faire du sport au milieu des autres - 28052012

080413075303_Rikki.
Abonné

J'ai envie de parler de ce problème de notre corps quand nous faisons du sport — mais pas à la maison planquée derrière notre écran avec notre petit bonhomme virtuel qui s'agite tout seul dans l'ordinateur, non, du sport dehors, avec des gens qui en font aussi, et qui du coup nous regardent — ou du moins nous voient. 

 

Je commence par une anecdote toute fraîche.

 

Aujourd'hui, je suis allée à la piscine. J'ai un projet un peu dingue : participer à la traversée de Paris à la nage en septembre prochain. Je me suis inscrite sur un coup de tête et là, j'ai voulu voir si c'était dingue ou réaliste. Donc, j'ai pris mon maillot, me suis mise dans une ligne d'eau, et j'ai commencé mes longueurs. Au bout d'environ 1/2 h, un jeune homme m'a demandé poliment si je pouvais aller nager ailleurs. J'ai demandé pourquoi : il m'a dit que je nageais plus lentement que les autres, et que donc je gênais la circulation. Je lui ai fait remarquer qu'il existait une ligne d'eau spéciale "nageurs rapides", qu'il pouvait donc y aller. Il m'a dit qu'il parlait de nageurs moyens... j'ai insisté, en expliquant qu'il n'existait que 3 vrais couloirs, dont un bloqué par les cours de natation, un par les nageurs rapides, et le nôtre. Il a voulu me renvoyer sur la partie de la piscine non balisée, où se côtoient les nageurs, les enfants, etc. J'ai refusé. 

 

Le gars était furieux, et moi aussi. 

 

J'ai beaucoup réfléchi, durant mon heure de natation. Au début, ça m'a juste gâché le plaisir. Et puis, au bout d'un moment, je me suis demandé si j'étais plus ou moins légitime que lui. C'est un homme, il devait avoir 30 ans. Je suis une femme de près de 50 ans. Je nage la brasse. Je ne me suis pas arrêtée une seule fois (sauf pour lui parler, évidemment), j'ai fait mes 70 longueurs en une heure, ce qui représente 1 km 750. D'accord, ce n'est pas un temps de compétition, mais ça ne me semble pas non plus honteux. Après tout, les nageurs rapides gênent les lents autant que le contraire. 

 

Alors ? Ai-je squatté un espace réservé aux gens jeunes, minces et beaux, où ont toute leur place les sportifs qui font du dos crawlé et vous rentrent dedans à tout bout de champ ? Ou bien ai-je légitimement occupé le terrain malgré mon corps pas sportif, pas performant, mais après tout aussi légitime qu'un autre ? 

 

J'ai choisi de ne pas céder. Le gars est arrivé après moi, il est parti avant moi. Question endurance, au moins, je l'ai battu... à moins qu'ils ne soit parti dégoûté par ma mauvaise volonté à laisser le champ libre aux "vrais nageurs" ? 

Commentaires

FORTUNE.
Abonné
Bravo Rikki, il y a quelques années, j'ai décidé de faire le semi-marathon, je me suis beaucoup entrainée, au départ j'étais avec les sportifs , pendant la course il n'y avait plus rien au ravitaillement et à l'arrivée, il faisait nuit et j'étais presque seule même ma famille était repartie pensant que j'avais abandonnée mais malgré toutes les douleurs que j'ai ressenti j'étais très fiére de moi. Quand j'entends ton défi je pense à cet homme qui a fait la traversée de la manche à la nage sans bras et sans jambes, j'ai lu son livre et il est époustouflant, quelle volonté, et quand je vais à la piscine, je pense à lui car il faut beaucoup de courage pour être en dehors des normes et il m'aide. La petite différence c'est que nous sommes toutes et tous à la recherche de la maigreure perdue. Le bémol, c'est que je ne ferai plus souffrir mon corps et je ne pourrai plus lui infliger une course aussi épuisante. Le bonheur n'est pas au bout du chemin, c'est le chemin.
080413075303_Rikki.
Abonné

Merci pour ton joli message...

 

"Le bonheur n'est pas au bout du chemin, c'est le chemin". 

 

yes

Ederl.
Ancien abonné

Oui, "Carpe diem"

Rikki, t'es féroce envers toi ( lu dans l'autre post intitulé piscine) et très très courageuse, des fois j'imagine vivre au temps de Rubens, ça change la donne, qui de la beautée peut parler elle est tellement préconçue dans cette société et universellement intouchable, impalpable et humainement à deux pieds de nous, la paume d'une main, la forme d'un oeil, la texture d'une peau, la terre nous rappelant ses paradoxes.

080413075303_Rikki.
Abonné

Ben en attendant je ne suis pas retournée à la piscine aujourd'hui. J'ai glandouillé toute la journée, et je n'ai commencé à me bouger que vers 16 h 00 pour faire ma dégustation et le ménage. Je ne sais pas lequel des deux me faisait le plus suer, mais j'ai fini par faire les deux et je suis fière de moi, au moins. 

 

En attendant, mon entraînement n'avance guère...

080413075303_Rikki.
Abonné

Ce matin, j'y suis retournée, et j'ai fait mes 2 km 500. Bon, je continue à mettre 1 h 20, alors qu'il faudrait mettre 1 h 15, mais justement, ce matin, il y avait beaucoup de monde, et beaucoup de personnes qui nageaient sur le dos et qui prenaient pas mal de place, donc à chaque fois il faut contourner et ça perd un peu de temps. Je me dis que le jour de la course, j'ai mes chances ! 

 

J'ai pensé à vous, et j'ai essayé de nager un peu "en pleine conscience", c'était intéressant. 

 

Je ne fais pas énormément de progrès au niveau du temps — même si, depuis le début, je me suis quand même améliorée — mais je suis moins fatiguée qu'au début à la fin de mon heure et quart de natation. Du coup, je me dis que je progresse. 

 

Et si jamais j'arrive à perdre quelques kilos avant la course, ça fera toujours ça en moins à trimballer ! wink

clementine77.old.
Abonné

Bravo rikki, pour  ta ténacité, et merci d'avoir porté, d'une certaine manière, nos couleurs ;-)

Constance.
Abonné

Bravo Rikki !! 

Ta détermination est un exemple pour moi.

Tu peux compter sur mon soutien le 2 septembre !

Marie-Paule.
Abonné

allez, encore un mois d'entraînement, tu devrais être plus à l'aise avec le timing.... et si tu n'as pas perdu de poids, je suis sûre que tu t'es "fuselée" !

On y croit !

Marjoline.
Abonné

Bonjour,

je suis allée à la piscine ce matin... ton post me booste rikki, je n'avais pas de référence de ce que l'on peut nager... tu nages d'une seule traite ?.. je suis loin des 10 longueurs d'une traite... j'ai du boulot !

Marie-Paule.
Abonné

J'y pense aussi quand je vais nager, je fais 2 X 5 longueurs, puis 2X10 puis 2 X 5.... 1 km, loin du compte, la traversée de la Seine ce n'est pas pour moi, et chez moi c'est l'Ourthe qui coule et c'est plein de kayaks !

Je ne peux pas faire plus, je suis en rééducation kiné et déjà bien contente de nager de nouveau.

Mais Rikki va porter haut les couleurs de LC.  Faudrait demander un sponsoring, d'ailleurs : un maillot ou un bonnet.... ce serait chouette !

080413075303_Rikki.
Abonné

Coucou les filles !

 

Merci de votre soutien, je vous jure qu'il me tient à cœur...

 

Là, j'ai fait des essais de combinaison dans la piscine, chez ma tante. Oui, j'arrive à nager 2,5 km sans m'arrêter, en enchaînant les longueurs, mais je mets encore 1 h 25, alors que le temps maximum autorisé est 1 h 15. Je n'ai plus qu'à compter sur trois facteurs :

- le fait qu'il n'y ait pas de temps perdu à se retourner à chaque longueur

- l'excitation de la course, tout le monde dit que le grand jour on est "porté" par les autres coureurs et l'ambiance

- le courant 

 

J'espère très fort ne pas être sortie pour non-respect du temps minimum... bon, l'entraînement n'avance pas bien vite, j'arrive à peu près à le faire 2 ou 3 fois par semaine, ce n'est pas suffisant pour être vraiment sérieux, mais c'est suffisant pour me donner un peu l'habitude de nager longtemps et pour me donner confiance. 

 

Et oui, j'ai perdu du poids, et ça me donne confiance ! 

 

Pour le bonnet, c'est celui donné par les organisateurs, je suppose qu'on a un numéro ou quelque chose. Pour le maillot, c'est une combinaison taille XXL homme ! Pour les femmes, la taille XXL n'existe pas, et le poids maximum prévu par les fabricants de combinaison est... 74 kg ! Donc, j'ai pris une combinaison pour hommes, car les hommes ont le droit de peser jusqu'à 90 kg, eux. Mais évidemment, ils ont le droit seulement s'ils mesurent entre 1,85 et 1,95 m ! Du coup, la combinaison "mi-cuisses" m'arrive aux genoux, mais on s'en fiche, on continue ! 

Marie-Paule.
Abonné

ah oui, toujours le même problème .... quand je faisais du footing, j'ai du acheter mes vêtements "hommes" chez D4... et les soutiens-gorge, je n'en ai jamais trouvé, j'ai bricolé un avec un vieux à moi... Donc pour maigrir faut faire du sport, mais pour faire du sport, faut être mince.... cherchez l'erreur.... ça ne doit pas être facile de nager en combinaison, je ne sais pas si ça me plairait.... tu as le droit d'avoir des palmes ? 

C'est sûr, tu vas y arriver !

080413075303_Rikki.
Abonné

Non, pas de palmes... tant mieux, je ne sais pas nager avec ! 


Je ne nage que la brasse, et encore, je suis d'une génération où on apprenait la tête hors de l'eau, donc ce n'est même pas une jolie brasse coulée. Bon, tant pis, je vais faire ma course dans mon petit coin, et mon but est de ne pas être dernière ! (mais même avant-dernière, ça me va... sur 3000 personnes, y'en aura bien une qui va se dévouer pour nager aussi lentement que moi, j'espère !)

calico.
Abonné
Ah Rikki, tu m'epates. Si tu veux aller plus vite, utilise ton hydro-dynamisme, donc pour cela allonge ton corps au maximum quand tu tends tes bras et mets la tête à moitié dans l'eau (juste à la hauteur des yeux). Puis ramène tes bras , paumes tendues vers le bas, et ramène tes coudes a la hauteur detes oreilles sans les sortir de l'eau er d'un coup sec tu les faits essayer de se toucher. Et hop ta tete sort automatiquement de l'eau comme un bouchon de liège. Et tu retends les bras au max, comme pour atteindre le plafond. C'est cela la brasse coulée. Le corps est plus rapide sous l'eau que hors de l'eau (d'où la brasse coulée). Et pour ne pas avoir mal aux yeux à cause du chlore: lunettes. Avec cet attirail, tu auras tout l'air de sortir d'un film d'épouvante, mais tu iras plus vite et moins fatiguée. Pour aller plus vite, pas besoin de beaucoup de force, mais d'une bonne technique. L'eau est l'amie des rondes, elle nous porte. C'est déjà ça.
080413075303_Rikki.
Abonné

Merci, Calico ! 


Justement, je rentre d'une semaine en Suisse où il y aviat une piscine. Bon, 12 mètres, ça ne vaut pas une piscine olympique, mais c'est tellement agréable de nager en plein air, et d'avoir la piscine pour soi toute seule ! N'empêche qu'il faut faire 208 longueurs pour avoir les 2,5 km, ça fait beaucoup de retournements. 

 

Je les ai faits 3 fois. La première fois, je n'ai pas minuté, la deuxième fois, j'ai mis 78 mn, la trosième fois, 76 mn. J'arrive donc à grignoter petit à petit du temps de natation et là, je suis tout près tout près du but qui est de 75 mn. Je sais très bien que les conditions n'ont rien à voir avec les conditions de nage dans la Seine, mais quand même, ça me fait un temps de référence qui s'améliore, ça me plaît bien. 

 

Mon beau-frère, qui est un excellent nageur, m'a donné des conseils qui se rapprochent des tiens : bien serrer les doigts (j'avais tendance à trop les écarter = l'eau est moins repoussée), profiter de sa "foulée" pour se laisser glisser à chaque brasse, en propulsant bien les bras vers l'avant. C'est exactement ce que tu dis : allonger le corps au maximum. 

 

Par contre, je n'arrive pas à faire la nage coulée. Je n'arrive pas à réguler ma respiration dans l'eau. Je peux le faire, mais je m'épuise très très vite, au bout d'une ou deux longueurs je perds les pédales, je bois la tasse parce que je me trompe dans mon rythme inspiration / expiration, et finalement je me retrouve à nager "à la papa" pour récupérer et je reperds tout le temps que j'avais gagné ! 

 

Les lunettes, j'ai aussi commencé mon entraînement pour les supporter, je trouve ça absolument atroce. J'ai acheté des belles lunettes à ma taille au Vieux Campeur avec les conseils de la vendeuse et tout et tout, et j'essaye de m'astreindre à les porter, mais ça me gêne beaucoup. La dernière fois, j'ai réussi à les porter sur les 3/4 du parcours, et je dois dire que je me suis sentie beaucoup plus soulagée quand je me suis autorisée à enlever les lunettes que quand j'ai fini l'entraînement ! 

 

Ah, et puis j'ai compris l'intérêt de la combi, aussi. Une fois, j'ai fait l'entraînement complet en maillot, en piscine privée découverte donc, à 22°. En plus, c'était en fin de journée et on venait de faire un "parcours Vita" (balade avec petits exercices sportifs). En plus, c'était longtemps après mon repas. Je n'avais pas faim avant, donc je n'ai pas mangé... J'ai eu un gros coup de barre, j'ai quand même fini l'entraînement, mais ensuite je me suis sentie vraiment mal. Impossible de manger d'abord (ventre noué), puis je me suis mise à avoir très très froid, impossible de me réchauffer. J'ai réussi à manger un truc chaud, je suis montée me mettre en pull sous la couette : toujours aussi froid ! Je pense que j'ai fait une petit hypothermie dans l'eau, en fait. J'ai mis une bonne heure à retrouver une température et une vitalité normales. 

 

Conclusion : il vaut mieux quand même éviter de nager le ventre vide, et les combis ne servent pas à rien. Le surlendemain, en faisant l'entraînement le matin et avec la combi, j'ai terminé fraîche comme une rose... ou presque !

Nikaia.
Abonné

eh beh, quel courage! Bravo rikki.

on peut nager le ventre vide .. mais 2.5km cela fait beaucoup !!! donc il vaut mieux avoir de quoi les tenir (donc en fin de journée surtout après avoir fait d'autres exercice, tu n'as pas les réserves rapides suffisantes - meme si tu as comme beaucoup d'entre nous des réserves profondes). ... donc des féculents au dernier repas pas trop éloigné mais pas trop proche non plus(pour éviter la digestion) !!!

Je te souhaite bon courage pour ton entrainement! continue tu es sur la bonne voie!

Nikaia

080413075303_Rikki.
Abonné

Oui, Nikaia, tu as raison, mais de toute manière tout ça est multifactoriel. 


A Paris, en allant à la piscine, j'y vais souvent le matin au réveil, donc sans manger avant, et je n'ai jamais eu de gros coup de pompe. Facile : pas encore de fatigue de la journée, et pour cause, et l'eau est à 28°.

Je pense que la température joue beaucoup : le corps utilise quand même pas mal d'énergie pour lutter contre le froid ! 

 

Et puis on n'est pas des robots, plus d'une fois je me suis fait la remarque en rentrant à la maison sur mon petit vélo : suivant les jours, la dernière côte me semble atroce, quasiment impossible à monter — d'ailleurs, je descends et je pousse ma bécane — ou bien tout à fait faisable, sans même forcer ! 

 

Là, je pars pour une semaine en rando, et la question du "au milieu des autres" va de nouveau se poser, forcément : dans les refuges et les gites d'étape, ça va encore être bourré de vieux montagnards, de jeunes sportifs, tous super minces, super bronzés, super entraînés, qui vont raconter leurs précédents exploits, se lever à 5 h 30 pour être partis à 6 h 00 et faire l'étape en 5 heures quand j'en mettrai 8. Ils vont me regarder bizarrement en se demandant comment cette grosse dame peut faire pour marcher en montagne. Mais bon, je vais le faire quand même, tranquillou, à mon rythme (et à celui de mon mari, qui ne rajeunit pas non plus, et qui n'a pas minci ces dernières années, maintenant que j'y pense), et en soutenant les regards avec le sourire, tout ira bien. 

Nikaia.
Abonné

Rikki, tu as tout à fait raison, la température de l'eau joue énormement (car l'eau est un bon absorbeur de chaleur ... donc le corps doit lutter en permanence pour ce maintenir à température ) et l'etat de fatigue général! (et je te rejoins sur la dernière cote à vélo ... ou pas forcément la dernière d'ailleurs ...)

pour ce qui est de ta rando .. Peut etre qu'à la première étape c'est ce qu'ils se diront (il y a des cons partout)... mais après, quand ils te verront arriver à l'étape suivante, peut etre plus lentement qu'eux .. (et alors???) d'après moi ce sera : "p* je pensais pas qu'elle le ferait! chapeau!" et peut etre que tu réussiras mine de rien à leur faire changer leurs idées préconcues ...

et je pense que tu verras aussi des petites jeunes (ou des petits jeunes) qui sont là pour suivre leur (nouveau) petit copain (e) et qui n'ont pas d'entrainement non plus et qui vont souffrir aussi beaucoup alors qu'ils sont tout minces et tout bronzés mais qu'ils n'ont pas du tout l'habitude de la marche

bonne rando!

Nikaia

calico.
Abonné

Hello Rikki,

ton exemple est admirable. Et j'en prends de la graine. Car même si tu ne parviens pas (je ne te le souhaite en aucun cas et je te tiens les pouces fort, fort) à boucler ces fameux 2,5 kilomètres dans la Seine dans les temps, toutes tes séances d'entrainement n'auront pas été vaines. Parce que franchement, aligner les longeurs de piscine comme tu le fait, chapeau. Mine de rien, tu habitues ton corps à l'effort, tu fait marcher la pompe, tu augmentes ton métabolisme, tu améliores tes conditions physiques, et patati et patata. Bravo. 

Et en plus, c'est contagieux.... hihihi.

J'ai repris mon maillot, celui qui est pour fendre l'eau plus vite que les hors bords et je suis retournée à la piscine, après des années de flemme aigue.

Et là, j'ai constaté que je n'avais plus du tout la forme. Je suis revenue, courbaturée et vexée. Mais je n'ai pas abandonné pour autant. Et j'y suis retournée, en modérant mes ardeurs et dosant mon effort et je n'ai plus souffert de courbatures. La forme revient gentiment. Je n'en suis pas à aligner les kilomètres. J'ai juste dans l'idée de retrouver le plaisir de glisser dans l'eau et de sentir mes muscles. 

Et ce plaisir retrouvé, je te le dois, car sans ton récit et ce qu'il a suscité en moi, je n'aurais probablement pas remis les pieds dans une piscine avant longtemps. (toujours une bonne excuse, c'est trop loin, pas le temps, pas envie de mouiller mes cheveux, etc). Donc un grand merci.

Je te souhaite une belle et bonne semaine de randonnée. 

A+

Marjoline.
Abonné

moi aussi Rikki, je te remercie !

je vais nager parfois, au gré des demandes des enfants... mais je nageotte... quelques longueurs... de peur de me faire mal...

tes efforts, tes témoignages m'ont donné des références (on peut nager 2,5 km sans danger même en n'étant pas médaillée olympique!)... du coup, ce matin j'ai fait mes 14 longueurs sans pause.. un exploit pour moi... et m^me pas mal! sauf les mollets qui risquent d'être un peu raides demain !

 

080413075303_Rikki.
Abonné

Coucou à toutes ! (et à tous)

 

Je suis de retour de ma semaine de rando... 

 

Je n'ai pas croisé de randonneurs méprisants, car personne ne semblait suivre le même itinéraire que nous, et mon mari avait surtout réservé des hébergements avec chambre plus que dortoir, c'était luxueux. On s'est fait beaucoup dépasser, mais surtout par des trailers (des gens qui courent comme des dératés dans la montagne, c'est le sport à la mode, moi ça me fait peur, j'en ai vu un tomber et il a failli se faire très mal) et des gens qui se baladaient à la journée et avaient un tout petit sac à dos de rien du tout ! 

 

On a bien marché — entre 4 et 7 heures par jour, tranquillou et sans forcer. On est allés, en fait, de Grenoble à Chambéry à pied, par la montagne et avec force tours et détours. 

 

A mon retour, j'apprends que la course dans la Seine est annulée, sur ordre de la Préfecture de Paris. Un appel est en cours, mais a-t-il la moindre chance d'aboutir ? 

 

Je suis déçue, bien sûr, mais pas tant que ça : grâce à ce projet, même s'il ne se concrétise pas, j'ai appris à mieux gérer mon souffle, j'ai eu ici même des conversations qui m'ont profondément touchée — merci, Calico, te lire m'a mis les larmes aux yeux, je deviens sentimentale en vieillissant — et j'ai pris confiance dans les capacités de mon corps. Dimanche, arrivés à Chambéry chez nos copains, on a passé l'après-midi près d'un lac magnifique, et j'ai fait la traversée à la nage avec le copain. Environ 1 km aller, 1 km retour. L'année dernière, on était allés à ce même lac avec eux, et je n'avais pas osé m'éloigner du bord de plus de quelques dizaines de brasses...

 

Donc, même si "Paris à la nage" est à l'eau, tant pis, ce qui compte, ce n'est pas le but, c'est le chemin ! 

 

clementine77.old.
Abonné

Bravo Rikki !

Merci de nous avoir fait partager tous ces moments de vie, tes interrogations, tes doutes, tes angoisses, tes réussites. Et aussi ta ténacité, ton courage et ton enthousiasme. C'est une belle leçon pour moi.

En lisant tes posts sur ce fil, je me rends également compte que j'ai peur de l'eau... un nouveau travail à faire sur moi.

Je ne te connais pas "en vrai", mais j'ai envie de t'envoyer de grosses bises pour tout ce que tu as fait et nous a confié.

Isana.
Abonné

Coucou tout le monde, coucou  Rikki,

La Seine, ou le Lac près de Chambéry, ce qui compte comme tu dis, c'est le chemin (personnel) parcouru, et là, tu es loin devant ;-).  En plus, niveau décor, ça devait être vachement beau non ?

En tout cas, bravo Rikki pour cette belle philosophie de vie, et tout ce positivisme :-) !  C'est super contagieux, et c'est très bien ;-).

Marie-Paule.
Abonné

ah ben oui alors, c'est beaucoup mieux Chambéry ! et bravo pour la traversée aller-retour ! wouaw ! J'ai pensé à toi ce matin à la piscine, dans mes 10 dernières longueurs, je me disais, Rikki, elle les aurait faites... Mais je ne pourrais pas encore traverser le lac, ou alors par étapes.... wink Bravo !

080413075303_Rikki.
Abonné

Marie-Paule, les 10 dernières longueurs, je ne les aurais pas faites il y a 3 mois !

 

Quand je relis mon premier message ici, je vois que j'avais fait 1750 m en une heure, et maintenant, j'en suis à presque 2 km en une heure, ça va vite les progrès quand même ! 


Si tu t'y mets / remets, tu vas vite en sentir les bénéfices. 

 

Haut de page 
X