arret du tabac et se reconcilier avec la nourriture - 01062013

mcg63.
Abonné
Bonjour à tous j'ouvre ce post pour lancer une discussion sur le sujet. Cela fait huit mois que j'ai rayé la cigarettes de ma vie car cette dépendance me gênait. Et voila que je m'inscris sir LC pour gerer également ma dependance à la bouffe ou plutot faire la paix avec. Quand on sait que j' ai commencé à fumer pour arreter de manger et maigrir il y a plus de 25 ans ça fait réfléchir ? J'ai besoin de partager cette expérience avec vous, a vos plumes, au plaisir de vous lire. Marie

Commentaires

Käess.
Abonné

Salut Marie,

Ah le tabac. Il faudrait que j'arrête, ça me noue le ventre, mais pour ça il me faut progeresser en RPC. Je pense que c'est le même souci que la nourriture on fume pour noyer des émotions. Moi c'est pour me calmer et j'ai récemment arrêté de fumer par solitude. 

J'aimerais bien lire des témoignages d'ex-fumeurs : on est obligés de compenser ? 

Minoque.
Ancien abonné

Bonjour Marie et Käess,

Je suis une plusieurs fois ex-fumeuse, avec un arrêt de 3 ans qui m'a servi de référence longtemps car je sais comment et pourquoi j'ai repris (mort de mon père..., pensée que j'étais devenue non fumeur => autorisation de refumer genre je ne risque rien et c'est mieux que de prendre des antidépresseurs genre j'en suis pas là ;-). Et par ailleurs, oui, tous mes arrêts se sont soldés par une prise de poids progressive ou brutale, aujourd'hui je ne compte pas le temps de mon arrêt du tabac, ce doit être le même temps que toi Marie, j'ai arrêté début octobre je ne sais plus la date exacte, je n'ai plus envie de fumer et je ne refumerai plus, je le sais c'est simple pour moi de ce côté là, par contre en deux ans (deux arrêts tabac :-) j'ai pris une dizaine de kgs. Là, avec LC j'ai stabilisé mon poids qui était parti sur une courbe ascendante. Je ne peux vous parler que de mes expériences et de mon bilan et je ne me lancerai dans aucun conseil ou préconisation...  Pour résumé, je sais que l'anxiété et la dépression sont une partie de moi plus ou moins présente (car je suis aussi une personne zen, heureuse, rigolote, empathique, solide, à l'écoute.... ) qui correspond à la tabagie et à manger trop, gras et sucré en procrastinant noyée sur le canapé au milieu de mon histoire, de mes responsabilités et de mes émotions...   L'arrêt du tabac est pour moi le symbole de cette volonté de changement, de recherche d'un mieux être pour soi, mais l'arrêt du tabac n'est pas en lui même un mieux être immédiat, ainsi en arrêtant j'ai pris du poids et un gros estomac qui fait que je suis essouflée en montant vite les escaliers (ce que je ne connaissais pas avant, physiquement quand je fumais j'étais bien plus en forme, je sais c'est pas logique mais c'est du très court terme, je courrais vers le cancer c'est certain !). Bref je me concentre aujourd'hui plus du tout sur régler mon problème avec la cigarette ou mon poids mais sur regagner la confiance en moi, reprendre confiance en ma capacité à me donner une belle vie : une vie dont j'ai envie, d'arrêter d'être dans le passé et le regret, d'arrêter de penser que ce n'est pas possible, que je suis nulle, une pauvre fille ou que je n'y arriverai jamais avec en prime cette pensée: car j'ai déja tout "essayé"... A la place je mets en pratique la phrase clé de la RPC de 3' : "quoique ce soit je peux le vivre...". Ca change tout  lorsque ça raisonne vraiment en soi. Voilà, mon expérience du tabac et de LC, un changement de regard plus global, un arrêt du tabac qui a dépassé l'arrêt du tabac et la prise de poids qui suit, un travail pour s'aimer et se faire confiance, pour arrêter de remettre à demain, pour vivre bien ici et maintenant. Je le ressens et je le sais: "quoique ce soit je peux le vivre..". Bon, ça parle ou ça parle pas à tout le monde je pense que ça correspond bien à là où j'en suis avec moi :-) Bon cheminement à tou(te)s.

lorraine
Marraine

Ton post me parle Monia...."avoir une vie dont on a envie"....smiley

Mcg63, tu souhaites des expériences d'ex fumeuses, allons y...smiley

Peut être trouveras tu des similitudes avec ton parcours....

J'ai arrêté le vendredi 1er décembre 2000, j'ai fumé ma dernière blonde (je me rappelle de la marque) à 13h30, cigarette donnée par une collègue....Je ne pensais pas que ce serait la TOUTE dernière mais Si.....

Avec mon chéri nous envisagieons  une grossesse et j'ai été enceinte 4 mois après.....

A l'époque j'étais vraiment mince et j'ai compris en arrivant à LC que la cigarette me servait -aussi- de coupe faim, tel un médicament J'étais une énorme grande fumeuse. A -presque- chaque envie de sucré je fumais.

A 14h ce vendredi 1er décembre 2000, J'ai acheté d'emblée le paquet de sucettes tout à fait consciemment, je me disais ça sera dur, et tu ne peux pas jouer sur tous les tableaux....

J'ai vite pris 10 kgs en 4 mois le + de sucre//arrêt cigarette mais aussi //des émotions fortes (je vivais une belle histoire d'amour...). J'étais -déjà- une mangeuse émotionnelle qui s'ignorait.

Puis la grossesse + 15 kgs puis - 10 à l'accouchement.

Puis après j'ai fait le yoyo; je voulais maigrir alors j'ai pensé régime (aliments tabous, comptage de calories, cuisine diétiquement correcte).

En 2011, j'étais plus grosse qu'en fin de grossesse, et je n'en pouvais plus de mon anxiété, mon stress, mes ressassements moi qui étais contente et complètement en accord avec ma vie.

J'ai alors découvert LC et très vite compris que je n'étais pas du tout reliée à mes sensations corporelles, alimentaires.

Je fonctionnais quasi exclusivement en pilote automatique, la tête toujours pleine de pensées stériles auxquelles je croyais dur comme fer....

J'ai découvert aussi que j'anesthésiais mes émotions par la nourriture au lieu de les regarder de plus près....

J'espère bien que je ne fumerai plus jamais (ma plus grande victoire c'est l'arrêt cigarette), que j'arriverai à rester connectée à moi même pour ne plus manger à tort et à travers (une autre de mes victoires)....

J'ai bien compris que l'on pouvait s'occuper autrement qu'en mangeant....C'est un chouya plus compliqué que la cigarette car manger est nécessaire pour vivre, la nourriture on ne pas l'évincer définitivement....

Je dis OUI au changement, c'est possible changement de comportement alimentaire et en général....Juste pas être pressée, une marche après l'autre....

Tiens bon pour l'arrêt clope ...winkyes

aster.
Abonné

J'ai arrêté de fumer il y a presque 1 an 1/2. Les 3 permiers mois je n'ai pas du tout grossi, puis beaucoup par la suite. Dès que j'ai arrêté de fumer, je me suis mise à grignoter, souvent sans faim. Quand j'entrais ans la cuisine, j'en sortais rarement sans queque chose à manger, quelquesoit le moment de la journée, et je mangeais beaucoup pendant les repas.

Mon témoignage pourrait être le même que celui de Moni, avec les mêmss conclusions...

Bon courage et bon cheminement ;-)

mcg63.
Abonné

Merci beaucoup les filles pour votre réponse.

Cela m'encourage de vous avoir lu, je me retrouve dans chacun de vos parcours. Ayant moi aussi un reste de dépression et un comportement anxieu, je découvre après l'arrêt du tabac, cette envie constante de porter quelquechose à la bouche, bien sûr sucré, car j'ai en plus arreté de fumer en sucant des pastilles, j'ai tout le temps envie de de croquer quelque chose et cela dérive parfois sur des envies de n'importe quoi - mais là je crois que c'est nettement plus ancien - ce besoin de me remplir est un comportement que je vais essayer de combattre grace à LC.

Vous me rassurez sur le fait que LC puisse m'apporter cette aide, car c'est ce que j'attends. Je sais qu'il va falloir être patient, on ne change pas ses habitudes du jour au lendemain, mais puisque je suis dans une période de changement autant mettre cartes sur table et trier et ne garder que le bon !

Il y a une citation que j'ai envie d'écrire ici, car il ya un côté psy dans ce site, cela peut, peut-être encourager des personnes  "La dépression ne se guérie pas mais elle vous guérie"... 

Au plaisir de vous lire et de partager nos expériences avec LC 

Marie

SacripAnne.
Abonné

La dernière fois que j'ai arrêté de fumer, c'était en septembre 2011.

Et je n'ai pas recommencé depuis ! Mais, j'ai aussi pris 12 kilos. En plus de ceux avec qui je suis fâchée de longue date.

Pour moi en tout cas il y a un parallèle entre les deux démarches, dans le sens : être plus en phase avec soi, ses sensations, ses VRAIS besoins.

Je sais que pour d'autres c'est très différent.

Mais je me dis que si tu as, en tête, un peu de réflexes de RPC, d'interrogation de tes sensations, ça peut très très bien se passer, aussi.

 

Courage !

Käess.
Abonné

Je voulais vous remercier de toutes vos interventions et d'avoir ouvert ce fil. Je fume depuis 5 ans (quand même), et je n'ai jamais eu envie d'arrêter. Je faisais des pauses estivales allant d'une semaine à un mois et demi pour la dernière, pour me prouver que je pouvais vivre sans. Je reprenais toujours, on me demandait pourquoi, et je répondais que je n'avais pas envie d'arrêter. 

Et bien lundi j'ai eu envie d'arrêter. Depuis je n'ai rien fumé, mais ce n'est qu'un détail, je peux reprendre, craquer, mais j'ai eu envie d'arrêter. Donc je vais arrêter dans un futur si ce n'est pas tout de suite. Parce que je vis une période difficile et ça ne représente qu'un effort de plus, c'est dans ces périodes là que je mobilise le plus de courage. Quand c'est si difficile de se lever le matin, ce qu'on fait dans la journée est mécanique et ne demande plus autant d'efforts. 

Linecoaching, en me faisant réaliser que je mangeais pour "faire un truc rituel" me fait comprendre aussi que cette cigarette n'était rien d'autre qu'une illusion d'occupation. Allumer. Tirer. Agir. Gigoter. Je suis la reine de tortillage. Et si je prenais 10 kilos ? Ca sera toujours meilleur pour mon corps que la cigarette. À moi de manger à ma faim, et de m'arrêter à satiété. Je pourrai bien avoir moins ou plus du tout de migraines.
 

lorraine
Marraine

Sage décision Kaess. Courageuse aussi.

Perso j'étais déterminée pour arrêter de fumer le 1er janvier 2000, j'y suis arrivée le 1er...décembre 2000. Le but étant d'y arriver.....

Je te certifie, mais tu le sais déjà, on peut vivre sans cigarette, café, apéritif ça le fait sans problème, avec un autre plaisir. Ce n'est même pas gênant pour les moments conviviaux entre fumeurs  puisque de moins en moins de gens fument.

Maintenant, n'empêche que fumer et manger occupent bien notre temps...Et si l'on ne fume plus et que l'on mange moins, il y a du temps de libre. Et occuper ce temps libre n'est pas inné et pas forcément si facile ....

Il y  un fil de discussion sur les nourritures spirituelles pour réfléchir à cette question, mais as tu déjà trouvé des solutions

Pensées du coeur

mavo.
Marraine
La cigarette a pour moi aussi été une compagne très souvent présente. J'ai arrêté 7 ans, repris doucement puis à fond. J'ai arrêté il y a maintenant 2 ans 1/2, avec des pastilles. Au même moment je voyais une thérapeute pour perdre du poids avec une approche type LC. Donc je peux témoigner qu'on peut à la fois arrêter de fumer et perdre du poids. Bon, le truc aussi, c'est que j'avais une motivation d'enfer (mon mariage) et que j'ai fait du "régime LC". C'est à dire que je n'ai pas écouté mes sensations, j'ai contrôlé mes sensations. Et puis après : stop des pastilles, stop le contrôle, mariage passé... Vous devinez la suite, j'ai tout repris ! Mais ça c'est une autre histoire ! En tout cas, comme les témoignages qui précédent, c'est vraiment une réussite dont je me sens très fière. 2 ans 1/2 plus tard, je n'ai presque plus jamais d'envie de cigarette, l'odeur du tabac me dérange profondément et j'ai retrouvé un souffle, un odorat et un goût normal ! Ça vaut le coup.
Haut de page 
X