Aliments bourratifs et satiété - 14022014

pymie.
Abonné

Une question : est-ce qu'on peut se faire "piéger" dans le ressenti de la satiété par des aliments bourratifs (pomme de terre à l'eau par exemple) ? 

J'ai peur de ne pas avoir assez mangé à midi... 

 

Commentaires

Lavienrose.
Abonné
Si tu as peur , prends une collation. Y'a pas d'aliments tabous! ;-) et pour cela ça serait bien que tu fasses l'expérience plusieurs fois. Tu jugeras si la pomme de terre te convient ou pas. Déguste
pymie.
Abonné

Bon, ben verdict : j'avais du boulot intense jusqu'à 19h, et à 16h30 j'avais FAIM. (et en en-cas : ma dernière pomme de terre froide et pas assaisonnée, moyennement apétissante, mais là elle m'a paru super bonne)

Donc dans ce cas de figure je penserai à manger un peu trop pour tenir le coup.

Lavienrose.
Abonné
Je pense qu'il est préférable de respecter sa satiété sans penser à plus tard.... Mais prendre un en cas pour au cas ou! Je faisais comme toi : anticiper!!! Mais manger plus pour tenir le coup c'est pas respecter son corps mais la peur de manquer! Je le fais beaucoup moins mais ça coince encore quand j'ai pas de quoi à emporter.
izabelle
Animatrice forum

la satiété,c 'est aussi une question d'habitudes prises

parce qu'avoir faim au gouter, c'est en fait  "normal"  si on respecte sa satiété au déjeuner

mais ensuite ce sont des habitudes d'appétit prvisionnel  que l'on prend  pour n'avoir faim "que"  le soir

du coup, dès qu'on mange des aliments  "inhabituels",  on  n'a plus les repères et cette incertitude peut être présente,  on navigue un peu  "à vue"

il suffit en effet d'avoir une collation sur soi pour la manger au cas où dans l'après-midi,  et ne pas se prendre la tête, si on n'a plus faim, on n'a plus faim

ça m'a fait le truc avec de la viande,  pas mangé depuis 30 ans,  et un midi, je me retrouve à  "devoir" manger des spaghettis bolognaise car pas le choix

j'était très étonnée du pouvoir rassasiant de la viande, et très étonnée de n'avoir pas du tout faim pour le moindre dessert......  je me suis fait confiance, j'avais mon dessert dans la poche l'après-midi (c'était au ski)

eh bien rien, ça m'a effectivement rassasiée jusqu'au soir.....

 

mon chéri se fait avoir sur le "seitan", protéine de blé  qui ressemble un peu à du poulet (de loin)

quand il en mange, il est très vite rassaisié  (son corps le prend pour de la viande!)    et ensuite la faim revient très vite!!!

ah ah ah.....

 

bref,   écoute ta satiété  et ne te prends pas la tête pour bien faire,  car avec les aliments qu'on mange peu souvent, les habitudes ne sont pas en place et c'est normal......     place à l'écoute encore plus dans ces cas là

capuccino
Marraine

Quand on a encore un peu de mal avec ses sensations alimentaires, il est normal de tatonner dans ses choix, la peur d'avoir trop faim est encore présente et s'oppose à l'envie d'apprivoiser cette sensation. Ce qui est important c'est de ne pas se mettre en difficulté et de faire du mieux qu'on peut.

Quand on est encore en phase d'apprentissage, il est peut-être intéressant de coller aux mieux à ses sensations alimentaires, d'y répondre au plus juste.

Comme le dit Izabelle, quand on n'a plus faim, se forcer à manger davantage au cas où...n'a pas forcément d'intérêt. Prévoir une collation semble plus judicieux et quelle que soit sa composition (un fruit, une barre de céréales, des gâteaux secs, des fruits secs, un pain au chocolat...c'est selon ses goûts, ses possibilités...Peu importe). On peut aussi décider de rester avec sa faim jusqu'au repas suivant et de constater qu'on est capable de le faire, que ce n'est pas forcément agréable mais qu'on peut le supporter comme on supporterait un petit cailleau dans sa chaussure par exemple...

Et puis quand on avance, on s'aperçoit que c'est le genre de question qu'on se pose de moins en moins. On se fait de plus en plus confiance, on connait ses limites, on en tient compte naturellement. L'acte de manger reprend sa place mais ne prend plus toute la place. 

Haut de page 
X