis complètement convaincu. Les résultats sont là : j?ai perdu entre 5 et 6 Kg à ce jour, j?ai pris conscience des différents degrés de faim, du plaisir que l?on peut avoir en mangeant avec la bonne faim, j?ai découvert la pleine conscience, etc. Par contre, je me rends compte que je ne parviens à me connecter à mon corps que lorsque je suis seul (dans le cadre professionnel ou lors des repas familiaux, cela m?est extrêmement difficile) et que j?ai du mal à maintenir un rythme régulier dans mes exercices de pleine conscience. Je dois faire aujourd?hui des efforts pour faire mes exercices et me connecter à mon corps malgré la conscience des bienfaits qui en découlent, d?où ma question : « puis-je espérer un jour que les bienfaits de la méthode fassent pleinement partie de moi et que je la suive de manière naturelle ? » En vous remerciant pour votre aide déjà accordée, et à venir, Maxime. Bonjour HPKD, Bravo pour votre progression! C'est vraiment super. Vous devez faire des efforts pour rester connecté à votre corps, à vos pensées, à vos émotions? Bienvenue au club! Rien n'est vraiment automatique dans la vie. Personnellement, je m'astreins à faire de la gymnastique pour conserver mon tonus et ma bonne forme. Mais ce n'est pas toujours évident. Parfois, j'ai la flemme. Pour la pleine conscience, il y a aussi des jours où je me dis, je le ferai demain. Mais voilà, lorsque je n'ai plus fait de gym durant trop de jours, je me sens mou, lourd, raide. Lorsque je m'y remets, c'est dur. Lorsque je n'ai plus fait de pleine conscience durant trop de jours, pareil, je vis à nouveau certaines émotions sans distanciation, et je me laisse parfois embobiner par des pensées automatiques. Quant à mes sensations alimentaires, si dans certaines circonstances, je mange bien trop, ou bien pas assez, l'inconfort qui s'ensuit m'oblige à me recentrer sur ma faim et mon rassasiement. Car je tiens à mon confort corporel. La conclusion? Rien ne vous est donné. Etre à son mieux nécessite des efforts permanents pour s'occuper de soi. Sinon l'esprit divague, le corps se grippe. Tout le monde en est là, non? Un musicien doit, chaque jour, pratiquer de son instrument. Un intellectuel doit chaque jour exercer son esprit. Et ainsi de suite. Bonne route à vous, HPKD.
23/08/2016 (18:30) Macorouge Bonsoir, grace au programme j'ai renoué avec bon nombre de sensations, alimentaires et autres, et j'ai redecouvert qu'entre le passé et le futur il y a le présent : déjà pour tout cela un grand merci ! J'ai commencé à perdre du poids quand j'ai réussi à jeter l'excédent des aliments dégustés et à de plus finir mon assiette et celle de mes enfants. Grace à votre livre j'ai compris que j'avais des angoisses de séparation et depuis j'essaie au quotidien de penser à me délester, style brosse à dent usagée quand j'en achète une neuve, boites d'emballage vides, chaussettes trouées, etc. Et ce n'est pas simple, ça reste un effort pour moi mais ça me soulage aussi. Auriez-vous d'autres activités à me conseiller pour poursuivre dans cette voie ? Merci d'avance pour votre réponse. Bonsoir macorouge et toutes mes félicitations pour ce travail sur vous-même. Des conseils pour travailler sur l'angoisse de séparation, c'est bien cela que vous me demandez? Vous pratiquez déjà des exercices en ce qui concerne la séparation des objets. c'est très bien, un bon préalable, en quelque sorte, et ça fait de la place chez soi. Voilà quelques exercices du même genre: - S'entraîner à lire un journal ou une revue sans les finir. Prenez un journal ou une revue. Lisez au fur et à mesure les articles, mais seulement ceux qui vous intéressent vraiment. Ne revenez jamais en arrière. Lorsque vous arrivez à la fin du journal, vous le jetez. - Prendre un peu de distance par rapport à certaines personnes dont vous êtes dépendante.Vous échangez peut-être très souvent avec certaines personnes et cela vous prend beaucoup de temps. Notez le temps consacré à une personne par jour ou semaine. Divisez par 2 le nombre de contacts avec elle ou le temps passé, pendant par exemple une semaine. Ne vous justifiez pas, expliquez éventuellement que vous êtes très pris en ce moment. - Donnez moins de temps à d'autres pour avoir plus de temps pour vous. Si vous rendez beaucoup de services, ou prenez soin, ou si vous êtes beaucoup à l'écoute d'une personne qui aime se confier à vous, supprimez certaines actions faites pour cette personne, ou soyez aux abonnés absents pour cette personne durant un temps prédéterminé (une semaine par exemple). Utilisez ce temps pour faire quelque chose de pur plaisir pour vous-même, égoïstement. Ne vous justifiez pas, expliquez éventuellement que vous êtes très pris en ce moment.
23/08/2016 (18:31) Rym Bonjour, je fais beaucoup de sport depuis que je suis en vacances: natation, marche, danse . Au point que j ai été réveillée par la faim durant mon sommeil. À 3 h du matin! Je suis allée me recoucher après avoir mange une banane . Cette faim qui se déclare à des heures indues signifie t elle que je ne mange pas assez? Je n avais plus du tout faim avant de me coucher. Bonsoir gym, Le sport intensif coupe la faim dans les heures qui suivent, car le sang est mobilisé par les muscles et le tube digestif s'arrête de travailler. On fonctionne sur les réserves. Puis, le système se remet en marche et la faim arrive, importante si la déperdition énergétique a été forte. Bon, pourquoi pas à 3 heures du matin? Ceci dit, chez les personnes faisant régulièrement du sport, avec des horaires à peu près réguliers, des conditionnements se créent et l'appétit s'aligne sur les horaires où on peut vraiment manger.
23/08/2016 (18:32) Safa Je n'arrive plus à suivre votre méthode, à savoir me concentrer sur mes aliments. safa bonsoir, Ma méthode, comme vous dites, cela consiste à manger normalement, en faisant attention à ce quo'n fait. On prête attention au goût des aliments, et bien sûr à ses sensations alimentaires. C'est ainsi qu'on est censé manger, non? Alors, si vous n'y parvenez plus, il s'agit d'examiner ce qui vous en empêche. Peur de craquer, peur de perdre le contrôle? Peur de ne pas arriver à détecter vos sensations et savoir quand vous arrêter? Désir de trop bien faire, angoisse de performance? Ou bien tout à fait autre chose? Il s'agit tout d'abord dé comprendre votre problème, votre blocage, si vous voulez trouver une solution.
23/08/2016 (18:33) Safa Je ne peux me passer d'apéritif ou de vin. Safa, qui vous a dit qu'il fallait renoncer au vin, aux alcools? Sûrement pas nous. Les alcools apportent des calories que votre corps va prendre en considération, mais avec un temps de retard. Pas sur le coup, dans la journée, mais souvent dans les jours qui suivent la consommation. On a alors moins faim, en proportion de l'alcool consommé. Comme c'est à distance de la consommation, si elle est occasionnelle, cela passe souvent inaperçu. Donc, pas vraiment de problème avec une consommation modérée d'alcool, du point de vue du poids, à condition de prêter attention à sa faim et son rassasiement. Pour les consommations d'alcool importantes (l'équivalent de ½ litre de vin par jour pour une femme) le foie et le système nerveux se mettent à souffrir, et les choses changent. Puis quand le foie est vraiment en mauvais état, alors, on maigrit. C'est alors généralement mauvais signe.
23/08/2016 (18:00) G. Apfeldorfer Bienvenue à ce chat durant lequel vous êtes autorisé à poser plein de questions, même complètement idiotes. Je répondrai dans la mesure du possible...
23/08/2016 (18:34) Lavra Mon nom est Laure. Il y a deux ans j'ai fait le programme avec succès (-14kg) mais depuis 6 mois je n'y arrive plus!! Pourquoi? Comment se remotiver ? N'y a t il pas un programme spécifique pour reprendre? Metci Je vous ai répondu, laure. Du calme! Respirez!
23/08/2016 (18:11) G. Apfeldorfer Certaines personnes sont très pressées d'avoir une réponse et postent et repostent la même question. Merci de prendre patience!
23/08/2016 (18:48) marion66 Bonjour, j'ai commencé le programme en juin, mais je manque de motivation. Surtout lorsqu'il faut resister aux EME. Je n'arrive pas à me poser et à faire de la Pleine conscience. Avez-vous des astuces ? Aussi, j'avais pensé à faire quelques séances d'hypnose. Qu'en pensez vous ? Merci d'avance Bonsoir marion, Merci de poser cette question qui, en fait, est fondamentale. Faut-il résister à ses envies de manger émotionnelles? Eh bien non, non et non. Résister, par exemple en tentant de faire une séance de pleine conscience, ne fait que repousser et aggraver le problème. La pleine conscience est faite pour apprendre à vivre ses émotions, éviter qu'elles ne deviennent des EME. Mais quand l'EME est là, mieux vaut manger pour se réconforter. Nous préconisons, lorsqu'on ne pense plus qu'à manger, d'utiliser la technique que nous avons appelé EME-zen. Cela consiste à manger en dégustant, sans limite de quantité, un aliment désiré et hautement réconfortant, jusqu'au réconfort. Puis une fois réconforté, on attend le retour de la faim pour manger à nouveau. Mais pour pratiquer cette méthode, il faut: 1. savoir reconnaître qu'on est aux prises avec des émotions et une envie de manger émotionnelle; 2. savoir déguster; 3. ne pas culpabiliser à l'idée de manger un aliment hautement réconfortant (ce n'est généralement pas des haricots verts). L'EME-zen se trouve sur le site, mais peut-être n'êtes-vous pas encore arrivée là.
23/08/2016 (18:48) Silou_972 Merci de votre réponse. Je comprends mieux. Je comprends aussi que je n'ai pas à culpabiliser de me voir avoir envie de manger sans faim, sans émotion particulière (tristesse, ennui, fatigue, etc.). Quand ces émotions-là me font manger, je sais le reconnaître. Super, silou!
23/08/2016 (18:55) Bonsoir Dr Apfeldorfer, comment allez-vous? J'ai d Bonsoir Dr Apfeldorfer! Je croyais avoir tout compris de votre méthode. Je pensais être enfin autonome. m. . Mais voilà, bien qu'opérée, je ne maigris absolument pas... Je dois m'affamer pour espérer perdre un gramme. Du coup, je ne sais plus quoi faire. Je ne parviens pas à manger en pleine conscience. J'oublie constamment de J'oublie constamment de faire fonctionner mes cinq sens lorsque je mange. Du coup certainement, je mange souvent trop. Ah oui, moi aussi, comme toutes les participantes, je suis découragée. Je n'assume ni mon corps ni mon échec à maigrir. Bonsoir charmante inconnue sans nom. J'ai regroupé vos 5 messages disparates en 1 seul, histoire d'y voir clair. Donc, vous savez été opérée, je suppose d'une sleeve-gastrectomie, l'opération la plus courante, ou bien on vous a posé un anneau gastrique, et vous ne perdez pas de poids. Il convient, pour vous aussi, de mener une enquête afin de comprendre ce trop d'alimentation qui semble vous échapper. Si je comprends bien, vous n'êtes pas non plus sûre et certaine de "trop" manger. Mais qu'est-ce que ça veut dire "trop" manger? C'est manger plus que son corps n'a besoin, en valeur calorique. Certaines personnes, surtout après avoir fait de nombreux régimes, ont un métabolisme de base très abaissé et ont aussi peu de dépenses physiques. Résultat, ce qui est "trop" pour elles est à peine suffisant pour d'autres. Donc, le "trop" est très personnel. Alors observez votre comportement alimentaire et cherchez à localiser ce trop, et ses causes. Envies de manger émotionnelles? Désir de trop bien faire et angoisse de performance? Trop d'attention sur les sensations alimentaires, sur un mode obsédant, finit par être très déplaisant et on n'est plus capable d'apprécier sa nourriture. Or, justement, l'indicateur le meilleur pour savoir à partir de quelle quantité c'est "trop", c'est quand le plaisir à manger s'évanouit (c'est ce qui s'appelle le rassasiement gustatif). Il est donc nécessaire, en particulier pour les aliments riches, de les manger pour le plaisir. En résumé, il faut vous calmer, prendre votre temps, vous donner du temps. La panique est votre pire ennemi. Mon conseil: mettez pour le moment de côté votre désir de perte de poids qui ne fait que vous mettre la pression. Mangez pour augmenter votre bonheur. Pour cela, il faut que ce soit bon, que vous dégustiez, mais aussi, que vous sachiez que vous faites ce qui est bien. Et ce qui est bien, c'est manger ainsi qu'on doit manger, avec attention, dans le calme.
23/08/2016 (18:57) Bonsoir Dr Apfeldorfer, comment allez-vous? J'ai d Je n'assume pas non plus mon opération bariatrique. Je la fais passer pour une opération pour me faire retirer mon hernie hiatale. Ce qui est le cas. Mais bon, je voulais tant maigrir par moi même. Pff, désolée pour tous ces messages. Mon ordinateur portable est en panne. Et je souffre de devoration. ( je n'ai pas très bien compris le concept. Mais je crois que je suis envahissante. Dépendante. Mes limites sont floues... Voilà, je vous ai répondu. Pas de panique! Et, peut-être, si vous ne vous en sortez pas toute seule, même en faisant appel aux coaches, pourquoi ne pas demander de l'aide à un thérapeute formé à nos méthodes, à trouver sur www.gros.org?
23/08/2016 (18:48) Hpkd Merci pour votre réponse Docteur. Elle est tellement logique :) bonne soirée. Maxime Bonne soirée à vous aussi, Maxime.
23/08/2016 (18:58) Ocanin bonjour, j'ai commencé la méthode il y a un peu plus d'une semaine, et tant que je remplissais le carnet de mes consommations alimentaires, je faisais attention lorsque je mangeais, je prenais le temps de macher... à la fin du carnet, est indiqué de laisser quelques jours pour reprendre plus tard, permettant de voir nos évolutions. hors depuis que j'ai arrêté, j'ai eu des EME dans ma vie, et je n'arrive plus à relativer, et j'ai un besoin de me réconforter en mangeant et je n'arrive plus à me concentrer sur ce que je mange. Puis reprendre la complétude de mon carnet de prise alimentaire, même si je n'ai pas laisser de jours entre ? Cent fois sur le métier remis ton ouvrage disait sieur Boileau. Mon conseil: cheminez dans le programme, étape par étape, et ne cherchez pas à aller plus vite que la musique!
23/08/2016 (19:01) marion66 Merci de votre réponse. Je comprends ce que vous voulez dire. Par contre, pensez-vous que l'hypnose peut aider à se détendre, et de mieux gerer ses angoisses, et ainsi d'avoir moins d'EME ? L'hypnose, n'est sûrement pas ma tasse de thé. La pleine conscience me semble une méthode plus intéressante, car fondée sur la contemplation de son propre fonctionnement mental. On apprend bien davantage, plutôt que de subir l'influence d'un autre, qui se dissipe en fait vite par la suite.
23/08/2016 (19:01) Ocanin merci pour votre conseil, je vais en tenir compte J'en suis heureux, ocanin.
23/08/2016 (19:02) G. Apfeldorfer Eh bien voilà, nous sommes arrivés au bout de ce chat. Je vous dis bon appétit pour le dîner et à la prochaine fois. Bonne avancée à tous!
Haut de page 
X