Entre Noel et Nouvel an

black-kam.
Abonné

Bonjour Docteurs, Bonjour à tous,

Comment gérer cette transition entre noël et nouvel an ? A noël j'ai repris l'habitude de remanger sans faim, en quantité supérieur à mon appétit (ce qui reste clairement en deçà d'avant) et sans RPC.

Encore aujourd'hui je n'arrive pas à m'y remettre. J'ai commencé avec un peu de cohérence cardiaque grâce à une appli téléchargée gratuitement sur mon smartphone mais plus possible de faire de la RPC. Je m'accroche à celui des 3 min mais il me semble quand même durer une éternité.

Sans compter que nouvel an approche et ses excès aussi. Ou trouver la sérénité? 

Refuge que j'expliquais à ma binôme : faire quelques jours (jamais prévu à l'avance, parfois une journée, parfois deux ou trois) de cure de fruits et légumes à volonté. Même des fruits secs, des jus, des compotes... Je me fais plaisir et cela m'aide à raccrocher LC (je précise que je ne me pèse pas du tout depuis Noël ou j'avais constaté avoir repris 2kg... J'évite la balance pour ne pas me déclencher d'EME, et puis de toute façon je SENS que je suis un peu bedonnante).

 

Au plaisir de vous lire,

 

Joyeux noël et bonne année

Commentaires

capuccino
Marraine

Bonsoir,

Il est vrai que cette période de fêtes peut-être périlleuse pour toutes celles qui sont encore en période de turbulences vis à vis de leur comportment alimentaire.

Une exposition trop importante à tous ces aliments encore très/trop tabous entraine des EME qu'on gère du mieux qu'on peut en se faisant confiance et en se répétant que la régulation fera son travail plus tard.

Les périodes de fêtes elles-mêmes peuvent être source d'EME mais pour d'autres raisons que la nourriture et à la fin tout s'embrouiller.

Je ne sais pas où tu en es du programme actuellement et je ne sais pas à quel outil tu as accès.

Te sentirais-tu capable d'accepter cet inconfort sans lutter ? Te sentirais-tu capable de l'accepter, de lui faire une place en toi et te faire confiance sur ta capacité à jouer le roseau plutôt que le chêne ?

Tu as trouvé un début de solution à ton problème, est-ce qu'elle te convient ou pas ?  

coolosse.
Abonné

SALUT

Pour te faire part de mon experience,j ai traversé des périodes comme tu traverses,ça n était pas forcément les fétes ,mais j avais relaché mon attention sur la dégustation ,j etais carrément démotivée avec des resultats sur balance de +1 à 2 kgs;l impression d etre perdue ,de ne plus savoir à quoi me rattacher dans le programme...c'etait dur ,car j avais traversé la douce periode du début ou j etais pleine de bonnes intentions.

LC continuait de me hanter ,j y pensais...je savais que j allais me reprendre ...mais quand ?Alors franchement j ai eu bcp de soutien sur mon blog sur les forums et j ai repris petit à petit ,j ai recommencé à me requestionner sur ma faim ,j ai accepté ce passage avide ,je pense qu il yen aura d autres mais je les aborderais avec plus de serenité je pense

j ai aussi eu un entretien avec la coach pour faire part de mon désinvestissement de mes blocages

Ne minimise pas les petites choses que tu fais car c'est grace à ces petites choses que tu vas faire des grandes choses,elles ont leur importance.Tu fais de ton mieux avec les armes que tu as ,accorde toi de la bienveillance

Plus j avance dans Lc plus je me rends compte que le chemin est long avec ses hauts ses bas...c'est la vie finalement avec nos émotions

Et ça vaut le coup

Savoure les bonnes choses des fetes ,tente de les déguster et dis toi que toutes ces bonnes choses tu peux les retrouver quand tu veux

G.Apfeldorfer
Votre coach

Bonjour black-kam et tout le monde!

Au moment des fêtes, nous sommes extrêmement sollicités pour manger beaucoup plus que notre appétit. N'est-ce pas cela, la fête ? Il s'agit de réjouissances, et les réjouissances sont rarement sans excès. Pourquoi donc s'en priver ?

En fait, je pense qu'il y a plusieurs façons de gérer la situation. La première consiste à respecter ses sensations alimentaires de faim et de rassasiement y compris pendant les repas de fête. On ne mangera donc pas de petits fours et de chocolat entre les repas si l'on n'a pas faim, et durant le repas, on sera conduit à laisser beaucoup d'aliments dans son assiette, pour pouvoir goûter aux plats suivants. Si la faim nous quitte avant le repas, on sera conduit à ne pas prendre de fromage et de desserts.

Je suis sûr que cette stratégie devrait plaire aux perfectionnistes. Mais est-il absolument nécessaire de l'être, perfectionniste ?

Une autre façon de gérer la situation consiste à accepter de manger au-delà de son appétit, entre les repas et pendant les repas. Après avoir bien trop mangé, comme tout le monde, on attendra le retour de la faim qui, sans doute, prendra son temps pour revenir. Le petit déjeuner et probablement le déjeuner du jour suivant seront absents ou très allégés.

Si un second excès s'avère nécessaire pour des raisons sociales (au premier de l'an, on rend visite à la Tante Jeanne qui a préparé du gâteau) on mangera là aussi trop et sans scrupules. Puis on attendra le retour de la faim et on mangera très légèrement son absence.

C'est cette stratégie là que la plupart des gens emploient : après les festivités, on est plus ou moins dégoûté des aliments riches, et on a envie de légumes et de salade durant quelques jours. Le poids pris durant les festivités s'efface spontanément en une semaine à 10 jours.

 

Par ailleurs, black-kam, vous semblez avoir des difficultés avec les exercices de pleine conscience. J'en profite pour vous rappeler que la démarche de la pleine conscience est en réalité très différente de celle des méthodes de relaxation, dont les techniques de cohérence cardiaque font partie.

Dans les techniques de relaxation, ce que l'on recherche, c'est une forme de bien-être, de détente et d'apaisement. Dans les techniques de pleine conscience, ce que l'on recherche, c'est de prendre pleinement conscience de son état présent, que cet état soit désagréable ou bien agréable. Cela revient à accepter ses pensées pénibles et ses émotions désagréables sans chercher à les éliminer, sans jugement. On augmente alors sa tolérance émotionnelle et on devient de moins en moins sensible à des émotions qui pouvaient auparavant nous faire manger. Et on constate aussi qu'à partir du moment où on accepte la présence de ses émotions et de ses pensées pénibles, elles ont elles ont tendance à s'effacer d'elles-mêmes, si bien que l'humeur se rétablit naturellement.

Je comprends que la démarche de pleine conscience soit beaucoup plus difficile que celle de la relaxation et exige bien plus de courage. Personnellement, avant de découvrir les techniques de pleine conscience, j'utilisais avec mes patients différentes techniques de relaxation et je m'étais formé à la cohérence cardiaque. Mais aujourd'hui, je m'aperçois que la pleine conscience a des effets infiniment supérieurs (y compris pour moi, à titre individuel).

Bon, bien sûr, les techniques de relaxation ne son sûrement pas à bannir, en particulier dans les moments d'émotions intenses. Et chacun aussi, doit trouver sa voie, faire lui-même ses essais, aler d'expérience en expérience.

J'en profite pour vous présenter tous mes vœux pour la nouvelle année 2015 qui s'annonce, en espérant qu'elle sera décisive, que vos efforts porteront leurs fruits.

marieal.
Inscrit

et pour appuyer les dires de G Apfeldorfer voici ce que A Zermati disait à Caro ( penséesbycaro) lors de sa consultation:

 

"Oui, vous allez probablement manger plus que d'habitude, à circonstances exceptionnelles, comportement alimentaire exceptionnel. Si vous pensez qu'il est possible de se nourrir en permanence en écoutant ses sensations, en mangeant exactement ce dont votre corps a besoin, vous vous trompez complètement. Les personnes qui ne font jamais un seul écart, qui ont une alimentation linéaire ont un problème, justement avec la nourriture. Ce sont eux qui sont déséquilibrés. D'ailleurs, très franchement, je n'en connais pas", a-t-il ajouté.

 

le titre de ce billet dans son blog: tout le monde grossit à Noël !wink Ne pas culbabiliser et revenir simplement à ses sensations dès que le repas est terminé, c'est le meilleur moyen...

 

Patience
Marraine

Accepter de manger au-delà de son appétit... Et attendre ensuite le retour de la faim...

En effet, c'est sans doute le positionnement le plus agréable à adopter en ces moments de fête !

J'ai constaté ce matin que j'ai pris quelques kilos pendant ces fêtes.
Bien sûr, je n'ai pas sauté au plafond ! Et j'ai même regardé mon ventre avec une forme de ras-le-bol...

Mais quand j'y pense, qu'est-ce que c'était bien de profiter des fêtes comme les mangeurs régulés qui m'entouraient !!! On a quasiment tous peu, voire pas pris de petits-déjeuners. On a certainement tous mangé nos desserts bien au-delà de notre faim. On est sans doute tous rentrés chez nous avec le bouton de pantalon qui serre un peu le ventre.

Moralité, même si ça m'embête d'avoir repris des kilos, je ne suis pas inquiète. Je prends plaisir à attendre une bonne faim et à manger avec faim. J'ai conscience que ce n'est pas parce que j'ai très faim que je devrai forcément manger beaucoup. Et je sais que ça ira.

Bon retour de la faim à toutes et tous ! :-)

Au plaisir de vous lire

izabelle
Animatrice forum

de mon côté j'ai beaucoup mangé, ceci dit sans doute moins que les autres années

je me suis sentie enflée, je pensais avoir pris 2 kg,  en fait  un seul

en revenant chez moi et en écoutant ma faim,  le kilo est reparti en deux jours

donc c'est vrai que c'est inconfortable cette période où l'on est chamboulé dans ses sensations aliimentaires, mais ça revient tout de suite par la suite quand on retrouve son environnement, et le corps se réjouit d'ailleurs

Haut de page 
X