Heeeelpppp - 28102012

Finalcut2a.
Abonné
Bon encore moi .... Alors après cette angoisse qui me perturbait ( et qui y est toujours) me complique la vie, alors cette première semaine de LC est très compliquer : alors les 3 premiers jours tout allait bien j essayais d écouter ma faim, de manger lentement, de faire attention à mes EmE , mais alors la ça fait 2 jours c est complément anarchique, je mange quand j ai pas faim, par habitude, invitation au resto impossible de me contrôler donc dessert à chaque fois alors que le repas est copieux.... EME de plus en plus fréquent impossible de ne pas les assouvir .... Enfin horrible j ai l impression d être complètent dépasser, de ne plus sa lit me contrôler , j ai toute le temps faim si je m écoute,... Ça me fait peur pour la suite .... Je suis perdu, je ne me comprend plus !

Commentaires

080413075303_Rikki.
Abonné

3 jours où tout va bien, ça me semble pas mal pour une première semaine...

 

Je ne me rappelle plus très exactement le début du programme, mais il me semble qu'à aucun moment on ne te demande de ne pas prendre de dessert au restaurant. N'essayes-tu pas d'aller trop vite ? De toute appliquer d'un coup ? 

 

Tu écris "impossible de te contrôler", mais si tu cherches uniquement le contrôle, tu n'arriveras à rien. Donc, je serais toi, je laisserais venir les EME, je les assouvirais, tranquillement, et justement de t'écouter au lieu de refermer le couvercle de la cocotte. 

 

"Faire attention à ses EME", ça ne veut pas forcément dire contrôler, ça peut déjà dans un premier temps être les identifier, les accepter ! 

 

Cela fait maintenant plus de 6 mois que je suis ici, et ce matin j'avais très envie de commencer ma journée par du chocolat (et pas faim), eh bien j'ai décidé que c'était une EME, et une EME qui pouvait se justifier, et j'y ai cédé. Ce qui change avec "avant" ? J'ai identifié que c'était une EME, et j'ai DECIDE d'y céder, je n'y ai pas été forcée par une force indépendante de ma volonté. Enfin, je crois. 

 

Bon courage à toi. 

izabelle
Animatrice forum

pas de panique....

comme le dit rikki, dans un premier temps il est souvent judicieux de pouvoir repérer ses EME  et puis y répondre en se réconfortant, mais en dégustant pleinement l'aliment en question

surtout ne te culpabillise pas de ces deux jours, c'est tout à fait normal en début de parcours

je crois que l'on a désormais accès à l'outil EME Zen découverte dès le début du parcours, alors n'hésite pas, en cas d'EME, à le pratiquer, puis déguster un aliment réconfort en toute conscience

au restau, oublie le programme pour l'instant.... profite de l'instant présent et ne te pose pas trop de question

 

et puis surtout ne t'en fais pas, c'est une réaction tout à fait normal qui arrive beaucoup au début

ça fait beaucoup de changements.....   mais il suffit de s'y remettre tranquillement le lendemain, à suivre ton programme alimentaire selon l'étape où tu es

n'en fais pas trop à la fois

bon dimanche!

mno05.
Abonné

Salut!

 

Cela fait un peu plus d'un mois et j'ai eu cette impression d'anarchie aussi! J'ai d'ailleurs repris 2 kilos car je ne cherchais qu'à me faire plaisir sans aucune retenue... Je m'en suis beaucoup voulue mais au final ces deux semaines de total lachage m'ont fait du bien! Maintenant je suis revenue dans le raisonnable et la balance descend très doucement mais descend...

 

Je pense que c'est normal et moi ce qui m'a beaucoup aidé c'est un coup de fil de ma coach... On a beaucoup parlé et je suis repartie du bon pied!

 

Courage!

Marie

Ariciane.
Abonné

Rikki, j'aime beaucoup ton post. Quelle bienveillance, cela fait du bien à lire. 

 

Gingko.
Abonné

Pas de panique,

 

Moi aussi, cet après-midi, j'ai eu une EME pour un parfait glacé et j'y ai cédé. Cela m'a permis de ne rien manger depuis et ce soir, je vais au ciné pour me faire du bien. Il y a d'autres manière de se faire du bien mais parfois de manger en est une que l'on peut aussi accepter sans se culpabliser.

Ce qu'il faut surout, c'est du temps et de la patience. Tout n'est pas en place après une semaine, alors patience et courage...Bien du plaisir avec LC

080413075303_Rikki.
Abonné

[quote=Ariciane]

Rikki, j'aime beaucoup ton post. Quelle bienveillance, cela fait du bien à lire. 

 

[/quote]

 

Merci ! 

 

Je viens de me faire traiter de noms pas très bienveillants dans la vraie vie, et me dire que, au moins, virtuellement, je sais être bienveillante, c'est déjà ça... indecision

Marie1923.
Abonné

Bonsoir Finalcut2a,

 

Ne te décourage surtout pas, c'est normal que tout ne change pas du jour au lendemain.

Je crois que le principal à retirer de tout ce qu'on travaille ici, pour le début en tout cas, c'est que culpabiliser ne sert à rien et à même tendance à empirer le problème.

Donc vas-y étape par étape, sans trop te mettre la pression tout de suite et surtout, pardonne-toi d'avancer lentement !

Prends le temps de la découverte smiley

Bon courage,

Marie

AguaMaria
Marraine

La première phase en est une d'observation où on tente d'être à l'écoute et de ne pas trops changer nos habitudes. Plusieurs étapes viennent après pour travailler différents aspects du comportement alimentaire... Elles nous aident baucoup à cheminer, même si la oute est parfois tortueuse.

Il est vrai qu'être à l'écoute peut provoquer l'anarchie et nous mener à ne plus trop savoir ce qui se passe en nous. L'arrêt du contrôle mental ne veut pas dire que c'est facile de ne pas manger quand on n'a plus faim, mais de remplacer ce contrôle pour laisser les sensations de notre coprs nous guider, c'est un travail d'attention à déplacer. Au lieu de "est-ce que je peux, ou dois manger cela ? " on passe à "est-ce que mon corps a faim pour manger cela maintenant? est-ce qu'il a besoin de manger?"

De mon côté, le fait d'avoir le droit de manger ceci, cela, à condition d'avoir faim, a tout changé. Et puis par la suite, j'ai même appris à me réconforter en me laissant aller à une envie de manger pressante, mais en mangeant un minuscule bout de ce qui me donnait envie. La dégustation et la non-restriction me permettaient d'être contenté avec presque rien. La seule condition? Être à l'écoute en goûtant ce que je mangeais et arrêter quand ce n'est plus bon au goût sachant que je peux recommencer quand je veux.

Courage, notre corps est là pour nous guider.

Haut de page 
X