concilier la méthode et les contraintes du quotidien, mission impossible? - le 20/09/2011

dédé_la_fée.
Abonné

Voilà, je n'ai pas trop de difficulté à écouter ma faim, et à m'arrêter de manger quand je la sens s'envoler. Je dois encore faire des efforts pour maîtriser mes EME,  réussir à me dégager des moments où je puisse me poser pour la RPC (que je pratique déjà pour limiter la gamberge anarchique dans ma tête).
Mais THE difficulté majeure au quotidien, c'est que ma faim, et le temps dont je dispose pour manger ... comment dire... sont incompatibles? j'ai sur moi des barres de céréales en cas de petit creux (je cavale pas mal, entre les escaliers, les couloirs interminables, il faut courir entre deux salles si on veut être à l'heure) Je me vois mal apporter ma théière et mes tartines, ou mes céréales et ma bouteille de lait et sortir en plein milieu du cours, ou arriver en retard au suivant, en disant. "veuillez m'excusez, c'était l'heure de mon petit-déjeuner" mais le matin, quand je me lève, il faut que j'attende au moins deux bonnes heures pour que la faim arrive, et ce, même si je n'ai pas diné la veille. Je dois donc me lever à 4h, pour avoir faim à 6h? déjà que m'endormir, c'est la croix et la banière, je dors si peu...
J'ai remarqué que j'ai souvent faim à des heures peu orthodoxes: sans doute les restes de l'époque où je bossais dans un fast food, ou je "déjeunais" à 11h et dînais perfois à 17h!... ou à 23h! mais bon, ça remonte à bientôt 5 ans, ça aurait dû faire long feu, non? et non seulement, j'attends super longtemps qu'arrive l'heure du déjeuner, mais en plus, j'ai rarement suffisamment de temps pour rentre chez moi me prépare un vrai déjeuner, je suis souvent obligée de manger à la cantine, c'est pas toujours bon, et en plus, je dois m'occuper en même temps d'un élève handicapé, lui coupé sa viande, lui presser son orange, lui essuyer la bouche, l'emmener aux toilettes. Ce n'est pas que ça m'embête de le faire, mais j'aurais préféré que cela ne se fasse pas sur mon temps de repas.

Qu'est-ce que je peux faire?

Commentaires

stridline.
Abonné

D'abord, celà ne fait que quelques jours que tu es là, alors il faut que tu te laisses le temps et au bout d'un moment tu vas réussir à caler tes repas à des moments où tu as du temps.

Après, je n'ai pas bien compris si tu étais prof ou étudiante, mais tu peux faire de petites pauses pour manger tranquillement entre les changements de salle. Chaque prise alimentaire doit se faire en bonne et du forme : au calme et posé, mais pas forcément en grandes quantités à chaque fois. Moi, le matin, j'ai toujours mon thermos de thé avec moi que je sirote sur la matinée et que j'accompagne d'un gateau, si la faim se fait sentir, pour patienter jusqu'au repas. Tu te stresses en plus avec la cantine, va vers ce qui te plait le plus, ce n'est jamais orgasmique, mais il y a de quoi se sustenter quand même. Et puis tu peux toujours remanger un bout plus tard si tu as à nouveau faim.

Mais sois patiente, tout ceci va se mettre en place petit à petit.

Vididi.
Abonné

Bonjour Dédé,

d'après ce que tu dis, j'en déduis que tu dois être AVS. Comment se fait-il que tu n'aies pas une pause le midi, sans avoir l'enfant en responsabilité, pour manger. Ca ne me parait pas très normal cette histoire. S'occuper d'un enfant handicapé est très prenant, tu dois pouvoir avoir une pause dans ta journée. L'emploi du temps doit pouvoir être négocié. D'autant que j'imagine que tu n'as pas un contrat de 28 heures?

Si tu n'as pas faim le matin, il te faut effectivement attendre. Mais un encas dans la matinée (à la récré?) devrait suffire pour attendre le déjeuner. Profite du week-end pour prendre un vrai petit déjeuner si ça te fait plaisir, au moment où tu auras faim. (le petit déjeuner est mon repas préféré et ne pas avoir faim le matin et donc devoir y renoncer a été un peu difficile au début.)

Pour le repas du midi, si tu dois aider ton élève, il vaudrait mieux que tu aies une pause avant ou après son repas. Je sais que l'EN ne dépend pas du code du travail, mais faut pas charrier, tout le monde a le droit à une pause dans la journée! Si tu réussis à négocier cette pause, tu peux te préparer une boite repas où il y aura ce que tu aimes. Il y a sûrement un micro-ondes et un frigo quelquepart dont tu pourras te servir. C'est souvent le cas dans la salle des profs, parfois à l'infirmerie. Je le fais deux fois par semaine. Franchement, ce n'est pas très difficile de préparer un petit bento. En général, j'ai toujours quelques restes de la veille qui peuvent être réutilisés (je ne prépare jamais un repas exprès), un yaourt en plus et hop!

Et puis comme dit Stridline, tout ça va se mettre en place progressivement. Il faut être patiente.wink

dédé_la_fée.
Abonné

Merci, Stridline et Vididi.
Vididi, effectivement, je suis AVS. En fait, j'ai trois quarts d'heure pour déjeuner le midi, en général, ce qui est plus que suffisant dans l'absolu. Au début, j'amenais une boîte de raviolis, un sandwich, des restes, et je mangeais dans un coin du lycée où personne ne venait m'enquiquiner. Mais à cette rentrée, c'est n'importe quoi, je n'ai même pas une demi-journée entière de libre. Mes 26 heures de travail sont réparties de telle manière que je me retrouve à passer bien plus de temps au lycée (44h au total), mes plages de libre, sont trop courtes pour que je puisse faire autre chose que d'attendre le cours suivant en lisant ou en dessinant, ou en allant me promener dans le parc voisin. En plus, l'un de mes élèves est très hostile à ma présence (ses précédents AVS ont jeté l'éponge assez vite), mais ni ses parents ni le personnel soignant qui s'occupe de lui n'acceptent de le laisser se débrouiller tout seul, je perds mon temps à prendre des notes et faire des recherches qu'au final il fout à la poubelle, c'est moralement crevant. Mais si je le fais pas, je serai virée, et l'autre élève sera dans une merde noire, car lui ne peut pas se passer de mon assistance. Bref, depuis la rentrée, je me sens prise entre le marteau et l'enclume. Je cours partout (le lycée est IMMENSE, et c'est un euphémisme), j'ai sans arrêt faim, mais ça m'énerve, parce qu'arrivée au moment où je peux me poser, je suis tellement à cran que je n'ai plus d'appétit pour rien, que manger devient une corvée de plus, et je crois que si je n'avais pas la reconnaissance des professeurs et de l'administration, pour mes efforts, j'aurais laissé tomber. Trois quarts d'heure, c'est à peine le temps qu'il me faut pour décrocher de mes émotions négatives... J'espère que ça ira mieux, d'ici quelques semaines. Je tiendrais pas encore une année comme ça.

Vididi.
Abonné

Ah les emplois du temps merdiques, je compatis!! Il m'est arrivé une année de passer 32h au collège pour 18h de cours... Pas toujours facile de gérer certains élèves, entre ceux qui se reposent complétement sur l'AVS et se désinvestissent complétement,  et ceux qui ne l'acceptent pas et passent leur temps dans l'opposition, c'est pas simple.. Bref, beaucoup de stress.

Je pense que faire des séances courtes de RPC pourraient peut-être t'aider, mais comme tu es au début du programme, je ne suis pas sûre que tu y aies déjà accès. Regardes dans  le menu "mes outils" à gauche et choisis "Pleine conscience". Avec un peu de chance, tu trouveras "lutter contre les coups de stress", ce sont des séances de 3 minutes. Sinon, comme tu as 3/4 d'heures, les séances d'initiation de 10 minutes sont peut-être jouables, si tu peux trouver un endroit assez calme. J'ai eu du mal à m'y mettre et à entrer dedans, mais vraiment après ça fait du bien.

Bon courage.

Haut de page 
X