Chat du 31 février 2017 avec Gérard Apfeldorfer

31/01/2017 (18:03) colonel27 bonjour pour la satiété a cause du tercian gouttes 5,5,35 par jour j ai un peu de mal j ai trouver un truc quand je prends plus plaisir a manger j arretes quand les aliments n ont plus un gout agréable quand pensez-vous? Bonjour mon colonel, Je vous dis bravo! Vous avez découvert le rassasiement gustatif. Le RG consiste en une diminution du plaisir en bouche à manger un aliment déterminé. Il est d'autant plus net que l'aliment en question est riche en calories. Nous recommandons donc de déguster ses aliments et de s'arrêter lorsqu'ils n'apportent plus de plaisir en bouche.Ceci dit, on peut cependant, arrivé là, avoir encore faim et envie d'un autre aliment. c'est ainsi que se déroule un repas. Puis vient le rassasiement global, un sentiment de ne plus manquer de rien, de confort, de désintérêt pour toute nourriture. Vous prenez du Tercian, qui est un médicament qui dérègle la perception du rassasiement. On a tendance à manger plus. Mais il semble bien que cela n'entrave pas pour vous la perception du rassasiement. Alors, tout va bien, et il n'y a qu'à continuer comme ça.
31/01/2017 (18:06) magalette Que faire pour arrêter de manger de facon automatique. Par exemple quand on cuisine, grignotter le plat en cours de preparation La première question à se poser est: pourquoi grignote-t-on? Il me semble qu'il y a 2 raisons principales. La première est la restriction cognitive. On s'interdit de manger parce "qu'on n'a pas le droit" de manger entre les repas. Du coup, on exacerbe le désir. Le seconde raison est d'ordre émotionnel: on grignote parce qu'on cherche à minorer ses émotions. Si vous pensez être dans le premier cas, les exercices du programme destinés à banaliser tous les aliments, l'apprentissage de la dégustation, tout cela devrait vous permettre de ne plus ressentir cette pression à grignoter, et fonctionner comme les cuisiniers professionnels: on goûte pour voir où en est le plat, pas plus qu'il n'en est besoin. On ne mange vraiment que quand c'est prêt. Si vous avez l'impression que vous êtes pleine d'émotions à calmer tout en faisant la cuisine, alors, c'est l'entraînement à la pleine conscience qui devrait pouvoir vous venir en aide, afin que vous puissiez vivre pleinement vos émotions sans les redouter et sans les éviter.
31/01/2017 (18:07) BOMBAY Bonjour,Mon problème : c'est la crise de boulimie le soir au moment de l'endormissement .Pourquoi et que faire .Cela a commencé ,il ya 3 ans et j'ai pris 20 kilos . Bonsoir Bombay, Même réponse. Vos crises de boulimies peuvent être encouragées par 2 phénomènes (soit l'un, soit l'autre, soit les deux). Tout d'abord, la restriction cognitive: vous avez cherché à contrôler votre poids en évacuant vos aliments préférés et vous continuez à culpabiliser si vous les mangez. Cela génère des désirs alimentaires irrépressibles devenant vite des boulimies. Vous êtes très émotionnable et ne supportez plus vos émotions. Vous cherchez à minorer ces émotions par toutes sortes de moyens et vous en avez découvert un, assez efficace: faire des boulimies. Malheureusement, cela génère de la culpabilité et de la peur de grossir, de nouvelles émotions qu'il faut calmer aussi, et vous ne vous en sortez pas. Alors, si tel est votre cas, N°1 ou 2, vous êtes au bon endroit et notre programme est conçu pour vous aider à vous en sortir. Mon conseil: faites le programme avec application et ténacité, consciencieusement, sans chercher à aller plus vite que la musique. La récompense est un bout.
31/01/2017 (18:10) Rym Bonjour, j'ai l'impression de passer du "tout au rien" au "tout au tout". Depuis que je m expose au chocolat pour ne plus souffrir à cause des compulsions , rien ne va plus. Je continue à faire des compulsions . Donc alimentation non restrictive PLUS compulsions = ça pèse... J ai envie de revenir à mon système contrôle mais je sais bien que ce sera plus violent. Que dois- je travailler? Pour arrêter de passer mes nerfs sur la nourriture? Bonsoir rym, Il convient tout d'abord de savoir si vous mangez du chocolat parce que vous culpabilisez d'en manger (restriction cognitive) ou parce que vous cherchez à calmer vos émotions. C'est toujours la même histoire, hein! Dans le premier cas, si vous avez diabolisé le chocolat, je vous conseille de refaire les exercices consistant à remplacer un repas habituel par un repas de chocolat consommé sur un mode de dégustation, jusqu'au rassasiement gustatif. Par la suite, on remange lorsque la faim revient. Il vous faut pour cela: savoir déguster, savoir repérer le retour de la faim. Mais j'ai bien peur que vous ne fassiez des compulsions surtout parce que vous mangez pour minorer vos émotions. Pour progresser, il vous faut jouer sur 2 tableaux: 1) Utiliser la technique de l'EME-zen. je vous rappelle qu'elle consiste, lorsqu'on a une envie de manger émotionnelle, à manger un aliment réconfortant, celui qui semble le plus réconfortant au moment de l'EME (ce n'est pas forcément tous les jours le même). On mange cet aliment sur un mode de dégustation dans la mesure du possible. On s'arrête lorsqu'on est réconforté. On remange seulement lorsque la faim revient. Pour pouvoir faire l'EME-zen, il faut: savoir identifier une EME, savoir déguster, avoir dédiabolisé l'aliment réconfortant, savoir repérer le rassasiement, savoir repérer le retour de la faim. Autant dire qu'il faut avoir déjà avancé dans le programme. 2) Faire un travail de fond, avec des séances de pleine conscience quotidiennes, en vue d'apprivoiser vos émotions et vos pensées automatiques. Peu à peu, vous devriez pouvoir vivre vos émotions sans chercher à les éviter à tout prix, par exemple en faisant des compulsions. Alors, rym, comme vous voyez, il y a du pain sur la planche. Retroussez vos manches et allez de l'avant!
31/01/2017 (18:10) Rym En fait, on a beau réaliser qu'on se maltraite finalement à se faire mal avec la nourriture , mais on continue! Je n aime pas aller mal mais je crée malgré moi les conditions pour être au plus bas. Rym, vous avez raison, on est souvent pris dans des cercles vicieux. On a le sentiment qu'on ne fait pas ce qu'il faut, on se dévalorise en donnant libre cours à des pensées automatiques destructrices, on cherche alors à se réconforter en faisant une compulsion, et on se dévalorise alors encore plus. Il faut sans doute accepter que le chemin est long, qu'il comprend moultes péripéties, et qu'il ne faut pas chercher à griller les étapes, mais avancer pas à pas. Chaque pas dans la bonne direction est un pas gagné.
31/01/2017 (18:15) Independance day Bonsoir Docteur, j'ai lu le livre que vous m'avez conseillé ( la colère de Thich nhat hanh ) ma relation avec les autres s'améliore mais il y a des choses que je ne comprends toujours pas: - Dans la salle de sport je connais pas mal de monde, je dis bonjour par courtoisie mais certain font semblant de ne pas me voir. Alors, à présent je passe à coté sans rien leur dire (comme eux) Est-ce de la peur? Du mépris? Après tout, je me dis que l'on vit dans un monde individualiste,on ne peut pas plaire à tout le monde.... Merci pour votre réponse Bonsoir Independance day, Je suis bien content que vous ayez lu le livre de TNH sur la colère. C'est bien, hein? C'est bien d'accepter sa colère et d'apprendre à la transformer en énergie positive, non? Bon, on ne vous dit pas bonjour dans la salle de sport. Ca, c'est ce qu'on appelle un fait, un événement. Ensuite, il y a les pensées qui vous viennent dans votre espace mental, que vous appelez sans doute des interprétations, ou bien des conclusions que vous tirez. En fait, en réalité, ces pensées sont très automatisées et il y a bien des façons d'interpréter cette situation. Les pensées qui vous viennent sont sans doute, si je comprends bien, qu'ils réagissent à votre poids. P'tet ben que oui, et p'tet ben que non, en fait. Peut-être qu'ils font ainsi avec tout le monde (ce qui est vérifiable). Ou peut-être qu'effectivement, ils réagissent à votre poids. Bon, et alors? Cela fait-il apparaître dans votre espace mental des pensées de dévalorisation? Si ce n'est pas le cas, alors, il me semble qu'il n'y a pas de problème. Comme vous dites, on ne plait pas à tout le monde. Ou bien, vous avez alors des pensées automatiques de dévalorisation (avec déprime) ou des pensées agressives (avec colère). Votre problème, ce sont ces pensées, pas la réaction des autres. D'une façon générale, ce n'est pas les événements de la réalité qui induisent nos émotions, mais notre lecture (souvent automatisée) de cette réalité. Le programme propose un travail sur les pensées automatiques. Je ne sais pas si vous en êtes déjà là. Si ce n'est pas le cas, demandez à votre coach.
31/01/2017 (18:18) Malaga Bonsoir, je viens juste de me rendre compte que dès que je vais au sport le soir (ce qui est quand même assez fréquent), je mange un goûter un peu plus copieux que d'habitude. Bref, je mange sans faim car je crois bien que j'ai peur d'avoir faim pendant ma séance de sport (chose dont j'ai horreur!!). Je ne sais pas comment gérer ce problème! Vous mangez par anticipation d'un besoin que vous pressentez. Ce n'est pas une façon anormale de procéder et cela s'appelle les appétits prévisionnels: on prévoit ses futures dépenses et on mange en conséquence. Pas de souci, la régulation se fera a posteriori. Ceci dit, je trouve que c'est plus confortable de manger léger avant le sport, afin de ne pas se retrouver en pleine digestion. Dans le sport, ce sont les muscles qui ont besoin d'afflux sanguin, et pas le tube digestif.
31/01/2017 (18:19) chris212 Bonsoir Docteur, Aujourd'hui, j'accepte de faire le point, c'est comme poser la seconde brique ! Comme je le disais hier lors du chat, j'attaque pour la X ième fois l'appétit prévisionnel (étape sur la satisfaction alimentaire). Depuis que j'ai commencé LC j'ai perdu 4 kg. Je n'ai commencé à perdre qu'au bout de 2 bons mois après mon inscription à LC. Cette évolution se fait tout doucement depuis 6 mois environ. Mon IMC reste élevé certes mais il a baissé. De plus, c'est la première fois depuis des années que les kilos perdus ne se réinstallent pas. Même avec les fêtes et les chocolats. Je ne me suis pas privée, loin de là ! Je veux m'attacher au côté positif. C'est une évolution qui va dans le bon sens donc c'est positif. Les choses se mettent en place petit à petit. La dernière en date : le sas de décompression en fin de journée. Bien sûr, il me reste beaucoup à faire. Le chemin est long et plein d'embûches. Y-a-t-il moyen d'accentuer, d'accélérer la perte de poids sans retomber des travers des régimes traditionnels qui pour moi se sont invariablement conclus par une reprise avec bonus ? Il m'arrive de penser que c'est qu'en même peu. Mon psy me dit que c'est déjà énorme, que c'est stable, que c'est sur la longueur qu'il faut voir les progrès et que c'est ça l'important. Bravo chris pour ce trajet! Mais votre psy a raison (entre psys, on se soutient, hein?) Surtout, ne cherchez pas à aller plus vite que la musique, à brusquer les choses. Laissez faire la nature, à son rythme. Chi va piano va sano. Chercher à accélérer, c'est cesser de réguler pour retomber dans le contrôle.
31/01/2017 (17:59) G. Apfeldorfer Salut tout le monde. Déjà plein de questions! Faut que je m'active, hein! Allez, je m'y mets. Mais vous pouvez en poser encore, pas de souci.
31/01/2017 (18:08) svyeshnykova Bonsoir Docteur! Bonsoir tout le monde! Bonsoir svy. Ca vous dérange pas, j'espère, si je vous appelle comme ça?
31/01/2017 (18:21) svyeshnykova Pas de tout Docteur:-) Ouf!
31/01/2017 (18:24) Callina Bonsoir Dr Apfeldorfer ! Meilleurs voeux pour la nouvelle année ! Je m'aperçois que je mange trop par rapport aux capacités de mon estomac. Si bien que je régurgite souvent de manière automatique mon bol alimentaire. En effet, je pense rarement à déguster ce que je mange. Je sais qu'il faut déguster ; poser son couvert toutes les trois bouchées etc. Mais je grossis toujours. Tous ces efforts pour manger à ma faim et pas plus sont une torture. Que je décide de manger sereinement en faisant fi de ma peur de trop manger, je grossis. Alors que faire? Merci d'avance pour votre réponse. Bonsoir callina. L'EME-zen est fait pour vous! Voir description dans mes réponses précédentes. Faites de vos aliments préférés et réconfortants vos amis, des amis qui vous aident à répondre à vos envies de manger émotionnelles. De la sorte vous pourrez calmer vos émotions sans que l'EME ne devienne une compulsion alimentaire.
31/01/2017 (18:21) svyeshnykova Docteur, je prends Laroxil 50mg et Respiridon 1mg, est que c'est sont aussi les medicaments qui dereglent rassasiement? Ah, je suis désolé de devoir confirmer, svy. Avec ces médicaments, le poids d'équilibre se déplace le plus souvent vers le haut. Mais s'ils sont indispensables, alors il faut l'accepter. C'est à discuter avec votre médecin, qui pourra peut-être les changer contre des médicaments qui ont une moindre action sur le poids.
31/01/2017 (18:21) svyeshnykova Je crois que mes questions n'apparaisent pas... Tout vient à point à qui sait attendre.
31/01/2017 (18:22) svyeshnykova Quel est le titre de ce livre et son auteru, je voudrais le lire aussi. Merci La Colère : Transformer son énergie en sagesse. Thich Nhat Hanh, Pocket, 2004
31/01/2017 (18:25) G. Apfeldorfer Vous allez rire, mon stock de questions est épuisé. Il n'y en avait pas tant que ça, en définitive. Alors, à votre bon coeur.
31/01/2017 (18:28) svyeshnykova Ouf! J'ai pensé que c'était le probleme de mon ordinateur. A propos de medecin, je voudrais vous poser la question que j'ai posé hier mais peut être elle est restée inapersue. Pouvez vous me conseiller un psychiatre en région parisienne qui travail selon vos methodes. Je me sens de plus en plus mal avec le mien et ça fait 8 ans que je suis en thérapie. J'ai l'impression de stagner, de ne plus avancer. Depuis que j'ai lu votre livre j'ai decouvert qu'on peut faire d'avantage le travail sur sois et les rélaations, mais il faut le soutien d'un bon specialiste. Tant que mon psychiatre, quand j'ai lui parlé de RPS et j'ai lui dit que m'aide il a pris ça comme une betise. Je ne peux pas vous donner de noms de psychiatres, mais je peux vous recommander de consulter le site aftcc.org, sur lequel vous trouverez des psychiatres et psychologues compétents, qui ne riront pas quand vous parlerez de pleine conscience. Demandez leur tout de même s'ils s'occupent de troubles du comportement alimentaire. Il y a aussi le site gros.org, avec des gens très bien, formés en partie par JP Zermati et moi. Mais peu de psychiatres sur ce site.
31/01/2017 (18:32) capucia Bonsoir. 1ère journée de travail sur la faim pour moi. Pas de petit-déjeuner. J'ai fait une séance de méditation de pleine conscience. Tout allait bien. J'ai donc décidé de me mettre au sport : J'ai fait 30 minutes de renforcement musculaire. Ensuite j'ai senti fatigue, salivation et difficulté de concentration. J'ai pris une légère collaction à 9h30. Mais tout le restant de la journée, j'ai été "à côté". Gym démesurée ou mauvaise gestion de ma faim ? Pas rassurée de recommencer demain car professionnellement, j'ai beaucoup de rendez-vous Bonsoir capucia, Si vous avez fait une petite hypoglycémie, ce qui semble être la cas, une petite collation aurait dû rétablir les choses et vous n'auriez pas dû avoir de conséquences dans le reste de la journée. Mais peut-être êtes-vous hypersensible. Alors, la prochaine fois, mangez tout de même un petit quelque chose avant de vous mettre au sport, pour éviter l'hypoglycémie. Ou faites l'exercice de la faim un jour où vous ne faites pas de sport.
31/01/2017 (18:33) svyeshnykova Je ne prouve pas le livre La colere de cette auteur en edition electronique (j'aime beaucoup lire sur mon téléphone), mais j'e trouve un autre "La peur" ce que n'est pas mal aussi. Je vais l'acheter. Ah, c'est bien possible que ce soit un livre à l'ancienne, en papier (vous savez, ce truc qui est fabriqué avec des arbres morts).
31/01/2017 (18:33) svyeshnykova merci Docteur! De rien.
31/01/2017 (18:34) capucia Merci Docteur. Je vais faire ça. Merci Très bien, capucia. Vous nous raconterez.
31/01/2017 (18:35) G. Apfeldorfer Panne sèche, again.
31/01/2017 (18:41) svyeshnykova Une question sur la faim. Chez moi - toujours pas de signaux de faim intermediaire, seulement les signaux de grande faim au bout de 4-5 heures. Est que ça peut être à cause de mes medicaments antidepressants? Ou ma consommation de nicotine?Je fume une cigarette electronique A priori, svy, vos médicaments agiraient surtout sur le rassasiement, plutôt que sur la faim. Donc, je ne pense pas que ce soit ça. Mais les signaux de faim modérée, sont des signaux... modérés, discrets, que l'on n'identifie que lorsqu'on les recherche. Ils correspondent à une envie de manger, à l'impression que si on mangeait un truc bon, on en aurait du plaisir. Ce peut être tout. Alors, de temps à autre, posez-vous, arrêtez-vous de faire quoi que ce soit pour vous tourner vers l'intérieur de vous, vers vos sensations corporelles, et interrogez-les. Prenez plusieurs minutes pour cela, sans vous presser.
31/01/2017 (18:43) Rym Alors: si on remet les compteurs à zéro , qu on attend le retour de la faim et qu on continue à respecter ses sensations alimentaires, que devient " le stock " des erreurs du passé? Est il possible de mincir ? D'utiliser ce stock ( graisse) tout en écoutant ses sensations? rym, pas d'inquiétude, c'ezts ça, la régulation: l'épuisement du trop plein, des stocks, s'il y a trop plein. On a moins faim, on mange moins, le stock s'en va doucement. C'est parce qu'on écoute ses sensations alimentaires que le stock s'épuise tout doucement.
31/01/2017 (18:45) minifouine La solutiond de vider tous le placards pour éviter les compulsions est-elle bonne dans un premier temps en tout cas ? Oui, minifouine, dans le début du programme, quand on n'est pas encore capable de laisser des aliments présents sans leur sauter dessus, alors mieux vaut ne pas avoir trop de choses dans les placards et acheter au fur et à mesure, par exemple pour pouvoir faire les exercices. Par la suite, on pourra avoir des placards remplis, sans avoir envie de manger les stocks quand la faim ne sera pas là, ou quand l'envie de manger telle ou telle chose ne sera pas là.
31/01/2017 (18:47) capucia Ma psy en EMDR avec qui j'ai parlé de mes problèmes de poids m'a conseillé de lire votre livre "manger en paix". Pour des habitués des régimes comme moi depuis 15 ans, c'est une révolution. Votre approche du lien à la nourriture très émotionnelle me touche beaucoup mais j'avoue qu'il est très difficile pour moi de "tatonner" notamment dans ces 4 jours d'attention sur la faim ... j'aimerais tellement pouvoir croire que ce bon sens vers lequel tout tend dans votre approche "fonctionnera" aussi en moi Elle est bien, cette psy, je trouve. capucia, vous vous êtes mise en chemin, et bravo. Mais le chemin est long, et on avance pas à pas.
31/01/2017 (18:47) svyeshnykova Docteur, pensez vous qu'en prennant des medicaments antidepressants il est quand même possible de suivre la methode LC? D'avoir des réperes alimentaires? svy, la réponse est oui. Mais il faut parfois accepter un poids un peu plus élevé.
31/01/2017 (18:49) magalette comment faire pour ne pas se decourager. ce n'est pas facile tout a coup de mieux gerer ses emotions...sur quels points ancrer sa motivion et comment voir qu'on avance ( la balance ne suit pas toujours) Magalette, pour conserver sa motivation, il me semble qu'il est important de changer d'instrument de mesure. Laissez tomber la balance en tant qu'instrument de mesure de vos progrès, et mesurez ces progrès en fonction de ce que vous parvenez à faire en ce qui concerne le comportement alimentaire et la gestion de vos émotions.
31/01/2017 (18:51) SANDRINE82 Bonsoir Docteur, j'ai remarqué qu'un repas non satisfaisant déclenchait dans les minutes à l'heure qui le suivait une EME et probablement due à la colère d'avoir gâché un repas. Je cherche à comprendre l'origine de cefte émotion... Bonsoir sandrine. Eh bien, ma foi, il me semble que vous avez parfaitement compris le mécanisme de votre EME. L'étape d'après: accepter d'avoir gâché un repas qui aurait pu être bon. Des repas, on en fera encore plein, non? Demain, par exemple.
31/01/2017 (18:52) svyeshnykova Ah oui! D'accord. J'ai pensé que ça devait être obligatoirement des gargouillies dans l'éstomac ou un creux à l'éstomac. Ravi de vous avoir éclairé.
31/01/2017 (18:52) Rym La douceur, toujours la douceur . Merci Le judo ou l'aikido, plutôt que la boxe.
31/01/2017 (18:54) svyeshnykova A cette étape de decouverte de la faim je decouvre que je peux très bien vivre sans petit déjeuner. Pensez vous que je peux le supprimer? ou ça risque de créer les compulsions avec le temps? svy, si vous n'avez pas faim le matin, alors pas besoin de petit dej'. C'est d'ailleurs lecas de bien des gens, qui font leur repas principal le soir, et n'ont pas faim le matin, ce qui est normal. Mais la faim peut venir alors dans la matinée. Pas grave: on fait alors une collation, qu'on cherche à ne pas faire trop grande pour ne pas se couper l'appétit pour le déjeuner.
31/01/2017 (18:56) capucia J'associe EME Zen à crise de boulimie ... j'ai peur qu'avec le le côté très "permissif" de votre approche (s'autoriser les aliments préférés en les dégustant en conscience sans culpabilité) ne me fasse glisser vers plus de poids ... je sais que vous allez tiquer ... mais j'ose poser la question qui me taraude capucia, avec l'EME-zen, vous mangez bien moins que si vous faites une compulsion. Et je vous rappelle qu'ensuite, il s'agit d'attendre le retour de la faim. Ce n'est que si vos EME sont très fréquentes que vous ne pouvez plus réguler en attendant le retour de la faim. Et c'est pourquoi il convient aussi de faire un travail de fond avec la pleine conscience.
31/01/2017 (18:57) svyeshnykova Formidable! Merci Docteur! Yes!
31/01/2017 (18:58) G. Apfeldorfer Nous y voilà, à l'heure du dîner. Seulement si vosu avez de l'appétit. Mais c'est mon cas. Alors, à la prochaine fois!
Haut de page 
X