Aller au contenu principal
Accueil forum       Retour à liste des sujets

Un vrai petit écureuil

Maigrir sans régimes : La méthode Linecoaching La démarche Linecoaching: comment changer en profondeur
10 Sep 2015 à 15h

Bonjour,

je me permets de venir vers vous car je suis confrontée à un problème dont je n'ai jamais entendu parler, ni ici ni ailleurs.

Je fais le petit écureuil, en stockant de la nourriture que je mange quand je compulse. Mais pas de la nourriture que j'achète au magasin, non, de la nourriture que j'ai à disposition gratuitement, par exemple au travail quand on reçoit des plaques de chocolat, des paquets de biscuits. Je n'en mange pas vraiment en dehors des crises et savoir que mes collègues vont tout manger me rend complètement folle. Du coup je prends et stock chez moi.

Pouvez-vous m'aider en me donnant des pistes pour arrêter cela ? Car ces aliments je pourrais aller les acheter au magasin, et j'ai beau essayer de me raisonner, impossible. Il m'est même arrivé de retourner au travail en pleine nuit car avoir laissé ce dont je voulais prendre me rendait totalement malade.

Merci d'avance pour votre aide

Pititbout17

Voir le dernier message

27 commentaires

Fred73, tu as tout compris, je prenais l'EME-ZEN pour un outil qui m'empêchait de manger, et plus on m'interdit.... Je redoute vraiment de me retrouver à nouveau à cette étape.

Redgine's Cocktail, ton idée me plait, mais si je commence à manger un carré, une ligne, une plaque de chocoat, tout ce que j'ai chez moi va ensuite y passer. J'ai vraiment de GROSSES crises d'hyperphagie :( Comme dit Lua Nova, je ne trouve plus d'apaisement avec peu de nourriture, du coup c'est toujours plus, le tout ou rien. Et vu tous les aliments que je stock, la quantité ingurgitée est énorme :(

Colombie, ton commentaire m'a beaucoup fait réfléchir. En fait moi aussi j'achète toujours plus que nécessaire, au point des fois à avoir de la peine à tout ranger dans le frigo. Je crois que c'est parce que je ne sais pas décider de ce que je veux sur les produits que j'aime (et là je parle des aliments "sains"), et du coup je prends tout. Par contre je suis incapable de jeter, du coup je me force à manger pour ne pas jeter, ce qui me fait aussi manger plus que nécessaire. 

Je me suis rendue compte aujourd'hui, en remplissant ma boite à douceurs (ou plutôt à enfer devrais-je dire), qu'en fait je prévois à l'avance mes crises d'hyperphagie. Je mets de côté en me disant "comme ça j'ai pour ce week-end". Parce que je sais que ce week-end je vais compulser. 

Et en écrivant cela je me dis que ma relation avec la nourriture est tellement désastreuse, maladive, que suivre ce programme ne va certainement pas m'aider. J'ai l'impression d'être tellement dans une situation sans issue, de ne pas être à ma place...

Oh Pitibout, ne sois pas si dure avec toi même.

Tu es au meilleur endroit pour commencer à jeter un autre regard sur ton comportement alimentaire. Aborder les compulsions d'une autre façon que la menace de restrition qui va créer une nouvelle EME.

Peut être qu'il te faudra un suivi plus regulier avec les coaches, ou une dietéticienne formée par la méthode "Gros", ou encore une psychothérapie avec quelqu'un qui connaisse bien les problèmes alimentaires.

N'hésites pas à venir raconter comment ça se passe pour toi!

Courage,

Merci Lua Nova, 

je sais, je suis toujours très dure avec moi.

Malheureusement je ne crois pas qu'en Suisse il y ait des diététiciennes formées par la méthode "Gros", et je vois un psychiatre suite à une dépression.

Tu as raison, je devrais faire un message au coach, mais j'ai pris la fonction avec les appels téléphoniques. Si j'ai mis un message ici c'est parce que j'espérais une réponse de nos très chers docteurs, mais déjà grâce à vous je me suis rendue compte de beaucoup de choses... Donc merci !

Bonjour, Je fais le petit écureuil mais d'une façon différente.

Quand je suis en groupe, je mange sur place en étant raisonnable sur les sucreries et chocolat.

Mais je stocke le fromage. diveres diététiciennes m'ont dit une portion par jour, mais je n'arrive pas ou très rarement même avec LC. je mange souven les morceaux achetés au cours de la première soirée, et parfois, je finis celui  que j'avais commencé avec sérieux un autre soir.

Et je stocke légume, fruits, viandes et poissons... dans placard, frigo et congélo au point de devoir parfois jeter le frais plus très frais. Je stocke au départ pour avoir sous la main mais je rachète sans avoir vider ou me force à vider pour ne pas jeter. Tout est plein alors que je vis seule.

Il y a des moments où cela est moins important mais c'est souvent ainsi.

Et quand je craque, c'est sur une patisserie en allant faire des courses, une seule mai sriche que je mange au retour, avec moins de frénésie depuis début chez LC.

Non, tu n'est pas toute seule!

Je pense que nous sommes plusieurs à avoir un rapport difficile à la nourriture, une espèce de "peur de manquer", peur de la prochaine famine (du prochain régime?) peur d'être privées de toutes ces bonnes choses.

Je m'habitue à avoir du chocolat blanc chez moi, toujours avec cette idée: je peux y revenir après. C'est là dans le tiroir, les magasins en sont pleins.

Continue ton programme petit à petit, parles en à un coach. Rassures toi, tu as le droit de manger. Même pour t'apaiser. Ce qui n'est pas normal c'est de ne pas trouver apaisement avec la nourriture (et du coup avoir besoin de plus). Le programme te l'apprendra avec plusieurs exercices.

Courage!

et si tu allais acheter une tablette de ton choix dans un magasin, et que tu t'autorises à la manger en entier, confortablement installée chez toi ?

celle-ci serait rien qu'à toi, que pour toi, spéciale ?

et tu ne mangerais que celle là, tu garderais les autres juste pour savoir qu'elles sont là pour te rassurer, au cas où, parce qu'en fait elles ne sont pas à toi ?

tu as peut-être besoin que l'on te dise, OK, mange toute une tablette, même tous les soirs si c'est cela qui te permets de ne pas angoisser ?

 

des pistes, bon courage et bonne continuation

suis-je la seule à trouver ça bizarre qu'au travail il y ait des paquets de gateau et de plaques de chocolat dans une quantité qui semble très importantes

je trouve vraiment étrange et dysfonctionnels ce genre de pratique, en général  cela "signe" des défaillances institutionnelles,  comme si il était institutionnalisé qu'il faille  "réconforter" les personnes pratiquant ce travail

du coup c'est presque une injonction à laquelle tu réponds

 

pour ma part, une seule fois un patient m'a offert une boite de chocolat  (bon j'étais quand même contente)

mais je trouve que quand les sucreries coulent à flot dans un service, c'est qu'il y a plus ou moins un truc qui tente d'être anesthésié institutionnellemnt et ça pose question

Izabelle, je travaille dans un lieu où on accueuille des enfants et on reçoit encore plus que ce que tu peux imaginer ! Et mes chers collègues adorent se servir et au lieu de garder vers eux ils mettent à disposition de tous, où tout le monde y est confronté toute la journée, à côté de la photocopieuse :( J'ai déjà proposé que si quelqu'un veut quelque chose il le garde vers lui... ça a été pire !

ce sont les enfants qui apportent?

 

parce que moi aussi je reçois des enfants et personne ne m'apporte ni chocolat ni gateau  (enfin sauf une fois donc, pour Noel et j'avoue j'étais bien contente)

 

ce que je me demande c'est qui donne toute cette nourriture sucrée, et pour compenser quoi?

Non, c'est pour les enfants. Et mes collègues qui n'ont pas de problèmes avec la nourriture ne comprennent pas que des gens puissent ne pas maitriser
X