Défusion.... - 24012013

izabelle
Animatrice forum

 

A la demande de quelques unes, voici une petite info sur ce qu’on appelle la ‘défusion’, un processus thérapeutique issu de la thérapie ACT, laquelle est proche de la pleine conscience (puisque d’ailleurs elle l’utilise également).

Cela est très utile pour les personnes (comme moi) dont les EME sont principalement liées au fait qu’elles se déconnectent d’elles-mêmes pour être totalement absorbées par leur pensée, qu’elle soit verbale ou non (non-verbale pour moi).

 

Avec la défusion, il s’agit d’aborder ses pensées d’une façon différente, en réduisant leur influence sur nous.   Il ne s’agit donc pas de les faire « disparaître », bien que la tentation soit grande, au début, tant que l’on n’a pas intégré l’acceptation, c'est-à-dire l'abandon de la lutte intérieure contre ce qu’on ressent, lutte stérile et fatigante.

Si quelques pensées douloureuses peuvent s’évanouir, parfois, lorsque l’on pratique ces techniques, la tentation est grande de s’en servir alors systématiquement pour faire disparaitre ces pensées qui nous gênent...  

mais c’est une très mauvaise idée, car d’une part cela nous incitera à persévérer dans la bataille intérieure contre nos ressentis (bonjour les EME) et par ailleurs cela ne fonctionnera pas, de tout façon, pour les pensées et les schémas douloureux récurrents, forts, de notre vie, nous ne passerons pas à travers les mailles du filet, il nous faudra les regarder en face, les assumer, les vivre, en un mot : les accepter.

La défusion ne sert qu’à ACCEPTER ses pensées, tout simplement parce qu’on ne les considère plus que comme des mots, pas comme une réalité, les mots ne sont plus « fusionnés » avec ce qu’ils représentent, ce sont « juste » des mots…    ils perdent alors beaucoup de leur influence sur nous…..

En état de « fusion », les pensées semblent être la vérité absolue et d’une importance capitale, elles nous font de la peine, elles nous font peur, parfois...

En état de « défusion », nous pouvons reconnaitre qu’il s’agit juste de sons, de mots, d’histoires, qu’elles ne sont pas forcément vraies, et qu’elles ne sont pas forcément  importantes, on est nullement obligé de leur obéir, et qu’elles ne constituent pas une menace, car elles ne peuvent rien « FAIRE » concrètement….

Du coup, on perd le besoin de faire « disparaitre impérativement » ces pensées désagréables à pénibles…..

Et quand on n’a plus besoin de faire disparaitre, eh bien, on n’a plus d’EME   (et croyez-moi, ça fait du bien !)

 

Comme vous le voyez donc, et j’insiste là-dessus au risque de radoter sérieusement,  il ne faut pas louper une étape, ce n’est PAS :  

défusion => disparition des pensées gênantes => je me sens « un peu plus confortable » => je suis toujours en lutte et déconnecté de moi-même

Mais bien plutôt   :   

défusion=>acceptation des pensées gênantes => je suis « moi »   => pas forcément ‘confort’, mais sentiment de connexion, de plénitude même (parfois), the war is over (if you want it, comme dirait John Lennon)

Alors bien sûr, il faut renoncer à « être bien tout le temps », car la vie est faite de hauts et de bas et cette idée que l’on pourrait toujours être zen, positif, en forme, bien dans ses baskets en permanence est un leurre auquel j’ai longtemps adhéré d’ailleurs  (bien inconsciemment, je l’avoue)

on ne sera pas toujours 'confortable', mais on sera beaucoup plus heureux, et puis surtout on n'aura plus besoin d'avoir recours à la nourriture pour 'se sentir mieux',   ce qui est quand même le cas de pas mal de personnes ici

vous pourrez dire aussi adieu au sentiment de vide intérieur...

 

Cet immense préambule étant fait, voici maintenant quelques techniques qui m’ont beaucoup aidée pour pouvoir accueillir mes ressentis-pensées…..    et qui m’ont permis de passer d’une dizaine d’EME par jour à …..  trois-quatre par semaine à tout casser.

A n’utiliser qu’avec les précautions ci-dessus, donc…. Sinon le service après-vente ne répondra plus de rien ;-)

1/ Je suis en train de penser…

 Se dire : je suis en train de penser que….suivi de la pensée désagréable..

Par exemple, la pensée « je n’intéresse personne » se pointe….    On se dit dans sa tête  « je suis en train de penser que je n’intéresse personne »,   et puis   « je remarque que je suis en train de penser que je n’intéresse personne »

2/ Sur un air connu

Chantez intérieurement la pensée sur un air connu  (bon anniversaire, la 5ème de Beethoven ou n’importe quoi d’autre)

3/ Donner un titre à l’histoire que nous raconte notre esprit.

Ex : l’histoire du looser, l’abandonnée, la non-intéressante, l’inadapté, l’incapable, l’incompétent…   Une fois que vous avez reconnu l’histoire en question, laissez-la simplement exister, sans lui accorder beaucoup d’attention, vous pouvez également imaginer une affiche de film de l’histoire en question, en en rajoutant dans le « pathos », en imaginant le rôle repris par les plus grands acteurs….   pour ma part j'aime rajouter un titre secondaire un peu excessif, ça fait genre

"LA MAL-AIMEE...    rejetée par tous elle sombre dans l'anonymat le plus complet....  en ce moment sur vos écrans..."

4/ Remerciez son esprit…  

genre : « merci ma tête, tu m’as encore servi l’histoire de l’incompétente notoire, tu es toujours au taquet… »

5/ Silly voices

 Imaginez la pensée (ou la litanie) dite par une voix ridicule ou particulière, genre donald, scharzy, stallone, Shrek, ou the Monty Python  (pour moi)

 

 

Pour ma part j’ai une grosse préférence pour  « donner un titre » parce que ça fonctionne tellement bien pour moi, qui ne pense pas tant en mots qu'en "ressentis", qu'en "impression" , ça me fait sourire et cela me permet vraiment de me reconnecter à moi-même en dédramatisant ce ressenti....

et parfois, je rajoute les voix ridicules, par exemple Terry Jones des Monty Python singeant une voix de femme, enchainant plusieurs à la suite, parfois j’imagine même que ce sont des acteurs qui doublent les dessins animés qui font la voix tout en voyant les images du film…..

Commentaires

nana51.
Abonné

j'aimerais beaucoup pratiquer la défusion , je me rend compte que j'ai passé ma vie à éviter, pour ne pas souffir , parce que chez moi ( mes parents) c'était comme ça , dans ma vie tout court , au travail , depuis peu j'affronte , je prend à bras le corps les souçis , des fois je cafouille, je suis perdue, aidez moi s'il vous plait, des lectures peut être? des pratiques, j'ai lu le post d'yzabelle, j'essaie , mais très difficile .

nat

izabelle
Animatrice forum

MDR pour la chapiste féministe de l'nnée....

pour ma part quand j'avais DU prendre part au chantier de ma maison  (à cause des sous qu'étaient partis trop vite),  eh bien justement ça avait été très difficile  de ne pas être la "bricoleuse" de l'année

je crois que j'avais eu le prix d'encouragement, mais snif snif  j'ai vraiment souffert d'être incompétente dans ce que je devais faire la plus grande partie de la journée

et je sais que c'est à cause de ce ressenti- là, trop difficile à l'époque et non accepté  que j'ai pris beaucoup de poids pendant ce chantier  (car pour me réconforter,  je mangeais du gateau breton et de la bière à midi avec les amis qui nous aidaient sur le chantier, tous des hommes...)

bref,  bon courage pour tout ça  et bravo  pour la  "défusionneuse de l'année"  également...  ;-)

Noelle
Marraine

[quote=nana51]

j'aimerais beaucoup pratiquer la défusion , je me rend compte que j'ai passé ma vie à éviter, pour ne pas souffir , parce que chez moi ( mes parents) c'était comme ça , dans ma vie tout court , au travail , depuis peu j'affronte , je prend à bras le corps les souçis , des fois je cafouille, je suis perdue, aidez moi s'il vous plait, des lectures peut être? des pratiques, j'ai lu le post d'yzabelle, j'essaie , mais très difficile .

nat

[/quote]

 

alors, si ça peut te dire quelquechose, j'etais pendant tres longtemps , habitée par des pensees automatiques  du style "tu es nulle,ma pauvre fille,  tu n'y arriveras jamais"

j'ai chante dans ma salle de douche ce " tu es nulle, tu es nulle tu es nulle nulle nulle" regulièrement et sur tous les tons, jusqu'a ce que ça ne me fasse plus rien,

je t'assure que pour moi ça a marché!

 

bonne experimentation

cilou_cile.
Abonné

[quote=Noelle]

[quote=nana51]

j'aimerais beaucoup pratiquer la défusion , je me rend compte que j'ai passé ma vie à éviter, pour ne pas souffir , parce que chez moi ( mes parents) c'était comme ça , dans ma vie tout court , au travail , depuis peu j'affronte , je prend à bras le corps les souçis , des fois je cafouille, je suis perdue, aidez moi s'il vous plait, des lectures peut être? des pratiques, j'ai lu le post d'yzabelle, j'essaie , mais très difficile .

nat

[/quote]

 

alors, si ça peut te dire quelquechose, j'etais pendant tres longtemps , habitée par des pensees automatiques  du style "tu es nulle,ma pauvre fille,  tu n'y arriveras jamais"

j'ai chante dans ma salle de douche ce " tu es nulle, tu es nulle tu es nulle nulle nulle" regulièrement et sur tous les tons, jusqu'a ce que ça ne me fasse plus rien,

je t'assure que pour moi ça a marché!

 

bonne experimentation

[/quote]

Pour la lecture, je dirai le grand classique "Le piège du bonheur" de Russ Harris smiley

Je n'ai pas relu tout le fil mais je suis persuadée qu'il a dû être cité une dizaine de fois!wink

Et Pattie, tu es excellente! Tu m'as bien fait rire! Et évidemment, je me suis bien retrouvée, surtout pour le coup de la meilleure hôtesse, portant d'une main un gros canapé et de l'autre préparant les petits fours aux grains de sésame, tout juste cuits comme il faut! Eh ouais, même pas peur!....N'importe quoi! Lol!

Pattie.
Ancien abonné

Oh ben en gros, c'était mon intention ! smiley Je me serai vautrée en beauté ! Heureusement, ma mère, qui a beaucoup déménagé, a proposé de faire le repas (pour elle, un repas de déménagement pour n'importe quel nombre de personne, c'est une rigolade, elle le fait d'une main, en jouant au chevalier avec mon neveu de l'autre). J'ai dit "Non, ne t'inquiète pas, je vais me débrouiller". Mon frère était là, et il m'a dit "Non mais ça va pas ? Elle vient de dire qu'elle s'occupe du repas. Tu dis "oui, merci", c'est tout ! Comment tu crois qu'on a déménagé, nous ? Tu crois qu'on a cuisiné ?"

Alors j'ai dit "oui, merci".

nana51.
Abonné

merci pour vos précieux conseils, comme pour la rpc, je suis convaincue qu'il me faut de l'entrainement .

izabelle
Animatrice forum

oui il faut de l'entrainement

"le piège du bonheur" est en effet le livre où la déusion est la mieux expliquée

nana51.
Abonné

je viens de le commander, avec le férié pas avant samedi, je relis ton post, yzabelle , mais pour le moment c'est plutôt obscur, autant je me suis glissé comme un gant dans l'univers de la rpc , autant la défusion ne me parle pas du tout , comme vous dîtes....

cilou_cile.
Abonné

Si tu es adepte de la RPC, la défusion, avec un peu de pratique, ne devrait pas te poser de problème.

Le livre donne plusieurs techniques et des exemples. Tu en trouveras peut être des plus adaptés pour toi et tu pourras commencer par un petit truc pour comprendre comment cela fonctionne.smiley

nana51.
Abonné

merci cilou-cile pour tes encouragements smiley

izabelle
Animatrice forum

la défusion c'est surtout pour les ressentis-pensées-histoires-souvenirs (échec, nullité, abandon, rejet)

et la RPC plutôt pour les émotions plus "'émotionnelles", celles qui ont des manifestations physiques (peur, angoisse, colère, tristesse, stress)

pour ma part, une fois que j'arrivais à accueillir les secondes avec la RPC, il me restait beaucoup d'EME dues à ma lutte contre les premières,  absolulment pas physiques, mais plus mentales, plus liés à des histoires.   C'est là où la défusion est intéressante

ensuite, ça dépend des personnes aussi,  peut-être bien que tu n'es pas menée en bateau par toutes les histoires que ta pensée réactivent sans cesse.....

je pense que ça dépend des tempéraments

nana51.
Abonné
Je rentre dans les deux catégories.
izabelle
Animatrice forum

oui, comme la plupart des gens,  du coup,  on peut utiliser les deux méthodes pour accueillir au mieux nos ressentis, qu'ils soient pleinement émotionnels   ou plus de l'ordre de la pensée

d'aillleurs les deux se mélangent...  hier j'avais des angoisses fortes et puis je me suis aperçue que c'était lié à des souvenirs

nana51.
Abonné
Merci yyzabell j espère. Trouver des outils .
cilou_cile.
Abonné

Moi, j'utilise la RPC également pour observer mes pensées.

Dans mon enregistrement de 30 minutes, il y a une part d'observation du ressenti corporel, de la respiration, des sons, des pensées et des émotions. Et je dois dire que c'est assez puissant: assise au bord de la rivière, voir passer ses pensées écrites sur des feuilles, qui disparaissent en aval...le tout sans jugement. Revenir s'assoir au bord, quand on s'est laissé enporté par un train de pensées, au milieu de la rivère. Puis toujours revenir à la respiration.

ça m'aide beaucoupsmiley même si ça fait un peu "new age" écrit comme ça! wink

nana51.
Abonné

cilou_cile, j'aime beaucoup la RPC, depuis mon inscription je pratique, je me recentre je me recentre, vraiment cela m'aide

j'ai téléchargé presque tous les exo de line.smiley

ceux que j'affectionne: la respiration en situation incorfortable, celle qui me sert le plus la marche méditative, les étirements, 

en journée des pauses de 3mn de respi sur mon phone dans les wc.blush

izabelle
Animatrice forum

oui cilou, moi l'exo de la rivière je ne peux pas.... ça me rend  craaaaazy

dès que je le fais, j'ai l'impression de devenir dingue parce que j'ai des millions de pensées à la seconde....

par moments, ça a presque pu me donner des crises d'angoisse, un tel foisenement de pensées, alors j'y vais mollo......

il est aussi dans les livres de l'ACT  (qui utilise la PC également)

j'aime beaucoup la PC du site  qui dure 30 minutes.... pas le temps ou le courage, mais y'a longtemps je l'avais faite et c'était de loin ma préférée

nana51.
Abonné

je suis donc , dans la lecture du livre de russ harris "le piège du bonheur"

pour le moment je dois noter tous mes stratagèmes que j'emploie pour éviter, de souffrir de me confronter etc etc

c'est fou l'énergie que je dépense à tout ces trucs

le livre me recommande de faire une pause de quelsques jours et de noter

je m'y atelle

et déjà je suis les précieux conseils d'yzabelle, même si c'est très dur pour moi , pour le moment .

EleanorRigby.
Abonné

Bonjour tout le monde,

 

J'ai relu ce post hier soir et j'ai craqué : j'ai commandé "Les relations, source de croissance" de Hal et Sidra Stone !

Merci Izabelle pour tes conseils niveau lecture ! Je n'ai pas été déçue par "Le piège du bonheur", je suis convaincue que j'apprendrai à nouveau beaucoup de celui-ci !

izabelle
Animatrice forum

bravo nathalie, tu as bien raison de faire les exercices du bouquin, il insiste beaucoup sur la pratique et oui, c'est essentiel, de VIVRE les choses

Eleanor j'espère que tu aimeras ce livre qui est ancien, mais pour moi une bible relationnelle

je m'en suis toujours servie avec beaucoup beaucoup de succès

EleanorRigby.
Abonné

Est-ce indiscret de te demander ce que tu fais dans la vie ?

Tu l'utilises aussi au niveau perso ?

izabelle
Animatrice forum

je suis psy, alors je l'utilise aussi au niveau pro  (mais peu, car je suis surtout des enfants en fait, et ça c'est surtout utile pour les adultes)

et pour moi, alors là je l'ai utilisé à outrance....   pour mes copines aussi, c'était assez sidérant les effets de ce genre d'approche

EleanorRigby.
Abonné

J'ai vraiment hâte !!!!

mangerzen.
Abonné

Bonjour à toutes

j'ai une question pour Izabelle. Je suis entrain de lire Le piège du bonheur et les techniques de défusion.

Dans le bouquin Ruth Harris explique la défusion à partir  des images ou des pensées que nous générons nous mêmes mais pas des paroles ou actes qui sont proférés par notre entourage, qu'on se repasse en boucle  et qui nous empoisonnent autant l'existence.

Je ne sais pas si je suis bien claire, en  tout cas merci de prendre le temps de me lire.

mangerzen.
Abonné

oupss, Russ Harris bien sur smiley

Pascaline.
Abonné

J'ai recu le bouquin (en Anglais) la semaine derniere mais mon cheri me l'a pique ;).

J'ai achete aussi electroniquement le magazine Psychologie hors serie.

Suis contente

Xx

izabelle
Animatrice forum

eh mangerzen l'important est ce qui t'empoisonnent l'existence, de toute façon

que ça vienne d'un "conditionnement" extérieur ou que ça soit généré par nous, peu importe

du moment que ça te touche, c'est que l'histoire en question te touche

par exemple moi si qq'un passe son temps à me dire que je ne réussirais jamais dans le monde du spectacle, eh bien je m'en fiche totalement bien sûr, car oui je le sais, et comme cela ne me touche en aucune manière, cela ne me "fait" rien

par contre si on passe mon temps à me faire comprendre que je fais mal ce que je fais, ce à quoi je me consacre, là ça va me toucher, ça va réveiller en moi l'histoire de la fille "à la valeur non reconnue"

ce sont les histoires qui te touchent qui peuvent bénéficier de la défusion, et cela indépendamment que tes proches ou d'autres les activent ou non

il y a des gens très fort  pour "activer" les histoires qui nous font quelque chose, mais justement dans ce cas la défusion est très utile, car à partir du moment  où avoir cette histoire en tête n'est plus vraiment un problème pour nous, eh bien la personne ne tire plus rien du fait de l'activer en nous

à mon tour je ne sais pas si c'est clair

exemple :  je sais qu'untel  part  "au quart de tour"  quand je réveille en lui telle histoire, à ce moment là il est vulnérable, émotionnel, bref  sous ma coupe

si je veux avoir un peu d'ascendant sur elle, c'est tout naturellement, quand je me sens mal, que je vais appuyer là où ça fait mal pour l'autre personne,  pour me remonter moi-même comme un effet de levier

enfin je dis  "moi"  mais personnellement je ne fais pas ça   ;-)

 

si la personne est consciente que l'histoire de  "la nulle" par exemple est une histoire difficile pour elle, mais que ce n'est qu'une histoire, quand qq'un essaie de lui "activer"  avec par ex des insinuations pénibles,  eh bien  elle est simplement consciente, mais elle ne "rentre" pas dans ce jeu psychologique

donc la défusion est tout à fait utile dans le genre de cas que tu décris

mangerzen.
Abonné

Merci beaucoup pour ta réponse Izabelle.

si, si tu es très claire et tu me remets bien les choses en place

je retourne à la lecture du bouquin  smiley

merci encore

nana51.
Abonné

[quote=izabell

par contre si on passe mon temps à me faire comprendre que je fais mal ce que je fais, ce à quoi je me consacre, là ça va me toucher, ça va réveiller en moi l'histoire de la fille "à la valeur non reconnue"

ce sont les histoires qui te touchent qui peuvent bénéficier de la défusion, et cela indépendamment que tes proches ou d'autres les activent ou non

il y a des gens très fort  pour "activer" les histoires qui nous font quelque chose, mais justement dans ce cas la défusion est très utile, car à partir du moment  où avoir cette histoire en tête n'est plus vraiment un problème pour nous, eh bien la personne ne tire plus rien du fait de l'activer en nous

à mon tour je ne sais pas si c'est clair

exemple :  je sais qu'untel  part  "au quart de tour"  quand je réveille en lui telle histoire, à ce moment là il est vulnérable, émotionnel, bref  sous ma coupe

si je veux avoir un peu d'ascendant sur elle, c'est tout naturellement, quand je me sens mal, que je vais appuyer là où ça fait mal pour l'autre personne,  pour me remonter moi-même comme un effet de levier

enfin je dis  "moi"  mais personnellement je ne fais pas ça   ;-)

 

merci yzabelle pour toutes ces précisions, 

comme mangerzen , je suis en pleine lecture du livre de russ harris

je lis lentement , je veux bien en comprendre les préceptes et les exercices;

pas plus tard que jeudi, je suis "tombée" une fois de plus dans ce que tu expliques cette fameuse histoire de la fille aux valeurs non reconnue, malgré mes recommandations internes qui me disaient " n'y va pas , c'est un piège , laisse couler ..", comme un andouille j'ai foncé  tête baissée, et la personne qui a déclenché le clash, m'a menée quasi où elle voulait, 

 à savoir que le ton est monté, comme une idiote , je rétorquais point par point ces récriminations fallacieuses, 

alors qu'elle ne voulait qu'une chose ! entrer en conflit !

pour en finir , je suis allée me calmer plusieurs minutes hors du service, le reste de la journée s'est passé sans encombre.

hier matin , au travail , je discutais tranquillement avec un collègue , elle nous a coupé la parole , en disant des propos acerbes et sentencieux à mon endroit, je l'ai regardé tranquillement quelques secondes, je me suis retournée vers mon collègue et j'ai repris le fil de la conversation , elle a recommencé, j'ai refais la mm réaction , du coup , elle est sortie de la pièce, sur ce coup là, elle n'a eu aucune prise sur moi, ensuite je me suis remerciée de mon attitude.

merci yzabelle de nous aider.

bisous.

nana51.
Abonné

[quote=nana51]

[quote=izabell

par contre si on passe mon temps à me faire comprendre que je fais mal ce que je fais, ce à quoi je me consacre, là ça va me toucher, ça va réveiller en moi l'histoire de la fille "à la valeur non reconnue"

 

hier matin , au travail , je discutais tranquillement avec un collègue , elle nous a coupé la parole , en disant des propos acerbes et sentencieux à mon endroit, je l'ai regardé tranquillement quelques secondes, je me suis retournée vers mon collègue et j'ai repris le fil de la conversation , elle a recommencé, j'ai refais la mm réaction , du coup , elle est sortie de la pièce, sur ce coup là, elle n'a eu aucune prise sur moi, ensuite je me suis remerciée de mon attitude.

merci yzabelle de nous aider.

bisous.

[/quote

juste pour revenir sur l'intrevention de cette collègue, je parlais avec un autre collègue de l'actualité lue  dans les journaux , et façon innapropriée elle est arrivée en disant " ha, mais il ne faut pas faire des jugements , etc etc ", cela n'avait bien entendu rien à voir avec le contenu de ma conversation .je dirais presque "lol!"

izabelle
Animatrice forum

eh bien oui, bravo NAthalie

la première fois, cette personne t'a activé cette histoire-là, en toi, de l'incomprise ou non-reconnue

et comme tu t'es mise en lutte contre ce sentiment,  qui est très très désagréable, tu es rentrée dans son jeu

pas grave, mais bien sûr ensuite tu ne te sens pas très bien  parce qu'en plus ça renforce encore plus l'importance de cette histoire dans ta tête

s'il faut déployer tant d'énergie pour la combattre, c'est que c'est qqchse  "d'important"

 

alors que la seconde fois,  en ayant conscience que c'était cette histoire-là qui était sur le point de s'activer, mais ne cherchant plus à la combattre,  tu as pu lui accorder beaucoup moins d'importance, ce qui est excellent!!!!

tu as eu conscience de ce jeu là, de ton ressenti, puis tu as recentré ton attention sur le présent (la conversation avec l'autre collègue)

c'est super car cela permet, peu à peu,  que cette histoire là,  qui reste bien sûr désagréable, s'active de moins en moins, c'est de moins en moins important

et ça tombe bien parce qu'il y aura toujours des moments dans la vie où on se sentira non reconnus alors si on les tolère mieux ça passe plus vite et on continue à agir selon nos valeurs, donc se sentir bien!

nana51.
Abonné

merci izabelle pour tes encouragements et la façon dont tu peux éclairer mes progressions , cela m'apporte beaucoup , et je m'en sers au quotidien.

Nanou84.
Abonné

Merci Isabelle pour ce fil que je ne découvre qu'aujourd'hui ! j'ai fait plein de copier-coller pour reprendre toutes les histoires de chacunes dans lesquelles je me reconnaissais. Je sens que la défusion va vraiment m'aider. Par contre, la RPC a du mal à me sortir de mes émotions tristes encore pour l'instant.

Je me souviens qu'enfant, j'étais souvent triste, sans savoir pourquoi ou parfois, l'arrêt d'un jeu avec les copines, le départ d'amis, la fin d'une superbe ballade, par exemple...comment combattre cela ? bien sûr cela me déclenche des EME

izabelle
Animatrice forum

justement l'important est d'arrêter de combattre le désagréable, tous les inconforts émotionnels

ils font simplement partie de la vie, et en les combattant,  on leur donne une importance démesurée, comme s'ils ne "devaient" pas exister

or la vie est faite de moments agréables et désagréables, et quand on arrête de lutter contre le désagréable,  on finit par le remettre à sa place : pas si grave, pas si important, naturel, quelque fois utile

les émotions désagréables sont fort utiles

la défusion aide à arrêter de lutter contre des choses qu'il faut simplement laisser être

Pattie.
Ancien abonné

J'ai eu un moment, fin juillet, quand j'ai préparé mon nouveau parcours d'orthographe, où je me suis régalée à travailler un peu tous les matins. Et puis tout d'un coup j'ai buté, j'ai angoissé, j'ai travaillé davantage à la recherche du plaisir du début, et puis je me suis dit que j'allais me surmener pendant les vacances, et pour un résultat pas bon, alors, j'ai arrêté. J'ai du mal à ressentir cette excitation à travailler ma classe, parce qu'elle débouche souvent sur cette angoisse et cette dépréciation, ou bien sur une grosse fatigue de surmenage et donc de la dépréciation.

Cet après-midi, j'ai lu un chapitre de "Le piège du bonheur", où Russ Harris parle de son histoire de l'incompétent, et le syndrome de l'imposteur. Ca m'a fait le même effet que quand j'ai entendu parler de l'hyperempathie : « WOW ! Y a pas que moi ! Y en a d'autres, y a même des gens qui ont travaillé sur ça ! »

Du coup, je me dis que moi aussi, quand j'ai commencé à travailler avec plaisir un peu tous les jours, et que mon angoisse s'est réveillée, c'était juste une histoire (très familière !).

Rien que l'idée de défusionner, ça m'a paru incongru. Pour Russ Harris, il est évident que cette histoire n'est qu'une histoire. Mais moi non, moi c'est vrai, je SUIS incompétente. D'ailleurs, on va bientôt certainement découvrir mon imposture. L'année dernière, l'inspectrice ne l'a pas découvert, mais c'est parce qu'elle a vu l'écran de fumée que j'ai su envoyer au bon moment.

C'est une pensée complètement inutile. Elle a un pouvoir énorme sur moi, elle m'arrête de travailler dans le sens que je veux et me fait me replier vers un enseignement qui me convient moins.

Russ Harris dit un peu plus loin que si on ne peut pas défusionner d'une pensée inutile, on peut toujours essayer d'observer qu'on fusionne avec cette pensée.

Ensuite, il y a un chapitre où il semble parler de la pleine conscience (le moi pensant et le moi observateur), mais j'ai suspendu ma lecture. Le fait d'observer qu'on fusionne, c'est un premier pas vers la défusion, je suppose, puisque la différence qu'il fait entre les deux moi, ça ressemble à la pleine conscience. Observer, ça, je crois que je peux le faire.

Ce soir, j'ai pensé à Coluche. Dans un sketch, il dit « Le mec, il nous vendait de l'intelligence, il avait pas un échantillon sur lui ! ».

C'est l'histoire de la nana qui n'a pas un échantillon sur elle !

Et si j'y pense encore ce soir, c'est que je fusionne drôlement souvent avec cette histoire ! Peut-être même que je fusionne un peu en continu, en sourdine, comme un bruit de fond qu'on finit par ne plus vraiment entendre.

Je vais essayer de faire l'exercice que Russ Harris propose, finalement. Peut-être pas défusionner avec les techniques qu'il propose (je suis la nana qui n'a pas un échantillon sur elle, je ne vais jamais réussir !), mais au moins de repérer le plus souvent possible que je fusionne. Là, par exemple, je me relis, et j'ai ajouté la parenthèse qui précède !

ladyl56.
Abonné

alors là Pattie je suis scotchée ! je lis toutes tes interventions avec intérêt et je me suis fait l'image d'une personne très compétente justement, c'est le premier qualificatif qui me viens à l'esprit. Donc ce billet m'interpelle et il faut que tu trouves le "boutonenlightened" pour arrêter de te faire du mal. kiss

capuccino
Marraine

Bonjour Pattie,

Ne lâche rien, tu es sur le bon chemin. Tu as repéré ton schéma de fonctionnement, ta pensée automatique majeure et tu en connais même le titre. Quand une bonne partie de sa vie a été (mal)menée par ce genre de pensé automatique, on n'en sort pas comme ça, il faut du temps, de l'attention et de la pratique.

Aurais-tu la possibilité d'aller vers un petit tour par-là ?

300gp.ovh.net

 

Tu y trouveras peut-être l'aide dont tu as besoin.

Bon courage

cilou_cile.
Abonné

[quote=capuccino]

Quand une bonne partie de sa vie a été (mal)menée par ce genre de pensé automatique, on n'en sort pas comme ça, il faut du temps, de l'attention et de la pratique.

[/quote]

Je confirme. Comme toi, Pattie, au début, malgré mes lectures et ma pratique, somme toute assez intellectuelle au début, de la défusion, je ne pouvais pas envisager que toutes ces pensées ne soient que des histoires. Aujourd'hui, après plusieurs mois, ça commence à devenir plus ou moins automatique. Que ce soit l'histoire de l'incompétente comme l'histoire de l'hyper compétente, d'ailleurs...smiley

Il y a certaines pensées qui résistent, je n'arrive vraiment pas à les voir uniquement comme des histoires, je ne peux pas arriver à les mettre en doute. Mais il y en a d'autres avec lesquelles la défusion est finalement plus facile et ça vient petit à petit....

Pattie.
Ancien abonné

Oui, tout à fait Cilou-cile ! J'arrive parfois, sur certains points, à combattre l'histoire de l'incompétence avec celle de l'hyper compétence. Quand on me fait des compliments, ça me donne un regain d'énergie pour terrasser l'histoire de l'incompétente, me permettre d'avancer dans le sens que je veux. Mais comme c'est de la lutte, l'histoire de l'incompétente revient au galop pour terrasser à son tour son contraire.

Capuccino, ton lien m'amène sur la page d' une sorte d'hébergeur, si j'ai bien compris.

ladyl56.
Abonné

j'en déduis que tu enseignes ! quel retour as-tu de tes enseignés  (et de leurs parents le cas échéant) ? parce que quand même ça doit aider à se sentir compétente. J'étais EJE et  c'est le seul  domaine de ma vie où je pense avoir réussi. Il faut dire que ma dernière directrice a été très efficace car elle manageait par le harcèlement moral, poussant vers la sortie tout le personnel qu'elle n'avait pas embauché ; avec moi elle a obtenu tout le contraire ;  plus elle essayait de me discréditer plus elle renforçait  ma confiance en moi.

Je ne souhaite cela à personne car certaines ont failli finir en HP mais qqfois le résultat est surprenant quand la personnalité s'y prête. Je te souhaite sincèrement de trouver une solution.

capuccino
Marraine

Pattie, je ne suis vraiment pas douée en informatique. Je souhaitais d'envoyer vers le site "ACT thérapie d'acceptation et d'engagement". Ce site explique ce qu'est l'ACT et tu y trouveras de nombreux outils dont tu peux te servir. Tu y trouveras également des adresses de thérapeutes.

ladyl56.
Abonné

mais si, tu es douée en informatique car avec ton lien j'ai trouvé le site et je l'ai mis en favoris

capuccino
Marraine

Super alors si vous arrivez au bon endroit, c'est l'essentiel...

Pattie.
Ancien abonné

Merci Capuccino ! Je vais y faire un tour, oui. Je découvre l'ACT, et la partie "engagement" m'inquiète assez. C'est bien le signe que je dois gratter là.

LadyL, non, ça va, j'ai de bons retours. Je ne suis pas l'instit du siècle, mais je suis l'instit de ma classe. J'ai aussi eu des retours super négatifs et super positifs. J'ai pu défusionner assez facilement des retours un peu trop enthousiastes :-) Depuis peu (depuis LC, en fait) je m'autorise à avoir un regard personnel "averti" sur ma pratique, et je n'en suis pas mécontente. Je vois que j'évolue dans un sens qui me plaît. Mais pour continuer ou pour évoluer encore, je me retrouve à lutter contre cette pensée.

C'est une pensée qui n'a pas de fondements, récurrente depuis très très très longtemps, avant même d'enseigner (d'ailleurs, j'ai mis beaucoup de temps à m'autoriser à enseigner en primaire, je voyais un psy l'année où j'ai réussi mon concours, et ça n'est pas anodin si je l'ai réussi à l'issue d'une année de travail avec lui). Ca concerne énormément de champs de la vie, pas seulement le champ professionnel. Mais là, ça prend plus d'écho parce que ça touche les personnes que j'ai en responsabilité. Beaucoup plus culpabilisant de me dire "J'enseigne les sciences, j'ai pas un échantillons d'esprit scientifique sur moi" que de me dire "Je veux faire des cookies, je n'ai pas un échantillon de fibre culinaire sur moi".

cilou_cile.
Abonné

Pour illustrer l'histoire de l'incompétente et de l'hyper compétente, j'aime bien me souvenir de la phrase tirée du poème "If" de R. Kipling:

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front

Comme quoi ces pensées automatiques sont assez universelles et intemporelles...smiley

Pattie.
Ancien abonné

Oui, j'ai été assez épatée en lisant les citations dans "Méditer jour après jour". Les références à la pleine conscience (délibérées ou pas) sont fréquentes dans la littérature.

J'ai trouvé le site que tu avais mis en lien, Capuccino ! Le lien était incomplet pour moi : //300gp.ovh.net/~actfranc/ACT/

Merci, il a l'air très riche !

Nanou84.
Abonné

Waouh, merci Cilou_Cile, pas anondin de relire le poeme de R. KIPLING en ce moment, les larmes me sont montées aux yeux...y a de l'écho...

Bon ça a été écrit au 19ème siècle, ou il fallait être stoïque, mais quand même, à la lecture d'aujourd'hui on comprend qu'il faut accepter ses sentiments et ses pensées, ça va bien avec ce que je vis en ce moment. Encore merci !

cilou_cile.
Abonné

De rien! smiley

izabelle
Animatrice forum

[quote=Pattie]

Et si j'y pense encore ce soir, c'est que je fusionne drôlement souvent avec cette histoire ! Peut-être même que je fusionne un peu en continu, en sourdine, comme un bruit de fond qu'on finit par ne plus vraiment entendre.

[/quote]

eh bien oui !!!

moi aussi je l'ai le syndrome de l'imposteur, hein....

pourtant je sais avec ma tête que j'ai certaines qualités et compétences mais je connais aussi par coeur mes défauts et mes insuffisances donc qq part on a cette idée que c'est notre coté incompétent qui va être exposé sur la place publique et que notre ego sera définitivement anéanti après avoir passé tant de temps à le raccommoder avec du scotch  wink

 

pour ma part je ne pratique pas trop de "techniques" de défusion  comme je les ai décrites ci-dessus

je me contente  de "repérer l'histoire"

à partir du moment où tu la repères, tu ne peux être fusionnée, donc en qq sorte c'est impossible de ne pas réussir à défusionner

même si tu crois que cette histoire est vraie, à partir du moment où tu as conscience de quoi il s'agit et que c'st une histoire, tu n'es plus fusionnée

ensuite c'est surtout une question d'importance

pour moi, il y a encore un an, même si je repérais l'histoire de l'incompétente, c'était encore super important, faut que personne ne voit, etc.......

aujourd'hui je m'aperçois que c'est de moins en moins important, plus de scrupule à rater une recette, me tromper, etc.....   patauger dans un suivi  (en plus c'est très utile pour mon travail de pouvoir me rendre compte de ça)

donc ça prend de moins en moins d'importance

mais elle est là, au garde à vous, preête à s'activer dès que quelqu'un pourrait remettre en cause mon travail  (et mon chéri qui a des antennes s'en fait une spécialité en général, ce qui me permet de le travailler très souvent !!!! laugh)

 

 

pour te dire, je ne repère pas toujours mes "histoires"

par contre ce qui me permet de savoir que je suis "en lutte"   et donc en fusion totale avec une histoire que j'essaie de combattre c'est :

- quand je rale

- quand j'ai des EME

 

les EME sont devenus mes bons toutous de garde.....  quand elles sont là, je sais déjà qu'il y a un truc à l'intérieur qui prend toute la place

c'est alors le moment d'en prendre conscience

izabelle
Animatrice forum

[quote=Pattie]

J'arrive parfois, sur certains points, à combattre l'histoire de l'incompétence avec celle de l'hyper compétence. Quand on me fait des compliments, ça me donne un regain d'énergie pour terrasser l'histoire de l'incompétente, me permettre d'avancer dans le sens que je veux. Mais comme c'est de la lutte, l'histoire de l'incompétente revient au galop pour terrasser à son tour son contraire.

[/quote]

mais voilà ma belle!!!

faut arrêter de vouloir terrasser cette histoire!!!!

tu ne fais que la renforcer:!!!!!!!

abandonner la lutte c'est la seule façon de gagner

 

tu n'as pas besoin d'anéantir l'histoire de l'incompétente pour avancer dans le sens que tu veux

mais tu peux avancer où tu veux  en ne tenant pas compte de cette histoire, qui est une vieille connaissance, une vieille rengaine, simplement

toutes les techniques de défusion ne visent qu'à ça  :  ne pas combattre, ne pas rassurer

bien sûr que l'histoire de la "compétente" est plus agréable, mais ça reste une histoire

moi quand on me porte aux nues,  je prends conscience que c'est agréable mais ce n'est qu'une histoire

c'est plus agréable que l'autre, mais ça reste une histoire

 

rien de tout ça est "vrai"  ou pas vrai

tout ça, ce sont des histoires

qui passent en nous

mais qui ne sont pas nous

certaines sont agréables et nous font nous sentir bien

certaines sont désagréables mais sont aussi des petites épines qui nous piquent pour aller dans une direction

 

NE PAS COMBATTRE SES HISTOIRES est la seule façon de faire

quand je me sens nulle, incompétente,   je ne fais pas la liste de mes qualités, ça ne sert qu'à renforcer l'importance et la fusion avec toutes ces histoires

je prends simplement conscience de l'histoire, du film  et je n'en tiens pas compte

à ma fille de 10 ans, quand elle se sent nulle,  au lieu de lui dire  "non tu n'es pas nulle, vois comme ceci cela",   je lui fais imaginer qu'elle est un gros zéro qui marche avec des bottes dernier cri et un blouson à la mode

ça la fait mourrir de rire et elle sait déjà que ces histoires ne sont pas à combattre  car elles sont humaines, pour certaines personnes elles reviennent souvent  (et généralement c'est pour les moins nulles d'entre ces personnes), et que c'est comme ça, mais que ce n'est pas grave car ce n'est qu'une histoire

Haut de page 
X