Petites phrases assassines... - 17082011

Patience
Marraine

Hello !

Depuis que j'ai commencé à "linecoacher", je me souviens de plus en plus de ces petites phrases ou gestes assassins que l'entourage (proche ou pas) a pu avoir vis à vis de moi...

Alors je me suis dis qu'en les écrivant ici, ça pouvait m'aider à défouler ma colère ! Alors si vous voulez déverser vos mauvais souvenirs et votre colère ici, vous pouvez me suivre ! Je commence :

- Phrase > Ma tante dit à ma grand-mère : "Faut qu'je fasse attention, j'ai grossi". Réponse de ma grand-mère : "Oh non, t'as pas grossi. Patience, ELLE, elle a grroooossssssiiiiiii !!!!!!" (ton outré et dégouté). Sauf que j'arrivais pile poil dans la pièce au moment où elle le disait...

- Geste > Mon grand-père m'observait d'un oeil réprobateur quand je me resservais à table...

- Geste > Quand on allait passer des vacances chez mes grands-parents, ma grand-mère pinçait la peau de ma nuque pour vérifier si le pli avait grossi ou pas. (Je crois que ma grand-mère m'a vraiment traumatisée...)

- Phrase > Mes grands-parents, oncles et tantes : "Mais tu ne manges plus rien !!!!" (ton outré et désapprobateur). Bah qu'est-ce que vous voulez ? Que je maigrisse ou que je maigrisse pas ???

- Prase > Une tante : "Patience, tu as pris une toute petite portion. C'est que tu attends que tout le monde soit servi pour te resservir ? Ou bien tu es au régime ?"... J'avais 15 ans. Merci pour l'humiliation en public à la tablée familiale...

- Phrase > Une voisine : "Qu'est-ce qu'elle a grossi, Patience !!!", devant moi... Eh ! Vous pouvez me parlez directement, vous savez !! J'ai des oreilles pour écouter et une bouche pour parler, comme tous les autres ! Grrr...

- Phrase > Un ami de la famille : "Tu peux m'amener un verre, Patience ? Tu seras gentille... De toute façon, tu es gentille comme un poubelle vide... Une grosse poubelle vide !"....................................... No comment...

- Phrase > Mon père : "Si tu continues comme ça, tu ressembleras à un gros camionneur !!!" Eh, Papa, tu sais qu'y'a des camionneurs qui sont tout minces ?? J'te jure, j'en ai déjà vu !!!.....

 

 

 

Commentaires

catthy.
Abonné

bonjour

contente d'avoir trouvé ce sujet et profondément choquée par ce que j'y ai trouvé, enparticulier les attaques venant de la famille ! courage à vous pour repartir avec ces lourds passés ..; de mon côté rien de méchant, j'étais "grassouillette" d'après ma maman , et pendant l'enfance assez stigmatisée et moquée par les camarades mais je n'avais jamais mis cela sur la cause de mon poids ... du coup cela fait réfléchir !!

Noelle
Marraine

Et bien Kaylee, il me semble que non, ta mère n'a pas pu te détruire, malgré ses efforts, tu es là, tu as de l'humour, tu fais de ton mieux avec ton fils que tu aimes, alors , non, ta mère n'est pas arrivée a te detruire, tu as resisté!! Bravo!!! je ne dis pas que c'est rien, mais je veux juste te dire que  c'est toi au final qui gagnes

Bonne route

swinny.
Abonné
Bonjour à tout le monde. Je viens d'arriver dans ce programme. Pour tout dire, c'est mon premier jour aujourd'hui ! Lorsque j'ai lu ce post, j'ai vraiment eu envie d'écrire ! Tout d'abord, je voudrais dire que chacun d'entre nous a plus de courage qu'en aura tous ces gens qui sont insultants à notre égard. C'est ce que j'ai compris il n'y a pas longtemps. En fait bien souvent, leurs paroles acerbes sont le reflet de leur mal-être et de leurs craintes. J'ai subi moi aussi de nombreuses phrases et mots assassins sans parler des regards indicibles mais si parlant... Au palmarès des pires choses qui me soient arrivées: -La meilleure amie à ma mère qui passait les vacances chez nous ne traitait de gros cochon immonde dès que ma mère avait le dos tourné ( 8,9 ans) -Au collège, je ne pouvais pas traverser la cour sans que j'entende de toute part :"Gros nounours" et des genres de surnoms identiques et tout aussi charmant. -Mon père n'arrêtait pas de me dire que j'étais une goinfre - Tous mes problèmes venaient de ma grosseur selon ma mère. Exemple : si j'avais des cernes, c'est normal, c'est que j'étais trop grosse. - Touts les insultes que prononcait ma mère à mon égard, étaient invariablement précédées de "grosse". ("grosse cruche"," grosse gourde" ...) -A chaque fois que j'allais faire des courses d'habillement avec ma mère, celle-ci ne trouvait pas mieux que de crier à travers le magasin .." Vous n'avez pas de 46?" Si la vendeuse lui répondait que non, elle se mettait à crier que c'était inadmissible... je ne savais pas où me mettre ... -ma mère était désespérée par mon physique et me disait souvent.." dire que je voulais une fille !" -En 2nde, ya une fille qui a fait croire à un gars que je voulais sortir avec lui et lui s'est moqué de moi devant toute la classe... Comment je pouvais m'imaginer qu'il puisse sortir avec un monstre comme moi ? C'était à peu près ses termes ... et la fille qui avait monté Ça a bien rit ! -Un jour une nutritionniste m'a dit que puisque je n'arrivais pas à arrêter de manger, je n'avais pas qu'à me faire vomir ! Voilà les plus marquantes... mais il y en a tant d'autres et je pense qu'il faudrait un livre pour tout raconter!... Bizous à tous
Kaylee
Marraine

[quote=swinny]Bonjour à tout le monde. Je viens d'arriver dans ce programme. Pour tout dire, c'est mon premier jour aujourd'hui ! Lorsque j'ai lu ce post, j'ai vraiment eu envie d'écrire ![/quote]

Bonsoir swinny ! Bienvenue pour ton premier jour - il y a aussi un post qui s'appelle "les mots doux", qui est son contraire et qui recense toutes les choses gentilles et agréables que nous entendons à propos de notre poids, de notre silhouette, de nous.

Chaque médaille a son revers wink

ladyl56.
Abonné

vous savez quoi,  à lire toutes ces douleurs, surtout celles de nous enfants,  je sens l'EME qui pointe son nez.

 Pour moi c'est venu vers 13 ans, enfin celle qui m'a marquée au fer rouge : à cette époque est arrivée la mode des socquettes blanches et quand j'en ai demandé à ma mère elle m'a dit !

- avec tes gros mollets ! mais sur un ton si horrifié , que plus de 50 ans après c'est tout frais comme si c'était hier.

Maintenant je comprends que me mère n' a pas eu la vie facile, ni surtout celle dont elle aurait pû rêver ; elle n'aurait pas dû avoir plus d'un enfant, nous sommes 4 filles,
et je suis la dernière. Je lui ai pardonné, bien sûr trop tard puisqu' elle est DCD quand j'avais 21 ans et  que je n'avais encore fait aucun travail sur notre relation.

Un médecin aussi auprès duquel je me plaignais de n'avoir qu'un seul probléme de santé : mon poids.

- vous n'avez qu'à moins manger,  personne n'était gros dans les camps. Moi aussi j'ai entendu ça.

Par contre ma soeur, la 3e elle a dû en entendre car devant les hippopotames au zoo elle aurait dit : je ne suis quand même pas aussi grosse que ça. la pauvre elle a été obèse depuis la naissance en 1943 faut le faire ; peut-être le chocolat vitaminé que prenait ma mère. Nourrie au sein, à 1 an elle pesait 13 kg. Alors moi derrière j'étais juste une belle plante et d'après les photos je dirais plutôt une plante gracile.

Mais la plus féroce je crois que c'est moi ; la preuve quand mon fils était petit je l'appelais "mon baléneau" donc moi j'étais la baleine. Bonjour l'image inconscient du corps.

demain je vais lire les mots gentils.

Bonne soirée quand même, car
 

Anna83.
Abonné

Ces mots me font penser aux réactions de mes proches lorsque j'ai perdu bcp de poids suite à de graves crises d'angoisse qui me coupaient l'appétit et me poussaient à m'affaiblir pour éviter de trop penser.

Je me suis entendue dire:

- de la part d'une copine: "c'est bien tu t'es enfin prise en mains! Je suis fière de toi".

- de la part de mon père: "oh ben ça alors je t'avais pas reconnu! Qu'est ce que tu as changé. Tu est belle maintenant". (je précise qu'on se voit rarement on se demande pourquoi...)

Et je passe sur le regard de certains hommes que je croisais dans mon école pro depuis quelques années et qui se mettaient à me regarder soudain avec intérêt.

Pourtant j'allais vraiment trés mal à ce moment là et je n'avais même pas conscience d'avoir maigri. Sortir était le cadet de mes soucis et je n'avais nullement envie de plaire. Si l'une de ces personnes avait pris la peine de s'intéresser à moi vraiment, elle aurait compris que la perte de poids n'était pas volontaire ni bon signe dans mon cas.

Enfin, il est intéressant de noter qu'avant cette période je ne pesais que 70 kg pour 1,73m.

Le regard de ces gens a donc été trés blessant rétrospectivement. Parce que lorsqu'on m'a fait ces compliments et que je me suis rendue compte que j'avais perdu bcp de poids j'ai compris qu'auparavant mes proches et autres me trouvaient grosses alors même que mon poids était normal! Ca m'a fait trés mal! D'autant plus que j'ai repris les kg perdus et que j'en ai pris 10 de plus.

Bonjour l'image de soi.

Les gens feraient peut-être bien de s'intéresser aux autres au lieu de faire des remarques déplacées.

Voilà pour ma part.

Bonne journée.

isableu23.
Abonné

Je viens de lire à peu près tous les posts, et je me dis que j'ai eu de la chance... Petite je n'étais pas grosse du tout, même à la limite de la maigreur... Mais quand je dis que j'ai eu de la chance c'est que je n'ai pas trop eu de réflexions...ou peut-être je ne veux pas m'en souvenir????

Ah oui, ma mère, qui m'a quand même bien "saoûlée" avec mon poids. Et je me souviens de l'ex-beau-père de mon frère (il est divorcé) qui a chaque fois qu'il me voyait disait :"et ben t'as engraissé" comme si j'étais une truie.... ma meilleure amie qui m'appelait "la grosse" mais je ne sais pas si c'était méchant vraiment car on est restée bonne copine (elle est décédée le 6 avril).

Finalement, j'ai pris le parti de pratiquer l'humour et dans le travail j'étais plutôt appréciée pour mes bonnes blagues et ma bonne humeur...

Aujourd'hui, je suis agoraphobe, je fais de grosses attaques de panique....peut-être que tout ce que j'ai gardé au fond de moi, mon mal-être et ma prise de poids sont dûs à tous ces gens bien intentionnés qui vous font du mal sans le savoir....

gacy.
Abonné

Bonjour, je découvre ce forum ce matin. Super ! Les mots qui blessent ?

A vingt ans, en consultation endocrino, un jeune interne qui m'a dit "obésité héréditaire, régime à vie "!

Les plus jeunes, vous n'avez pas connu les premièrs spot de pub pour la marque Taillefine ? Réalisés par Jacques Tati, dont j'ai toujours admiré le talent mais que j'ai haï ! L'un d'entre eux représentait une grosse femme sur un mini-vélo dont les rayons des roues se cassaient sous le poids ! Inutile de vous dire les railleries que j'ai entendues quand je montais sur mon vélo !

Et puis les vendeuses (minces et jeunes) au regard horrifié, voire dégoûté, qui te balancent "oh madame, dans votre taille, nous n'avons rien !"

Et les toubibs qui, quel que soit le symptôme pour lequel tu consultes qui t'expliquent : d'abord, il faut perdre du poids ! Le dernier, c'était pour un rhumatisme à la main ! C'est sûr, quand j'aurais maigri, je n'aurai plus mal à la main ?

L'interne en urgence qui m'assène après une crise d'épilepsie "vous allez devoir prendre du neuronthin mais ça va vous faire encore grossir !" Ca faisait du bien au moral en me réveillant de ma crise et apprenant que j'avais un cavernome sur le lobe droit qui avait provoqué ça (ça ne s'est jamais renouvelé).

Le pire, c'est la formulation "vous n'avez pas pensé à perdre du poids ?". Non, évidemment, en 40 ans d'obésité, ça ne m'est pas venu à l'idée !

Il y aura toujours des c... pour balancer ce genre de vanne ! Perso, je me suis efforcée lorsque mon second fils a pris beaucoup de poids en pré-adolescence de ne JAMAIS, JAMAIS, lui renvoyer une image de lui négative, jamais lui dire "tu es trop gros", jamais lui dire "arrête de te goinfrer" comme le disait ma mère. Je lui ai pardonné. Je sais que ça partait sans doute d'une préoccupation pour moi. Mais je ne l'ai pas entendu comme ça. Pour moi, elle ne m'aimait pas, un point c'est tout. Mon fils a stabilisé son poids tout seul. Il est beau, il s'est musclé. Et il sait que je l'aime.

La différence donnera toujours lieu à des railleries, des méchancetés. Si ce n'est pas ton corps, c'est ta couleur, ta religion, ta façon de vivre. Tant pis pour eux s'ils ne sont pas d'accord. Je suis ce que je suis même si je ne ressemble pas à un top-model ! J'ai d'autres richesses en moi, d'autres talents. Et c'est pareil pour tout le monde !

zeze01.
Ancien abonné

C'est dingue ce que les gens peuvent être méchants... Qu'on ne me fasse pas croire qu'ils ne se rendent pas compte.

Perso les remarques venaient de ma mère. "Il vaut mieux que ce soit moi qui te le dise plutôt que tes copines"... non non justement il vaut mieux pas !

Depuis c'est à coup de "il faut que ça s'arrête", sous-entendu tu dois arrêter de grossir comme ça. Le pire c'est que c'est entré bien profond dans ma tête, qu'il fallait que ça s'arrête, mais plus t'essaye pire c'est !

Et puis finalement, la seule fois de ma vie où j'ai perdu quelques kilos a été aussi la seule fois où elle m'a dit "oh qu'est ce que tu es belle !"

Le médecin de ma mère lui prescrivait des regimes protéinés, mais ne m'a jamais fait de remarque directe, enfin je m'en souviens pas. Par contre le cardiologue lui il s'en donnait à coeur joie, de me dire qu'il fallait maigrir et faire plus de sport (3 entrainements de 2h de gym par semaine, et j'allais tous les jours à pieds au lycée soit une bonne heure de marche...).

Enfin, rien d'original quand je lis tous les posts !

Le seul nutritionniste que j'ai vu dans ma vie a été très délicat, m'a parlé de la restriction cognitive et du danger des régimes, et s'il m'a donné quelques conseils finalement quand même dans la restriction (prendre une entrée pour ne pas prendre de dessert, pas de feculents plus d'une fois par jour, etc etc), a fini par mettre fin au suivi au bout d'un an en disant que c'était peut-être pas le bon moment pour moi pour maigrir, que stabiliser c'était déjà bien. C'est dommage quand j'y pense, il avait le début de la réponse, au sujet des régimes, mais ça n'allait pas assez loin.

gacy.
Abonné

Salut Zeze01 !

C'est bizarre les nutritionistes ! La mienne, il y a trois ans m'avait prescrit systématiquement des féculents à tous les repas ! Ca avait marché (avec les autres restrictions of course !) mais j'ai abandonné le jour où elle m'a demandé d'écrire ce que je mangeais ! La panique totale ! Compulsions sur compulsions ! La même défense que face aux remarques de ma mère ! Mes premières restrictions cognitives, c'est elle. Il faut dire que mon père était obèse et sa mère aussi. Elle était entourée de gros (à part mon frère et ma soeur), donc elle surveillait tout le monde, sans doute par souci de notre santé. Mais ce n'est pas comme ça que je l'ai ressenti. Et comme toi, ça s'est inscrit pour longtemps dans ma tête !

Par contre, je n'ai pas du tout éprouvé ça dans mon parcours LC. Mon comportement face au carnet alimentaire que je craignais n'a pas créé chez moi ce genre de réaction. Donc, j'avance. Toi aussi ça viendra !

coolosse.
Abonné

petite phrase d enfant aujourd hui  qui me blesse:t as vu tes fesses dépassent de ta chaise...ok c'est un enfant mais ça m a saoulé que mes fesses dépassent de la chaise....alalalala rien de grave je sais mais bon ,j avais envie de le dire

Pattie.
Ancien abonné

Un jour, quand j'étais animatrice en centre aéré, un enfant, trois ou quatre ans, perché sur la "cage à écureuil" du parc m'a interpelée alors que je passais près de lui : "T'es grosse, toi..." Moi, j'étais super mal. Ca m'a renvoyé à mon adolescence, au collège. J'étais là, je ne savais pas quoi répondre. Et lui, il a fini sa phrase : "... tu peux me porter... parce que je sais pas descendre."

Les gamins, c'est pas toujours des humains comme les autres, quand même. Ils n'ont pas les mêmes concepts que nous dans la tête. Pour moi, "t'es grosse", c'était une insulte. Pour lui, c'était une lueur d'espoir : des muscles qui pouvaient le sortir de là. N'empêche, je lui en ai voulu, le pauvre.

coolosse.
Abonné
Ah oui pattie ton histoire me parle......
isableu23.
Abonné

Ne dit-on pas "la vérité sort de la bouche des enfants" ou encore " il n'y a que la vérité qui blesse". Oui les paroles blessent et même si elles viennent d'enfants, mais finalement, c'est parce que ça nous renvoie notre image que nous ne voulons pas voir réellement...

Mon petit fils de 8 ans jouait avec son copain et le copain m'a dit "t'es grosse toi"... et bien sûr mon petit-fils a surenchéri "oui tu es grosse Mamie" et même si j'ai tourné ça en dérision "quoi, moi je suis grosse, mais non je suis toute maigre" j'ai ressenti un pincement au coeur et en rentrant à la maison, j'ai tout de suite foncé sur mon ordi pour une séance de RPC........

 

 

 

Kaylee
Marraine

Petite phrase assassine, ou mots doux ? Ou les deux ???

ladyl56.
Abonné
Moi un jour un enfant me demande "il y a un bébé dans ton ventre ? Et comme je lui dis non, il me demande : il y'a quoi alors ? Et la réponse m'est venue spontanément : il y a des chagrins. C'était il y'a longtemps mais je n'ai pas oublié.
Susannah.
Abonné

Les enfants sont cash, mais ils ne sont pas forcément dépréciatifs pour autant.

Je me souviens de cette soirée où je rentrais de la plage avec mon amoureux de l'époque, me sentant bien dans ma peau, toute heureuse. A quelques pas derrière moi, j'entends la petite voix aiguë d'un minot : "Mama, mira como esta gorda la mujer !" (Maman, regarde comme elle est grosse la dame !) et immédiatement le "ssssht" de la mère, paniquée que je comprenne. 

Je me souviens du coup d'oeil un peu inquiet de mon ex, qui se demandait sans doute si j'avais saisi et si j'allais être triste. Oui oui, j'avais saisi - et compris. Et ça m'a fait sourire, un vrai sourire.

Ce gosse avait une voix presque émerveillée (je ne suis pas un ogre non plus hein, rien de très notable à part pour un gamin), comme s'il avait vu quelque chose d'inhabituel et de rigolo - mais il n'y avait pas du tout de moquerie ou de jugement dans son cri. Et il avait raison : je suis grosse. Ca n'est pas un synonyme de laide, ça n'est pas un synonyme d'échec ou de peu de valeur. C'est juste la forme de mon corps, différent du corps d'une personne mince comme il est différent du corps d'un homme (ou d'un lapin nain). Je ne suis pas grosse = moins bien ; je suis grosse = cette forme-là. Je suis aussi brune, et ça ne me blesse pas non plus qu'on me le fasse remarquer.

Quelques années plus tôt, avant d'avoir compris ça, j'aurais effectivement été triste. Parfois, ce ne sont pas les mots qu'on entend qui sont assassins. C'est ce qu'ils activent en nous.

smiley

papyrus.
Abonné

Bonjour,

 

Dans une librairie (une vraie!), je me décide à acheter le livre de Dr Zermati : "Maigrir sans régime".

Je tourne, je cherche, je ne trouve pas.

Je décide de demander à une vendeuse s'ils l'ont en rayon.

Elle me le montre, me le tend, en me disant d'un air désaprobateur "pour maigrir, il suffit d'arrêter de manger..."

....

J'étais motivée, j'ai quand même acheté le bouquin.

 

Susannah.
Abonné

Je lui aurais rendu et je l'aurais acheté sur Amazon (devant elle, sur mon smartphone).

Plein de bonnes ondes pour toi, Papyrus.

Kaylee
Marraine

[quote=Susannah]

Je lui aurais rendu et je l'aurais acheté sur Amazon (devant elle, sur mon smartphone).

 

[/quote]

En voilà une bonne idée yes

papyrus.
Abonné

[quote=Susannah]

Plein de bonnes ondes pour toi, Papyrus.

[/quote]

Merci Susannah !

coolosse.
Abonné

papyrus .....elle m ennerve ta libraire elle est vraiment imbécile....

isableu23.
Abonné

Eh bien cette libraire devrait prendre des cours de savoir-vivre...Et très bonne l'idée de lui redonner le bouquin!!!!

dentelle71.
Abonné

Bonsoir, Je lui aurai rendu et avec un petit "merci, gardez le je vais voir ailleur !"

Je fais de l'anti pub pour les commerces où les vendeuses et vendeurs  sont  incorrects et mal embouchés !

marinebreizh.
Abonné

Cette vendeuse de livres n'est pas une professionnelle et pas digne de faire ce métier. 

Hé oui lui rendre et le commander sous ses yeux !! excellente idée ; après il faut avoir la présence d'esprit de le faire ...

Je me serais en plus plainte à ses patron si c'est pas elle la patrone !!

coolosse.
Abonné

d ac avec toi marinebreizh!!!!!!

papyrus.
Abonné

Merci vos témoigange, c'est vous évidemment qui avez raison les filles, j'aurai dû réagir,

mais comme souvent sur le coup je me sens plus fautive que agressée, et je n'ai pas la présence d'esprit de réagir.

Cette histoire m'est arrivée il y a plusieures années, et c'est la première fois que j'ose en parler. C'est déjà une grande victoire wink.

Susannah.
Abonné

Tu n'es pas plus fautive de ne pas avoir "réagi" que d'avoir entendu son petit commentaire, Papyrus. Et évidemment, encore moins fautive d'être qui tu es et d'avoir un rapport plus difficile que le sien (et encore, qui sait... ?) à la nourriture. 

charlotte57.
Abonné

Mon fils : "maman t'as un gros ventre... comme Pô" (le panda de kung fu panda, qui au passage est LE guerrier dragon, en dépit de son poids !) et mon fils de continuer "Comme ça les ennemis, ils peuvent rebondir dessus"

Pas bête ça ! Super pratique !

Bon à côté de ça, il me conseille de faire du sport pour être mince comme lui. Ben oui, merci mon chéri !

Ça fait mal, ça fait de la peine. J'ai bien aimé ton témoignage Susannah, les enfants, ne font que constater... mais hélas au bout d'un moment, ils analysent, décryptent, commentent et jugent - tout comme ils le sont/font à l'école (j'incite d'ailleurs mon fils à ne pas parler du "petit Tom" par opposition au "grand Tom", comme il y a 2 Tom dans sa classe... car bonjour les complexes liés aussi à la taille).

Autre élément assassin : le regard de mon mari quand je me (re)sert d'un aliment/plat. un regard très fugace. dont il n'a pas toujours conscience (d'après ce qu'il dit, hum, sinon bonjour le réflexe conditionné). alors qu'il a le même rapport compliqué à la nourriture que moi. (la paille et la poutre). 

J'en profite aussi pour faire mon mea culpa : j'appelais ma toute petite sœur, Ploum Ploum. No comment. Les enfants sont odieux tout compte fait.

aeria.
Abonné

[quote=charlotte57]

J'en profite aussi pour faire mon mea culpa : j'appelais ma toute petite sœur, Ploum Ploum. No comment. Les enfants sont odieux tout compte fait.

[/quote]

Je dérive sur les surnoms. Moi, ma soeur m'appelait Crotiche et elle l'avait écrit sur la superbe boîte en métal que j'avais reçu de ma marraine. Je me suis servie des crayons mais jamais de la boîte. Quand je lui en ai parlé à l'âge adulte, elle m'a dit que c'était gentil, Crotiche.

Sinon, avec mon frère, on s'appelait longue fesse (pour moi) et courte cuisse (pour lui) mais en toute rigolade.

Kaylee
Marraine

Puisque nous en sommes aux surnoms... pendant le temps où je n'arrivais pas à être enceinte, ma mère m'appelait "ventre sec".

chrissie.
Abonné

Parfois j'ai vraiment l'impression que pour certaines personnes nous ne sommes pas réduits à n'etre que des "tas de graisses".Quand j'entends les inepties que débitent certains.

Par exemple,quand on me dit que je devrais rester cacher,que je devrais avoir honte d'etre comme je suis.J'ai des envies de frapper.

Pareil quand certaines personnes me disent que je devrais "peut etre songer à faire un régime'.Là je leur dis que j'arrive au milieu de ma vie(tiens ça me rappelle une chanson ça),et que j'ai tout de meme essayé une ou deux fois.Meme chose quand on me conseille de faire du sport.J'en fais ,ce n'est peut etre pas ce que renvoie mon corps quand on le voit...

Il y a des jours ou j'ai vraiment envie de hurler.Pas vous?

lylyoz
Marraine

C'est vrai que c'est dur car certaines personnes appuient justement "là" où ça fait mal. Un peu comme si on ne savait pas à quoi on ressemblait.

J'ai pris pour habitude lorsqu'une remarque déplaisante m'est adressée de faire 2 choses la première: sentir ce que ça me fait dans le corps (quand j'en suis capable) et la seconde quand je suis sympa et que je suis prête à éduquer l'autre lui demander quel est l'intérêt de sa remarque? Et dans le genre moins sympa: je parle pas aux cons ça les instruit... Ca depend de qui ça vient et ce de que j'estime à ce qu'il y a à  tirer de l'autre.

Mais quand je suis suffisamment lucide et que je regarde froidement la situation (quand je ne suis donc pas en réaction) je sais que l'autre n'est JAMAIS responsable de ce que je peux ressentir, il n'en est que le facteur déclenchant. C'est un fait, mes sentiments m'appartiennent, tout comme je choisis d'interpréter les remarques qui me  assenées. LC nous apprend à mettre de la distance sur ses pensées alors il en est de même pour les remarques des autres, ce ne sont que des mots, à nous de savoir ce que nous voulons en faire...

Là en te lisant je perçois la colère: as tu pris le temps de l'acceuillir? Une petite RPC ou autre?

 

Courage

Desigual.
Abonné

Nouvelle ville, nouvelle vie, nouveaux médecins.

 

La gynéco: je vous change de pillule en même temps ça vous aidera à erdre du poids.

Le phlébologue: tous vos problèmes sont dûs à votre poids, il faut attaquer ça d' abord.

 

Il se trouve que je venais de prendre 15 kilos sur 6 mois suite à des problèmes perso, et que j' avais déjà enclenché la baisse de poids. Ces petites réflections sans me connaître, et pas appropriées vu que les problèmes je les vaient déjà avant de prendre 15 kilos, m' ont vraiment blessée.

lylyoz
Marraine

C'est un fait ces remarques t'ont peut être blessé. Tu ne pourras jamais changé les remarques désagréables car tu ne peux contrôler autrui. En revanche, le vrai pouvoir que tu as c'est accepté ce que ça te fais... Je ne dis pas que c'est simple et noter les images, auto commentaires que tu te fais suite à ces remarques et acceuillir la "petite" en toi qui souffre parce que peut être qu' elle n'est pas "approuvée" par l'autre ou un autre sentiment vient l'habiter notamment tous les efforts non reconnus qu'elle a déjà fait.

Bref, en un mot c'est prendre soin de toi, de tes ressentis.

coolosse.
Abonné

a un repas de famille

une de mes tante s adresse à moi:

"ben alors t as encore faim!!!!"

je lui ai répondu ,je ne me suis pas laissé faire

Mais je me suis sentie ENORME

coolosse.
Abonné

une dame que je vais voir regulierement pour des entretiens me dit en parlant du personnel de la residence ou elle vit

"l autre jour cette espece de tarte à la creme ,c'est comme ça que j appelle la cuisiniere pcq elle est grosse et mechante m a fait ça...." et elle rajoute avec un air completement méprisant:"euh excusez moi de dire ça je ne veux pas vous offenser parce que vous étes bien en chaire je ne me permettrai pas de vous appeler tarte à la creme"

j ai juste eu envie de l envoyer promener mais je suis rester de marbre et j ai poursuivi mon entretien avec cette dame en restant professionnelle ...des fois c'est dur d etre professionnelle avec les contre transferts atrooces qu on peut avoir..je trouve

Elda.
Abonné

Bonjour les filles,

J'ai débarqué chez LC il y a seulement quelques jours. J'adore ce post : on se sent moins seule, moins honteuse aussi ! Ah les salauds quand même, ou alors, des inconscients...

Voilà quelques phrases sympas de mon cru :

- "Pour maigrir, il suffit de moins manger". Celle -là, je l'ai lue plus haut, mais je l'ai entendue aussi plus d'une fois.

- "Voilà l'éléphante et son éléphanteau". Dit par une collègue, devant une tierce personne. Pan, en pleine poire ! J'en suis restée sans voix et l'ai haïe après. Me suis détestée aussi de ne pas lui être rentrée dedans.

- "De toutes façons, tu n'arriveras jamais à maigrir". Celle-là. elle est de mon cher père. Merci pour les encouragements.

- Dans le métro, le type (sympa au fond) qui se lève pour vous laisser la place assise pour femmes enceintes. On se retrouve à balubutier : non non c'est bon ça va, merci.

- Ayant été consulter un énième endocrino (professeur des universités), il me mesure, me pèse (j'ai horrrrrreur de ça !), me fait monter sur cette machine qui soi-disant mesure le taux de graisse dans l'organisme, me fait poireauter un quart d'heure pour les résultats et m'annonce sur un ton docte : "vous avez une surcharge pondérale localisée sur la ceinture abdominale". Là, j'ai quand même réussi à lui dire . "Non ? vous êtes sûr ?" La vache, des années d'études pour en arriver à ce diagnostic si fin, si juste ! sans compter les 50 euros qu'il m'a pris !

- Et le pompon : une autre endocrino, il y a des années, à sa secrétaire (mais suffisamment près pour que je l'entende parfaitement). C'était la fin de l'après-midi et la salle d'attente était occupée par 3 ou 4 personnes : " bon, il en reste encore combien à peser ?

ultrasof.
Abonné

Bonsoir à toutes,

Je voulais simplement vous remercier de ce fil de discussion, qui tombe à pic pour moi: juste avant de le découvrir sur le forum, je m'étais mise à me rappeler, et à noter ces fameuses phrases assassines.

Rien d'extraordinaire de mon côté, mes souvenirs ressemblent à beaucoup d'autres que j'ai lus ici: mise au régime très tôt par ma mère, qui déjà enfant me signalait que prendre le même goûter que mes frères et soeurs n'était pas bon pour moi, pas raisonnable, qu'il fallait manger moins, etc. J'ai réalisé beaucoup plus tard qu'elle-même a un rapport difficile à l'alimentation et à son poids, les chiens ne font pas des chats (et il est vrai que dans la famille, nous n'avons pas de très bons gènes de ce côté-là!)

Je vous passe les détails de la super copine qui me prend entre 4 yeux et me met en garde: avoir grossi m'apportera tous les malheurs de la terre, pour trouver un job, un mec, bref réussir ma vie sous tous les aspects possibles... alors que j'étais en plein deuil d'un parent (elle ne m'aurait pas demandé comment allait le moral, non maigrir était plus urgent!) ... mais c'était pour mon bien, alors elle n'a pas compris que je le prenne un peu mal - j'ai été vraiment très blessée qu'une personne proche me juge si négativement, et tant sur l'apparence.

Bref, j'ai donc fait beaucoup de régimes et de yoyo, et il y a quelques années j'avais réussi à perdre du poids en lisant et adoptant les principes du GROS. Entre temps, des tas de choses se sont passées et si aujourd'hui je ne suis pas "techniquement" en surpoids, j'en approche doucement mais sûrement, à force de reprendre.

Je suis inscrite ici depuis décembre et ça va déjà mieux, doucement: je repère et travaille sur mes EME, je me recentre un peu sur moi, pas facile mais ça fait du bien! Je passe même parfois quelques jours sans EME. Mais je ne perds pas - encore - de poids, je sais que ça mettra un peu de temps, même si c'est parfois difficile à accepter.

Mais revenons à nos moutons: merci encore pour cette discussion réconfortante (ça fait du bien de se sentir comprise!), je continuerai à venir lire ce fil avec plaisir, et qui sait peut-être apporterai-je mon lot de nouvelles phrases.

Bonne soirée à toutes!

ultrasof.
Abonné

Bonjour,

Je suis de retour pour la dernière phrase qui fait mal, hier matin en commençant ma journée de travail (un classique):

-une copine / collègue que je n'avais pas vue depuis quelques mois "oh, mais je n'avais pas vu, tu attends un bébé, mais c'est super!"

-moi: "ben non, en fait non pas du tout"

-silence très gêné de sa part, puis on a enchaîné sur la suite.

Je n'ai rien su dire d'autre (quelque part j'aurais aimé ajouter: "ben non, j'ai juste grossi en fait")

Il est vrai que depuis la dernière fois qu'on s'était vues, j'ai pris qq kilos, qu'il se trouve que je prends facilement/plutôt du ventre et que je portais une tenue qui ne m'avantage pas à ce niveau-là.

Sans oublier que je suis dans ces années où tout le monde autour de moi fait des BB ... n'empêche que c'est dur à entendre, d'autant qu'avec mon mari, depuis qq mois on essaye justement de mettre un BB en route, mais que pour l'instant rien ne vient ... pfff ... résultat, j'ai un peu abusé du chocolat en rentrant en fin de journée ... re-pfff. Ça passera!

Elda.
Abonné

Aïe Ultrasof, c'est vraiment violent, cette situation, d'autant que normalement, il n'y a pas la moindre malice dans le commentaire. J'ai vécu ça aussi ! Ou alors la même chose dans une autre version: le type qui se lève pour te laisser sa place dans le métro.... dans ces cas-là, franchement, malgré ma gêne, j'en profite et je m'assois !

Sinon, les bébés, c'est sûr que ça ne vient pas forcéemnt facilement, quand on les cherche, et que ça peut devenir très stressant. pour ma part, j'ai dépensé une petite fortune, à une époque, en tests de grossesse.

Courage, et bonne chance !

ultrasof.
Abonné

Merci de ta réponse attentionnée Elda, ça met du baume au coeur :)

Loli2pop.
Abonné

C'est vrai que des fois, ce ne sont pas les phrases mais belles et bien les situations qui sont assassines. Ca n'amoindrit pas l'inconfort, mais ça peut aussi nous permettre de réaliser -comme tu l'as soulevé ELda- que du côté de notre interlocuteur il n'y avait aucune volonté de blesser.

Perso, ça m'est déjà arrivé une fois, y a longtemps ... mais dans l'autre sens. Et du coup, j'avais justement joué sur le fait que moi aussi j'avais du bidou et j'avais tenté de dédramatiser en disant à la nana "ah vous aussi vous avez un bébé de nutella/ou de gourmandise" ... je ne sais plus précis&ment, mais en tous cas la nana avait souri :)

pensee.
Abonné

C'est vrai que toutes ces phrases, lancées avec tant de simplicité par ceux qu'on aime tant, font beaucoup de mal. Pour ma part, c'est mon père qui était dur. Je suis devenue anorexique boulimique par sa faute. Je n'étais pas grosse du tout, normale, avec  2 - 3 kg de trop. A 15 - 16 ans, il me disait que j'étais la plus grosse de toutes les frangines (nous sommes 4). Qu'il fallait absolument perdre.

Aujourd'hui, et grâce au thème de ce forum, en vous lisant, je constate que ma fille subit le même genre de remarque. Elle a 11 ans. A 8 ans déjà les copains, oncles, grands parents disaient devant elle, mais sans lui adresser directement la parole : "elle a gonflé" "qu'est-ce qu'elle mange" "faites attention a son poids". Je les regardais avec de gros yeux sans leur dire clairement le fond de mes pensées. Oui, elle avait quelques kg en trop. Mais rien de grave.

Etant moi même obnibulé par le poids, je lui rappelait de faire attention, de ne pas sauter sur la nourriture. Ai-je bien fait ? Aujourd'hui, elle est normal, sans surpoids. Pas mince, mais bien. Mais quelles conséquences ces phrases et mes actions auront sur son avenir avec l'alimentation ?

Aujourd'hui, ces mêmes personnes lui disent "tu as maigris" "elle a dégonflé" elle s'est affinée. Ou me disent "bravo, elle a vraiment perdu, j'en reviens pas !".

Grrrr ça m'énerve. Comment faire pour qu'ils la laissent tranquille ? A moi de m'affirmer et de leur dire le mal que cela peut provoquer ?

Nous pouvons être très dur avec les autres. Attention à nos actes, nos paroles qui peuvent rester dans la tête des enfants. Soyons prudents et vigilents. Ce post me fait réfléchir. Largement réfléchir. Nos paroles font souffrir... Personne ne mérite d'avoir mal a cause du manque d'attention ou du plaisir d'autrui. Cela doit faire du bien d'être méchant. De lacher cette phrase pour son propre plaisir. Ou par inquiétude ? Un mère, un père a certainement des craintes. Des craintes pour l'avenir de son enfant. Il est vrai que dans notre monde, si tu es pas "normal" tu es rejeté. Mais le charme est dans la particularité de chacun. Gros, pas gros, comment se sentir bien dans sa peau. Même les minces ont des tonnes de soucis et complexes.

S'affirmer et replacer les personnes à leur place, ferait du bien à la personne concernée. Protéger ses enfants, c'est peut-etre ça aussi... Mais les gens prennent chaque réflexion MAL. Ils ne me semblent pas adultes ou responsables pour accepter une remarque. Autour de moi, tout le monde prend tout mal. Chaque phrase doit être bien dite pour ne pas être mal prise. De ce fait, le sachant, je ne dis pas ce que je pense. Je limite la casse. Je ne donne pas mon avis face à ces personnes. Elles ne méritent plus de savoir ce que je pense car ne sont pas sensées. La relation est donc faussée. Mais pour mes enfants, je crois qu'il faut le faire. Même si je perds ces personnes importantes  par le lien du sang....

Quel est votre avis ?

Tinea.
Ancien abonné

Mes 3 gosses sont squelettiques (Ce qui est aussi un problème mais c'est une autre histoire)et du coup j'ai été convoquée au collège . La secrétaire de l'infirmière a dit j'ai compris c'est maman qui mange tout!

Je fais 80 kg pour 1M70 et la femme était bien dodue ...en fait ça m'a fait rigoler mais je crois que si la personne avait été mince je l'aurai mal pris c'est bizarre.

Charlyne.
Abonné

Ouuhh quel beau sujet !

Moi c'est une remarque dans le tram qui m'a définitivement convaicue de m'inscrire ! smiley

Une dame me demande gentiment : Vous voulez vous assoir ?

Je réponds naturellement, "Non, non, ça va merci". Une demi seconde après je comprends, et je finis le voyage en rentrant bien le ventre !!! smiley

Après, j'en ai eu des remarques, du style, ma tante : "t'as encore pris du cul, non ?", quelle jalouse, elle n'a pas de fesses elle ! wink

Ma mamie, alors que ma fille allait sur ces 6 mois : "t'es encore enceinte, ou quoi?" Bon...

Et j'en passe, et j'en passe...

Cariama.
Ancien abonné

Je vois que personne n'est épargné

 

3 semaines avant notre mariage ma belle mère m'a dit

"Je vais te donner mes sachets (comprennez sachet hyperprotéiné) ca te ferait du bien avant le mariage !"

Ce à quoi j'ai répondu que j'avais une robe sur mesure et que je n'en n'avais pas besoin.

Ma mère était en état de choc, mon homme n'a pas réagit face à sa mère.

 

 

Il y a un mois, je suis dans une boutique de vêtements et la vendeuse me demande pour vous c'est L ou XL ?

Pour moi c'est L et la mon père intervient en disant "Prends le XL, on ne vera pas tes bourelets !"

Je me suis énervée dessus en lui précisant que ce n'est pas parce que maman est mal fagoté que ca doit être parreil pour moi.

Je suis partie avec le L, je regrette, j'aurais peut être du prendre le M car ca taille super grand.

Cariama.
Ancien abonné

Pendant mes études, on avait cette facheuse habitude à s'appeler les uns les autres "mon gros"

Et un jour, un lundi matin, cours de gym, la prof nous faisait courrir et j'arrive à hauteur d'une fille et je lui dis "Et la grosse C. , elle a fait quoi ce WE ?"

Et puis j'ai vu son regard, et merde, j'ai pas mesuré mes paroles ...

J'ai accéléré. Je n'ai pas osé m'excuser, je me serai encore plus enfoncée :/

Je m'en veux toujours c'était en 97/98 ...

Kaylee
Marraine

Entendu ces jours-ci dans la "résidence HLM" dans laquelle j'habite une habitante, qui interpelle ma petite voisine d'une dizaine d'années : "j'ai aperçu ta maman l'autre jour, elle a drôlement maigri, tu dois être contente"... L'expression de désarroi que j'ai vue soudain sur le visage de cette petite voisine m'a donné une furieuse envie de gifler celle qui venait de prononcer ces mots. La petite a filé sur son vélo, je me suis sentie coupable après de n'avoir su quoi dire, ni à l'une ni à l'autre... frown

jessica.pl.
Abonné

mon surnom au collège :" "la baleine bleue"... parce que c'est le plus gros animal ... "
personne n'est jamais intervenu, pas même le prof à qui l'élève qui me persécutait avec un groupe d'amis avait répondu cette phrase à une question posée en cours en précisant qu'il s'agissait de moi. et moi, j'ai ri jaune, on n'est pas supposé se laisser atteindre pas ce genre de chose non...

enterrement d'une copine à 17 ans : je porte un linge noir de circonstance, ma mère "tu vas mettre ça ? ça te boudine !"... en pareil circonstance la seule chose qu'elle avait d'ailleur trouvé à me dire pour me réconforter "tu vas pas chouiner comme ça pendant des semaines, des morts t'en verras d'autres!" ... grande classe maman <.<

ado, nouveau linge acheté à  la circonstance de ma taille, mon père "le linge est joli mais ça t'irai mieu si t'étais moins grosse"

ma mère, année du bac "tu es qu'une merde et t'arrivera jamais à rien dans la vie pas même à être femme de ménage, parce que même pour ça de nos jours faut un diplôme" ...
cette phrase n'est pas liée directement à mon poids, mais elle m'a énormément blessée et je continue de la porter douloureusement.
J'ai tellement de peine et de colère quand je repense à tous ces mots de mes parents... et surtout de ma mère.

 

Plus récemment,
la tante de mon compagnon, il y a peu : "ohh elle est plus grosse que quand je l'ai vu la dernière fois". en effet j'ai pris 15 kilos.





Je sais que c'est humain de s'attacher à ce qui est "visible", mais ça me fatigue de voir que tous ces gens ne s'intéressent à moi qu'au travers de mon apparence physique <.<

Haut de page 
X