Chat du mercredi 25 juillet avec G. Apfeldorfer

25/07/2012 (18:44) G. Apfeldorfer Désolé pour le retard, j'ai eu un problème technique! Mais nous allons rattraper le temps perdu!
25/07/2012 (18:45) Juliaan Cher Docteur, après 6 mois de LC je me sens tellement mieux par rapport à mon alimentation. Je vous remercie pour l'intelligence de votre programme. J'en arrive au paufinement. J'ai pris conscience de mon perfectionnisme qui apparaît souvent dans les chats. Grâce à LC je n'applique plus ce perfectionnisme dans ma façon de manger et c'est un réel soulagement. Toutefois cette exigence démesurée vis à vis de moi (et des autres..) est encore bien présente. Ce que vous proposez est de réaliser des tâches imparfaites. Mais là n'est pas le problème pour moi. Ce n'est pas dans le faire la difficulté, mais dans l'être. Quelles pistes réelles me proposez-vous? Bien à vous. Bravo, Juliaan, je suis très heureux de voir que vous avez bien progressé, et que désormais, vous « peaufinez ». Peaufiner, voilà qui est bien normal pour une personne perfectionniste, n'est-ce pas ? Et en somme, ce que vous dites, c'est que votre souci n'est pas de faire des choses plus ou moins parfaites, mais D'ÊTRE vous-même imparfaite. Eh bien oui, c'est exactement cela, le perfectionnisme. Bon, bienvenue au club des êtres imparfaits. Vous y serez en bonne compagnie. À commencer par moi, bien entendu. C'est fou ce que je suis imparfait. Ma réponse ne le prouve-t-elle pas ? Qui donc serait parfait ? Dieu, sans doute, pour qui sont croyants. Êtes-vous Dieu, ou avez-vous des prétentions à le devenir ? Afin de vivre au mieux cette vie si imparfaite, je vous suggère de déterminer pour vous des « directions de vie », ou des « valeurs », que vous suivrez, tant bien que mal. Les suivre, c'est « faire de son mieux ». On ne peut pas faire davantage que de son mieux. Rendez-vous pour cela à l'outil : Je travaille sur mes valeurs et mes objectifs.
25/07/2012 (18:46) Violette92 Bonjour Dr Apfeldorfer, je suis abonnée à LC depuis début juin et j'ai beaucoup progressé dans la perception de la sensation de la faim. Cependant pour moi, a ce stade, la notion de satiété reste encore bien confuse. Je comprends que cette dernière est atteinte lorsque le plaisir gustatif diminue, or j'ai l'impression que mon plaisir à manger est toujours aussi grand, même si la quantité d'aliments consommée est trop importante. Si je ne perçois pas encore de nuance du plaisir gustatif, je ressens tout de même une sorte de signal de mon estomac qui m'indique qu'une limite est atteinte n'entrainant pas d'inconfort, Suis-je malgré tout sur la bonne voie ? Merci beaucoup par avance pour votre réponse. Bonsoir violette92, Bienvenue dans le programme. Vous en êtes au début, et vous avez découvert la faim. Les étapes suivantes vont vous faire découvrir le rassasiement gustatif et la satiété. Le rassasiement gustatif consiste dans la fin du plaisir gustatif procuré par un aliment riche. Il n'est perceptible que si on mange attentivement, bien entendu. C?est le point d'arrêt normal pour les aliments riches. Quant aux aliments « légers » (fruits et légumes par exemple), on en mange une quantité modeste, fixée par apprentissage : la quantité qui convient habituellement. La satiété, c'est l'absence de faim. Une absence de sensation, donc. Un désintérêt pour la nourriture. Le remplissage du ventre peut procurer une forme de réconfort, mais n'est pas en soi un signal intéressant : tout dépend de quoi le ventre est plein.
25/07/2012 (18:48) Mélie bonjour, d'abord merci pour ce chat , c'est vraiment très agréable de pourvoir ses questions en direct: voilà dans l'apres midi ou le soir, je prends souvent un café avec de la stévia, cela me fait du bien et me rassasie, par contre, je ne le comptabilise pas comme une boisson sucrée, ai je raison? Bonsoir Mélie, Oui, vous avez raison, considérez une boisson à la stevia comme de l'eau parfumée.
25/07/2012 (18:49) sylvaine Bonjour Docteur, tout d' abord pour l' aide précieuse apportée par ce site ! Je voudrais savoir comment aborder une envie de manger apparement pas émotionnelle ( pas de stress ce jour là, pas de colère), non, juste très envie , par gourmandise, de manger ces délicieux gateaux ! Comment gérer, dans ces cas là ? Merci de votre aide, ! Sylvaine. La gourmandise est une excellente chose et c'est une grande qualité. Elle consiste à se débrouiller pour avoir le maximum de plaisir avec ce que l'on mange, en tenant compte du fait que le plaisir diminue au fur et à mesure qu'on se nourrit, pour finir par s'annuler (sensation de rassasiement). Je rappelle que la bonne façon de manger est de manger POUR le plaisir que cela procure (et de s'arrêter lorsqu'on arrive au bout de ce plaisir gustatif). Il est donc nécessaire, pour que manger apporte ce plaisir, d'avoir faim. En effet, à satiété, le plaisir gustatif ne peut pas être présent (et le seul plaisir, alors, est celui du remplissage de l'estomac). Si donc, on a envie de se faire plaisir en mangeant des délicieux gâteaux, laissons à notre faim le temps d'arriver, patientons jusque là, car le plaisir n'en sera que meilleur ! Si on est glouton, plutôt que gourmand, qu'on veut tout, et tout de suite, bien entendu, on peut le faire, mais le plaisir gustatif ne sera que de seconde catégorie. Bon, eh bien, pas grave, et on attendra que la faim réapparaisse pour remanger.
25/07/2012 (18:53) solarlune Bonjour, Je suis au début du programme avec les EME. Je n'identifie pas de telles émotions, est-ce normal ? Les envies de manger émotionnelles (EME) ont pour fonction de minorer vos émotions pénibles et d'écarter les pensées qui vont avec. Il est donc tout à fait normal, en début de programme, d'avoir de la difficulté à prendre conscience d'émotions et de pensées qu'on passe, probablement depuis des années, à écarter. Donc, pas d'affolement, tout viendra en son temps !
25/07/2012 (18:53) mada Bonjour, j'ai commencé le programme le 19/07, ni obèse, ni en surpoids au vu de mon IMC, mais néanmoins ronde car je suis de petit gabarit, je me demande si le programme marche aussi avec des personnes dans mon cas et si je réussirai à perdre quelques kilos ? Je suis à 6 jours d'observation, je mange tout ce dont j'ai envie car je le faisais déjà avant, j'ai toujours le sentiment de manger en ayant faim et j'ai peur de ne rien perdre en poids car c'est quand même mon objectif. Bref, je suis pleine de doute ! Je précise que J'ai arrêté les régimes (toute une vie de surveillance depuis l'enfance) il y a bien un an et demi, raz le bol, j'ai recommencé à manger de tout et je me suis stabilisée à 5 kg de plus, mais je me trouve grosse et ne rentre plus dans mes jeans, puis-je garder espoir de reperdre quelques kilos sans contrainte ? (J'ai bien compris que je ne choisirai pas le poids de base). Merci pour votre réponse. Bonsoir mada, bravo tout d'abord pour avoir compris que les régimes amaigrissants n'étaient pas la solution. Bravo ensuite pour avoir remangé de tout et accepté (temporairement) de prendre quelques kilos afin de pouvoir le faire. Ces kilos-là, allez-vous les perdre ? P'et ben qu'oui, p'et ben qu'non. Tout dépend de votre poids d'équilibre. Y êtes-vous déjà, ou bien êtes-vous au dessus de ce poids ? C'est la surprise du chef. Je vous rappelle que le poids d'équilibre ou set-point est le poids que l'on fait quand on mange selon les besoins de son organisme, c'est-à-dire quand on respecte ses sensations de faim et de satiété. Mais beaucoup de personnes sont au-dessus de ce poids. Elles peuvent donc espérer mincir et se stabiliser sans privation, en mangeant en fonction de leurs sensations alimentaires. Comment savoir si on est au-dessus de son poids d'équilibre, et donc si on peut espérer maigrir durablement? Il n'existe pas de moyen de mesurer ce poids d'équilibre, mais il existe certains indices : - Les membres de votre famille sont plus minces que vous; - Vous mangez souvent sans avoir véritablement faim ; - Quand vous commencez, vous ne pouvez plus vous arrêter; vous mangez souvent au-delà du rassasiement. - Vous vous interdisez de manger certains aliments, mais vous mangez impulsivement parfois ou souvent sans pouvoir vous en empêcher; - Vous mangez parfois ou souvent en raison de fatigue émotionnelle, de situations difficiles ou d'émotions douloureuses. Si vous êtes dans un de ces cas de figure, vous avez sans doute la possibilité de maigrir. Cependant, contrairement aux méthodes de régimes qui vous promettent un poids choisi à l?avance, nous ne voulons pas vous faire de fausses promesses. On ne choisit pas son poids, c'est notre corps qui choisit pour nous.
25/07/2012 (18:57) Flo66 Re bonjour, quand vous dites sur les questionnaires "cela correspond t-il à une heure habituelle de repas?", le goûter est considéré comme un repas ? Pour ma part, c'est en tout cas une heure habituelle de prise alimentaire...du coup je ne sais jamais trop quoi répondre... Merci d'avance pour votre réponse. Il me semble que dans le programme, goûter = collation, c'est-à-dire petit repas pris avec faim (qui s'oppose à grignotage = manger sans faim et sans attention). Vous voyez, moi aussi, j'hésite. Bon, considérez que goûter = « collation » et pas « repas ».
25/07/2012 (19:02) isa57 Bonjour docteur, je dois manger au moins 2 repas en silence pour pouvoir mieux ressentir les sensations mais j'ai du mal parce que je ne suis pas seule et dans ce cas dans ces conditions comme mon mari ou ma fille ne diront rien non plus cela alourdit l'atmosphère du moins je la sens très lourde et je prends conscience que leur presence m'encombre, il me serait plus facile si j'etais seule. comment arriver à gerer cela, les pauvres ils n'y sont pour rien Le plaisir n?est pas d'ordre gustatif. Il s'agit en fait plutôt de « contentement », d'ordre émotionnel. Un aliment désiré peut réconforter, et il s'agit plus de la suppression d'un déplaisir (un inconfort émotionnel par exemple) que d'une délectation gustative. Mais comme la suppression d'un déplaisir est un plaisir, alors? Bon, pour nous résumer, il y a l'apport gustatif (il faut de la faim, un minimum) et l'apport émotionnel (le contentement). Mais il est souvent difficile de faire la part des choses.
25/07/2012 (19:10) beppo bonsoir a tous 6 kilos perdus en 2 mois tout en mangeant parfaitement a ma fam et de tout !je me suis decouvert grosmangeur alors que je ne le pensais pas ....ravi de tout ça ...je garde quand meme une peur des "rebonds " souvenirs d'autres regimes ......et quand j'ai vu que j'avais repris 1 kilo , j'ai paniqué ! faut il accepter ces "paliers" j 'ai l'impression dr continuer a suivre le programme sans entorse ... Bonsoir beppo, et bravo pour votre parcours. Un kilo par mois, ce serait mieux ! Prenez le temps de bien faire les exercices, de vérifier que la faim est là, que vous ne vous arrêtez pas avant le rassasiement. Les entorses : dans notre programme, il n'y a pas « d'entorses », ou disons que nous considérons que des fluctuations des apports et du poids sont une chose normale. Bonne continuation donc !
25/07/2012 (19:10) Flo66 Bonjour, est-il raisonnable de tenir plusieurs carnets et outils à la fois quand on en est au début du programme comme moi ? Je complète celui de mon parcours alimentaire plus le carnet découverte, puis l'outil "j'apprivoise la sensation de faim" et celui "j'expérimente la faim" (le plus dur). J'avoue que c'est assez "lourd" car dès que l'on a une prise alimentaire, il faut soit venir sur le site soit le noter. Il faut vraiment se dégager du temps, pour le moment j'en ai assez mais si ce n'est plus le cas à la rentrée par exemple, ça risque peut-être de m'angoisser. En fait, j'ai juste peur d'aller trop vite, d'être "boulimique" d'exercices. Pensez-vous que ça risque de m'essouffler ou puis-je continuer ainsi sans risque de découragement ensuite ? D'ailleurs considérez-vous ce que je fait comme beaucoup ou comme normal ? merci pour tout et bonne soirée. Bonsoir flo66, Vous avez raison, il ne faut pas être glouton est chercher à dévorer le programme trop vite. Ça risque de vous rester sur l'estomac. Faites les différentes étapes et les activités proposées dans ces étapes. L'essentiel est là. Les outils ? Vous pourrez les faire plus tard, si besoin est. Vous n?avez pas besoin de revenir sur le site chaque fois qu'il se passe quelque chose. Une fois par jour suffit ! Et c'est déjà bien.
25/07/2012 (19:12) Flo66 Vous avez dit plus haut que à satiété, le plaisir gustatif ne peut pas être présent (et le seul plaisir, alors, est celui du remplissage de l'estomac), comment expliquer que lorsqu'on a pas faim du tout on puisse prendre du plairsir à manger un bonbon ou deux devant la télé le devant son film du soir alors qu'on vient à peine de terminer son dîner ? (Vous auriez enlevé ce plaisir (rituel) à mon grand-père, vous l'auriez rendu malheureux). Donc à quoi correspond cette prise alimentaire de bonbons devant la télé (car je ne pense pas qu'il ait eu des EME tous les soirs pendant toute sa vie.) ? Merci d'avance de votre réponse. Le plaisir n'est pas d'ordre gustatif. Il s'agit en fait plutôt de « contentement », d'ordre émotionnel. Un aliment désiré peut réconforter, et il s'agit plus de la suppression d?un déplaisir (un inconfort émotionnel par exemple) que d'une délectation gustative. Mais comme la suppression d'un déplaisir est un plaisir, alors? Bon, pour nous résumer, il y a l'apport gustatif (il faut de la faim, un minimum) et l'apport émotionnel (le contentement). Mais il est souvent difficile de faire la part des choses.
25/07/2012 (19:13) belen J'ai atrocement peur de me lancer dans votre programme et de "lacher" a manger ce que j'aime. Quel serait la chose a me dire pour oser lacher prise? La chose à vous dire est : ne lâchez rien. Le programme ne consiste absolument pas à se « lâcher ». Surtout pas ! Le programme consiste à pratiquer des activités qui vont modifier votre comportement alimentaire par petites touches, qui vont, si besoin est, vous conduire à travailler sur les émotions qui font manger, si vous êtes dans ce cas. On réintroduit donc les aliments problématiques lentement, au fur et à mesure qu'on en est capable. Pas de souci. En fait, vous faites une version d'évaluation, et vous ne voyez pas véritablement la richesse du programme... Nous espérons vous y voir donc bientôt. Pour avancer pas à pas, sans peur et sans reproche. Bienvenue.
25/07/2012 (19:13) mafalda77 Comment faire quand on se sent anesthésiée alors même que dans tous les carnets alimentaires on nous demande de mettre un nom sur des émotions et des sensations....? J'ai souvent l'impression que mes EME sont des envies incontrôlables et que pendant je ne ressens rien comme si mon corps était sur Off. Bonsoir malfalda77, J'aime bien votre façon de décrire les choses : mon corps est sur OFF. Et justement, c'est la fonction des envies de manger émotionnelles de le mettre sur OFF. Opération réussie. Vous en êtes au début de votre programme et vous avez encore beaucoup de chemin à parcourir. Grâce à ce chemin, vous allez découvrir les pensées et les émotions qui sont étouffées grâce aux EME. Vous allez aussi découvrir les sensations physiques qui constituent les émotions. Pour le moment, pensées, émotions, sensations sont remplacées par « folle envie de manger ». Prenez votre temps et bonne route !
25/07/2012 (19:17) odix33 bonsoir docteur, je viens de commencer le programme car j'ai compris que les régimes n'etaient pas la solution à mes problèmes de poids, je n'ai pas beaucoup de poids à perdre, mais je souhaite arreter le cercle vicieux restriction-compulsion.Ma question est simple, dans cette toute première phase, il s'agit de'observer c'est ça? et de remplir le carnet, mais dans ce carnet on ne mentionne pas les prises alimentaires (qualités et quantités) juste les heures, l'état de la faim etc.. ce que l'on mange n'a pas d'importance?? Bonsoir odix, Bravo pour votre décision de sortir de ce cycle infernal ! Le premier carnet : effectivement, on ne vous interroge pas sur ce que vous mangez (quoique vous puissiez le noter à titre d'aide-mémoire). L'interrogation porte sur vos comportements alimentaires. C'est sur ces comportements alimentaires que l'on va travailler. Sur l'écoute de ses sensations alimentaires, qui vont décider de la qualité et de la quantité que vous mangerez, d'ici quelques temps.
25/07/2012 (19:19) odix33 bonsoir, je commence tout juste le programme, et comme par "magie" mes compulsions alimentaires ont disparu! ne serais ce pas de la restricition connitive? et comment faire? Bonsoir odix, je suis content pour vous! Mais la magie durera-t-elle? Ou bien après cette phase d'enthousiasme, le naturel reprendra-t-il le dessus? J'ai bien peur que vous ne vous ne puissiez vous en tirer aussi facilement. Il y aura sûrement encore du travail!
25/07/2012 (19:20) NATHA84 bonjour, j'aimerai savoir à quel moment la perte de poids commence , je viens à peine de commencer à manger tranquillement et sans compulsions. Merci bonsoir NATHA84, La perte de poids (j'allais dire le spectacle...) commence lorsqu'on mange à sa faim, ni plus ni moins. On mange préférentiellement lorsque l'on ressent une faim modérée (Bonne faim), on s'arrête en fonction du rassasiement gustatif et de la satiété, on ne mange plus ses émotions. C?est ce travail là que nous vous faisons faire sur le site de LineCoaching. Et tant qu'il n'est pas suffisamment abouti, le poids ne bouge pas ou peu. Cela explique pourquoi, le plus souvent, les choses démarrent lentement en ce qui concerne le poids. D'où l?importance d'évaluer ses progrès, non pas en fonction du poids, mais de son comportement alimentaire.
25/07/2012 (19:20) nunchaku Bonjour, à votre avis, est-ce plus facile de maigrir en été, mois absolus de la tentation à tous les coins de rue (glaciers, bonnes odeurs dans les rues de fruits de la mer, etc..) ? Même si la pluie a bien baigné la France ces derniers temps engendrant plutôt des états dépressifs favorisant sans doute, plus que d'habitude les EME...Bref existe - t- il une saison qui favoriserait les efforts de maigrir ? Habituellement, et traditionnellement, nous avons tendance à maigrir en été et grossir en hiver, de quelques kilos. Car même si il y a plein de bonnes choses à manger en été, il y en a tout autant en hiver. Et en hiver, on est plus sédentaire, et bien des gens dépriment et se consolent en mangeant. En été, on bouge plus, et la vie est plus belle. Bon, tout ça, ce sont des banalités, peu transposables à chaque individu. Certains au contraire dépriment bien plus en été (par exemple en raison de l'épreuve du maillot) et se consolent avec les crèmes glacées. En conclusion, il n'y a plus de saison, mon pauvre nunchaku.
25/07/2012 (19:20) titou63 je ne maigris pas. peut etre ai je atteinds le maximum de mon amaigrissement ? pourtant mon imc est elevee. Bonsoir titou63, je vous ferai une réponse semblable à celle de mada : le poids d'équilibre ne se décide pas. C'est le poids que l'on fait quand on mange selon les besoins de son organisme, c'est-à-dire quand on respecte ses sensations de faim et de satiété. Mais beaucoup de personnes sont au-dessus de ce poids. Elles peuvent donc espérer mincir et se stabiliser sans privation, en mangeant en fonction de leurs sensations alimentaires. Vérifiez si vous répondez aux critères énumérés dans la réponse faite à mada. En particulier, mangez-vous sans faim, ou bien sans respecter toujours vos sensations de rassasiement ? Mangez-vous en fonction de vos émotions. Si oui, alors, dites-vous que c'est une chance merveilleuse que les choses soient ainsi. En fait, 60-70% des personnes en surpoids sont au-dessus de leur poids d'équilibre. C'est le cas le plus courant.
25/07/2012 (19:22) Flo66 Dr, vous avez apporter à ma dernière question la même réponse mot pour mot qu'à isa57 plus haut...est-ce une erreur , d'ailleurs je n'ai pas compris cette réponse par rapport mon grand mère qui mangeait tous les soirs après le repas son bonbon devant la télé..ma question était à quoi corresopnd cette prise alimentaire ? merci beaucoup. Me suis-je mélangé les pinceaux? Mais je réitère la réponse par rapport à votre grand-mère. Du contentement, du réconfort, c'est-à-dire une émotion positive, plutôt que du plaisir gustatif.
25/07/2012 (19:24) Marie-G. Bonjour. Je n'ai pas communiqué avec vous depuis 3 semaines mais depuis j'ai bien avancé. Autant la 1ère partie d'observation a été pénible (3 mois ! ), autant la 2ème partie d'observation des EME a été facile. J'ai accompli un acte important sur lequel j'aimerais avoir votre avis : le docteur Zermati avait identifié que j'avais une intolérance aux émotions, pas étonnant ! le mot même était interdit à la maison durant mon enfance. Dimanche j'ai réussi à laisser couler mes larmes devant mon père... Je me dis que je vais pouvoir enfin digérer maintenant que j'assume mes émotions. Qu'en pensez-vous ? Ah, ce que vous dites me fait bien plaisir ! vous vous laissez aller à vos émotions, à les ressentir sans peur, sans évitement. Vous tenez le bon bout !
25/07/2012 (19:24) Silvia Bonsoir Docteur et bonsoir à tous. Voilà mon "problème" : j'en suis à la phase de consolidation. Actuellement en grandes vacances à la maison avec les enfants, j'attends que mon mari soit lui aussi en vacances pour partir (au mois d'août). Autant dire que j'ai le temps !! et pourtant, je trouve que je ne fais pas ce que je devrais faire ni pour linecoaching ni pour "le reste". Par contre, la méthode me fait poser de nombreuses questions sur moi et j'avoue que je ne me trouve pas vraiment normale, voire un peu "folle" de tant cogiter. Je voudrais que tout se déroule normalement, la régulation et le reste et au lieu de ça je suis donc obligée de "bosser" de faire des efforts insensés, de réfléchir, d'essayer de me poser et au final de ne pas y arriver. Je mange comme deux! je suis consciente d'éviter de faire les exercices de pleine conscience mais en fait, voilà je pense que je voudrais que ce soit naturel et ça ne l'est pas. Autant d'efforts et de "souffrance" (j'exagère un peu) sont-elles normales pour réussir ...? merci beaucoup pour votre réponse Bonsoir sylvia, Ah, le « naturel » ! Cette idée que les choses devraient se faire d'elles-mêmes ! Mais quelle drôle d'idée ! Je sais bien, elle est à la mode. Ne dit-on pas qu'il suffit de mettre des enfants devant des livres pour qu'ils aient le désir de les lire et apprennent « naturellement » ? Ne dit-on pas qu'il suffit de blablater avec un psy dans son dos pour ses problèmes psychologiques s'arrangent ? Eh bien non. Ce qu'on appelle le « naturel » n'est rien d'autre que l'habituel, quelque chose qui à la longue est devenue routine, ou rituel. Mais cela ne s'est pas mis en place tout seul. Il aura fallu qu'on les mette en place, ces habitudes, et au début, elles ne sont pas habituelles. Ceci dit, il me semble que « cogiter » n'est pas la solution. D'ailleurs, nous ne vous le demandons pas. Ce que nous vous demandons, c'est de pratiquer les exercices demandés. Par exemple, déguster ce que vous mangez. Déguster n'est pas une conduite anormale, ou extraordinaire : c'est la façon normale, « naturelle » de manger. Des vacances à la française sont forcément, d'ailleurs, des vacances où on déguste ce qu'on mange. Car une Française, un Français a besoin de manger bon pour réussir ses vacances. Alors profitez donc de vos vacances ! Je vous rappelle que vous êtes au début de votre parcours. N'essayez pas de griller les étapes, ne soyez pas gloutonne, laissez-en pour la rentrée !
25/07/2012 (19:25) titou63 y a -t-il un thème de tchat ? Toutes les questions sont bienvenues ici.
25/07/2012 (19:26) Mélie je sais qu'il ne faut pas se peser trop souvent mais je ne résiste pas à la tentation et je me pèse parfois tous les jours parfois tous les3 ou 4 jours, cela fait un petit mois que j'ai commencé et je maigris, donc cela me fait plaisir et m'encourage. qu'en pensez vous? La balance est une machine à fabriquer des émotions. Est-ce bien raisonnable de se mettre à sa merci? Attention aux retours de bâton!
25/07/2012 (19:27) Violette92 Merci docteur pour votre réponse. J'ai également une question concernant la RPC. Je parviens à me concentrer sur ma respiration mais j'ai du mal à percevoir des sensations pendant les séances. En fait, j'ai l'impression de ne rien ressentir et cela me frustre bcp. Les choses vont elles évoluer à force de pratique ? Encore merci Si vous ressentez "rien", alors c'est ce rien qu'il convient d'accueillir et de contempler. Sans jugement.
25/07/2012 (19:29) G. Apfeldorfer Eh bien, voilà que ce Tchat se termine. Je vous souhaite à toutes et tous un bon appétit, avec de bonnes choses à manger, attentivement, en dégustant, bien entendu. A très bientôt.
Haut de page 
X