Chat du mercredi 14 août 2013 avec Jean-PhilippeZermati

14/08/2013 (19:10) marie55 Bonjour Le jour du chat je serais au milieu de mes vacances , j aurais peut etre obtenu par moi meme à l a question suivante: depuis trestres longtemps je cuisine et j aime çà mais depuis toujours je goute ,c est bon alors j en reprends un peu et encore un peuet tout ca sans vraiment en etre conscientje ne reconnais pas là des EME des EMEj en ai dans l apres midi et j essaie de les gerer notamment par la RPC
14/08/2013 (19:10) marie55 ma question est donc que faire contre ce que j appelle ce VICE qui ressemble à du grignotage gourmand et non à une EME Bonjour marie55, Les EME peuvent prendre bien des formes différentes. Manger sans conscience tel que vous le faites, ressemble fortement à une EME et non à une manière de goûter un plat pour rectifier son assaisonnement. Il faut donc traiter le problème comme celui d'une EME. La première phase consiste à prendre conscience de ce que vous êtes en train de faire. Et à manger sur le mode de la dégustation. Ensuite la démarche est la même que pour toutes les EME : prendre conscience de l'émotion, l'observer, l'accepter. Bon courage. JP
14/08/2013 (18:33) Natalia bonjour, je comprends parfaitement la théorie, mais dès que je me sens seule, contrariée ou stressée, je manque de la nourriture en grande quantité.. grâce à linecoaching j'ai compris que ce n'est pas la faim qui me fait manger mais ce sont les émotions.. toutefois je suis devenue incapable de me contrôler et je rentre dans le cercle vicieux: manger - culpabiliser - manger.. parmi les outils quel outil dois je utiliser et quel travail dois je faire sur moi afin de pouvoir contrôler ces EME? merci, cdt Bonjour Natalia, Je vous félicite. Vous venez de prendre conscience de la relation entre vos émotions et vos envies de manger. Vous mangez pour apaiser des inconforts émotionnels. Cette prise de conscience est nécessaire mais elle n'est pas suffisante. Il va falloir maintenant apprendre à observer ces émotions que vous tentez d'apaiser avec la nourriture. Et tout au long du programme nous allons vous apprendre à augmenter votre tolérance émotionnelle et réduire votre impulsivité alimentaire. Pour cela, je vous recommande de travailler les exercices de pleine conscience en portant votre attention sur les inconforts physiques. Et de travailler tout particulièrement l'exercice appelé EME zen. Parallèlement, tout en sortant de la restriction cognitive, vous serez dans la bonne voie. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:10) Vallou Bonjour, je n'arrive pas à trouver l'intermédiaire entre la petite faim et la grande faim : dans le premier cas je ne prends pas beaucoup de plaisir à manger, dans le second je dévore et ne m'écoute plus. Comment faire ? Merci Bonjour Vallou, Vous décrivez parfaitement bien le comportement de petite faim et de grande faim. Il faut continuer à tâtonner progressivement pour découvrir les faims intermédiaires et notamment la Bonne faim. Je vous invite à vous entraîner tout particulièrement sur l'exercice de faim retardée en pleine conscience. Cet exercice vous sera d'un grand secours pour surmonter cette difficulté. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:11) mylou Bonjour docteur, je suis enceinte de 1 mois et les sensations nauséuses que je ressent augmentent quand j'ai faim et masquent en meme temps ma sensation de faim ce qui fait que je ne sais plus tres bien quand manger et quand m'arretter. En fait, je constate que mes sensations sont perturbées, ce qui complique pour moi le suivi du programme. Avez vous un conseil à me donner pour mieux me recentrer, sachant aussi que le fatigue m'empeche de me mettre correctement dans les exercices de pleine conscience... Compliqué, non? J'éspere vraiment ne pas prendre trop de poids durrant cette grossesse car j'en ai toujours pris énormément lors des grossesses précédentes. Je suis contente de suivre votre programme car je sens que celà m'aide à garder la mesure dans mes prises alimentaires car j'éssaie de me poser les bonnes questions maintenent. Seulement cet état actuel, bien que passager, m'inquiete. Vais-je réussir à respecter mes sensations, donc vais-je réussir à me respecter et avoir une bonne surprise pour une fois de prendre raisonnablement du poids pendant cette grossesse?... Bref, j'avoue etre inquiete quand meme car croyez le, j'essaye vraiment de suivre vos conseils autant que possible. Je sais cependant que j'ai des difficultés parfois à lacher prise, car j'ai peur que celà me mene à du laisser aller... Bon sang entre les 2 extremes ya bien un juste milieu pourtant... Mais enceinte comme je le suis, j'avoue que le travail est un peu plus difficile... Pouvez vous m'aider? Bonjour Mylou, Effectivement, les nausées de la grossesse peuvent perturber les sensations alimentaires. On mange pour calmer les nausées. Et parfois le fait de manger augmente les nausées. Bref, il est difficile de s'y retrouver. Mais bien heureusement, tout ceci n'est que passager et ne devrait pas entraîner de fortes perturbations pondérales. Les choses vont rapidement rentrer dans l'ordre. Aussi quant au lâcher prise n'ayez aucune inquiétude. Le lâcher prise ne conduit pas au laisser aller. Bien au contraire. Il s'agit en fait de lâcher le contrôle mental de façon à restaurer le contrôle sensoriel. Il n'y aura pas de laisser aller car ce sont les sensations alimentaires qui vont se mettre au travail et prendre le contrôle de votre comportement alimentaire. Pour le moment, il s'agit de suivre le programme du mieux que vous pouvez jusqu'à ce que les nausées disparaisent. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:11) KAFECHOCOLAT Merci encore pour l'aide que vous nous apporter. on ne parle pas souvent des coach mais ca fait du bien d'avoir une personne à notre écoute pour nous aider a dédramatiser un peu. juste une question : quels conseils aurez vous pour ceux et celles qui ont peur de maigrir ? Je suis minitieusement le programme mais je crois que je me focalise beaucoup sur mon apparence et que je pense continuellement qu'à ca en dehors biensur de ma peur de maigrir. merci de votre reponse Bonjour KAFECHOCOLAT, La peur de maigrir est une situation complexe car elle recouvre de nombreuses origines. On peut avoir peur de maigrir pour de nombreuses raisons : peur de séduire, peur de se soumettre, peur d'être malade... Il s'agit donc en premier lieu d'en déterminer la cause et de la travailler. Sachez qu'en toutes circonstances, quelle que soit son apparence, on reste toujours au fond de soi la même personne. En cas de difficulté, je vous recommande de prendre contact avec votre coach. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:11) KAFECHOCOLAT a un moment donné on mange moins du moins en respectant notre satiete et les besoins de notre corps. le petit déjeuner reprend donc sa place le matin, si on a faim bien sur ? Bonjour KAFECHOCOLAT, On mange progressivement moins en découvrant au fil du programme les véritables besoins de son organisme. Par la suite, chaque jour est un jour différent. On peut avoir faim le matin ou non et avoir besoin d'un petit déjeuner ou non. Chaque jour est un jour nouveau et le petit déjeuner ne doit plus être déclenché de manière automatique mais par la présence de la sensation de faim. À très bientôt. JP
14/08/2013 (19:26) bribri1963 bonsoir, un de mes premiers défis est de ne plus prendre ascenseur ou escalator, est-ce valable pour les monter ça je m'en doute mais aussi pour les descendre car j'avais entendu dire que c'était mauvais pour les articulations et habitant au 8ème étage en suis-je dispensée si je reviens avec mon caddie ou des sacs lourds de courses Bonjour Bribri D'une manière générale, vous êtes dispensée de tout exercice provoquant la moindre douleur. Chaque exercice doit se faire dans une zone de confort. Le but est d'augmenter la conscience corporelle et de mettre le corps en mouvement. Bon courage. JP
14/08/2013 (18:34) KAFECHOCOLAT Bonsoir Docteur je vous remercie pour tous les points que vous aborder dans vos dossiers et dans vos livres. je suis ravie d'avoir de telles connaissances sur le monde de la nutrition, la psychologie,... je suis actuellement à ma deuxième phase dans le programme: je découvre ma faim. cependant, j'ai peur de ne pas y arriver. pour moi c'est la seule méthode qui me fera maigrir durablement et pour toujours. mais c'est dur! bien sur que je suis perfectionniste et je voudrais tout faire correctement mais il y a trop de choses à prendre en considération. je craque ! bien sur j'ai eu les conseil de Marie mais c'est pas evident de tout associer! dites moi coomment faire au secours ! Bonjour KAFECHOCOLAT, Du calme caféchocolat, reprenez votre sang-froid. Votre plus grand ennemi est la peur de l'échec. C'est aussi la cause de votre perfectionnisme. Il n'y a aucune raison de ne pas réussir ce programme. Pour les perfectionnistes, la consigne est surtout de ne pas essayer d'effectuer ce programme à la perfection. Il suffit de le faire "pas trop mal". Vous verrez qu'ainsi les choses avanceront beaucoup plus vite que d'habitude. Par ailleurs, comme dans toute forme d?apprentissage, il y aura des hauts et débats. Il ne faut ni s'enflammer sur le haut ni dramatiser les bars. Tout cela est bien normal. Si vous appreniez à faire du vélo, vous ne vous attendriez pas à progresser sans faire de chute. Pas plus qu'à apprendre à faire du piano sans fausse note. Plus vous tenterez de vous approcher de la perfection, plus votre parcours sera difficile, lent et chaotique. Acceptez de faire simplement de votre mieux, vous verrez combien vous irez plus vite. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:24) Manue76 Bonjour Cher Docteur, je suis très contente des résultats que j'ai eus ces dernières semaines, je me sens très à l'aise avec votre programme, je me sens sur la bonne voie et j'ai envie de faire partager mon expérience encourageante à plein de linecoachés MAIS mon compagnon me rabache sans arrêt quand il me voit manger des aliments soi-disants interdits comme le nutella, un brownie, une glace.... "Ce n'est pas comme cela que tu vas maigrir." Parfois même, il va sur internet, calcule mon IMC et me dit que je suis obèse, grade 2 et que j'ai des risques cardio-vasculaires importants..." Il me décrit en fait les fameux régimes restrictifs. J'ai beau lui expliquer la méthode, il reste sur ses positions. Il dit qu'il veut me motiver en agissant ainsi même si je trouve qu'il s'y prend très mal. Comment réagir ? Chercher à le convaincre ou suivre ma route ? Merci pour votre aide et merci de tout coeur pour votre méthode géniale. Bonjour Manue76, Évidemment, l'idéal serait de convaincre votre compagnon. En discutant avec lui de vos expériences passées, en lui faisant partager vos lectures et naturellement en lui faisant part de vos résultats. Si malgré tout cela, il n'est toujours pas convaincu, et bien ma foi, je dirais tant pis. Après tout il n'est pas nécessaire qu'ils soit convaincu et qu'il partage votre opinion pour que vous puissiez continuer vos progrès. Il a tout à fait le droit d'avoir sa propre opinion. Et vous aussi. Demandez-lui simplement de respecter la vôtre. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:24) hortensia je viens de m'incrire, à la suite de la journée du 20 juillet. mais dés le premier soir, le désir de transgression a été trop fort et j'ai fait une grosse boulimie â la simple idée de tenir un carnet alimentaire. mon cas est-il désèspéré ?ssion a été trop fort, et alors que j'ava is pù étrenable depuis 2 semaines, ce xoir a été épouvantable en termes de boulimie' simplement parceque je dois tenir un carnet l'aimenta Bonjour hortensia, Votre cas n'a rien de désespéré. Certaines personnes sont totalement réfractaire à la tenue du carnet alimentaire. Pour certaines, comme semble-t-il vous-même, c'est souvent une source de compulsions. Dans ce cas, ne persistez pas à vouloir le remplir. Pour toutes sortes de raisons, le carnet peut être extrêmement anxiogène. Notamment par l'effet miroir qu'il renvoie. Mais rien ne vous empêchera de progresser sans tenir le carnet mais tout en faisant les autres exercices. Ils vous aideront à moins dramatiser le regard que vous portez sur votre comportement alimentaire. Il sera toujours temps de le reprendre un peu plus tard. Votre situation n'a donc rien de désespérant. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:09) charlotte56 est ce possible de quand même faire un rééquilibrage alimentaire même si c'est le début ici? Bonjour charlotte56, L'équilibre alimentaire fait partie de nos objectifs. Mais nous comptons l'obtenir par un travail sur les sensations alimentaires plutôt que par le respect de conseils nutritionnels. Il n'est donc pas judicieux de vouloir commencer par équilibrer votre alimentation en fonction de ces conseils nutritionnels car ils vous éloigneraient de l'écoute de vos sensations alimentaires. Donc chaque chose en son temps. Vous verrez que progressivement votre alimentation va se diversifier. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:24) wclementine bonjour Dr. Zermati, je suis toute nouvelle sur le site --cela fait 2 jours à peine. j'essaie de commencer doucement à être à l'écoute de mes sensations même si je n'en suis qu'au stade du carnet de bord. cependant voilà le problème que j'anticipe: je pratique un sport intense 2 fois par semaines, et j'ai remarqué que si je n'avale pas des sucres lents (pas un plat énorme mais ce qu'il faut), je tourne presque l'oeil pendant la séance --je suis obligée de m'arrêter, je suis blême etc. j'ai essayé de remplacer les sucres lents par autre chose: une banane avant la séance, des fruits secs.. mais rien ne semble marcher aussi bien que des pattes 2-3h avant.... jusqu'à présent je remplaçais donc mon repas de midi ou du soir par cette collation, mais que faire alors si -dans le cadre de cette nouvelle approche --je me rends compte que je n'ai pas faim 2-3h avant le sport? (ce qui arrive souvent). si je ne mange pas --je ne tiendrai pas. faut il changer de sport? merci pour vos conseils. Bonjour wclementine, Effectivement, avant une activité physique longue et intense, il faut mettre en place une alimentation de l'effort. Celle-ci consiste en un petit repas, trois heures avant l'effort, essentiellement composé de sucres lents. Si vous n'avez pas faim, vous pouvez tenter quelques expériences. Par exemple, vous pouvez vous munir au cours de votre séance de collations solides ou liquides que vous pourrez consommer durant la séance, dans la mesure où l'activité que vous pratiquez vous le permet. Il est important d'expérimenter par soi-même. Beaucoup de marathoniens, par exemple, se contentent d'un repas composé de sucres lents la veille et ne prennent pas de petit déjeuner avant l'épreuve. Ou alors, se limitent à quelques boissons sucrées. Je vous conseille donc de procéder par tâtonnement et de conserver la solution qui vous convient le mieux. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:24) anael Comment me sentir mieux quand je me vois sur de belles photos ou je ne me plais pas? (surtout en voyant mon profil) Bonjour anael, Confidence pour confidence, cela m'arrive aussi très souvent. Mais l'essentiel n'est pas de se plaire mais de s'aimer. Ce qui est un tout autre programme. On apprend à s'aimer en étant bienveillant vis-à-vis de soi-même. Peu de gens se plaisent réellement, cela ne les empêche pas de s'aimer. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:24) LUZMILA Ma question n?a pas de rapport avec le sujet du jour. J?espère que vous voudrez bien me donner votre avis. J?ai suivi un premier régime à 12 ans et j?ai passé ma vie à faire le « yoyo » reprenant à chaque fois plus de kilos que j?en avais perdus. Il parait que lorsque toutes les cellules graisseuses sont remplies, de nouvelles arrivent, pouvant elles aussi se vider mais qu?une fois installées, elles ne disparaissent jamais. Dans ces conditions, comment pourrais-je connaître le poids pour lequel j?étais génétiquement programmée et puis-je espérer un jour arriver à un poids d?équilibre ? Merci de tout ce que vous faites pour nous. Bonjour LUZMILA, Effectivement, la prise de poids s'effectue avec des changements métaboliques du tissu adipeux qui sont différents d'une personne à l'autre et qui modifient le poids d'équilibre de façon également différente. Actuellement, la seule manière de déterminer le poids d'équilibre est d'apprendre à manger en respectant ses sensations alimentaires. La fonction des sensations alimentaires est de nous ramener et de nous maintenir à notre poids d'équilibre, même si celui-ci s'est déréglé au cours du temps et des régimes successifs. La plupart des personnes en surpoids se trouve donc au-dessus de leur poids d'équilibre. Mais leur poids d'équilibre actuel est souvent différent de celui qu'elles présentaient avant leur prise de poids. Bon courage. JP
14/08/2013 (18:34) crocroy Bonjour Monsieur Zermati. Sur les conseils d'une amie j'ai découvert votre méthode et je lis actuellement votre ouvrage Maigrir sans régime. Je suis enthousiasmée car je me reconnais dans votre discours, mais j'ai peur de lâcher prise. Comment en serait-il autrement: chaque fois que je ne surveille plus ce que je mange, je prends du poids. Comment me débarasser de cette peur? bonjour crocroy, Lâcher prise et ne plus se tenir à rien peut s'avérer effectivement assez périlleux. Mais ce n'est pas le cas ici dans notre programme. Il s'agit dans notre programme de lâcher le contrôle mental pour le remplacer par un contrôle sensoriel. C'est-à-dire le contrôle par les sensations alimentaires qui nous indiquent les besoins de notre corps et qui nous ramènerons à notre poids d'équilibre. C'est pourquoi l'abandon du contrôle mental doit impérativement s'accompagner d'une restauration et d'une rééducation de ces sensations alimentaires. Dans ces conditions, vous pourrez progresser dans un contexte sécurisé qui n'entraînera pas de prise de poids. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:25) Manue76 Bonjour, j'aimerais savoir les différences qu'il y a entre une consultation psychothérapeutique sur les problèmes de poids et Linecoaching. Les similitudes également. Merci par avance et merci encore pour votre méthode géniale. Bonjour Manue76, LC propose un travail sur le comportement alimentaire que peu de praticiens sont actuellement en mesure de proposer. Nous proposons un travail sur les envie de manger émotionnel centré sur l'augmentation de la tolérance émotionnelle et le traitement de l'impulsivité alimentaire. Mais nous ne travaillons pas sur l'origine de ses émotions. Bien que certaines problématique soient largement abordées comme le perfectionnisme ou le regard des autres. LC offre également la possibilité d'échanger avec d'autres usagers et se révèle d'une forte efficacité dans le soutien que nous pouvons apporter. L'outil informatique a ses avantages et ses limites. Il ne permet pas le contact personnel et ne reste qu'un outil. Pour certains, c'est un avantage. Il permet de se confier de manière anonyme et de dire finalement beaucoup plus de choses qu'on en dirait à un thérapeute. Il est utilisable en tout point du globe, à tout heure du jour et de la nuit. Et permet un travail dans des régions où il est impossible de contacter des praticiens familiariser avec ces techniques. Pour d'autres, c'est un inconvénient, il ne permet pas d'aller au fond des choses et d'aborder les problématiques personnelles. Au bout du compte, je dirais que LC sur le traitement du comportement alimentaire est plus efficace qu'un praticien qui ne serait pas formé. Mais sur le plan psychologique, il ne permet pas d'envisager les cas dans toutes leur globalité. Nous avons constaté que les deux approches pouvaient se compléter avec une grande efficacité. A très bientôt. JP
14/08/2013 (19:26) Manue76 Encore une petite question : j'aimerais avoir comment se déroule une conférence comme "Oh my food", y a t'il des ateliers pleine conscience...? Et une petite dernière : est-ce que Linecoaching existe en Europe, à l'étranger ? Les conférences "oh my food" s'effectuent selon le format classique des conférences, sans aucune mise en pratique. Malheureusement LC n'existe pas pour le moment ailleurs qu'en France. Mais des projets de développement à l'étranger sont à l'étude. A bientôt. JP
14/08/2013 (18:52) harmonyge Bonjour, j'aurais aimé comprendre le fonctionnement de certains antiépilpetiques dans le cadre des perceptions alimentaires. Font-ils descendre le métabolisme de base ou est-ce seulement la perception de la satiété qui semble faussée ou nettement plus difficile ? Les effets de ces médicaments sur les perceptions alimentaires disparaissent-ils lors de l'arrêt du médicament ou est-ce irréversible ? D'avance merci pour votre réponse. Bonjour harmonyge, Les antiépileptiques agissent en augmentant la sensation de faim ou en réduisant la sensation de satiété. Ils conduisent à une augmentation des quantités de nourriture consommées et à une prise de poids. L'effet sur les sensations alimentaires et transitoires il disparaît à l'arrêt du traitement. En revanche, selon la façon dont s'effectue la prise de poids, avec ou sans multiplication des cellules graisseuses, celle-ci est plus ou moins réversible. Les effets secondaires de certains traitements sur le poids ne sont donc pas anodins. Et ils doivent être pris en compte quand le choix de différents traitements existent. A bientôt. JP
14/08/2013 (18:51) Manue76 J'aimerais savoir ce que vous pensez des campagnes de nutrition contre l'obésité (5 fruits et légumes par jour). Moi-même, je suis enseignante en maternelle et on nous demande de faire passer ce message. Nous sommes aussi encouragés à participer à la semaine du goût au mois d'octobre. Le sport est aussi encouragé "Manger et bouger" avec le programme "La main à la pâte". Que pensez-vous de ces différentes initiatives ? Merci par avance. Bonjour Manue76, Il existe en France deux types de programmes d'éducation. Le premier à l'initiative du ministère de la santé est basé sur l'éducation nutritionnelle. C'est le programme national nutrition santé (PNNS). Le second à l'initiative du ministère de l'agriculture et de l'éducation nationale est basé sur l'éducation alimentaire c'est le programme national d'alimentation (PNA). De notre point de vue, le PNNS est une forme d'institutionnalisation de la restriction cognitive. Alors que le PNA est basé sur l'éducation alimentaire, sensorielle et gustative. Comme vous vous en doutez, nous avons une nette préférence pour le second. À très bientôt. JP
14/08/2013 (18:40) rofa02 bonjour, je suis actuellement en vacances. j'ai commencérle programme le 3 juillet. je suis encore au debut... je constate que nous pouvons manger ce que nous voulons : en appliquant votre méthode de prise de conscience, j'ai perdu 3, 6kgs en mangeant les mêmes choses mais différemment ! là, ce sont les vacances, pas de balance, un peu d'alcool (un verre de vin le soir en apero), un sorbet de temps en temps. j'ai l'impression de bien suivre les préceptes appris jusque là, mais le stress de perdre le contrôle et donc de reprendre du poids n'est pas loin.... des idées pour moins me stresser ? que puis-je adopter ? je n'ai pas envie de me frustrer. a bientôt. Bonjour rofa02, Vous évoquez ce que nous appelons le stresseur, la peur de grossir, de regrossir ou de ne plus maigrir. Ce stresseur est donc à l'origine de fortes émotions et donc d'envies de manger émotionnelles. Ils constituent une porte d'entrée dans le cercle vicieux de la prise de poids. La meilleure manière de ne pas perdre le contrôle est de ne pas chercher à contrôler son alimentation de façon mentale. Le but de notre programme et de restaurer un contrôle sensoriel qui s'effectue en dehors de la conscience et de la volonté de la personne. En période de vacances, il existe de nombreuses occasions de manger sans faim. Mais il existe également de nombreuses possibilités de compenser en attendant que la faim revienne. Je vous conseille donc de continuer à suivre le programme avec souplesse et sans tentative de perfection. Bon courage. JP
14/08/2013 (18:51) Pilgrime Comment aborder la question du vin ? À faible dose le vent est à considérer comme un aliment comme les autres qui sera pris en charge par les processus de régulation. A dose plus élevée, variable d'une personne à l'autre, l'alcool agit comme un désinhibiteur des sensations alimentaires. Les sensations de faim et de cette cité sont alors brouillées. Il faut donc en réduire la consommation tant que les sensations alimentaires ne sont pas redevenues parfaitement fiables.
14/08/2013 (18:36) perlinou bonjour, je fais de l'hyperphagie nocturne. cela devient un automatisme, une addiction. en gènéral, je suis reveillée vers 3 h du matin, et j'ai une envie incontrolable de chips, de quelque chose de sucrée. je ne sais plus quoi faire. faut il aller voir un psy ? cela fait maintenant 9 ans que cela dure....... et chaque nuit est un véritable cauchemar.........merci de me repondre Bonjour perlinou, Lest hyperphagies nocturnes ont souvent les mêmes causes que les autres hyperphagies. Elles sont liées à des comportements de contrôle au cours de la journée qui "lâchent" durant la nuit et à des émotions nocturnes. Bien souvent, il s'agit du stress lié à l'insomnie elle-même. La crainte de ne pas pouvoir se rendormir génère des émotions qui déclenche des EME. Le traitement de ses EME est le même que celle des autres EME. Bon courage. JP
14/08/2013 (18:44) marinebreizh Suite (erreur de manip ) : des biscuits, du fromage, des féculents, de l'avocat... j'en ai ressenti une certaine culpabilité d'autant plus forte que suite à une reprise du sport trop intense et précoce je me suis blessée au genou... cercle vicue je veux reperdre pour reprendre le sport qui m'aide à gérer mon stress et m'équilibre ! j'ai un sentiment de lâcher prise et de "n'importe quoi" ; pas envie delâcher la démarche mais perdue!! merci de vos éclairages sur la suite... Bonjour marinebreizh, Il faut faire attention à ne pas sortir de la restriction trop rapidement. Dans ce cas effectivement le lâcher prise peut devenir du "n'importe quoi". Pour sortir sans dommage de la restriction, Il faut absolument avoir déjà retrouvé de bonnes sensations de faim. C'est la faim qui permet de sortir de la restriction sans grossir et même en maigrissant. Bon courage. JP
14/08/2013 (18:40) margueritekb Bonjour, j'ai re-démarré le programme il y a quelques jours, après un premier essai infructueux il y a plus d'un an. J'ai du mal avec le parcours forme, ces exercices ne me conviennent pas, bien que le niveau semble très abordable. Pensez-vous qu'introduire du temps de marche quotidien (par exemple 30 minutes tous les jours) puisse remplacer le parcours forme? Un autre problème est que je termine souvent les repas en ayant trop mangé, j'ai du mal à m'arrêter de manger certains aliments, même quand je sens très bien que j'ai assez mangé. Il me semble que ce n'est pas faute de ressentir la satiété, ni une envie de manger émotionnelle, mais peut-être la peur de manquer? Merci par avance de vos conseils. Bonjour; Pour ce qui est du parcours forme, il n'y a aucun problème. Faites-le au rythme qui vous convient. L'idéal est simplement de développer des activités qui favorisent la prise de conscience du corps et sa mise en mouvement. Choisissez le rythme et l'activité qui vous conviennent le mieux. Le fait de détecter la satiété ne signifie pas qu'on devient capable de la respecter. Il faut donc travailler sur les facteurs qui empêchent d'écouter sa satiété. Ces facteurs peuvent être liées à la restriction ou aux EME. C'est en évoluant dans le programme que vous trouverez la réponse et les solutions à ces problèmes. Bon courage. JP
14/08/2013 (18:51) Patchimo Depuis que j'ai commencé le programme, dimanche 11 Août, j'ai plus souvent faim, je mange moins au repas, mais je fais 1 ou 2 collations dans la journée, est ce normal? avant je mangais 3 repas par jour, j'en suis à 5, mais je mange la même quantité réparti dans la journée. Bonjour Patchimo, Si vous avez commencé le programme depuis trois jours, il est impossible de tirer encore le moindre conclusion. Vous n'avez pas encore retrouvé un comportement alimentaire normal. Loin s'en faut. Le fait de répartir son alimentation sur 3, 4 ou 5 prises alimentaires ne présente aucun inconvénient. Du moment que chacune de ces prises soit déclenchée par une sensation de faim. Bon courage. JP
14/08/2013 (18:47) Chebi Bonjour , j'en suis à "mieux gérer mes fins de journées" et toujours pas un gramme de perdue , est-ce normal ? J'avoue que je m'inquiète et désespère. Merci par avance Bonjour, N'ayez pas d'inquiétude. À ce stade, il n'est pas obligatoire d'avoir déjà maigri. Il reste encore beaucoup de travail pour sortir de la restriction et des EME. Continuez à vous concentrer sur le travail de votre comportement alimentaire. Et laissez votre corps avancer à son rythme. Faites votre travail, votre corps fera le sien. Bon courage. JP
14/08/2013 (18:32) JPZ Bonjour à tous pour ce chat estival !
14/08/2013 (18:36) capuccino Bonsoir Docteur, bonsoir tout le monde Bonsoir Capccino ! J' ai bien reçu votre message. Je vous félicite.
14/08/2013 (18:35) Chebi Bonjour, Bonjour !
14/08/2013 (18:57) azalée bonjour, est-ce qu'on peut avoir une habitude de manger truc sucré à la meme heure (sans faim) et que l'absence du truc sucré crée une hypoglycémie ? ce matin je suis partie pour une longue ballade, et je me suis mise à transpirer brutalement et à me sentir faible après une heure de marche. Comment réagir en cas d'hypoglycémie ? bonjour azalée, Il est possible que vous décriviez deux phénomènes tout à fait différents qui n'ont rien à voir l'un avec l'autre. Ce que vous avez ressenti au cours de cette ballade n'est pas tout à fait normal. En cas de oute sur d'éventuelles hypoglycémies, je vous conseille de consulter votre médecin traitant qui pourra pratiquer des tests qui confirmeront ou infirmeront vos hypoglycémies. En revanche, ces envies de manger qui surviennent chaque jour à la même heure sont peut-être des EME. Il faudra avancer un peu plus dans le programme pour en savoir davantage. JP
14/08/2013 (19:03) Annouche Bonjour, je me suis enfin lancée dans la démarche avant hier car enfin quelqu'un qui partage mes convictions par rapport à cette problématique et qui ne pousse pas à être dans des normes mais à être soi. Pour en venir au sujet de ce soir, le regard des autres contribur à nous jeter en permanence dans le cercle vicieux de la culpabilité. Il est aussi fortement connoté socialement. La bourgeoisie ventrue du 19ème siècle est devenue filiforme et son regard est s
14/08/2013 (19:03) Annouche J'ai tapé sur la mauvaise touche ! je disais que son regard était sans pitié et nous renvoie à toutes sortes de préjugés et de discriminations. Ainsi, je suis incapable de rentrer dans une boutique de vêtements pour gros même dans une ville inconnue et j'achète tout sur internet.! Ce qui fait que je suis passé en plus à l'achat compulsif ! Comment sortir de cette spirale qui par ailleurs a des retentissements dans mon travail et me fait perdre toute confiance en moi ? Notre société stigmatise les personnes en surpoids. Elle porte un jugement faux et négatifs sur ces personnes par ignorance de la maladie obésité et des troubles du comportement alimentaire. La stigmatisation signifie que la personne intériorise elle-même le jugement de la société. Elle se considère comme une personne inférieure qui manque de volonté et qui n'a pas de force de caractère. Ceci contribue à instaurer un cercle vicieux qui pousse la personne à manger pour calmer les émotions produites par le jugement négatif qu'elle porte sur elle-même. La première étape consiste à sortir soi-même de ces jugements négatifs et de ces fausses croyances concernant le surpoids. JP
14/08/2013 (19:07) Valeria Bonjour, j ai du mal à identifier les types d émotion que je ressens et je n ai souvent aucune manifestation physique. Est ce que cela veut dire que je suis déconnectée de moi même et que j ai appris à taire mes émotions en compensant par la nourriture? le paradoxe c est que je suis plutôt extravertie et que en général j exprime mon ressenti face à une agression par exemple. Bonjour Valéria, Votre hypothèse est plausible mais pas forcément juste et ce n'est pas la seule. Il est aussi possible que vous ne sachiez pas reconnaître les émotions qui vous font manger. Bien souvent, ces émotions sont très peu bruyantes et ne se manifestent que par de faibles signes physiques. Il faut savoir que les émotion qui font le plus souvent manger sont l'ennui et la fatigue. Il s'agit donc d'émotions avec très peu de manifestations physiques. Ne vous attendez donc pas a toujours trouver des signaux très forts. A bientôt. JP
14/08/2013 (19:24) yvette Bonsoir docteur, j'en suis à l'étape je découvre la satisfaction alimentaire mais j'ai eu un parcours un peu difficile dû à des problèmes de santé et j'ai toujours du mal à gérer mes EME car quand j'ai des crises d'hyperphagie qui sont de plus en plus rares qui sont des "envies de manger" mais pourquoi?sont-ce obligatoirement des EME,donc en accord avec ma coach je reprends l'outil j'expérimente ma faim.J'ai fait d'énormes progrès même si la perte de poids n'est pas là mais surtout je veux dire que l'on n'efface pas "50 ans de régime" en 6 mois et même 12; c'st ce que je pense, mais je ne veux pas décourager certaines personnes dans cette démarche qui est, à mon avis, la seule qui nous sortira de cet enfer des kilos.Je disais toujours "pourquoi ne suis-je pas aussi perfectionniste dans la poursuite du régime comme je le suis dans le travail.Mais j'ai compris que je m'investissais dans le travail pour occulter certaines choses et quand le travail était absent je mangeais...je ne sais pas si tout est clair mais j'insiste sur le fait que le chemin sera plus ou moins long pour certains mais que nous y arriverons. Bonjour Yvette, Il n'y a que deux façons de déclencher une envie de manger : la fin ou les émotions. Donc quand ce n'est pas la faim c'est obligatoirement une émotion. C'est pourquoi il est si important d'être capable de reconnaître sa faim pour pouvoir la distinguer de tout autre chose. Ainsi vous pourrez travailler de façon plus efficace sur les émotions qui ont déclenché vos envies de manger. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:12) MINELI bonsoir ,avez vous une petite astuce pour reconnaître la satiété? Bonsoir Mineli, Pour le moment, le moyen le plus efficace pour retrouver la satiété est de se concentrer sur... la faim. La satiété viendra toute seule ensuite au fil du parcours. Bon courage. JP
14/08/2013 (19:17) berangere93 Bonjour, vous dîtes que "La première étape consiste à sortir soi-même de ces jugements négatifs et de ces fausses croyances concernant le surpoids." Certes, c'est louable mais comment faire quand tout le monde vous dit qu'un corps gros est disgracieux et peu propice au désir ? Ce qui est faux ne concerne pas les critères de beauté. Ceux-ci varient selon les endroits et selon les époques. Ils sont ce qu'ils sont. La beauté est certes un avantage social. Personne ne le conteste. Mais ce n'est pas le seul. Bien heureusement. Et la minceur n'est pas non plus le seul critère de beauté. Ce qu'il faut combattre ce sont les fausses croyances qui affirment que les personnes en surpoids sont des personnes inférieurs, faible de caractères, qui manque de volonté, paresseuse, etc.
14/08/2013 (19:20) rory24 Bonsoir, comment sortir de l'impulsivité lors des EME? l'eme-zen j'y arrive bof je l'avoue (option " je décide de me réconforter avec UN PEU d'aliment réconfortant), avez vous une autre technique? une alternative? Bonjour Rory, Je comprends votre difficulté. Il s'agit là d'un problème absolument central. Comment sortir de l'urgence lorsqu'une envie de manger apparaît ? Nous travaillons assidûment à mettre en place très prochainement un nouveau programme pour vous aider à surmonter cette difficulté. Pour lemoment, la solution consiste à continuer à vous entrainer.
14/08/2013 (19:21) garfielde77 Bonsoir Dr , auriez vous des astuces pour arriver à conjuger les repas avec son conjoint et son écoute personnel ? Car mon conjoint fait 1 travail très physique et je dois donc lui préparer à manger dès qu'il rentre mais je n'ai pas faim à ce moment là . Est ce que ca va se réguler au fur et à mesure pour qu'on puisse remanger ensemble tranquillement ? Cordialement bonjour garfielde77, N'ayez pas d'inquiétude. Vous retrouverez bientôt ce qu'on appelle l'appétit prévisionnel. C'est la compétence qui permet de concilier ses besoins personnels avec son organisation familiale ou sociale. Tout cela va se mettre en place progressivement. À très bientôt. JP
14/08/2013 (19:27) JPZ Merci à tout le monde. Bonne continuation pour ceux qui sont encore en vacances.
Haut de page 
X