Crises sur crises depuis LineCoaching - le 09/12/2011

Transpa.
Abonné

Bonsoir à toutes et tous,

Je fais ce soir un constat assez désarmant... Depuis mon inscription il y a une semaine de cela j'ai fait des crises comme jamais et que j'enchaine plusieurs fois par jour, à tel point que ce soir je suis dans un état plus mal que jamais, une énorme envie de vomir (mais je ne vomis jamais), très mal au coeur, vraiment pas bien du tout après l'enchainement de deux énormes crises dans une même soirée. Je ne comprends pas pourquoi plus j'essaie de me rassurer, de me dire que je mange comme je veux à ma faim etc... et plus je fais de crises. J'ai acheté de tout pour ne manquer de rien et avoir le choix afin de ne pas être frustrée, et au final je me ruine, je ne déguste rien, et je vide toutes mes provisions sans le moindre plaisir. Je ne sais pas si j'ai pris du poids mais en tout cas j'ai clairement pris du volume cette semaine, je grossis à vue d'oeil, je perds tout plaisir de manger... Je perds tout plaisir à sortir car je suis encore plus mal qu'avant dans mes vêtements, que je ne veux être vue dans cet état. Je le fais quand même car j'ai un rythme sur mon campus mais j'ai honte et je m'en veux de me faire du mal toute seule!! C'est catastrophique. Je ne sais plus quoi faire, je passe mes soirées à faire des crises, je ne travaille pas et mes études me passent sous le nez en même temps, plus rien d'autre que la nourriture ne capte mon attention. A chaque fois je me dis "stop, maintenant j'arrête mes bêtises, je me fais plaisir et je mange normalement", et non, ça repart de plus belle. C'est vraiment affolant cette lucidité dans l'impuissance.

Avez-vous, vous aussi, eu une période pire que toutes les précédentes en arrivant ici? Merci d'avance pour vos témoignages, qu'ils soient similaires ou tout autres !

Commentaires

Lia.
Abonné

Je te suggère d'écrire à ta coach ce n'est pas courant ce que tu vis là en début de programme. Il est aussi recommandé en début de parcours, surtout si tu sors d'une période de restriction de conserver la manière dont tu mangeais avant de commencer avant de réintroduire les aliments "tabous". Donc peut être dans un premier temps ne pas t'acheter tout ce dont ut as envie (et que tu va smanger sans déguster). Reprendre tes habitudes d'avant et te concentrer sur les exercices que te proposes le programme pas à pas. Par exemple moi je suis dans une étape ou je fais des repas grs-sucrés, mais c'est après être passée par toutes les autres étapes, respiration en pleine conscience, identificaition des émotions qui me donnent envie de manger etc.

Voilà quelques idées.

Rose-PetitBeurre.
Abonné

Bonjour Transpa,

En te lisant, je me suis complètement reconnue. Les périodes où j'étais au plus mal où j'avais l'impression de me détruire et de m'auto-saborder. Tu parles de tes études qui te passent sous le nez et moi je faisais pareil, j'arrivais pas à me mettre à bosser mes cours... et plus tard, j'arrivais pas me mettre à ma recherche d'emploi. Je faisais crise sur crise en me disant que le lendemain, j'allais reprendre ma vie en main. En plus, quand j'étais comme ça, j'avais l'impression de pourtant connaitre les solutions, qu'elles étaient à porter de main pourtant mais comme je ne les utilisais pas, je me sentais encore plus nulle et même vraiment conne !

J'en parle au passé, mais ça peut encore m'arriver. Ca m'arrivera sans encore... Me sentir bloquée, paumée, engouffrée dans une espèce de spirale. Impression de n'avoir aucun controle sur soi et sur sa vie.

En y pensant maintenant et en te lisant, je me dis que c'est sans doute un problème de perfectionnisme/culpabilité. On veut trop bien faire, tout, tout de suite, changer notre vie en se réveillant le matin, enfin devenir la fille "parfaite" qu'on souhaite être. Pour moi, c'était : régulation alimentaire, me mettre sérieusement au boulot, sortir,me bouger plus, me faire belle, m'inscire à la piscine... Ca a l'air génial sur le papier (je faisais même des listes de bonnes résolutions). Après tout, c'est pour son bien, c'est ce qu'on veut, c'est que des choses positives...  Mais, en fait, c'est incroyable la pression qu'on se met !!!

Rome ne s'est pas constuite en un jour.

Personne ne te demande d'être "parfaite" dans la méthode. Et d'ailleurs ce mot de "méthode" me gêne beaucoup. On veut bien suivre la "méthode LC" comme on veut bien suivre un régime. C'est un mode de pensée perfectionniste, en tout ou rien, qu'on a depuis longtemps et donc c'est très dur de s'en détacher. Mais ici, personne ne va te juger, personne ne te demande d'être une bonne élève et de "sauter des classes". Tout le monde a des hauts et des bas. On est des êtres humains.

Donc, mon conseil : ne te juge pas. pour une fois, claque la porte à la culpabilité. Tu sens que tu as gonflé mais ça partira Te stresse pas avec ça. Tu as fait des crises, ok.

Et alors ?

c'est pas la fin du monde. Plus tu dramatiseras et pire ce sera. Ici, des crises, on en a toutes et c'est bien pour ça qu'on est là, c'est bien pour ça que tu t'es inscrite.Et moi aussi, je suis inscrite depuis peu.

Achète des aliments que tu connais déjà (outil "répertoire alimentaire" peut t'aider). Cherche pas à aller plus vite que la musique, c'est ton rythme à toi qui compte. Tu commences un gros travail sur toi, moi aussi, et ça me stresse aussi. ça prendra du temps, mais ça vaut le coup.

Je t'embrasse fortkiss

 

capuccino
Marraine

Bonsoir Transpa,

Je suis désolée de lire toute cette angoisse et ce désespoir qui t'habite.

Dans un premier, il est conseillé de continuer à manger comme on en a l'habitude, sans réintroduire tout de suite les aliments à risque (ceux dont on s'est privé pendant des mois ou des années) car trop de liberté peut provoquer des Envies de Manger Emotionnelles (EME) que l'on ne peut plus réfréner car elles-mêmes engendrent de l'angoisse et d'autres Envies de Manger Emotionnelles.

Donc pour toi, il est urgent de reprendre la manière dont tu mangeais avant de démarrer LC (c'est ce que tu sais le mieux faire) et remplis ton carnet alimentaire. Ne brûle pas les étapes...prends ton temps. Ensuite tu pourras te faire un carnet alimentaire qui t'aideras pour faire tes courses sans paniquer et ensuite seulement tu pouras élargir tes choix alimentaires.

Il n'est pas anormal de voir se déclencher des EME comme les tiennes.Ici, il va falloir déterminer toi-même ce que tu veux manger et si tu as fait de nombreux régimes, on t'a toujours ce qui était autorisé-interdit, les quantités à manger, quand manger...Il y mille raisons de paniquer et d'angoisser quand on ne sait plus faire ça.

 Mange ce que tu manges d'habitude et essaie d'écouter les signaux de la faim pour remanger même si tu manges "régime" et ensuite laisses-toi guider. Et puis effectivement envoie un message à ton coatch ou aux Drs A. ou Z. via le forum, ils te répondront.

Pour ma part, je n'ai pas encore réussi à maigrir mais par contre je mange depuis 5 mois tout ce que j'aime et mon poids est globalement stable. Au début de la méthode, j'ai pris 2 kilos que j'ai reperdu rapidement en écoutant mes sensations alimentaires. Je suppose que tu n'as pas accès aux exercices de Respiration en Pleine Conscience ? Quand tu auras ces outils-là, ce sont eux qui t'aideront entre autre à passer le cap des EME.

Donc en attendant, retour à la case départ et ne fais qu'observer ton comportement alimentaire, on ne te demande rien d'autre pour l'instant.

Bon courage.

Transpa.
Abonné

Bonjour à vous trois et désolée pour ma réponse tardive!

Les vôtres me sont d'un grand réconfort, ça fait vraiment beaucoup de bien de ne pas se sentir encore et toujours incomprise sur le plan alimentaire... C'est vrai qu'ici nous sommes tous dans plus ou moins le même schéma. Je n'en ai pas l'habitude, les rares fois où j'ai discuté de mes soucis les gens n'ont pas compris et m'ont dit par exemple que je n'avais qu'à ne pas acheter de gâteaux, de sorte qu'il n'y ait pas de risque que je me jette dessus... Et c'est là que j'en viens à ce que vous me conseillez: de manger comme avant la méthode, de ne pas réintroduire des aliments dits "tabous"... Mais le plus étrange c'est que je n'ai jamais été privée de quoi que ce soit!! Ni par moi, ni par les autres. J'ai toujours été contre les régimes et n'en ai donc jamais suivi, j'ai toujours mangé ce que je voulais, quand je le voulais, eu du Nutella à la maison par pots en quantité, des biscuits en tout genre dans les placards... C'est pour cela que ma réaction me semble incompréhensible, encore plus que mes troubles le sont sans décléncheur apparent. Pour les personnes ayant été en restriction, des crises telles que celles que je vis actuellement m'auraient en revanche paru tout ce qu'il y a de plus logique!

Après mon message de jeudi soir, j'ai mis tous les biscuits dans mon tiroir sous le lit, plutôt que dans le panier qui leur est dédié avec les autres aliments et qui se trouve à une portée d'un bras, collé à mon bureau... J'ai pensé que ce serait moins compulsif que d'attraper tout ce qui m'entoure dès que je suis dans ma chambre (pas évident d'avoir une seule pièce de 9m2 en guise de chambre-bureau-cuisine-salle à manger dans le cas de TCA). Avant-hier ça a fonctionné, je n'avais pas planqué le nutella ni les crêpes pour des raions pratiques et j'en ai mangé sans culpabilité, même si j'ai conscience qu'au-delà de la gourmandise après le diner il y a eu un semblant de mini-crise.... Seulement, je n'avais pas les biscuits pour continuer comme d'habitude, et j'ai su m'arrêter. J'ai sûrement trop mangé mais c'était moins inquiétant que les semaines passées. Hier j'ai fait une journée à 90% sucré et je n'étais pas bien le soir. Je me sens rarement en forme quand je mange si sucré, donc autant dire qu'en ce moment la forme est petite, et ne va pas en s'arrangeant car ce matin re-catastrophe, je suis carrément allée sortir des sachets de biscuits de sous le lit alors que j'avais déjà trop mangé... A 11h j'avais déjà mangé plus que ce que je ne mangerais en une journée normale! Bref, tout ça pour dire que malgré la lecture réconfortante de vos messages, la prise de conscience, l'éloignement -relatif- des biscuits, ce n'est pas encore ça.

Lia, tu parles de repas gras-sucrés, mais est-ce parce que tu aimes davantage le gras-sucré que tu passes par là? Toi aussi tes crises sont sucrées?

J'ai la sensation d'être au moins autant salé que sucré en terme de plaisir gustatif, et pourtant 99% de mes crises sont sucrées... Les fois où je mangeais trop d'un plat salé, avant, au moins je ne continuais pas sur du sucré et c'était relativement raisonnable. Depuis que je prends des portions plus "normales" et que je mange plus varié (fruits, yaourts... car j'ai toujours mangé uniquement un plat principal mais sans privation, je goûtais du sucré etc), je dérape toujours sur du sucré en fin de repas. En fait, en vous écrivant je crois que je prends conscience d'un bout du problème. Avant mes TCA je dégustais une ou deux bonnes assiettes de pâtes avec plaisir et puis le repas était fini, c'était naturel, je goûtais quand j'avais faim... En revanche, depuis que je me suis mise à manger des fruits (j'ai découvert que j'étais une fan de pommes, et plus récemment de quelques autres fruits) et des yaourts en fin de repas, ce n'est plus possible d'arrêter, ça continue entre ces aliments sucrés et d'autres dont notamment les biscuits.

 

"Je faisais crise sur crise en me disant que le lendemain, j'allais reprendre ma vie en main."

-> Réciproquement, je me reconnais aussi dans tes paroles. C'est fou cette manie de toujours se dire qu'on va repartir du bon pied mais que ça reste au futur, que ça ne passe jamais au présent.

Le mot "méthode" m'a fait tilter aussi. Je dois avouer que, ne sachant pas lequel employer, j'ai levé la tête sur la barre d'outil pour voir si c'était bien celui qui y était écrit car il ne me semblait pas adéquat, mais soit. D'ailleurs je n'ai lu le livre du docteur Zemati "maigrir sans régime" qu'après avoir eu de nombreux échos positifs car de la même manière, le titre me repoussait alors qu'au final le contenu est très riche et intéressant. Des accroches qui fonctionnent sur certains et ont l'effet inverse sur d'autres!

Tu dis que ce dont tu parles peut encore t'arriver et t'arrivera encore. Globabelement, c'est quand même que tu as avancé depuis, n'est-ce pas? Comme tu n'es inscrite que récemment, as-tu réussi à faire un bout de chemin seule?

Effectivement Capuccino, je n'ai pas encore accès aux exercices de respiration ni de Pleine Conscience, qui m'intriguent d'ailleurs beaucoup car ça a l'air très important d'après ce que j'ai lu sur le forum. Bravo pour tes 5 mois de plaisir alimentaire !! Tu dois en tirer une sacrée liberté. J'imagine que même d'une manière générale, pas seulement au moment des repas, tu es peut-être plus à même de profiter de tes journées, sans que la nourriture ne te hante, non?

Je vais essayer de faire ce fameux retour à la case départ, je crois que c'est quelques mois en arrière qu'il faut revenir car j'essaye d'appliquer les conseils de respect de faim, satiété et appétits spécifiques depuis près d'un an. Il est possible que dès lors je me sois infligée du stress toute seule en ayant conscience que je ne respectais pas des principes que je comprenais pourtant... Ca aidera ou pas à faire ce retour en arrière, mais comme dans mon école les étudiants sont très suivis dès le moindre problème et que j'ai craqué auprès d'une personne de l'administration la semaine dernière, le médecin du travail qui nous suit m'a convoquée, nous avons discuté et elle m'a redirigée vers une aide psychologique. Je lui ai vaguement parlé d'ici mais elle ne connaît pas et donc emet des réserves sans avis ni négatif ni positif, en revanche elle pense qu'il me faut nécessairement un soutien "palpable" en supplément, et pas que du virtuel...

Les questions que j'aurais à vous poser, à chacun, sont tellement nombreuses que je vais sûrement les mettre à plat petit à petit dès le week-end prochain. Il faut aujourd'hui que j'essaye de travailler un minimum pour réussir mes derniers examens avant les vacances, et puis je reviendrai alors plus sereinement continuer les discussions !

D'ici là un grand MERCI pour vos messages, un grand bravo pour les pensées positives et raisonnées dont vous faites preuve et plein de courage pour la suite !! Bon dimanche !

PS: Navrée pour le méli-mélo dans mon message, il s'est un peu dessiné au fil de ce qui sortait de ma tête toute en bazar...

Lia.
Abonné

Les repas "gras-sucré" sotn une des étapes du programme et pas un choix personnel. Pour ma part je ne fais plus de "crises" depuis des années, dans le sens des crises que je faisais étudiante dans ma chambre ou je mangeais sur toute la journée pleins de trucs sans faim en alternant le sucré, la salé etc.....mais j'avais 20 ans et là j'en ai 40.

De mes années de yoyo alternant régimes/hyperphagie me restent 40 kilos de plus que le poids que je faisais à l'époque. Mais maintenant je mange de tout sans soucis ni crise, mais apparemment encore trop pour maigrir. 

capuccino
Marraine

Bonsoir TRANSPA,

tu as raison de d'abord t'ocuuper de tes examens et de te replonger dans la méthode ensuite.

Parc contre n'hésites pas à interpeller ton Coatch. Fais-lui éventuellement un copié-collé du mlessage que tu as posté et tu auras une réponse rapide en retour. Seul ton coatch peut modifier l'ordre du programme si besoin en fonction de tes difficultés. Le forum est riche d'informations mais il y en a partout alors ça demande du temps pour chercher et trouver...ce qui nous intéresse. Certains esprits chagrins trouvent que l'on n'est pas assez suivis par les coatchs, les médecins...Je crois surtout qu'il faut aller chercher l'aide là où elle se trouve et ça marche. En ce qui me concerne, j'ai eu aussi des moments de désespoir et j'ai crié ma douleur et ai appelé au secours et l'on m'a entendue, comprise et épaulée. Aujourd'hui lorsque j'ai le mojndre doute sur un exercicie ou que mon moral flanche, je fais de même et ça roule!!!

Bon courage  et bon parcours. 

lore.
Abonné

bonjour  Transpa,

ce que tu écris me fait penser à ce que j'ai vécu une fois : j'avais décidé de me mettre au sport pour maigrir (sans régime) mais dès que j'ai commencé à faire du sport, je me suis mise à manger compulsivement et beaucoup plus, comme si je voulais compenser les calories perdues, comme si surtout, tout en moi se rebellait contre cette décision de faire du sport pour maigrir, donc de maigrir. D'où la question : à peine je commence un truc pour maigrir, aussitôt je mange plus, pourquoi cette contradiction ? Je me dis que c'est le "pour maigrir" qui ne va pas. Depuis que je fais du sport pour me faire plaisir, me vider la tête, me défouler, sans penser que ça aura un résultat en termes de kilos ou de silhouette, je me suis calmée côté compulsions alimentaires en relation avec la pratique sportive (j'en ai encore d'autres en relations avec mes émotions)

Peut-être que pour toi, l'inscription à LC te fait cet effet parce que tu y vois d'abord et avant tout une méthode pour maigrir. Maigrir, ça veut dire plein de choses désagréables (selon l'expérience de chacun, ce n'est pas un mot annodin,  en général, c'est associé à des choses pas marrantes) donc on résiste, c'est normal. Essaie peut-être de considérer LC avec un autre objectif, par exemple, ton bien-être.

bon courage

Rose-PetitBeurre.
Abonné

Bonjour Transpa,

 

Je suis d'accord avec ce qu'a dit Lore précedemment.  Considérer LC = la solution pour maigrir. Aie aie aie. Ici, c'est plutot des outils pour comprendre et réguler son comportement alimentaire. La perte de poids c'est finalement une conséquence secondaire mais c'est pas l'objectif premier. Cela dit "maigrir" est assez mis en avant sur le site et... dans nos têtes !

d'ailleurs, je n'ai pas su résister de la balance ce matin. Je sentais que j'avais maigri, je voulais avoir confirmation. J'ai eu confirmation. Et maintenant, j'ai peur de me saborder parce qu'à chaque fois que j'ai commencé à maigrir, j'ai repris. Comme si j'étais angoissée inconsciemment de maigrir, de changer et que ma couche de graisse me protégeait. De quoi ? mystère. Possiblement des mecs je dirais mais il doit y avaoir autre chose.

J'ai donc le choix entre me sentir grosse et protégée ou plus mince mais fragilisée. Génial,youpi, cool, top...

Pour répondre à ta question, oui, j'ai déjà fait un petit bout de chemin toute seule. Ce serait un peu long de tout raconter mais il y a quelques années, j'ai vu une thérapeute qui m'a beaucoup marquée. Elle ne faisait pas partie du GROS comme nos docteurs LC mais son approche reposait sur les mêmes principes. A la fin de la première séance, elle m'a donné une indication à respecter "vous n'avez aucun interdit alimentaire".

Incroyable. Plus d'interdit, plus de restriction... plus de crises ! et j'ai perdu du poids, c'était complètement nouveau pour moi. Une libération.

Après, c'était "sentir, gouter les aliments avant de les manger"... j'ai découvert que les pim's en fait, je trouvais ça dégueulasse, mais que les nectarines, j'adore.

Malheureusement, j'ai du déménagé et je ne pouvais plus la voir. Aujourd'hui encore, je la regrette. On n'a pas pu aller vraiment "au bout" de la thérapie. Mais cette femme m'a sauvé la vie. Grace à elle et, par la suite, aux livres de nos docteurs, je ne me suis pas vautrée dans plein de régimes à gogo et si je ne suis pas encore guérie au moins, je n'ai pas empiré mes problèmes alimentaires. Ca m'a protégée et sans ça, je pense que je serai dans un autre état aujourd'hui. D'ailleurs, on voit bien sur les forums que c'est beaucoup plus dur pour celles qui ont fait beaucoup de régimes. La remise en question des croyance sur l'alimentation, le désir de maigrir (surtout quand on a accumulé des "bonus" au fil des années)... c'est vraiment pas évident de réapprendre a écouter ses sensations corporelles après tout ça.

Moi je sais que cette approche fonctionne, qu'elle est pleine de bon sens, de respect et d'écoute de soi. Donc, je ne doute pas. J'ai vu les résultats sur la balance, j'ai vu le bien-être, la liberté...pfffiou ! On respire.

Pour ce qui est du coté psy, je pense que c'est important d'être suivie par quelqu'un quand a des TCA. Moi, je vois un psy depuis deux mois. Je te conseillerai de trouver quelqu'un en dehors de ton école, c'est plus "ressourcant"de changer de cadre et de choisir toi-même ce qui te convient.

Cacher les aliments, pour moi, c'est quand même une technique de controle voire de restriction. En tous cas, c'est pas une solution.la preuve. Ca diabolise les aliments mais ils ne vont pas te sauter dessus. range les normalement, c'est pas ça qui va changer grand chose.

fait surtout gaffe au cercle vicieux ; il ne faut pas que je craque sur les gateaux (restriction, interdit), je craque (culpabilité), je suis vraiment trop nulle donc je craque encore plus... essaye au moins de pas trop culpabiliser et de ne pas trop t'analyser pour le moment, LC c'est encore nouveau pour toi, t'as du stress avec tes cours (et j'ai l'impression que tes études sont assez dures. Du genre prépa ou école d'ingé... ?). Et c'est pas du temps perdu puisque tu remarques déjà des choses sur toi. Petit à petit, tu vas mieux comprendre en quoi consiste le programme... je te conseille d'ailleurs de relire Zermati mais aussi de lire "Maigrir c'est dans la tête" (mon préféré) de G. Apfeldorfer.

Allez, je te fais des grosses bises. kiss

lizzz.
Abonné

En effet, je pense qu'on est beaucoup à faire du sabotage!!!!

On veut mincir, on y pense souvent (voir +) et au final dès qu'on maigrit on reprend, on sabote tout!

On a donné plusieurs "axe" de réponse dans la discussion "appétit d'ogresse à appétit d'oiseau"...... je trouve que c'est un sujet qui demande reflexion......

Se respecter! et si ça marchait!!!! se serait trop beau, non? Trop beau pour nous? peut etre qu'on se dévalorise tellement..... j'en sais rien...... enfin, ça donne envie de trouver des réponses tout ça

paloma.
Abonné

la psychologie c'est important mais parfois certains détails plus pragmatiques sont très efficaces...

 

Donc, voici une petite astuce toute bête, mais qui met parfois un "coup de frein" salvateur : un petit parfum assez fort, (moi j aime la lavande par exemple, sur la main), ou encore un casque avec de la musique pour s'isoler et se protéger de ce torrent d'émotion qui t'entraîne toujours trop loin...

c'est assez connu mais avoir ce réflexe n'est pas évident... je l ai mis en pratique il y a peu, et le simple fait de solliciter un autre sens, et de respirer calmement, me fait un bien fou.

à considérer comme une bouée de sauvetage: quand tu sens que tu coules, tu te jettes dessus!!!

 

lizzz.
Abonné

Sur LC on apprend pas à se détourner de nos émotions..... on apprend à les écouter, à les accepter..... alors, là, ça va un peu à l'encontre de ce que l'on nous enseigne.....

ça, ce sont plutot des astuces que l'on proposerait sur un site de régime, non? Des astuces pour ne pas "craquer" .....

Tu es nouvelle sur le forum, donc tu n'as pas encore accès à tous les outils.....à la pleine conscience etc.....

Transpa.
Abonné

Bonjour tout le monde,

J'espère que vous allez bien en ce milieu de semaine bien frais !

Je vous réponds rapidement simplement pour vous dire que si je n'ai justement pas le temps de répondre davantage (ça ne saurait tarder, vacances la semaine prochaine!), je prends quand même celui de vous lire et ça m'aide déjà beaucoup. Merci de vos interventions, qu'elles soient sur ce sujet ou sur d'autres, les différents points de vue éclairent sur tellement de choses, les mots réconfortent aussi beaucoup !

Lore et Rose, sachez que je suis venue ici sans aucune intention de maigrir (enfin, cette intention je l'ai mais elle n'est pas liée à mon inscription), mais bien parce que je recherche un mieux être et à retrouver mes sensations alimentaires, ne plus me torturer avec la nourriture que j'aime pourtant tellement ! Je pense que l'amincissement arrivera de toute façon naturellement lorsque je serais régulée, bien dans mes baskets et que ce sera alors un cercle bénéfique et non plus néfaste !

La femme dont tu parles semble t'avoir apporté tellement Rose ! C'est vraiment triste de lire que tu aies du partir loin sans que vous ne soyez arrivées au bout de votre chemin. J'espère que tu pourras le finir aussi bien avec la nouvelle personne qui te suit !

(Bien vu, je suis en prépa intégrée en école d'ingénieur, mais cela dit ce n'est pas le travail qui m'étouffe (question de tempérament...) et c'est bien pour ça qu'il faut que j'y remédie avant que ça n'arrive ! D'ailleurs c'est pour aller apprendre trop tardivement un cours dont j'ai le partiel demain matin que je vais vous dire au revoir...)

Passez tous une très bonne fin de semaine, à très vite !

Haut de page 
X