Comment utiliser la pleine conscience? - le 21/11/2014

izabelle
Animatrice forum

Quand j'ai commencé mon programme, en bonne mangeuse émotionnelle, j'étais à l'affut de tout ce qui me "permettrait" de ne pas manger, compulser, grignoter..... tout ça quoi.....

au bout de qq jours, j'ai littéralement supplié la coach de me donner un outil émotionnel  et je me suis jetée dessus comme une furie, mais avec mon ancien fonctionnement

 

dans mon ancien fonctionnement, les émotions ou les ressentis étaient si désagréables que je voulais sans cesse les calmer ou les faire disparaitre (ce qui est à peu près la même chose)

du coup j'attendais de l'espace de respiration  (l'exo de pleine conscience de trois minutes) qu'il me permette de me calmer, ou de faire disparaitre le ressenti qui me tourmentait

bien sûr je ne le formulais pas comme ça dans ma tête, mais dans mon attitude c'était ça : déloger le caillou qui me genait dans ma chaussure

et en l'occurence le caillou c'était ce que je ressentais, que je ne tolérais pas

 

sauf que le "gros" problème c'est qu'au bout d'à peine qq jours, j'ai commencé à avoir des compulsions alimentaires de plus en plus fortes, irrespressibles, qui me laisssaint très malheureuse car j'avais l'impression d'être laminée par une vague....

 

du coup, pour l'avoir vécu moi-même, j'ai très souvent alerté la communauté sur cette fichue tendance que nous pouvons avoir, nous, les mangeurs émotionnels  (enfin surtout nous),  à utiliser n'importe quel outil, même la plein conscience, comme un outil de controle,  et donc à l'opposé de sa vraie utilisation,  l'utilisation efficace pour notre problématique

 

depuis j'ai appris à ne plus chercher à enlever le caillou de ma chaussure, mais à le dédramatiser, à le laisser vivre, à continuer à marcher malgré le caillou qui n'est pas si important que ça

et donc à ne plus avoir besoin de faire disparaitre mes ressentis, au contraire  m'autoriser à ressentir, parce que ce n'est pas grave, parce que ce n'est pas dangereux, et parce que j'ai découvert que ça peut même être utile....

 

Il y a pas mal de fils sur le forum de la pleine conscience, en bas, qui reprennent des expériences de pleine conscience, mais ça me semble essentiel d'échanger dessus encore et encore  parce que c'est qqchse d'assez dur à concevoir quand on ne l'a pas expérimenté

alors je me dis que d'échanger sur ces expériences là  peut nous motiver à en faire l'expérience de plus en plus régulièrement

 

Je vous propose donc sur ce fil de venir partager vos expériences, à chaque fois que vous avez pu utiliser la pleine conscience pour accueillir une émotion ou un ressenti

pour ma part, j'ai de quoi m'exercer à peu près tous les jours....wink  ce que je ne fais pas forcément,  alors je me dis que ce fil va me motiver à plus utiliser la pleine conscience pour une véritable tolérance émotionnelle

d'autant que c'est vraiment la répétition qui permet d'augmenter la tolérance

 

en espérant que tout ceci soit clair,  en tous cas je me lance pour le premier partage, ça sera peut-être plus clair avec un exemple concret

 

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

alors tout à l'heure j'avais des envies de manger, bien costaudes....

les ressentis désagréables (ou émotions, mais pour moi c'est plus souvent des ressentis-pensées que des vraies émotions) étaient d'abord très très diffus  (comme c'est toujours le cas pour moi quand j'ai envie e mangerr)   mais finalement c'était  toujours les mêmes que cette dernière semaine, avec un petit bonus

- culpabilité d'avoir repris 500g (oui c'est le draaaaaame)

- sentiment d'incompétence vis à vis de mon corps car je me rééduque le dos, mais maintenant c'est là haut que ça coince, je suis obligée de rectifier ma posture en permanence, peur de mal faire

- crise de la quarantaine qui se profile et sentiment de ne pas en faire assez ou ne pas y arriver ou tout autre vairante

- une sorte de filrt très sage avec un homme qui se termine car bien sûr moi je ne suis pas libre donc c'est normal il va se chercher qq'un d'autre,  je trouve ça très normal, mais typiquement ça me manque de ne plus être "recherchée"

-  des inquiétudes diffuses pour ma fille

 

ce matin donc au lever,  bing,  tout le package qui me tombe dessus....

genre je mets mon sac plein de gros cailloux à porter sur le dos.....

 

 

j'ai donc essayé d'expérimenter en pleine conscience cet especèce de ressenti généralisé de nullité-non-intéressanité

la nulle non intéressante....

je me suis dit  "allez, vis-le,  laisse le entrer en toi"

 

donc j'ai essayé de le vivre en pleine conscience

en me centrant sur mon corps

en fait, y'avait rien à ressentir à ce niveau là

typiquement j'ai remarqué les ressentis-pensées  n'existent carrément pas au niveau des sensations physiques

donc du coup,  quand on essaie de les vivre en pleine conscience c'est presque difficle, on ne ressent rien

 

je suis donc jsute restée avec ce rien

 

cela m'a permis de voir que ce qui exacerbait ce sentiment c'est d'avoir des heures "libre" avec beaucoup de travail, mais à organiser à ma guise,  et puis en fin de journée (quand je ne suis plus très fraiche)  des rdv compliqués.......

 

 

 

bref...................

après avoir cherché à vivre ce ressenti en pleine cosncience,  même si je ne me sentais ps franchement mieux,  eh bien au moins je me sentais "centrée", pas perdue....

et je n'ai pas eu d'EME au déjeuner, ce que je souhaitais car j'en ai marre de me gacher l'appétit pour le soir depuis qq jours

 

ça sera tout !!!!

miss acacia.
Abonné

En lisant ton post, je me dis que ça fait longtemps que je n'ai aps fais de RPC (au moins 3 semaines) et que j'en aurai bien besoin.

Je suis tout le temps en train de culpabiliser de ne pas avoir assez de temps pour tout faire et ça m'étouffe et je n'arrive pas à mettre de l'ordre dans mes idées.

D'habitude je fais la RPC de 3min car je n'ai pour l'instant pas eu le courgage de m'apesantir plus de 3min sur mon ressenti. Et vivre dans le présent c'est un truc qui me fais toujours flipper. 

Mais, je me dis que maintenant que je connais bien la RPC 3min, je vais me lancer dans la RPC 10min. Je pense que ça peut vraiment me faire progresser. Allez hop, je télécharge tout de suite le MP3 et jevous tiens au courant de mon vécu.

lylyoz
Marraine

Izabelle,

 

Il est toujours bon de rappeler les principes de la pleine conscience. J'en connais l'objectif qui est juste donner un espace pour accepter mais au moment où je pratique je cherche évidemment à calmer le tumulte intérieur et lorsque j'ai fini ça me met en colère parce que evidemment ça n'a rien changé.

Bref, tout ça pour dire qu'une piqûre de rappel régulière m'est toujours très utile.

A cet instant, je sens ma gorge serré et j'attends que ça passe en écrivant plutôt que de me jeter sur un truc à manger.

Lavienrose.
Abonné
Ce matin; La vaisselle pas faite, alors que mon homme hier soir m'a promis de la faire. des rdv annulés. Un gros ras le bol a surgit Les pensees de la fille toujours en colère car ne se fait pas respecter et en plus que tout le monde lâche sont arrivées au galot. J'ai pris mes chaussures et suis allee marcher: j'ai laissé de la place à ces ressentis. Pas d'émotion que des ressentis physiques : cœur qui s'emballe, gorge serrée, sang qui bouillonne.... Et des pensées automatiques en pagaille.... Je n'ai plus peur de ces sentations, les pensées s'évaporent au bout de qques mn, car je m'y accroche pas... Je les laisse arriver je les verbalise et me dis que se ne sont que des pensées!!! Résultat : bonne fatigue physique ( la marche) et bonne humeur en rentrant!! J'ai plus de mal le soir à 17h30/18h quand la nuit tombe avec ce froid ... Madame seule au monde fait surface mais je ne suis pas prete à la voir. ... Alors je goûte .......Prochaine étape ;-)
amie35.
Ancien abonné

la pleine conscience, je tourne autour du sujet en ayant souvent l'impression de passer à coté.

En ce qui concerne les émotions et les pensées, cela va mieux. Certains arrivent enfin à la cosncience et cela me permet de les accueillir et de comprendre ce qui se passe . mais certaines pensées tournent en permanence en boucle et reviennent sans cesse , évidemment c'est celles qui sont ancrées depuis trés longtemps qui ne cessent de passer de repasser et celle là elles sont bien accrochés commme si elle camouflées autre chose...

Par contre meme en faisant de la RPC concernant l'alimentaire, je n'arrive pas à déguster ni a manger lentement. le pire c'est que 10 secondes avant de mettre l'aliment dans la main je me dis je l'observe, je le sens je le deguste je le savoure cela dure un court instant et hop les bonnes résolutions s'envolent. le repas est finit en un rien de temps et la RPC juste d'avant le repas, j'ai l'impression qu'elle n'a servit à rien.

 

boudicca.
Abonné

jeudi, réunion à la dernière minute, donc je préviens mon mari pour qu'il aille chercher notre fille chez sa mgrand mère.

Je sors de cette réunion et je l'appelle pour savoir ou ils en sont (il était plus de 19h) et il me dit qu'il a oublier ses clés donc qu il a du retard et qu'il n'a pas encore été récupéré Alizéa!  Cela a commencer à me contrarier mais ce n'était pas fini, car je suis arrivée en même temps qu'eux vers 20h et là ma fille me dit qu'elle n'a pas fait ses devoirs et qu'elle en a beaucoup à faire!! ma contrariété devient très forte, qu'est-ce que ma belle mère à dans la tête, elle aurait pu lui faire faire ses devoirs!! Du coup elle s'est couchée à 21h passée ( elle n'a que 6 ans!)

Donc avec toutes ces contrariétes, grosse eme et j'ai donc fais de la rpc suivi de l'image refuge pour m'apaiser et accepter mes émotions. Cela à évité que je me rue sur la nourriture. J'ai manger en pleine conscience mais beaucoup moins que si je ne l'avais pas fait.

donc merci LC pour ça.

izabelle
Animatrice forum

merci de vos retours

je crois vraiment que la pleine conscience, c'est comme pour tout,  faut pratiquer, pratiquer  pour que ça devienne plus naturel

donc j'espère que l'on va nourrir ce fil de nos expériences, de nos essais pour vivre en pleine conscience certaines choses

déjà quand on essaie, on fait un pas vers un nouveau fonctionnement

 

tout à l'heure j'ai fait de la pleine conscience en travaillant

en séance avec un enfant qui a une importante problématique mère, il cherchait à me pousser à bout, à provoquer ma colère

j'avais vraiment intérêt à être vraiment en pleine conscience  pour pouvoir vraiment aider cet enfant

 

pleinement ressentir, et pourtant ne pas embarquer sur le schéma relationnel qu'il me proposait....

j'ai senti la colère, elle était très diffuse, mais le fait de vouloir le ressentir consciemment m'a permis de ne pas me laisser entrainer dans ce schéma relationnel qui affecte cet enfant

c'est vraiment beaucoup plus facile avec la pleine conscience

VanessBG.
Ancien abonné
La RPC.... Je n'en fait pas, je n'y pense pas. J'ai essayé au début mais j'ai l'impression de perdre mon temps. Il faudrait que j'essaie à nouveau, quand je lis le bien que cela vous fait à toutes. Bon j'ai la chance de ne pas avoir EME. Par contre depuis que je suis sur LC, je mange en prenant conscience que je mange. En fait c'était mon plus gros problème, me mettre à table sans avoir faim et sans prêter attention à mes plats. Je mange plus lentement et je m'efforce de garder mes aliments le plus longtemps possible en bouche. Je sens que je ne vais pas bien quand j'ai l'impression qu'ils glissent tous seuls dans ma gorge. Merci Izabelle, une fois de plus. Ton post me permet de prendre conscience que la RPC ou au moins la PC (qui me convenait mieux quand j'ai essayé) me ferait du bien. Surtout pendant ma petite période de crise (prise de poids).
izabelle
Animatrice forum

je t'en prie Vanessa

la pleine conscience n'est pas forcément sur la respiration (RPC)

déjà le fait de porter attention au gout, c'est de la pleine conscience, car le gout est vraiment une sensation du moment présent

donc si ça te convient c'est tant mieux, je trouve ça très bien de faire ça

de toute façon la RPC on peut aussi en faire justement dans ces périodes d'incertitude que tu as vécu, pour réussir à mieux accueillir ces ressentis qui, pour ne pas être présents au quotidien, sont quand même durs quand ils surviennent

on aura toujours dans la vie des phases d'incertitude, donc c'est chouette d'avoir travaillé un outil qui sera à disposition le moment venu

 

pour ma part je pense réintégrer trois séances de trois minutes par jour, car pour l'instant je n'en faisais plus n'yant plus d'EME

mais je vois bien qu'au premier coup de calgon, je suis encore fragile donc j'ai envie d'améliorer ma capacité

 

VanessBG.
Ancien abonné
Je vais aller relire ce qui concerne la RPC ...
dansezen.
Abonné

Je prends le temps depuis un mois maintenant de faire de la RPC, tous les jours ou presque.

Hier par exemple, je l'ai fuit. J'ai réussi à me trouver mille excuses pour ne pas faire une séance de RPC; 

C'était vers 19h, je me sentais opressée, stressée. Je n'étais pratiquement pas sortie de la journée et cela m'a contrariée.

J'étais inquiète car ma fille est allée au restau + c iné, je savais qu'elle allait rentrer tard et j'étais inquiète

inquiète car elle doit rentrer en voiture lundi avec son père, ils sont allés chercher une voiture pour elle et doivent faire 500 km, inquiète

Je ne me suis pas ruée sur la nourriture mais je me disais que si je faisais une rpc je serais trop angoissée, je n'avais pas envie de traverser ces émotions dans la tranquillité, j'ai préféré la vivre dans le mouvement mais en conscience. J'ai donc attendu cette après midi et je me suis sentie bien en accord avec moi même.

Bon mon fils est à côté de moi...

A bientôt!

Kaylee
Marraine

C'est vrai que j'ai tendance à vouloir utiliser la RPC comme le remède miracle qui va me faire passer l'envie de bouffer, genre "j'ai envie de manger, alors que je n'ai pas faim, donc 10 mn de RPC et mon envie de manger va disparaître comme par enchantement". Ben non, ça ne marche pas, ce serait trop facile... frown

En discutant avec la coach mercredi dernier au téléphone, elle m'a fait voir certains aspects sous un jour nouveau, en ajoutant juste un verbe : "j'ai envie de manger" - puis "je pense que j'ai envie de manger" - et enfin "je suis en train de penser que j'ai envie de manger". Oui, et alors, je pense que j'ai envie de manger, sans plus... et je ne me suis pas précipitée vers mon placard smiley

ladyl56.
Abonné
Merci Kaylee, la coach m'avait aussi dit cette phrase que j'avais vraiment trouvée juste et utile mais que j'ai déjà oubliée, donc je vais la copier en plusieurs exemplaires que je vais mettre aux endroits stratégiques !
matydo.
Abonné

[quote=Kaylee]

C'est vrai que j'ai tendance à vouloir utiliser la RPC comme le remède miracle qui va me faire passer l'envie de bouffer, genre "j'ai envie de manger, alors que je n'ai pas faim, donc 10 mn de RPC et mon envie de manger va disparaître comme par enchantement". Ben non, ça ne marche pas, ce serait trop facile... frown

En discutant avec la coach mercredi dernier au téléphone, elle m'a fait voir certains aspects sous un jour nouveau, en ajoutant juste un verbe : "j'ai envie de manger" - puis "je pense que j'ai envie de manger" - et enfin "je suis en train de penser que j'ai envie de manger". Oui, et alors, je pense que j'ai envie de manger, sans plus... et je ne me suis pas précipitée vers mon placard smiley

[/quote]

Merci à toutes pour vos partages très instructifs et surtout cette dernière intervention de Kaylee !Je vais l'expérimenter à ma prochaine envie de manger.

J'avais suivi un atelier de pleine conscience pendant 8 sem. il y a 5 ans pour mieux gérer de la douleur chronique invalidante.Je n'avais jamais vraiment fait les exercices chez moi comme recommandé, je les trouvaient trop longs.Résultats, dès la fin de l'atelier, j'ai carrément laissé tomber -mais en gardant cette option dans un coin de l'esprit,me disant que plus tard ...quand je me sentirais prête....

Le plus tard est arrivé avec LC. Dès le premier essai de RPC j'ai senti que cette fois j'allais y arriver. Je suis passée directement au 10 min, et j'ai enfin compris et intégré ,comme l'a écrit Izabelle plus haut, que je ne devais pas lutter contre les pensées automatiques, les émotions, les ressentis. 

Lors de mon ancienne expérience, je forçais mes respirations pour tenter de garder le focus sur elles et j'essayais de faire disparaître tout ce qui me venait à l'esprit. Cette fois, je commence par une respiration profonde pour rallumer mes sensations et ensuite je laisse aller la respiration qui retrouve très vite son rythme.

Et là, l'image des vagues de la respiration qui montent et redescendent, m'apaise et cela me permet de mieux observer avec curiosité et bienveillancesmiley tout ce qui me passe par la tête et dans le corps.

Certaines fois cela fonctionne mieux ,d'autres fois moins, mais l'effet est suffisamment fort en général pour me permettre, en l'utilisant quand je sens monter une angoisse, de ralentir le tourbillon qui se forme et de le laisser partir doucement comme une vague qui vient mourir en douceur sur la grève au rythme de la respiration dont je reprends conscience et qui me berce jusqu'à la visite d'une autre pensée, idée, sensation,émotion...

Bon, je ne sais pas si c'est très clair ce que je viens d'écrire. En résumé, je commence par laisser ma respiration trouver son rythme du moment et j'essaie d'accueillir au mieux ce qui se présente sans m'y accrocher juste en lui ouvrant la porte et la fenêtre qu'elle puisse entrer et ressortir facilement plutôt que de s'installer. 

Et cerise sur le gateau, bien que je ressente toujours autant sinon plus la douleur, je ne me sens plus envahie, engloutie par elle et je ne cherche plus dans le frigo, un plaisir gustatif qui m'en détournerait quelques secondes.

Je ne suis pas naïve cependant et me connaissant, je sais que j'ai intérêt à réaliser les défis de pleine conscience proposés afin d'ancrer cette pratique pour le long terme et pas seulement pour mes quelques mois de LC.  

izabelle
Animatrice forum

[quote=dansezen]

Je ne me suis pas ruée sur la nourriture mais je me disais que si je faisais une rpc je serais trop angoissée, je n'avais pas envie de traverser ces émotions dans la tranquillité, j'ai préféré la vivre dans le mouvement mais en conscience. J'ai donc attendu cette après midi et je me suis sentie bien en accord avec moi même.

[/quote]

l'important c'est que tu aies eu bien conscience de ce que tu ressentais sur ces inquiétudes, ces angoisses

rester présent à soi-même dans ces moments-là

 

[quote=Kaylee]

En discutant avec la coach mercredi dernier au téléphone, elle m'a fait voir certains aspects sous un jour nouveau, en ajoutant juste un verbe : "j'ai envie de manger" - puis "je pense que j'ai envie de manger" - et enfin "je suis en train de penser que j'ai envie de manger". Oui, et alors, je pense que j'ai envie de manger, sans plus... et je ne me suis pas précipitée vers mon placard smiley

[/quote]

ah ça c'est une technique d'ACT-therapy,  de la défusion

ça permet de prendre du recul en effet, sur le côté impulsif

après c'est bien de continuer, enfin je trouve,  en laissant de la place  à l'émotion que l'on cherchait à calmer par cette impulsion de manger

 

moi j'essaie de me dire

" j'ai envie de manger pour éviter de ressentir qqchse"

" je ressens qqchse qui est suffisamment dur pour me donner envie de le dézinguer...."

ça me permet de m'autoriser à ressentir et en même temps déculpabiliser d'avoir encore le réflexe d'évitement

c'est ce qui est le plus efficace pour ne plus avoir peur de ces ressentis problématiques

 

[quote=matydo]

[quote=Kaylee]

C'est vrai que j'ai tendance à vouloir utiliser la RPC comme le remède miracle qui va me faire passer l'envie de bouffer, genre "j'ai envie de manger, alors que je n'ai pas faim, donc 10 mn de RPC et mon envie de manger va disparaître comme par enchantement". Ben non, ça ne marche pas, ce serait trop facile... frown

En discutant avec la coach mercredi dernier au téléphone, elle m'a fait voir certains aspects sous un jour nouveau, en ajoutant juste un verbe : "j'ai envie de manger" - puis "je pense que j'ai envie de manger" - et enfin "je suis en train de penser que j'ai envie de manger". Oui, et alors, je pense que j'ai envie de manger, sans plus... et je ne me suis pas précipitée vers mon placard smiley

[/quote]

Certaines fois cela fonctionne mieux ,d'autres fois moins, mais l'effet est suffisamment fort en général pour me permettre, en l'utilisant quand je sens monter une angoisse, de ralentir le tourbillon qui se forme et de le laisser partir doucement comme une vague qui vient mourir en douceur sur la grève au rythme de la respiration dont je reprends conscience et qui me berce jusqu'à la visite d'une autre pensée, idée, sensation,émotion...

[/quote]

yes  c'est super!

 

 

merci de vos échanges sur le sujet

Kaylee
Marraine

Effectivement izabelle, au téléphone la coach m'a parlé de défusion, mais j'ai juste retenu la phrase "je suis en train de penser que..." qui a vraiment fait tilt.

Je n'arrive pas encore à identifier d'abord pour quelle raison j'ai envie de manger, j'ai l'EME et ensuite il faut que je me penche sur les raisons qui l'ont provoquée. J'avoue que je n'ai pas toujours envie d'effectuer cette introspection parce que le sujet ou les raisons sont parfois douloureux et je n'ai pas envie d'insister, de remuer le couteau dans la plaie (parce que la plupart du temps c'est toujours le même sujet, et que je ne peux rien y changer et dois hélas l'accepter sad).

J'aime bien l'image de la vague évoquée par Matydo ; ce que je fais souvent lorsque je pratique la RPC, la plupart du temps en position assise confortablement dans mon canapé, c'est de poser doucement mes deux mains sur mon ventre, doigts bien écartés pour envelopper le maximum de surface, pour bien ressentir le rythme de mes inspirations/expirations.Mon ventre qui se soulève en cadence m'apaise.

izabelle
Animatrice forum

[quote=Kaylee]

Je n'arrive pas encore à identifier d'abord pour quelle raison j'ai envie de manger, j'ai l'EME et ensuite il faut que je me penche sur les raisons qui l'ont provoquée. J'avoue que je n'ai pas toujours envie d'effectuer cette introspection parce que le sujet ou les raisons sont parfois douloureux et je n'ai pas envie d'insister, de remuer le couteau dans la plaie (parce que la plupart du temps c'est toujours le même sujet, et que je ne peux rien y changer et dois hélas l'accepter sad).

[/quote]

tu n'as pas besoin de faire une introspection, mais juste accepter de ressentir la chose en question

il ne s'agit pas de remuer le couteau dans la plaie, mais simplement reconnaitre cette histoire qui s'active dans ta tête  (par exmple la fille seule abandonnée) et dans le même temps, par la pleine conscience, la vivre au présent

c'est à dire pleinement au présent, la vivre maintenant tout de suite

donc dans mon corps

où ça me fait mal, comment cette histoire est physiquement agissante en moi?

c'est important de rester dans le présent  et ne pas "convoquer" les souvenirs liés à ce ressenti, dans le passé

la vivre maintenant, là tout de suite

 

la vivre, ce n'est pas la la penser.....

c'est la vivre dans ton corps, au présent

 

ce travail qui peut sembler bizarre au début, nous permet de vraiment dédramatiser toutes les histoires désagréables qui ne cessent de s'activer en nous, en réponse à notre environnement

 

pour ma part, avant, dès que je "loupais" un truc, je pouvais engloutir la maison

aujourd'hui je "sens " simplement que "je ne sais pas"  ou que  "je n'y arrive pas"  et que c'est très inconfortable, très désagréable, comme si en moi je n'avais plus de socle, de certitude, comme une petite fille perdue

mais..... je n'ai plus besoin  de faire disparaitre à tout prix ce ressenti (et les souvenirs liés) en me perdant dans des sensations alimentaires agréables

me sentir incompétente reste très désagréable, mais ça n'est plus une "menace"

de plus, j'ai enfin compris que c'était très normalement  "humain"  (j'ai renoncé à mon habit de wonder woman wink)

miss acacia.
Abonné

Bon ça y est j'ai fait ma première sénace de RPC 10min. Très difficile, de rester stoïque, car il y a plein de vide dans cette RPC, donc plein de place pour penser. Donc, ça m'a bien fait peur. Mais, j'ai réussit à aller au bout des 10min.

ça n'a pas franchement été agréable, j'ai eu du mal à accepter toutes ces pensées négatives qui m'arrivait dessus et j'ai eu beaucoup de mal à les redgarder de loin.

Mais, tous vos commentaires et les descriptions de ce que vous ressenter et commnet vous le gérer en RPC vont m'aider je pense pour ma prochaine séance. Surtout l'image des portes ouvertes où la pensée entre et ressort. Cette semaine, je vais essayer d'en faire une tous les soirs avant de manger.

 

[quote=izabelle]

me sentir incompétente reste très désagréable, mais ça n'est plus une "menace"

de plus, j'ai enfin compris que c'était très normalement  "humain"  (j'ai renoncé à mon habit de wonder woman wink)

[/quote]

 

Et merdi Izabelle, pour ce commentaire dans lequel je me retrouve beaucoup et tu as tout a fait raison, c'est normal de ne pas être parfaite et by bye wonderwoman. Enfin bon la c'est ma tête qui dit ça, mais c'est loin d'être acquis. Je traverse une grosse période wonderwoman!

matydo.
Abonné

Miss acacia,

Le monde ne c'est pas fait en un jour et la pleine conscience au départ c'est souvent difficile. 

Ne te décourage pas, réessaie peut-être un moment ou tu te sens bien au départ...

Ce qui m'aide parfois face aux pensées trop pénibles c'est de me dire mentalement, voilà en ce moment je pense que ....

cela crée un peu de distance entre toi et tes pensées.

Je me dis aussi que mes pensées ne sont que des pensées et pas la réalité...et que je suis là pour ressentir ma respiration pas pour décortiquer mes pensées, que je verrai cela à un autre moment si nécessaire...

Voilà, quelques petits trucs qui m'aident .

Et les wonderwoman, cela n'existe pas vraiment dans la réalité! C'est invivable à long terme, non ? La perfection n'est pas de ce monde et heureusement, il serait tellement ennuyeux ,ce monde smiley!

Bon courage, sois douce avec toi.

dansezen.
Abonné

Bonjour les superbes femmes

Dites moi comment pratiquer la RPC quand on a des EME pendant les repas. En vous lisant je me suis rendue compte que bien évidemment j'ai des EME dans la journée et depuis quelques temps j'en ai de moins en moins ou du moins je les gère de mieux en mieux dans la journée.

Mais, Quand vent le repas du soir,même si j'ai fais une RPC avant le repas, j'ai certains soirs encore du mal à vraiment écouter ma faim. peut être que cela à un autre nom que EME ?

Merci pour vos réponses

matydo.
Abonné

[quote=dansezen]

Bonjour les superbes femmes

Dites moi comment pratiquer la RPC quand on a des EME pendant les repas. En vous lisant je me suis rendue compte que bien évidemment j'ai des EME dans la journée et depuis quelques temps j'en ai de moins en moins ou du moins je les gère de mieux en mieux dans la journée.

Mais, Quand vent le repas du soir,même si j'ai fais une RPC avant le repas, j'ai certains soirs encore du mal à vraiment écouter ma faim. peut être que cela à un autre nom que EME ?

Merci pour vos réponses

[/quote]

Effectivement, pour moi aussi au repas du soir,j'ai du mal à ressentir la fin de la faimwink! J'ai lu quelquepart sur le site,que cela pouvait aider de prendre une ou deux respiration de temps à autre pendant le repas pour mieux ressentir.

Je dois avouer que certains soir c'est quand même peu efficace. Parce que je suis mécontente de ma journée? Déçue de moi-même? Fatiguée? Frustrée de quelque chose? 

Mon truc pour m'arrêter de manger malgré tout à ce moment là, c'est de me faire un petit café pour enlever le gout de la nourriture. En général cela me permet de tenir sans retourner dans les armoires ou le frigo jusqu'au coucher. Une fois là, je ne me relève jamais pour manger, donc c'est gagné jusqu'au lendemain.

Et le lendemain je peux très bien attendre des heures sans ressentir ni faim ni EME.

Je pense que se mêle à cela la restriction cognitive vis-à-vis des aliments tabous médicaux pour moi.

Je sais que si je me prenait ne fut-ce qu'un petit carré de chocolat cela me suffirait...et en fait je ne veux pas de peur de recommencer tous les soirs .sad

dansezen.
Abonné

Merci poru ta réponse Matydo. Je vais me faire un déca car je ne bois plus de café mais j'aime toujours l'odeur et le gout du café. C'est une très bonne idée. Par contre, c'est vrai que je ne pense pas à respirer. En fait quand j'ai lu ton message j'ai pensé à la pleine conscience, c'est vraiment cela prendre  conscience que je suis en train de manger. Oui je veux bien te croire ça ne doit pas marcher à tous les coups.

c'est le but de la majorité des exercices qui sont proposés dans la méthode, et ça prend forme de plus en plus, afin que cela devienne une habitude.

Par contre que je mange beaucoup ou pas, une fois que je suis levée de table j'ai arrêté depuis plus d'un mois toute prise de nourriture. 9a fonctionne très bien et j'en suis fière !

Je vais quand même réfléchir à toutes les réflexions que tu as notées :  Parce que je suis mécontente de ma journée? Déçue de moi-même? Fatiguée? Frustrée de quelque chose? 

enore merci

izabelle
Animatrice forum

[quote=miss acacia]

Bon ça y est j'ai fait ma première sénace de RPC 10min. Très difficile, de rester stoïque, car il y a plein de vide dans cette RPC, donc plein de place pour penser. Donc, ça m'a bien fait peur. Mais, j'ai réussit à aller au bout des 10min.

ça n'a pas franchement été agréable, j'ai eu du mal à accepter toutes ces pensées négatives qui m'arrivait dessus et j'ai eu beaucoup de mal à les redgarder de loin.

[/quote]

eh bien bravo!!!!!

you did it !!!!

à partir du simple moment où tu prends conscience que tu es en train de penser,  et que tu reviens à ta respiration, l'exercice est réussi

la RPC, je la vois comme un entrainement

c'est comme des pompes, mais de la conscience

c'est ce mouvement-là que tu entraines :  prendre conscience qu'on s'embarque dans une pensée, et revenir au moment présent

en le travaillant tous les jours (comme des pompes)   le moment venu, le moment où l'on est aux prises avec une pensée fortement désagréable, inconnue, menaçante,   eh bien la prise de distance se fait beaucoup plus facilement, le lacher prise également

cela nous permet de vraiment être capable  de vivre des situations compliquées, mais en restant dans le présent

 

c'est vrai que c'est une confrontation à soi-même qui n'est pas agréable au début quand on a pris l'habitude de beaucoup "fuir"  ses pensées et ses émotions (ce qui est le cas de pas mal d'entre nous)

mais je te rassure par la suite, ça devient de plus en plus anodin,  on n'a plus aucune honte ou peur à ressentir quoi que ce soit, car ce ne sont "que" des ressentis, des pensées....

pour moi (maintenant... parce qu'avant....)  les émotions c'est comme un indicateur de GPS : ça donne de précieuses indications,   mais le conducteur c'est toujours toi,  le GPS va pas venir te filer une raclée.....  des indications précieuses, pas des obligations.....

izabelle
Animatrice forum

[quote=dansezen]

Dites moi comment pratiquer la RPC quand on a des EME pendant les repas. En vous lisant je me suis rendue compte que bien évidemment j'ai des EME dans la journée et depuis quelques temps j'en ai de moins en moins ou du moins je les gère de mieux en mieux dans la journée.

Mais, Quand vent le repas du soir,même si j'ai fais une RPC avant le repas, j'ai certains soirs encore du mal à vraiment écouter ma faim. peut être que cela à un autre nom que EME ?

[/quote]

oui c'est une EME, mais en effet de mon côté ce sont elles qui ont  "persisté" le plus longtemps

encore aujourd'hui si je n'y prends pas garde, je peux en avoir facilement

cela m'arrive essentiellement quand dans la journée j'ai fonctionné de façon un peu "speed"  genre  "y'a bcp à faire"

la plupart de mes ressentis fins sont passés à la trappe, parce qu'ils me font peur, parce que ça ne cadre pas avec notre modèle social, etc.....

et à force, ça me ressort dessus au moment du diner,  genre  "un peu de douceur dans ce monde de brutes"

 

est-ce que tu fais un sas de transition avant ta soirée???   bon déjà si tu fais la RPC avnat le repas c'est très bien

 

ce que tu peux faire sinon, c'est un petite pause quand tu es rassasiée à 80%,  sans décider d'arrêter de manger, mais juste observer ce qui se passe en toi, quels inconforts émotionnels ressurgissent....

c'est probablement eux que tu essaies de calmer par un diner un peu trop copieux

dans ce cas, c'est bien de les laisser exister un peu,  et puis manger un peu

le but de la pleine conscience n'est JAMAIS  de controler les envies de manger,  mais de permettre de donner de l'espace à des ressentis,  pour pouvoir les "apprivoiser"

et ensuite, à long terme, que ces ressentis-là, on n'ait plus besoin de les calmer en mangeant...

mais à long terme...   pas tout de suite

 

je vous invite vraiment à utiliser la pleine conscience  comme un véritable outil d'accueil des ressentis

elle ne doit pas nous aider, sur le moment, à ne pas manger, ce n'est pas son but

elle doit nous aider à mieux accepter les sentiments désagréables que nous ressentons

une bonne façon de s'y confronter c'est de ne pas manger  "tout de suite"  quand on a une envie de manger

car là,   le "mal-etre "  que l'on ressent.......   est lié par un fil d'argent avec les inconforts émotionnels que l'on cherche à faire disparaitre, à engloutir

en vivant ce mal etre en pleine conscience, ne serait-ce que 10 secondes,   on est déjà en train de désamorcer peu à peu le processus d'évitement émotionnel

 

il faut donc de la patience, de la persévérance,  et ne pas penser que la pleine conscience sert à controler la prise alimentaire

les résultats réels et efficaces se font toujours dans le temps

c'est ce que j'ai constaté sur moi

izabelle
Animatrice forum

[quote=dansezen]

Merci poru ta réponse Matydo. Je vais me faire un déca car je ne bois plus de café mais j'aime toujours l'odeur et le gout du café. C'est une très bonne idée. Par contre, c'est vrai que je ne pense pas à respirer. En fait quand j'ai lu ton message j'ai pensé à la pleine conscience, c'est vraiment cela prendre  conscience que je suis en train de manger. Oui je veux bien te croire ça ne doit pas marcher à tous les coups.

[/quote]

perso, je prends un déca  en effet tous les soirs après le diner

c'est un petit réconfort  qui permet aussi de "marquer" la fin du repas

 

par ailleurs, dans mon cas, je tiens à rajouter que j'ai beaucoup plus de facilité à m'arrêter à satiété le soir  quand j'attaque le repas avec une BONNE faim,  c'est à dire assez élevée

car alors le signal de satiété est presque physique, c'est très perceptible,  et le réconfort physique de la satiété est tellement satisfaisant  que ça induit une satisfaction outre le plaisir alimentaire

ça marche aussi beaucoup mieux quand je garde un bon bout de faim pour mon dessert....  qui est petit,  mais si je le mange déjà en ayant plus très faim,  alors j'en mange plus!!!!

alors que si j'ai vraiment encore faim   eh bien  la satisfaction sur le dessert est immense,  alors mon déca par dessus-ça c'est la satisfaction

 

par contre là je parle quand je n'ai pas d'EME,  donc pas en suspens des ressentis diffus que je combats sans même m'en rendre compte, des trucs accumulés dans la journée  ou même des ressentis  "existentiels"

dansezen.
Abonné

OUi,merci pour ta réponse Izabelle. Jereviendrais sur ce fil pour en reparler, sûrement, car cela m'aide beaucoup.

Je vais essayer de faire "un petite pause quand je serais rassasiée à 80%,  sans décider d'arrêter de manger, mais juste observer ce qui se passe en moi, quels inconforts émotionnels ressurgissent...."

Pour en revenir à la RPC, c'est vrai qu'en lisant ce que tu as écrit Izabelle,, ce n'est pas la pleine conscience qui permet de contrôler ses envies de manger ou autre. Peut être que quelque fois je suis assez confuse avec cela. Ne pas faire la pleine conscience en demandant quelque chose, ce n'est pas son but.

c'est comme le dit si bien aussi christophe andré :Vivre en plein conscience c'est régulièrement porter une attention à l'instant présent. cette attitude peut modifier notre rapport au monde de manière radicale, apaiser nos suffrance et ranscender nos joies.

comprendre et ressentir. pratiquer encore et encore. Il n'y a aucun autre secret pour une vie en pleine conscience.

Paroles à méditer...

matydo.
Abonné

[quote=izabelle]

[quote=dansezen]

Merci poru ta réponse Matydo. Je vais me faire un déca car je ne bois plus de café mais j'aime toujours l'odeur et le gout du café. C'est une très bonne idée. Par contre, c'est vrai que je ne pense pas à respirer. En fait quand j'ai lu ton message j'ai pensé à la pleine conscience, c'est vraiment cela prendre  conscience que je suis en train de manger. Oui je veux bien te croire ça ne doit pas marcher à tous les coups.

[/quote]

perso, je prends un déca  en effet tous les soirs après le diner

c'est un petit réconfort  qui permet aussi de "marquer" la fin du repas

 

par ailleurs, dans mon cas, je tiens à rajouter que j'ai beaucoup plus de facilité à m'arrêter à satiété le soir  quand j'attaque le repas avec une BONNE faim,  c'est à dire assez élevée

car alors le signal de satiété est presque physique, c'est très perceptible,  et le réconfort physique de la satiété est tellement satisfaisant  que ça induit une satisfaction outre le plaisir alimentaire

ça marche aussi beaucoup mieux quand je garde un bon bout de faim pour mon dessert....  qui est petit,  mais si je le mange déjà en ayant plus très faim,  alors j'en mange plus!!!!

alors que si j'ai vraiment encore faim   eh bien  la satisfaction sur le dessert est immense,  alors mon déca par dessus-ça c'est la satisfaction

 

par contre là je parle quand je n'ai pas d'EME,  donc pas en suspens des ressentis diffus que je combats sans même m'en rendre compte, des trucs accumulés dans la journée  ou même des ressentis  "existentiels"

[/quote]

Ah oui, la bonne faim avant de manger cela aide à ressentir plus de plaisir en mangeant et donc à être plus satisfaite .

Cependant, si je commence à y arriver mieux la journée, au repas du soir c'est toujours plus difficile pour moi. 

Mais je ne désespère pas, à force cela devrait s'améliorer. wink

Alors Haut les coeurs !! Accrochons-nous ! YES WE CAN !

Je vous envoie plein de pensées positives .

Fyfy.
Abonné
Avec la pleine conscience , je garde un oeil sur mes cadrans interieurs plus ou moins tout au long de la journee .... Et je me suis surprise a me,demander ce qui pouvait me motiver dans l instant present ? Le desir, le plaisir, ou plutot le devoir, les obligations ? Et je me suis interrogee en vain sur ce qui pourrait me procurer du plaisir.? Le coach me dit que je ne percoit pas bien le reconfort.... Si sur l instant, je le percoit bien ... Par contre , j avais peut etre du mal a anticiper que cela puisse me donner assez de reconfoort, et de toute facon le reconfort ne dure ps ... Avec la pleine conscience , une autre fois, j ai ressenti , c est rare, la peur. C est les sensations physiques qui m ont alertée : froid dans le dos entre les deux omoplates, moi qui ai toujours trop chaud, trapezes tendus mais vers les cervicales plutot que les epaules, 4 membres en coton, vague envie de vomir, vagues larmes aux fond des yeux ( j ai tant de mal a pleurer), et machoires pas verrouillées comme a mon habitude. Et j ai vu les pensees automatiques arriver au grand galop,pour tenter de ranimer la colere, qui est ma compagne habituelle, afin de masquer cette peur : - t es vraiment nulle ma vieille, - non mais arréte de te regarder le nombril, - j ai vraiment une vie de merde, - je me sens impuissante et j aime pas ça Et puis , j ai pu revenir a ma peur, ... Et je me suis aperçue que je pouvais lui survivre, que ce n etait pas tres confortable mais supportable.... J ai experimenté que je pouvais cesser d avoir peur d avoir peur , que je n avais pas toujours a combattre pour survivre, et meme que m autoriser a accueillir cette peur , ses sensations physiques, et meme les pensees auto qui essayent de la chasser, cela pouvait constituer comme un "lieu sur" pour moi, un lieu où panser mes plaies, reconstituer mes forces ....
izabelle
Animatrice forum

yesyesyes

matydo.
Abonné

[quote=Fyfy]Avec la pleine conscience , je garde un oeil sur mes cadrans interieurs plus ou moins tout au long de la journee .... Et je me suis surprise a me,demander ce qui pouvait me motiver dans l instant present ? Le desir, le plaisir, ou plutot le devoir, les obligations ? Et je me suis interrogee en vain sur ce qui pourrait me procurer du plaisir.? Le coach me dit que je ne percoit pas bien le reconfort.... Si sur l instant, je le percoit bien ... Par contre , j avais peut etre du mal a anticiper que cela puisse me donner assez de reconfoort, et de toute facon le reconfort ne dure ps ... Avec la pleine conscience , une autre fois, j ai ressenti , c est rare, la peur. C est les sensations physiques qui m ont alertée : froid dans le dos entre les deux omoplates, moi qui ai toujours trop chaud, trapezes tendus mais vers les cervicales plutot que les epaules, 4 membres en coton, vague envie de vomir, vagues larmes aux fond des yeux ( j ai tant de mal a pleurer), et machoires pas verrouillées comme a mon habitude. Et j ai vu les pensees automatiques arriver au grand galop,pour tenter de ranimer la colere, qui est ma compagne habituelle, afin de masquer cette peur : - t es vraiment nulle ma vieille, - non mais arréte de te regarder le nombril, - j ai vraiment une vie de merde, - je me sens impuissante et j aime pas ça Et puis , j ai pu revenir a ma peur, ... Et je me suis aperçue que je pouvais lui survivre, que ce n etait pas tres confortable mais supportable.... J ai experimenté que je pouvais cesser d avoir peur d avoir peur , que je n avais pas toujours a combattre pour survivre, et meme que m autoriser a accueillir cette peur , ses sensations physiques, et meme les pensees auto qui essayent de la chasser, cela pouvait constituer comme un "lieu sur" pour moi, un lieu où panser mes plaies, reconstituer mes forces ....[/quote]

Un grand merci Fyfy de nous partager cette expérience !

J'admire ta force yes

fadinarde.
Abonné

Je vous rejoins sur ce fil, étant dans une période de grands changements dans ma vie (nouveau job dans une nouvelle ville, même si j'habite toujours au même endroit toutes mes habitudes sont bouleversées, et même si je me suis très vite intégrée à l'équipe, je sais que ma grande émotivité en prend un coup wink)

Alors retour de grosses eme de fin de repas... Je recommence un carnet "comment gérer les fins de soirées" d'ailleurs, histoire de réviser un peu...

Mais en fait je viens surtout vous parler d'un nouveau support audio que je suis en train de découvrir.... C'est basé sur la RPC, mais cela s'appelle "l'amour bienveillant" de Fabrice Midal. J'avais découvert les méditations sur l'amour bienveillant de Jon Kabat Zin, j'ai décidé d'approfondir...

C'est un bon moyen de travailler sur la colère que l'on peut resssentir à l'égard de personnes qui nous blessent ou nous ont blessés. Parfois la colère est telle qu'il est difficile de la "regarder" en face... Et pour ça les méditations d'amour bienveillant sont utiles. Elle m'apportent beaucoup de calme... sans empêcher de faire remonter des émotions. Voilà... C'était mon partage du jour!

Merci pour vos témoignage, vous lire est un bon moyen de se remettre dans la "discipline" de la PC...

Fyfy.
Abonné
Aujourd hui j etais tres en retard a un rv avec une personne qui donnait de son temps pour m aider a trier un,peu mon immense bazard. Je me sentais tres coupable,de la faire attendre, mem,si je savais qu elle avait ete accueillie par ude mes enfant, et passait un bon moment avec lui. Je me suis vu conduire un peu vite, comme si je pouvais ainsi reparer ma,faute en minimisant mon retard... Et du coup me crisper encore plus. Je me suis dis : tiens , un peu dé,pleine conscience sur la culpabilite, pour voir ce que je vais decouvrir. D abord sensation de machoire crispees, cervicales coincees, et , oh surprise, ventre ou estomac creux... Je rgarde un peu mieux... Sensation de faim ? ... Eme alors... Il est seulement trois heures de l am, j aî mangé peu , mais c est un peu trop tot.... Cela, c est ma tete qui disserte, mais comment faire corporellement la distinction entre eme et faim,reelle ? Je ne sais pas .... Puis une pensee : ta culpabilite ne va pas alleger l inconfort de la personne qui t attend... Au contraire.... Presente lui des excuses sinceres, et offre lui une qualité de présence sereine,,plutot qu une gène entortillée de culpabilité.... Et là, sensation de detente dans mon bassin. 3 h plus tard , apres un travail intense et efficace, qui me laisse extenuée, je lance un clin d oeil sur mes cadrans interieurs : pas vraiment faim.... Ce devait etre une eme tout a l heure... Bref, cela reste une vraie question pour moi , comment distinguer eme et faim....
fadinarde.
Abonné
Pas toujours facile, en effet, de distinguer la faim d'une eme... Le programme offre un exercice pour nous y aider: sauter un repas ... Je ne sais plus comment s'appelle cet exercice, ça date pour moi qui suis là depuis plus de deux ans!! Sinon dans ma pratique j'ai constaté personnellement la chose suivante: la faim est une sensation que je gère tres bien, donc je peux rester très calme tout en ayant bien faim. Par exemple le dimanche matin je reste souvent au lit à bouquiner, avec le ventre qui hurle, mais je suis bien au chaud et la flemme est plus forte que la faim. Les eme, par contre, peuvent me rendre agitée, dans un état "d'urgence"... Certaines eme sont plus silencieuses, mais si vraiment je prend le temps d'analyser mes ressentis, alors la vraie faim ne me rend jamais fébrile!
izabelle
Animatrice forum

super Fadinarde que tu reviennes papoter avec nous, et super si tu t'es bien intégrée dans ton nouveau job  (un peu moins super pour les EME, mais avec de tels chamboulements, ça fait beaucoup de défis à relever, donc tu as bien raison de t'y remettre avec un carnet)

 

Fyfy, bravo sur la pleine conscience de la culpabilité!!!!  voilà un ressenti très désagréable  qui mérite vraiment qu'on l'accueille en pleine conscience c'est super!!!

 

moi je ne confonds plus EME et faim,  en fait j'interroge mon estomac  "as-tu vraiment faim?"   et il ne me ment jamais, je peux avoir l'impression d'avoir faim dans tout mon corps, si ce n'est pas de la vraie faim,  mon estomac reste tout à fait calme, aucun tiraillement  "ben non, pas du tout"  me répond-il

dans l'activité pleine conscience sur la sensation de faim,  cela avait été vraiment fondamental pour moi de bien sentir les "vrais" signaux de bonne faim

pour moi c'est l'estomac qui tire,  et puis ça va,  plus ça tire dans l'oesophage puis ça remonte jusque dans la bouche

 

 

en tous cas, tu as très bien géré la situation, et accueilli ta culpabilité en pleine conscience, c'est une belle expérience à renouveller pour toutes sortes de  ressentis

 

 

et on peut aussi faire ce type d'expériences sur les ressentis  agréables......

izabelle
Animatrice forum

pour donner un exemple moi aussi de vécu de ressenti désagréable en pleine conscience,  eh bien je suis en train d'en faire l'expérience en ce moment même

 

après déjeuner, alors même que j'étais un peu frustrée  (mais surtout très "peur" du week-end à venir),  j'ai fini le gateau d'anniv de mon chéri qui trainait dans le frigo

1er culpabilité :  il va peut-être être triste que j'ai tout fini  (un quart de tarte tout de même)

2è culpabilité  : vu que je n'avais déjà pas faim,  eh bien je me sens lourde  (surtout qu'après j'en ai rajouté....)

 

bref  le ressenti de "peur"   a un peu disparu derrière la culpabilité et  le sentiment de nullité intersidérale (au moins!  wink)

 

alors au moins, puisqu'en fait je n'ai pas été capable d'accueillir la peur en pleine conscience,  eh bien je me dis je vais accueillir la culpabilité

voilà comme ça se traduit dans mon corps

- vague lourdeur dans l'estomac (tu m'étonnes)

- presque une nausée... en fait

- lourdeur sur les épaules  (genre je reprends mon fardeau)

- des pensées, des images,  de gloire perdue, d'inadaptation, de  défi à remplir  (ne pas manger ce soir si je n'ai pas faim, ce qui risque d'être le cas)

 

 

après en fait c'est tout

la culpabilité en pleine conscience ce n'est pas bien méchant, le plus dur c'est encore de le garder à la conscience

mais la lourdeur, la nausée,l'impression d'être moins que rien, "  je peux le vivre"  wink

cela ne me parait pas insurmontable  (bonne nouvelle)

 

VanessBG.
Ancien abonné
Je voulais te faire ce petit mot car tu es toujours là quand je ne vais pas et je ne pense pas être la seule à qui tu prodigues tes bons conseils. Bon de là à trouver les mots comme tu sais le faire .... On craque toutes à un moment ou à un autre. Il faut être indulgente avec toi et tu connais suffisamment bien LC pour reprendre le rythme dès le début de la semaine. J'espère que ton weekend n'aura pas été aussi difficile que tu le craignais. Prends soin de toi :-)
izabelle
Animatrice forum

non au contraire il était génial mon week-end

mais j'ai aussi du mal avec le génial, ça remue tellement d'émotions  wink

 

ah bah tiens je me suis efforcée de les vivre chacun en pleine conscience

du coup pas d'EME  alors que mes émotions étaient à un niveau très élevé....

izabelle
Animatrice forum

d'abord la frustration, intense.....

au lieu de la zapper, comme d'hab, rationnaliser ou ce genre de choses (trop fastoche),  eh bien j'ai "essayé" d'accepter de ressentir cette frustration

pas évident pour qq'un comme moi qui ait été élevé dans une éducation post-soixante huit  où malgré tout, et malgré un bon cadre de valeurs, la frustration n'était absolument pas présente

je me suis dit :  "alors c'est ça j'ai l'impression d'être comme une gamine à qui l'on refuse qqchse"

je ne pense pas l'avoir ressenti consciemment très souvent dans ma vie  (sans la calmer en mangeant)

eh ben.... c'était pas facile !!!!   

c'est une émotion assez intense la frustration finalement,  ça dépend de quoi, mais là c'est de qqchse de très important pour moi

 

cela m'a permis de mieux comprendre plein de trucs

 

et puis finalement, ça s'est arrêté, et puis ça a été l'inverse total,   ce que je ne pouvais pas avoir, je l'ai eu, et bien mieux que jamais

j'ai expérimenté, en "essayant" d'être en pleine conscience, c'est à dire reliée à mon corps, sans juger, sans rationnaliser,  d'abord la frustration puis son inverse  (qui était beaucoup, beaucoup, beaucoup plus agréable)

 

maintenant je m'attends à tout moment à faire face au "manque"

la dernière fois que j'ai vécu des choses de cet ordre, il était terrible, dévastateur......

 

j'ai l'impression de me réapproprier maintenant des émotions plus profondes,  et l'intensité émotionnelle est beaucoup plus forte pour celles-ci

mais qq part, je me sens de taille maintenant, à les vivre, à savoir que j'ai le droit de ressentir, et que je ne serais pas  "broyée"

izabelle
Animatrice forum

hier j'ai fait ce type de travail avec une petite de 10 ans, et quelques heures plus tard avec un "grand" de presque 18 ans

le bonheur c'est l'étincelle dans leurs yeux   en faisant l'expérience de vivre ce qui était  "si dur"  en pleine conscience...

ce petit  "déclic" qui est la connexion au présent, au réel,  et qui permet à toutes les "histoires" pénibles qui nous travaillent de ne soudain n'être plus QUE des histoires

c'est un moment merveilleux à vivre que de voir cet éclair dans les yeux de quelqu'un, surtout un enfant

Haut de page 
X