Chat du mercredi 6 juin de 18h30 à 19h30 avec G.Apfeldorfer

06/06/2012 (18:30) G. Apfeldorfer Bonsoir, tout le monde. Et c'est parti pour une série de questions-réponses!
06/06/2012 (18:34) LéaLinux Bonjour Docteur et merci pour votre merveilleuse méthode. J'ai commencé il y a à peu près 3 semaines et il y a eu dans ma vie un évènement grave concernant ma fille aînée. je me suis adressée au coach et je voulais vous remercier car j'ai reçu de l'aide au-delà de mes espérances pour m'aider à reprendre le dessus ainsi que des conseils pour la RPC car je n'arrivais pas, compte tenu des circonstances, à la mettre en pratique. Alors pour votre disponibilité, votre professionnalisme, vos compétences et votre vigilance, mille mercis ! Aujourd'hiui grâce à vous et aussi à Marievioloncelle qui a commencé en même temps que moi, je reprends confiance. Car il n'y a rien dans ma vie que je ne puisse supporter, je n'oublierai pas de quelle façon extrêmement positive vous avez su m'aider ! Mille mercis à vous et à toute votre équipe ! léalinux Tout le plaisir est pour nous !
06/06/2012 (18:34) guigui91 Je suis arrivée il n'y apas très longtemps sur ce site, j'avoue que je n'y croyais pas trop au départ mais j'ai déjà perdu 2 kilos depuis. Pour l'instant, je suis motivée mais c'est dur parfois. Surtout pour les grignotages devant la télé. Bonsoir guigui91. Bravo pour ce bon début. Et j'espère que d'ici quelques temps, vous deviendrez capable de manger en dégustant, attentivement, sans télévision. Et aussi, bien sûr, de regarder de bons programmes, sans manger. Posez-vous la question : pourquoi est-ce que je me remplis les yeux, les oreilles et la bouche ?
06/06/2012 (18:39) Tulipe nl Bonjour. Tout d'abord un immense merci pour ce programme. C'est la première fois que j'ai le sentiment d'être traitée avec respect et bienveillance par une équipe de professionnels dans une démarche de perte de poids, qui est, entre temps, devenue bien plus ! Et j?en ai rencontrés ces trente dernières années ! Ma question concerne l?étape dans laquelle je suis, celle qui consiste à reconnaitre la faim en commençant par sauter le petit déjeuner. J?en suis au 3ème jour. Le premier a été étonnant pour moi car après avoir eu faim au réveil ça s?est calmé et j?ai pu aller tranquillement jusqu?au déjeuner, j?avais très faim mais c?était tenable. En revanche n?ayant pas plus mangé (ni moins) que d?habitude au diner, j?ai eu le soir ma première EME depuis le début du programme ! Je l?ai calmée en faisant une séance de rpc et image refuge (et donc pas mangé) mais j?en suis sortie un peu ébranlée. Le deuxième jour je n?avais qu?une faim modérée au réveil mais je me suis très vite sentie fatiguée avec mal à la tête de pire en pire et toute la matinée j?ai été dans du coton, vue troublée, active mais pas en forme, et sans les signes classiques de la faim que je connais (je crois) assez bien. Et cela a perduré après le déjeuner, où je n?avais pas du tout eu besoin de manger plus que d?habitude, la portion habituelle a calmé la faim mais pas le malaise. Aujourd?hui j?ai eu faim au réveil (comme les deux jours précédents) et là je n?ai pas eu envie de sauter le petit déjeuner, je l?ai repoussé d?une petite heure et j?ai choisi ? décidé de le manger. Je pense avoir fait l?expérience de la grande faim au deuxième jour et je ne sais pas comment je dois interpréter mon 3eme jour. Est-ce une interruption ou ai-je simplement réagi en écoutant mes sensations et donc « comme il faut » pour progresser ? Suis-je sur la bonne voix ou est-ce là une autre résistance et un leurre pour ne pas perdre le contrôle ? J?avoue que je ne me fais plus confiance et j?ai du mal à discerner la « bonne » petite voix de celle induite - programmée au fil des ans. Oui, bravo tuplipe, il me semble que vous êtes sur la bonne voie, celle de l?exploration des sensations alimentaires. Pour le moment, laissez-vous porter par les exercices, qui sont là pour vous faire découvrir le détail e vos sensations alimentaires, et vous permettre de voir que la faim peut être votre amie, le signal qui conduit à manger normalement.
06/06/2012 (18:43) Marie-G. Bonjour, voici un petit moment que "j'oublie" ce rdv... J'ai une bonne nouvelle: inscrite depuis deux mois à peine, j'ai découvert la paix dans ma relation à la nourriture. J'ai 45 ans et je n'avais jamais connu cette sensation... C'est tellement dingue. Je supporte la sensation de faim qui est juste de la faim et non plus un vide intersidéral, et même je reste avec elle parfois une à deux heures pour la goûter. J'arrive à m'endormir dans le silence. C'est formidable ! Merci pour votre aide. Et voici ma question : du coup j'ai un peu lâché la méthode pour vivre seule et savourer cette découverte. Je redécouvre la gourmandise et me suis régalée de petits gueuletons en société. J'ai forcément un peu seulement regrossi mais ça y est ! je veux bien à présent revenir à la discipline. Est-ce une étape normale du parcours ? Bonsoir Marie-G. Bravo pour vos progrès ! Bon le fait que vous ayez relâché votre contrôle un peu prématurément vous a conduit à prendre un peu de poids, ce qui ne serait sans doute pas arrivé si vous aviez attendu d'en arriver aux exercices sur le rassasiement, sur la réintroduction des aliments riches. Mais rien de grave. Cela va bientôt rentrer dans l'ordre.
06/06/2012 (18:44) gribouillette Bonjour, je demarre aujourd'hui , je pense que j'ai plus un probleme avec mon corps qu'avec la nourriture; la methode est elle pour moi?suite à des agressions je me suis faite une belle carapace,celle ci s'envollait avec les relations sentimentales, helas, trahison ,et voilà la carapace de retour.depuis ma mènaupose ( 15 ans+) agravation:mais problèmes genoux ,dos. donc il me faut trouver une solution: la votre??merci pour votre réponse Bonsoir gribouillette, Si je comprends bien, vous avez été agressée (sexuellement ?) dans votre jeunesse et vous vous êtes construite une carapace de graisse. Lorsque cela se passait bien sur le plan amoureux, vous pouviez perdre cette carapace, et lorsque vos étiez malheureuse, abandonnée, vous repreniez votre poids. Maintenant, au moment de la ménopause, vous regrossissez. Mais est-ce la même chose ? Les problèmes sont-ils les mêmes ? Pas forcément. Quoi qu'il en soit, il s'agit d'être gentille, compréhensive, patiente avec son corps, qui fait ce qu'il peut. Ce corps est le vôtre, à la vie à la mort, et se fâcher avec lui, le prendre à contre-pied, ne peut que conduire au désastre. Je vous conseille donc de travailler à développer votre écoute de vos sensations alimentaires, c'est-à-dire les messages que vous adresse votre corps. Utilisez aussi les exercices de mise en mouvement du corps proposé sur le site : un corps immobile est un corps en souffrance ! Bien sûr, il s'agit, si vous avez des problèmes de genou, de trouver des exercices qui n'entraîneront pas de blessure.
06/06/2012 (18:45) Flopie Bonjour, j'aurais une question sur l'acceptation de son image après une perte de poids. En effet, j'ai bien perdu avec le programme mais aujourd'hui je ne me reconnais plus dans ce corps (pourtant tant voulu auparavant!); j'ai bien plus de mal aujourd'hui avec le regard des autres qu'avant, je me vois toujours grosse et je supporte difficilement les commentaires sur ce nouveau corps. Avez-vous des conseils pour apprivoiser ce nouveau corps, cette nouvelle image ? Bonjour flopie, Vous posez un problème assez courant chez les personnes qui perdent du poids et qui se sont beaucoup coupées de leur corps : vous n'avez pas intégré votre nouvelle image corporelle, vous n'habitez pas ce corps. De ce point de vue, je vous conseille de bouger : c'est en bougeant qu'on habite son corps, qu'on le ressent, qu'on en apprend les limites. Le body-scan peut aussi vous aider, ainsi que les soins du corps, les massages. Le second élément est la transformation du regard que les autres posent sur ce corps, redevenu objet de séduction à leurs yeux. Le fait qu'on vous regarde avec du désir peut être un problème. Là, la réponse sera différente : il s'agira de faire un travail d?affirmation de soi. Ou encore, peut-être vivez-vous mal qu'on ne s'intéresse à vous que parce que vous avez maigri ? Je veux qu'on m'aime pour moi-même, pas pour mon apparence, dit le crapaud (re)transformé en Prince charmant.
06/06/2012 (18:49) gribouillette bonjour , j'ai compris le stress ne nous fait pas prendre enormement de kilos mais stress et angoisse peuvent-ils empecher une perte de poids? Le stress, l'anxiété modifient tout d'abord le métabolisme et peuvent empêcher de maigrir, à alimentation égale. Et surtout, on mange en réponse au stress et à l'anxiété. C'est surtout cela qui conduit à grossir. D?où l?intérêt de se distancier de son stress, de mieux le vivre.
06/06/2012 (18:50) andromaque56 bonjour, je commence et j'ai l'impression d'etre dans un nouveau controle (celui de la sasieté) et j'aime pas trop ça. comment faire pour être plus cool? Bonsoir andromaque56, Il ne s'agit pas de « contrôler » le moment de la satiété, mais d'écouter ce que notre corps a à nous dire. Notre corps s'exprime au travers de messages, les sensations alimentaires de faim et de satiété, de rassasiement, nos appétits spécifiques. Tout se passe bien si nous sommes à l'écoute et si nous tenons compte de ces signaux. En somme, en ce qui concerne nos besoins (manger, boire, dormir, satisfaire ses besoins naturels) c'est notre corps qui nous commande, et pas nous qui commandons à notre corps.
06/06/2012 (18:50) Vou Bonsoir à tous. Voici ma question, depuis que je suis le programme j'ai appris plein de choses, je suis 100% sure que c'est la solution de mon problème avec le poids etc. Sauf qu'était déjà sortie des privations, je n'ai pas réintroduit les aliments riches petit à petit, bref j'ai pris 10kg depuis que je suis inscrite donc fin octobre. Je ne sais pas par où commencer pour avancer. Je reconnais ma faim, un peu moins ma satieté. J'ai du mal à faire la RPC et je suis bloquée au bodyscanpar manque de temps (je ne trouv epas 30mn pour le faire et quand je le fais le soir je m'nendors) mais je vais bien finir par y arriver. Bref j'ai compris, je vois comment faire mais je n'y arrive pas. Au même titre qu'on peut ne pas réussir à commencer à faire un régime. Je n'arrive pas à commencer à m'écouter vraiment. Je sais que je n'ai pas faim mais je mange quand même. Oui je sais c'est stupide. Donc EME evidemment sauf que je n'en trouve pas réellement la cause. Bref je résume et complète 08/2010 je pèse 97kg j'ai accouché depuis 6 mois. Je me lance dans D.ukan (allez y jetez moi des pierres :D) Je descend à 76. J'arrête de fumer en mars 2011, j'arrête D.ukan petit à petit. Je m'inscris à linecoaching le 30 octobre 2011 je crois je père 92kg aujourd'hui je pèse 103 kg. Ma question maintenant que dois-je faire.? Par où recommencer ? Je suis souvent tenter de reprendre un régime type ww au moins pour limiter les dégats. Bref je rigole mais en vrai je suis un peu perdue et stressée par tout ça. Ne pouvant pas être présente au moment du chat, je lance une bouteille à la mer...Ah oui j'ai déjà eu une coach au téléphone. Merci d'avance Bonsoir vou, Je pense que vous n'êtes pas toute seule à errer de méthode en méthode, et finalement à aggraver vos problèmes. Vous avez maigrir grâce à DKan, et vous regrossissez aussi grâce à lui ensuite ! Si de surcroît, vous arrêtez de fumer, cela devient plus difficile encore. Bref, vous avez (re)pris du poids et vous êtes perdue. Axez-vous sur 2 éléments : 1) Puisque vous avez de la difficulté à pratiquer les séances de pleine conscience, je vous propose de les remplacer (peut-être temporairement, dans un premier temps) par la « toile de pleine conscience » qui vous permettra de vivre vos journées en y mettant de la pleine conscience dedans : Mini dégustation en pleine conscience 1. A chacun de vos repas et à chacune de vos collations, vous ferez trois bouchées de dégustation en pleine conscience au moment où vous le désirez dans le repas. Vous alternerez vos trois bouchées de dégustation par des moments en « attention partagée », c'est-à-dire des moments où votre attention est portée sur les échanges avec les autres à table. Mini marche en pleine conscience: 2. A chacun de vos micro déplacements de la journée (par exemple d'un bureau à l'autre) vous ferez une mini marche en pleine conscience. La description de la marche en pleine conscience se trouve dans vos « outils/ Pleine conscience ». Mini respiration en pleine conscience: 3. Enfin, vous ferez trois cycles de respiration en pleine conscience à chaque changement d'activités. Lorsque vous pratiquez ces exercices, veillez à accueillir les pensées et émotions qui se présentent, en revenant à chaque fois sur le focus de l'exercice. 2) Reprenez les exercices alimentaires de bas, en particulier ceux sur la faim et la réintroduction des aliments riches.
06/06/2012 (18:51) andromaque56 bonjour, vous dites que l'on peut manger à sasieté mais même des aliments gras? Bonsoir andromaque, Les aliments gras sont rassasiants sous de petits volumes. On n'a pas besoin d'en manger beaucoup pour arriver à satiété. Ils provoquent des sensations intenses en bouche, très satisfaisantes, mais la saturation gustative vient vite, et si on continue à en manger, ils deviennent écoeurants. Mais bien sûr, les choses ne se passent ainsi que si on mange lentement, en dégustant, sans la moindre trace de culpabilité. La culpabilité à manger des aliments gras empêche la perception du rassasiement, entrave le contentement à manger. Dans ces conditions, on ne peut plus s?arrêter. Mais notre programme est prévu pour vous sortir de là !
06/06/2012 (18:52) Tulipe nl Aaaahhh Merci beaucoup ! Me voilà rassurée. A vrai dire, je n'avais jamais redouté la faim et j'ai eu très peur hier que ça commence à être le cas. En ce moment j'ai un peu la parano que mon instinct soit en fait un vieux reste de contrôle déguisé... et donc que je ne puisse pas m'y fier. Auquel cas je serais complètement perdue ! Alors que je me sens au contraire plutôt forte et en grande confiance avec votre programme. Merci. Bonne avancée, bonne route!
06/06/2012 (18:53) tamar Bonsoir doc, il y a quelque temps j'ai écouté pour la première fois l'enregistrement à la tolérance au bruit (je ne sais pas s'il figure dans le programme, si oui je n'en suis pas encore là), et c'est une véritable séance de torture, ce qui m'a beaucoup étonnée de votre part. Avant de récidiver, j'aimerais une confirmation de votre part que cela présente une utilité quelconque de se l'infliger. Merci d'avance. Bonsoir tamar, L?exercice de la tolérance à des bruits déplaisants est un exercice d'acceptation des inconforts, en l'occurrence des inconforts sonores. Lorsqu'on est confronté à un inconfort, on peut avoir une réaction impulsive d?évitement. On cherche à éliminer l'inconfort, ou si cela semble difficile, on cherche à créer une situation qui l'efface. Par exemple, on peut avoir une impulsion en direction de la nourriture, et avoir donc une compulsion alimentaire. Lorsqu'on devient capable de mieux tolérer une situation inconfortable, on peut se dispenser de cette impulsion. Vous vivez les bruits inconfortables comme une « séance de torture », sans doute parce que vous partez du principe que vous devez supprimer tous les inconforts, ou les amoindrir. Mais alors, que faites-vous lorsque vous avez une rage de dents, lorsque vous avez une douleur musculaire, un voisin bruyant, un patron pénible, un collègue bavard, trop de travail, des pensées que vous préféreriez ne pas avoir ? Certains désagréments sont à accepter, parce qu'on ne peut pas changer ce qui les provoque. Il s'agit de respirer avec, de leur faire un place en soi, sans qu'ils prennent toute la place et nous empêchent de faire ce que nous avons à faire. Bien souvent, notre inconfort ne provient pas du bruit, ou de la situation, mais de notre jugement sur ce bruit ou cette situation.
06/06/2012 (18:56) gribouillette avez - vous des astuces pour dormir plus.je dors 5heures voir 6, je m'endors ou sommenolle dans la journée. surtout si je mange ,meme un peu, j'ai un coup de pompe. qu'en pensez-vous? merci Si je comprends bien, gribouillette, vous avez des insomnies. Mais de quel genre ? Vous n'arrivez pas à vous endormir ? Vous vous réveillez dans la nuit ? Est-ce dû à de l'anxiété ? Essayez-vous de vous forcer à dormir ? Les insomnies peuvent avoir diverses causes, qui sont à détailler afin de trouver des réponses adaptées, et bien entendu, cela provoque de la somnolence inconfortable durant la journée.
06/06/2012 (18:57) Nanouche Bonsoir docteur, j'arrive en fin de programme, je me gère pas trop mal, mais il me semble que mon côté "bonne élève" domine encore. J'ai l'impression que je veux "faire juste" et que le changement n'est pas encore total. est-ce un étape habituelle ou vais-je retomber dans mes petits travers dès la fin du programme? Merci de votre réponse e Bonsoir nanouche, Le côté « bonne élève signifie sans doute que vous faites les choses pour les autres, plus que pour vous-même. Il s'agit maintenant pour vous de devenir votre propre coach, d'être votre propre référence. J'agis avec cette idée : je fais de mon mieux, pour mon bien, selon mes critères. Je me pose des questions comme : suis-je en accord avec moi-même en agissant ainsi ?
06/06/2012 (18:57) gribouillette bonjourje fume beaucoup ,je pense que c'est la meme chose que de se gaver!!! je veux stopper mon esclavage mais:trop de poids alors aprés...votre methode peut elle etre une solution,je pense que mon poids et la cigarette sont liéepour moi ? qu'en pensez-vous, merci pour la reponse. Vous avez raison, gribouillette, on peut fumer pour les mêmes raisons que celles qui conduisent à manger : il s'agit de détourner son attention de pensées et d'émotions pénibles, de se maintenir occupée, de se créer des sensations. Mais le tabac a aussi un effet coupe-faim indéniable. Je vous conseille de ne pas vous presser et de ne pas chercher à tout faire à la fois.
06/06/2012 (19:00) misszen Bonjour, je débute la méthode et j'en suis très contente, je voulais savoir une chose sur les différents aliments et leur rapport à la faim : vous dîtes qu'il ne faut pas avoir d'aliments tabous mais n'est-il pas vrai que certains déclenchent plus la faim que d'autres (rapport sucre/insuline ?) ? merci de votre réponse Bonjour misszen, Vous faites sans doute référence à l'index glycémique, à cette idée que les aliments à fort index glycémique, qui sont absorbés rapidement par le tube digestif, déclenchent plus rapidement la faim. La question est en réalité très complexe, et mêle des éléments de physiologie et de psychologie. Dans ma réponse, je laisserai de côté la psychologie, pour cette fois. La différenciation entre sucres simples et rapides d'un côté, sucres complexes et lents de l?autre, est aujourd'hui caduque. Le fructose des fruits, par exemple, qui est un sucre simple, se comporte comme un «sucre lent». Le pain blanc, pourtant composé d'amidon, se comporte quant à lui comme un sucre rapide. On s'est aussi rendu compte que ce qui importe, ce n'est pas tant la nature du nutriment que celle de l'aliment pris dans sa totalité. On s'est donc mis à distinguer, dans les années 1980, des aliments à index glycémique élevé, dont les sucres passent rapidement dans le sang, et des aliments à index glycémique bas, digérés lentement. Peut-on se fier aux tables d'index glycémique pour choisir ses aliments ? Pas tant que ça, quand on sait que les modes de préparation et de cuisson influent de façon importante sur l'absorption des glucides en modifiant les caractéristiques physicochimiques des aliments : par exemple, une soupe avec des pommes de terre en morceaux aura un indice glycémique plus bas qu'un potage fait des mêmes pommes de terre réduites en purée ! Et puis, ce qui compte aussi, c'est ce qu'on mange avec sa soupe. Ainsi les lipides contenus dans le fromage qui vient après la soupe diminuent l'index glycémique du repas. Enfin, n'oublions pas les quantités de glucides consommées, qui ne sont pas prises en considération dans cette affaire d'index glycémique. Certes la purée de pomme de terre et le miel ont tous deux le même index glycémique de 90, ce qui est élevé, mais la quantité de glucides apportée par 100 grammes de miel est nettement supérieure à celle apportée par la même quantité de purée. D'un autre côté, on ne mange le miel dans les mêmes quantités que la purée! Pour corriger cela, certains ont récemment tenté de promouvoir un nouvel outil d'évaluation, la charge glycémique, qui tient compte de l'index glycémique ainsi que de la quantité de glucides présente dans une quantité d?aliment, malheureusement standard. Quel casse-tête ! Et ce n'est pas fini : car voilà maintenant qu'on constate qu'il faut aussi tenir compte du mangeur : pour un même aliment, la vitesse d'absorption des glucides peut grandement varier d'une personne à l'autre, selon son métabolisme ou son niveau d?activité physique ! En définitive, ne ferait-on pas mieux de s'en tenir à quelques règles simples ? On peut ainsi conseiller de préférer les aliments complexes, qui mélangent les glucides avec d'autres éléments, quels qu'ils soient. Voilà qui conduit le plus souvent à cuisiner, c'est-à-dire à ajouter des matières grasses, entre autres choses. Question cuisine, on évitera les cuissons trop poussées, on préférera les aliments qui se présentent en morceaux à ceux qui sont réduits en purée.On peut aussi conseiller de consommer des plats garnis et de faire des repas comportant plusieurs aliments. Tout ça pour ça? Ne le savions-nous pas déjà, que faire des repas était une bonne façon de manger? Nos cultures alimentaires, issues de centaines d'années d'expérimentations, ne nous donnent-elles pas le mode d?emploi de la plupart de nos aliments ? Quant aux aliments tabous, pourquoi en avoir ? Si rien n'est tabou, si on ne s'interdit rien, qu'on a ce qu'on veut quand on veut, pourquoi vouloir abuser ?
06/06/2012 (19:03) Elena33 Bonjour Docteur A, je suis toute nouvelle ici et je me pose une question. J'ai l'impression que vous ne distinguez que deux envies de manger : faime et EME. Mais n'est-il pas possible d'avoir envie de manger simplement parce qu'un aliment très tentant est sous nos yeux, sans véritable faim et sans EME particulière ? Bonsoir elena, on peut effectivement avoir de l?appétit sans faim pour un aliment donné. Mais sans faim, on n?y prendra guère de plaisir gustatif. Quand on mange en raison d'une EME, ce n'est pas le plaisir gustatif qu'on recherche, mais le réconfort que peut nous procurer l'aliment. Ai-je répondu à vos questions?
06/06/2012 (19:05) dory bonjour, pourquoi avons nous autant besoin de sucré même quand on sait que le plaisir apporté va être si court ? Quand j'ai envie de chocolat je me dis : après quelques secondes de plaisir que restera-t-il ? pafoiis cela me permet de résister à cette envie. Le temps passé n'est nullement l'élément majeur permettant de juger de l'importance d?un plaisir. La jouissance sexuelle, l'orgasme ne sont pas des sensations qui durent longtemps, et pourtant, la plupart des personnes y attachent une certaine importance. Mais votre erreur n'est pas là : elle est de manger bien trop vite votre chocolat. Manger un morceau de chocolat, en le dégustant, avec attention, dure en fait longtemps. L'aliment séjourne longtemps en bouche, et le goût persiste de longues minutes par la suite (si le chocolat est de bonne qualité). Si vous êtes si pressée d?avaler, c?est sans doute parce que vous n'avez pas encore appris à déguster, et à vous réconforter avec ce chocolat. Le programme va vous y aider. Patience !
06/06/2012 (19:06) Marie-G. Merci pour votre réponse. Est-ce que je peux solliciter le coach pour lorsque je vis quelque chose qui modifie mon attitude face à la nourriture ? Ca m'éviterait peut-être de décrocher ? A vrai dire je n'ose pas le faire... Le coach est justement là pour ça. n'hésitez pas!
06/06/2012 (19:08) isa57 Bonjour docteur D'apres ce que j'ai lu je pense que j'etais beaucoup dans la restriction et considerais certains aliments comme diaboliques. j'ai découvert que même si c'est des aliments qui me plaisent, que je choisis et que je vais acheter si je n'ai pas, en réalité passé la 1ere bouchée, je me dis que c'est bon et mange tout le reste sans plaisir. Je m'aperçois aussi qu' à table tout ce que je mange c'est sans plaisir. Quand je mange par compulsion c?est la même chose,en plus c'est aussi de m'obliger à manger quand mon ventre dit non, une part de ma raison dit stop et qu'un autre part de ma raison dit pas de gaspillage, tu finis ! J?éprouve un sentiment de culpabilité de laisser dans mon assiette, ou de jeter à la poubelle Bonsoir isa57, Je suis très heureux de vous lire. Vous commencez à vous observer, découvrez vos fonctionnements sur le plan alimentaire. Pas de plaisir. Quand il n?y a pas de plaisir à manger, on ne peut plus s?arrêter. Grâce au programme LineCoaching, comme vous allez le découvrir, votre comportement alimentaire va peu à peu évoluer, se modifier en profondeur. Vous pourrez d?ici quelques temps manger POUR le plaisir, et vous arrêter à la fin du plaisir. Et vous abandonnerez sans doute la culpabilité, pour découvrir que votre alimentation se régule spontanément.
06/06/2012 (19:09) capuccino Bonsoir, je voulais juste faire part à Tamar de mon expérience sur la PC et l'intolérance aux bruits. Au début moi aussi je trouvais cet exercice horripilant. Aujourd'hui après l'avoir pratiqué des dizaines de fois en pleine conscience totale, j'arrive à entendre au-delà du brouhaha, les conversations de certaines personnes. Etonnant non ? Essaie et tu pourras surement toi aussi les percevoir au delà du bruit. Je transmets donc! Mais nous ne sommes pas sur le forum!
06/06/2012 (19:11) andromaque56 comment controler leplaisir gustatif en sachant que cela peut nous faire grossier Vous allez découvrir que lorsque'on mange pour le plaisir (en dégustant) en s'arrêtant quand le plaisir se termine, qu'on maigrit et qu'on ne grossit pas! Eh oui, car on ne peut pas manger avec plaisir tant que ça, en fait! S'agissant d'aliments riches.
06/06/2012 (19:11) maboule bonjour, comme je ne ressens pas la satiété avec le ventre, je me base sur le plaisir de manger : plus d'envies, de plaisir j'arrête, et pour l'instant cela marche plutôt bien, sauf que parfois je ne ressens plus de plaisir à manger et je n'ai plus envie de rien mais j'ai encore une impression de creux à l'estomac, alors est ce parce que je mange trop vite ? ou parce comme j'écoute ma faim j'arrête beaucoup plus tôt que d'habitude et ma ration calorique n'est plus du tout la même qu'avant et il faut que mon estomac s'adapte ? je me sens un peu perdue, merci. Bravo maboule pour ce bon début ! Vous avez bien raison, maboule, de vous fier à votre bouche plutôt qu'à votre ventre. Le rassasiement consiste en une disparition du plaisir gustatif, et se ressent donc en bouche. On est alors rassasié de l?aliment que l'on mange. Mais on peut avoir encore faim, et désirer un autre aliment, pour lequel on aura encore de l'appétit. Puis à la fin du repas, on se désintéresse de la nourriture, c'est la fin de la faim, la satiété. Le rassasiement n'est réellement perceptible que pour les aliments à densité calorique élevée. Voilà pourquoi le chocolat ne se mange pas de la même façon que les haricots verts. La satiété est en quelque sorte une sensation négative : c'est la non faim, un désintérêt pour la nourriture en général, le sentiment qu'on « a ce qu'il faut ». Cette satiété prend un peu de temps à apparaître, et il est donc important de prendre son temps pour manger. Quant au remplissage du ventre (au creux qu?on peut encore ressentir si on a pris l'habitude de manger de gros volumes) ce n'est pas une sensation fiable : tout dépend de quoi le ventre est plein. Mieux vaut ne pas se fier à cette sensation. Peu à peu, elle va perdre son importance pour vous.
06/06/2012 (19:12) isa57 Bonjour docteur D'apres ce que j'ai lu je pense que j'etais beaucoup dans la restriction et considerais certains aliments comme diaboliques. j'ai découvert que même si c'est des aliments qui me plaisent, que je choisis et que je vais acheter si je n'ai pas, en réalité passé la 1ere bouchée, je me dis que c'est bon et mange tout le reste sans plaisir. Je m'aperçois aussi qu' à table tout ce que je mange c'est sans plaisir. Quand je mange par compulsion c?est la même chose,en plus c'est aussi de m'obliger à manger quand mon ventre dit non, une part de ma raison dit stop et qu'un autre part de ma raison dit pas de gaspillage, tu finis ! J?éprouve un sentiment de culpabilité de laisser dans mon assiette, ou de jeter à la poubelle comment retrouver le plaisir de manger ? comment arriver à se comprendre soi même ? Bonsoir isa57, Je suis très heureux de vous lire. Vous commencez à vous observer, découvrez vos fonctionnements sur le plan alimentaire. Pas de plaisir. Quand il n?y a pas de plaisir à manger, on ne peut plus s?arrêter. Grâce au programme LineCoaching, comme vous allez le découvrir, votre comportement alimentaire va peu à peu évoluer, se modifier en profondeur. Vous pourrez d?ici quelques temps manger POUR le plaisir, et vous arrêter à la fin du plaisir. Et vous abandonnerez sans doute la culpabilité, pour découvrir que votre alimentation se régule spontanément.
06/06/2012 (19:13) Tulipe nl Je suis aussi très intéressée par la rpc et je vois là un moyen de m'aider à résoudre bien des problèmes. Notamment des sautes d'humeur qui semblent apparaitre une fois par mois et que je ne veux ni mettre exclusivement sur le compte des hormones ni subir et faire subir à mon entourage. J'ai même commandé des livres pour initier à la méditation et la pleine conscience (suite à des commentaires du forum). Est-ce qu'il y a des exercices de rpc ou de méditation pour lesquels il vaut mieux patienter d'être avancée dans la méthode ou est-ce mener les deux apprentissages en parallèle peut être tout aussi bénéfique ? Pas de problème, tulipe, pour avancer dans la pleine conscience. Faites les exercices à votre disposition. Vous découvrirez que certains, sans doute, vous conviennent mieux que d'autre. Ce qui ne signifie pas qu'il faille négliger certains exercices qui ne nous plaisent pas, parce qu'ils nous confrontent à une difficulté. Bonne avancée !
06/06/2012 (19:17) celisaone Bonsoir à tous, désolée pour le retard (récupération des enfants et rangement des courses...). Je suis la méthode depuis 5 mois, elle m'a apporté beaucoup. Je sais déguster, respirer, écouter mon corps. Mais, mais, mais, j'ai toujours l'index glycémique des aliments qui s'affiche dans ma tête, je me dis qu'il faut que je fasse une heure d'endurance tous les deux jours pour maigrir, je suis très "technique". Est-ce qu'à un moment donné de la méthode, on parle de la qualité des aliments, de ce qu'ils apportent au corps ? J'ai longuement répondu sur l'index glycémique! Notre corps est si excellemment fait, les traditions alimentaires françaises sont si bonnes, en moyenne, que nous n'avons pas réellement besoin de nous occuper activement de notre équilibre alimentaire. cela s'équilibre naturellement, en raison de nos appétences et de nos traditions. En ce qui concerne la qualité des produits, par exemple leur contenu vitaminique, minéral, la qualité des graisses, c'est un autre sujet. je l'aborderai une autre fois, si vous permettez.
06/06/2012 (19:18) Vou Merci beaucoup pour votre réponse, je vais recommencer par ça, J'avoue que je me décourage un peu mais que je suis convaincue du bienfondé de votre méthode !!! Encore merci Il n'y a pas de raison de vous décourager. Il y a simplement du pain sur la planche!
06/06/2012 (19:23) Sandrine_Novembre Bonjour Docteur, Lors d' EME, je pratique souvent la RPC de 3 min. Si le besoin de manger diminue, l'émotion que je vis décuple. J'arrive à vivre et à respirer avec elle, mais la souffrance (le terme vous parait-il un peu fort ?) devient souvent poignante et physique. Je me trouve alors confrontée à un véritable supplice, non pas parce que je manque de nourriture, comme je l'aurais pensé, mais parce que cette rencontre avec mes émotions est un choc que j'ai du mal à assumer sereinement. Depuis plusieurs semaines, je n'ai eu aucun plongeon dans l'excès alimentaire, j'affronte ce que je vis ou ai vécu de front, mais je suis épuisée à en perdre le sommeil. Pensez-vous que ce bouleversement s'atténuera ou avez-vous un conseil à me donner pour cette longue traversée du désert ? D'avance merci pour votre réponse. Bravo sandrine : vous rencontrez (enfin) vos émotions que vous fuyez depuis si longtemps. Pour le moment, elles vous paraissent très intenses, en quelque sorte par contraste. Mais vous allez vous habituer et vos émotions vont peu à peu vous apparaître comme supportables. D'autant plus qu'elles ont tendance à se calmer d'elles-mêmes dès lorsqu'on les accepte. Pratiquez autant que possible la pleine conscience pour les vivre sans évitement, aussi sereinement que possible.
06/06/2012 (19:24) gribouillette comment mettre son corps en mouvement lorsque tout vous pousse à l'oublier? Eh oui, remettre son corps en mouvement oblige à en prendre conscience. Mieux vaut cette douleur passagère de la prise de conscience que de continuer à être coupée de son corps, ne croyez-vpus pas?
06/06/2012 (19:26) Tulipe nl J'habite aux Pays-Bas et mon mari est néerlandais, savez-vous si il y a des docteurs/groupes dans la même ligne de pensée que la votre ici ? Je cherche entre autres un site qui lui permette de comprendre un peu mieux votre démarche et votre méthode. Désolé, je ne connais pas pas l'équivalent en langue néerlandaise, ou de groupe allant dans le même sens, pour la Hollande.
06/06/2012 (19:30) G. Apfeldorfer Bon, iul y a quelques questions auxquelles je n'ai pas eu le temps de répondre. si vous êtes dans ce cas, je vous propose de les reposter. je vous souhaite une bonne soirée et bon appétit. A manger attentivement, en espérant que ce soit bon, que cela corresponde à vos attentes!
Haut de page 
X