Chat du mercredi 27 juin de 18h30 à 19h30 avec G.Apfeldorfer

27/06/2012 (18:32) G.Apfeldorfer Bonsoir tout le monde. Bravo pour les courageux qui participent à ce chat. je vais tenter de répondre à toutes vos questions, si je le peux.
27/06/2012 (18:33) Tulipe nl Bonjour docteur. Tout d'abord merci infiniment pour votre méthode qui me libère de tellement de servitude face à la nourriture que j'ai l'impression de m'envoler ! Je pense que j'arrive bien à intégrer les grandes lignes et le choix de prendre ou non un petit déjeuner est un immense pas en avant pour moi. En revanche il m'est arrivée, suite à un repas du soir plus copieux chez des amis le soir et donc sans petit déjeuner (pas faim au r éveil), de sentir vers 11h30 que la faim revenait (impression générale, sans arriver à percevoir les sensations typiques qui, en temps normal, sont évidentes), mais pour autant pas envie du tout de manger. J'ai donc fait une séance de RPC pour "découvrir ma faim" ou son intensité, et j'ai eu l'impression que ça l'a révélée (creux dans le ventre et l?estomac, serrement de la gorge, oppression de la poitrine)... ou développée ?? Je n'arrive pas à savoir si j'ai en quelque sorte provoqué ma faim (par la RPC) pour pouvoir manger "à l'heure" ou en ai simplement pris conscience. Est-ce possible ? Est-ce que les « symptômes » physiques de la faim peuvent être provoqués par la RPC (ou des EME)? Bonjour Tulipe. Je me demande si ce que vous ressentez à 11h30 est réellement de la faim, ou de l'anxiété. Quoi qu'il en soit, si vous avez un doute, le mieux est d'attendre encore un peu que cela se précise. Si c'est de la faim, la pleine conscience n'aura fait que vous la révéler, mais ne vous l'aura pas provoquée. Soyez rassurée, et prenez les choses comme elles se présentent.
27/06/2012 (18:36) Lilas Bonjour, Je suis inscrite au programme depuis le 24 juin. Voici ma question: depuis le début juin, j'ai commencé les cours de l'aqua-gym 3 ou 4 fois par semaine. Cela me fait beaucoup de bien au niveau de morale, mais ne me fait pas perdre du poids du tout (même si je me sens un peu mieux dans mon corps). Je continue, mais le fait que le poids ne bouge pas depuis plus de 3 semaines me décourage (je n'arrive pas à me féliciter qu'il s'est peut-être enfin stabilisé) Comment trouver la motivation pour continuer? :) Faire de l'aqua-gym n'a jamais fait maigrir personne ! Cela ne veut pas dire que je ne vous encourage pas à le faire : vous allez ainsi vous réconcilier avec votre corps, raviver vos sensations corporelles, ce qui vous aidera aussi à mieux identifier vos alimentaires. Question poids, patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. Tout viendra en son temps. Surtout, conservez le moral et ne vous découragez pas. Le chemin est certes long, mais il en vaut la peine. Car il va changer en profondeur votre relation à la nourriture, et plus encore.
27/06/2012 (18:36) Ann Bonjour, j'ai vu sur le site qu'il y avait un groupe de thérapie obésité qui durait de mars à septembre 2012. Est ce qu'il y en a d'autres de prévus, en ce moment ou plus tard ? Merci d'avance pour votre réponse. Oui, nous allons mettre bientôt le site à jour. Début du nouveau groupe en octobre. Surveillez le site.
27/06/2012 (18:38) doudinette Bonjour, je m'inquiète de savoir comment des kilos de graisse très anciens (20 ans que je suis grosse) vont se laisser disparaître (sur le plan physiologique)? Ils sont là depuis tellement longtemps. Votre graisse est une réserve que votre corps utilisera dès que nécessaire, c'est-à-dire dès que vous cesserez de manger au-delà de vos besoins réels, que vous mangerez juste en fonction de vos sensations alimentaires, ni plus ni moins ! En fait, votre graisse n'est pas si immobile que cela dans vos cellules graisseuses. Elle n'arrête pas d'entrer et de sortir. Vos adipocytes sont vivants et fonctionnels!
27/06/2012 (18:41) aurorepyr J'ai des difficultés à l'endormissement, je finis toujours par manger pour m'apaiser. Autre solution? Bonsoir autorepyr, Manger pour s'apaiser est souvent efficace. Mais bonjour la culpabilité, et en définitive, le poids. Certaines personnes mangent aussi durant la nuit,parfois dans un état quasi somnambulique. On appelle cela le "syndrome d'alimentation nocturne". Je vous propose par exemple, la pratique de la pleine conscience, en dehors de votre lit, afin de retrouver votre sérénité. Lorsque vous êtes plus sereine, le moment est venu de vous recoucher. Bien entendu, soyez patiente. Le sommeil met du temps à se régulariser.
27/06/2012 (18:42) aurorepyr Je pratique avec une masseuse formée à la PNL, elle essaie de me reprogrammée par le corps pour me retrouver avec moi-même. Aurorepyr ou kolett. Qu'en pensez-vous? Cela me paraît une bonne idée, aurorepyr.
27/06/2012 (18:46) Ederl Bonjour, je me demandais si il existe différentes sortes de changement, type : révélation ou pas à pas où autres, au niveau bien sûr alimentaire mais aussi puisque cela touche aux émotions, au niveau du moral, des fois j'ai peur d'aller trop vite mais en fait il me semble que j"avance en dent de scie, j'ai besoin de faire plus de sport pour un projet et ça aussi cela me fait peur ! est-ce normal docteur ?! Bonsoir Ederl, La plupart du temps, en ce qui concerne le comportement alimentaire, les progrès sont... progressifs ! Car modifier ses perceptions prend du temps, et on reconstruit différents apprentissages ou conditionnements. Mais cela n'empêche pas, parfois, quelques fulgurances, n'est-ce pas ? Et il n'est pas rare qu?on avance en dents de scie. Rien d'anormal, donc. Bonne continuation, sans inquiétude.
27/06/2012 (18:50) misspurple Bonjour j'ai commencé la méthode début mars et pour l'instant je ne maigris pas au contraire ça commence à me peser sur le moral...je suis dans la phase EME zen et c'est très difficile pour moi car j'arrive rarement à me stopper quand je grignote quelque chose c'est souvent trop tard je n'ai pas eu le temps de faire la respiration...du coup je me sens nulle!!! Je fais du jogging 3 fois par semaines (soient 1H30 environ) + de la danse 'active' 1h mais rien à faire j'ai encore grossi et ce ne sont pas desmuscles...comment arriver à s'arrêter à temps? Bonjour misspurple, Vous avez avancé dans les exercices alimentaires, mais quelque chose vous conduit à manger plus que nécessaire malgré tout. Il semble bien que ce soient des envies de manger émotionnelles, EME. Vous avez bien compris que l'important est de travailler sur des émotions. Mais vous ne parvenez pas à mettre en pratique l'EME-zen, c'est-à-dire arrêter l'impulsion, pour faire un espace de respiration. Bien sûr, c'est l'élément décisif, et le plus difficile ! Je vous conseille : - De diminuer votre niveau émotionnel de la journée, afin de réduire la fatigue émotionnelle du soir. Pour cela, je vous propose la pratique de la toile de pleine conscience (ci-dessous). - De faire, le soir en rentrant, une pause de fin de journée, pour préparer votre soirée : il s'agit justement là de votre prochaine étape dans le programme. Prenez votre temps. Travailler sur vos émotions afin, non pas de les faire disparaître (ce qui est impossible) mais de mieux les tolérer, est un très gros travail, mais le point crucial pour vous, semble-t-il. La toile de pleine conscience 1) Respiration en pleine conscience Chaque fois que dans la journée, vous arrêtez une activité, faites une pause durant 3 cycles de respiration, avant d'entamer une nouvelle activité. Posez-vous, respirez en pleine conscience, en centrant votre attention sur le ventre, la poitrine ou le nez. Accueillez avec curiosité et bienveillance les pensées, les émotions et sentiments, les sensations physiques qui se présentent à cette occasion. 2) Marche en pleine conscience Lorsque vous passez d'un endroit à un autre, dans votre vie professionnelle, à votre domicile, dans un lieu public, en tous lieux, centrez-vous sur les sensations au niveau des pieds, sur le contact avec le sol. Là encore, accueillez avec curiosité et bienveillance les pensées, les émotions et sentiments, les sensations physiques qui se présentent à cette occasion. 3) Dégustation en pleine conscience A chacun de vos repas et à chacune de vos collations, prenez le temps de déguster attentivement trois bouchées, de préférence les trois premières, sans que ce soit une obligation. Puis mangez en « attention partagée » : attachez-vous à ne pas perdre de vue le goût des aliments, tout en dialoguant avec les autres convives. Si vous mangez en solo, là encore, soyez attentif aux sensations gustatives et veillez à ne pas entreprendre une activité mobilisant toute votre attention. Veillez à repérer le moment où votre plaisir gustatif se termine, c'est-à-dire le moment du rassasiement. Avant de commencer à manger, regardez et humez vos aliments. Puis portez-les à votre bouche, examinez leur texture, leur température, les saveurs, les arômes, le goût de gras. Suivez leur parcours dans la mesure du possible au moment de la déglutition. N'enchaînez pas immédiatement la bouchée suivante afin de pouvoir examiner l'arrière-goût. Ces pratiques vous permettent de faire retour sur vous-même, sur vos pensées et émotions, tout au long de la journée. Elles ne se substituent pas aux exercices de pleine conscience formels. Rappelez-vous : il s'agit de se recentrer sur soi, régulièrement, d'accueillir les pensées et émotions qui se présentent, avec curiosité et bienveillance, sans jugement, sans raisonnement, d'aller de moment en moment, en revenant à chaque fois sur le focus de l'exercice. Lorsque vous constatez que vous vivez un moment difficile, n'hésitez pas à pratiquer un exercice plus long, par exemple un espace de respiration.
27/06/2012 (18:55) fleur2lotus Bonsoir, certaines émotions (telles que la colère) peuvent-elles être plus difficile à supporter que d'autres (tristesse, joie, ...) Autrement dit, cette colère que je ne m'autorise pas à exprimer parce que je ne sais pas la gérer peut -elle provoquer des EME plus importantes? Merci en tout cas pour votre programme. Bonsoir fleur2lotus, Oui, bien sûr, certaines émotions peuvent poser plus de problèmes à d'autres, selon les personnes. La colère est souvent une émotion problématique. Le mieux, avec la colère, est de l'accueillir, d'apprendre à « rester avec », comme on reste avec un enfant qui pleure, qui crie, et qui va se calmer simplement parce qu'on est calme soi-même. Je vous conseille le livre suivant : La Colère : Transformer son énergie en sagesse. Thich Nhat Hanh, Pocket, 2004. Petit livre, très bon.
27/06/2012 (18:55) lagermaine43 le matin dès que je me lève je déjeune même sans faim c'est comme un réflexe et malgré tout je ressens la faim vers 11H.donc le remange. Oui. Et quelle est la question ?
27/06/2012 (18:58) ringlore Bonsoir à tous, dans la ligne de l'intervention de Ederl : les kgs pris n'ont-ilspas pour but "d'étoufer"....et pour les perdre il faut retrouver les perceptions ! difficile je trouve votre méthode extremement intelligente Merci pour cela. Heu, je ne comprends pas bien votre question: étouffer quoi? Les émotions? Certes. Et c'est vrai qu'on ne progresse que lorsque l'on peut supporter ses émotions sans faire appel à la nourriture.
27/06/2012 (19:01) maudou Bonjour Monsieur Apfeldorfer. J'ai commencé le programme il y a 8 jours après avoir longuement hésité. J'ai lu votre livre "Maigrir c'est dans la tête", j' ai trouvé celui-ci très riche en conseil mais ce n'est pas pour autant que je réussi à les appliquer toute seule! J'ai donc opter pour linecoahing pour plus de soutien! Je voulais savoir si le fait d'avoir fait du yoyo pendant plus de 10 ans ( de 14 à 26 ans ça fait un an que j'ai compris qu'il fallait arrêter les régimes et j'ai pris du poids depuis!) n'a pas tout fichu en l'air et si je pouvais malgré ça atteindre mon poids d'équilibre quand mon comportement sera adéquat? J'ai une autre question, je n'aime pas trop les forums... est ce vraiment moins bien si j'y participe que très peu? Merci Le fait de faire le yoyo peut conduire à une montée du poids d'équilibre, dans certains cas. Cela signifie qu'on ne pourra pas revenir à son poids de départ. Mais dans la vie, revient-on jamais à son départ ? Ce que je dis là n'est pas systématique, tout dépend de chaque personne, sans qu'on puisse le prévoir à l'avance. Les forums ne sont pas une obligation. Ils sont à votre disposition si vous le souhaitez.
27/06/2012 (19:07) ringlore Connaître et analyser les causes de la prise de poids n'aide pas vraiment à faire disparaitre les kgs. Aucune utilité ? Bonsoir ringlore, Vous voulez dire, les causes psychologiques d'une prise de poids, et d'une non perte, je suppose. Ce n'est pas ce que je dis. Par exemple, pour les personnes qui ont une « obésité défensive », à la suite de situations incestueuses dans l'enfance, ou d'attouchements sexuels, en prendre conscience, puis à partir de là, faire un travail psychothérapeutique, peut se révéler décisif. Cependant, repérer les cause de l'obésité ne dispense pratiquement jamais de faire un travail concret sur le comportement alimentaire. Répondu à la question?
27/06/2012 (19:10) moalouvette Bonjour ! Je suis actuellement à l'étape où je travaille sur la sensation de faim, mais cela m'angoisse beaucoup et je culpabilise quand je mange parce que je juge que c'est trop. Que me conseillez-vous ? Merci. Bonsoir Moalouvette Certaines personnes ont peur d'avoir faim. Cette peur vient le plus souvent des régimes pratiqués précédemment, où on a souffert de la faim, et où on avait peur que cette faim ne déclenche des compulsions. On en vient à développer une peur intense, et on mange préventivement, sans faim. Mais sans faim, pas de rassasiement ! On mange alors sans référence à ses sensations alimentaires. Il vous faut donc devenir capable de supporter votre faim. Les personnes qui jeûnent pou des motifs religieux y parviennent, parfois durant tout un mois ! Avoir fan durant quelques heures n'est donc pas si terrible, et d'autres choses bien plus douloureuses peuvent survenir dans votre vie. Accoucher, par exemple, si vous êtes une femme. Si vous finissez éventuellement (ce n'est pas fréquent, mais n'est pas exclu) par faire une compulsion par la suite, parce que votre faim, trop intense, vous y aura conduit, ne vous en inquiétez pas outre mesure. Après cette compulsion, attendez alors que la faim revienne pour remanger. Ce qui annulera l'excès alimentaire fait.
27/06/2012 (19:15) doudinette Est-ce compatible de suivre la méthode Linecoaching avec le fait de se restreindre sur certains aliments parce qu'on a expérimenté qu'ils donnaient une hypoglycémie après ingestion (= penser son alimentation en fonction de l'indice glycémique qui est peut-être une forme de régime ?) ? Bonsoir doudinette, Oui, s'occuper de l'index glycémique est une forme de régime. Inutile si vous mangez varié, c'est-à-dire des glucides non isolés, avec des lipides, des protéines, des fibres. Un repas, quoi. Cela n'a en fait de réelle importance qu'en cas d'état prédiabétique ou diabétique. En fait, nos exercices, même s'ils vous conduisent à consommer des aliments riches en glucides, à index glycémique élevé, vous conduisent aussi à en manger vite des quantités petites. Car ce qui importe, c'est la quantité, et pas simplement la nature de l'aliment.
27/06/2012 (19:19) ringlore il me semble que les kgs protégent en anesthésiant un peu les effets des émotions. mais pour tenter d'éliminer les kgs il faut retrouver les sensations, se rendre vulnérable. Ce retour à l'équilibre est-il toujours possible? Effectivement, on peut se blinder avec une armure de graisse. Je vous propose d'y penser de la façon suivante: il ne s'agit pas de perdre des kilos, mais de gagner de la minceur. Gagner de la minceur vous renforce! Cela passe parfois aussi par un travail d'affirmation de soi, dans certains cas.
27/06/2012 (19:19) Francine Bonsoir, Je me suis inscrite le 13/06/2012 et j'avoue que je suis un peu perdu car contrairement aux autres régimes ou vous disposez de menus établis là je ne sais aps comment m'organiser , je ne sais pas quoi manger pour perdre du poids pourries-vous m'éclairer à ce sujet Si vous ne trouvez aucun menu, aucune indication sur ce qu'il convient de manger, c'est parce que notre méthode n'est nullement un régime ! Bienvenue dans l'anti-régime, Francine ! Nos objectifs, que vous appreniez à manger en vous fiant à vos sensations alimentaires de faim, de rassasiement, que vous sachiez choisir vos aliments en fonction de vos appétences et de vos envies. Et bien entendu, que vous sachiez manger les quantités adéquates, en fonction desdites sensations alimentaires. Le travail consiste en outre à lever les obstacles qui empêchent de manger ainsi, en particulier les obstacles d?ordre émotionnel. Suivez le programme, faites consciencieusement les exercices, et peu à peu, les choses se préciseront.
27/06/2012 (19:20) grignotte marmotte Bonjour , je suis inscrite depuis le mois d'avril, je pense avoir compris des choses quant à mon comportement alimentaire mais je ne perds pas de poidsou si peu .Quand j'en perds je reprends dès que mon mode de vie change, voyage, réunions de travail..............je me trouve un peu seule face à l'alimentation. J'ai l'impression que vous ne parlez que des émotions. Je ne parle que des émotions ? Pas du tout ! Je parle aussi de la faim, du rassasiement, des appétences, de la vie sociale, de son rapport au corps... Bon, il semble que vous ne soyez pas au bout du chemin, petit scarabée. Patience?
27/06/2012 (19:21) domdom bonjour,je suis en début de programme et j'ai l'impression de commencer beaucoup de choses à la fois, le comportement alimentaire, la forme, les défis..; j'ai peur de tout commencer et de me décourager quel conseil me dponner vous et surtout quelle priorité, merci La priorité : votre programme. Les défis, par exemple, permettent d?aller plus loin, d'approfondir certains points. Mais c'est le déroulement du programme qui est essentiel.
27/06/2012 (19:24) Automne Bonjour et merci pour ce site et la possibilité de dialoguer avec vous.Je connais cette méthode depuis un an ,je tente tant bien que mal de l'appliquer.....Mon médecin souhaite pour des raisons médicales,me mettre pendant quelques mois sous alimentation sans gluten...J'ai peur de la restriction et des compulsions....Avez-vous des conseils à me donner?..Merci. Si pour des raisons médicales, vous devez manger sans gluten, vous n'avez donc pas le choix. D'une façon générale, les aliments qui nous font du mal, qui nous rendent malade nous dégoûtent rapidement, dans la mesure où le malaise est suffisamment rapide pour que nous fassions l'association avec la consommation. Il va vous falloir vous contenter des aliments qui ne vous font pas de mal. Mais ceci ne constitue par de la restriction cognitive, car cette restriction n'est pas due au contrôle du poids.
27/06/2012 (19:25) Ava Bonjour, pourquoi ne jamais aborder directment la question de la perte de poids? Nous sommes tous la pour ca non? Bonsoir ava, nous abordons ici les problèmes que les personnes apportent avec elles. C'est l'auberge espagnole. Posez votre question (peut-être au prochain chat, car il se fait tard).
27/06/2012 (19:26) Cece Bonsoir M. Apfeldorfer, je vous remercie d'abord de prendre le temps chaque semaine de répondre à nos questions, c'est de loin l'un des outils les plus efficaces du site ! Ma question est la suivante : je vais vivre un an en Allemagne et je crains que ce séjour n'entame la sérénité alimentaire si durement acquise. Toutes les fois où je suis partie à l'étranger, j'ai pris du poids. La nourriture française nous manque, on peine à se satisfaire... Comment gérer ces difficultés ? Merci d'avance pour votre aide ! Je vous comprends : l'Allemagne, on y mange si mal ! La dernière fois que j'y suis allé, j?ai finis par manger dans un restaurant coréen. Mais comme ce n'est pas bon, pourquoi manger beaucoup ? Y a-t-il d'autres problèmes ?
27/06/2012 (19:26) aurorepyr quelles incidences quand on suit un traitement assez lourd suite à un AVC ? quelles précautions à prendre? Merci Quelle est votre question, en fait? Si ce traitement est une gêne pour écouter ses sensations alimentaires? Si ce traitement peut avoir un effet grossissant?
27/06/2012 (19:28) gribouillette bonjour et merci pour ces moments de partage.pensez à un corps que l'on a appris à oublier pendant des années :quel travail!!!dur dur le body scan !!!pensez vous qu'ils nous faillent autant d'annees pour le reaprivoiser? Bah, combien de temps? Quand on aime, on ne compte pas! Bon, plus sérieusement, il faut bien quelques semaines à quelques mois pour faire la paix avec son corps, et refaire un avec lui.
27/06/2012 (19:29) G.Apfeldorfer Bon, ce tchat se termine! Je vous souhaite à toutes et tous un excellent appétit, des aliments dégustés en pleine conscience, avec délectation, en s'arrêtant lorsque le plaisir n'y est plus! Bonne soirée.
Haut de page 
X