Dégustation des repas pendant 10 jours - 11122015

Pititbout17.
Ancien abonné

Bonjour, Je viens par ici car j'éprouve de grosses difficultés avec cette étape. Je ne sais pas  pourquoi, mais je n'éprouve pas de plaisir à la dégustation de mes repas. J'ai toujours l'impression de ne pas avoir assez porté d'attention aux aliments, les pensées prennent le dessus très rapidement et du coup j'ai l'impression de mal faire.  Je crois ne pas avoir compris ce que je dois faire en fait.  Déguster mes repas pendant 10 jours ? Ça veut dire quoi ? Plonger le doigt dans ma soupe pour sentir sa texture ? Ne pas macher de suite les aliments,  à chaque bouchée ? Je n'ai pas du saisir la dégustation de repas entiers. Vous pouvez m'éclairer svp ? Parce que le tout se solde pyr de grosses Eme :(

Merci beaucoup pour votre aide !

 

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

eh bien on dirait simplement que tu te mets trop la pression pour "bien" déguster, fentre farie exactement ce qu'il faut

c'est ta tête qui a pris le relais, et comme tout cela est très peu cadré, elle s'affolle

ayant l'impression de mal faire, cela réveille un sentiment de ne pas contrôler, ne pas savoir faire,  et donc des EME pour se calmer ensuite de tout cela

déguster c'est tout simplement porter attention aux aliments et, si possible, en retirer du plaisir

pour ça, il faut que ça soit bon, et surtout il faut avoir une bonne faim

peu importe la façon dont tu portes attentions à tes sensations gustatives (le goût),  certains pourront en effet y rajouter des sensations physiques ou olfactives

en fait il n'y a pas de protocole pour ça, c'est simplement cette idée de centrer sur son attention sur le goût, sur l'excitation des papilles, le plaisir

 

souvent au cours de cette étpae on s'aperçoit qu'on ne mange pas véritablement des choses qui sont bonnes au goût, par habitude par exemple

c'est l'occasion d'introduire plus de plaisir

pour ma part c'est à cette étape que je me suis rendue compte que j'adorais (gustativement) les fruits, et que cela me stimulait plus les papilles que n'importe quel dessert sucré

 

je rajoute peu importe si tu ne dégustes pas le repas entier, en fait n'essaie pas de faire parfaitement, mais simplement de porter attention le plus possible au goût

Pititbout17.
Ancien abonné

Merci Izabelle pour ta réponse. Comme d'habitude tu me pointes du doigts la pression que je me mets, la recherche de la perfection.

Je termine demain cette étape et j'en suis bien heureuse ! Mais je dois avouer que ces derniers temps j'ai beaucoup de mal à être dans LC, que ce soit pour les exercices, les carnets, la pleine conscience, je ne suis plus du tout dans le truc.... ça reviendra....

izabelle
Animatrice forum

c normal de temps en temps, cela demande un effort que de changer son rapport à la nourriture et à soi-même

parfois il y a des temps d'intégration où l'on revient un peu dans les anciennes habitudes,  

et puis on s'y remet  et les nouvelles habitudes deviennent de plus en plus facile

moi c'était le cas par exemple pour la bonne faim du matin

Petronilles.
Abonné

Je suis en plein dans cette étape. Je n'y arrive juste pas. Je n'arrive pas à machouiller, renifler, sentir...

En plus, avec les repas de fête ça n'aide pas à se reconnecter avec ses sensations, trop d'émotions (pas forcément très positives) autour des festivités.

 

Y en a-t-il d'autres avec moi ?

Kaylee
Marraine

La période des "fêtes" n'est peut-être pas très propice pour cette étape, car nous n'avons pas le même genre d'alimentation qu'en temps normal ? Tu peux suspendre l'étape et la reprendre quand tu t'y sens prête ? Et si tu demandais conseil à une coach ?

izabelle
Animatrice forum

tu n'es pas obligée de renifler ou machouiller, pour te rassurer  (lesquels mots ne sont pas très engageants d'ailleurs)

je préfère personnellement l'expression :

laisser exploser les saveurs en bouche........  wink

 

en fait l'idée de surtout de ressentir la sensation physique du gout, il n'est pas nécessaire pour cela de macher chaque bouhée trois quart d'heure, ce que je trouve personnellement désagréable, ou de faire  "l'intégrale"  c'est à dire pleine conscience de la vue, du toucher, de l'odorat et ensuite du goût

(perso je ne sniffe mon chocolat que lorsque je suis seule  wink)

 

ça peut être une bonne idée de se centrer sur le goût,  surtout si les repas de soit-disant fêtes ne sont pas si agréables que ça

bon bien sûr si en plus la nourriture est mauvaise, tu n'as pas de chance on va dire....

mais se centrer sur le goût, c'est faire un travail de pleine conscience, donc ça peut aussi aider à rendre plus "vivable" un moment désagréable sur le plan relationnel

 

Petronilles.
Abonné

Hihihi oui, tu m'as grillée, je fais exprès d'utiliser renifler et machouiller pour bien accentuer que je le fais sans y mettre du coeur. 

laisser exploser les saveurs en bouche........  wink

C'est trop mignon, ça me fait penser au déssin animé Ratatouille, quand la petite souris combine une fraise avec je ne sais plus quoi et on voit un feu d'artifice en arrière plan.

 

 

Mais en fait hier ça s'est mieux passé.

Je pense que je m'améliore.

Ce soir ce sera le grand défi, puisqu'il y aura la famille et le gros repas de la mort qui tue avec beaucoup trop à manger mais des plats qu'il n'y a pas le reste de l'année...et puis l'aclool aussi...

Je vais essayer de ne pas manger mes émotions pour une fois.

Et puis au pire...demain est une nouvelle année comme on dit smiley

Maridav.
Abonné

Alors Petronilles? as tu dégusté ce repas "de la mort qui tue"?!!

izabelle
Animatrice forum

en tous cas elle a survécu !  wink

Loli2pop.
Abonné

Merci à toutes pour ce fil de discussion : je suis rentrée à pieds joints dans cette activité hier ;.. puis en fait, j'me suis emmelée les pinceaux et j'ai trébuché. Enfin, c'est ce que je me disais que j'étais foutue, la mort du p'tit ch"val et tout, pis en fait nan. On arrive ici, je croise PitiBout17 qui a vécu l'étape au départ tout pareil et SUper Izabelle et sa cape de super héroïne et Kaylee The Magic nous rappellent que .. en fait, on prend les idées de départ et on y met avec souplesse et fluidité un peu de conscience dans tout mais sans viser la perfection. Ben oui, donc bon, je respire un grand coup et je reprends ... et surtout, je garde en tête les maîtres mots plaisir et conscience.

wouala.

Bon, pour l'heure, j'dois attendre ma bonne faim pour prendre un peu de plaisir ce soir .. parce qu'après EME sur EME ben là, j'ai plus d'envie ni de sensations de rien :(

Estellka.
Abonné

moi je pense qu'il faut s'entrainer le plus possible quand on est seul/e à bien faire toutes les étapes, au moins pour la première bouchée. et je trouve que plus on le fait, et plus ça devient riche et agréable. Pour moi cette activité n'avait pas de sens au début, je ne comprenais pas ce qu'il fallait faire, en fait c'était mon cerveau qui faisait, et forcément ça n'allait pas. mais de le faire et le refaire, et le refaire encore et encore, finalement ça a pris du sens pour moi, et maintenant j'arrive de mieux en mieux quand je suis seule, à déguster mes aliemnts. je m'entraine encore beaucoup, dès que je peux, pour que ça devienne de plus en plus facile, et que je puisse le faire aussi en société. Bien sûr on ne pourra jamais tripoter sa tranche de saucisson, mettre les doigts dans la soupe ou faire ressortir un peu de purée de sa bouche, comme le font les enfants (quelle chance ils ont!), mais je pense qu'on peut bien sentir déjà, regarder, écouter, macher sentir le gout, les aromes... et en même temps qu'on répond à notre collègue qui nous pose une question ou qui raconte une blague.

Loli2pop.
Abonné

Hello à tous,

EStellka > depuis fin avril, tu es venue à bout de l'activité déguatation pendant 10 jours ? Oui, je crois que la clé est bien là : persévérer même sans y croire ... simplement FAIRE les choses même sans comprendre forcément la finalité et au bout d'un moment probablement que des enseignements arrivent.

Pour ma part, j'n'ai pas encore réussi à ne rien faire d'autre que déguster ... du coup, je fais attention aux sensations pendant les 30 premières secondes. Puis tout se précipite et j'absorbe mon repas, sans trop de conscience. Du coup, bien souvent, j'n'enregistre pas mes conclusions dans mon parcours parce que je crains de finir sans avoiir vraiment expérimenté la consigne. Il me reste encore 5 jours à compléter.

Pilipote.
Ancien abonné

Bonjour à toutes (et à tous) 

Ça me rassure de vous lire car j'ai aussi beaucoup de difficultés avec la dégustation. J'ai toujours su que je mangeais beaucoup trop vite.  Je me suis même achetée le livre "mastiquer c'est la santé" en espérant me motiver à manger plus lentement. Ça a marché 10 jours et puis j'ai oublié mes bonnes résolutions.

Ici c'est aussi très difficile. Avant le repas je me dis "pas oublier la dégustation" et puis 10 secondes après, j'ai engouffré la 1ère bouchée en me disant "ah oui, je devais déguster. Zut". Je vais essayer de ne pas me décourager et de ne pas penser "je n'y arriverais jamais". 

Mais,  pour moi, c'est encore plus difficile que d'expérimenter la grande faim. C'est tout dire!

En tous cas, en vous lisant,  j'ai l'impression que c'est moi qui ai écrit vos lignes!

Merci du partage.

Marie-Paule.
Abonné

Pilipote, tu as déjà essayé de "déguster" une frite (ben quoi, on est belges !). C'est immonde !

Donc pour déguster, il faut à mon avis des aliments dégustables (c'est peut-être un mot que j'invente). J'ai commencé donc à déguster des aliments plus "gastronomiques" (anchoïade sur toast, melon/jambon, ce genre de choses), ils s'y prêtent mieux.

Même un steak, mangé lentement, gardé en bouche, bof bof...  Par contre un bon poisson, ça passe.

Bon les frites, je ne déguste pas, c'est clair. C'est à l'ancienne, à la baraque à frites, dans un cornet avec de la sauce américaine.

Et si j'en mange, je ne retrouve une faim correcte que le lendemain souvent, donc je programme mes frites en fonction.

Pour ma part, il faut choisir : soit c'est des aliments "de tous les jours" et il n'y a rien à déguster, il faut juste manger un peu plus lentement, c'est tout. Soit c'est super bon et là j'en profite en dégustant au maximum. Dans tous les cas, j'attends une "bonne faim" pour remanger ensuite.

Ma dernière dégustation : un foie gras poelé sur un crumble de pommes dans un resto pas loin de chez moi, ce fut intense et je l'ai fait durer, durer....

 

Loli2pop.
Abonné

Hello à toutes,

Ah que c'est une bonne chose de réactiver ce fil. Pour ma part, je suis bloquée à mi-parcours des 10 jours de dégustation ... mais n'ayant pas faim ni la force de déjeuner sans rien faire d'autre, je repousse au lendemain l'activité .. et ce, depuis 3 mois, voilà voilà

Petite question : vous pratiquez qq minutes de pleine conscience avant, vous ?

bonne soirée à toute

Lolipop

izabelle
Animatrice forum

on peut déguster sans mastiquer pour les aliments qui ne s'y prêtent pas

pour les frites par exemple, c'est sûr que le plaisir est dans le croustillant, pas dans la mastication de la pomme de terre

le tout est de porter son attention sur ce plaisir quel qu'il soit, et même s'il n'intervient pas dans la dégustation

on a une baraque à frites un peu loin de chez nous, le monsieur fait venir les frites fraiches de Belgique

et mon homme quand il en prend, il les déguste.....   c'est à dire  il prend le temps d'apprécier totalement ce met, même si ce n'est pas nécessairement de la mastication

 

pour moi je prends rarement plaisir en masticant longtemps, je ressens plutôt la puissance du goût quand l'aliment touche mes papilles

 

par contre je précise que ma fille est la personne qui mastique le plus longtemps que je connaisse (elle est capable de mastiquer chaque brin de carotte rapée)  et il est vrai qu'elle est la personne gourmande qui ne se prive de rien la plus mince que je connaisse (pas un gramme de gras)

alors je ne sais pas s'il y a un lien, j'imagine que c'est bien tout de même de mastiquer, je vois les résultats

 

mais pour la dégustation,  le goût ne s'épanouit pas toujours dans la mastication

 

cela n'empeche qu'il est toujours présent et que l'on peut toujours porter son attention dessus

Pilipote.
Ancien abonné

Bonjour, 

C'est vrai Marie-Paule,  il y a des aliments qui sont plus difficiles à déguster que d'autres. Je n'ai pas encore fait le test du steak ni des frites mais j'imagine assez facilement ce que ça doit donner. Surtout pour le steak! Et particulièrement pour notre "blanc–bleu-belge" sans goût. Il est peut-être très tendre mais il n'a aucun goût.  On a d'ailleurs arrêté d'en acheter (du moins, quand on a d'autres choix) on prefere le steak irlandais,  par exemple. Il est plus gras, plus nerveux et plus cher mais il a un peu plus de goût. D'ailleurs, on applique un peu les principes de dégustation LC. On préfère ne s'acheter qu'un seul morceau pour 2 qui a dû goût plutôt que d'en avoir plus et que cela nous semble insipide.... 

Je me demande si en réalité,  je ne suis pas trop perfectionniste. Je crois, que même si je mange beaucoup trop vite, je déguste naturellement assez bien. Je pense être souvent capable de repérer les ingrédients d'une recette et de pouvoir la reproduire.  Pas toujours, bien sûr. D'ailleurs, je me demande si mon problème de comportement alimentaire ne vient pas, en  partie, du fait que j'apprécie trop la nourriture. Et, quand on apprécie, en général, je crois qu'on déguste.

Bon, je finirai plus tard, il est grand temps que je me bouge.

Pilipote.
Ancien abonné

Bonsoir Lollipop. 

Je me demande si tu n'aurais pas le même problème que moi: trop perfectionniste. 

J'ai décidé que je n'allais pas postposer l'activité de la dégustation,  même si je n'y parvenais pas bien!

Pourquoi ? D'abord parce que je veux avancer.

Mais aussi - et surtout - parce que j'ai décidé de prendre conscience que cette méthode,  je suis partie pour l'appliquer à vie! Evidemment,  j'espère pouvoir le faire un jour sans linecoaching. Donc, si je l'applique à vie, c'est pour les jours où ça marche bien et pour les jours où c'est moins facile. Pour les jours où je n'ai pas trop faim et pour les jours où je mangerais volontiers tout mon frigo. Pour les jours où je ne mange rien de particulier et pour les jours de fête. 

J'espère vraiment ne pas retomber dans l'attitude de procrastination que je manifestais lors de mes régimes. J'allais toujours commencer le lundi qui suivait..... Il y avait toujours une bonne raison de postposer car il me serait trop difficile de faire le régime parfaitement. 

C'est, je crois, une des meilleures choses dans cette méthode-ci: on l'applique du mieux qu'on peux sans chercher la perfection. Je dirais même qu'il vaudrait mieux,  en ce qui concerne,  ( et j'ai l'impression,  en ce qui te concerne aussi), chercher à l'éviter. Ce serait un excellent objectif à nous fixer. Ne surtout pas vouloir la perfection mais plutôt la longévité... Que de beaux espoirs! Mais je  veux tellement pouvoir y arriver.

Loli2pop.
Abonné

Merci beaucoup Pilipote pour ta réponse et ton témoignage ... il tombe à pic : j'allais encore encore repousser la dégustation parce que j'ai de nouveau foiré et mangé beaucoup sans faim aujourd'hui.

Mais tu as raison, si on veut vivre et se nourrir en conscience ... alors il nous faut aussi déguster en faisant une EME, et accepter de nous écevoir nous-même sans penser que ça change notre valeur ...

Tu as raison, Pilipote, meme imparfaite chaque journée peut pourtant avoir voix au chapitre !

@++

Loli

Pilipote.
Ancien abonné

Déguster en faisant une EME.

Oui.... je dirais même que c'est peut-être le meilleur moment. On profite mieux du fait de se faire plaisir sans avoir très faim et je pense que ça m'aide à moins manger, à m'arrêter plus facilement. A réfléchir consciemment à mon geste.

Sauf,  peut-être, quand je n'arrive pas à trouver la satisfaction espérée. Alors, je pourrais manger rien que pour la chercher....

Loli2pop.
Abonné

Coucou tout l'monde,

Et bien, enfin, je m'y suis mise. Et bien c'est marrant parce qu'il a suffi de me reconnecter une fois avec mon parcours alimentaire pour repenser à déguster, aux sensations.

C'est déjà ça. Bonnes dégustations à vous !

Loli

PS .... encore 4 jours

Macorouge.
Abonné
J'avais jeté un oeil distrait du côté de ce fil en découvrant le forum mais maintenant que j'en suis à cette étape, ça me parle ! Plus je pars avec l'idée de déguster, moins je déguste. Et quand j'y parviens je suis déroutée de ne pas retrouver mes repères habituels même si le plaisir gustatif est plus présent. J'ai réussi à retrouver la sensation de faim mais pour le reste je suis beaucoup plus dans la réflexion que dans la sensation et je cherche péniblement des portes de sortie. Vos témoignages me tiennent compagnie dans les moments de doute...
izabelle
Animatrice forum

eh bien ça va venir peu à peu

tu as bien pointé du doigt : l'important c'est la sensation,  en tous cas de lui accorder beaucoup plus de place

Macorouge.
Abonné
Je l'espère. Finalement j'ai décidé de ne pas remplir de compte-rendu pour le moment et de déguster quand j'en ai envie, ça m'aidée à faire retomber la pression. Je ne supporterais plus qu'on me dise ce que je dois manger, quelle quantité, quand, etc. En ce sens linecoaching est la seule voie valable pour moi et j'y crois très fort, quel que soit le temps que ça prendra. Mais j'ai parfois l'impression d'avoir besoin de "freiner des quatre fers" pour m'assurer que c'est bien moi qui mène la barque.
Estellka.
Abonné

Macorouge, je pense que cette attitude est exactement ce qu'il faut faire pour s'approprier les exercices de l'intérieur, et les intégrer durablement à sa vie quotidienne.

Macorouge.
Abonné
Merci pour ce commentaire, j'essaierai de continuer à adapter et adopter les techniques proposées.
Loli2pop.
Abonné

Macarouge, c'est une bonne idée pour toi de reporter de qq jours le démarrage si tu notes queol ça t'a retiré la pression que tu t"étais mise.

Je me permets une pitite mise en garde toute fois, à titre gratuit et tu en feras ce que tu veux évidemment, mais perso, j'vais eu pareille démarche au début de l'étape ... jusqu'à ce que réalise que pour ma part, j'n'enreigistrais plus mon comportement alimentaire les jours où j'estimais que ma pratique n'était pas parfaite !! du coup, ces 8 jours ont duré pour moi 3 mois, il me semble

:)))

L'avantage c'est que tu sembles te poser les bonnes questions et savoir prendre du recul ... donc, peut-être que tu feras la part des choses entre, l'envie de prendre son temps pour intégrer durablement le principe et faire du perfectionnisme maladif.

Pour ma part, cette activité que j'ai terminée ce matin a été bien complexe et donc riche en enseignements. Déjà je l'ai menée pendant une phase super tumultueuse en termes d'actualités perso, d'émotions (pas mal de négatives ... alors même que j'étais la "nana soleil, pleine de vie, blablaabl") et j'ai très rarement mangé sans rien faire d'autres, très rarement dégusté. Mais le fait de ne véritablement arriver à simplement rien faire d'autres est vraiment une drôle de surprise. J'me programme de refaire un carnet dégustation dans qq semaines pendant une phase où il n'y aura pas de carnets et faire le comparatif.

Bises à toutes et bon vikend !

Loli

Macorouge.
Abonné
Je vais y penser, aucune piste n'est à négliger ! J'ai tendance au perfectionnisme il est vrai (mais je me soigne!) mais il ne me semble pas qu'il soit allé se loger par là. Petite dégustation de fromage de chèvre cet après-midi mais juste les premières bouchées parce qu'ensuite j'engloutis malgré moi. J'attends que ma faim revienne pour retourner à mon fromage de chèvre en prenant le temps même si ce n'est pas une dégustation stricto sensu. Voilà pour le projet, advienne que pourra ! Bonne soirée.
Loli2pop.
Abonné

Hello Macorouge,

c'est déjà super ce que tu as réussi là et d'avoir eu le réflexe de penser à laisser revenir la faim.

Bonne expérience à toi,

Loli

chris212
Marraine

Quelques lignes sur l'étape de la dégustation.

Si j'ai abordé cette étape avec beaucoup d'apréhension, à ma grande surprise j'avance beaucoup plus facilement que sur l'étape de la faim.

J'ai adoré l'étape avec la dégustation en pleine conscience avec l'analyse du pain, de la pomme, du café ou d'autres aliments.
Que ce soit des aliments assez simples ou des plats plus élaborés.

Lorsque l'occasion se présente, j'en profite pour la pratiquer pour le plaisir et avec encore plus d'envie lorsque c'est un aliment ou un plat que j'aprécie déjà beaucoup. De toutes façons, je ne mange jamais ce que je n'aime pas.

J'ai l'impression que c'est encore meilleur. Je retrouve les saveurs, les senteurs... Je me souviens que quelques années en arrière je dégustais de cette façon et que je tirais beaucoup de plaisir de petites quantités qui duraient duraient... Mais je le faisais aussi dans un esprit de restriction. frown

Là plus de restriction, mais uniquement la recherche du plaisir gustatif !
Et du coup, les quantités réduisent toutes seules.

J'espère que ça va durer... wink

 

J'ai enchaîné avec le carnet de la dégustation à remplir pendant 10 jours. Il me reste 4 jours, je devrai le finir lundi prochain.
Et là, à nouveau, plus simple que pour la faim.

La dégustation en pleine conscience prend tout son sens. Pour le moment, j'arrive à déguster, je prends mon temps même pour manger un morceau de pain.

Ce midi j'avais préparé une bonne ratatouille qui a mijoté 2 bonnes heures ! On ne voulait pas passer l'été sans en avoir fait au moins une fois. Et bien, ça a été un régal. Régal qui va se renouveler dans les jours à venir  (voire dans une semaine, vive le congélateur !)  puisqu'il y en a pour plusieurs fois.
Je me suis amusé à essayer de retrouver le goût de chaque légume... Là tous les sens étaient en éveil : l'odorat, la vue, le goût...  Avec de bonnes herbes de provence toutes fraîches du matin ... 

J'ai pu pratiquer la dégustation même en étant invité ou au restau...
J'ai été surprise de ne pas être gênée de manger en prenant mon temps, en appréciant... 

Pour le moment, que du positif !smiley

 

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

izabelle
Animatrice forum

bravo c'est génial !

ça donne envie la ratatouille !!!!!

chris212
Marraine

Ce midi, j'ai déjeuné à l'extérieur.

Je me suis offert comme dessert une tartelette aux fraises.

 

Magnifique :  des fraises bien rouges, bien brillantes... napées de gelée... sur un lit de crème patissière... le tout sur un fond de tarte brisée...  Plaisir des yeux total... Plus que prometteur  smiley

Et là, patatras !  Je commence à prendre une petite fraise... Je la "sens" discrétement...  Rien, mais rien de rien ! ça n'est pas possible...

Je la "mets" dans la bouche, toujours rien. Je la croque. Rien, rien, rien... Aucun goût, aucune saveur en bouche... Pas sucrée... Pas de goût de fraise tout court. Aucun goût. Fade. Aucune saveur. On peut même pas dire qu'elle avait le goût de l'eau. Non c'était neutre ! angry

Peut-être une fausse fraise, déguisée en fraise... Une fraise qui n'a jamais dû voir le soleil, ça c'est certain ! Appeller ça une fraise, c'est une hérésie. 

Seconde fraise, idem ... Troisième fraise, elle a l'air bizarre, idem... 

Je goûte le nappage : pas fameux

Je goûte la crème... Elle est bonne mais je voulais surtout des fraises.

Le fond de tarte : tout mou, tout humide, pas terrible...

En désespoir de cause, je tente une dernière expérience. Une cuillièré avec une petite fraise, un peu de nappage, un peu de crème, un peu du fond de tarte... Rien à faire.   frown

Toujours pas d'explosion de saveurs en bouche ! Comment ose-t-on vendre des pseudos tartes aux fraises !

J'ai quasiment laissé un peu plus des  3/4 de ma tartelette aux "fraises" et sans regrets !   wink

 

La dégustation en pleine conscience présente bien des avantages.
En particulier elle m'aura permis de laisser un dessert qu'en d'autres temps j'aurais peut-être consommé en grande partie avant de réaliser qu'il n'était vraiment pas bon.
Tant qu'à faire autant que ce soit bon.

Pas la peine de manger pour dire ne pas laisser, par habitude, par conventions sociales, par inattention...

A bon entendeur...

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

Patience
Marraine

chris212,

J'ai adoré lire ton expérience de la tarte aux fraises ! :-)
Et c'est vrai que parfois, on est terriblement déçu... et outré !

Bravo pour cette expérimentation. En plus, ça me donne envie de vraiment recommencer à déguster : c'est quelque chose que j'ai mis de côté ces derniers temps...

Au plaisir de te lire

louise.parr.
Ancien abonné

C'est drôle comme on peut avoir des expériences différentes de ce programme!

 

Chris, je t'envie presque d'accrocher autant à la dégustation!

Moi j'ai eu une révélation à l'étape de la faim (qui était la première pour moi) et j'avais lu pas mal de retours sur le forum et les chats sur la dégustation qui changeait la donne pour certains participants. Mais j'ai été plutôt déçue frown

Je ne sais pas si je faisais comme il fallait mais je ne ressentais pas de différence très marquée entre le goût à la dégustation et le goût quand je mange normalement. Au pire, j'avais l'impression que décortiquer les saveurs gâchait un peu l'alchimie des plats (en se disant par exemple : tiens des pâtes et du basilic et des pignons au lieu de se dire tiens des pâtes au pesto), mais je n'ai pas eu de réelle révélation sur mon alimentation à cette étape!

Peut-être que ça s'est fait sans que je m'en rende compte puisque j'ai appris à mieux identifier ma satiété quelque part avant l'étape de la satiété mais j'espérais que l'étape de la dégustation me ferait découvrir des tas de choses sur mes goûts, et non, pas du tout! A la fin je l'ai même bâclée parce que je ne voyais pas bien ce que j'en tirais à part à voir des spaghettis en bouillie dans la bouche blush

En tout cas c'est agréable de voir que ça a bien marché pour toi! cheeky

izabelle
Animatrice forum

bravo Chris pour cette expérience très bien racontée !

il me semble que parfois on mange la tarte  parce que "l'idée" de la tarte est alléchante, tarte aux fraises, dessert de printemps, dessert de fête des mères, fruits rare  (et de printemps pour les premières)

mais en étant ainsi dans le présent  au lieu de t'attacher à l'idée de la tarte aux fraises,  tu étais vraiment dans la réalité de cet aliment-là,  qui ressemblait à une tarte aux fraises, mais sans vraie fraises

être dans le présent et nos sensations nous permet vraiment de faire des choix bien différents que lorsque l'on reste dans nos pensées !

et ces choix ne se font pas par un effort de volonté, mais simplement d'attention et de conscience

c'est réellement ce qui permet de pouvoir manger durablement selon ses sensations

izabelle
Animatrice forum

louise, moi je suis comme toi !

je n'ai pas trop aimé l'étape de la dégustation..... sur le moment

par contre ça m'a fait du remue-ménage

 

tout d'abord je n'ai pas apprécié le carnet que je trouvais trop intellectuel

pour moi la dégustation cela n'est pas sentir la saveur boisée  ou je ne sais pas

c'est plutôt sentir le plaisir....

 

 

ensuite je me suis aperçue que trop de plaisir.....   pour moi ça me fait peur

cela m'a renvoyé directement au fait que comme toute émotion, mes émotions alimentaires positives, comme le plaisir gustatif, j'essayais de les éteindre

il faut dire que j'ai essuyé quelques regards froids et perplexes quand je m'extasais sur des saveurs, me faisant sentir  "bizarre"

 

 

bref  tout ça pour dire que la dégustation je n'avais pas non plus accorché plus que ça à l'époque

 

sauf qu'aujourd'hui c'est tout le contraire, j'adore ça

- parce que je n'ai plus besoin d'étouffer mes émotions positives

- parce que j'ai de bien meilleurs produits  (panier AMAP, verger bio)

- parce que j'ai plus souvent un bonne faim  qui est la condition sine qua non  pour que les choses soient bonnes

 

 

pour la dégustation comme pour d'autres étapes, c'est parfois  "après"  que l'on en mesure toute la dimension

le travail continue....

chris212
Marraine

[quote=Patience]

chris212,

J'ai adoré lire ton expérience de la tarte aux fraises ! :-)
Et c'est vrai que parfois, on est terriblement déçu... et outré !

Bravo pour cette expérimentation. En plus, ça me donne envie de vraiment recommencer à déguster : c'est quelque chose que j'ai mis de côté ces derniers temps...

Au plaisir de te lire

[/quote]

Bonjour Patience,

De temps en temps, je continue de remplir les fiches de dégustation des aliments pour le plaisir.
En fait ça me permet de retrouver des sensations, des émotions parfois bien enfouies et que refont alors surface.
Au départ, je l'ai fait comme demandé avec le pain, la pomme ... Maintenant, je le fais même avec les plats. Et ça il arrive que ce soit en famille...

Demain je termine l'étape de la dégustation. Pour le moment que du plaisir... et aussi du plaisir retrouvé avec certains aliments.

A bientôt peut-être.

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

chris212
Marraine

[quote=louise.parr]

C'est drôle comme on peut avoir des expériences différentes de ce programme!

Chris, je t'envie presque d'accrocher autant à la dégustation!

Moi j'ai eu une révélation à l'étape de la faim (qui était la première pour moi) et j'avais lu pas mal de retours sur le forum et les chats sur la dégustation qui changeait la donne pour certains participants. Mais j'ai été plutôt déçue frown

Je ne sais pas si je faisais comme il fallait mais je ne ressentais pas de différence très marquée entre le goût à la dégustation et le goût quand je mange normalement. Au pire, j'avais l'impression que décortiquer les saveurs gâchait un peu l'alchimie des plats (en se disant par exemple : tiens des pâtes et du basilic et des pignons au lieu de se dire tiens des pâtes au pesto), mais je n'ai pas eu de réelle révélation sur mon alimentation à cette étape!

Peut-être que ça s'est fait sans que je m'en rende compte puisque j'ai appris à mieux identifier ma satiété quelque part avant l'étape de la satiété mais j'espérais que l'étape de la dégustation me ferait découvrir des tas de choses sur mes goûts, et non, pas du tout! A la fin je l'ai même bâclée parce que je ne voyais pas bien ce que j'en tirais à part à voir des spaghettis en bouillie dans la bouche blush

En tout cas c'est agréable de voir que ça a bien marché pour toi! cheeky

[/quote]

Et bien pour moi c'est tout le contraire... Si j'ai apprécié l'étape sur la dégustation, pour la faim, ça a été beaucoup plus difficile. Un parcours semé d'embûches, de difficultés... Il est vrai que j'appréhendai beaucoup cette étape avant même de la commencer.

Mais j'en ai tiré du positif. J'ai retrouvé mes sensations de faim. J'arrive à distinguer la petite faim, la bonne faim et la grande faim... Pour moi, la révélation s'est faite sur cette étape.

El le hasard a voulu que mercredi dernier je me retrouve face à la grande faim. J'étais vraiment très mal. J'ai pu la reconnaître et mieux la vivre.
Et la dégustation m'a permis de ne pas me jetter sur les aliments et de manger lentement malgré tout.

Mais l'étape sur la Dégustation ! Que du plaisir !
En fait je ne cherche pas à décortiquer. Mais il est vrai que je retrouve l'odeur, le goût, les réactions en bouche des aliments.
Mais c'est l'ensemble qui va m'apporter le plaisir !

En fait ensuite on intégre tout ça et la dégustation fait partie du repas. 

Je termine demain cette étape..

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

Patience
Marraine

[quote=chris212]

En fait ensuite on intégre tout ça et la dégustation fait partie du repas. 

[/quote]

 

Tout est dit ! ;-)

chris212
Marraine

Bonsoir Izabelle,

Quelques lignes  pour en finir avec la dégustation.

 

[quote=izabelle]   louise, moi je suis comme toi !

je n'ai pas trop aimé l'étape de la dégustation..... sur le moment

par contre ça m'a fait du remue-ménage 

tout d'abord je n'ai pas apprécié le carnet que je trouvais trop intellectuel  [/quote]

 

Personnellement, j'ai adoré cette étape.
Bien plus que celle sur la faim que j'ai trouvé très difficile à vivre...

Comme pour toi, grand remu ménage ou "remu méninges" !

Cette étape de la dégustation que je viens de terminer m'aura permis de retrouver mes marques.
Je me suis à nouveau autoriser à savourer, à déguster sans culpabité, sans complexe, sans me poser de questions.

 

[quote=izabelle]     ensuite je me suis aperçue que trop de plaisir.....   pour moi ça me fait peur

cela m'a renvoyé directement au fait que comme toute émotion, mes émotions alimentaires positives, comme le plaisir gustatif, j'essayais de les éteindre  [/quote]

Effectivement, déguster c'est s'autoriser à éprouver du plaisir.
Cette étape m'a permis de renouer avec le plaisir des sens qu'il soit visuel, olfatif, gustatif, auditif...  
C'est presque une forme de sensualité... 

 

[quote=izabelle]    il faut dire que j'ai essuyé quelques regards froids et perplexes quand je m'extasais sur des saveurs, me faisant sentir  "bizarre"   [/quote]

Moi aussi, j'ai essuyé quelques regards et réflexions. Et oui, le regard de l'autre encore...
Mais tant pis. On m'a dit : "tu ne crois pas que tu exagère un peu..."
Maintenant c'est vrai que l'expérimentation par elle-même est plus facile à mener si on ne partage pas le repas avec la famille ou avec d'autres personnes.

Rien ne nous oblige à renifler la nourriture, à machouiller de façon "ostentatoire".
On peut aprécier l'odeur, les arômes d'un aliment ou d'un plat lorsqu'il arrive sur la table ou lorsqu'on l'approche.
On a tout le plaisir visuel avec les couleurs, l'aspect, la présentation.
Le toucher se fait aussi "dans la bouche" avant même de mâcher.
Quand on commence à mâcher c'est l'explosion des saveurs en bouche.

A moins qu'on soit seul et alors peu importe. On peut alors se comporter un peu comme un enfant.

Mais je pense qu'on peut prendre cette étape comme une série d'exercices, d'expériences qui permettra de réapproprier toutes ces sensations, ces plaisirs que l'on ose pas ou plus éprouver.

Ensuite on peut les (ré)intégrer dans la vie de tous les jours pour faire de la dégustation une alliée.

 

[quote=izabelle]    pour la dégustation comme pour d'autres étapes, c'est parfois  "après"  que l'on en mesure toute la dimension  [/quote]

Tout à fait d'accord. Il faut laisser le temps faire son oeuvre.  Au fil du temps, on réalise ce que cette nouvelle étape nous aura apporté.
Et comme on dit "100 fois sur le métier remettre son ouvrage"

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

chris212
Marraine

[quote=izabelle]

pour moi la dégustation cela n'est pas sentir la saveur boisée  ou je ne sais pas

c'est plutôt sentir le plaisir....

ensuite je me suis aperçue que trop de plaisir.....   pour moi ça me fait peur

cela m'a renvoyé directement au fait que comme toute émotion, mes émotions alimentaires positives, comme le plaisir gustatif, j'essayais de les éteindre  [/quote]

 

Pour moi, la dégustation c'est une madeleine de Proust.
On peut alors retrouver des souvenirs, des images, des sensations et des émotions.

La saveur boisée dont tu parles, par exemple.
Pour moi, la saveur boisée je la ressens lorsque je déguste une bonne omelette ou une poêlée aux champignons.
On la retrouve dans l'assiette. wink

En fait, je l'associe aussi à l'enfance, à la famille.
Avec mes parents on partait le dimanche en forêt pour la journée.
Pique-nique au bord de l'eau, puis cueillette des champignons...
Grande balade plus ou moins ardue dans les sous-bois. On partait pour plusieurs heures à la recherche des chanterelles, des giroles, des trompettes de mort, des cèpes, des bolets... J'ai appris à reconnaître et à respecter les champignons. 
Parfois on trouvait quelques myrtilles ou des fraises des bois ! 

J'adorais ça ! Que de souvenirs... Une fois à la maison, il fallait encore trier, préparer...

Une fois rentrés, le soir on partagait une bonne omelette...


Si je m'autorise à déguster, j'ai plus que de la nouriture.smiley C'est aussi une source de plaisir !

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

chris212
Marraine

Retour sur la dégustation... 100 fois sur ton métier tu remets ton ouvrage ...

Rien n'est plus vrai !

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

aby00.
Abonné
Très intéressant ce fil... Je n'en suis qu'à l'étape body scan, qui m'est très difficile, je ne sais pas pourquoi alors que RPC ok En vous lisant je me dis que wouah... Long ce parcours CHRIS... Par ex, qui remonte le fil sur plusieurs mois Vous avez été découragé aussi ? Je n'ai pas l'habitude des régimes, peut-être ceci explique cela Bien à vous
liegama.
Ancien abonné

Ce fil m'a permis de comprendre que mon blocage de plusieurs mois (8 mois au total!!! rien que ça) sur la dégustation (version 2, la première fois que j'ai fait l'exo j'ai pu éliminer nombre d'aliments tabous que je n'aimais pas ce qui était positif) est lié à ma peur de prendre du plaisir et ma peur d'être déçue.

Je m'explique, je vis la dégustation en mode "tout ou rien" de perfectionniste; si je mange en dégustant, je veux absolument être satisfaite (parfaitement satisfaite) par mon repas; or quand je sens qu'il y a des obstacles à cette satisfaction (repas médiocre, trop de bruit, mon enfant qui me stress...) alors je laisse tomber et je pars en mode j'avale tout et très vite, ce qui fait que je mange encore et toujours trop.

Si par hasard toutes les conditions pour déguster sont réunies, alors je suis satisfaite et je prends du plaisir (ce qui arrive une fois par mois maximum) mais j'ai peur de prendre trop de plaisir, car alors se profile en contrepoint  toutes les fois où je ne me suis pas autorisée à prendre du plaisir et cela me rend alors triste ou alors je vais être dépassée donc il me faut "dompter" cette émotion. 

C'est pas gagné à ce que je vois.

chris212
Marraine

[quote=aby00]Très intéressant ce fil... Je n'en suis qu'à l'étape body scan, qui m'est très difficile, je ne sais pas pourquoi alors que RPC ok [/quote]

Bonsoir Aby,

Comme toi, j'adhère complètement à la PC sous toutes ces formes d'ailleurs. Mais le body scan, ça coince. Je ne désespère pas d'y parvenir un jour... Lequel, je ne sais pas... Je laisse les choses mûrir tranquillement. Je pense qu'on ne pas tout changer en même temps. J'y reviendrai dans quelques temps... Il y a tant à explorer avec LC.

[quote=aby00]... En vous lisant je me dis que wouah... Long ce parcours CHRIS... Par ex, qui remonte le fil sur plusieurs mois Vous avez été découragé aussi ? Je n'ai pas l'habitude des régimes, peut-être ceci explique cela Bien à vous[/quote]

Le découragement vient parfois, l'envie de tout envoyer ballader... J'ai connu ça il y une quinzaine de jours... J'ai réussi à me remotiver... Et c'est reparti pour un tour !  
J'ai besoin du cadre proposé par LC. J'apprends énormèment en lisant l'expérience des autres.
J'ai alors constaté qu'effectivement les choses bougent mais très lentement.
Et à priori les nouveaux acquis commencent à prendre racine, si j'ose dire.

De la bienveillance envers soi, et comme dit Izabelle, savoir se prendre par la main comme un petit enfant... 
Mais il faut réellement de la constance...  

J'ai fait des régimes oui, de grosses bêtises en croyant bien faire...
Je m'évertuais à manger coûte que coûte  fruits et légumes par jour même sans faim.
Je ne sautais pas de repas même si je n'avais pas faim par peur de prendre du poids.
Je me suis affamée... Je me suis dégoûté de certains aliments tellement j'en ai mangé, sous prétexte qu'ils ne pouvaient pas faire de mal... J'ai connu les gros pots de fromage blanc à 0% insipide à souhait...
J'ai connu la boulimie et l'hyperphagie nocturne... Bref un grand désordre du comportement alimentaire !

Là, j'essais de recoller les pots cassés... C'est très lent... 

En tous cas bienvenue sur LC et bonne route

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

chris212
Marraine

[quote=liegama]

Ce fil m'a permis de comprendre que mon blocage de plusieurs mois (8 mois au total!!! rien que ça) sur la dégustation (version 2, la première fois que j'ai fait l'exo j'ai pu éliminer nombre d'aliments tabous que je n'aimais pas ce qui était positif) est lié à ma peur de prendre du plaisir et ma peur d'être déçue.

Je m'explique, je vis la dégustation en mode "tout ou rien" de perfectionniste; si je mange en dégustant, je veux absolument être satisfaite (parfaitement satisfaite) par mon repas; or quand je sens qu'il y a des obstacles à cette satisfaction (repas médiocre, trop de bruit, mon enfant qui me stress...) alors je laisse tomber et je pars en mode j'avale tout et très vite, ce qui fait que je mange encore et toujours trop.

Si par hasard toutes les conditions pour déguster sont réunies, alors je suis satisfaite et je prends du plaisir (ce qui arrive une fois par mois maximum) mais j'ai peur de prendre trop de plaisir, car alors se profile en contrepoint  toutes les fois où je ne me suis pas autorisée à prendre du plaisir et cela me rend alors triste ou alors je vais être dépassée donc il me faut "dompter" cette émotion. 

C'est pas gagné à ce que je vois.

[/quote]

Bonsoir Liegama,

Moi non plus je ne supporte pas le bruit, le brouhaha lorsque je mange ; ça me gêne beaucoup pour déguster mon repas.
C'est vrai qu'avec un petit enfant, c'est pas facile.

Par contre j'accepte tout à fait le plaisir retrouvé que me procure lé dégustation. Je l'apprécie à sa juste valeur.
Je n'éprouve ni peur ni culpabilité...
C'est une émotion que j'accueille avec plaisir.smiley

Le fait de déguster à nouveau, de prendre le temps de déguster ce que je mange et de que j'aime, non seulement d'éprouver du plaisir mais de limiter ma consommation. La dégustation est un moyen très utile pour mieux reconnaître sa faim et arriver à sentir si l'on a encore faim... wink
Pour moi la satiété n'est encore qu'un mot.
Enfin je n'en suis pas encore là dans le programme. Mais c'est ce que je pressens.


Je commence à comprendre que le perfectionnisme n'est pas forcèment un atout... Et qu'il faut que j'arrive à lâcher prise... Mais bon chaque chose en son temps. La prise de conscience est un premier pas dans de sens.

A +

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

Clara1975.
Abonné

Je peux deguster et savourer, surtout si j'ai une bonne faim, mais rapidement, le goût et le plaisir s'estompent et je sens qu'il faudrait que je cesse de manger. À ce moment là, grosse EME et j'anesthesie TOUT pour être certaine de rien laisser, de pouvoir tout finir.

Il faut vraiment que j'arrive à faire cette pause au milieu du plat, recevoir ce flots d'émotions, les laisser prendre leur place en moi plutôt que de remplir avec des bouchées vite avalées...

liegama.
Ancien abonné

Je crois avoir compris un nouveau truc sur ma difficulté à déguster; j'ai refait un carnet alimentaire et j'ai découvert que je mangeais 90% du temps avec une petite faim, voir pas faim du tout (à cause c'est l'heure). Du coup, les rares fois où j'essayais de déguster, je ne trouvais pas cela hyper bon vu que je n'avais pas assez faim et j'en avais déduit que je ne savais pas déguster. 

Mais les quelques fois où j'ai mangé avec une bonne faim, même si je n'ai dégusté que la première bouchée, j'ai noté une différence dans le plaisir.

Autre blocage, un peu comme toi Clara c'est que très vite le plaisir s'estompe et j'ai besoin de tellement moins de nourriture que ma tête le pense que ça me frustre. Alors je pars en EME;

chris212
Marraine

Tout à fait, je me dis la même chose... Lors de la dégustation vient le moment où le goût s'estompe, le plaisir diminue... C'est le moment où l'on devrait cesser de manger... Soit parce que l'on a plus faim de cet aliment, soit parce que la faim n'est plus là du tout... C'est là que beaucoup de choses se jouent ! 
Accepter de s'arrêter alors que l'on a beaucoup moins mangé que d'habitude... 
Mais que tout nous dit que c'est suffisant...

C'est difficile et très frustrant... Mais c'est sans doute l'une des clés du changement. wink

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

izabelle
Animatrice forum

c bien ça travaille par ici !!!

ça va venir....

continuer à vous observer c'est ça la clé

sans vouloir trop forcer, mais saisir le moment où finalement les obstacles se sont levés et on peut tenter sa chance, à s'écouter aussi dans "l'arrêt"

X