Chat du 28 novembre 2012 avec Gérard Apfeldorfer

28/11/2012 (18:29) G. Apfeldorfer Bienvenue pour cette heure de dialogue, cette foire aux questions les plus diverses. Vous pouvez poser toutes les questions que vous n'osez jamais poser!
28/11/2012 (18:31) jacotte Bonjour, combien de temps faut-il pour commencer a ressentire une amelioration sur les pultions afin de se sentir mieux moralement? Combien de temps met le fût d'un canon pour refroidir, demandait le comique Fernand Reynaud ? La réponse était : un certain temps. Si vous avez des envies de manger émotionnelles, pour que celles-ci diminuent, il vous faut: - pratiquer assidûment les exercices de pleine conscience; - identifier les situations génératrices d'EME, les pensées automatiques que vous vous répétez mentalement, comme: "je n'y arriverai jamais", "je suis nulle", 'il faut que je mange"? - devenir capable de prendre du recul par rapport à de telles pensées, les voir un peu comme "du dehors". Des exercices comme l'espace de respiration, à faire chaque fois que l'on ressent une perturbation émotionnelle, ou mieux encore l'EME-zen, vont vous permettre d'avancer. L'important est de prendre patience, d'être tolérant vis-à-vis de soi-même, d'accepter ses propre faiblesses sans s'auto-accuser, ce qui ne fait qu'entretenir le processus. De la gentillesse pour soi-même, encore de la gentillesse?
28/11/2012 (18:34) Foujita Bonsoir J ai commencé il y a 3 semaines et vos conseils me font du bien.Mais je craque parfois comme si quelque chose en moi veut résister et refuse d arrêter de manger.La pleine consciencec est difficile.Est ce une technique incontournable?Merci de votre reponse Bonsoir foujita, Comme vous démarrez, tout cela est bien normal ! Vous avez des envies de manger émotionnelles et vous ne parvenez pas encore à pratiquer les exercices de pleine conscience. Je vous conseille de vous accrocher ! Peut-on se passer le la pleine conscience ? Oui, et nous proposons des méthodes alternatives, comme l'image-refuge. Mais la pleine conscience est clairement plus riche et plus puissante, même si cela semble difficile au départ. Accrochez-vous !
28/11/2012 (18:36) JoD7 Bonjour Docteur Une question technique sur la satiété. Du fait de la différence de calories d'un aliment à l'autre, elle est forcément indépendante de la quantité, si je ne me trompe pas. Or, si la quantité (trop ou pas assez) peut être instantanément mesurée par l'estomac (trop ou pas assez rempli), la juste quantité de calories ne peut être mesurée qu'en différé, une fois que les nutriments ont été absorbés, donc, bien après le repas. Du coup, comment peut-on espérer être en contact avec la satiété au cours du repas ? En ce qui me concerne, je fais un peu au pif, concernant la satiété, quitte à remanger rapidement ensuite, si j'ai à nouveau faim. J'ai perdu 3 kilos en 6 semaines, je me demande ? paradoxalement ? si ce n'est pas trop et si je ne suis pas entrain de mettre mon corps en situation de manque avec les conséquences boomerang qui risquent de s'ensuivre. Tout ça à cause de cette fichue satiété dans laquelle je patauge !!!! Bonsoir JoD7, quelle question maligne ! Dans les deux sens du terme, d'ailleurs : astucieuse et diabolique. En fait, nous sommes infiniment mieux faits que cela. Lorsque nous mangeons un aliment, notre cerveau l'enregistre dans une sorte de banque de données, en l'associant à ses effets post-ingestifs. Notre organisme connaît donc la valeur nourrissante des aliments, ainsi que leur composition, sur un mode intuitif. Lorsque nous mangeons à nouveau cet aliment, nous pouvons donc déterminer la quantité qui nous est nécessaire en fonction de la taille de la faim ressentie, en fonction de l?aiment consommé. Nous nous écoutons, et au moment de nous servir, nous pouvons anticiper approximativement la quantité de tel aliment à mettre dans notre assiette ; puis quand nous mangeons, nous repérons ce qu'on nomme le rassasiement sensoriel spécifique (RSS), ou rassasiement gustatif : l'aliment cesse d'être plaisant au goût à un moment donné. Le RSS s'acquiert par apprentissage. Cela n'a donc rien à voir avec le remplissage de l?estomac, qui fournit des indications peu précises et qu'il vaut mieux négliger, lorsqu'on mange une nourriture riche et variée. Le RSS fonctionne essentiellement avec les aliments riches, pas avec ceux à faible densité calorique (légumes par exemple), nécessite un apprentissage (il faut avoir mangé attentivement l'aliment quelques fois), et nécessite qu'on mange avec attention, précautionneusement. Nous proposons plusieurs exercices dans le programme pour rééduquer notre capacité à percevoir le rassasiement gustatif. Prenez votre temps, afin que se reconstruise votre base de données !
28/11/2012 (18:42) Sitâ Bonsoir docteur. Avec le changement de saison, je me pose la question : est-ce que le froid me donne réellement faim, ou est-ce qu'il provoque des EME basées sur une envie de réconfort ? Même quand je ne sors pas, j'ai l'impression d'avoir nettement plus faim que quand les températures sont plus douces. Les sensations sont là, ventre creux et consorts, mais je doute quand même... Pareil quand je travaille intensivement ou que je suis fatiguée. Qu'en pensez-vous ? Bonsoir Sita, Ce sont là de bonnes questions ! Il est rare que le froid conduise à une augmentation significative des besoins caloriques, perceptible par l'individu. Ce peut être le cas lors de baignades prolongées, de sports nautiques, ou bien d'exercices physiques intenses lors des sports d'hiver, mais pas lors de petites expositions au froid, en étant bien habillé, sans effort physique. Reste donc une sensation d'inconfort d'ordre psychologique. Je vous propose de pratiquer une séance de body scan dans le froid, et d'examiner vos sensations réelles dans les différentes parties du corps, sans jugement, sans chercher à les éviter, de rester un moment avec ces sensations. Sont-elles si désagréables ? Demandent-elles une réponse immédiate ? Les sensations dans le ventre et ailleurs demandent-elles elles aussi une réponse immédiate, ou bien peut-on poursuivre un moment leur observation afin de voir comment elles évoluent ?
28/11/2012 (18:46) rory24 Rebonsoir doc, je ne vous quitte plus lol. Je suis en mode bilan en ce moment, et je relisais justement les premiers bilans de mon programme alimentaire. Il était noté "rassurez vous, votre phase pizza-chocolat va passer. Euh après 8 mois de LC, ça passe pas vraiment, ou plutôt ça mue en période fast-food ou pâtes au fromage ou mars glacés. LC nous fait devenir monomaniaque en termes de nourriture ou ce n'est qu'une phase du changement de comportement? Bonsoir rory, Sans doute n'êtes-vous pas encore au bout de votre appétit pour ces aliments. Souvent, c'est le cas quand on craint encore de manquer, quand on n'est pas assuré qu'ils seront toujours là, à disposition, quand un interdit continue à exercer sa pression dans un coin de sa tête. Pour en sortir, je vous recommande l'exercice de repas sur un aliment : tous les jours, au déjeuner, par exemple, chocolat et rien que chocolat, sur le mode de la dégustation. Lorsque vous ressentez la fin du plaisir, votre repas est terminé, mais demain, votre appétit pour le chocolat, votre capacité de trouver du plaisir à le manger sera de retour (quoique plus petite). Par la suite, dans l'après-midi : quand l'appétit revient, on mange ce qu'on veut, toujours en dégustant. 4 jours au moins. Plus si affinité. On peut très bien manger ainsi indéfiniment, si ça nous plait. Mais le plus souvent, ça ne nous plait pas. En mangeant en dégustant, on se lasse des goûts répétitifs. Sauf bien entendu, si la prise de ces aliments est déclenchée par une EME. Mais dans ce cas, c'est là dessus qu'il faut travailler.
28/11/2012 (18:46) JoD7 Merci Docteur, vous m'éclairez parfaitement. De rien. merci à vous.
28/11/2012 (18:52) JoD7 Une autre question docteur : le but ultime, en RPC, est-il de ne plus avoir de pensées ? Ah bonne question, mais non, pas du tout! Le but ultime, si on peut s'exprimer ainsi, est d'accepter ses pensées, ses émotions, ses sensations physiques, quelles qu'elles soient, sans jugement, sans évitement. On se place en spectateur de son monde mental, sans intervenir dessus. On "est", on ne "fait" pas. Car en fait, nous ne pouvons pas choisir nos pensées, ni nos émotions. Ttout ce que nous pouvons faire, c'est fuir toutes les pensées, par exemple en détournant notre attention, et c'est ce que nosu faisons quand nous avons uen EME. La PCS augmente la tolérance aux émotions et permet de rester avec des pensées pénibles, des envies de manger, sans manger, juste en observant ce qui se passe. Comme une envie de se gratter: on ne se gratte pas, et l'envie passe, à notre grande surprise.
28/11/2012 (18:53) samsam la graissse est emmagasiné dans la ventre essentielleemnt et dans le coup.Est qu'un luposuccion en combinant avec le regime est elle envisageable? Bonsoir samsam, Vous avez donc une obésité « en pomme » (localisée sur le ventre), plus fréquente dans la gent masculine, alors que l'obésité « en poire » (concernant les fesses et les cuisses) est plus fréquente dans la gent féminine. L'obésité en pomme est nettement plus mauvaise pour la santé (en particulier le coeur et les vaisseaux) que l'obésité en poire, peu nocive du point de vue santé. On conseille donc... de maigrir. Une fois que l'on est parvenu à son poids d'équilibre, c'est le moment, si besoin en est, c'est-à-dire si le ventre reste trop gros, de songer à une forme de chirurgie esthétique ou réparatrice. De même pour le cou. Je déconseille de recourir à la chirurgie esthétique tant que le poids n'est pas stabilisé. Se faire opérer et maigrir ensuite ne donne pas forcément de bons résultats esthétiques.
28/11/2012 (18:53) rory24 Bon, on va tester ça, 4 jours, I can do it! Merci doc! Pas de quoi, rory!
28/11/2012 (18:55) layle Bonjour, quelle quantité d'eau faut il boire ? Faut il également attendre la soif ou suivre les "recommandations" de boire 1,5 l d'eau par jour ? Bonsoir layle, Comme d'habitude, sont apparus dans le monde médical des discours normatifs, à propos des boissons comme du reste. Et comme d'habitude, on a confondu des données épidémiologiques, concernant des populations, où on peut dégager des moyennes, avec des prescriptions individuelles. Cela n'a guère de sens que tout le monde boive la même quantité d'eau tous les jours. Pour un tas de raisons: - Tout d'abord, tout dépend de sa conformation physique, comme en ce qui concerne l'apport calorique. On n'a pas les mêmes besoins selon qu'on mesure 1,50 ou 2,1 mètres; - Tout dépend des dépenses hydriques: a-t-on beaucoup transpiré ou non, selon la chaleur, l'habillement, l'activité physique; - Ce qui compte, c'est l'apport d'eau total, et il faut donc tenir compte de l'apport en eau des aliments. Enfin, nous sommes naturellement équipés pour savoir, sans qu'on nous le dise, si nous devons boire, quand nous le devons, et combien. Cela s'appelle la sensation de soif, très précise. En résumé: boire quand on a soif, pour ne plus avoir soif, et ne pas boire quand on n'a pas soif!
28/11/2012 (18:56) G. Apfeldorfer Je suis presque au bout de vos questions. Aussi, si vous en avez de nouvelles, c'est le moment de les poser!
28/11/2012 (18:56) samsam que pensez vous du regime préconiser par Montignac où il conseille que cela s'effectue en 2 phases d'une part et d'autre part que la théorie du calcul des calories n'influe en rien sur l'amaigrissement mais le plus important est la dissociation des aliments qui est entre autre baser sur l'indice de glycémie qui doit être le plus bas possible surtout si nous mangeons des éléments gras? Bonsoir samsam, Le régime Montignac est... un régime, avec tous les inconvénients des régimes. TOUS les régimes, y compris les plus farfelus, permettent de perdre du poids dans un premier temps, mais conduisent à une reprise de poids et une aggravation des problèmes pondéraux dans un délai d'environ 2 ans. TOUS les régimes induisent des troubles du comportement alimentaire, ainsi qu'une perte de l'estime de soi. Concernant les justifications pseudo-scientifiques du régimes Montignac : la théorie de l'index glycémique n'est corroborée par aucun travail scientifique sérieux. L'index glycémique mesure la vitesse d'absorption des éléments glucidiques d'un aliment et la vitesse de passage des glucides dans le sang. En fait, on sait aujourd'hui que cette vitesse d'absorption dépend non seulement de l'aliment, mais de la quantité de glucides (on préfère alors parler de « charge glycémique »), de l'état de l'aliment (plus ou moins cuit, en morceaux plus ou moins gros), des autres aliments ingérés en même temps (les lipides, les fibres, les protéines ralentissent l'absorption), de la personne (certains individus absorbent plus vite). Seul l'index glycémique du repas a plus ou moins du sens, et non celui des aliments un par un. Or il est techniquement impossible de le mesurer. En fait, l'index glycémique n'a d'importance que pour les personnes dont le pancréas fonctionne mal (les diabétiques) et celles qui présentent une résistance à l'insuline (les prédiabétiques). En fait, pour résumer, la théorie de l'index glycémique est abandonnée, en ce qui concerne la médecine fondée sur des preuves, la médecine sérieuse, tout au moins.
28/11/2012 (18:57) Louelia Bonsoir Docteur: je suis inscrite depuis peu (très peu à vrai dire :) ) et ma principale préoccupation est : est-ce que j'ai fa Suspense!
28/11/2012 (18:57) bayard Bonjour Docteur, Pouvez vous m'apporter un conseil pour lutter contre l'insomnie.C'est suite à un travail de nuit prolongé que j' ne retrouve pas des nuits satisfaisantes.Pendant de longues années, j'ai compensé ma lutte contre la fatigue en mangeant....ce qui rajoute la fatigue de la digestion à mon système digestif perturbé. ! Bonsoir bayard, Il est exact que les troubles du sommeil puissent conduire à des troubles du comportement alimentaire et une prise de poids. Cela concerne tout particulièrement les personnes ayant un travail de nuit, et encore plus les personnes faisant les 3X8 avec horaires décalés. Alors, comment retrouver le sommeil? Si maintenant, vous avez retrouvé des horaires de travail moins problématiques, profitez-en pour mettre en place des horaires réguliers. Commencez par vous lever toujours à la même heure, que vous ayez bien dormi ou non. Etablissez votre horaire de coucher en fonction du temps de sommeil qui vous est habituel en ce moment. Par exemple, si vous ne dormez pour le moment réellement que 5 heures par nuit, et si vous vous levez à 7 heures, il faudra vous coucher seulement à 2 heures du matin. Vous avancerez ensuite progressivement votre horaire de coucher, dans la mesure où vous dormirez le temps passé au lit. La nuit, quand vous ne dormez pas, ne restez pas dans votre lit, levez-vous et passez dans une autre pièce, pour vous livrer à une activité monotone (télévision peu passionnante, par exemple). Ne retournez au lit que quand vous sentez que le sommeil vous gagne. Ne faites pas de sieste, même si vous avez sommeil durant la journée. Avant de vous coucher, faites une séance de pleine conscience (ou tout autre moyen visant à apaiser les tensions) mais pas dans le lit. Rappelez-vous que ne pas dormir une nuit ne diminue que peu les performances objectives du lendemain, même si on se sent inconfortable. Ces principes du traitement cognitive-comportemental de l"insomnie permettent de retrouver son rythme de sommeil en quelques semaines, si tout va bien, et si on les applique régulièrement. Soyez assidu et patient! Ah, j'oubliais: mangez de préférence bien plus tôt, au moins 2 heures avant le coucher.
28/11/2012 (18:58) Louelia ah je n'ai pas terminé , ou est-ce que j'ai encore faim pour arrêter de manger Désolé, mais je n'ai pas compris votre question.
28/11/2012 (18:58) JoD7 Okaaaaaaaaaaaaaay, comme dirait l'autre ! J'avais pas tout compris en fait, et je me battais contre moi même, pendant les séances de RPC, pour limiter les pensées et émotions, en rageant contre le fait que je n'ya arrivais pas. Merci encore et bonne soirée. De rien JoD7 et bonne pratique!
28/11/2012 (19:05) Nola81 Bonsoir Docteur, je me rends compte que lors des soirées entourées, un peu festives, je suis incapable d'écouter mon appétit... Est-il préconisé de tenter la pleine conscience même dans ce cadre là? C'est difficile car j'appréhende beaucoup maintenant ce genre de soirées où je sais que le lendemain, je ne vais pas forcément me sentir bien...Comment mieux les gérer? Et en profiter? Bonsoir Nola81, De nombreux facteurs peuvent expliquer que vous vous lâchiez dans les circonstances festives. La présence d'aliments que vous vous interdisez, ou bien un malaise social, parce que vous êtes timide, mal à l'aise, ou encore parce que vous avez honte de votre physique. Je dis les premiers trucs qui me passent par la tête. Quoi qu'il en soit, vous pouvez à tout moment utiliser la respiration pour vous recentrer sur vous-même, quelques instants. Ce que je vous conseille. Puis, cela fait, vous recentrer sur votre bouche et déguster, en vous rappelant que tous ces aliments ne disparaitront pas à la fin de la journée, que demain, si vous le voulez, vous pourrez vous procurer les mêmes ou d'autres aussi bons, si cela vous chante.
28/11/2012 (19:06) mims68 Bonsoir Dr A.,Pourquoi dans ma vie de tous les jours, j'ai un besoin presque viscéral de toujours tout contrôler ? Quoi que j'entreprenne ou que je fasse, il me faut tjs savoir que je vais pouvoir mener au bout ce que j'ai entrepris. Je ne sais pas si c'est la peur de l'échec si je suis dans ce contrôle permanent,Dans ce cas, mes EME que j'avais (j'en ai moins, alors je préfère parler à l'imparfait...) étaient totalement contradictoires avec ma conception des choses, puisque là, je n'avais plus de contrôle ! Pourquoi s'autoriser un "lâcher prise démesuré " dans la nourriture et vouloir contrôler tout le reste ? Bonsoir mims68, Je ne sais pas pourquoi vous désirez « tout contrôler ». Est-ce un trait de caractère, hérité génétiquement, ou le fruit de votre éducation, de vos expériences infantiles, ou bien avez-vous mûri cette stratégie pour tenter de contenir vos angoisses ? Ce que je sais, c'est que ce désir de contrôle finit par poser de nombreux problèmes, de même que le perfectionnisme, avec lequel il est souvent associé. Tenter de contrôler son alimentation conduit à entrer en lutte avec ses mécanismes de régulation internes. Notre corps nous dit une chose, et notre esprit une autre. Nous voilà sommés de choisir ! Le contrôleur choisit l'esprit, bien sûr, et entre en lutte avec son corps. L'alternative est celle que nous proposons ici : échanger le contrôle contre de l'écoute. Se mettre au service de son corps plutôt que le combattre. Est-ce un "lâcher-prise démesuré", comme vous le dites ? Sûrement pas, car l'écoute n'a rien à voir avec l'anarchie. Nos comportements alimentaires sont alors sous contrôle, non pas au moyen de notre volonté, mais par les mécanismes neurologiques chargés de la régulation de notre poids. Cette écoute n'est pas seulement une stratégie valable pour ce qui est de l'alimentation. C'est une discipline de vie. Être à l'écoute de ses émotions, de ses désirs, de ses valeurs, de ses directions de vie, et les respecter, c'est être en accord avec soi-même. Les exercices de pleine conscience peuvent y aider grandement.
28/11/2012 (19:08) Louelia est-ce que j'ai faim pour pouvoir commence rà manger : je ne le sens pas ; ensuite comment vais-je sentir la satiété ces sensations me sont tout à fait étrangères encore ; Bopnsoir Louelia Si vous venez de commencer le programme, il est bien normal que vous ne perceviez pas clairement vos sensations alimentaires de faim et de satiété. Nos exercices sont faits pour que vous les récupériez. Si vous êtes avancée dans le programme, alors il vous faudrait revenir sur les exercices de base sur la faim et le rassasiement.
28/11/2012 (19:13) christine 38 Bonsoir, moi aussi je suis toute nouvelle. Je suis vraiment ravie de ce que je découvre sur votre site et je me sens tout à fait en harmonie avec ce que je lis; reste à mettre tout ça en application...je sais au fond de moi que je vais y arriver, c'est tout à fait ce que je cherchais pouvoir gérer mes émotions et avoir chaque jour un peu plus de bienveillance et de compassion à mon égard. Je voudrais savoir si , avec votre méthode vous donnez des conseils nutritionnels ou pas, pour que votre méthode soit efficace. Etant nouvelle, je n'ai pas encore trouver de réponse et bien sûr, je n'ai certainement pas tout découvert. Merci pour réponse. Bienvenue parmi nous Christine de l'Isère. Nous ne donnons pas de conseil nutritionnel car lorsqu'on mange en fonction de ses sensations alimentaires, assez vite, après une période où on éponge ses désirs les plus interdits, on diversifie son alimentation et on se tourne vers les aliments de qualité, dans l'ensemble. On se met en fait à manger le plus souvent (mais pas tout le temps) ce qui convient à notre organisme car on s'aperçoit que c'est ce qu'il y a de meilleur et ce qui nous réussit le mieux. N'est-c e pas merveilleux?
28/11/2012 (19:14) jacotte Bonsoir , faut-il faire du sport tous les jours pour aider a prendre consience de sa faim? Faire du sport, vous avez raison, intensifie les sensations corporelles et on ressent mieux sa faim. Tous les jours, si vous pouvez. Personnellement, je ne peux pas, et en dehors de périodes de sport intensif, je ne fais que 2 séances par semaine.
28/11/2012 (19:15) Louelia Oui je commence, je vous remercie ça en devenait une idée fixe . Pas de quoi!
28/11/2012 (19:19) Astarté Bonjour Docteur, une question me trotte dans la tête depuis qqs temps. Avec le carnet dégustation, j'ai découvert que j'arrivais rapidement à satiété. Ma question est : quel rapport y-a-t'il entre taille de l'estomac et la satiété? Merci pour votre présence et vos bons conseils ! Le rassasiement gustatif est essentiellement une sensation en bouche et consiste en la fin du plaisir à manger tel aliment. Le rassasiement global, qui signale l'arrivée de la satiété (= plus de faim) est repéré par apprentissage, et en partie seulement en raison de la sensation de plénitude gastrique. Mais cette plénitude gastrique est un signal pauvre et peu précis. On put se sentir rassasié par un aliment riche, avec un ventre presque vide! Et vice-versa, ne pas se sentir rassasié si ce qu'on mange n'est pas assez nourrissant. je vous conseille de manger avec votre bouche, pas avec votre ventre, et de vous habituer à sorte de table sans avoir l'estomac plein.
28/11/2012 (19:23) mini ché Bonjour. J'apprivoise mes sensations doucement, auj. je me rends compte qu'en mangeant des féculents, ma faim disparait pour trèès longtemps et que j'ai des EME si l'heure du repas arrive sans avoir faim. Que faire ? Oui, certains aliments nourrissent plus longtemps que d'autres, parce qu'ils apportent plus de calories. pas de souci. Il semble que vous ayez de la difficulté à sortir de vos routines, et que vous craignez de manquer, si vous ne mangez pas à un repas. Les exercices sur la faim vont vous aider à mieux supporter ces sensations, à ne plus en avoir peur. A faire, ou à refaire, si vous les avez faits précédemment.
28/11/2012 (19:24) Teresa Bonsoir Docteur, je viens de commencer le body-scan. Cela me donne une sensation de fourmillements. Est-ce que cela signifie que j'ai des troubles de la circulation sanguine ? Merci d'avance de votre réponse. Des fourmillements, cela correspond à une vaso-dilatation, qui signale le fait que vous vous relâchez, que vous vous relaxez. Ces fourmillements devraient évoluer en sensation de chaleur agréable. Cela n'est pas à rechercher, mais comme c'est agréable, pourquoi se priver de s'en réjouir quand cela survient?
28/11/2012 (19:28) rory24 J'ai perdu pas mal de poids depuis 2 ans, mais je n'arrive toujous pas à choisir la bonne taille en boutique? (je fais un bon 40 et pourtant, je ne le crois pas et j'essaie des vêtement en taille 42, 44, 46) Et quand je regarde mon corps je vois encore tout ce qui est rond, flasque, qui dépasse. Avez des conseils pour me réappropier progressivement mon corps d'aujourd'hui"? Il semble bien que vous soyez coupée de votre corps, que vous cherchiez à l'ignorer. Pour vous le réapproprier, 2 voies: Celles du mouvement: on ressent son corps lorsque celui-ci bouge. Bougez par exemple devant le miroir, comme ce qui se fait dans les salles de gym. Bougez en pleine conscience. Le body-scan: explorer ses sensations intérieures, ainsi que les pensées qui se pointent, au sujet du corps ou non. Bonne exploration et bonne réconciliation, rory.
28/11/2012 (19:30) G. Apfeldorfer Nous arrivons au boute de cette heure de tchat. Je ne sais pas pour vous, mais moi, j'irai bien manger un morceau. A la prochaine et bonne soirée! :)
Haut de page 
X