Chat du 9 novembre avec Gérard Apfeldorfer


09/11/2011 (18:31) G. Apfeldorfer Bonjour, tous ceux qui sont là, et bonjour aussi à ceux qui ne sont pas là, mais qui ont posté préalablement leurs questions! Retroussons nos manches!
09/11/2011 (18:32) Isaline25 Bonjour, je tiens d'abord à vous féliciter pour le programme, qui nous permet de déculpabiliser et de poser un nouveau regard sur nous-mêmes. Ma question est d'ordre pratique : plus j'avance dans le programme, plus je me rend compte que je n'ai jamais faim à midi. S'ensuit vers 17h une grosse fringale. Le problème, c'est que j'ai cours de 13h à 20h, et que je ne peux pas du tout prendre une collation à 17h. Que faire ? Manger à midi sans faim ? Ou attendre 20h pour prendre un repas ? Vraiment Isaline, c'est une bonne question. Car on ne fait pas toujours comme on veut, dans la vie. Il est clair qu'à 17 heures, vous avez déjà une grande faim, vu que vous ne mangez pas à midi pour respecter votre faim. Alors quoi ? Voilà mon conseil : à midi, prenez un petit repas standard, même sans faim. Ce sera un repas purement fonctionnel, sans plaisir. Il sera standard, puisque vous ne serez pas en mesure d'écouter un rassasiement aux abonnés absents (puisque vous n'avez pas faim, vous ne pouvez pas ressentir de rassasiement). Il sera petit, pour ne pas vous surcharger, et avoir bon appétit le soir. Ce sera le soir que vous pourrez écouter convenablement vos sensations alimentaires et réguler. Cette régulation se fait à l'échelle de la dizaine de jours et nous avons donc des capacités adaptatives très importantes. Des repas fonctionnels sont courants et ne posent pas de problème (sauf si on ne fait que des repas fonctionnels !) Par exemple, le marathonien qui mange des pâtes à 4 heures du matin avant son marathon ne mange pas pour le plaisir, mais pour augmenter son stock de glycogène. Est-ce un problème ? Bien sûr que non. Bonne continuation.
09/11/2011 (18:35) claire Bonjour, je suis inscrite sur LC depuis avant les grandes vacances...je trouve cela très positif, le seul hic, c'est que ma balance aussi! j'accède donc à des sphères pondérales inexplorées jusqu'alors et il me devient difficile au quotidien de supporter cela...mauvaise estime de moi, rejet de mon image, difficultés pour assumer ce que je suis aujourd'hui. Alors j'ai l'impression de ramer à contre courant et que le paramètre du poids vient troubler toute la quiétude qui me parait indispensable pour avancer dans la méthode. Ma chère claire, il est clair (je n'ai pas pu m'en empêcher, désolé) que vous faites quelque chose de travers. Notre programme n'est pas destiné à faire grossir. Une prise de poids en début de parcours est souvent due au fait qu'on cherche à griller les étapes. Par exemple, on laisse tomber ses interdits alimentaires, on s'autorise à manger tout ce qu'on s'était interdit, mais sans encore posséder la capacité à écouter ses sensations alimentaires de faim et de rassasiement. Ou bien, c'est dû au fait qu'on avait fait un régime draconien juste avant de commencer LineCoaching. Quoi qu'il en soit, voilà mes conseils : au démarrage du programme, mangez comme vous en avez l'habitude. Et faites les exercices, en prenant votre temps. Ce sont ces exercices qui vont peu à peu et sans risque, remodeler votre comportement alimentaire. Chi va piano va sano.
09/11/2011 (18:36) capuccino Bonsoir Docteur, bonsoir tout le monde
09/11/2011 (18:38) Grazia bonsoir dr A. je viens de lire sur le forum des témoignages de personnes qui se "sentent encore plus grosses" depuis qu'elles font le body scan. cela m'a provoqué un serrement dans le ventre et je ne sais pas pourquoi cela m'a autant touchée. moi, quand je fais le body scan je ne ressens rien du tout c'est complètement neutre. j'en viens à me demander quel est vraiment le but du bodyscan ? bonjour grazia, Oui certaines personnes qui tentent d'oublier leur corps prennent conscience de leurs rondeurs grâce au body-scan. C'est une bonne chose, même si c'est un peu douloureux. Mais éviter les sensations corporelles et oublier son corps, faire comme s'il n'était pas là, ou comme s'il était autre, est pire et est un frein à l'amaigrissement. D'autres personnes n'ont pas ce problème, et pour elles, faire le BS n'est pas pénible, bien au contraire. C'est renouer avec son corps, se sentir vivant. C'est super. Mais c'est vrai, à quoi bon ce fichu BS ? Tout d'abord le BS permet de prendre conscience du fait qu'être vivant consiste à être incarné. C'est drôlement bien, d'être vivant. On n'a qu'un corps pour cela, et c'est celui-ci. Merci mon corps. Ensuite le BS va vous permettre de mieux ressentir vos sensations physiques, avec plus d?acuité, et donc de mieux ressentir vos émotions, de ne plus avoir peur de celles-ci. Les émotions SONT vos sensations physiques. Elles sont supportables. Dès lors qu'on a compris que, par exemple, la colère était un ensemble de sensations corporelles, cette colère apparaît comme quelque chose que l'on peut supporter, sans avoir besoin de la fuir (dans une conduite alimentaire). Bonne pratique.
09/11/2011 (18:41) eileen Bonjour Docteur Apfeldorfer. Votre programme m'aide à me sentir de mieux en mieux chaque jour avec la nourriture (j'ai commencé le programme le 3 juin). Cependant, j'ai un doute face à un défi proposé. Il proposait de supprimer un plat lors d'un repas pour mieux déguster les autres. Or, c'est justement en mangeant un peu de chaque plat (entrée, plat, fromage et dessert) que je me sens le mieux. De ce fait, je suis un peu perdue.Merci encore pour votre site qui m'apprends de plus en plus de choses sur moi-même. Bonjour Eileen, Les exercices sont des formes d'expériences, à faire pour découvrir comment nous fonctionnons. Ils n'ont pas besoin d'être agréables et ne sont pas des façons de manger qui doivent forcément se pérenniser. Il s'agit juste d'exercices, à faire le temps prévu. Bonne continuation.
09/11/2011 (18:44) smiley Bonsoir, j'ai 38 ans et suis ce programme depuis 10 jours. Je le trouve différent de tous les régimes que j'ai pu suivre précédemment et surtout il prend en compte la gestion des pulsions alimentaires que j'ai depuis toute petite. J'ai perdu ma mère il y a quelques années et je me demande depuis si son anorexie (cachée mais visible par sa grande maigreur) ne peut pas expliquer les problèmes que j'ai avec ma propre alimentation. Comment donc s'en défaire de ces pulsions ? Comment protéger mes enfants de ce comportement? (pour le moment, ils sont jeunes mais très minces et mangent très sainement et à leur faim)? Merci pour votre éclairage,. Smiley. Bonjour smiley, Vous avez raison, notre programme est bel et bien différent de ce que vous pouvez voir ailleurs, puisqu'il ne s'agit pas du tout d'un régime ! C'est même un anti-régime. Il est bien possible que le fait que votre mère ait eu des troubles du comportement alimentaire graves (anorexie mentale) l'ait conduite à vous donner une éducation alimentaire biaisée. Mais maintenant, votre vie vous appartient et vous pouvez faire ce travail sur vous-même pour changer votre relation à la nourriture et à vous-même. Quant à vos enfants, le plus important est déjà de leur donner le bon exemple, et de leur montrer la joie qu'il y a à manger, à sa faim, ni plus ni moins, ce qu'on aime, et en partageant avec les autres membres de sa famille. Ce partage oblige à des concessions mutuelles : on ne mange alors pas toujours ce dont on a envie, car on accepte de faire plaisir aux autres. Je donne des conseils dans ce sens dans mon livre « Mangez en paix ! » A bientôt.
09/11/2011 (18:46) jane55 Bonjour, Voilà 2 mois que j'ai commencé et malheureusement je ne vois pas ma courbe de poids diminuer ; pire : cette semaine j'ai pris 900g et 1,4 kg depuis le début. J'avais l'impression pourtant que mon attitude face à l'alimentation commencer à changer, je me sentais moins angoissée par le fait de manger plutôt des aliments qui me font plaisir plutôt que de chercher sans cesse les aliments les moins caloriques et aujourd'hui je commence à être très déçue par les résultats que j'obtiens. Que dois-je travailler pour commencer à voir une descente, même minime mais au moins régulière de ma courbe de poids. Merci d'avance d'avoir pris le temps de me lire., Bonjour jane, Vous démarrez lentement le programme, car après 2 mois, vous en êtes pour le moment dans le début. Il n'est pas rare de stagner en début de programme, question poids. Cela peut par exemple tenir au fait qu'on s'autorise des aliments interdits, alors qu'on n'a pas encore travaillé sur la dégustation, sur la perception du rassasiement. Bref, on veut aller plus vite que la musique ! C'est en avançant dans le programme, d'un pas ferme et décidé, que vous aurez des résultats tangibles. Apprendre à manger en dégustant, en gardant les bouchées en bouche pour en extraire toutes les sensations possibles, apprendre à repérer le rassasiement gustatif devraient être décisifs !
09/11/2011 (18:48) Noelle bonsoir. Je ne pourrai pas être là demain, je vous pose une question sur les eme. En ce moment, j 'essaye de les identifier, mais ça n'est pas toujours facile, et pas évident. Une "faim" brutale pas nécessairement justifiée, ou l envie de finir un plat après la satiéteé me semblent être dues à des eme, mais je ne sais pas lesquelles et je ne ressens pas vraiment de sensations physiques; je continue néanmoins à déjà détecter les conséquences des eme, que puis je faire d autre ? Au passage, je suis heureuse de ce chemin vers plus de sérénité alimentaire! merci d avoir créé ce programme Lorsque vous mangez vite, goulûment, sans plaisir gustatif, avec une forte préférence pour les aliments les plus riches, sans pouvoir vous arrêter, il peut s'agir de 2 choses : une grande faim (que vous devez savoir repérer désormais) ou si ce n'est pas une grande faim, une EME. Si donc vous n'avez pas de grande faim, mais que vous mangez ainsi, recherchez les situations qui dans le passé proche, ont pu générer l'EME, ou bien les pensées, les ruminations, les soucis, qui vous occupent. Bon courage.
09/11/2011 (18:50) Aude Je fais des séances de RPC depuis 15 jours à raison de une à deux fois par jour mais je n'arrive pas à me concentrer sur ma respiration. J'ai beau faire je n'arrive pas à chasser de mes pensées plus de 30 secondes le quotidien (ce que je ne dois pas oublier de faire, de dire à untel ou untel...) Bref impossible de me concentrer sur moi. J'arrive à prendre du temps pour moi dans la journée sans culpabiliser (de trop) pour faire du sport ou reprendre contact avec mon corps mais la RPC pour l'instant .... Dois je persévérer ainsi (le temps fera bien les choses) ou dois je changer d'approche? Bonjour aude, Moi non plus je ne parviens pas à chasser mes pensées. D'ailleurs la chasse aux pensées n'est pas ouverte, chez LineCoaching ! Et si au lieu de leur faire la chasse (ce qui n'est pas gentil pour ces pauvres pensées qui viennent vous rendre visite) vous accueilliez vos pensées, toutes, sans les trier ? Vous dites que vous ne pouvez pas vous concentrer « sur vous » à cause de ces fichues pensées. Mais ces pensées sont « vous ». Donc, quand la pensée « je ne dois pas oublier de faire ceci cela » apparaît dans votre champ mental, dites-lui bonjour. Puis, sans suivre cette pensée, sans non plus la juger (hou, la vilaine !) Ramenez votre attention, gentiment mais fermement, sur la respiration, ou sur le sujet de l'exercice. 100 fois, 1000 fois, sans jugement, avec patience. C'est bien, de penser. Quelle chose merveilleuse que d'avoir des lobes frontaux, ces machines à générer de la pensée, inclus dans son cerveau. Et quelle chose merveilleuse c'est que de devenir capable de choisir son chemin dans les pensées qui apparaissent. On ne choisit pas les pensées qui apparaissent, mais on choisit de les suivre, ou non. Bonne pratique.
09/11/2011 (18:53) zou29 2ème question qui concerne la RPC : je fais de la RPC sans en faire, c'est à dire que je fais les exercices de pleine conscience souvent dans le quotidien, en lisant, en écrivant, en conduisant, j'appelle çà un arrêt sur image. Je pratique quelques années. je n'arrive pas à me poser assise, fermer les yeux et faire votre RPC. je la trouve artificielle...désolée, je ne la sens pas...pensez vous que la mienne soit toute aussi efficace... est ce que justement c'est à la pleine conscience au quotidien que vous voulez nous faire parvenir ?? La pleine conscience dans la vie quotidienne, on appelle cela la PCS informelle. Pourquoi pas, idéalement, vivre en PCS ? On peut ainsi se laver les dents, marcher et conduire en PCS. D?ailleurs, poiur conduire, c'est la seule bonne façon de conduire. Mais attention, la PCS consiste à être pleinement dans le présent, à être attentif à ses sensations, pensées, sons, etc. Ceci dit, la question, dans votre cas, est : que fuyez-vous ? Sans doute les pensées et images mentales, ces visiteuses qui pourraient venir lorsque vous vous ouvrez à ce qui se présente. Vous êtes sans doute dans l'évitement. La forme la plus achevée d'évitement émotionnel : manger. A bientôt.
09/11/2011 (18:54) tita Bonjour Dr Apfeldorfer, cela fait 2 mois que je me suis inscrite. En parcourant les forums, chat et blogs, je constate que beaucoup d'entre nous ont des EMEs. Je suis un peu intriguée, j'ai l'impression qu'aucune émotion ne me pousse a manger et pourtant je mange sans faim et au-delà de ma faim. Parfois, je me sens frustrée de ne pas pouvoir manger plus parce que je n'ai plus faim. Et je mange quand même. Est-ce une EME ? La plupart du temps, j'ai l'impression de faire un "black-out" quand je mange. J'oublie de porter mon attention sur mes sensations. Je ne m'en rends pas compte. J'ai l'impression de ne pas avoir d'émotions. Quand je fais des exercices de RPC, je bouge beaucoup mais je ne m'en rend compte qu'apres coup. Ai-je un probleme de concentration ? Est-ce que je me voile la face ? J'ai l'impression de ne pas savoir faire les exercices de RPC. Merci. Tita Bonjour tita, Ce que vous décrivez est ce qu'on appelle l'alexithymie : une difficulté à prendre conscience de ses émotions et plus généralement de sa vie intérieure. On se centre alors sur le monde extérieur, les autres, les choses pratiques. Par exemple, lorsque vous faites les exercices de PCS, vous ne ressentez rien, mais vous bougez sans en être consciente. Cette agitation correspond très probablement à une émotion, comme par exemple de l'anxiété. La PCS peut vous aider à explorer votre univers intérieur. Il s'agit de vous ouvrir, tout d'abord aux pensées qui viennent vous visiter, et aux sensations physiques que ces pensées induisent. En quelque sorte, les sensations physiques ressenties lorsque certaines pensées nous visitent constituent le tissu des émotions. Il vous faut partir de là : ce que vous ressentez dans votre corps. Dans un premier temps, le meilleur exercice pour devenir plus sensible à vos émotions est le body-scan, qui vous permet de mieux repérer vos sensations physiques et leurs modifications. Bonne continuation
09/11/2011 (18:57) Flopie Bonjour, je ne sais pas si le lieu est approprié pour poser cette question mais j'associe (plus ou moins consciemment) la perte de poids à une possible maladie. Je m'explique, ce mécanisme est apparu suite à la maladie d'un proche qui se félicitait au premier abord de sa perte de poids ; depuis, à chaque perte de poids je stresse et mange de plus belle derrière (quelque part avoir des formes est signe de bonne santé). Avez-vous des conseils pour ne plus appliquer ce mécanisme ? Bonjour flopie, C'est vrai, lorsqu'on maigrit sans raison, et surtout quand on perd beaucoup de poids, on peut avoir cette interrogation, souvent d'ailleurs partagée par nos proches : et si c'était une maladie par exemple de type cancer ? Mais justement, c'est inquiétant lorsqu'on maigrit sans l'avoir cherché. Lorsqu'on décide de manger en fonction de ses sensations alimentaires, c'est-à-dire de laisser jouer librement ses processus de régulation, alors on sait pourquoi on maigrit : on perd le surplus de ses réserves graisseuses, dues à la pléthore alimentaire. Donc, posez-vous la question : ai-je respecté ma faim, ma satiété ? Ai-je du plaisir à manger quand j'ai faim, et est-ce que je m'arrête quand ce plaisir gustatif se termine ? Si oui et si je maigris, alors tout va bien ! A bientôt.
09/11/2011 (18:59) capuccino J'attaque aujourd'hui mon 5ème mois de LC. Je dois reconnaître que j'ai changé, que je suis en train de changer. Les repas : je ne mange que si j'ai faim et que ce qui me fait envie. Je crois que je commence à m'accepter puisque j'ai réussi à me vêtir et même à trouver sympa les tenues achetées voir même me sentir belle. La nourriture, j'y pense de moins en moins. L'équilibre alimentaire ne semble toujours pas faire partie de mon quotidien : de temps à autre des légumes verts, un fruit mais je me rends compte que mes repas ne sont souvent composés que de 1 ou deux aliments : viande, laitage, voir même un seul aliment ... Mes émotions : même si je n'arrive pas toujours à les nommer, je sais quand elles vont me déstabiliser et je fais qq mn de RPC, histoire de calmer le jeu et je m'étonne de sentir le calme revenir et faire un choix conscient de consommer ou non un aliment "doudou". Je travaille sur mon perfectionnisme et essaie de lâcher un peu...Par contre une notion demeure complètement inconnue pour moi : le rassasiement. Comment réussir à mieux travailler dessus. ? Bonsoir capuccino, Quel plaisir d'avoir d'aussi bonnes nouvelles de vous ! Le rassasiement : il consiste en la fin du plaisir gustatif. Cela se passe donc dans la bouche, et est ressenti si : 1. On a faim quand on commence à manger ; 2. On mange avec suffisamment d'attention ; 3. Des aliments à densité calorique importante. Car il n'y a que peu de rassasiement sur les aliments à faible densité calorique (fruits et légumes, céréales). Ceux-là, on en mange un petit tas. Bonne route !
09/11/2011 (19:01) mimized je pourrais manger des féculents, du pain, et des produits laitiers gras et sucré à tous les repas , comment ne pas grossir ; autre question comment perd on du poids en mangeant à sa faim ? ne faut-il pas un ratio faim/dépense pour perdre du poids ? merci de votre réponse Vous pouvez manger des produits riches sans grossir, ou en perdant du poids. Il s'agit d'une question de quantité calorique, pas de nature des aliments. Bien entendu, on aboutit à une alimentation de petit volume, mais sans doute très goûteuse, pour les fromages ou les produits gras/sucrés. Pour perdre du poids, si on est au-dessus de son poids d'équilibre, il faut et il suffit de manger en fonction de ses sensations alimentaires. On maigrit alors jusqu'à son poids d'équilibre, pas en deçà. Bonne continuation.
09/11/2011 (19:02) Aude Bonjour, je tiens tout d'abord à vous remercier pour votre livre "maigrir c'est dans la tête" qui m'accompagne depuis plusieurs mois (ou plusieurs années le temps passe si vite).. C'est merveilleux de se rendre compte qu'une personne nous comprend (bien que parfois on ne se comprenne pas nous même) et nous éclaire sur les causes de notre mal être. Je fais chaque jour mes exercices de respiration en pleine conscience mais je dois dire que le succès n'est pas au rendez vous. Je m'isole et tente de pratiquer le plus sérieusement possible mais je n'arrive pas pour l'instant (15 jours environs) à rester concentrée sur ma respiration plus de 10 secondes. Je me laisse prendre par les soucis du quotidien (je dois faire ci, dire ça...). J'avoue cependant ressentir un réel plaisir à prendre cet instant pour moi. Que dois je faire? Continuer malgré tout ou bien modifier ma façon de faire? Merci pour votre aide et votre écoute et surtout votre absence de jugement négatif. Merci pour ces compliments, Aude. Cela me fait bien plaisir. Concernant la PCS, c'est vrai, ce n'est pas si facile. Voilà mon conseil : lorsque votre esprit vagabonde, ce qui est une chose normale, car c'est ainsi que notre esprit fonctionne, dès que possible, vous ramenez gentiment mais fermement votre attention sur la respiration, encore et encore, sans vous lasser. Soyez patiente avec vous-même. Lorsque vous pensez à diverses choses, ou lorsque vous constatez que vous n'êtes pas présente, c'est cela, alors, cet état de non concentration, qu'il convient d'observer. C'est pour cela qu'on dit qu'une fois ceci compris (on observe par exemple sa non concentration) on ne peut pas « rater » un exercice de PCS. Bonne pratique.
09/11/2011 (19:06) Emman Bonsoir dr, Je vous écris un peu désemparée, inscrite depuis juillet (je vous lis depuis des années par ailleurs), j'avance progressivement. Je change peu à peu (mais très lentement), toujours en proie à des EME importantes, une satiété que rarement respectée. Je suis en belle obésité, je le précise. 40 kilos à perdre. Par ailleurs, je vois un psychiatre, a priori plutôt réfractaire aux régimes. Il n'a pas vu d'un bon ?il mon inscription ici, soit. Lors de ma dernière séance, il m'a conseillé de compter les calories, estimant que je n'avais pas de repère, me précisant qu'il fallait au minimum 1200. Sa proposition m'a heurtée, je le lui ai dit, moi qui ai fait un nombre insensé de régimes. Quand je lui ai dit que je travaillais à écouter faim et satiété, il m'a répondu certes, mais pour le moment vous êtes trop déconnectée de vos sensations. Qu'en pensez-vous ? Me conseillez-vous de compter (il ne m'a pas dit de le faire ad vitam eternam, mais quelques jours...). Merci à vous. Emmanuelle. Bravo Emman, de vous prendre en main et de travailler sur vos difficultés émotionnelles avec l'aide d'un professionnel. Et bravo aussi de vous être inscrite à notre programme, qui devrait être complémentaire de cette prise en charge. Vous avez raison : compter les calories est une forme de régime. Et c'est donc peu conseillé, si ce n'est durant un temps court, par exemple afin de voir si on est un gros ou un petit mangeur, dans les cas où on n'a pas conscience des quantités que l'on mange. Vous êtes déconnectée de vos sensations ? Eh bien, justement, notre programme est conçu pour vous permettre de vous reconnecter. Et bien sûr, les EME sont un obstacle à considérer, pour y parvenir. Tout se tient.
09/11/2011 (19:08) exekia Bonjour, je parviens à ne manger que quand j'ai faim, mais je ne parviens pas à reconnaître la satiété. Comme j'attends d'avoir pour le repas suivant, il m'arrive de ne manger qu'une fois par jour. Je n'arrive pas à réduire la quantité ou le nombre d'unité. Est ce que le fait de manger au-delà de son appétit peut être une envie de manger émotionnelle ? Il est clair que comme vous ne reconnaissez pas le moment où vous êtes rassasiée, vous mangez de trop grosses quantités et que la faim est donc longue à revenir. Si bien que vous ne mangez que peu de repas par jour. Cette non reconnaissance du rassasiement peut être due à diverses choses : 1) Mangez-vous suffisamment attentivement ? Faites-vous suffisamment attention au goût des aliments en bouche, repérez-vous le moment où ce goût cesse d'être satisfaisant (cela semble moins bon, apporter moins de plaisir) ? Il se peut qu'en fait, le rassasiement survienne après juste quelques bouchées. On se dit alors que ce n'est pas possible et on continue à manger. Mais « lorsque les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites ! » (formule traditionnellement attribuée au sapeur Camembert : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sapeur_Camember) Donc, peut-être avez-vous un appétit d'oiseau sans le savoir. 2) Ou bien ce sont des EME qui brouillent vos signaux de rassasiement, comme vous le suggérez. En effet, les émotions masquent les sensations alimentaires. Les exercices de PCS, le body-scan vont vous permettre de repérer si c'est le cas. Bonne continuation.
09/11/2011 (19:10) ZIZOU bonsoir Docteur Apfeldorfer. Je suis pas à pas et très méticuleusement le programme depuis bientôt 6 mois . Beaucoup de choses ont changé dans mes rapports aux aliments. les RPC que je continue à faire régulièrement m'aident énormément et je n'ai plus aucune compulsion alimentaire. Je vous remercie de votre aide. Cependant,je ne perds pratiquement pas de poids. j'ai le sentiment tout en ayant bien diminué mes portions de manger encore trop et cela me culpabilise. Je ne suis pas accro à la balance mais j'aimerais bien que çà commence un peu à bouger ,côté poids. Merci de vos conseils Bonsoir Zizou, et bravo pour votre assiduité et vos progrès. Si vous ne perdez pas de poids, cela peut être dû à plusieurs choses : Vous avez remplacé des aliments de régime par les aliments que vous aimez, mais même si vous mangez de moins gros volumes, vous continuez à manger plus que votre corps a réellement besoin. Certaines personnes ont en fait besoin de quantités alimentaires très minimes, surtout si elles consomment des aliments riches et savoureux. Ou alors, vous êtes à votre poids d'équilibre. Cela arrive, qu'on soit à son poids d?équilibre, parce qu'on aura fabriqué des adipocytes en surnombre et que le corps s'est installé à ce poids-là. Dans les deux cas, voilà ce qu'il faut faire : mangez attentivement, en arrêtez-vous dès que vous sentez que le plaisir faiblit. Autre technique : diminuez d'environ 1/3 vos portions, et mangez ensuite dès que vous avez faim. Cela vous conduira à manger plus souvent dans la journée, et peut-être moins, si vous n'êtes pas à votre poids d'équilibre. Bonne continuation.
09/11/2011 (19:12) anouche je n aime pas la rpc et le body scan (pas de temps et je m ennuie en le faisant). j aime bien l image refuge (instantané). je fais une thérapie emdr. dois je trouver une autre méthode ? Si vous vous ennuyez avec les exercices de PCS, cela signifie que vous vous ennuyez avec vous-même ! Cela signifie que les pensées, les images mentales qui sont susceptibles d'apparaître dans votre champ mental, sans qu'on les ait appelées, et qui viennent vous visitez, vous font sans doute peur. Cela vous conduit à faire de l'évitement, par exemple en mangeant. La PCS, entre autres choses, vous permet de ne plus éviter, accepter, et à partir de là, de vous rendre compte que vous pouvez laisser venir des pensées sans qu'il y ait besoin de les camoufler sous la nourriture. Cette approche me semble parfaitement complémentaire de l'EMDR, qui vise à lever des traumatismes anciens.
09/11/2011 (19:14) nymphea bonsoir, j'ai fait des tas de régimes qui m'ont fait grossir , à l'époque j'avais 5 kilos à perdre aujourd'hui j'en ai rajouté 10. Je connais depuis longtemps votre méthode que je crois la plus sensée. Mais voilà j'ai un doute quant à perte de poids en mangeant ce qu'on aime certes seulement quand on a faim mais j'ai peur de me laisser aller dans les quantités. Perd t'on vraiment du poids?merci pour votre réponse Bonsoir nymphéa, je comprends votre inquiétude. La solution serait-elle si simple? On perd du poids dès lors que ce poids se situe au-dessus du poids d'équilibre, et que l'on mange en écoutant ses sensations alimentaires de faim et de rassasiement, ni plus ni moins. Garanti ! Bonne continuation.
09/11/2011 (19:16) tita Bonjour Docteur Apfeldorfer, Cela fait plus de 2 mois que je suis le programme. Au début ca marchait bien. Mon envie de maigrir m'a motivé à écouter mes sensations alimentaires. Cette même envie a introduit un contrôle mental sur cette écoute. Ce contrôle provoque chez moi le sentiment de faire un régime (ce qui est voué à l'échec). Pour lâcher le contrôle, je me dis qu'il faut lâcher prise sur le poids. J'essaie de me convaincre que je n'ai pas tant envie de maigrir et que pour moi le plus important est d'écouter mes sensations. Mais ça me démotive complètement et j'ai décroché pendant quelques temps. J'ai réussi à me remotiver hier, mais je me suis rendue compte que c'est parce que j'avais très envie de maigrir. J'ai rencontré un ami qui a perdu 10 kilos en faisant un régime et je me suis dit que moi aussi je voudrais maigrir et rester mince. Mais ça ne va pas marcher, c'est comme un régime. J'écoute mes sensations parce que j'ai envie de maigrir et à force de le faire, je me sens comme dans un régime. Pour ne plus me sentir dans un régime , je lâche-prise sur mon envie de maigrir mais je n'écoute plus mes sensations. Je me bloque toute seule, comment faire pour me sortir de cette impasse? Merci de votre réponse. Tita Re-bonjour tita, Vous avez tout à fait raison : on peut se mettre à guetter ses sensations alimentaires comme on ferait un régime ! Ce qu'il ne faut pas perdre de vue : les prises alimentaires se régulent à l'échelle de la dizaine de jours. Il n'y a donc pas de nécessité à manger à chaque fois exactement en fonction de ses sensations alimentaires, on peut introduire de la souplesse et manger moins que sa faim (si ce n'est pas bon, par exemple) ou plus que sa faim, et ensuite attendre le retour de la faim pour remanger. Mais bien entendu, comme vous le dites si justement, cela sous-entend qu'on n'est pas accro à l'idée de maigrir dans la minute ! Oui, je sais, le chemin est long et difficile. Mais vous pouvez le faire! Il vous faut pour cela accepter qu'il s'agit d'un long voyage, qui se fait un pas après l'autre. C'est ainsi que Maurice Herzog est parvenu au sommet de l'Anapurna en 1950: un pas après l'autre! A chaque pas, on pense à parvenir à faire le pas suivant, sans s'occuper de savoir si le sommet est loin ou non. On y arrivera, ou bien non, mais pour le moment, on fait ce pas là. Bon courage !
09/11/2011 (19:17) zou29 Bonjour gérard, au bout de 3 mois 1/2, j'en suis à l'exercice de la faim que j'adore tellement que j'ai intitulé une de mes posts sur mon blog "la faim est reine".et j'explique le plaisir que j'ai à attendre la faim, non seulement je ne prends plus de petits déj depuis 3 mois 1/2 mais souvent je saute ou mange très frugalement à midi.mon métabolisme doit être bien bas car je n'ai encore à ce jour perdu aucun gramme !!! mon propos est qu'une amie sur mon blog me dit : "mefie toi avec l'exercice de la faim, c'est tout simplement de la restriction"...je ne suis pas du tout d'accord, c'est d'écouter son corps qui est naturel, et le corps devrait même refuser la nourriture en absence de faim.êtes vous d'accord avec moi ? la faim m'enivre, me rend gaie et joyeuse, et j'adore avoir l'estomac vide ou léger.alors vos exercices je me les fais au quotidien et j'en redemande !!! Aïe aïe aïe ! Vous êtes en train de vous transformer en artiste de la faim ! Vous devenez addict à votre faim qui finit par constituer une addiction ! Non, notre exercice ne consiste pas à s'affamer, mais juste à faire l'expérience de la faim afin de ne plus en avoir peur. Puis, ensuite, on mange lors de la Bonne faim, c'est-à-dire au moment où le plaisir est important, mais où on ne souffrez pas encore de la faim. Si vous ne maigrissez pas, c'est sans aucun doute que vous compensez le soir en mangeant à votre faim, c'est-à-dire beaucoup. Un peu comme le font les personnes qui font le ramadan. Du calme ... A bientôt.
09/11/2011 (19:18) erin94 Bonsoir docteur. A partir de quoi / quand peut on considérer que l'enseignement de linecoaching est acquis et qu'il ne nous est plus nécessaire de venir sur le site ? Drôle de question ! Mais à partir du moment où vous mangez normalement, c'est-à-dire pour le plaisir, pas pour des raisons émotionnelles, sans vous prendre la tête, ce que vous aimez, et que cela vous conduit à manger les quantités dont votre cors a besoin, ni plus ni moins. Et on peut espérer qu'alors, votre poids évolue en direction de votre poids d'équilibre ! J'espère que vous n'aurez bientôt plus besoin de nous!
09/11/2011 (19:20) sysyl76 J'ai pris du poids suite à un gros choc, le décès de la petite fille de 6 mois que je gardai chez moi , en tant qu'assistante maternelle ( mort subite du nourrisson) La nourriture est devenue depuis un refuge , j'ai eu des crises de boulimie .Actuellement j'en ai de moins en moins , sait surtout maintenant me limiter dans mes pulsions , grâce à la sophrologie que je fais depuis 1997 ( décès lieu en 1993). J'ai fait le programme weigt watcher , perdu , mais pas stabiliser , j'ai tout repris . Puis il y a 2ans , pour être belle pour le mariage de mon fils , j'ai fait avec l'aide de mon médecin de l'époque un régime hyperprotéiné 6 mois durant, sans aucune interruption , sachets aux 3 repas , j'ai perdu 22 kgs mais ai failli perdre mon rein aussi , et le goût des aliments ,.Il m'a fallu 1 an pour m'en remettre. Aujourd'hui je fais attention à mon alimentation ( suivie par diététicienne) mais suis terriblement déçue ( fait des analyse , tout est parfait= pas de soucis thyroïde, diabète, cholestérol) je ne perds pas un gramme , et de plus au moindre écart je reprends du poids ,. je ne comprends pourquoi, , Que faire? Cela me désespère vraiment Bienvenue sysyl dans le programme LineCoaching ! Vous avez une longue histoire derrière vous, bien douloureuse. Cela me paraît une excellente chose que vous changiez enfin de méthode, que vous cessiez de vous brutaliser, que vous ayez un projet d'amour pour vous-même. C'est dans cet esprit que nous avons construit notre programme et j'espère qu'il va vous aider.
09/11/2011 (19:21) capuccino Une situation m'intrigue : avant de commencer LC, je cuisinais énormément de plats et de desserts allégés ou non que je faisais déguster à mes collègues faute d'avoir des amateurs en nombre suffisant à la maison. Bien sur on me félicitait et chacune de mes collègues attendait avec impatience de goûter une nouvelle création culinaire auxquelles je touchais peu. Pendant ces 4 derniers mois, je n'ai presque pas cuisiné. Je commence à peine à me remettre aux fourneaux mais tout en douceur. A quoi peut-être dû ce changement radical de comportement ? Aurais-je fini de mange par procuration ? Manger par procuration : yes, you got it ! Bravo capuccino, pour cette interprétation qui me semble tout à fait pertinente.
09/11/2011 (19:22) anouche Bonjour Docteur. Je me sens incapable de faire la rpc et le bs. Dois je renoncer a ce programme pour autant ? L image refuge m'aide bien, je fais des exos de respiration quand j ai une eme et ca passe un peu. Je fais des séances d'emdr. Je me sens mieux et je gère mieux mon alimentation. Mais pourrai je réussir sans rpc et sans bs ? La pleine conscience est un outil pour : Apprendre à manger en pleine conscience, c'est-à-dire attentivement, en faisant attention au goût, et au rassasiement. Apprendre à augmenter sa tolérance émotionnelle face à des pensées douloureuses, pénibles, et ne pas manger en réponse. Souvent quand on est allergique à la PCS, c'est qu'on est en situation d'évitement de ses pensées pénibles et de ses états émotionnels. Ceci dit, certaines personnes sont allergiques à ce genre d'exercice. Nous proposons pour elles une autre technique, celle de l'image-refuge. De plus, vous faites déjà une thérapie d'EMDR. Donc, non, rien n'est perdu ! Vous pouvez modifier vos conduites alimentaires sans PCS, avec d'autres techniques !
09/11/2011 (19:23) zou29 merci pour votre réponse pertinente, elle m'aide...bien sûr pourquoi ne pas vouloir se poser et aller au fond de soi ? je vais y réfléchir je vous tiens au courant... Très bien. A bientôt, donc.
09/11/2011 (19:24) capuccino Il y a quelques temps, la question concernant la formation de nouveaux groupes de thérapie hors Paris avait été posée. Où en êtes vous ? Heu, concernant les groupes physiques, nous n'avons pas pour le moment envisagé d'en faire ailleurs qu'à Paris. Un jour, peut-être. Un groupe fonctionne. Un second devrait démarrer début 2012. Nous vous tiendrons au courant.
09/11/2011 (19:25) zou29 effectivement vous avez encore raison, je mange trop le soir, n'écoute pas mon rassasiement, dépasse mes limites...et donc no limites !!!bon allez je vais retravailler tout çà, en tout cas çà me fait du bien de vous parler, et j'ai encore besoin de vos conseils, merci pour tout, je me sens tellement changée depuis le début et tellement sereine !!!mille fois merci ! Merci à vous zou29. Vos progrès me font plaisir.
09/11/2011 (19:26) mimized je fait Dukan depuis 1 an - 20 kg je commence à reprendre, comment faire pour ne pas "exploser" en mangeant de tout ; parfois mal et trop pendant 6 mois ? Exploser après Dukan ? Ah, vous avez mille fois raison, c'est le risque. Il est très probable qu'après ce régime, vous repreniez du poids. C'est même sans doute inévitable. J'espère que notre programme vous permettra de limiter les dégâts. Mon conseil : partez de là où vous êtes. Vous êtes tombée dans le dukan ? N'essayez pas de vous en extraire brutalement. Mangez dukan. Et faites les exercices de notre programme, qui vont peu à peu remodeler vos comportements alimentaires. En douceur.
09/11/2011 (19:26) Emman Merci de votre réponse, je pense effectivement faire un compte quelques jours, pas plus, histoire de pouvoir aussi argumenter le pour et le contre :). Oui je suis assez déconnectée, surtout de la satiété que je n'arrive pas à respecter. En revanche, la faim, le travaille je pense commence à payer. J'ai fait aujourd'hui l'exercice sur la grande faim somme toute beaucoup plus simple que je ne l'imaginais. Alors, bonne route, Emman!
09/11/2011 (19:27) nymphea re bonsoir comment connaître son poids d'équilibre? J'ai pensé et si j'étais à mon poids d'équilibre avec mes 74 kilos pour 1,60. Merci pour vos réponses Il n'existe pas de méthode permettant de mesurer le poids d'équilibre et c'est bien dommage. Donc, le PE, c'est le poids auquel on se stabilise lorsqu'on mange en fonction de ses sensations alimentaires, en moyenne, à l'échelle de la semaine.
09/11/2011 (19:29) G. Apfeldorfer Que de questions, et comme c'est passionnant de vous répondre. Merci à tous, et à bientôt! Et bon appétit pour ce soir.
Haut de page 
X