Dégustation des repas pendant 10 jours - 11122015

Pititbout17.
Ancien abonné

Bonjour, Je viens par ici car j'éprouve de grosses difficultés avec cette étape. Je ne sais pas  pourquoi, mais je n'éprouve pas de plaisir à la dégustation de mes repas. J'ai toujours l'impression de ne pas avoir assez porté d'attention aux aliments, les pensées prennent le dessus très rapidement et du coup j'ai l'impression de mal faire.  Je crois ne pas avoir compris ce que je dois faire en fait.  Déguster mes repas pendant 10 jours ? Ça veut dire quoi ? Plonger le doigt dans ma soupe pour sentir sa texture ? Ne pas macher de suite les aliments,  à chaque bouchée ? Je n'ai pas du saisir la dégustation de repas entiers. Vous pouvez m'éclairer svp ? Parce que le tout se solde pyr de grosses Eme :(

Merci beaucoup pour votre aide !

 

Commentaires

liegama.
Ancien abonné

C'est vraiment ça qui est difficile accepter de s'arrêter et constater pour ma part que le 1/4 de ce que je mange d'habitude (ce qui s'est produit 4 fois ces 3 derniers jours) me suffit. 

Aussitôt de multiples pensées automatiques m'habitent : tu ne vas pas tenir jusqu'à ce soir, ou ce midi, tu va avoir faim très vite (et alors c'est bien non?), tu vas faire baisser ton métabolisme (je sais pas pourquo je pense ça). 

Je ne ressens pas encore hyper nettement le plaisir diminuer, mais par contre quand je commence avec une bonne faim je ressens vite la satiété, la sensation de non-faim. 

choucathou.
Abonné

Bonsoir à tous et toutes

je voudrais suivre ce post . ce que j'y ai lu me parle car j'ai un gros souci avec la dégustation: je me dépêche pour m'anesthésier , du coup je ne déguste pas. Voilà donc un chemin pour moi.

Chou

chris212
Marraine

Je trouve la dégustation beaucoup plus simple sur la bonne faim.
En situation de grande faim, la faim est tellement présente qu'on avale plus qu'on ne mange... Et dans la précipitation, la dégustation n'a pas sa place.

Quant à la petite faim, il faut être très attentive à la dégustation de la première bouchée car c'est peut-être la seule qui va me satisfaire... et me suffire... Du moins si j'accepte d'écouter mes sensations !   wink

Je ne ressens pas encore de plaisir à diminuer mes quantités... Je m'observe.

Vendredi dernier pour la première fois au repas de midi, j'ai jeté sans difficulté le restant des spaghettis à la tomate. Et sans culpabiliser... J'ai quand même hésité un peu je dois le reconnaître. Mais il me semble avoir lu dans l'étape sur les aliments tabous que même si beaucoup n'ont rien à manger on ne doit pas pour autant se transformer en poubelle.
Je me dis aujourd'hui, là tout de suite  et si je ne prenais pas mon dessert ou mon morceau de fromage... Je n'ai plus faim, je le sais, je le sens : je remets au frigo le raisin ou le yaourt.
Et j'essaie de diminuer les quantités sur le plat principal, c'est selon... Je me laisse porter par la vague... Un peu chaque jour.
Un jour ce sera devenu un réflexe, une attitude naturelle.

En attendant, la bienveillance et la patience sont à l'ordre du jour.  smiley

 

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

papaye971.
Ancien abonné

coucou je me joins à vous car je bloque sur ce point...

En effet,des souvenirs de "dégoûtation" (cf autre post de ce forum) m'inhibent un peu sur cette expérimentation.

Mais j'ai décidé de refaire tout le programme, et ce n'est pas négatif de pratiquer cette dégustation, alors pour le moement je me force aussi sur les 3 aliments à déguster.

Aujourd'hui j'ai dégusté une pomme, mais même si j'écoute la bande son pour tenter de "bien" déguster, je vous avoue, que la pomme n'a plus de goût quand je l'avale, et ça devient même dégueu!!!

Alors, je vais être moins rigide, et moins perfectionniste, vaut mieux faire un peu, que pas du tout n'est ce pas... et je vais déguster à ma manière, juste porter mon attention sur le goût sans prendre autant de temps...

Et surtout, je veux continuer à déguster quand j'ai une bonne faim.

Cela fait une semaine que je devais déguster les 3 aliments, et j'ai procrastiné peut etre aussi parce que je ne rafole pas de pomme, ou de pain décongelé! lol j'ai la flemme d'aller à la boulangerie juste pour ça, quand je vais acheter mon pain, c'est que nous en avons envie pour accompagner un bon tajin... mais du coup je ne suis pas dans l'expérience proprement dite.

Alors grâce à ce fil, je vais me forcer (pour que ça devienne automatique) de déguster tous mes repas, au moins au début.

papaye971.
Ancien abonné

Pour le déjeûner, je ne sais pas si j'vais faim ou pas... sensation diffuse, J'ai mangé avec les filles, pour avoir MA PART sans doute, mais du coup j'ai dégusté... un peu... faut pas exagérer tout de même et aller trop vite!!!! loooool

J'avais préparé un assimilé de tartiflette: pomme de terre, lardons et raclette et beaufort fondu. Il fallait biensûr que j'ai moi aussi une assiette.

De très bonnes odeurs émanaient de l'assiette... En bouche, c'était plutôt crémeux, pateux... des arômes très forts... Le sel ne venait que des lardons et du fromage... les pommes de terre etaient cuites juste ce qu'il faut. 

Du coup j'ai rempli ma dégustation du dernier aliment et je passe donc à la prochaine activité: déguster les 3 premières bouchées de chaque plat en conscience.

ET LA, JE LIS CE QUI JE PENSE ME REPOUSSE....

je vous colle les 2 encarts qui m'ont percutée dans les conseils du protocole:

 

SI VOSU AVEZ DES DIFFICULTES A DEGUSTER

Vos difficultés à goûter longuement peuvent traduire votre anxiété ou votre culpabilité à manger. Ces sentiments proviennent de la longue lutte que vous avez menée et qui vous a conduit à vivre les repas comme des moments de lutte. Les aliments sont bons par nature, car nourrissants. Quelle joie de les déguster comme ils le méritent!Lorsqu'on a suffisamment faim, et qu'on n'est pas encore arrivé au rassasiement, bien entendu!

 

JOUBLIE QUE JE DOIS D2GUSTER:

Cet exercice sur la dégustation peut révéler une anxiété face à ce que vous ressentez et pensez lorsque vous mangez. Sans doute cela provient-il du fait que manger a cessé d’être un plaisir pour vous et est devenu un problème.

Manger est une expérience de vie passionnante: on ressent des sensations extraordinaires, parfois merveilleuses, et parfois déplaisantes, selon ce qu'on mange et selon son état nutritionnel. Et cette expérience de vie, nous la vivons plusieurs fois par jour! Enfin, nous la vivons si nous ne la fuyons pas, si nous acceptons d'examiner aussi les pensées qui nous viennent dans ces moments-là. Quelles pensées? Des pensées de culpabilité comme "je n'ai pas le droit de manger ça"? Des pensées comme "je vais grossir, je suis trop grosse, je ne m'en sortirai jamais"? A vous d'aller voir. Examinez vos sensations, vos pensées, vos émotions en pleine conscience, lorsque l'aliment est dans votre bouche.

 

 

DOnc prochaine étape pour moi, la pleine conscience pendant le repas pour écouter mes pensées examiner mes sensations

 
Si vous avez des difficultés à déguster 

Vos difficultés à goûter longuement peuvent traduire votre anxiété ou votre culpabilité à manger. Ces sentiments proviennent de la longue lutte que vous avez menée et qui vous a conduit à vivre les repas comme des moments de lutte. Les aliments sont bons par nature, car nourrissants. Quelle joie de les déguster comme ils le méritent!Lorsqu'on a suffisamment faim, et qu'on n'est pas encore arrivé au rassasiement, bien entendu!

 
 
J'oublie que je dois déguster 

Cet exercice sur la dégustation peut révéler une anxiété face à ce que vous ressentez et pensez lorsque vous mangez. Sans doute cela provient-il du fait que manger a cessé d’être un plaisir pour vous et est devenu un problème.

Manger est une expérience de vie passionnante: on ressent des sensations extraordinaires, parfois merveilleuses, et parfois déplaisantes, selon ce qu'on mange et selon son état nutritionnel. Et cette expérience de vie, nous la vivons plusieurs fois par jour! Enfin, nous la vivons si nous ne la fuyons pas, si nous acceptons d'examiner aussi les pensées qui nous viennent dans ces moments-là. Quelles pensées? Des pensées de culpabilité comme "je n'ai pas le droit de manger ça"? Des pensées comme "je vais grossir, je suis trop grosse, je ne m'en sortirai jamais"? A vous d'aller voir. Examinez vos sensations, vos pensées, vos émotions en pleine conscience, lorsque l'aliment est dans votre bouche.

 
Si vous avez des difficultés à déguster 

Vos difficultés à goûter longuement peuvent traduire votre anxiété ou votre culpabilité à manger. Ces sentiments proviennent de la longue lutte que vous avez menée et qui vous a conduit à vivre les repas comme des moments de lutte. Les aliments sont bons par nature, car nourrissants. Quelle joie de les déguster comme ils le méritent!Lorsqu'on a suffisamment faim, et qu'on n'est pas encore arrivé au rassasiement, bien entendu!

 
 
J'oublie que je dois déguster 

Cet exercice sur la dégustation peut révéler une anxiété face à ce que vous ressentez et pensez lorsque vous mangez. Sans doute cela provient-il du fait que manger a cessé d’être un plaisir pour vous et est devenu un problème.

Manger est une expérience de vie passionnante: on ressent des sensations extraordinaires, parfois merveilleuses, et parfois déplaisantes, selon ce qu'on mange et selon son état nutritionnel. Et cette expérience de vie, nous la vivons plusieurs fois par jour! Enfin, nous la vivons si nous ne la fuyons pas, si nous acceptons d'examiner aussi les pensées qui nous viennent dans ces moments-là. Quelles pensées? Des pensées de culpabilité comme "je n'ai pas le droit de manger ça"? Des pensées comme "je vais grossir, je suis trop grosse, je ne m'en sortirai jamais"? A vous d'aller voir. Examinez vos sensations, vos pensées, vos émotions en pleine conscience, lorsque l'aliment est dans votre bouche.

 
Si vous avez des difficultés à déguster 

Vos difficultés à goûter longuement peuvent traduire votre anxiété ou votre culpabilité à manger. Ces sentiments proviennent de la longue lutte que vous avez menée et qui vous a conduit à vivre les repas comme des moments de lutte. Les aliments sont bons par nature, car nourrissants. Quelle joie de les déguster comme ils le méritent!Lorsqu'on a suffisamment faim, et qu'on n'est pas encore arrivé au rassasiement, bien entendu!

 
 
J'oublie que je dois déguster 

Cet exercice sur la dégustation peut révéler une anxiété face à ce que vous ressentez et pensez lorsque vous mangez. Sans doute cela provient-il du fait que manger a cessé d’être un plaisir pour vous et est devenu un problème.

Manger est une expérience de vie passionnante: on ressent des sensations extraordinaires, parfois merveilleuses, et parfois déplaisantes, selon ce qu'on mange et selon son état nutritionnel. Et cette expérience de vie, nous la vivons plusieurs fois par jour! Enfin, nous la vivons si nous ne la fuyons pas, si nous acceptons d'examiner aussi les pensées qui nous viennent dans ces moments-là. Quelles pensées? Des pensées de culpabilité comme "je n'ai pas le droit de manger ça"? Des pensées comme "je vais grossir, je suis trop grosse, je ne m'en sortirai jamais"? A vous d'aller voir. Examinez vos sensations, vos pensées, vos émotions en pleine conscience, lorsque l'aliment est dans votre bouche.

Si vous avez des difficultés à déguster 

Vos difficultés à goûter longuement peuvent traduire votre anxiété ou votre culpabilité à manger. Ces sentiments proviennent de la longue lutte que vous avez menée et qui vous a conduit à vivre les repas comme des moments de lutte. Les aliments sont bons par nature, car nourrissants. Quelle joie de les déguster comme ils le méritent!Lorsqu'on a suffisamment faim, et qu'on n'est pas encore arrivé au rassasiement, bien entendu!

 
 
J'oublie que je dois déguster 

Cet exercice sur la dégustation peut révéler une anxiété face à ce que vous ressentez et pensez lorsque vous mangez. Sans doute cela provient-il du fait que manger a cessé d’être un plaisir pour vous et est devenu un problème.

Manger est une expérience de vie passionnante: on ressent des sensations extraordinaires, parfois merveilleuses, et parfois déplaisantes, selon ce qu'on mange et selon son état nutritionnel. Et cette expérience de vie, nous la vivons plusieurs fois par jour! Enfin, nous la vivons si nous ne la fuyons pas, si nous acceptons d'examiner aussi les pensées qui nous viennent dans ces moments-là. Quelles pensées? Des pensées de culpabilité comme "je n'ai pas le droit de manger ça"? Des pensées comme "je vais grossir, je suis trop grosse, je ne m'en sortirai jamais"? A vous d'aller voir. Examinez vos sensations, vos pensées, vos émotions en pleine conscience, lorsque l'aliment est dans votre bouche.

chris212
Marraine

[quote=papaye971] ... En effet,des souvenirs de "dégoûtation" (cf autre post de ce forum) m'inhibent un peu sur cette expérimentation. [/quote]

Pour lever l'inibition, autant faire la dégustation avec des aliments que l'on aprécie. Pas avec des aliments qui nous dégoûte. Si on aime pas un aliment je ne vois pas comment on pourrait aprécier sa dégustation.

 

[quote=papaye971] ... Mais j'ai décidé de refaire tout le programme, et ce n'est pas négatif de pratiquer cette dégustation, alors pour le moement je me force aussi sur les 3 aliments à déguster ... [/quote]

Si on me demande de déguster du surimi, je ne le ferai pas... Je ne peux plus le voir même en peinture... Je n'aime pas son goût... Je ne supporte même plus son odeur.

Pourquoi se forcer ? Je ne crois pas que le but de la dégustation soit de nous faire aimer ce que nous n'aimons pas.
Mais plutôt de nous permettre d'éprouver du plaisir à manger ce que nous aimons... mais que nous mangeons dans des quantités parfois trop importantes. 

La dégustation me permet alors de prendre vraiment conscience de ce que je mange, de manger plus lentement, de savourer... et au bout du compte j'en mange moins.
Alors que j'éprouve quand même beaucoup plus de plaisir que d'habitude. Je commence à accepter de m'arrêter de manger sans faire d'effort, sans avoir à y penser...J'espère que ça va durer.

 

[quote=papaye971] ...Aujourd'hui j'ai dégusté une pomme, mais même si j'écoute la bande son pour tenter de "bien" déguster, je vous avoue, que la pomme n'a plus de goût quand je l'avale, et ça devient même dégueu!!! [/quote]

Si tu n'aimes pas la pomme, prend un autre fruit... Un fruit que tu aimes : une poire, du raisin, une grenade, une figue... 

Tu seras peut être surprise. Tu le trouveras peut-être encore meilleur que d'habitude. L'essentiel est de faire l'expérience, pas de se forcer à manger un fruit qu'on aime pas. J'imagine qu'à Mayotte, tu dois trouver un choix de fruits plus large qu'en métropole.

 

[quote=papaye971] ... Alors, je vais être moins rigide, et moins perfectionniste, vaut mieux faire un peu, que pas du tout n'est ce pas... et je vais déguster à ma manière, juste porter mon attention sur le goût sans prendre autant de temps...

Et surtout, je veux continuer à déguster quand j'ai une bonne faim.[/quote]

C'est une bonne idée de déguster soit avec une bonne faim soit une petite. Pour s'entraîner, c'est plus facile.

Maintenant, tu peux essayer juste comme ça de prendre plus de temps pour ta dégustation lorsque tu aimes beaucoup un aliment. Le faire de temps en temps.
De toutes façons, c'est une expérience. 
 

[quote=papaye971] ... Cela fait une semaine que je devais déguster les 3 aliments, et j'ai procrastiné peut etre aussi parce que je ne rafole pas de pomme, ou de pain décongelé! lol j'ai la flemme d'aller à la boulangerie juste pour ça, quand je vais acheter mon pain, c'est que nous en avons envie pour accompagner un bon tajin... mais du coup je ne suis pas dans l'expérience proprement dite.

Alors grâce à ce fil, je vais me forcer (pour que ça devienne automatique) de déguster tous mes repas, au moins au début.

[/quote]

Dans mes souvenirs, il me semble que l'on peut déguster d'autres aliments que la pomme, le pain, le café... On peut aussi expérimenter la dégustation avec d'autres aliments. Pour s'entraîner.

Je comprends que tu préfère le pain frais. Et c'est vrai que faire l'expérience avec un bon morceau de pain bien frais, c'est génial. Pour l'occasion, j'ai été chez mon boulanger acheter une baguette de pain aux graines. Je ne l'ai jamais trouvé aussi bon. Du coup, je n'ai pas eu l'impression que c'était trop long... Bien au contraire !
Par contre pour expériementer, mieux vaut prévoir un moment où tu seras tranquille et où tu n'es pas tenue par le temps.

Pourquoi ne pas faire l'expérience avec une part de tajin. Non pas pour déguster le pain, mais pour déguster le tajin.
Je ne sais pas si le tajin peut se conserver, voire se congeler. Comme ça tu peux essayer un jour où tu es seule.

Je refais l'expérience régulièrement, juste pour voir... pour ça devienne un comportement naturel.
J'essaie de le faire avec des plats lorsque l'occasion se présente.

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

chris212
Marraine

A te lire, on dirait que tu vas vraiment livrer bataille : "MA PART", des fois qu'on te la prenne ou que tes filles ne te laissent rien. et que tu viennes à manquer. smiley

C'est tout l'intérêt d'expérimenter la dégustation sur la petit faim. On mange moins.

Et en pleine conscience, c'est encore mieux.wink

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

papaye971.
Ancien abonné

j'ai sans doute dû mal m'exprimer:

mon but etant de déguster des aliments que jaime, il est évident que je ne vais pas deguster les aliments qui me dégoutent!: mais justement, le problème, cette angoisse c'est de découvrir comme en 2012, que finalement l'aliment que j'aime n'est pas bon!!!!! 

j'ai donc essayé pour cette première expérience de suivre vraiment les indications de LC: ils préconisent de déguster ces aliments d'abord... et biensûr d'autres ensuite. ET j'ai aussi voulu déguster sur toute la durée de l'enregistrement... ben en suivant leurs indications, tous les aliments je les trouve dégueu!

 

Concenrnant MA PART, oui effectivement c'est un véritable problème... et ce ancré depuis mon enfance: ma mère a toujours tout compter, au nombre de pates près! pour une question d'égalité! chacun en a droit autant!!!!

ET du coup, maintenant encore, si je prépare un bon plat, j'ai le besoin d'y gouter, d'avoir une portion, pas forcément équitable à celle de mes filles, mais tout de même, il faut que j'en mange! 

Voilà, mais depuis 2 jours, j'ai terminé la première étape, et miracle, j'ai faim à chaque prise alimentaire et avant de manger, je pratique un instant de respiration, et je déguste au moins le début de chaque plat... mais sans enregistrement, ce qui fait que au moins je déguste, même si je ne reste pas 8 min sur une bouchée... ce n'est pas grave, au contraire, je ne veux pas perdre le plaisir de manger de bonnes choses, (qui le sont moins si je les garde en bouche 8 min!, en tout cas en ce qui mem concerne!)

chris212
Marraine

Ce midi, exercice de dégustation...  smiley

Avec l'arrivée des premiers frimas, un plat de "boeuf carottes pommes de terre". A deux, on en a au moins pour trois fois.

Après avoir laissé mijoter une bonne heure, place à la dégustation !
Les senteurs, les arômes emplissent la cuisine. Quel plaisir un bon plat chaud par ces températures !

Lorsque je soulève le couvercle, la vapeur s'échappe du plat. Une vapeur parfumée, douce, chaude, pleine de promesses.
Pas la peine mettre le nez dans le plat. Les odeurs viennent à moi. Un belle mosaïque de couleur s'offre à mes yeux : des morceaux de légumes jaunes oranges, des petits morceaux de viande marron... Parsemée de persil.

Le goût sucré des pommes de terre et des carottes dominent et accompagne avec bonheur la viande bien tendre. Tour à tour une pomme de terre, puis une carotte, puis de la viande... Les trois ensemble...Mélange parfait. Je laisse le tout fondre lentement dans la bouche. Je déguste lentement.... J'ai l'impression de ne jamais avoir rien mangé d'aussi bon.
Le tout en pleine conscience.

Quel plaisir, quel régal ! A refaire...  cool


NB : je ne passe pas 8 mn sur chaque bouchée, mais la dégustation du plat prend un bon moment.wink

 

 

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

papaye971.
Ancien abonné

Superrrrrrr!!!!!

Cathy4.
Abonné
Bonjour, J'ai repris pour la seconde fois le prpgramme Linecoaching en septembre dernier (je n'étais pas allée jusqu'au bout la première fois), et j'en suis a cette étape de dégustation des repas pendant 10 jours. J'ai de grosses difficultés d'une part a penser a deguster avant chaque repas (le speed de l'emploi du temps, boulot, transports, enfants,...), et aussi je m'adapte trop au rythme de mes proches au détriment du mien (donc paz toujours faim ni disponible pour deguster lorsque je me mets a table). J'ai enfin pris le temps de prendre du temps pour moi sans culpabiliser ce matin et pris le temps d'aller sur le forum et j'ai trouvé ce theme et fil de discussion, ce qui m'a fait énormément de bien ! Notamment prendre conscience, au regard de certains temoignages, que je me mettais trop la pression sur la manière de deguster ; et aussi deculpabiliser de ne pas arriver a deguster avec des aliments ordinaires qui n'attisent pas mon plaisir gustatif. J'en suis a 5 jours de compte rendu et mon echelle de degustation a toujours été dans la moyenne basse...je vais desormais essayer pour les 5 jours qui restent (et après) de choisir des aliments qui me font plaisir et aussi de simplement déjà essayer de prêter une attention particulière au goût, sans m'imposer de devoir faire l'exercice de manière "parfaite" ... comme certaines l'ont dit, l'esprit de Linecoaching c'est aussi ça, ne pas s'imposer la perfection... merci a toutes J'espère arriver a culpabiliser de moins en moins ne serait ce que de prendre le temps de venir échanger sur les forums :)
chris212
Marraine

Hier midi, nouvel exercice de dégustation... Piqûre de rappel...
Autour d'une bonne petite raclette maison !
Exercice périllieux... Aliment réputé pour être bien calorique et ne rien avoir à faire dans le cadre d'un régime... wink

Un bon morceau de raclette Richemonts sorti du frigo un bon moment avant le repas pour qu'il soit à température ambiante. L'odeur du fromage commence déjà à nous chatouiller le nez... Odeur persistante, prenante... Les pommes de terre à l'eau finissent de cuire, une petite assiette de jambon cru et jambon cuit viendront complèter le tout... Des petits cornichons biens croquants et acides pour réveiller les papilles et mieux ressentir le goût de la raclette... Une bonne carafe d'eau fraîche pour accompagner le repas.

Et nous voilà bientôt réunis dans la cuisine autour de notre appareil à raclette... Il fait bon, il fait chaud...
Chacun son poêlon, sa raclette en bois... Belle table campagnarde qui appelle à la convivialité.

Je dépose délicatement ma tranche de fromage dans mon poêlon... le fromage colle un peu au doigt... A chaque tranche que l'on prend l'odeur du fromage s'intensifie... Il commence à fondre lentement...

Pendant ce temps là , j'organise mon assiette : j'ôte la peau de mes morceaux de pomme de terre grossièrement coupés... 
Je commence à couper de petits morceaux de jambon pour en profiter plus longtemps. Qu'est-ce que ça sent bon !

ça y est ! le fromage est fondant, coulant à souhait... Et hop, je renverse mon poêlon sur mes pommes de terre... 

Le fromage est venu habiller la pomme de terre d'une robe jaune bien épaisse, brillante, chaude... J'ajoute un morceau de jambon cru. Le salé du jambon rompt le côté un peu sucré de la pomme de terre. Hum ! Et un petit morceau de fromage tout seul pour voir... Et un morceau de pomme de terre, et un morceau de jambon...
Et tout ensemble !

Je savoure lentement chaque bouchée... L'alliance du fromage fruité, fondant et onctueux et de la pomme de terre est parfait. La pomme de terre fini de fondre lentement dans la bouche... Les cornichons viennent de temps en temps réveiller les papilles et permettent de mieux ressentir le goût de la raclette...

Du fait de la dégustation et sans doute des cornichons, ça nous a semblé peu gras et pas bourratif.

Une bonne raclette dégustée en étant à l'écoute de ses sensations, de sa faim et de sa satiété, ça change tout.
En plus, pas de sentiments de culpabilité, que du plaisir ! yes

Pour clôre le repas, une petite clémentine tout droit venue d'Espagne bien acide, légérement sucré qui explose dans la bouche. Une petite merveille. La première clémentine de l'hiver. Elle n'en est que meilleure.smiley

Moment de partage en famille, chaleureux... à refaire !

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

chris212
Marraine

Quelques précisions :  angle

- Toujours pas de sentiment de culpabilité.
- Pas faim jusqu'au soir, où j'ai ressenti une miniscule petite faim. J'ai pris un yaourt bien frais.
- Par contre à  23 heures , j'ai ressenti une bonne faim... Pour ne pas dire une grande faim, vu les sensations.

Un petit pain au lait et sous la couette pour une bonne nuit.cool

"On ne voit bien qu'avec le cœur. L'essentiel est invisible pour les yeux !" Saint-Exupéry

AnnedeParis
Abonné

Bonne nouvelleyes

L'enseignement de l'exemple est le seul qui entraîne, parce que l'exemple, c'est la vie, au lieu d'être la leçon. yes
 

Haut de page 
X