Chat du 27 octobre 2016 avec Gérard Apfeldorfer

27/10/2016 (18:01) Betty Boop Bonjour Dr, très difficile de saisir la différence entre le contrôle psychique de se que l'on avale et le controle physique , pas intellectuellement biensûr mais physiquement . Pouvez-vous m'éclairer ? Bonsoir Betty Boop, Le contrôle de vos comportements alimentaires par les centres nerveux qui en sont chargés se traduit en pratique par des sensations, qui sont autant de messages de ces centres nerveux à agir. La faim est une sensation qui signale un besoin énergétique. Mais ce message n'est pas un ordre absolu, plutôt une forme de conseil: ce serait bien de manger, si les conditions matérielles le permettent, et si nous sommes d'accord. Il n'y a pas d'obligation. On peut avoir faim et ne pas manger. Le contrôle mental du comportement alimentaire est d'ordre cognitif: à un moment donné, on décide de manger pour des motifs qui tiennent à nos croyances. Par exemple, on doit manger à telle heure. Alors, concrètement, pour faire la différence, il faut se demander: est-ce que je ressens une sensation qui correspond à de la faim? Ou bien est-ce que je ne m'occupe pas de ce que je ressens et je décide sur des critères reposant sur mes croyances en ce qui concerne la bonne façon de manger. C'est toute la différence entre ce qu'on appelle un "mangeur intuitif" et un mangeur dans le contrôle, ou "mangeur raisonné". Mais beaucoup de personnes qui contrôlent mentalement leur comportement alimentaire ont perdu la capacité de repérer les sensations alimentaires. Le programme LC devrait leur permettre de les retrouver. Bon, voilà, j'espère que ces explications vous éclairent et vous permettent de comprendre ce qu'est un mangeur intuitif.
27/10/2016 (18:11) Independance day Bonjour Docteur, depuis que j'ai appris à déguster , je me réveille en pleine nuit vers 3h très souvent et je n'ai plus sommeil . Je me demande si je ne manges pas assez ou alors est - ce des EMES ? Bonsoir Independence day, Mangez-vous donc si peu désormais le soir? Parce que vous dégustez? Déguster ne devrait pas, normalement, vous empêcher de consommer les quantités que votre corps demande. Nous avons un mécanisme bien pratique, qu'on appelle les appétits prévisionnels, qui nous permet d'adapter les quantités consommées en fonction du moment du prochain repas, c'est-à-dire du moment où on désire voir la faim revenir. Pour que cela fonctionne, il faut connaître ses aliments: connaître la façon dont ils nous nourrissent. Tel plat est-il très nourrissant, ou bien peu nourrissant? Il faut aussi connaître comment notre corps réagit à la nourriture, la quantité dont il a besoin, vu la faim du moment. Les personnes en restriction, qui ont perdu leurs sensations alimentaires, qui n'écoutent plus comment leur corps réagit à la nourriture, ne sont pas en mesure d'écouter leurs appétits prévisionnels. Ces AP reviennent donc peu à peu, au fur et à mesure de leurs progrès dans l'écoute des sensations alimentaires. Quand on a des appétits prévisionnels fonctionnels, on sait combien manger le soir pour bien dormir toute la nuit, et avoir faim au petit dej'. Il ne faut pas oublier que le rassasiement gustatif est en grande partie de nature conditionné, c'est-à-dire élaboré par apprentissage. C'est donc peu à peu qu'on "sent" la bonne quantité à manger, qui s'avère aussi la quantité qui nous convient gustativement. Ou bien est-ce une envie de manger émotionnelle? Ce pourrait être le cas si c'est un souci qui vous réveille et que vous vouliez le calmer en mangeant. Ou si vous vous réveillez (parce que c'est assez normal qu'on se réveille au cours de la nuit), et qu'à ce moment-là, au lieu de vous rendormir, vous vous mettiez à penser à votre poids et votre alimentation.
27/10/2016 (18:13) Annika Bonjour, il est difficile de vous écrire car il n'est pas possible d'avoir une vision d'ensemble du texte que je souhaite vous envoyer. Il n'y a qu'une ligne qui s'affiche et quand j'essaie de la relire les mots se déplacent ou s'effacent. Est-ce qu'il serait possible de visualiser le texte dans son intégrité avant de l'envoyer ? Avec mes remerciements. Bonsoir Annika, Ah, l'informatique! C'est moins bien que les vraies lettres avec du papier, de l'encre et un timbre-poste, hein? Si vous écrivez dans un petit rectangle, normalement, vous devriez pouvoir agrandir ce rectangle, en tirant sur le coin inférieur droit. Sinon, écrivez votre texte dans votre traitement de texte habituel, puis faites un copier-coller.
27/10/2016 (18:16) Rym Bonjour , les régimes hyper protéines sont -ils aussi inefficaces que régimes ananas etc ? Où bien sont-ils plus nocifs , si oui en quoi abuser de protéines favorise t il un grand rebond pondéral? Merci Les régimes hyperprotéinés, qui font bien maigrir à court terme, sont aussi inefficaces dans la durée que tous les autres régimes, comme l'ont montré de nombreuses études internationales. Ce qui favorise le rebond pondéral n'est pas la nature du régime, mais sa sévérité, ainsi que sa durée. Lorsqu'on maigrit vite, l'organisme vit cela comme une famine. La faim augmente, l'appétence pour les aliments à haute densité calorique augmente, et ces aliments finissent par devenir irrésistibles. On bascule à un moment ou un autre dans la surconsommation, dans un mécanisme tout ou rien, on mange alors vite et beaucoup, et on reprend souvent plus de poids qu'on en a perdu. Pire, on avait en gros perdu 75% de masse grasse et 25% de masse maigre (les muscles, entre autres choses), mais on reprend 100% de masse grasse. On pèse donc plus lourd et on est plus gras, à l'arrivée. De plus, le corps devient économe en calories, et le problème est qu'il continue à être économe même quand on arrête le régime. Ce facteur favorise là aussi la reprise pondérale et le dépassement du poids de départ. En résumé: tous les régimes sont à éviter.
27/10/2016 (18:21) lindita1ra Bonjour, J'ai cru lire que les EME sont le résultat des compulsions. Qu'entendez-vous par là? Par exemple lorsqu'on a une compulsion qui nous fait manger sans réfléchir et à toute vitesse, est-ce parce que nous évitons d'accepter l'émotion qui nous vient et qu'on essaie de la repousser? Entre autre j'imagine? Merci beaucoup :) Bonsoir lindita1ra, Lorsqu'on fait une compulsion, on se sent coupable et on a peur de grossir. On appelle ces émotions des "émotions alimentaires", car elles sont en rapport avec le comportement alimentaire. Ces émotions peuvent à leur tour déclencher une EME et une nouvelle compulsion. Lorsqu'on a des émotions liées à ce qui se passe dans notre vie, on appelle cela des "émotions extra-alimentaires", et elles aussi peuvent déclencher EME et compulsions. Une compulsion liée à une EME consiste, comme toute compulsion alimentaire, à manger vite, des aliments à haute densité énergétique (gras et/ou sucré) sans faire attention au goût, et en grande quantité. Ce qu'on cherche à faire, c'est calmer ses émotions, pas se faire plaisir en mangeant. Mais comme on vient de le voir, cela suscite des émotions alimentaires qui font qu'on ne peut plus s'arrêter de manger. Si on vit une émotion difficile et qu'on l'accepte, cela veut dire qu'on ne va pas utiliser la nourriture pour camoufler ou enterrer l'émotion. Cette émotion difficile finit par passer, et dans tout ça, on n'a pas mangé en excès. Pour que cela se passe ainsi, il est souvent nécessaire d'augmenter sas tolérance à ses émotions. Car beaucoup de mangeurs en excès sont devenus peu à peu des "Princesses au petit pois" et mangent lors d'émotions de plus en plus petites. C'est pourquoi nous proposons l'abord de la pleine conscience, sur le site, car cela permet d'apprendre à vivre ses émotions et ses pensées difficiles sans prendre peur.
27/10/2016 (18:28) marie43 Je ne sais tj pas pourquoi je n'arrive pas accueillir mes EME lorsque je suis invitée qq part et que les plats que l'on présente me font trop envie souvent parce que je n'ai pas l'habitude d'en manger. Je n'arrive pas bien non plus, lorsque je suis chez moi, à composer avec mes EME de fin de repas. Il suffit que le plat soit bien réussi pour que j'en ai envie encore et encore. Enfin, je n'y arrive pas non plus, lorsque j'ai un peu raté le plat ou lorsque je dois par politesse manger un plat peu aimé, à ne pas me précipiter ensuite sur qq chose qui me réconfortera. Dans ces moments là la RPC et autres moyens sont tombés dans la trappe de mes souvenirs enfuis. Que puis-je faire ? J'ai l'impression d'être étrangère à moi-même dans ces trois situations. Merci par avance de votre réponse. Bonsoir Marie. Tout d'abord, sans doute êtes-vous encore beaucoup en restriction cognitive (RC), privée de tous ces aliments délicieux. Quand ils sont à disposition, comment ne pas désirer manger tant et plus? Lorsque vous aurez avancé dans le programme et performé les exercices destinés à lever tous les interdits alimentaires (liés au poids, pas ceux liés à la religion ou à des options philosophiques), que vous aurez intégré que vous pouvez manger tout et n'importe quoi, si vous en avez envie, que vous aurez découvert le rassasiement gustatif, qui signale qu'on n'a pas envie indéfiniment d'un aliment, alors vous pourrez manger de tout en vous arrêtant somme toute assez rapidement. Donc, a priori, je crois que votre problème est en grande partie lié à la RC. Comme je l'ai dit dans une précédente réponse, la RC entraîne des émotions alimentaires, qui enclenchent une EME. C'est pour ça que c'est un beau cercle vicieux. Et la pleine conscience ne sert pas à grand chose dans ces cas là. Il ne s'agit pas de s'empêcher de manger ce qu'on a envie de manger en faisant de la pleine conscience, mais d'apprendre à manger ce qu'on a envie de manger sans créer un cercle vicieux. Mieux vaut travailler sur la RC et par exemple prendre conscience de ses pensées automatiques: à titre d'exemple, autour de la peur de manquer (Je dois en manger beaucoup car demain je n'y aurai plus droit), la peur de craquer (Si je mange beaucoup d?aliments « autorisés », je n'aurai plus envie des aliments « interdits »), ou toutes autres pensées du même genre.
27/10/2016 (17:59) G. Apfeldorfer Bonsoir à toutes et tous, et c'est parti pour une foire aux questions d'une heure. Les questions que vous n'avez jamais osé poser, les questions qui vous empêchent de dormir la nuit.
27/10/2016 (18:32) chocoboum bonjout. Merci je dors très bien ! 1mois 1/2 que je suis inscrite - 1 kg de moins.......grrrr - là je dois noter quasiment toutes mes émotions - j'en avais effectivement beaucoup - Ravie de faire ce travail sur moi - Depuis que je suis sensée éplucher mes émotions, ben voilà, je suis anesthésiée : je n'ai plus aucune émotion (certes, en conscience) SVP comment sortir de cette impasse ? je me lasse, même de moi ! Bonsoir chocoboum, Des émotions, vous en avez plein, à ce que je vois: de la colère, parce que vous n'avez pas perdu assez de poids et que cela fait baisser votre moyenne. Du plaisir à découvrir vos émotions et là, une ou des émotions qui ne sont pas définies: étonnement, frustration, déception, agacement? Ceci du fait que vous seriez comme "anesthésiée". Faisons le pari que vous n'êtes pas du tout anesthésié, mais que les émotions surgissent là vous ne les attendez pas. Ou bien que les émotions qui sont susceptibles d'apparaître si on leur en laisse la possibilité, ne vous plaisent pas, ou bien vous font peur. Alors vous leur fermez la porte au nez, vous les refoulez, ce qui vous donne cette sensation d'anesthésie. Je vous conseille la pratique de la pleine conscience; laissez venir ce qui vient, question émotions, pensées, sensations, sans jugement, et souvent, nous sommes surpris par nous-mêmes. Agréablement ou désagréablement, ça on ne peut pas choisir.
27/10/2016 (18:33) chocoboum Bien sûr que manger à table, vers 12h30 et vers 19h c'est qq chose qui fait partie de l'apprentissage, du conditionnement - mais nous vivons en société... difficile de faire à manger pour la famille et de leur dire ; je regrette, je ne reste pas avec vous, je n'ai pas faim ! et à 15h30 vous avez un bon creux qui vous fait manger !! j'ai du mal Chcoboum, vous avez tout à fait raison: nous sommes des animaux sociaux et nous adorons manger sur un mode convivial, surtout quand ce sont des personnes agréables et que nous aimons qui partagent avec nous. Et justement, les appétits prévisionnels favorisent cela: la capacité à avoir faim au bon moment, par exemple l'heure des repas. Et lorsqu'on a faim par hasard en dehors des horaires, grâce à ses AP, on peut manger la quantité adéquate pour que la faim réapparaisse au repas suivant. Mais dans la période d'apprentissage et de redécouverte des sensations alimentaires, nous demandons à titre d'exercice, d'expérience de vie, de déroger aux sacro-saints horaires. Cela peut mettre à mal vos habitudes et les habitudes des autres membres de la famille, mais ce n'est pas fait pour durer.
27/10/2016 (18:30) G. Apfeldorfer Aïe, aïe aïe, je vais bientôt manquer de questions. Et je suis addict! Vite, mes providers, aidez-moi!
27/10/2016 (18:34) Choucathou Dr Apfeldorfer bonsoir, j'ai parcourru Choucathou Dr Apfeldorfer je suis là, j'ai une question pour vous mais je ne la vois pas arriver sur le chat. :-) Moi non plus, choucathou!
27/10/2016 (18:36) Choucathou Dr Apfeldorfer bonsoir, j'ai parcourru je recommenceen lisant maigrir c'ets dans la tête je suis une mangeuse non restreinte oh zut k je ne sais plus comment vous appelez cela Une mangeuses normale, une mangeuse émotionnelle? On s'en fiche, de comment ça s'appelle. C'est quoi, le problème?
27/10/2016 (18:41) chocoboum merci pour toutes ces réponses - côté émotions je me sens vraiment cadenassée - pleine conscience, pleine conscience...etc... même que j'aimais beaucoup ça au début, maintenant ça me bloque - je vais encore travailler ça bien sûr ! Chcoboum, pour ne plus avoir peur de ses émotions, il est bon de sa rappeler qu'une émotion est une forme de préparation à l'action de l'organisme lorsqu'il est confronté à un problème à résoudre. Le problème peut être un événement extérieur, mais aussi un événement interne, comme une pensée (qu'on transforme alors en problème à résoudre) ou une émotion qu'on n'est pas d'accord pour ressentir. En fait tout cela, ce ne sont que des événements intérieurs à nous-mêmes, que, dans tous les cas, nous pouvons vivre, que nous pouvez supporter. Il n'y a rien d'affreux, du genre extraction de dents sans anesthésie. Quoi qu'il se passe à l'intérieur de moi, je peux le vivre. Ce ne sont que des aides à l'action, pas toujours adaptées, proposés par mon cerveau, mais ensuite, je décide de ce que je fais.
27/10/2016 (18:52) Choucathou Dr Apfeldorfer bonsoir, j'ai parcourru choucathou ah oui mangeuse anarchique. cela est dû aux régimes et au découragment consécutif. j'ai aussi uen peur d emaigrir tenace malgré que j'aie très peur pour ma santé voire ma vie j'ia un IMC de quasi 40 et une forte obésité abdominale.que me conseillez vous? Ah, une mangeuse anarchique. Très bien. L'écoute de vos sensations alimentaires devrait permettre que tout ça se régule, peu à peu. ET puis, la question du poids: aujourd'hui, il y a des tas de gens, dont beaucoup de médecins, qui vous menacent d'une mort atroce et rapide si, toutes affaires cessantes, vous ne vous mettez pas à maigrir. CE N'EST PAS VRAI! Certes, si vous avez un IMC de 40, cela devrait, statistiquement, diminuer un peu votre espérance de vie. Mais ce ne sont là que des statistiques. Il ne faut pas confondre perte de chance d'ordre statistique (du genre, j'ai moins de chance de gagner au Loto que mon voisin) avec quelque chose de défini de façon certaine. Et vous avez le temps de perdre du poids. Ce n'est pas une urgence. Ne vous mettez pas la pression. Prenez votre temps. Faites les choses bien. Du point de vue de la santé, si cela vous tracasse beaucoup, je vous conseille de vous mettre à l'exercice physique. Car les statistiques confondent surpoids et sédentarité: la perte de chance du point de vue espérance de vie est bien davantage due à la sédentarité qu'au surpoids. Si bien que les personnes obèses et actives n'ont pas ou très peu de perte de chance. Ensuite, vient la question de certaines maladies aggravées par l'obésité: l'hypertension artérielle et les troubles vasculaires, le diabète, par exemple. Là, perdre du poids a un effet bénéfique immédiat. Si on peut perdre. Sinon, il convient bien entendu de faire soigner ses maladies par un médecin compréhensif et attentif.
27/10/2016 (18:54) chocoboum je monopolise ? en fait comment vivre "'consciemment ": les émotions, se rendre compte qu'elles sont là ? et qd je grignote, je m'en rends compte... après une ou deux bouchées - un peu tard pour pratiquer la RPC et là j'ai consciemment 2 émotions : honte et colère hiiiii Chcoboum, vous deviez aller voir sur le site ce que nous avons appelé l'EME-zen, ou comment manger sans culpabilité en cas d'EME, et sans que cela prenne des proportions pantagruéliques. L'EME-zen répond parfaitement à la situation que vous décrivez. Je n'ai pas le temps, là ce soir, de vous détailler. Si vous ne trouvez pas, demandez à votre coach.
27/10/2016 (18:55) Independance day Je crois que je ne sens pas encore la bonne quantité à manger. merci pour votre réponse Ca va venir, ne vous inquiétez pas!
27/10/2016 (18:55) Choucathou Dr Apfeldorfer bonsoir, j'ai parcourru je ne vois pas arriver la fin de ma question :-( Anne ma soeur Anne...
27/10/2016 (18:55) Choucathou Dr Apfeldorfer bonsoir, j'ai parcourru merci de votre réponse détaillée Docteur Ah, celle-là, elle est arrivée sans problème.
27/10/2016 (18:58) Choucathou Dr Apfeldorfer bonsoir, j'ai parcourru oui vraiment hihi Vous allez vous y faire, à ces fichus ordinateurs, je suis sûr.
27/10/2016 (18:58) G. Apfeldorfer Eh bien, nous voilà à la fin de ce chat. J'espère que cela vous aurez aidé. Et vu l'heure, surtout si vos appétits prévisionnels réveillent votre faim, surtout si le dîner s'annonce bien, question convives et question qualité de la nourriture, je vous souhaite un bon appétit.
Haut de page 
X