Accepter celle que l'on est - 21072012

sahara56.
Abonné

L'un des premiers outils à notre disposition était d'accepter son corps et de pouvoir le regarder dans un miroir. Sur le moment cela m'a paru facile, seule dans ma chambre. Dernièrement, avec une ostéo j'ai pris conscience que le regard des autres sur moi est déjà plus difficile à supporter (jusqu'à présent je pensais que ça m'était égal ce que l'on pense de moi!).

Mais surtout j'ai pris conscience que c'est ma personne morale et psychologique que je ne supporte pas.

j'ai réécris dans ma mémoire certains événements douloureux de ma vie comme mon divorce, en me donnant le beau rôle. J'ai du mal à accepter ma part de responsabilité. J'ai du mal à accepter que j'ai dérogé à certaines règles que je m'étaient fixée. En fait je n'aime pas la personne que je suis devenue.

Je me demande si  mon excès de poids n' est pas la transcription physique de ce que je ressens pour moi. Plus que de la culpabilité c'est une punition que je m'inflige.

Je me souviens avoir lu que ce n'est pas parce qu'on est grosse qu'on ne s'aime pas, mais parce qu'on ne s'aime pas qu'on est grosse. Je viens de comprendre que c'est bien mon cas. 

Mais maintenant que faire pour y remédier et aller de l'avant? comment fait-on  pour s'accepter, pour se pardonner?

Si vous êtes aussi entrain de vous poser ces mêmes questions, pouvez-vous me dire comment vous faites et où vous ménent vos réflexions?

Merci de vos réponses.

Amicalement

Sahara

Commentaires

Marie-Paule.
Abonné

Bonjour !

D'abord, j'ai envie de te dire :  tu es en surpoids parce que tout bêtement... tu as mangé plus que ce qu'il aurait fallu. Pourquoi ? ça, c'est autre chose, à toi de voir, chacun son histoire... Mais tu peux peut-être te dire que manger trop a été à un moment donné la réponse à quelque chose, ta réponse. Bonne ou mauvaise, peu importe, c'était la tienne, à ce moment-là de ta vie (à moins que tu n'aies été forcée de manger, mitraillette sur la tempe laugh).  Donc, voilà, maintenant tu estimes que ce n'est plus la réponse appropriée et tu cherches autre chose...

Pour te pardonner, voici une démarche extraite du livre "Pardonner pour de bon", du Dr Fred Luskin. Elle est applicable autant pour pardonner aux autres que pour se pardonner à soi-même :

  1. exprimer l'attente à l'origine de l'expérience blessante :" j'espérais que....." L'exprimer de façon positive. Ex : j'espérais que cette amie serait honnête.
  2. Se rappeler les limites : nous ne pouvons pas tout contrôler. Prendre conscience des "règles inapplicables" : ex : tous les hommes devraient être doux, on ne devrait jamais manger trop.... "je comprends et j'accepte que...." (certaines personnes sont malhonnêtes, on ne peut pas toujours se contrôler....)
  3. affirmer ce qu'on voulait, notre intention positive, toujours d'actualité : "je veux toujours.... (des relations amicales de confiance, me nourrir sainement, gérer mes émotions....). Tu peux trouver cette intention positive en te demandant pourquoi tu éprouves de la rancune, en quoi tu es frustrée...
  4. prendre l'engagement à long terme de poursuivre cette intention positive en cherchant des modèles, développant de nouvelles compétences, etc...

Pardonner, ce n'est pas oublier, ni recommencer à zéro. C'est se permettre de se délier de la rancune, de s'alléger (tiens donc...) pour poursuivre notre route, au lieu de "tourner en boucle" sur ce qui nous fait souffrir. Dans le bouquin il est bien expliqué que pardonner ce n'est pas nécessairement reprendre la relation, mais ça laisse la possibilité de... Entre le moment où on se pardonne à soi-même et le moment où on est bien reconnecté à soi-même, il y a encore tout un chemin, qui peut être celui proposé ici par LC.

J'aime bien cette méthode car elle est très pratique et te remet en route directement.  De plus, elle n'a aucune connotation religieuse.   Si tu veux la suivre, je te conseille de choisir un moment calme et de le faire par écrit.

Voilà, ce n'est qu'un proposition, à toi de voir si ça peut t'aider...

Bon courage !

sahara56.
Abonné

Merci Marie Paule pour ta longue  et riche réponse,

Tu as bien compris que derrière le problème du poids (qui est effectivement une question d'entrées et de sorties de calories) il y a la raison de son dérèglement. En faisant les exercices sur les émotions, en les nommant, je viens de me rendre compte (il était temps...smiley) que je ne peux pas aimer ma personnes physique, ni maigrir durablement,  si je n'aime pas ma personne morale et psychologique.  L'interdépendance corps, tête, coeur, intuition,  pour d'autres personnes c'est sans doute une évidence depuis longtemps, pour moi ça ne l'était pas concrètement.

Manger lorsque l'on a faim, s'arrêter quand on est rassasié, ça peut aussi s'exprimer par faire les choses quand on en sent le besoin, ne pas tout faire passer par la tête et par des normes, mais les faire avec son coeur et son intuition. Faire la paix avec la nourriture c'est faire la paix avec soi-même, redéfinir ce qui est important maintenant, s'affranchir de règles qui ne sont pas  choisies. 

On ne peut pas faire un travail sur sa façon de manger, sur ses EME, sur la re- connaissance de ses émotions sans bouger par ailleurs, sans apprendre à se connaître, sans s'accepter pour pouvoir changer. Pour moi cela se traduit en ce moment par l'acceptation de mon passé, sans réécrire mon histoire en ma faveur, mais en prenant ma part de  responsabilités. Pour d'autres ce sera sans doute d'autres prises de conscience. 

LC ça fait bouger et pas seulement les kg!

Merci pour ta méthode sur le pardon, je vais la relire attentivement et m'en inspirer.

très belle journée à toi et à toutes celles qui nous liront.

Cordialement

Sahara

 

Marie-Paule.
Abonné

Effectivement, LC nous oblige à faire un truc qu'on n'avait plus l'habitude de faire : s'écouter, et tenir compte de nos émotions, de nos ressentis, et pas toujours vouloir suivre des normes.  S'écouter, c'est accepter d'être ce qu'on est, pas quelqu'un de parfait, mais quelqu'un d'originale, d'unique, avec des richesses propres.... et aussi des faiblesses propres.  C'est un long chemin vers soi-même, mais il n'est jamais trop tard pour se mettre en route !

Perso, le fait de m''écouter m'a fait découvrir des facettes de moi que je ne connaissais pas, et que je découvre avec amusement ! Tiens, je n'aime pas glander dans un fauteuil, tiens, finalement je n'aime pas les chips, tiens, je pensais que je n'aimais pas les films d'actions... etc.... 

Et devine ? Je n'ai quasiment plus d'EME, puisque je n'ai plus rien à compenser...

Bon dimanche !

Holimione.
Abonné

Merci Marie-Paule pour cette riche et belle réponse sur le pardon...

Holimione

positivethinker.
Abonné

Bonjour,

Je remets en question le fait  qu'une personne qui est grosse serait une personne qui ne s'aime pas.

Dirait t'on d'une personne souffrant de tension arterielle ou ayant des problemes cardiaques qu'elle ne s'aime pas ?

Qu'as tu a te pardonner ? As tu commis une faute ? Meme si c'est le cas, se pardonner est le seul moyen de construire son present et son futur.

Haut de page 
X