3 respirations, 3 1ères bouchées à déguster - 06012014

Lavienrose.
Abonné
Après mon dessert d'hier catastrophique... Cad que je l'ai englouti alors que je m'étais préparée un truc digne d'un Resto 10 étoiles.... Belle assiette, une belle crêpe confectionnée avec œuf de roussette une des poules...une petite coupelle avec un quart de citron vert et idem avec du sucre en poudre parfumé à la vanille rapportée d'Inde!!! soit j'ai une mémoire de poisson rouge cad que la crêpe je l'ai rêvé et pas englouti ou soit je me remets aux fondamentaux définitivement je ne suis pas un cyprinidé!!! Je préfère me respecter. Je me suis décidée à faire un mix des défis . Qui veut de joindre à moi et partager ses experiences? 3 grandes et lentes respirations Et les 3 premières bouchées à déguster. Cela implique de mettre à la bouche calmement de mâcher longuement ... Bref de déguster Ce matin j'ai oublié les 3R... Et la dégustation a été trop rapide en bouche à mon goût.

Commentaires

Noelle
Marraine

C'est super, Mavo, que tu t'offres cette journée de remise des pendules a l'heure!

Patience
Marraine
Mavo, D'accord avec Noelle. Je me suis payée le luxe d'aller à deux journées du Dr A. (1 sur la prise en main du programme et 1 sur le perfectionnisme) et je ne regrette absolument pas mon investissement. J'y ai à chaque fois retrouvé les bases, le bon sens, des échanges riches, des pistes pratico-pratiques et l'humour de ce médecin avec qui, soudain, tout cela ne semble plus si grave que ça... Je te souhaite de bien en profiter ! Au plaisir de te lire
mavo.
Marraine

Merci !

J'aimerais que cela m'aide à me sortir de ces dernières semaines en dents de scie. J'ai le sentiment de faire du sur place, à force d'avancer et de reculer. Les premiers mois, j'ai bien avancé sur le comportement alimentaire. Les quelquesmois suivants, c'est plutôt côté RPC et émotions que j'ai compris des trucs. Mais j'ai le sentiment de ne pas arriver à connecter l'un et l'autre, en gros. Et en tout cas de ne pas arriver à "transformer l'essai", à passer du côté de la compétence inconsciente.

Dès que j'ai "le dos tourné", dès qu'il y a un peu plus d'inconfort, un peu plus de soucis dans le quotidien, je perds pied. J'ai l'impression qu'il ne manque pas grand chose, mais ce petit truc, ce petit déclic m'échappe.

Bon, je sais qu'il faut aussi que je me méfie de l'attente "coup de baguette magique" !...

Allez, bonne journée, bonnes respirations !

liegama.
Ancien abonné

Encore un moment de passé sans venir sur le site. Merci à vous toutes pour les conseils; Isabelle, je sais bien que je suis en lutte mais pour le moment toujours en fuite. Et Soleluna oui, il y a peut être un peu de pression mais je suis moins dans la recherche de perfection. Justement durant ces vacances de Noël où j'arrivai à respirer, profiter, déguster j'ai bien relâcher la pression et je suis rentrée un peu différente. Je me suis octroyée de grandes pauses quand j'en avais besoin je me suis autorisée à me reposer sur notre employée et j'ai arrêté de faire la course  à la perfection avec le magasin. Mais depuis 10 jours notre employée a donné sa dem, et je m'inquiète maintenant de trouver quelqu'un d'aussi bien. Ca commencé à bien tourner. Des matins comme celui ci, elle est au magasin et je suis à la maison à traiter des factures mais aussi à prendre un peu de temps et c'était chouette de pouvoir faire cela. Mais maintenant si on est que tous les deux avec mon mari, ça va faire plus dur. 

Question dégustation j'arrive pas bien à attendre ma faim en ce moment et du coup la dégustation ne se fait pas non plus. Je suis assez en mode automatique, je commence à manger debout dans la cuisine. Pour moi ce n'est pas entre les repas mais au moment des repas et surtout les quantités avalées qui font que je grossis en ce moment. Je ne me pèse pas mais je sens bien à mes pantalons que j'ai du prendre 3 à 4kg au moins et je n'aime pas du tout ce ressenti du corps lourd, d'être plus essouflée, d'être un peu plus fatiguée, d'être lourde après chaque repas, de moins bien dormir à cause d'une digestion difficile. 

Et du coup viennent avec ces kilos la panique de continuer à grossir et cette panique m'envoient pleins de pensées automatiques types : remets-toi au régime, tu vois bien que ça marche pas cette méthode, tu ne peux pas te faire confiance etc... bref pas très bienveillant tout ça. Et plus je me tape dessus, plus j'ai des EME. 

Je sais que pour sortir de ce cercle vicieux, je dois prendre un instant après l'autre, être gentille et bienveillante envers moi même et surtout patiente et confiante que la courbe va s'inverser. Que c'est dur! Surtout après plus de deux ans de parcours, je vis tout cela comme un ultime échec. 

izabelle
Animatrice forum

courage Liegama, souviens-toi comme cet été tu avais mis en place des automatismes qui te réussissaient

c'est tout de même un peu normal que maintenant avec ton activité plus la responsabiilté de faire que  "ça tourne",   tu sois stressée,  surtout avec cette problématique d'échec qui semble qqchse de présent en toi

tu t'es reposée sur ton  employée et hop.....elle s'en va.....  ah là là,  on essaie de lacher prise et voilà......

j'ai souvent constaté ce genre  de "barrage"  quand on veut changer, et c'est normal

à toi d'accueillir tous les ressentis qui sont pour l'instant trop pénibles et que tu fuis

n'hésite pas à aller chercher du côté de l'échec puisque tu le soulignes dans ton post,  peut-être aussi  tu as peur de l'échec dans ton travail,  du coup la pression est énoooorme.... simple hypothèse

j'espère que tu vas vite pouvoir te reconencter à toi-même

mavo.
Marraine
Hello liegama Il n'y a pas d'echec ici, puisqu'il n'y a pas vraiment d'obejctif, enfin en tout cas en terme de perte de poids... Tu n'es pas en échec, tu es en chemin... Et parfois le chemin fait des détours, repart un peu en arrière, monte une petite côte... Retourne un peu lire ton blog, regarde tout le chemin que tu as parcouru !!! Tu vis une aventure très importante avec l'ouverture du magasin, pas étonnant que le sujet alimentation soit un peu moins prioritaire pendant un petit moment. Pas trop de pression, de la patience et de la bienveillance, et sûrement un peu de défusion autour de cette employée qui s'en va (qu'est-ce qui se joue pour toi là-dedans : abandon, culpabilité, colère ??). Le fait que tu sois présente ici, c'est déjà un super cadeau que tu te fais, alors bravo ! Je pense bien à toi.
Soleluna.
Ancien abonné

Ah Mavo, t’as bien raison pour cette journée du 22 ! Moi aussi je n’exclue pas d’en refaire une. Tu n’y arrives pas, tu es sous l’eau (comme je connais), mais tu es toujours là, tu es en contact, tu gardes ton fil, je crois que c’est beaucoup déjà. Perso, le plus souvent j’arrivais pas à faire ça, je disparaissais et coupais tout pendant de longs longs mois.

Les 3R, 3B, pareil je fais du mieux que je peux. En fait, comme je ne mange jamais seule et le midi au bureau avec les collègues qui parlent boulot (ô joie), je me concentre sur le goût, j’oublie, j’en prends conscience, j’y reviens, et in fine je crois que je pratique l’attention partagée ou je sais plus comment ca s’appelle. C’est déjà pas si mal. Et le contact avec la respiration et la dégustation est là, à tous les repas, grâce à notre petit défi, ça me sert de fil, même si c’est pas parfait, c’est super.

Les EME… moi aussi, j’en ai eu pas mal la semaine dernière. Je sais pas trop pourquoi. Bon, j’imagine que le fait que j’ai du changer mon alimentation, et restreindre une nouvelle fois mon champs des possibles n’y est pas pour rien (en plus du végétarisme et de l’ayurveda, me voici au sans gluten, sans lactose et sans sucre ! au secours !!!). Et par ailleurs, objectivement, j’ai été plus que chahutée, il s’est passé des trucs.

In fine peu importe la raison de mes EME. Je ne cherche plus à savoir absolument comme par le passé. Je me dis que si j’arrête de me turlupiner, ca remontera de soi, comme une petite bulle de savon.

Face à l’EME, je me l’autorise. Toujours pas d’EME Zen pour l’instant, je suis sur plein de fronts (je suis un programme de Mindfulness dans la vraie vie ;)), ca viendra. Et je me dis que ça sert d’entraînement. Lors de la journée de thérapie avec le docteur Z, où l’on s’était rencontré avec Liegama et Mavo (yeah), le docteur Z nous disait que pour réussir à gérer les EME il faut s’entrainer à se réconforter, y compris à froid ! Yes ! à froid, pour savoir gérer pendant la crise. Donc je me suis cherché un genre de nutella sans gluten, sans lactose mais avec du sucre (ben ouais hein) et c’est mon arme. Et c’est bon. Et je ne culpabilise pas, parce que je m’entraîne à froid hein ? (eh ouais, qu’est-ce qu’on ferait pas pour être bon élève ;)) Du coup quand l’EME arrive, je l’observe un peu, sans jugement (enfin, j’évacue le jugement, parce qu’il pointe son nez, du genre tu vois, ça sert à rien, c’est de nouveau là blablabla), et si l’envie est forte, j’y vais, tranquilou, et ma prise alimentaire est franchement plus que raisonnable. Y’a plus le truc, foutu pour foutu… Et vous savez quoi ? Je me réconforte, j’ai plaisir et non seulement je ne grossis pas, mais je perds du poids ! (je suis montée toute tremblante sur la balance et ô surprise)

Liegema, je rejoins Izabelle et Mavo sur ce qu’elles t’ont dit. L’idée de relire ton blog, pour réaliser le chemin parcouru me semble bien judicieuse. Parfois nous avons l’impression de régresser ou de stagner, mais en réalité ce sont des phases d’apprentissage hyper importantes. Et après on a l’impression que tout se décante et se met en place, mais je crois que ces phases qui ont porté ca. La terre aussi a besoin d’hiberner pour nous offrir le printemps, l’été et le feu d’artifice de l’automne. Ca tombe bien, bientôt le printemps :)

FRED73
Marraine
Coucou les filles, Moi aussi j'aurais bien aimé refaire une journée thérapie mais depuis septembre toutes les dates proposées ne me conviennent pas ! Soit, je bosse ( quelques samedis dans l'année) soit c'est les vacances scolaires et en général je ne suis pas là. Surtout que cette fois ci c'est en plein milieu des vacances... J'aimerai faire une journée sur les problèmes du corps : sa perception, les ressentis etc... Et il me semblait que pendant la journée avec le docteur Zermati, il nous avait demandé si ça nous serions intéressés par une journée de ce type. Ça vous dit quelque chose où j'ai rêvé ? J'aurais vraiment eu envie de Vous revoir et de voir aussi les fidèles du forum que j'ai l'impression de déjà connaître un peu. J'avais perdu un kilo après cette journée mais je l'ai repris pendant les vacances de la Toussaint et je n'arrive plus à m'en séparer !!! J'ai l'impression d'être plus à l'écoute de mes sensations mais j'ai encore beaucoup de mal à m'arreter de manger quand je n'ai plus faim alors que je sens très bien quand ce moment arrive ! Par contre, j'ai remarqué un truc : quand je m'arrête un moment je ne peux plus remanger après alors que si je mange vite sans m'arreter je peux encore engloutir beaucoup ! Alors souvent quand je sens que je n'ai plus faim j'accélére pour pouvoir finir mon assiette ! C'est vraiment bête... Il y a sans doute quelque chose que je veux faire disparaître sous une couche de nourriture ! Supporter l'inconfort, voilà ce que quoi je dois encore travailler. Bisous à toutes, je pense à vous !
mavo.
Marraine
C'est marrant ce que tu dis Fred, ça rejoint une réflexion que je me faisais ce matin même. Globalement, le plus souvent, je sors de table avec le sentiment d'avoir trop mangé, et notamment parce que je mange vite, je me "bourre". Je sais qu'une clé pour perdre encore un peu de poids est là, dans le fait de réduire les quantités. Quitte à remanger entre deux repas si j'ai faim d'ailleurs. Mais rien que d'y penser, ça m'ennuie, ça m'agace, comme une privation, un plaisir en moins. Rationnellement je trouve ça plutôt déplaisant, de trop manger, d'être ballonnée et pas respectueux de mon corps. Mais emotionnellement, c'est une autre histoire ! Manger plus léger, ce serait quoi ? Moins me protéger ? Je ne sais pas, je bloque à ce stade de la réflexion. Bon je vous promets de vous raconter la journée du 22. Je garde un super souvenir de la précédente journée où nous avions fait connaissance avec certaines d'entre nous. Merci les filles de vos commentaires. Merci soleluna de ta bienveillance ! Et bravo pour le réconfort à froid. Tu vois je m'en souviens bien mais je n'ai quasiment pas pratiqué ! Merci du rappel...
marieal.
Inscrit

bonsoir,

Mavo, ce questionnement je l'ai eu aussi sur la necessité de manger trop, et il y a un tchat très intéressant ( combler le vide)  la dessus avec Dr A... en fev ou avril 2013.

Je voulais vous faire part d'une de mes lectures de vacances: le ho'opononpono... c'est une philosophie hawaienne qui rejoint la pratique de la pleine conscience sur plein de trucs. Par contre, elle me parait insister encore plus sur le lacher-prise , et le fait qu'il ne faille pas chercher trop à tout expliquer, tout guérir, tout comprendre mais bien s'autoriser le pardon et la bienveillance sans plus d'explications, faire conscience à son Dieu intérieur pour guérir les blessures sans necessairement prendre conscience du processus de guérison.

Je sais, ça n'a rien à voir avec les 3R3B mais j'en fais part ici parce ce qui me frappe depuis que je suis rentrée de vacances à la lecture des nombreux témoignages sur ce fil c'est le nombre d'intérrogations personelles qui accompagnent ce fil...et je me dis que peut être, ça peut intéresser aussi certaines d'entre vous d'aborder tout ça d'une autre manière.

mavo.
Marraine
Merci marieal de ces références. J'irai voir le tchat, je vais essayer de le retrouver. Et la philosophie hawaïenne, j'ai vu passer deux livres récemment sur le sujet. C'est quand même intéressant de voir que la pleine conscience, sous une forme ou sous une autre, fait partie de très nombreuses cultures et traditions depuis des siècles. Finalement c'est comme si notre culture occidentale avait oublié ces temps de recueil sur soi, de calme...
Soleluna.
Ancien abonné

J'ai pas le lien du tchat en question, mais j'avais recopié une partie de l'échange sur mon blog (si c'est bien du même tchat dont on parle ?) //www.linecoaching.com/content/l-ennui-le-vide-et-le-trop-plein

mavo.
Marraine

Merci Sole !

izabelle
Animatrice forum

[quote=FRED73] quand je m'arrête un moment je ne peux plus remanger après alors que si je mange vite sans m'arreter je peux encore engloutir beaucoup ! Alors souvent quand je sens que je n'ai plus faim j'accélére pour pouvoir finir mon assiette ! C'est vraiment bête... Il y a sans doute quelque chose que je veux faire disparaître sous une couche de nourriture ! Supporter l'inconfort, voilà ce que quoi je dois encore travailler[/quote]

moi aussi cela m'arrive souvent,  eh bien tu sais ce que je fais  :  je me sers moins dans l'assiette!!!!  

parce que c'est un peu basique, ce truc de finir son assiette,  un peu animal, genre  "c'est ma part, j'y ai droit...."

alors peut-être que simplement l'inconfort en question,  ça peut être tout betement celui de ne pas finir son assiette

je me sers moins qu'avant dans l'assiette et j'ai observé que ne pas se resservir est de loin beaucoup beaucoup plus facile que de ne pas finir son assiette

bien sûr ça fait un petit "choc"  quand on voit son assiette moins remplie, mais vu qu'ensuite on mange,  on se dit aussi qu'on a bien intéret à déguster.....

 

pour info, je ne pense jamais avoir "réussi"  à laisser qqchse dan mon assiette,  dans mon éducation ça ne se fait pas....

mais alors ne pas me resservir, si je n'ai pas d'EME c 'est tout à fait possible

 

de mon côté j'ai renoué avec la dégustaiton dès que mes EME ont fichu le camp

j'accueille un peu toutes les émotions qui viennent, et je me réconforte par moment,  avec qq bonbons

du coup, plus d'EME du soir en ce moment,    ça au moins c'est plus confortable...

Lavienrose.
Abonné
Bon hier soir Eme: fatigue et manque ... Ce matin eme... A même le pot de nut!!! J'ai super mal aux jambes et sans mes collants de contention je ne supporte pas cet lourdeur.... J'ai du m'empifrer de nut et comprendre que je nétais pas bien et de réaliser qu'après avoir mis mes collants j'allais super mieux.... Mais trop tard..... Bon j'attendrai la faim. Tout ça pour dire que c'est 3x3 x3x3x3..... Mais de nut ;-) Mavo je vais aussi à la journée du 22!
FRED73
Marraine
Merci pour ta réponse Izabelle. Pour moi c'est dur aussi de me servir moins,j'ai toujours les yeux plus gros que le ventre et peur de manquer de ne pas avoir assez ! Même si je sais que je peux me resservir, je ne sais pas... Peur qu'on ne m'en laisse pas alors que si c'est dans mon assiette c'est à moi, pas touche !!! Les petites assiettes me font le même effet ! Non-, non- il faut vraiment que je me confronte à cet inconfort, pas le choix mais pas facile ! Je commence mon repas avec une bonne voir une grande faim, je suis contente de manger, je manges relativement lentement quand tout dérape quand je sens que la faim commence à disparaître. Je me dis "non, pas déjà,je veux encore pouvoir manger le reste de mon assiette, du fromage, un dessert...". C'est à chaque fois pareil...
mavo.
Marraine
Cool Lavienrose, je me réjouis ! Fred, peut-être que tu peux juste essayer, pour le moment, de verbaliser "tiens, la fin de la faim arrive et ça me fait peur, ça me donne envie de manger plus", juste pour 'etiqueter' l'EME qui arrive, sans encore chercher à ne pas manger ? Je te dis ça, c'est ce que j'aimerais arriver à faire mais que je n'arrive justement pas à faire, parce que à ce stade, je passe sans un mode automatique, sans aucun recul et je ne vois les choses clairement que après...
FRED73
Marraine
Merci Mavo, mais pour l'instant j'en suis là. Je sais quand je n'ai plus faim, je sais que je la dépasse mais je ne veux pas écouter la fin de la faim ! En même temps je suis contente de ta réponse parce que ça me fais me rendre compte que j'ai quand même progressé : je sais exactement à quel moment je dépasse ma satiété. Mais il est vrai que je lutte contre cela. Je ne veux pas l'écouter mais après je culpabilise.
Lavienrose.
Abonné
J'ai le même constat que vous en ce moment. Je sais quand je n'ai plus faim et ma tête me dit: " vas-y profites!"... Je pense que c'est pour bientôt la libération!!! Je suis persuadée que depuis 2 mois je sais que je suis bientôt à la fin du programme et que j'ai peur de faire bien!!!! En fin j'espère !!
Pattie.
Ancien abonné

Moi aussi je ressens cette espèce d'urgence à profiter de la faim - alors que j'ai bien expérimenté qu'elle revenait, et que je peux la faire venir à peu près à l'heure que je veux avec le fractionnement.

Ce que j'essaie de faire, quand je sens que bon, là, je ne peux plus ignorer que la satiété est atteinte depuis quelques bouchées (ou bien depuis un dessert entier, ou depuis le fromage et le dessert), c'est de déguster les dernières bouchées. Ca m'aide souvent à lâcher l'aliment ou à ne pas en reprendre. Et puis au lieu d'un arrachement quand je range l'aliment, c'est comme un au revoir, beaucoup plus doux : moi je n'ai plus faim, l'aliment lui, il n'a plus de goût... on se reverra quand on sera davantage en phase, lui et moi.

Mais bon, ça ne marche pas à tous les coups. Il y a toujours cette histoire de choix, qui est difficile pour moi : manger ou se laisser une petite place (je le vois comme une petite place où ce qu'on a mangé s'épanouit peu à peu et remplit la place restante). Mais je le fais souvent dans l'urgence, ce choix, comme si la petite place allait rester si je mange assez vite pour qu'elle ne se rende pas compte que je la remplis.

marieal.
Inscrit

Pattie, merci...peut être que la réponse est là....3R 3B, oui, mais en début et en  fin de repas....

liegama.
Ancien abonné

Pas vraiment réussi les 3 R 3B mais j'ai noté dans un carnet si j'avais faim avant les repas et mon niveau de satiété après depuis 5 jours et je constate que je mange de nouveau avec une toute petite faim, soit même souvent sans faim et du coup bien sûre je ne ressens pas la satiété et c'est la portion qui est dans l'assiette qui me sert de base du coup je fini tout. 

Depuis 3 jours j'ai une grosse angine, mal à la tête bref pas super et ça faisait presque deux ans que j'avais pas eu ce genre de truc. Ca me coupe l'appétit et brouille mes signaux alimentaires et en même temps ça me crée des EME car manger me réconforte. Aujourd'hui je suis un peu plus au calme alors j'essaye d'attendre la bonne faim. 

En fait j'ai des petites EME mais quasi tout le temps. Le matin j'ai pas faim au réveil mais souvent 2h 2H30 plus tard mais à ce moment là je suis au magasin au travail. Donc je prends une collation, mais une collation tous les matins me frustre car j'ai besoin et envie de prendre mon temps et mon thé assise au calme je me sens privée si je pars sans pdj. Le midi j'ai souvent faim et parfois trop et du coup je mange souvent au delà de ma faim et le soir j'ai rarement faim mais tout le temps besoin de me réconforter de ma journée. Si j'arrive à faire quelques étirements un peu de yoga ou quelque chose qui relaxe mon corps en général je ne mange pas mais sinon j'utilise la nourriture pour me réconforter. 

Sole je sais pas si tu connais ce "Nutella bio" sans gluten ni lactose : Pâte à tartiner de Dardenne au lait d'amande, c'est super bon, j'en vend énormément au magasin car c'est l'une des rares pâtes sans laitages ni huile de palme. Tu rappelle que Z proposait de s'entraînait à se réconforter à froid. Je sais pas pourquoi mais j'ai jamais essayé. Parce que lorsque j'ai identifié l'EME, par exemple le soir au retour du boulot, j'ai identifié mon besoin : me relaxer et alors j'ai vraiment plus envie de me faire une séance de yoga ou une douche que de manger. Donc manger sans avoir faim, un truc qui me réconforte, alors que j'ai compris que j'avais besoin d'autre chose ça ne marche pas vraiment pour moi. En fait c'est lors de la dégustation de plusieurs de mes aliments tabous qu'il y a eu une sorte de deuil, j'ai alors compris que l'alilment lui même ne m'aidait pas mais que je recherchais le réconfort via l'association que j'avais faite de cet aliment et du réconfort dans le passé. C'était un peu dur cette étape car au bout de quelques semaines, presque tous mes aliments tabous sont redevenus des aliments "normaux" que je pouvais manger quand je le voulais, du coup, beaucoup moins intéressants. Et soudain je me suis sentie un peu perdue, comme si je perdais ma "béquille". 

Moi aussi j''aimerai bien refaire une journée et vous revoir aussi mais je sais pas trop quand ce sera possible. Pour l'instant les samedi sont une des fortes journées au magasin et sans employé je ne peux pas laisser mon homme seul c'est trop de boulot. 

marieal.
Inscrit

je vous livre mes pensées du blog du jour, ça peut vous servir...

Rencontre avec la psychologue avec qui j'ai rediscuté de mon parcours LC et de mes difficultés à trouver le juste équilibre:

- tout d'abord, de ma difficulté à faire un repas en pleine conscience , à ne pas finir mon assiette avant d'avoir pris conscience que je la mangeais...il parait que c'est un entrainnement au début, penser à ralentir, à poser sa fourchette, et que dès lors que j'en tirerai une expérience positive , mon expérience positive ( = une perte de poids significative), cette excercice deviendra un automatisme...

- ensuite, de la difficulté à ne pas limiter la quantité de chocolat ingurgitée au cours de la journée sans tomber à nouveau dans le shéma restriction et aliment tabou, et sans rennoncer à l'effet réconfortant de l'aliment...diffcile parfois... je ne mange plus jamais depuis bien longtemps une plaquette de chocolat dans une journée, mais difficile d'imaginer qu'en mangeant deux barres de chocolat par jour sans faim, on puisse maigrir. Difficile de renoncer à manger sans faim quand le moral n'est pas là sur une journée entière...là la réponse est très claire, il faut manger en pleine conscience pour profiter au maximum de l'effet appaisant, effet apaisant qu'on ne retrouve pas quand on mange sans présence. Au contraire, on a tendance à manger plus , toujours plus , en majorant inconsciemment le stress...

- ensuite, nous avons abordé les appéros repas, ceux où il y a de multitudes de tentation posées devant vous pendant toute une soirée, en commençant par les pistaches..où invariablement, je me retrouve avec le plus gros tas de coques de pistache, où je n'arrête pas de manger, toujours tentée par le nouveau truc qui est devant moi. Ce genre de repas, je le vis tous les vendredis soirs...c'est un plaisir pour moi d'y aller, un vrai moment de convivialité avec des amis, un rituel que je ne raterai pas si je suis disponible. Ces repas sont plus durs à "gérer" parce que bien entendu, on y boit un peu d'alccol et que nous y sommes nombreux....impossible de faire un espace de respiration. Alors plutôt que de me culpabiliser de manger trop de pistaches ( culpabilité qui appelle plus de pistaches) , il faut que j'essaye de les manger moins vite, en transformant chaque prise alimentaire en jeu : voir combien de temps peut durer le gout de la pistache,...introduire de la conscience ludique en plein milieu d'un appéro, sympa non?

bref tout passe par la pleine conscience!

Lavienrose.
Abonné
Merci Marieal, je crois que ma tête a du mal à lâcher que manger du chocolat en pleine conscience fait maigrir....car en ce moment c'est la plaquette en pleine cogitation !!!
Loli2pop.
Abonné

Lavienrose ... moi c'est tout pareil dans le fonctionnement en ce moment. J'engloutis une belle quantité de nourriture, en me disant que quelque part "c'est déjà ça de pris". DU coup, tu me fais réaliser que la peur de manquer serait une raison très probable de mes EME permanentes en ce moment.rrraaaaa

Bon et sinon, autre difficulté en ce moment ... c que mes soucis de sous perturbent aussi ma perception de la nourriture, je fais attention à ce que j'achète, toujours dans un esprit que qualité, en revanche, je crois que raisonneer plus désormais en termes de gestion de stock m'interroge beaucoup sur ma satiété, faim ou pas faim .. alors que ce concept même est trop frais pour moi pour que je puisse y répondre avec naturel et détachement. Enfin, les défis de la vie en somme.

Mais gardons le cap : 3R 3B

izabelle
Animatrice forum

Fred je comprends cette "peur"  que les autres ne te laissent pas assez manger, peut-être un souvenir d'enfance,   tu n'aurais pas eu des frères et soeurs, toi???

ce que je ressens, à te lire,  c'est cette frustration que le moment de manger "s'arrête"   genre   "oh non, pas déjà!!!!"

comme tu le sais, c'est en t'y confrontant, en voulant le faire volontairement que cette frustration, cette peur se ratatinera comme peau de chagrin

pour ma part, maintenant je me sens fustrée, certes, quand je m'arrête, mais déjà j'ai mon café,   quand je peux je tricote aussi devant la télé après mon repas (ok je suis chez moi c'est plus facile!) ce qui est un moment agréable

et je "sais" aussi que cette frustration va passer bien vite

parce que je l'ai beaucoup expérimentée, donc maintenant bon, elle est là, ok.....   elle ne me dérange plus vraiment

 

mais avant c'était comme toi,  il fallait absollument que cette frustation   "ne soit pas présente"  pour que je m'arrête de manger

maintenant je m'arrête de manger  et je sais que je vais rencontrer ma copine frustration.... bon....  ok c'est pas bien méchant.....   ça dure juste qq minutes,  et pendant ces minutes là,   je fais qqchse de sympa  (ok j'adooooore le café)

FRED73
Marraine
Izabelle, J'ai une soeur et ça n'a jamais été la lutte pour avoir à manger. Ce n'est pas la quantité qui posait problème mais ce que l'on mangeait : il n'y avait pas de sucreries dans les placards et on mangeait tout cuit à l'eau, pas un gramme de graisse à cause du cholestérol que l'on avait. Mon père medecin, n'a rien trouvé de mieux à faire que de nous faire une prise de sang à 7 ans pour voir si on avait hérité de son cholestérol ! Bien sur on en avait, mais ce qui est étonnant c'est que je n'en ai plus alors que je mange beaucoup plus gras maintenant! Exit donc le beurre, la crème... Il ne restait qu'un peu de fromage, péché mignon de mon père, sur lequel je me ruais pour mon 4h. Tu m'étonne que quand je mange du fromage je ne peux plus m'arreter ! J'essaye en ce moment de ne confronter à la frustration du repas qui s'achève mais ce qui est difficile c'est que cela me donne des EME dans l'après midi, genre j'ai bien le droit puisque je n'ai pas mangé comme d'habitude au repas du midi. Donc là il faudrait que j'essaye l'EME zen...
izabelle
Animatrice forum

moi aussi j'ai grandi dans ce style alimentaire, plutôt à cause de ma mère qui était en restriction cognitive toute mon enfance  et très  "drama queen"  sur le fait qu'elle grossissait pour un "rien"  (alors qu'en fait elle s'enfilait du fromage en douce)

le midi et le soir j'ai moi aussi cette frustration....  le midi ça va car je 'rassurée" je mange toujours pareil  donc je sais qu'en mangeant ainsi je n'aurais pas faim de l'après-m

le tout c'est de prendre une nouvelle habitude, pour toi j'ai l'impression

que manger ainsi ne soit plus une "victoire"  mais simplement la routine

pour moi cela a été possible en le répétant de nombreuses fois

en fait je mange comme avant pour le plat, et la salade, mais en dessert je ne mange   "que"  une barre protéinée au chocolat, avec mon café

pendant logntemps c'était frustration - frusatration  bien que j'adore cette barre là et qu'elle me réussit parfaitement

et puis maintenant cette frustration est devenue la routine, donc je sais qu'elle sera là et je sais aussi qu'elle ne me "menace " pas

 

le soir un peu plus compliqué, j'essaie de rester sur l'idée d'un seul dessert,  car rien de pire pour moi que cette idée que  "peut-etre je n'aurais pas assez mangé"....

 

bref je n'ai pas de solutions mais je t'incite à expérimenter de nombresues fois cette frustration avant qu'elle te lache la grappe!!

FRED73
Marraine
Oui, je me suis rendue compte qu'il n'y avait pas d'autre solution que de me confronter à cette frustration et à l'accepter. J'y arrive d'ailleurs de mieux en mieux. Et c'est vrai qu'à force, je ressens moins la frustration et je pense qu'elle finira par disparaître. Je suis d'accord avec ce que tu dis Izabelle, il faut que ça devienne une routine et plus une victoire. Je sens que ça vient et je ne désespère pas que cela ne soit plus un effort.
Soleluna.
Ancien abonné

Hello à toutes,

Il vente sur la Bretagne comme il vente dans mon coeur... ouais, elle est pas très bonne hein :) Mais bon, c'est un peu ça, ça souffle de tous les côtés, du coup un peu moins là. Mais gardons le fil, les 3R3B. Belle semaine à toutes

Lavienrose.
Abonné

0 bruit doux de la respiration

par la fourchette et l'assiette

pour un corps qui le mérite

O le chant de la respiration

marieal.
Inscrit

eh bien vous êtes drôlement pouetes!

izabelle
Animatrice forum

on peut le chanter en canon !!!!!!

izabelle
Animatrice forum

Allez on le réveille ce petit défi?????

moi aujourd'hui je m'y remets un peu plus en conscience  :

ressentir pleinement mes sensations en bouche, m'autoriser à ressentir  "à fond"     sur trois bouchées au moins par repas

Patience
Marraine

Allez, je te suis !
La première fois je m'étais sentie en échec sur ce défi. Alors ce sera intéressant de réessayer, de voir où en est mon trouillomètre face aux ressentis !

Au plaisir de te lire

Soleluna.
Ancien abonné
J'en suis! Même si je l'avais jamais trop quitté ce défi, la pratique s'émousse tout de même un peu :)
Lavienrose.
Abonné
Réveillons le réveillons le ;-) Je pratique aussi régulièrement , mais un plus centrée sur mes 3 ieres bouchées en mode dégustation ..... C'est parti!!!!
Patience
Marraine

Eh bien pour mon déjeuner, j'ai complètement zappé le défi !
Cela dit, j'ai quand même mangé plus doucement que d'habitude, en prenant la peine de me demander si c'était bon ou pas.
Et ma foi, c'était quand même pas trop mal ! :-)

marieal.
Inscrit

et bien, ça devient naturel! aujourd'hui au menu du boulot, brandade de morue et semoule en dessert...j'ai passé mon repas à me demander si j'avais encore faim:-)

Lavienrose.
Abonné
Défi relevé et je ne me suis pas prise la tête...j'ai pris un carré de chocolat pour avoir une note sucré, je ne prends pas de dessert en général sauf du chocolat mais je culpabilisais d'en manger car la faim n'est plus..... Mais la j'ai dégusté et un carré m'a suffit et une promenade de 1h..... Je me sens bien
izabelle
Animatrice forum

bravo les filles, moi j'ai zappé

trop hate de manger, mon emploi du temps est ric-rac,  plus bouleversé par des travaux inopinés sur le portail....

j'étais affamée et impatiente,   j'ai quand même dégusté le dessert, ça c'est devenu un réflexe

ça sera pour ce soir pour le plat!

marieal.
Inscrit

je me suis achhetée cette semaine le livre de Tchich Nhat Hanh: la sérénité de l'instant . c'est une vraie perle ce livre!  A CONSEILLER++++++

il y a notament un page consacrée à une mandarine, où il explique à des enfants avant de déguster une mandarine d'imaginer le fruit sur l'arbre, le soleil , celui qui la cueille etc... depuis j'essaye de faire pareil avec tous mes aliments: j'essaye d'imaginer les gens qui ont produit la matière première, ceux qui l'ont travaillé, etc... ça a changé mon rapport à la nourriture!

mavo.
Marraine
Oui ce livre est un petit trésor ! Ok pour reprendre ce défi, même en pointillé !
izabelle
Animatrice forum

j'ai le livre que ma mère m'a offert pour ma fête, mais j'ai du mal!!!!     du mal à entrer dedans, comme d'autres livres de pleine conscience que j'ai déjà lu, par exemple  "à chaq jour ses prodiges"  ou  "manger en pleine conscience"

mais je vous promets que je vais persévérer....

j'ai pensé à vous ce matin :    au petit déj   dégustation

et à midi aussi ..... sauf que mes pates n'avaient presque aucun goût (elles étaient réchauffées)

ce soir, on remet ça....    ;-)  

liegama.
Ancien abonné

Bon alors moi j'ai du revenir à la source : retrouver ma faim que j'avais perdu depuis plus longtemps que je voulais bien me l'avouer. D'où les 5 kg de plus que j'ai vu apparaître sur la balance du médecin après près d'un an sans balance. Ca m'a fait un petit coup, même si je savais bien, à mes vêtements que j'avais pris. Bref, depuis hier j'essaye d'attendre la faim, pour mieux pouvoir déguster également. résultat aujourd'hui, pour la première fois de ma vie je n'ai rien mangé jusqu'à maintenant où j'ai une vraie bonne faim. Ca faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé. Je m'en vais essayer de déguster le diner.

Patience
Marraine
Ouh la la ! J'ai complètement oublié ce défi depuis un peu plus de 24h ! Rien de grave ; mais le fait de vous lire me rappelle l'importance de prendre ce temps de dégustation... Au plaisir de vous lire
izabelle
Animatrice forum

pour moi défi relevé ce matin avec une très bonne confiture à la fraise  et j'étais afffamée!!! donc j'en ai bien profité

dans ces cas là, j'ai vraiment la sensation de sentir même le goût du beurre....

 

et ce midi aussi, sur le plat et le dessert.....

 

bon là je suis une boule de stress donc j'espère décompresser avant ce soir si possible pour pouvoir refaire de même au diner

mavo.
Marraine
Bon alors moi pas plus de succès que la première fois, je n'y pense pas avant. Mais j'arrive plutôt bien à penser à déguster en cours de repas, à m'interroger sur où j'en suis, donc pas de stress !
Soleluna.
Ancien abonné

Bravo Izabelle ! C'est vrai que ça aide, d'avoir faim et de manger quelque chose de bon. Ca favorise spontanément la dégustation.
Tout comme Mavo, j'y pense pas systèmatiquement avant, mais pendant oui et je le fais. Par contre, c'est un peu rapé pour les 3R ;p

Patience
Marraine
Loupé pour moi aujourd'hui...
Haut de page 
X