Nom de code : 20.4 - 21042013

Soleluna.
Ancien abonné

Bonjour à toutes !

Comme convenu, voici un post suite à la journée de thérapie du 20 avril avec le docteur Z où nous avons plus particulièrement travaillé sur les EME, dans la joie et la bonne humeur ! Et l'émotion ! :)

Un post, comme un petit groupe, où nous pourrons échanger, venir y déposer nos expériences, le résultat de notre entraînement de warriors (parce qu'on a bien compris, il s'agit de s'entraîner à supporter nos EME via des exercices!!), nos doutes, nos joies, nos découvertes, nos coups de coeurs, nos bavardages, que sais-je. Nous en ferons ce que nous voudrons :)

Une chose importante : CE POST EST OUVERT A TOUS ET TOUTES. Y compris aux personnes qui n'ont pas participé à la journée. Il s'agit de partager et de s'entraider :)

Aller zou c'est parti :)

 

Commentaires

Soleluna.
Ancien abonné

MEMO 20.4 : LES EXERCICES
Pour passer du mode d’emploi à la pratique !


Je tente une synthèse (très synthétique !), de ce qui s’est dit hier et de ce que j’en ai retenu. Ce que je veux coucher ici sur papier, c’est les exercices, le fil rouge pour S’ENTRAINER, parce que c’est le défi qui est devant nous, s’entraîner à gérer nos EME, à faire avec. A compléter, amender etc. par nos soins, retours bienvenus :)


/// EXERCICES ENTRAINEMENT E.M.E # 1 : A FROID /////
Quand ? Tous les jours

- Dégustation d’un aliment réconfortant
But : se fabriquer son aliment réconfortant
Quand on a une faim petite, de préférence le matin, dans tous les cas avant la 2epartie de journée (qui est plus difficile et où on est face aux EME)

- Evocation de l’émotion difficile
C’est difficile. Mais à faire ; pourquoi ? Parce que ça en vaut la peine et que c’est du court terme.
C’est désagréable mais pas insupportable.

- Pleine conscience appliquée aux sensations d’inconfort
(pour s’entraîner face l’intolérance et à l’impulsivité)


On peut pour cette série se servir du body scan aussi
Et de l’observation de ses pensées. Je crois que c’est sur l’outil « Apprenez à vous détacher de vos pensées » dans les outils pleine conscience.

 

 //// EXERCICES ENTRAINEMENT E.M.E # 2 : A CHAUD /////
Quand ? Ben quand l’EME est là

- Tout d’abord reformuler : l’urgence n’est pas de manger, mais de calmer

- Apprendre à calmer en dégustant l’aliment réconfortant
Important : on le mange quoi qu’il arrive (c’est pas comme l’EME-ZEN où l’on peut choisir de manger ou pas) Il s’agit de se calmer et de sortir de l’urgence, pas de s’empêcher de manger.

Et plus tard, quand on sera suffisamment entraînées ?

- EME-ZEN
On mange ou pas 



 //// BONUS ////

- REPAS
* manger quand on a faim 
* espace de respiration de 3 min si possible avant de manger ou quelques secondes, comme on peu
* attention soutenue et partagée
* plusieurs exercices de dégustation : les 3 premières bouchées, comparer à l’aliment idéal, retrouver les ingrédients au goût
 

- FAIM :
Exercice « EME ZEN FAIM » : à faire avec un aliment qu’on pourra manger ou pas. On attend la faim, puis on retarde d’une ½ heure la faim puis on réévalue et on décide de retarder ou de manger (cf EME ZEN).
Pour travailler sur l’inconfort face à la fin et augmenter la tolérance

 

NB / des petites choses retenues ici et là :

  • Déguster c’est observer, être en pleine conscience. Point. Il ne s’agit pas d’aimer ou pas.
  • Déguster nécessite du temps. Mais manger lentement ne suppose pas qu’on déguste
  • Un aliment est réconfortant s’il est mangé sans culpabilité, s’il est apprécié, s’il est dégusté. Et c’est grâce aux aliments réconfortants qu’on peut apprendre à gérer les EME. D’où la nécessité de s’en fabriquer.
  • Culpabilité : pour s’en débarrasser > manger quand on a faim. Déguster pendant 4jours un aliment tabou
  • La peur de l’inconfort émotionnel ou physique est bien supérieure, pire que l’inconfort lui-même
  • Il s’agit d’arriver à gérer les émotions (pas à les éradiquer !) en augmentant sa tolérance face à l’inconfort
  • Pour finir, 2 mantras ;)
    - Arrêter de s’en faire pour ce qu’on ne peut changer. Se centrer sur ce qui est entre nos mains et dépend de nous
    - Quand on mange ce qu’on a faim, on ne grossit pas ! J
Lyphaé.
Abonné

Merci pour ce retour Soleluna, c'est très intéressant pour ceux qui n'y étaient pas et puis on apprend de nouveaux exercices également !

Et puis ça fait plaisir de te revoir par ici, ça faisait longtemps :-)

FRED73
Marraine

Bonjour à toutes,

Moi ce que j'ai retenu : 

- L'écoute de ses sensations n'est pas le contrôle. Il ne faut pas faire les choses pour maigrir mais pour avoir une relation plus sereine avec la nourriture. Maigrir c'est le bonus mais il ne faut pas se focaliser la dessus parce que c'est génératur d'EME. C'est pas facile mais je crois vraiment que c'est une des clé pour ne arrêter de penser à la bouffe tout le temps. Quand on ne pense qu'à maigrir, on a forcément une relation pourrie avec la nourriture et on est toujours dans le contrôle.

- Une des causes des EME est le repas lui-même : avant de se mettre à table on se met la pression pour écouter ses sensations, on est alors dans le contrôle et quand on lâche le contrôle qui est trop difficile à tenir on a des EME de fin de repas.

- Les EME ne sont pas des envies de manger mais des envies de se calmer.

Soleluna.
Ancien abonné

Lyphaé, tu es là ! :) Plaisir partagé de te retrouver, c'est sincère :)
Et oui, ça faisait bien longtemps. Toi et moi ça fait un bout de temps qu'on est sur le site. Moi j'avais de nouveau disparu, mais j'arrivais pas à me désabonner. C'était bien parce que je ne voulais pas lacher la chose. Alors il y a un petit mois j'ai repris contact avec la coach, histoire de me reconstruire une trajectoire avec la méthode, et puis le hasard a fait qu'il y a eu cette journée de proposée, sur les EME (exactement la partie où je suis restée en panne et où j'ai décroché) et j'ai saisi l'occasion. Je ne le regrette pas. Ca m'a fait du bien. Et j'espère que ça va m'aider à reprendre le chemin.
L'idée c'était de travailler sur les EME et plus particulièrement de s'entraîner à les gérer à froid pour pouvoir y faire face quand elles surgissent.
Je viens juste de lire ton dernier post sur ton blog : je sourie, on sent de la sérénité et de la force. Une force tranquille, qui est toujours la plus puissante. Beau chemin. :)
A bientôt :)

Soleluna.
Ancien abonné

Ah et une chose hyper importante : essayer de ne pas vouloir à tout prix tout bien faire. Ne pas avoir un degré d'exigence tel que, nécessairement, on se met en situation d'échec (ou ressenti comme tel). Pis si on ne réussit pas tout bien on lâche tout, en se disant en prime qu'on vaut pas grand chose, une fois de plus... On fait comme on peut. On s'adapte aux situations, on fait comme on peut, et c'est déjà très bien. Et le mieux est ennemi du bien (ça fait platitude comme ça, mais c'est pas si bête que ça comme sutra ;) C'est un chemin et un processus. Essayer de ne pas oublier que ça fait des années qu'on fonctionne de cette manière et que c'est pas du jour au lendemain que ça va changer, même si on a lu des tonnes de bouquins, qu'on comprend bien évidemment le bien fondé de tout cela. Comprendre avec les tripes et le coeur, c'est pas pareil qu'avec la tête (bon ok, ça c'est moi qui le dis). Bref la perfectionniste qui sommeille en nous (ou pas d'ailleurs, parfois elle sommeille pas du tout !) la remercier pour tout ce qu'elle nous a apporté, pour le chemin parcouru ensemble, mais lui expliquer que là, on a envie de prendre un chemin de traverse, autre.
Patience et bienveillance :)

Laureline.
Abonné

Merci à vous pour ces retours !

Je commence l'étape de la dégustation la semaine prochaine. Je me rends compte, en lisant ce fil, que pour moi déguster c'est manger lentement, mais je ne sais pas trop quoi d'autre. Dans ce que tu dis Soleluna, c'est important de prendre son temps mais ça ne suffit pas pour déguster.

Je vais me mettre un pense-bête sur mon blog pour retrouver cette page plus facilement !

Bonne soirée

mavo.
Marraine

Hello les filles !

Super contente de vous retrouver ici... Merci merci Soleluna pour ce gros travail, merci pour les compléments de Fred73, je ne sais que rajouter ! 

C'était une très belle journée... je regrette d'être partie comme une voleuse à cause d'un horaire de train, mais pour ma part, vraiment une journée super intéressante. J'ai pris des notes et fait des schémas dans tous les sens dans le train de retour !

Reste évidemment à s'exercer, à appliquer au quotidien. J'ai fait ma PC émotions ce matin, mais pas encore travaillé sur l'aliment réconfortant.

A très bientôt !

Soleluna.
Ancien abonné

Laureline, je ne suis pas experte. Et puis la dégustation ça a été une étape difficile pour moi. Etonnamment, parce que je me croyais gourmande et gourmet (mais je réalise que le plus souvent j'avale et ressens quelque chose, mais c'est bien en deça de ce que l'aliment peur m'offrir).
Mais voilà ce que j'ai compris hier : déguster ce n'est pas aimer (forcément). Il ne s'agit pas de prendre du plaisir, de se dire c'est bon ou pas bon. On observe, on note.

Avant ingestion, on observe avec la vue (couleur, surface etc), l'odeur (quelle découverte!), toucher (rugueux?), ouie.
Pendant l'ingestion, l'arôme, la température, la texture, les saveurs, on perçoit le gras ou pas, la longueur en bouche.
Ca c'est pour un aliment précis.
 

Et la dégustation d'un repas, pareil mais sur un plat. Et puis tu peux ajouter des petits exercices, du type faire ça que sur les trois premières bouchées ou alors essayer de retrouver les aliments d'un plat.

Ah et je me suis notée dans un petit coin de ma tête qu'il fallait prendre le temps de respirer avant, pour se centrer et être présente.

Bonne dégustation ! Tu nous raconteras ? :)







 

doveline.
Abonné

Comme c'est gentil Soleluna de partager cette journée avec nous.

Un grand merci pour ce partage.

Douce soirée à toi et à toutes et à tous,

doveline

Laureline.
Abonné

Re-merci Soleluna :-).

D'accord pour faire une retour de la dégustation. J'ai l'impression qu'il faut que je reprenne à la base  pour savoir ce que j'aime ou pas (à part les fruits et le chocolat !). Alors ça me parle quand je lis qu'on déguste tout aliment, même si on ne l'aime pas.

Ca avait l'air chouette cette journée. Est-ce que vous avez l'impression que ça permet de mieux ancrer ce qu'on expérimente sur LC ? D'aller plus loin ? ...

 

Aurea.
Abonné
Super, ton resume , c'est tout à fait ça ..... :-) , pour l'instant pas encore tout à fait au point dans la pratique ce soir , mais patience il s'agit de bien s'exercer demain ...... Le retour dans le tourbillon de la vie de famille est rude mais je ne désespère pas de pacifier tout ça .... Amitiés à toutes !
tupenses.
Abonné

Bonjour à toutes,

Pour moi grande découverte par rapport aux EME, ce n'est pas l'envie de manger mais de CALMER. Ce qui change tout c'est un autre regard et une autre écoute sur mon comportement. Je vais tenter d'être dans cette écoute et essayer de prendre conscience de mes émotions... le plus possible.

Autre découverte : l'émotion qui arrive quand cela va bien.....et la compulsion qui suit  incroyable!!!!!

Soleluna.
Ancien abonné

Mavo... DES SCHEMAS, DES SCHEMAS!!!! Moi j'en veux bien tout plein !! Quoi on peut pas poster des jpg ici? groumpf. Qu'à cela ne tienne, par mail! (scan quoi :)
moi aussi j'ai foncé biscotte train :) (à mon grand regret) et j'ai remis de l'ordre dans mes notes
Tiens, je me demande si je vais pas changer le nom du post en LES WARRIORS DES EME !
Vous en dites quoi? Je réalise que le nom des posts, c'est important dans la sélection de ce qu'on ouvre, et nom de code 20.4 c'est pas hyper clair et surtout pas parlant aux personnes qui n'ont pas participé à la journée.
Or l'idée, c'est quand même de diffuser un max cette nouvelle approche face aux EME.

Soleluna.
Ancien abonné

Laureline demande comment c'était cette journée.
Pour ma part, très bénéfique, c'est le moins qu'on puisse dire. Ca permet de recadrer les choses, même celles que l'on croyait (faussement?) acquises, ça rebooste et ca m'a remis le pied à l'étrier, après plusieurs mois d'absence.
Les filles, vous dites quoi?
 

mavo.
Marraine

Hello !

Cette journée pour moi, d'abord, c'était la réponse à des tas de questions. Et ensuite plusieurs trucs beaucoup plus clairs, mieux compris. Ca m'a vraiment remotivée, je le referais sans hésiter !

@soleluna : je vais te décevoir, mais le schéma est surtout le fruit de la relecture de la journée + de mes notes de plusieurs mois de travail avec une psy et avec LC, donc c'est surtout de la remise en ordre de mes idées... pas très applicable ! smiley

Enfin bref, super patate ce soir et depuis samedi, c'est toujours ça de pris !

Belver.
Ancien abonné
Ravie de vous retrouver après cette journée très riche en émotions diverses et variées et surtout en échanges d'une grande authenticité . Merci Soleluna pour la création de ce post ainsi que des notes qui synthétisent et résument la journée thérapie J aurai grand plaisir à poursuivre l'itinéraire esquissé par le dr Z et le groupe du 20 avril et j'espère venir y déposer quelques petits cailloux pour poursuivre mon chemin...et ce toujours en compagnie. À bientôt de vous lire et de faire de nouvelles rencontres Belver
Stinguy.
Abonné

Bonjour

 

tout d'abord, merci d'avoir recopié tout cela, ça donne des pistes même quand on a pas les moyens de participer à cette journée!

[quote=Soleluna]- Evocation de l’émotion difficile
C’est difficile. Mais à faire ; pourquoi ? Parce que ça en vaut la peine et que c’est du court terme.
C’est désagréable mais pas insupportable.[/quote]

Est-ce que tu pourrais en dire plus? Comment faire ou combien de temps, pourquoi..?

Merci d'avance :)

calka.
Abonné

Bonsoir à toutes,

Soleluna, un immense merci pour ce récap et ce post qui va nous permettre de rester motivées encore plus facilement après cette belle journée !

Je pensais avoir bien compris le principe de Linecoaching après avoir lu les livres et participé au site mais je me rends compte que ce n'était pas le cas et tout me semble plus clair, voire plus facile après cette journée.

L'exercice de dégustation du carré de chocolat m'a particulièrement marqué et surtout le fait de pouvoir me contenter de savourer juste un petit morceau, sans frustration...

J'ai aimé aussi le schéma montrant la très courte satisfaction que procure le fait de s'empifrer après une EME (mon quotidien avant cette journée) et le lot d'émotions négatives + surpoids que cela génère avec en plus une tolérance de plus en plus faible aux EME.... et donc un besoin accru de dévorer un aliment réconfortant.

Pour celles qui n'ont pas pu assister à la réunion, le conseil donné en cas d'EME est d'essayer de faire 3 minutes de respiration avant de se jeter sur l'aliment réconfortant puis de savourer cet aliment sans culpabilité avec toute son attention en faisant comme pour l'exercice de dégustation (odeur, vue, toucher, goût)

1er exercice involontaire ce soir : une jourrnée extrêmement stressante avec un pic en soirée... En temps normal, j'aurais dévoré une tablette de chocolat mais ce soir j'ai savouré deux petits carrés avec un immense plaisir et sans aucune frustration...!

Pourvu que ça dure ;-)

Bonne soirée à toutes !

 

PS : désolée le site a buggué chez moi et le message est apparu 3 fois, impossible pour moi de le supprimer...

calka.
Abonné

Bonsoir à toutes,

Soleluna, un immense merci pour ce récap et ce post qui va nous permettre de rester motivées encore plus facilement après cette belle journée !

Je pensais avoir bien compris le principe de Linecoaching après avoir lu les livres et participé au site mais je me rends compte que ce n'était pas le cas et tout me semble plus clair, voire plus facile après cette journée.

L'exercice de dégustation du carré de chocolat m'a particulièrement marqué et surtout le fait de pouvoir me contenter de savourer juste un petit morceau, sans frustration...

J'ai aimé aussi le schéma montrant la très courte satisfaction que procure le fait de s'empifrer après une EME (mon quotidien avant cette journée) et le lot d'émotions négatives + surpoids que cela génère avec en plus une tolérance de plus en plus faible aux EME.... et donc un besoin accru de dévorer un aliment réconfortant.

Pour celles qui n'ont pas pu assister à la réunion, le conseil donné en cas d'EME est d'essayer de faire 3 minutes de respiration avant de se jeter sur l'aliment réconfortant puis de savourer cet aliment sans culpabilité avec toute son attention en faisant comme pour l'exercice de dégustation (odeur, vue, toucher, goût)

1er exercice involontaire ce soir : une jourrnée extrêmement stressante avec un pic en soirée... En temps normal, j'aurais dévoré une tablette de chocolat mais ce soir j'ai savouré deux petits carrés avec un immense plaisir et sans aucune frustration...!

Pourvu que ça dure ;-)

Bonne soirée à toutes !

calka.
Abonné

Bonsoir à toutes,

Soleluna, un immense merci pour ce récap et ce post qui va nous permettre de rester motivées encore plus facilement après cette belle journée !

Je pensais avoir bien compris le principe de Linecoaching après avoir lu les livres et participé au site mais je me rends compte que ce n'était pas le cas et tout me semble plus clair, voire plus facile après cette journée.

L'exercice de dégustation du carré de chocolat m'a particulièrement marqué et surtout le fait de pouvoir me contenter de savourer juste un petit morceau, sans frustration...

J'ai aimé aussi le schéma montrant la très courte satisfaction que procure le fait de s'empifrer après une EME (mon quotidien avant cette journée) et le lot d'émotions négatives + surpoids que cela génère avec en plus une tolérance de plus en plus faible aux EME.... et donc un besoin accru de dévorer un aliment réconfortant.

Pour celles qui n'ont pas pu assister à la réunion, le conseil donné en cas d'EME est d'essayer de faire 3 minutes de respiration avant de se jeter sur l'aliment réconfortant puis de savourer cet aliment sans culpabilité avec toute son attention en faisant comme pour l'exercice de dégustation (odeur, vue, toucher, goût)

1er exercice involontaire ce soir : une jourrnée extrêmement stressante avec un pic en soirée... En temps normal, j'aurais dévoré une tablette de chocolat mais ce soir j'ai savouré deux petits carrés avec un immense plaisir et sans aucune frustration...!

Pourvu que ça dure ;-)

Bonne soirée à toutes !

liegama.
Ancien abonné

 

Salut Soleluna, et les autres

Je rouvre mon ordi après les deux derniers jours à Paris. Un grand merci Soleluna pour ce récap. J'étais partie à cette journée, fort sceptique, persuadée d'avoir bien compris la méthode et je me suis pris une claque. J'avais conscience que j'étais dans le contrôle mais j'avais pas conscience à quel point j'étais à côté de la plaque avec mon hyper contrôle. 

Ce que j'ai retenu de la journée :

  • Les 6 premiers mois de la méthode Linecoaching nous donne un mode d'emploi, mais comme pour tout mode d'emploi ce n'est que par la pratique que nous aurons des résultats
  • La méthode invite à sauter de la falaise (n'est-ce pas Mavo?) et prendre (ce que je perçois comme un immense risque) le risque de faire confiance à son corps. Lâcher le contrôle mental. 
  • Ecouter ses sensations alimentaire = ne pas s'en mêler, ne pas faire intervenir le mental. Par exemple si je ressens la faim, je mange, je ne commence pas à porter à discuter avec moi même et porter un jugement type : j'ai faim, il est telle heure, je peux attendre encore, je devrai pas manger etc... 
  • Quand on a faim, attendre d'avoir encore plus faim ne fait pas plus maigrir, c'est juste plus inconfortable!
  • Les éléments qui font manger sans avoir faim :
    • Le manque d'attention/évitement (ex : lire ou regarder la TV en mangeant)
    • la peur de manquer
    • les croyances, la restriction (manger 3 repas/jour, ne pas sauter pdj etc...)
    • la convivialité
    • le réconfort
    • l'intolérance aux émotions et/ou à la faim
    • ne pas sentir ses sensations, se couper de soi
    • la peur de grossir (le stresseur poids)
    • la peur de maigrir (modification de l'image de soi)
    • l'exposition aux aliments
  • Le set-point est le poids auquel on arrive quand on mange en écoutant ses sensations alimentaires, il peut avoir augmenté avec les prises de poids suite aux régimes. On ne peut pas connaître son set-point tant qu'on est encore dans le contrôle.
  • Un aliment réconfortant est un aliment qui regroupe 3 conditions : il est apprécié et dégusté sans culpabilité. Donc on ne peut se réconforter si on éprouve de la culpabilité, ou si on aime pas l'aliment ou si on ne le déguste pas. 
  • Pour sortir de la culpabilité, l'exercice qui consiste à manger un aliment gras/salé puis gras/sucré durant 4 jours d'affilés est le plus adapté. Ce n'est que par l'expérimentation dans notre corps que l'on peut maigrir ou ne pas grossir en mangeant des chips ou du fromage à midi 4 jours d'affilés que l'on cessera de se sentir coupable.
  • Pour se fabriquer son ou ses aliments réconfortants (car ils peuvent changer en fonction du moment, on peut se réconforter avec une glace en été, des chips en début de soirée, un carré de chocolat à un moment etc...) on peut décrire l'aliment idéal. Le but étant de rechercher ensuite la satisfaction via la recherche d'aliments qui se rapprochent le plus de l'aliment idéal.
  • Quelques émotions qui font manger (les émotions négatives on chercher à les calmer et les émotions positives on cherche à les augmenter):
    • l'ennui
    • la culpabilité (ex : vous êtes sur votre canapé le soir, tout va bien et vous avez envie de chocolat, si vous manger la plaquette c'est la culpabilité qui a généré la compulsion, si vous n'éprouvez pas de culpabilité en mangeant un ou deux carrés de chocolat alors vous ne compulserez pas)
    • la peur (par exemple, la peur de ne pas y arriver, la peur de manquer)

Voici quelques trucs que j'ai appris sur moi suite à cette journée : 

1) Je suis bien trop dure et exigente envers moi même et ça ne m'apporte rien (ou si plutôt, ça me fait du mal)

2) Je culpabilise encore beaucoup de manger, je n'avais pas conscience à quel point je culpabilisais. J'ai également mieux compris l'intérêt de l'exo auquel je résistais : manger 4 jours d'affilés gras/sucré ou gras/salé, c'est pour déculpabiliser et réaliser via l'expérience que je peux maigrir ou ne pas prendre de poids à manger des aliments gras/sucrés ou salés. 

3) Je vis toute la méthode comme un énorme effort (de concentration, d'attention à ses sensations) alors que la méthode invite à manger sans effort.

4) Ecouter ses sensations alimentaires signifie laisser le contrôle à son corps, lui faire confiance, ne plus faire intervenir le mental. J'avoue que jusqu'à samedi j'avais pas bien compris ça.

5) La satiété, est l'arrêt de la sensation de faim mais ce n'est pas un "but" à atteindre qui nous oblige à nous arrêter de manger. On ne "doit" pas s'arrêter de manger à satiété. Je vivais cela comme une énorme contrainte sans laquelle il était impossible de maigrir. On fait ce qu'on peut pour manger les quantités qui nous permettent de vivre une vie sociale et partager avec les autres. C'est l'appétit prévisionnel.

6) Je peux me réconforter avec un aliment réconfortant que je peux choisir et qui varie avec le moment. L'EME-zen n'est pas un outil de "contrôle" pour mieux "résister" à l'envie de manger. Mais plutôt une manière de m'entraîner à tolérer l'inconfort et comme dans tout entraînement je peux commencer par le niveau 1.

Je me sens plus détendue depuis samedi (pourvu que ça dure!!!). J'ai conscience que j'ai encore une (plusieurs) voix dans ma tête (des voix violentes et méchantes qui veulent me dicter des choses à faire) mais j'essaye de les mettre de côté. Avant samedi j'étais à deux doigts de repartir dans une sorte de "régime de printemps" et maintenant j'ai plutôt envie de lâcher la lutte. Je réalise que me taper dessus de toutes mes forces ne m'amène à rien et me dire à chaque repas "maintenant tu fais attention" ne fait que résulter en des EME de fin de repas. Je réalise également (comme me l'a fait remarquer le Dr Zermati) que je ne peux avancer si je ne fais pas un choix. Je ne peux pas espérer des résultats avec un pied dans le contrôle (bon d'accord j'ai les deux pieds dedans encore) et un pied dans la méthode. 

 

sorcièresucrée.
Abonné

merci les filles pour toutes les pistes que vous nous offrez là !!!

ça donne vraiment envie de venir suivre cette journée, mais heu, Paris pour un jour c'est un peu loin et cher quand même pour moi !!! peut-être un jour, j'aimerais vraiment rencontrer notre doc Z !!!

 

PS : j'adore le titre !

maggy.
Abonné

Liegama, tu m'as ouvert les yeux avec ton post. Il faudrait que je le relise tous les matins, je crois.

MILLE FOIS MERCI!!!!!!!!!!!!!

liegama.
Ancien abonné

Contente que ça t'aide Maggy, moi je tente de me rappeler la phrase : c'est un mode d'emploi, ce n'est que par la pratique, l'entraînement que j'intègrerais ce mode d'emploi. 

FRED73
Marraine

Moi, je suis persuadée maintenant que pour avoir une relation plus sereine avec la nourriture il est nécessaire de ne plus avoir pour objectif de maigrir mais d'écouter ses sensations alimentaires.

mavo.
Marraine

Hello

Petit passage dans une semaine très tourmentée (qui m'offre plein d'occasions de m'essayer à "accueillir l'inconfort et les émotions douloureuses", c'est déjà ça !)...

Je rebondis sur quelques éléments...

- sauter de la falaise : oui, j'ai toujours bien l'image en tête, mais je n'ai pas encore sauté ! Je n'arrive pas à me faire cofniance, à croire que je sais voler. Donc chaque repas reste très compliqué : ça commence par des "j'ai le droit / pas le droit", pensées automatiques de restriction, ça rebondit sur "ben non, ne raisonne pas comme ça, tu manges ce que tu veux", grand retour du "tu vas grossir si tu manges ça", réponse gentille mais ferme "le contrôle, merci mais tu te tais", etc, etc, etc... Pfiou, pas très serein !!! et à la fin, je ne sais plus du tout quoi manger ! smiley

Tu as raison, Liegama, la méthode invite à ne plus faire d'effort... Pas simple de lâcher la paroi !

- je suis également convaincue, maintenant, que l'objectif perte de poids porte en lui-même le germe de l'échec. Je suis convaincue que, en ce qui me concerne, le stresseur poids, la peur de reprendre / ne pas perdre du poids est un élément clé. Je suis convaincue que c'est une raison très importante d'EME en cours de repas, que je ne sais toujours pas bien repérer.

Mais... je ne sais pas comment m'oter cette idée de "perte de poids" de la tête ! Méthode Coué ??

 

J'essaye de penser à faire une space de respiration avant les repas : dans grand succès pour le moment, mais c'est pas grave, ça viendra.

Pour finir, une petite phrase de C.André : "Rester là, en renonçant à contrôler, à trouver une solution. Mais rester là."

Have a nice day, les filles !

Pascaline.
Abonné

[quote=FRED73]

Bonjour à toutes,

Moi ce que j'ai retenu : 

- L'écoute de ses sensations n'est pas le contrôle. Il ne faut pas faire les choses pour maigrir mais pour avoir une relation plus sereine avec la nourriture. Maigrir c'est le bonus mais il ne faut pas se focaliser la dessus parce que c'est génératur d'EME. C'est pas facile mais je crois vraiment que c'est une des clé pour ne arrêter de penser à la bouffe tout le temps. Quand on ne pense qu'à maigrir, on a forcément une relation pourrie avec la nourriture et on est toujours dans le contrôle.

- Une des causes des EME est le repas lui-même : avant de se mettre à table on se met la pression pour écouter ses sensations, on est alors dans le contrôle et quand on lâche le contrôle qui est trop difficile à tenir on a des EME de fin de repas.

- Les EME ne sont pas des envies de manger mais des envies de se calmer.

[/quote]

Fred73 peux-tu m'expliquer un petit peu Les EME ne sont pas des envies de manger mais des envies de se calmer?

Car parfois j'ai envie de manger sans la faim au ventre et pas pour me calmer. Souvent c'est un fruit. j'en ai vraiment envie et je sais que je savourerai cet aliment et apres ce serait tout. Est'ce une faim avec bouche?

Si je n'ai pas le fruit, plus tard la ca ne va pas...plus tard je fais une EME car j'ai l'impression que je me suis interdit quelque chose que j'avais besoin.

 

Didoune.
Abonné

Merci pour ce post, c'est toujours hyper intéressant d'avoir la vision des docteurs Z et A ! On apprend plein de chose et je trouve que ça donne des pistes complémentaires vraiment intéressantes. Sur la notion de contrôle notamment, le lâcher prise, du "je fais confiance à mon corps, il me dira quand il n'a plus faim" confronte le lâcher prise mental : "si je lâche prise, je lâche tout et je mange n'importe quoi"... L'équilibre entre les deux est difficile !

Pour les EME, si j'ai bien compris, ce ne sont pas temps des envies de manger émotionnelles que des envies de calmer ses émotions. Il faut déplacer le curseur et voir qu'en fait il n'y a pas tant d'urgence à manger qu'une urgence à calmer ses émotions à ce moment là. C'est facile à dire, difficile à mettre en pratique quand je vois combien l'urgence à manger se fait sentir, même si dans ma tête je sais que ce sont mes émotions que je dois calmer, j'ai tellement de mal à y parvenir que je préfère calmer mon envie de manger...

FRED73
Marraine
Pascaline à partir du moment où on mange sans c'est une EME. Si tu manges un fruit alors que tu n'as pas faim c'est une EME. Ça permet de calmer une émotion mais on ne s'en rend pas forcément compte parce que ça peut être une toute petite émotion de rien du tout mais comme on a pris l'habitude de manger pour se calmer notre seuil de tolérance est de plus en plus bas. Ce n'est pas parce que tu as une EME qu'il ne faut pas manger mais dans ce cas là,il est nécessaire de déguster un aliment réconfortant comme tu le fais avec un fruit sinon comme tu le dis l'envie devient plus forte et l'EME plus importante. J'espère avoir répondu à ta question.
Pascaline.
Abonné

Merci Fred73, donc si on se fait une degustation avec EME ...est ce que ca va empecher de maigrir? Car apparemment on obtient son set  poids en mangeant quand on a faim.indecision

FRED73
Marraine
C'est vrai que pour perdre du poids il faut manger quand on a faim mais si on mange trop pour réguler il est nécessaire d'attendre le retour de la faim. Quand on a une EME il vaut mieux si on n'arrive pas à se calmer autrement déguster parce que ça évite d'avoir une compulsion.
izabelle
Animatrice forum

oui je te rassure Pascaline,   on peut maigrir tout en mangeant parfois sans faim...   car le corps régule les sensations alimentaires en fonction des apports, donc le fruit mangé, réconfortant,  fera en sorte que tu auras moins faim par la suite....

c'est quand on a BEAUCOUP d'EME  que ça empêche de maigrir, parce que là on dépasse presque systématiquement ses besoins, donc le corps a beau envoyer des signaux, on ne les écoute pas

si on écoute ses signaux alimentaires la plupart du temps, manger par plaisir de temps à autre n'empêche pas d'être à son poids d'équilibre, bien heureusement

izabelle
Animatrice forum

la phrase   "les EME ne sont pas des envies de manger mais des envies de se calmer"  est surtout une phrase utile, pédagogique....

elle nous aide à prendre conscience que l'envie de manger est EN FAIT  une envie de se calmer avant tout

on peut ne pas en avoir conscience, simplement parce que la chose  "à calmer"  est si intolérable pour nous que nous la zappons totalement....

genre  "j'ai juste ENVIE DE MANGER!!!"  et je ne ressens :  RIEN !!!!

ah bah oui bien sûr puisque je ne veux pas ressentir cette chose.... aucune envie d'en avoir conscience, je veux juste manger pour "oublier" tout ça

 

après  "se calmer" n'est peut-être pas le bon mot, parce que pour ma part, mes EME sont surtout en réponse à des ressentis plutôt calmes, mais tout à fait intolérables tout de même (enfin non, mais j'ai pris l'habitude de ne pas les tolérer)

moi je me dirais   "les EME ne sont pas vraiment des envies de manger, mais plutôt des envies de se sentir mieux"

ça a le désavantage d'être plus vague, mais pour moi c'est plus vrai, dans mon cas

Lucie2013.
Abonné

Bonjour smiley

Je suis toute nouvelle ici... j'ai commencé il y a deux jours, mais je voudrais participer au forum, encore un peu maladroitement mais au moins je me lance wink

Merci à tous et à toutes,

Lucie

Pascaline.
Abonné

lovely

Xx

Pascaline.
Abonné

Hello Lucie 2013, Bienvenue!

moi ca fait une quinzaine de jours

Xx

Lucie2013.
Abonné

Merci c'est gentil! Et tu sens déjà une différence? suis hyper motivée en tout cas, ras la patate d'être bouboule ;-)

Pascaline.
Abonné

Ben la difference pour moi c'est que je me sens plus libre et la vie est plus belle. Le poids je ne sais pas. Je sais que ce sera long mais bon...je prefere me sentir mieux dans ma vie et manger ce que j'ai envie ...apres ca viendra tout doux pour le poids.

Xx

liegama.
Ancien abonné

Petit post pour vous dire que pour l'instant je vis une des meilleures semaine depuis le début du programme. Alors bien sûre j'ai peur que ça s'arrête. 

J'ai l'impression d'avoir réussi (mais en fait j'ai pas fait quelque chose pour ça) à lâcher un peu prise sur le contrôle. Comme Mavo j'ai toujours pleins, mais pleins de pensées automatiques avant de manger. 

J'ai bien ri en lisant ton post car ce que tu écris, j'aurai pu l'écrire :  ça commence par des "j'ai le droit / pas le droit", pensées automatiques de restriction, ça rebondit sur "ben non, ne raisonne pas comme ça, tu manges ce que tu veux", grand retour du "tu vas grossir si tu manges ça", réponse gentille mais ferme "le contrôle, merci mais tu te tais", etc, etc, etc... 

Je sens juste qu'au delà de toutes ces pensées, j'ai envie de me sentir détendue et ça fini (en ce moment) par primer sur mon envie de perfection. Du coup j'essaye de me concentrer sur ce qui me plairait. 

L'autre truc qui va mieux (mais ça fait que 5 jours encore une fois) c'est le perfectionnisme, j'arrête d'essayer de faire "chaque repas parfaitement". Par exemple hier j'ai mangé 3 bouchées d'un dessert alors que j'avais plus faim mais j'en ai profité, j'ai dédramatisé (comme nous l'a gentiment rappelé Dr Zermati) et je me suis dit que j'attendrai ma faim. 

La différence avec il y a quelques temps c'est qu'un moment comme celui-là je l'aurai analysé comme : tu as mangé du dessert, sans avoir faim, c'est une EME, c'est pas bien, pourquoi as-tu eu une EME? quelle est la cause? tu n'as pas fait l'EME-zen, c'est pas bien (ben non j'étais au resto) etc;..bref je me jugeais assez durement ce qui me faisait ressentir une grosse pression pour pas grand chose. 

La phrase que j'essaye de me rappeler également c'est : faites ce que vous pouvez, donc je fais ce que je peux, je fais de mon mieux sur le moment, et non parfaitement. Ca me détend de me répéter cela. Tellement que je l'ai écrit sur un post-it avec une autre phrase : je fais confiance à mon corps que j'ai collé sur le miroir de la salle de bain. Ca parait bête mais ça me fait du bien de lire ça le matin et soir en me brossant les dents. Comme un rappel, une nouvelle pensée qui peu à peu, avec le temps peut être aidera à faire s'estomper les "pensées de contrôle".

Sauter de la falaise m'apparait comme trop stressant, encore un "grand truc à réussir", qui titille mon côté perfectionniste. Alors je me suis dit pourquoi pas sauter un petit peu. Mon premier saut c'est de refaire l'exercice de rassasiement gustatif, 4 jours à manger de la glace. Pour moi c'est exo est un saut car j'étais terrifiée depuis plusieurs mois de le faire, persuadée que j'allais grossir ou me déclencher pleins d'EME. Pour l'instant j'ai fait que ce midi, et j'ai mangé 1/2 pot de Häagen Dazs (j'avais prévu large comme quantité, j'avais prévu le pot entier) et encore une boule cet après midi. J'essaye de laisser mon mental en dehors et de juste faire l'exo. Maintenant j'attends la faim (mais je sens que je vais dormir sans manger) et je me dis que c'est que 4 jours! 

Enfin la perte de poids, je dois avouer qu'hier j'ai été serrée dans mon jean toute la journée, genre rappel à chaque pas de la grosseur de mes cuisses, avec la chaleur ça a empiré. En général ce genre de journée se termine en eau de boudin avec pleins d'EME. Mais bizarrement hier soir je suis juste dit que ce jean était pas adapté à mon corps et non (comme avant) que mon corps ne rentre pas dans le jean. Depuis quand je dois m'adapter à mes vêtements, que je paye! 

Lyphaé.
Abonné

Super de lire ça Liegema.

Pour les vêtements, c'est quelque chose d'essentiel que j'ai mis beaucoup de temps à comprendre : les vêtements doivent s'adapter à mon corps ! Ce n'est pas mon corps qui doit s'adapter aux vêtements ! Voir les choses comme ça change la vie... Ça m'a permis d'acheter des vêtements une taille au-dessus, de me sentir bien mieux dans ma peau et dans mon corps et de voir le nombre d'EME diminuer très fortement... Parce que des EME "je me sens mal dans mon corps, je me sens grosse", j'en avais un paquet !

C'est marrant parce qu'on "pousse" souvent les gens au régime à acheter des vêtements une taille en-dessous pour les motiver à maigrir... Dans mon cas, c'est acheter des vêtements à ma taille qui m'aura permis de perdre du poids ! Parce que ça a très fortement diminué la pression à maigrir vite (pour rentrer dans mes fringues) que je ressentais.

Belver.
Ancien abonné
Bonjour Mavo, Ton post m à beaucoup aidė et m à permis de réaliser ce que je venais de vivre cette semaine. Après un samedi très intense en émotions et en prise de conscience un dimanche parisien zen je suis rentrée chez moi... Et là je me suis sentie pas bien du tout, inconfortable, malgré la lecture assidue du post la reprise de mes notes de la journée je viens de réaliser que j ai fait une " rechute" de controlite aiguë. Ce n est qu à la lecture de ton post que je viens de réaliser que tout un tas de vieilles peurs et réflexions que tu as bien décrites m avaient envahies'. Et que j avais plus ou moins inconsciemment réactivė l idée de perdre du poids et donc enchainė les pensées automatiques .... juste en montant sur ma balance. .. Ah ce stresseur poids !!! Merci donc pour tous les échanges et tout spécialement à Liegama qui nous fédère Bonne journée
Soleluna.
Ancien abonné

[quote=Stinguy]

Bonjour

 

tout d'abord, merci d'avoir recopié tout cela, ça donne des pistes même quand on a pas les moyens de participer à cette journée!

[quote=Soleluna]- Evocation de l’émotion difficile
C’est difficile. Mais à faire ; pourquoi ? Parce que ça en vaut la peine et que c’est du court terme.
C’est désagréable mais pas insupportable.[/quote]

Est-ce que tu pourrais en dire plus? Comment faire ou combien de temps, pourquoi..?

Merci d'avance :)

[/quote]

 

Bonjour Stinguy et bonjour à toutes (et à tous?)

Semaine chargée (et encore ce n'est pas la pire ni du passé, ni du futur), du coup pas eu la force d'être présente sur le forum. Mais j'ai quand même gardé contact, c'est bien. J'y reviendrai plus tard.

Stinguy je voulais te répondre.
L'idée c'est toujours la même, s'entraîner. S'entraîner pour passer de la théorie à la pratique, pour développer les outils, pour euh "incarner" j'ai envie de dire au sens propre, faire entrer dans la chair, que ça devienne réflexe. Ca c'est mon interprétation, c'est comme ça que je le visualse.

Donc là il s'agit de s'entraîner face aux émotions. Pour cela eh bien il faut se mettre en situation difficile, provoquer l'émotion, donc tu penses à quelque chose qui te fait mal. Par exemple, à ta relation à ton surpoids... Tu laisses l'émotion monter et tu observes. Tu observes ce qui se passe dans ton mental, au niveau des émotions et au niveau physique. Il faut faire attention où tu poses le regard, le microscope : tu observes pas la chose qui te rend triste ou en colère ou... tu observes ce que cette chose produit en toi. Et tu ne cherches pas à comprendre ou à analyer, tu prends note. Je réalise que je suis triste, que j'ai envie de pleurer, je suis en train de me dire que je suis nulle ou... Ensuite tu observes ce que ça produit physiquement, où ça se manifeste plus fortement dans le corps, si ca iradie, si change, si c'est par vagues ou si c'est constant... Et puis tu portes tes mains à cet endroit, tu essaies de respirer dans cet endroit, tu vois si ça évolue et si oui comment. Et après tu ouvres les yeux et tu reviens à toi.

A faire autant que nécessaire, tous les jours. C'est désagréable, mais pas insupportable. Et ça doit nous aider à faire avec, quand l'émotion se présente.

Les filles, vous complétez ou rectifiez le cas échéant? J'ai peut-être compris certaines choses de travers.

amitiés












 

liegama.
Ancien abonné

Coucou à toutes, 

Je vous met ci-joint un lien sur un autre post où je partage le fameux exercice pour diminuer la culpabilité (le rassasiement gustatif) exercice que j'ai résisté à faire pendant plus de deux mois pour finalement le sauter complètement, sans le faire et continuer à avancer dans le programme. 

L'expérience d'aujourd'hui est fort intéressante concernant les pensées automatique et le contrôle. 

//www.linecoaching.com/content/rassasiement-gustatif-essai-1

Je me rends compte que pour moi c'est le contrôle et les pensées, peut être plus que les émotions (mais ça reste encore à voir) qui me crée des EME. 

Cette semaine je n'ai eu que deux EME mais j'ai pris conscience un peu plus de mes pensées automatiques. 

Concernant l'exercice sur l'observation de ses émotions : j'utilise ce que la vie m'apporte comme situations pour observer. J'ai essayé d'observer la culpabilité qui m'habitait durant l'exercice sur le rassasiement. Je note que c'est inconfortable mais pas du tout intolérable. Je sens encore que c'est assez flou, genre pas pleinement conscient mais je pense qu'avec l'entraînement ça va se préciser. 

Ce matin j'ai observé que je ressentais un inconfort au levé, après quelques minutes d'observation j'ai noté que je ressentais de la culpabilité, j'ai noté également que je ressentais une pression. J'ai réalisé que j'avais des pensées liées à une situation (répondre à une invitation) et que j'essayais de me "forçer à dire oui alors que j'avais envie de dire non". C'est la culpabilité de dire non que je ressentais. En écrivant maintenant je note que je me demande si "j'ai bien fait l'exercice ou non", car on est pas "censé analyser" encore une pensée automatique de la perfectionniste! Mais dans l'ensemble ces observations m'aident à prendre de la distance par rapport aux situations et surtout à me rendre compte pleinement (et non à comprendre intellectuellement) que l'inconfort ressenti est tout à fait tolérable.

Je vous souhaite à toutes un excellent weekend.

Soleluna.
Ancien abonné

Alors, faisons un petit point sur les enseignements retirés et leur mise en pratique surtout, une semaine après la journée du 20.

* Entraînement à l’aliment réconfortant : ça j’ai fait sans problème ! Fingers in ze nose, trop bonne ! Déguster un aliment qui me fait plaisir, qui plus est quand j’ai faim, tu parles d’une corvée ! Du coup j’ai acheté plein de variantes pour trouver ZE armes de réconfort massif, des produits « interdits », sans culpabilité, et je me suis même pas jetée dessus, puisque je me les autorisais tous les jours. Elle est pas belle la vie ?

* Evocation de la situation difficile : 2 fois sur 7.

* PL appliquée aux sensations d’inconfort : 0. En revanche, des soucis avec le genou, j’ai eu mal du coup, ai eu tendance à vouloir l’occulter, mais d’une certaine manière, j’ai de la PL aux sensations d’inconfort malgré moi. (Think positive)

* Reformuler quand l’EME est là. OK

* EME Zen : non. J’ai attendu, un peu beaucoup, mais je savais que j’allais céder à mon envie. Du coup je l’ai fait en conscience et la prise était fort raisonnable.

* Manger quand j’ai faim, espace de respiration, attention soutenue et partagée lors des repas : oui, bien appliqué la plupart des fois.

* La balance et moi : on s’est pas quitté de la semaine ! elle m’a dans la peau, la chipie !

La maitresse elle dit quoi ? La sévère elle dirait, « peut mieux faire »… (et on s’arrêtera là, elle a assez eu la parole celle-là par le passé). La bienveillante : « c’est bien, vous avez fait le premier pas et mis en œuvre un certain nombre de choses. Vous pouvez aller plus loin, travailler notamment les émotions difficiles et les sensations d’inconfort, pour augmenter votre tolérance. Ce qui semble être un point important pour vous, en témoigne votre résistance à vous y mettre. Vous avez une belle marge de progression devant vous, réjouissez-vous ! Un conseil : patience et persévérance. »

Résultat des courses : j’ai eu bien moins de EME que les dernières semaines. Et j’ai bien mieux réussi à faire avec, prise alimentaire somme toute plutôt raisonnable et surtout satisfaisante. Et perte de poids oui oui, en mangeant du choco tous les jours et du camembert (ouais, du camembert !). En lisant cela n’est-ce pas, on notera que l’objectif « ne pas se focaliser sur la perte de poids » est encore euh assez lointain. Mais je trouve plutôt normal, ça fait partie du lot « je me mets dans le truc, je veux voir des résultats ». J’ai envie de me faire confiance, non pas que j’arriverai à surmonter la chose, mais ça passera naturellement.

Ce que je me dis : que la route est longue et que j’ai pas envie de faire mon lapin, comme à mon habitude : genre tout feu tout flamme, je me consume (pour filer la métaphore ;), y’a plus personne dans 2 semaines. Aller, je me connais désormais, et je sais que Constance ce n’est pas mon 2eprénom. Et si je m’essayais à la tortue pour une fois ?

ps : désolée pour la tournure perso de la chose, c'était un post du blog au départ, pas le courage de reprendre :)

Lyphaé.
Abonné

Ne sois pas désolée Soleluna, ton post est très bien et en plus il m'a fait rire. Je plussoie la maîtresse bienveillante ! Une chose à la fois, il faut bien commencer par quelque chose et il serait impossible de tout mettre en pratique d'un coup.

Soleluna.
Ancien abonné

Liphaé, moi aussi je me fais rire toute seule, je me moque de moi :) Je suis comme toi bon public  - cf un de tes posts sur ton blog. Au passage j'aime beaucoup ce que tu écris et ta manière sincère et directe, ça sonne vrai et ça va droit au but :)
Et vous les filles, ça donne quoi cette semaine ? Venez raconter si le coeur vous dit.
Bon dimanche !

mavo.
Marraine
Petit passage express cause peu de temps dans les jours qui viennent... Début de semaine très sympa, avec vraiment l'impression d'avoir fait de sacrés progrès, d'avoir compris plein de trucs... Et puis je me suis laissée entraîner d'abord dans une tempête au boulot, puis dans un début de vacances avec enfants et parents et là je ne sais plus trop où j'en suis ! Enfin si, j'en suis à m'être gavée de chocolats de pâques... Vais essayer d'attendre le retour de la faim ( dans une petite dizaine de jours, sans doute...). Être avec mes parents, c'est juste super compliqué. Même penser à manger en dégustant, ça ne me traverse pas l'esprit. J'arrive juste à débuter la journée par une PC, j'ai pu aller courir cet aprèm. Du coup j'angoisse à fond sur le fait que je vais sûrement prendre du poids, et du quoi, vous devinez la suite... Ça me fait trop manger ! Au secours ! Bon j'en souris encore, tout n'est pas perdu. Je suis contente d'avoir pu passer ici même rapidement. Je ne serai sans doute pas très présente dans les jours qui viennent mais j'essaierai de passer une tête de temps à autre. Bonne semaine !!
izabelle
Animatrice forum

Je viens juste rajouter un petit quelque chose, même si je n'étais pas là à cette journée

mais élément qui m'a été transmis par Sylvie75 qui y était, elle....

c'est quelque chose qui m'a beaucoup aidé hier, puisque j'avais (et j'ai encore) une grosse douleur à l'omoplate, et je commençais à appréhender le fait que cela pourrait me donner assez facilement des EME...

c'est la chose suivante : 

 

"votre émotion est là, elle peut durer 3', elle peut durer 15', ou des heures, des mois. La tristesse due à un deuil peut durer 6 mois. Vous ne pouvez rien y faire. Donc quand vous faites cet exercice (pleine conscience), si l'émotion s'en va, ne vous dites pas que c'est grâce à l'exercice, c'est faux, c'est totalement indépendant. Par contre, vous retrouvez votre calme, quelque soit l'émotion qui vous habite. On peut être dévasté de tristesse et calme pourtant. Pas avoir l'air calme, mais être vraiment calme."

 

être calme quel que soit l'émotion qui nous habite....  ça me parle, c'est très différent du contrôle émotionnel, où on veut en effet faire disparaitre l'émotion (parfois à l'aide de la PC d'ailleurs sad)

 

c'est comme dans la vidéo de la PC appliqué à la sensation de faim, où JPZ dit   "vous avez faim et pourtant vous pouvez constatez que vous être parfaitement calme",  ça m'avait tellement aidé ce truc, pour tolérer la sensation de faim....

 

donc hier j'ai testé, avec une douleur intense et continue, et pourtant rester calme, savoir que cette douleur restera de toute façon un certain temps, que je ne controle pas, mais que malgré cette douleur, je peux être calme

c'était très utile pour moi et je n'ai pas eu d'EME du coup

Stinguy.
Abonné

[quote=Soleluna]Stinguy je voulais te répondre.
L'idée c'est toujours la même, s'entraîner. S'entraîner pour passer de la théorie à la pratique, pour développer les outils, pour euh "incarner" j'ai envie de dire au sens propre, faire entrer dans la chair, que ça devienne réflexe. Ca c'est mon interprétation, c'est comme ça que je le visualse.


[/quote]

 

Merci beaucoup de ces explications! J'avoue que je n'ai pas encore eu vraiment le courage d'essayer, j'ai déjà pas mal d'émotions difficiles en live, mais je vais le faire, ça me semble juste comme approche.

Sinon Izabelle, merci pour ton message, il résonne fortement en moi. On en revient toujours à la même chose, accepter les émotions et les ressentis, ne pas juger, mais arriver à rester calme malgré tout. Allez, je me remets à l'entraînement!

Soleluna.
Ancien abonné

[quote=izabelle]
Je viens juste rajouter un petit quelque chose, même si je n'étais pas là à cette journée
mais élément qui m'a été transmis par Sylvie75 qui y était, elle....
[/quote]

Eh on dirait que tu t'excuses presque hein ! :) Ce fil est ouvert à tous et à toutes, au contraire. On s'enrichit mutuellement de nos expériences, c'est de l'échange. :)

Bon je réfléchis à ce que tu dis, qui me semble pas bête du tout. Mais y'a une voix qui hurle "mais m'en fiche d'être calme, je veux PLUS AVOIR MAL".
jsuis pas sortie de l'affaire on dirait. Whatever...

Haut de page 
X