« J'ai perdu 10 kilos en 4 mois et cet apprentissage devrait être proposé à tous à l'école ! »


Annick, 64 ans, Bédoin

Pourquoi Linecoaching?
Annick:

J’ai passé ma vie d’adulte à faire des régimes. Le premier régime m’a été conseillé par mon médecin après mon premier accouchement. Je n’avais pourtant pas pris 1 gramme au cours de cette grossesse, je pesais alors 57 kilos pour 1,57m. Il a estimé que c’était un peu trop et comme les coupe-faim venaient de faire leur apparition sur le marché, il m’en a proposé. Ce fut le début de l’enfer du yoyo ! J’ai fait tous les régimes qui me tombaient sous les yeux: régime mayo, régime Hollywood, Weight Watchers, Cohen, Montignac, etc. Mon poids variait de 55 à 97 kilos.
En 2006, j’ai pris ma retraite de directrice d’école et j’ai décidé de prendre du temps pour moi et de consulter un médecin nutritionniste. En suivant ses conseils j’ai fait un rééquilibrage alimentaire qui a bien marché puisque j’ai perdu 32 kilos en 2 ans. Je suis donc redescendu à 65 kilos. Mais insidieusement les kilos ont commencé à revenir et j’ai repris 17 kilos en 6 ans.
En mars 2014, j’ai décidé d’abandonner mes responsabilités d’élue locale et dans ma tête je me suis donné 10 ans pour rajeunir. Pour cela il fallait bien sûr commencer par perdre du poids pour avoir moins mal au dos (j’ai une hernie discale) et pour limiter les risques d’accidents cardiovasculaires (j’ai trop de cholestérol et trop de sucre dans le sang). En reprenant les conseils de ma nutritionniste j’ai perdu 2 kilos en 5 mois, mais je n’étais pas très motivée et c’était difficile. Cet été, j’ai discuté avec une amie qui avait suivi votre méthode et avait perdu 15 kilos. En l’écoutant je me suis dit que la solution devait être là : traiter la relation psychique à la nourriture. J’ai commencé début septembre 2014.
J’ai fait la paix avec la nourriture, elle est devenue mon amie, alors qu’elle était mon ennemie. Je ne mange (presque) plus au-delà de ma satiété. Je sais reconnaître cette sensation. Je n’ai plus peur de manquer. Je ne mange donc plus des quantités de légumes cuits à l’eau pour me caler l’estomac. Je mange ce que j’aime, quand j’ai faim. Je crois que je suis plus zen. J’ai aussi une image plus positive de moi-même. J’en parle autour de moi, j’aimerais que tout le monde connaisse les bienfaits de la méthode Linecoaching. Je crois qu’on devrait faire ce genre d’apprentissage à l’école ! J’ai découvert le plaisir de manger à ma faim et à mon goût sans culpabiliser. Je pesais 80 kilos. Je suis aujourd’hui à 70 kilos.

En quoi cette méthode est-elle différente ?
Annick:

Toutes les méthodes que j’avais testées jusque là me disaient « Vous êtes hyperphage, ce n’est pas bien, c’est dangereux pour votre santé, il faut manger moins ! ». Et on me disait ce que je devais manger, ou plutôt ce que je ne devais pas manger, mais on ne tenait pas compte des raisons psychologiques de mon hyperphagie. Et si je n’y arrivais pas on me culpabilisait en me disant que je manquais de volonté. Que dirions-nous si on obligeait une personne claustrophobe à rester enfermée dans un ascenseur, à un vertigineux à marcher au bord d’un précipice, à un agoraphobe à se mêler à la foule en leur disant que s’ils n’y arrivent pas c’est parce qu’ils manquent de volonté ? Je pourrais multiplier les exemples. Dans notre société on respecte et on traite tous les troubles du comportement, sauf les troubles du comportement alimentaire ! Linecoaching est la seule « méthode » minceur que je connaisse qui aborde le problème de la suralimentation par son côté psychologique, qui est respectueuse des personnes hyperphages et leur propose des activités pour comprendre et surmonter leurs difficultés face à la nourriture.

Quelles sont vos impressions sur le parcours de Linecoaching ?
Annick:

J’ai pris beaucoup de plaisir à faire les activités proposées. Certaines m’ont plu plus que d’autres mais aucune ne m’a posé de problème. Chaque fois que je me pesais j’étais toute surprise de voir que ma courbe de poids descendait régulièrement alors que j’avais respecté mes envies alimentaires. J’avais l’impression que c’était magique !
J’ai suivi assez régulièrement le parcours forme. J’ai fait le niveau le plus facile. Je l’ai trouvé très doux et respectueux de mes possibilités. Aujourd’hui je fais chaque jour 2 ou 3 exercices proposés par Linecoaching et je marche au moins 30 minutes. Et quand je ne peux pas le faire, ça me manque vraiment. Je sens que je progresse et que je vais réussir le défi que je m’étais lancé en mars 2014 : 10 ans pour rajeunir !

Vos interactions avec la communauté ?
Annick:

J’ai toujours eu des réponses claires aux questions que j’ai posées aux coachs et je les remercie pour leur gentillesse et leur attention. Même si je ne les ai pas très souvent sollicités cela me faisait du bien de savoir qu’ils étaient là au cas où j’aurais besoin d’eux.
Si j’ai un conseil à donner à quelqu’un qui aurait peur de ne pas trouver le temps nécessaire pour suivre la méthode Linecoaching, ce serait : prenez 30 à 45 minutes par jour pour vous et vous serez en meilleure forme pour vous occuper des autres et de tout le reste. Vous le ferez donc mieux et plus vite. Je regrette de n’avoir pas compris cela plus tôt ! Je n’ai pas beaucoup communiqué avec les autres membres de la communauté Linecoaching car je préfère sortir, bouger et voir des vrais gens. J’ai cependant posté quelques billets sur mon blog et j’ai toujours eu de gentils commentaires.

Votre outil favori ?
Annick:

J’ai adoré remplir des carnets. C’est un guide et un soutien et étant très consciencieuse je les ai remplis avec beaucoup d’application. C’est peut-être une déformation professionnelle d’ancienne enseignante…

Votre défi préféré ?
Annick:

Ah ! Les défis ! J’ai eu beaucoup de mal à choisir ! J’aurais voulu les faire tous ! Mais il a bien fallu que je me limite sinon j’y aurais passé le plus clair de mon temps. Je crois que mon préféré c’est la dégustation en pleine conscience. J’ai toujours des petites fiches de dégustation avec moi et dès que l’occasion se présente j’en remplis une. Je le fais souvent avec mes petits-enfants. J’espère que je vais leur donner ainsi de bonnes habitudes, celles qu’on ne m’a pas données quand j’étais petite, à l’âge où tout se joue.

Par Claire de Line…
0

D'autres témoignages de même profil

Haut de page