Hermétique à la pleine conscience - 24062013

Lile.
Abonné

Je crois que je ne serais jamais capable d'appliquer la pleine conscience.

dès qu'il s'agit de s'écouter, je sèche. Je n'arrive pas à comprendre ce que je suis sensée ressentir pendant les exercices de pleine conscience, je n'arrive pas a me concentrer sur ma respiration.

cela me demande énormement d'efforts et finalement ce que j'arrive à faire au mieux c'est de visualiser mon nez. mon cerveau n'arrive pas à arreter de penser. il me faut au moins une image et ça c'est vraiment dans le meilleur des cas.

évidemment le reste de l'exercie, je pense à la liste de courses et autres banalités.

ça me rappelle les séances d'hypnose sans succès; la sophrologie ou je n'arretais pas de bouger, l'EMDR ou aucune emotion ne venaient et à la kynésiologie ou rien ne se passe.

connaissez vous des méthodes qui aideraient?

Je suis inquiète de ne pas y arriver, cela m'aiderait tellement et pas seulement pour maigrir. J'ai besoin d'y arriver, mais je ne sais plus comment m'y prendre.

Commentaires

Totom.
Abonné

Bonjour Lile

 

Je pense qu'il faut que tu essaies par "petits bouts" : commence par te concentrer sur 3 respirations, plusieurs fois dans la journée ..puis essaie d'augmenter petit à petit, pour tenir 2 minutes, puis 3 etc ...

 

Je suis un peu comme toi j'ai beaucoup de mal à me forcer à ne pas penser ...je comprends bien ce que tu ressens.

Bon courage à toi.

izabelle
Animatrice forum

Bonjour Lile

en fait le principe est de se concentrer, ou du moins se re-concentrer sans cesse  sur un élément du présent

si tu veux, tu peux prendre une image et la mettre devant tes yeux, si ça t'aide au début

la respiration c'est souvent plus facile car il s'agit d'un mouvement  et-ou d'une sensation dans le nez

 

c'est normal que ton cerveau n'arrête pas de penser.... il est fait pour penser, et ça ça ne changera pas

l'exercice ne consiste pas à arrêter les pensées, mais à se concentrer sur autre chose, sur le moment présent

c'est normal de partir dans ses pensées, mais dès que l'on s'en aperçoit, on se reconcentre sur la respiration (ou autre chose du moment présent)

 

je pense que tu essaies de trop bien faire, et notamment d'arrêter les pensées, ce qui est strictement impossible

il s'agit juste d'en prendre conscience, quand on est parti à penser à autre chose  et se re-concentrer  "gentiment mais fermement" comme diraient certains....  sur le présent

 

tu peux le faire aussi un temps plus court, genre 5 minutes, c'est ce que je faisais,  mais par contre régulièrement

Bliss.
Abonné
Tu pourrais aussi essayer de simplement être assise ou allongée respirer et te dire quelquechose en boucle àla manière d'un mantra, genre "je me fais du bien" " j'inspire et j'expire" (sur le temps de l'inspire et de l'expire). Ca m'aide quand je n'arrive pas à rentrer dans la rpc et que mon mental est trop agité. Ou même juste commencer à prendre du temps pour toi sans rien faire et ensuite passer à la rpc. Arrives tu à te poser tranquille sans rien? juste regarder autour, entendre les bruits, sentir ton corps sur le fauteuil. Ce serait déjà une grande étape de pleine conscience. Récemment j'avais du mal à faire ma rpc assise quand j'ai eu des ennuis de santé et mon cerveau était très agité. Pendant quelques semaines je me faisais des "bains de musique". Allongée sur mon tapis je mettais un cd de truc très zen relaxant et hop en route je restais là allongée à me laisser pleinement baigner. Ta résistance est en même temps le signe que tu as là une piste très intéressante pour aller mieux. Et le fait que tu aies déjà consulté en sophro et kinésio est aussi peut être un genre d'intuition que tu sais ce dont ton corps aurait besoin.....se poser....être consciente...ne rien faire...laisser passer les émotions.
Noelle
Marraine

Bonsoir Lile

 

Justement, le fil lancé par Lorraine en janvier vient tout juste de revenir a la surface, je te conseille de le lire, je le trouve tres clair et aidant

 

bonne lecture!

 

Lien entre RPC et amaigrissement : lâcher le mental et écouter son corps

Lile.
Abonné

Merci à toute, je vais aller voir ce lien

Minoque.
Ancien abonné

Je me permets un conseil : mets en marche les 10" de première RPC avec M. Apferdorfer en t'autorisant et en acceptant d'être "hermétique" à la pleine conscience, sans chercher rien ou quoi que ce soit, bon je sais ça parait farfelu.

Par ailleurs et bizarrement "essayer" est plus fatigant que "faire". Vous pouvez vous en apercevoir de suite: essayez de lever le bras gauche... Ok, maintenant levez le bras gauche.  ;-) C'est marrant je trouve non ?

Et sinon, j'aime toutes vos réponses, elles me font avancer aussi, merci !

Bonne journée à toutes et Lile revient donner des nouvelles

Lile.
Abonné

Bon, je vais essayer d'arreter de faire une obsession sur la pleine conscience et "laisser faire"

j'ai téléchargé plein de musique, j'espère que ça va m'aider

merci a toutes

pleinedespoir.
Abonné

De mon point  de vue, la pleine conscience .. on "fait "pas ..on laisse faire, on traverse, on vit ,on est en pleine conscience... c'est  comme les personnes qui veulent "faire " leur deuil... au secours! un deuil ,ça se vit comme on peut, cahin caha..ça se traverse avec des chutes et des remontées...  Ta pleine conscience ne  sera pas la mienne ni celle de ta voisine... les pensées continuent d'affluer mais  tu les regardes et tu laisses passer... avec bienveillance .. non?

Bonne suite...

surmonchemin.
Abonné

On ne peut pas arrêter le cerveau, et en plus il ne comprend pas la négation (cf la célèbre expérience : "à partir de maintenant, je vous interdis de penser à un éléphant rose", et après on ne pense qu'à çà).

Donc, tu ne peux pas demander à ton cerveau de ne plus penser. Il ne comprend pas, et en plus il ne sait pas faire.

Le truc, c'est qu'il faut accepter les pensées qui viennent. On ne peut pas s'empêcher de penser. C'est le truc avec lequel j'avais du mal au début, parce que je m'attendais à trouver une sorte de nirvana de la zénitude, et finalement c'était toujours gâché par ces fichues pensées qui reviennent sans cesse.

Mais c'est normal, ces pensées. Elles sont là, très bien, ok. Par contre, tu peux choisir de les suivre (et partir dans le passé que tu rumines, ou dans ta liste de courses du futur), ou bien choisir de rester dans le présent : "ok, je suis en train de penser à tel truc, d'accord. Tiens d'ailleurs, je sens que ça me coince un peu dans l'estomac quand je pense à çà. Bon, je respire".

Il ne faut pas t'attendre à "ressentir" quelque chose de particulier, c'est une non-émotion - un peu comme la satiété finalement (la satiété du cerveau ? laugh ok je sors).

Mais le simple fait de revenir au présent, de sentir régulièrement que c'est toi, ici, maintenant, va peu à peu avoir une influence sur tes émotions au quotidien. Mais le lien n'est pas immédiat, il se fait petit à petit (enfin en tous cas, pour moi, ça n'a pas été immédiat : c'est seulement maintenant que je me rends compte que je gère mieux mes émotions en général)

Nounette73.
Abonné

Bonjour Lile

je te croise régulièrement !

Je pointe aux club des hermétiques à la RPC.

Moi ça ne me pose pas plus de pb que ça (depuis que je suis ici je prends la mesure de l'avantage de ne pas être perfectionniste !! avant je me disais, quand même, c'est la honte, mais finalement, c'est peut-être pour ça que je n'ai jamais peur de me lancer, dans ma vision c'est pas grave si c'est pas parfait du moment qu'on s'est lancée on ira plus loin que si on ne part pas du tout).

Et je vais te dire ce que j'ai compris de la pleine conscience (suite à une conversation avec mon frère jumeau, qui n'a aucun pb de poids mais qui a en ce moment du temps libre pour réfléchir à la vie). Ca m'a permis de prendre de la distance, de percuter la finalité, et de retrouver l'envie de m'y mettre - au lieu de l'aborder comme un exercice que je foire (et je ne te parle pas du body-scan j'en suis réellement traumatisée).

Je suis une grande anxieuse, doublée d'une ruminatrice forcenée.

Le soir, je rumine sur ce que j'ai raté dans la journée, la semaine ... Je suis même passée au niveau supérieur de ce jeu : je fais de la méta-rumination (c'est à dire que je rumine sur le fait que je rumine -et que je devrais arrêter de ruminer, ça me gâche la vie et ça m'empêche de dormir, etc.).

Dans ces moments là, je suis dans le passé. Dans tout ce que j'ai raté, dans mes vécus difficiles, dans des auto-jugements qui s'ancrent dans mon enfance et mon rapport à ma mère (bé oui, toxique). Dans les schémas qui ont placé la nourriture au coeur de mon système de réconfort, pour oublier les chagrins, la tristesse, le manque d'estime de moi-même.

En plus, j'angoisse. Tout le temps. Comme le dit Mark Twain, "j'ai vécu des milliers de moments horribles dans ma vie - dont parfois quelques uns sont vraiment arrivés". Je prévois toujours le pire. Ca me rend cassante, stressée, pas toujours flexible. J'anticipe les difficultés, je prévois les problèmes, je me mets dans des états effroyables en appréhendant ce qui peut arriver (et qui pourrait me mettre dans une situation d'échec qui passerait le soir dans la case rumination). Comme dans "on est en retard pour partir à l'école, je ne vais pas trouver de place pour me garer, je vais tourner en rond, j'arriverai en retard au boulot, tout le monde me jugera de travers, je vais passer pour une fumiste ..."

Dans ces moments là je suis projetée dans le futur. Dans un futur sombre, où le pire peut arriver. Dans les schémas qui ont placé la nourriture au coeur de mon système de défense contre l'angoisse, manger c'est oublier la peur qui me submerge, c'est détourner mon attention, m'absorber dans une activité. C'est renforcer ma prise au sol, me retenir un peu dans le moment présent avant de sauter dans le vide qui m'angoisse.

 

Dans ces moments là je ne suis pas dans le présent.

Dans le réel.

Si je savais revenir dans le réel, dans mon présent, bé je verrais bien que le passé est passé, et que le pire ne s'est pas encore produit.

C'est jamais arrivé que je ne trouve pas de place devant l'école même en partant tard (au contraire parfois on arrive avant l'ouverture des portes du coup), si j'arrive en retard au boulot c'est pas la mort, et je ne passerai pas pour une fumiste à cause de ça. Mais c'est plus fort que moi, je hurle sur mes filles, j'ai presque envie de les frapper pour qu'elles se dépêchent. (Ca réactive aussi des situations que je vivais mal avec une mère retardataire chronique qui me faisait honte).

C'est pas grave si j'ai foiré un truc, ça ne veut pas dire que je méritais que ma mère me traite mal. C'est le passé, elle ne le faisait pas exprès elle était malade. Si j'ai dit une connerie bé je ne peux plus la rattraper, c'est peut-être pas si affreux, de toute façon autour de moi les autres ont oublié, et s'ils n'ont pas oublié et m'en veulent c'est leur problème et pas le mien. Et si j'ai foiré un truc au boulot ben ça n'efface pas ce que j'ai réussi, je saurai gérer les pbs.

 

Je suis moi ici et maintenant. Je m'observe avoir ces ressentis et je sais prendre de la distance parce que le passé est passé et que le futur n'est pas arrivé - le pire n'est jamais certain et on n'est pas à l'abri d'un coup de bol.

 

Et l'enjeu de la RPC c'est juste ça. Etre au présent. Se reconnecter au présent. Au réel. A tout ce qui est vrai ici et maintenant. Se regarder être. La respiration a le mérite d'être quelque chose de présent et de concret à quoi on peut se raccrocher, seconde après seconde, quand on se sent aspirée par le passé ou le futur. Non, je respire, je suis là, je suis moi.

Mais on n'a pas besoin de passer par la RPC.

L'exercice des "sous-titres" que pratique Izabelle (j'ai mis un temps fou à l'accepter et ça m'apprend des choses sur moi) ça marche très bien je trouve. Quand je rumine, d'un coup, je sous-titre (et je fais la bande-annonce comme Izabelle) "Et revoilà Nounette la mal-aimée, la maladroite qui va perdre ses amis parce qu'elle fait toujours des gaffes, regardez-la bien elle finira sa vie seule, n'est-ce pas mérité ?!".

Eh bien ça libère, hein, de me regarder penser comme ça, et de me rappeler que j'ai de l'humour (au lieu de basculer dans le pathos sur un sujet si sensible pour moi). Et puis ça me permet de revenir au présent (bon ok j'ai gaffé la veille mais si je refais le film, c'était une contre-gaffe, hein, je pourrais aussi m'offenser de ce qu'on m'a dit, alors que je m'en fous, et si j'oubliais tout ça ?") et les fins de journée sont plus sereines.

Je dis ça, ça ne fait pas longtemps que je m'y suis mise hein. Mais c'est assez puissant, finalement, d'être au présent.

Aïe désolée c'est super long blush. Et je ne sais pas si ça t'aide comme témoignage.

Promis si j'arrive à progresser sur la RPC je viens parader sur le sujet !!

bon courage

(ah, pour être plus claire : il ne se passe rien, pendant la RPC, tu ne vas pas sentir une chaleur ou des fourmillements ou que sais-je : tu vas juste "être", au présent, c'est tout ... enfin de ce que j'en comprends ... donc si tu ne ressens rien bé continue, jusque là tu fais tout bien comme il faut)

 

 

Lile.
Abonné

Ouah! au moins ça me fait ça de moisn à écrire.

je vais essayer les sous titres aussi. Je pense que petit a petit je vais progresser, mais la patience n'est pas mon fort.

Mais j'ai conscience des bienfaits de ces exercices

j'ai hâte que ça devienne un plaisir

Merci

Rikki.
Ancien abonné

Je ne sais pas si ça devient un plaisir un jour. 

 

Pour moi, c'est dans le meilleur des cas un moment intéressant, une petite pause dans l'excitation de la journée, dans le pire des cas une contrainte exaspérante. 

 

Par contre, je suis obligée de constater que ça m'a fait du bien quand je le faisais, que j'allais mieux, et que je vais moins bien depuis que j'ai arrêté de le faire. 

izabelle
Animatrice forum

moi aussi je n'ai jamais aimé ça je dois dire, mais j'ai toujours constaté un "effet"

finalement depuis hier je m'y suis remise un peu chaque matin, genre au réveil

pourtant moi me faire faire un truc avant mon café....

je n'en fais pas 10 minutes, mais plutôt trois....  c'est déjà pas mal......

j'ai même fait une ébauche de bodyscan qui n'a cependant pas dépassé mon mollet droit

 

pour ma part je pratique toujours sans enregistrement maintenant, ainsi je le fais à mon rythme, de façon assez informelle

 

ensuite pour ma part, étant exactement comme Ariane une grande anxieuse qui prévoit 15 000 cata à la minute et qui rumine sur celles qui sont passées,   je pratique en effet beaucoup la défusion avec la méthode qu'Ariane a décrit

c'est vraiment très très efficace pour arrêter de lutter contre ses ressentis et ses pensées (ce qui était pour moi la cause de 90% de mes EME)

 

pour ma part, c'est la conjugaison des deux qui est efficace

- RPC, un peu, le minimum syndical, pour être consciente au présent

- défusion pour dédramatiser les ressentis désagréables et ne plus lutter contre eux

mavo.
Marraine

De mon côté, plus je pratique et plus c'est agréable... Enfin, moins c'est désagréable, peut-être !

Et il m'arrive même parfois d'anticiper le moment de PC avec une certaine joie.

Il faut encore beaucoup que je travaille avec mon perfectionnsime, qui voudrait toujours faire plus longtemps, "mieux", qui a du mal avec ce concept de non-performance assumée.

Mais je m'accroche dur comme fer ! C'est vraiment le truc sur lequel je ne veux pas lâcher, même si les effets ne sont ni immédiats ni franchement évidents à voir. Dans le fond, je suis convaincue qu'il a du boulot qui se fait, que c'est grâce à ça que parfois j'arrive à manger plus lentement et/ou moins, et que c'est certainement grâce à ça aussi que je m'énerve moins contre tout et tout le monde, que parfois j'arrive à lâcher prise, etc...

 

Courtepatte.
Abonné

Je rappelle ici si ça peut aider le mini-exercice de Russ Harris, qui personnellement me sert beaucoup et que j'apprécie bien plus que les séances formelles de RPC, c'est le "3X5":

Respirez trois fois un peu plus profondément et:

  • en regardant autour de vous, remarquez 5 choses que vous pouvez voir
  • remarquez 5 sons/bruits que vous pouvez entendre
  • remarquez 5 sensations corporelles que vous pouvez ressentir (contact avec un vêtement, chaud/froid, vent, cheveu qui chatouille un peu dans la nuque, toucher, odeur...)

Les choses qu'on remarque n'ont pas besoin d'être belles / agréables / positives. C'est au contraire chouette d'être ouvert à tout ce qui se présente.

Ce n'est évidemment aussi profitable qu'une vraie séance de RPC, mais ça donne un "petit coup de frein" au milieu du stress de la journée, et ça peut se faire absolument n'importe où, même si on n'est pas seul.

Moi ça me fait du bien, alors autant en faire profiter tout le monde!

Nounette73.
Abonné

Courtepatte MERCIIIII

c'est exactement ce que j'attendais, un petit mode opératoire pour rentrer dans la pleine conscience en se concentrant sur l'instant présent, les sensations et l'environnement - au lieu d'être déconcentrée par eux !!

et pas un truc sur 10mn, qqc de qualitatif

youpi

mavo.
Marraine
Merci Courtepatte ! J'avais déjà lu ça sur un fil, mais je ne l'avais plus en tête et effectivement, quand on n'a pas le temps, ça permet de faire une petite pause Instant présent facilement ! Merci !
Rikki.
Ancien abonné

Courtepatte, je vais partir en vacances avec le "3 x 5" dans mes bagages mentaux ! 

 

En plus, je suis sûre que là-bas, je trouverai 5 belles choses à voir, 5 sons agréables à entendre, 5 sensations douces à ressentir...

 

PALSEMBLEU.
Abonné

Pour avoir une longue pratique de yoga et de méditation je te conseille justement de ne t'attendre à rien de particulier. Il faut simplement "voir passer les idées" et ne pas s'y arrêter.

Avec la pratique tu trouveras en toi des sensations, des ressentis qui feront partie de toi et qui ne seront  pas les mêmes que pour une autre personne.

Tu verras que le calme s'installera progressivement et que plus tard tu accèderas très simplement à cet état vraiment relaxant.

En résumé lache prise et ne réfléchis pas !!!!

bon courage

MrFufu.
Abonné

Bonjour,

 

Ce sujet m'interresse : je viens de lire et écouter les premières minutes de RPC... 
Alors déjà... merci l'aiguillage "respirez dans les pensées" ... 
Sans vouloir être méchant non plus : je supporte pas les gens qui coupent leurs phrases en plein milieu "ou bien vous pouvez vous centrer ... ... ... sur les mouvements de la respiration"

Donc je crois qu'il va falloir que j'écoute, comprenne et pratique sans le son ... sinon ça m'énerve plus qu'autre chose.

Je suis aussi un peu déçu je pensais que la RPC c'était un peu comme un exercice de meditation auquel j'avais été initié pendant un cours d'aikido : déjà on nous avait appris a respirer pour se détendre ce qui n'est pas forcément pareil que respirer au naturel... je pense d'ailleurs que je vais repratiquer comme ça.

Bref, c'est pas gagné. Pour cette première séance : j'ai pas vu l'intérêt... et j'ai trouvé ça chiant (désolé je suis cash)

Nounette73.
Abonné

Attention la respiration "pleine conscience" n'a pas pour objectif le fait de se détendre. Il ne s'agit pas de "soulager" les tensions ou le stress.

Il s'agit d'augmenter sa résistance aux émotions, en apprenant à les identifier, les reconnaître, les observer, les accepter comme normales et comme un élément de notre présent.

Ainsi on peut s'y confronter au lieu de les éviter en se jetant sur la nourriture (on évite l'ennui, la culpabilité, les souvenirs, la joie trop vive, l'angoisse, la colère, la honte,  la peur de manquer ... enfin tous les ressentis très vifs qui peuvent amener qqn à manger, y compris la culpabilité de manger ou la peur de gâcher ...)

Pour ça, on s'ancre dans le présent. Un outil possible c'est de se centrer sur la respiration. Tu peux aussi te centrer sur ton pouls, remarque. Il s'agit juste de se centrer sur ici, maintenant.

C'est un outil, rien d'autre.

La défusion que propose Izabelle est un autre outil qui me parle beaucoup plus. Il y a un post dédié //www.linecoaching.com/content/defusion

Le 3x5 de Courtepatte est plus accessible.

Et tu as d'autres méthodes pour t'initier à la méditation.

Et moi aussi j'ai trouvé ça chiant. Mais je sais ce que ça peut m'apporter, parce que les émotions sont au coeur de mes excès alimentaires.

Essaie 3 minutes pour commencer. Tu as aussi un outil sur la RPC en marchant pour ceux que ça gonfle de rester assis-bien-droit etc

izabelle
Animatrice forum

c'est clair que c'est chiant pour certains, moi la première

d'autres aiments ça, à ce que je j'ai pu lire

ils doivent être plus zen que moi.....

 

c'est en effet important de savoir que ce n'est pas fait, ni pour se détendre, ni pour passer un moment agréable

comme ça dure peu de temps, on n'a pas besoin de kiffer à mort

 

le  but est en effet comme Ariane le dit de pouvoir mieux accepter ce qui nous traverse, simplement parce qu'on n'y est plus identifié, on sait que ces choses-là, les pensées, les émotions, les sentiments, sont des événements qui passent à travers nous, et qui s'en vont,  on n'a pas à se battre pour les faire disparaitre, ou chercher à les contrôler

ensuite cela a donc un grand effet contre l'addiction comportementale à l'acte alimentaire

mais il faut le pratiquer régulièrement

lorraine
Marraine

Tout à fait d'accord avec Ariane et Izabelle

 

Moi aussi au début (pendant 2 mois) je trouvais ça chiant, pénible surtout, ces tensions physiques qui apparaissent, l'ennui qui s'installe, qu'une envie, se sauver  en courant. Les propos des docteurs du site, des livres lus sur le sujet m'ont encouragée à poursuivre.Pendant 6 mois, je n'ai fait que des étiremenbts en pleine conscience, le mouvement me convenant mieux, plus que mes émotions ce sont les ressentis corporels que j'accueillais

Apprendre à Se poser, pauser etre face à ses émotions, ses ressentis (à travers les sens)  et apprendre à ne plus les anesthésier en mangeant), devenir intime avec soi même, arrêter de penser au passé au futur, descendre du pétit vélo dans sa tête (j'étais une spécialiste et je ne le savais même pas)

  ETRE dans le présent. Arrêter de s'affairer, s'agiter, tout faire en pilote automatique manger y compris...

Peu importe comment, trouver ce qui convient, entre ce qui est proposé ici, sur les nombreux CD vendus, le 3x5 , l'exo du prof d'aïkido, seule, à plusieurs, en marchant.......

L'important c'est la pleine  conscience J''y arrive de mieux en mieux dans les actes de la vie quotidienne, et quand j'en sors j'y reviens plus facilement. . Ce sont les séances de rpc (j'y  inclus les étirements, l'eme-zen, le body scan, se détacher de ses pensées etc)  qui m'auront permis 'en arriver là

pleinedespoir.
Abonné

Hello Tous et toutes,

C'set marrant que vous troiuvez ça chiant! Moi j'adore... c'et comme un rendez vous avec moi.... une plongée à l'intérieur... peut-être qu'un peu de visualisation peut aider?

je visualise donc  l'air qui rentre pénétrant dans tout mon corps et .. parfumé comme une fleur et à l'expir, je laisse sortir tout ce qui m énerve ,m'ennuie, me rend fâchée... puis je reprends :je me remplis de bon... je vide le désagréable. En passant je salue chaque organe et le remercie de son travail...ça peut paraître benêt mais ça fait du bien....ensuite je mets maconscience dans mes pieds... wouahhhhh génial je les imagine s'allonger ,se poser,etc etc... un régal..

Bon, en général à ce stade si je suis allongée je m'endors et si je suis assise ... j'ai envie de dormir...

Rien que d'en parler ..... zzzzzz

A plus

lorraine
Marraine

Je ne trouve plus la rpc chiante ou pénible bien au contraire. Je suis contente d'avoir passé le cap difficle du début car elle apporte trop de bienfaits.

Je voulais juste à travers mon témoignage rappeler que ne pas aimer la rpc un jour ne veut pas dire ne pas aimer toujours...Les choses changent...

De plus si on l'adapte comme courtepatte (moi et d'autres) c'est encore plus simple et encourageant

Noelle
Marraine

Oui, apres avoir bien bloqué sur la question, je m'y suis mise en filigranne, notamment apres la journée Poids et Moi, avec le Dr A, et je continue cahin caha, mais je continue

pour moi, cela va de pair avec la decouverte de la defusion, je pense que je craignais l'irruption des emotions bien cachées, mais juste là, tout près, ces emotions que je n'arrivais pas a nommer, mais que je redoutais de voir apparaitre et qui sont , pour moi, la plupart du temps, liées a des pensées automatiques qui me faisaient dériver, genre partir en boucle

pouvoir disposer d'une pratique qui me eprmet de vivre avec mes emotions, mes pensées automatiques sans chercher a les combattre (peine perdue, ça je le savais déjà) m'a apporté beaucoup de tranquilité et m'a ouvert la porte a la rpc, que je pratique toujours cahin caha, bien sur, mais bon.. je ne suis plus non plus dans la recherche de l'efficacité a tout va ni dans les défis personnels permanents, genre toujours plus difficile et sans jamais pouvoir me satisfaire du resultat, un peu comme manger sans jamais sentir la sasiété

bonne journée

eva61.
Abonné

ça me rassure un peu de lire certains temoignages qui n'aime pas la RPC, car moi ça me barbe profondement surprise (désolée pour ceux qui aiment...) mais je ne ressent rien j'ai essayé, re-essayé, je vais même tenter le conseil de courtepatte, mais dans l'ensemble j'accroche pas.

FRED73
Marraine
Ben en fait, il n'y a rien à ressentir. Juste laisser passer ses pensées et se dire que ce ne sont que des pensées et non la réalité et moi je trouve que ça fait un bien fou !
eva61.
Abonné

Nous ne fonctionnons pas tous de la même façon et je pense qu'il y a sur le site LC  des outils et chacun prends ceux qui leur conviennent, yes

Bonne journée 

izabelle
Animatrice forum

moi je n'ai jamais aimé non plus

mais ceci dit, ça m'a aidée, ce qui était le plus important

maintenant j'en fais le strict minimum,  à savoir qq respirations avant de manger   et en cours de journée quand je sens que je deviens tendue

ce qui important c'est surtout le principe de se recentrer sur le présent quand nos pensées s'emballent

je pense en effet que pour certains c'est indispensable, pour d'autres moins, même si ça peut pas faire de mal

topolina.
Abonné
Izabelle je te lis toujours avec plaisir :-) Et je découvre sur ce fil Nounette73 dont le post du mois de juillet me parle énormément: merci a toi car tu as mis des mots sur des tas de sensations et émotions voire situations dans lesquelles je me trouve souvent aussi. Comme d'habitude ici on se sent moins seule et on en ressort super boostée! Merci à tous.
Ash.
Abonné

Bonjour à vous,

Moi aussi je rejoins le clan des allergiques à la pleine conscience. J'arrive (la plupart du temps) à me concentrer sur ma respiration, à laisser passer mes pensées et à revenir uniquement à ma respiration... mais je n'y trouve pas d'intérêt, pas plus du moins que quand je me pose 10mn sans me concentrer. Je trouve ça chiant au possible, avec ou sans enregistrement. 

Le pire, ça reste le body-scan. J'ai essayé en me montrant le plus ouverte possible, mais à la phrase "respirez par le gros orteil", je souriais déjà toute seule.

Je pense qu'il y a des gens qui sont plus ou moins faits pour ça. Vis-à-vis de ça, j'ai un peu la même réaction que quand on m'a proposé l'homéopathie pour accoucher sans douleur et sans péridurale : "Tant mieux s'il y a des gens pour qui ces méthodes fonctionnent, vraiment, je ne dis pas que ce n'est pas vrai... mais moi, sérieusement, non !". 

Je n'ai aucun problème avec les méthodes style "3x5", où il s'agit de se poser et d'observer ce qu'il y a autour sans forcément émettre de commentaires positifs ou négatifs où me laisser entraîner dans une liste de choses à faire type "tiens, j'entends un oiseau, c'est joli les oiseaux, mais est-ce que j'ai encore des oeufs dans le frigo d'ailleurs ? Il faut que je fasse des courses, et puis je prendrai du PQ aussi !!!" (oui, je dérive très vite et très loin parfois !). Non, quand je me pose en bord de mer par exemple, je peux rester 1/2h à simplement observer, profiter du moment présent, sentir les rayons du soleil, entendre le bruit des vagues, des passants... et ça me relaxe bien. Mais me forcer à rester concentrée sur ma respiration alors que c'est un truc que je fais machinalement depuis 27 ans, je n'y arrive pas, ça ne me paraît justement pas naturel. 

Et pour revenir au body scan, la seule chose que j'ai réussi à noter, c'est que j'avais mal au dos à force d'être assise toute droite. Par contre, je pense que quand on a du mal à accepter une partie de son corps, c'est un bon moyen de s'en rendre compte, d'abord (parce que se concentrer dessus est désagréable, alors qu'en général on préfère ne pas y penser), et de l'accepter petit-à-petit ("ok, j'ai des fesses, je ne les aime pas beaucoup, mais elles sont là, elles font partie de moi, elles ne me font pas mal...").

Je pense donc que je vais rester sur mes méthodes personnelles de détente qui fonctionnent bien (c'est déjà pas mal pour une hyperactive de se poser pour écouter le bruit des vagues !) et pratiquer un peu de pleine conscience quand j'en ressens l'envie (oui, oui, ça arrive, mais ça ne sera pas 15mn par jour, ça c'est certain !!). Je tenterai aussi les étirements en pleine conscience ou la marche, ça pourrait être plus efficace pour moi je pense. 

Bonne journée !

Patience
Marraine

Bonjour Ash,

Je trouve que c'est intéressant que tu aies trouvé tes outils pour gérer les émotions !

Je crois que l'on nous propose la pleine conscience pour nous reconnecter à nos émotions sans chercher à les fuir. Donc les accepter... Et puis cela nous permet aussi de prendre conscience de nos pensées, notamment celles qui nous emmêlent les pinceaux !

Toi tu es capable de faire machinalement ce que bon nombre d'entre nous devont apprendre.

Bravo et au plaisir de te lire !

izabelle
Animatrice forum

je suis comme toi, Ash, je pense....

ce qui m'est très utile, ce n'est pas la respiration, mais en fait de ressentir mon corps

pas forcément en étirant, mais simplement en posant ma conscience dans mon corps

pas de bodyscan classique bien sûr, mais régulièrement en cours de journée, me centrer sur ce que je ressens dans mon corps

et aussi dès que je dois me remettre dans le "présent"  (dans le cas de ruminations ou de gros stress)

lorraine
Marraine

Ash tu écris :

"Et pour revenir au body scan, la seule chose que j'ai réussi à noter, c'est que j'avais mal au dos à force d'être assise toute droite. Par contre, je pense que quand on a du mal à accepter une partie de son corps, c'est un bon moyen de s'en rendre compte, d'abord (parce que se concentrer dessus est désagréable, alors qu'en général on préfère ne pas y penser), et de l'accepter petit-à-petit ("ok, j'ai des fesses, je ne les aime pas beaucoup, mais elles sont là, elles font partie de moi, elles ne me font pas mal...").

Je pense donc que je vais rester sur mes méthodes personnelles de détente qui fonctionnent bien (c'est déjà pas mal pour une hyperactive de se poser pour écouter le bruit des vagues !) et pratiquer un peu de pleine conscience quand j'en ressens l'envie (oui, oui, ça arrive, mais ça ne sera pas 15mn par jour, ça c'est certain !!). Je tenterai aussi les étirements en pleine conscience ou la marche, ça pourrait être plus efficace pour moi je pense. "

Vachement intéressante ton expérience du body scan : le repérage de l'inconfort physique et la prises de conscience que tu évoques...

Perso,le body scan sur 30/ 40 minutes je n'aime pas du tout non plus...Le balayage corporel de quelques secondes pour des états des lieux réguliers, oui.

Tu parles d'étirements, de marche en pleine conscience....Tu y es en plein dans les séances de rpc (ou méditation) , séances de rpc en mouvement, une manière de méditer comme une autre....

Alors, toi, allergique à la pleine conscience, à te lire,  pas tant que cela je trouve . smiley Et ton expérience du bord de mer à être dans l'instant présent s'apparente aussi à de la rpc/méditation...

Et tant mieux si tu peux vivre en pleine conscience ce qui se passe dans l'instant sans avoir à revenir "volontairement" à ta respiration parce que tes pensées t'emportent trop loin, trop longtemps hors de l'intant présent.

Quoiqu'il en soit l'essentiel pour ne pas systématiquement calmer ses émotions avec de la nourriture est de savoir regarder ses émotions en face, ne plus les éviter ou les rejeter. Quelque soit l'outil utilisé. Et c'est génial, que tu arrives à revenir à l'instant présent naturellement..

Enchantra.
Abonné
Lile j'aime votre tout premier commentaire. Moi qui me croyais seule.... J'ai lu les commentaires suivants ça fait du bien. Je vais essayer de me remettre à la Rpc et si ce n'est pas avec les audio au moins 3 respirations pour en effet me recentrer. Je verrai si je me sens capable d'augmenter au fur et à mesure.
Faustine.C.
Abonné
Bonsoir, Votre commentaire est d'une grande aide pour moi. Je me suis beaucoup retrouvée dans le ruminage à l'extrême et je vais essayer de voir les choses un peu plus comme vous car j'ai énormément de mal avec la RPC .... Merci beaucoup. Faustine
Haut de page 
X