Gérer les Eme issues d' émotions positives - 26052014

Billie.
Abonné

Bonsoir tout le monde , 

Je m'excuse d'avance  si le sujet existe déjà , je ne l'ai pas trouvé . 

Voilà , je progresse dans la détection de mes eme et leur gestion ( pas au même rythme lol mais c'est déjà bien ) .  

Je me rends compte que les émotions négatives sont sources d'eme et je ne mange pas à chaque fois , moins souvent , moins , mieux en terme de dégustation , bref ca progresse .

En revanche si je détecte aussi les émotions positives qui sont sources d'eme celles-là me "débordent" presque à chaque fois . J'ai plus de mal à les gérer  : convivialité, bien-être , soulagement , auto-satisfaction ....  tout se passe comme si je mangeais pour fêter ça , ou amplifier ou ????? 

Pourquoi ? et comment faire  ? Encore une fois j'en appelle à votre aide précieuse et pertinente pour avancer . 

Merci à tous . 

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

perso, je n'ai QUE ça, et je n'ai toujours eu que ça

 

même quand je stresse, il est clair que je ne mange pas pendant le stress, mais après, quand le stress s'arrête et que je me sens soulagée

 

et la convivialité aussi,  à cause de l'excitation

 

en fait l'excitation était la principale source de mes EME, figure-toi que j'ai découvert ça

à savoir le pire c'était quand je voyais du monde, sachant que j'adore ça

rien de pire par exemple que de passer le week-end avec des amis, de se sentir bien comme JAMAIS (car j'adore l'amitié)  et de prendre l petit dej au soleil avec de la brioche devant moi

 

l'excitation est telle que je cherche à la calmer en même temps

 

en rentrant aussi de journées amicales très stimulantes sur le plan relationnel  (et j'ai découvert depuis peu que c'était ça la chose la plus importante, ce qui m'apportait le plus de plaisir)  eh bien bingo.... des grosses EME

 

tout a changé quand Mandala m'a signalé que probablement je serais hypersensible, eh oui c'st ça.....

 

quand mon excitation atteint un certain seuil, ça constrate avec ma personnalité en apparence si calme (en apparence)  et alors le réflexe de "calmage"  est quasi instantané

 

et pour le soulagement c'est un peu différent

ça m'a beaucoup interrogé il y a qq temps, et finalement j'ai fini par comprendre ce mécanisme

au moment où le stress ou l'inconfort s'arrête,  on se pose,  et là, on veut OUBLIER cette mauvaise période

mais en fait, au moment où on se pose, des émotions désagréables remontent

et on ne veut pas, à ce moment-là  tout va mieux, y repenser

d'où les EME puisqu'on cherche à tourner la page  un peu trop vite

 

 

je te dis ce que j'ai fait pour ces deux types d'EME

pour les EME d'excitation - convivialité,  je prends conscience de mon  niveau d'excitaiton dans mon corps au fur et à mesure,  et je m'autorise à être excitée, à adorer parler et discuter avec des gens intéressant, refaire le monde, tout ça.....

je m'autorise l'excitaiton intérieure et je reste en contact en permanence avec mon niveau d'excitation

si je sens que quand même c'est "trop",  je vais faire un tour seule  au jardin ou je m'isole un instant

mais la plupart du temps, le simple fait de rester en contact avec mon excitation et de l'accepter  est tout à fait suffisante pour ne plus avoir ce réflexe de calmage

 

pour les EME de soulagement, c'est assez différent, et bien moins agréable

après une session de stress ou d'émotions difficiles, je me prépare à l'idée qu'il y a cet espèce de "contrecoup",  que même quand c'est fini  les émotions désagréables peuvent persévérer un moment  et je me prépare à les accueillir

genre  "sentiment d'être nulle à se noyer dans un verre d'eau"

"sentiment d'être nulle d'avoir été submergée par tout ça"

et qq souvenirs de nullité résiduelle

ce qui est fou, c'est que j'ai une haute estime de moi  (qu'est-ce que ça serait sinon.....)

bref, quand l'orage s'est calmé,   je me prépare à accueillilr le plus difficles : ces pensées-ressentis pénibles résiduels  qui sont assez pénibles,  qui viennent "gacher"  ma paix

j'accepte que la paix ne sera pas tout de suite, qu'il y a encore des inconforts et que ça durera le temps que ça durera

j'essaie de me centrer sur les sensations physiques, de nommer les ressentis :  ennui  (souvent après la tempête), nullité ou sentiment de j'y arriverai jamais....

et j'accepte de rester encore avec ça un moment, le temps où ils seront là

en fait j'accepte que mon corps  ait besoin de son temps de décompression à lui,  et de ne pas FORCER la machine à décompression

 

voilà mes petits trucs, en espérant avoir été compréhensible

Billie.
Abonné
Merci pour ta réponse ! Oui je crois que je vois , mais si LC est un chemin alors ce que tu dis est pour moi encore un sommet que je vois de loin :-) . Heureusement j'aime la marche !
Haut de page 
X