Deux mois, plutôt joyeuse. - 30062012

Ninon.
Marraine

Bonjour.

Je recase ici mon témoignage parce que je l'aime bien, voilà :)

 

Je suis, comme nombre de femmes, « victime » de régimes à répétition. Je crois avoir « disparu », au sens d’avoir perdu mon propre poids plusieurs fois. Petite fille ronde, ado boulotte, des coupe-faim à 17 ans, et depuis, le yoyo, bien sûr. Avec chaque fois une sorte de grande tristesse mortifiée.

Je cherchais « autre chose », je refusais, depuis des années, les « je mange de la poudre », les « je mange des protéines et du son d’avoine comme un cheval ». Mais je ne trouvais pas. J’avais lu un livre de Zermati, un autre d’Apfeldorfer, ça m’avait plu. J’en avais parlé à ma psy, puis avec une amie qui voit, en province, une généraliste du GROS.
Je suivais le blog de Caroline, « Pensées de ronde », et c’est comme cela que j’ai fini par découvrir que la méthode était accessible sur le Net. Je crois que j’ai hésité (pour des raisons financières) deux jours, le temps d’être appelée, rassurée, et de me dire que j’avais des centaines de fois dépensé 19 euros par mois beaucoup plus bêtement.

J’ai jeté un œil au site de Dukan, que ma mère, hélas, a pratiqué il y a un an et demi. Beaucoup maigri, visage épuisé, grosse fatigue, elle a tout repris, bien sûr.
Sur Linecoaching, ça m’amuse, ça parle à mon cerveau, à mon cœur aussi, ça ne me met pas dans une situation de coupable. Et puis c’est un peu « joueur », un peu introspectif (même beaucoup). Je n’ai pas le sentiment d’être prise pour « la vilaine grosse qu’on va affamer pour la faire rentrer dans son bikini mais elle sera laide quand même ».
Je crois que, confusément, j’ai trouvé ce que je voulais. Je suis rassurée. Pas trop inquiète. J’avance, je prends, je laisse, j’adopte. Je suis parfois perplexe, mais je note, j’écris, je me « recadre » assez bien, je crois.

Je ne me suis pas pesée. Ma balance n’a plus de piles. Mais j’ai jeté un jean, beaucoup, beaucoup trop grand, et l’autre va suivre le même chemin. Je remets des tuniques qui m’étaient trop serrées aux bras, aux épaules. Mon chéri estime (mais il m’aime, est-il objectif ?) que j’ai perdu dix kilos, ça me semble un peu foufou mais…
J’ai trouvé dans ce programme du sens, et du bon. De la gentillesse envers soi. Un vrai pas vers la légèreté de l’âme.

 

Ici, j'aime bien ces étapes pas trop longues. J’aime remplir les carnets même si c’est un peu contraignant, ça aide aussi à ne pas faire n’importe quoi de savoir qu’on va l’écrire, le lire, le regarder. Je mange beaucoup moins. J’ai beaucoup moins de compulsions. Je mange quand j’ai faim, je ne mange que ce que j’ai envie de manger. J’ai encore des soucis avec la satiété, mais rien à voir avec « avant ». Je suis bien plus tranquille, ma colère, mon dépit, mes frustrations ne sont plus cachées derrière du chocolat.
Pour le parcours forme : je m’en suis servie beaucoup le premier mois, moins ensuite dans la mesure où j’ai plutôt essayé de marcher vraiment davantage. Et je vois que ça marche, je suis moins essoufflée quand je grimpe la méchante côte du parc à côté de chez moi.

 

Voilà !

Commentaires

Zéphyr.
Abonné

merci pour ton témoignage Ninon! j'aime bien ton récit sobre, rassurant, convaincant, même si je n'ai pas de doute j'aime bien les témoignages comme le tien qui remotivent à bloc! Pour le parcours forme, moi aussi je l'ai vraiment considéré à part du reste, mais je suis bien contente de le trouver de temps en temps quand j'ai envie de me bouger, pour le plaisir et non pas dans le but de mincir.

Bonne continuation!

lorraine
Marraine

Bravo Ninon pour ton début de parcours bien engageant et engagé...

Je me reconnais bien quand tu exprimes tes sentiments vis à vis de LC, le soulagement que je perçois dans tes propos d'avoir su trouver le bon endroit.

Bonne continuation et à bientôt

mamzelzoï.
Abonné

Un bien joli témoignage!!!! J'aime beaucoup la "légèreté de l'âme"...

Haut de page 
X