Chat du 7 novembre 2016 avec Gérard Apfeldorfer

07/11/2016 (18:38) lindita1ra Bonjour, en discutant avec un coach j'ai pris conscience que la cause principale de mes compulsions sont les restrictions dues aux multiples années de régime derrière moi. Quels conseils avez-vous pour réussir à ne plus me sentir en restriction et donc cesser de penser que je ne pourrais plus "jamais" manger cet aliment de ma vie... Peu probable c'est clair, mais je me sens lassée de ces compulsions qui ne m'apportent pas de plaisir. Contrairement à quand je mange pour me détendre et aller mieux, systématiquement je "kiffe" et profite de ce moment sans manger des tonnes...MERCI! :) Bonsoir lindita, Bienvenue dans le programme et bravo pour votre début d'analyse de vos problèmes alimentaires. Les restrictions que vous vous êtes imposées en faisant toutes sortes de régimes afin de contrôler votre poids ont abouti à la situation suivante: vous contrôlez en vous empêchant de manger ce que vous aimez (parce que vous pensez que c'est cela qu'il faut faire pour maigrir), puis vous craquez et mangez excessivement. Le terme scientifique est "restriction cognitive" (RC) et vous trouverez des explications sur le site à ce sujet. La majorité des personnes faisant Linecoaching est dans ce cas. Et c'est bien pourquoi de nombreux exercices sont prévus pour vous permettre de sortir de la RC et (re)devenir une "mangeuse intuitive", qui mange quand elle a faim, s'arrête quand elle n'a plus faim, mange ce dont elle a envie à un moment donné, mais pas plus que son appétit ne le lui indique. 2 pistes seront suivies: retrouver ses sensations alimentaires, et dédiaboliser tous les aliments.
07/11/2016 (18:50) Rym Bonjour et merci d'être là. Je réalise après coup, à chaque fois que je mange trop vite. Il est vrai que je n ai pas la télé mais accro à la radio. Tout le temps allumée. Il faudrait que je l éteigne car mes pensées sont accaparées par " les ondes". Bonsoir Rym. Rappelez-vous que quand vous mangez, vous faites quelque chose d'important. Aujourd'hui, l'acte alimentaire s'est dévalorisé et nous sommes tellement riches que nous ne respectons plus la nourriture. Mais je crois qu'il faut revenir à cela: manger est un acte fondamental, qu'on ne peut pas se permettre de prendre à la légère. La nourriture que l'on met à l'intérieur de soi doit être bonne, et il convient de lui témoigner du respect, c'est-à-dire de l'attention. Ce qui ne veut pas dire qu'il faille manger dans un silence religieux, car on peut associer 2 plaisirs: par exemple celui de la conversation si on mange en convivialité, ou celui de l'écoute de musique ou d'une émission de radio si on est seul. Mais rappelons-nous qu'il y a une activité principale qui est manger, et une activité annexe, qui est la conversation ou l'émission de radio. Et demandez-vous aussi si vous n'écoutez pas la radio pour éteindre certaines pensées, qui pourraient entraver votre plaisir à manger. Comme des pensées de culpabilité à propos de la nourriture mangée, ou bien divers soucis qui pourraient accaparer votre attention.
07/11/2016 (18:57) Rym au demeurant je ne pense pas que ce soit la seule raison. Je mange trop vite . Une collègue m a fait la remarque la semaine dernière , j ai eu honte . On est souvent glouton par peur de manquer, du fait des anciennes privations qu'on a pu s'imposer. Mais dorénavant, plus de privations, plus d'interdits, on peut avoir tout ce qu'on veut quand on veut. Alors, pourquoi se presser, pourquoi avaler tout rond? On est en sécurité alimentaire.
07/11/2016 (18:32) G. Apfeldorfer Bienvenue à toutes et tous dans ce chat où vous pouvez poser toutes les questions. Et vous verrez bien si j'y réponds!
07/11/2016 (18:59) Flo Bonjour, j'ai commencé le programme il y a un mois et je découvre avec surprise que oui c'est pour refouler mes motions que je mage en excès - stress au bureau et compensation de solitude dans une relation a distance le soir. Quelles astuces pour accepter les emotions quand on a un profil de contrôle - et que la PC c'est sympas mais vécu comme trop "passif"? Flo, vous me faites bien plaisir. Je suis heureux que vous ayez pu vous rendre compte de ce qui vous fait manger, à savoir des émotions et des pensées pénibles qu'il vous faut calmer. Alors, comment s'en sortir? Nous proposons sur LC 2 abords qui sont complémentaires: Le premier consiste à augmenter votre tolérance émotionnelle, c'est-à-dire devenir capable de vivre toute émotion difficile, toute pensée qu'on n'aime pas avoir, sans les fuir. Et on constate alors que ces moments passent d'eux-mêmes, dès lors qu'on ne les entretient pas. La pleine conscience sert à cela: savoir contempler notre monde interne, sans jugement, sans lutte, sans chercher à le transformer. Juste attendre que les émotions se calment d'elles-mêmes. Cela vous paraît passif? Eh oui, justement, il s'agit de ne pas appliquer à des problèmes intérieurs à soi la stratégie qu'on applique habituellement à des problèmes extérieurs à soi. Pour les problèmes qui naissent dans notre environnement, nous avons une tendance à l'action qui est habituellement bienvenue. Il faut faire quelque chose face à un problème. Mais justementt nous appliquons aussi la même recette à nos problèmes internes et là, ça ne marche pas! Pour les problèmes émotionnels et cognitifs, batailler avec ses émotions pour les changer ne donne rien de bon. La contemplation, au contraire, permet que ces problèmes s'évacuent d'eux-mêmes. Miraculeux, non? Ca, c'est la premier piste, essentielle. Mais quand l'envie de manger est là, il est trop tard pour appliquer cette stratégie, et nous proposons alors l'EME-zen, qui consiste à calmer ses émotions en mangeant les aliments qui nous nous paraissent avoir le plus grand pouvoir calmant. On les mange en les dégustant, dans la mesure du possible, et quand on est calmé, on attend le retour de la faim pour remanger, si bien que globalement on ne mange pas trop. L'EME-zen fonctionne dans la mesure où on a déjà pris du recul par rapport à ses émotions car c'est une méthode que l'on ne peut pas utiliser plusieurs fois par jour, si à chaque fois on doit manger beaucoup pour calmer ses émotions.
07/11/2016 (19:07) Charlize Bonjour, je suis musicienne et apres mes concerts je me retrouve a beaucoup trop manger. Cèst en partie parce que jài faim, il est environ 23 heures habituellement et en partie pour destresser. Si je ne mange pas jài de la difficulte a trouver le sommeil. Bonsoir Charlize, Vous mangez donc après les concerts pour plusieurs raisons: la faim bien sûr, et aussi les émotions (le stress). Il est courant que ces deux raisons s'additionnent en soirée, pour beaucoup de monde. Vous allez apprendre avec le programme à calmer vos émotions, par exemple par les techniques de pleine conscience, et vous allez aussi apprendre à répondre à votre faim de façon adéquate. En pratique, ce que je vous conseille: commencez, si vous avez très faim, ou très envie de manger par émotion, par manger un aliment, le plus réconfortant possible (chocolat, ou autre) sur un mode de dégustation, lentement, jusqu'au réconfort (= EME-zen). Ce qui va aussi, par la même occasion, vous nourrir. Puis, si vous avez encore faim (tout dépendra de la quantité qu'il vous aura fallu pour vous réconforter) mangez autre chose, par exemple une partie de votre repas. Puis attendez que la faim revienne pour remanger. ce qui veut dire, en pratique, que si vous n'avez pas faim au petit dej', pas la peine de manger à ce moment-là. Certes, vous n'aurez pas forcément mangé "équilibré", mais vous pourrez manger de la viande, du poisson, des fruits et des légumes le lendemain au déjeuner. Il est assez probable que c'est ce dont vous aurez envie, et pas de chocolat. Ca ira très bien.
07/11/2016 (19:00) G. Apfeldorfer Vous pouvez poser de nouvelles questions, car je vais bientôt être en panne sèche!
07/11/2016 (19:11) Taie Bonsoir, je me rends compte que j ai beaucoup de mal à m arrêter de manger lorsque nous sommes en famille au repas du soir. Je continue même si je ne perçois que je n ai plus faim... Bonsoir Taie, Il est courant que dans les situations conviviales, on soit distrait de ses sensations alimentaires, et qu'on perde le contact avec elles et qu'on mange mécaniquement. Une autre raison qui nous fait manger trop est que la convivialité peut s'accompagner de difficultés relationnelles et donc émotionnelles, ne serait-ce que dues à la proximité de personnes qui nous "font quelque chose". On est alors dans l'alimentation émotionnelle. Alors, quoi faire? Se souvenir que nous sommes là pour manger et que manger est une chose sérieuse et importante. On peut accorder son attention à la conversation, aux autres, mais il faut aussi savoir ramener son attention, encore et encore, sur ce qui se passe dans la bouche, dans le corps. Si on s'aperçoit que ce sont les émotions qui nous font manger excessivement, alors il est bon de poser ses couverts, de prendre quelques respirations, avant de continuer à manger.
07/11/2016 (19:10) odimio Mon problème c'est une angoisse quasi permanente la rpc je crois me fais avancer mais elle est quand même la et manger soulagé la douleur au sternum ! odimio, si vous êtes angoissée à ce point, alors il faut vous occuper sérieusement de votre angoisse. Pourquoi ne pas consulter un professionnel, psychologue ou psychiatre? Il s'agit de comprendre ce qui génère l'angoisse, pour commencer.
07/11/2016 (19:19) odimio Toutes les personnes rencontres sur LC m ont donné ce conseil je vais finir par le suivre ! Oui. L'important est de trouver un thérapeute avec qui vous avez le sentiment d'être écoutée et comprise. Si possible quelqu'un qui s'y connaisse dans les troubles du comportement alimentaires et les problèmes d'obésité. Nous avons quelques spécimen de ce genre par exemple sur le site www.gros.org.
07/11/2016 (19:21) odimio Merci je vais aller voir Impec!
07/11/2016 (19:21) G. Apfeldorfer J'ai épuisé vos questions. Sans nouvel arrivage, d'ici quelques minutes, je donnerai le signal pour s'en aller dîner!
07/11/2016 (19:25) Charlize Je veux etre certaine de bien comprendre, apres un concert, faire un peu de pleine conscience, manger mon aliment favori (chocolat0 attendre un peu et si necessaire manger quelquechose de plus equilibre comme une soupe? Cèst bien ca? Oui, c'est ça, Charlize. A condition que vous ayez vraiment envie de cette soupe. Parce que si vous avez toujours envie de chocolat, alors vous continuez le chocolat. Ce sera alors sans doute plus tard (le lendemain) que votre envie d'autres aliments que le chocolat pourra se réveiller. On mange ce dont on a envie au moment où on en a envie (bien sûr si c'est possible). Est on s'aperçoit alors qu'on n'a pas toujours envie des mêmes choses. A condition qu'on ne soit pas un mangeur émotionnel 24/24.
07/11/2016 (19:29) a votre avis dois je travailler le rassasiement gu bonsoir Dr Apfeldorfer. Avec l'étape du rassasiement gustatif j'ai diminué ma prise alimentaire d'un aliment tabou. Or, je me rends compte que tout ce qui est gras et sucré estd evenu pour moi un aliment tabou. Que faire? Bonsoir, Si vous avez constaté que votre exercice sur un aliment tabou vous a permis de banaliser l'aliment en question. Mais comme un train peut en cacher un autre, d'autres aliments tabous frappent à la porte. Vous devez donc réitérer l'exercice avec chacun. Quoique, la plupart du temps, au bout de 5 à 6 aliments, cela suffit pour dédiaboliser l'alimentation globalement.
07/11/2016 (19:30) G. Apfeldorfer Eh bien, merci pour ces échanges. Et bon appétit pour le dîner!
Haut de page 
X