Beauté = minceur ? - 17122012

Mandala.
Abonné

 

Bonjour à tous et toutes,

 

Je voudrais lancer un fil de discussion sur le lien entre beauté et minceur.

 

J'imagine que beaucoup d'entre nous ont des croyances du genre : "toutes les minces sont belles", "toutes les minces plaisent à tous les hommes", "quand je serai mince je serai belle", "quand je serai mince je serai heureuse", etc... J'ai lu dans un fil de discussion dans ce forum la notion du "paradis des minces".

 

Alors je voudrais discuter ici de ces croyances. Essayer de les décortiquer. "Désidéaliser" la minceur.

 

*** "toutes les filles minces sont belles" ***

Ben en fait non : ne connaissez-vous pas des filles dont le rapport taille-poids est parfait, mais qui ne sont pas belles pour autant ? Des filles qui ne prennent pas forcément soin d'elles, ne se mettent pas trop en valeur via les vêtements ou la coiffure par exemple, etc...

A l'inverse, ne connaissez-vous pas des filles qui ont des "kilos en trop" mais qui pourtant sont rayonnantes et magnifiques ? C'est le cas de ma soeur par exemple, qui a un très beau visage et qui est plus carrée que moi… mais elle met en valeur sa féminité.

Sinon, ma source d'inspiration en ce moment c'est l'actrice américaine "bien en chair" Christina Hendricks. Je vous laisse découvrir ses photos sur internet. Pour moi elle est mille fois plus belle que Victoria Beckham ! Quand je la vois, j'ai pas envie de maigrir… j'ai envie de mettre des robes !

 

Je conclus de tout cela que la beauté n'a rien à voir avec la minceur : la beauté vient de l'estime de soi qui fait qu'on se met en valeur et qu'on adopte une bonne attitude.

 

*** "les minces plaisent plus aux hommes" ***

Je pense que c'est évidement faux : en matière de préférence, tous les goûts sont dans la nature. J'ai eu des petits copains qui étaient contents de tripoter mes hanches grassouillette…

 

***  "Quand je serai mince, je serai belle" ***

Oui, mais seulement si tu te mets en valeur à ce moment-là ! Et si MAINTENANT tu t'aimes et que tu te mets en valeur, tu l'es déjà…

 

Et vous quelles sont vos "croyances / fantasmes" liés à la minceur ? Vos expériences ?

 

Dans l'attente de vous lire,

Amitiés, 

Mandala

Commentaires

Sylvie75.
Abonné

Mes croyances ? Je préfère le mot "convictions" :

Quand je serai mince, je serai plus facilement élégante. Les lignes verticales sont élégantes, les lignes courbes sont moches. Je pense cela, en architecture comme en esthétique humaine.

Etre mince est statistiquement la garantie d'une meilleure santé. Avec 30K de trop, je perds des années de vie, comme si je fumais. Et moi, je veux vivre vieille.

 

Eh oui, toutes les convictions qui nous donnent envie de maigrir ne sont pas fausses !

pumpkin.
Abonné

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi Sylvie mais je reconnais que certaines minces ont une élégance décontractée qui me fascine, le côté 'effortless chic' qui leur donne une certaine allure sans trop se fatiguer! Genre Jane Birkin, ses filles, qui en plus portent le vestiaire masculin comme personne. Maintenant j'adore aussi le style de Christina Hendricks.

Ceci étant dit, j'ai un peu renoncé à la phrase 'quand je serai mince', que je me suis trop dite, sans jamais y parvenir. J'ai juste un peu déplacé mon angle de vue. Pour être juste, je dirais que 'quand je mincis', j'ai une relation beaucoup plus amicale avec ma penderie c'est sur, et je me sens plus apaisée.

Pour être honnête je n'arrive pas encore à dire ce qui m'apaise le plus : les véritables effets d'une meilleure relation à la nourriture ou ce petit poison qu'est le sentiment de répondre positivement à la pression sociale et à ses tendances normatives...

Sitâ.
Abonné

Comme Pumpkin, j'aime aussi bien les femmes garçonnes et androgynes que les vamps qui ont des courbes à tomber et s'habillent comme des girls de Tex Avery, ou encore les franchement rondes qui ont un sourire à dévorer le monde et qui bougent selon une musique que je serais bien incapable de percevoir. Celles-là sont souvent Méditerranéennes d'ailleurs, ou Africaines. Désolée si ça sonne cliché, simple constatation.

Bref, tous les styles de beauté féminine peuvent me toucher (à part le style "clip RnB sur M6"). Sauf que ça, c'est pour les autres. 

Moi, dans ma tête, je suis androgyne. J'ai un visage taillé à la serpe, comme ma maman, et les yeux révolver. Je bouge élégamment, et quand je me glisse dans un jean et un perfecto j'ai totalement la classe rock.Sauf qu'en vrai, je fais 1m60 pour 78kgs (après 6 mois de LC), mon visage est rond, et je crois bien que mon ventre gâche un peu l'effet quand j'essaie de marcher comme une déesse en Doc Marten's. Sans compter que je n'ai pas de Doc's.
Je peux bien maigrir tout ce que je veux, mes hanches sont rondes et je ne grandirai pas. Même mince, je serai petite et ronde.

Du coup, j'ai essayé ce que tous les magazines féminins me conseillent depuis que je suis en âge de les lire (j'imagine, ça doit bien faire 5 ans que je n'en ai pas ouvert un) : tirer partie de mes atouts. En d'autres termes, lâcher prise sur la Walkyrie et devenir la petite poupée. Mouais. Le souci c'est que non seulement ça ne colle ni avec ma personnalité ni avec ma voix rauque, non seulement je n'aime pas les jupettes, mais en plus j'ai la grande chance d'avoir un visage double : de face, tout rond et doux, Madone. De profil, plat et acéré. Un peu comme ce personnage de la série Downton Abbey : 

      

Sauf que bien plus. Son visage de face reste bien anguleux, le mien est ovale au mieux. Et son nez est légèrement en trompette, là où le mien est un peu recourbé. Du coup, jouer sur mes courbes pour créer une beauté douce... ben non.

Bref, je me suis un peu dispersée, pardon. Là où je voulais en venir, c'est que j'avais eu tendance à croire que maigrir allait me faciliter la vie niveau style, me permettre d'être plus belle. Il s'avère qu'en fait (vous allez voir, c'est révolutionnaire) c'est plus compliqué. La seule chose que cela me simplifiera, c'est l'accès aux fringues.

Pour la beauté, malheureusement... 

Flopie.
Marraine

Minceur ne veut pas dire forcément beauté c'est sûr; par contre perdre du poids pour ma part m'a permis de me mettre plus en valeur. 

Cela ne se jouait pas à grand chose (les 3 premiers kilos perdus ont suffis) mais pour ma part c'est retrouver un visage moins rond (j'ai les trais fins, anguleux, pas vraiment de joues donc sur moi la prise de poids au niveau du visage n'était pas du tout harmonieuse) qui a fait que j'appréciait plus mon image dans le miroir. 

Bien sûr aprés LC j'apprécie de m'habiller simplement en jeans et pulls et que la ligne globale me plaise mais j'ai eu beaucoup de mal à perdre mes formes et ma poitrine aussi ! Du coup je joue maintenant sur des accessoires pour féminiser les basiques et des ceintures pour mettre en valeur la taille.

Après mince ou ronde, le tout est de s'accepter à son poids d'équilibre je crois :). Et puis surrtout le tout est de connaître sa morphologie, de l'accepter et d'en tirer avantage ! J'oublie désormais les décollectés plongeants pour ma part et je mise plus sur un bon jean slim avec des talons.

Lenso16.
Abonné

Hello

 

quand je serai moins grosse....c'est pas mal ça que j'arrive à penser!!

est ce que je serai plus belle???pas sure du tout surtout que sans prétention, je ne me trouve pas moche wink...pas un monstre sorti direct du musée des horreurs en tout cas!!!

 

Mais je devrai me trouver plus belle et ça c'est vraiment mon espérance!!

 

quand au jugement de la beauté cela reste très subjectif et varie en fonction des modes et des pays!!

 

bonne soirée

Ederl.
Ancien abonné

Et oui, la beautée c'est vraiment subjectif à plein de niveau, dans les différentes sociétées, les différentes époques, Rubens par ex, on en a parlé plusieurs fois dans ces forums, les femmes qu'il peignait étaient plutôt rondelettes, et dans certains pays ou régions c'est être gros qui affirme une place dans la société.

Dans nos sociétés dites modernes, il y a bien sûr des points positifs dont ceux là que LC nous fait partager : se sentir bien par rapport à son poid, être bien dans son corps pour bouger facilement, être en rapport apaisé par rapport à la nourriture.

c'est pour moi le principal, après niveau beautée j'essaie de prendre du recul car ce n'est pas nous qui décidons, soit on a de la chance et on rentre dans les canons de beautés de telle société à telle époque soit on tombe à côté de la plaque !! Mais par notre présence, notre allant on peut arriver à être beau car on insuffle de la vie et ce qui est sûr c'est la plus belle chose au monde que quelqu'un qui trimballe avec lui de l'essence de vie au cm3.

 

aomame.
Abonné

Bonjour

merci pour ce fil ! je suis comme certaines, j'ai cru que la minceur était égal à la beauté mais pendant mon anoréxie, j'ai compris que c'était faut. Je ne m'aime pas pour autant. J'ai surtout un visage très rond avec un début de double menton qui ne va pas avec le reste de mon corps. Ce qui est assez drole c'est que je n'ai jamais plus autant aux hommes ^^ que juste après mon accouchement avec mes kilos de grossesse que maintenant après les avoir perdus^^! Je crois et je m'en rends compte que c'était le fait d'être heureuse d'avoir eu ma fille qui m"'illuminais".

Petit à petit je crois qu'il faut que j'essaye de m'accepter comme je suis. Déjà, je commence à laisser mes cheveux bouclés naturellement. Auparavant, je les ai toujours lissés pour ne pas "sortir du lot". J'étais comme truamatisée par des années d'école où on se moquait de moi à cause de mes cheveux ! Je me rends compte maintenant que c'est un peu absurde.

La beauté est quelque chose de tellement subjectif...

Mandala.
Abonné

J'ai trouvé ce site web dans un ancien fil de discussion : //curveappeal.tumblr.com. 

Il s'agit de femmes qui se prennent en photo. Un hommage à la diversité des formes féminines. Ca fait du bien !

Joyeux Noël les belles !

Merveille71.
Abonné

[quote=Sylvie75]

Mes croyances ? Je préfère le mot "convictions" :

Quand je serai mince, je serai plus facilement élégante. Les lignes verticales sont élégantes, les lignes courbes sont moches. Je pense cela, en architecture comme en esthétique humaine.

[/quote]

 

C'est certain un pantalon d'homme ou une robe droite c'est plus élégant sur une ligne droite...mais des courbes dans une jupe crayon ou une robe chaussette c'est juste WAOU !! après tout dépend le rapport au corps qu'on entretient et ce que signifie élégante. Ou belle. Ou féminine.

C'est comme si on disait Musclé = beau pour un homme. C'est totalement aberrant parce que bon d'accord un homme musclé ça peut être beau mais seulement si il a de la conversation, si il est drôle, sympa, gentil enfin voilà quoi. Et tous ces attributs on peut les retrouver chez un homme gros, ou maigre mais on sera quand même bien avec lui...donc mince = belle je dis NON ! et non tous les hommes n'aiment pas les minces. Moi je suis obèse et pourtant j'attire les mecs dignes de photos dans les magazines, musclés (donc je parle en connaissance de cause), sportifs, qui sont supposés sortir avec des nanas "belles" donc minces ou qui en cotoient à longueur de journée ? bah non ça ne fonctionne pas comme ça. Belle c'est belle. Mince c'est mince. Et si ça voulait dire la même chose ça serait au même endroit dans un dictionnaire de synonymes...et je vais quand même aller vérifier des fois que mais ça m'étonnerait que je trouve belle comme synonyme de mince...je vais plutôt trouver attends je vais voir vraiment : alors il y a : adorable, agréable, trognon, chic,idéal, séduisant, unique mais y a pas mince...et dans les contraires ( tant qu'à faire) et bien il n'y a pas gros...il y a laid ou mauvais...donc  STOP ! belle c'est pas mince !! ni grosse d'ailleurs...c'est juste être bien et se sentir belle, nuance ;)

Mandala.
Abonné

 

Alors ça c'est un merveilleux témoignage Merveille 71 ! Franchement merci...

Un exemple de plus que c'est surtout l'attitude qui compte.

arolio.
Abonné

Voulez-vous l’avis d’un homme ?  ;-)

Le corps humain a été ma passion durant de nombreuses années (j’étais moniteur de culture physique pendant une dizaine d’années).
Ma clientèle féminine était de corpulence extrêmement variée, et les hommes échangeant eux aussi leurs impressions ;-) , mon avis vaut également pour une majorité d’hommes.


Je confirme donc moi aussi que la beauté et la minceur n’ont aucun rapport !!!


La beauté est avant tout affaire de visage et d’attitude (le sourire notamment).
Quant à la beauté d’un corps, c’est davantage une question de proportions et de peau, que de corpulence.


Bien sûr, dans les 2 extrêmes (maigreur et obésité sévère), les proportions du corps étant invisibles, la grande majorité des hommes ne sont pas attirés par ces types morphologiques.

 

@mitiés

arolio

didil.
Abonné

[quote=arolio]

Je confirme donc moi aussi que la beauté et la minceur n’ont aucun rapport !!!


La beauté est avant tout affaire de visage et d’attitude (le sourire notamment).
 

[/quote]

Merci Arolio, ça fait plaisir de lire ça. Combien sommes-nous à nous trouver en difficulté parce que nous pensions que beauté  = minceur ?

Quand on ne s'aime pas, on a une image négative de soi, à la fois physique et psychique. Et nous cherchons à modifier l'image physique au lieu de modifier l'image psychique. LC nous apprend justement à nous aimer comme nous sommes, et nous allèger de cette souffrance psychique nous permet également souvent de nous alléger de quelques kilos.

Notre beauté, c'est notre beauté intérieure. C'est pour cela que l'on dit de certaines personnes qu'elles gagnent à être connues. Cette beauté intérieure se découvre petit à petit quand on rencontre une personne. Elle est beaucoup subtile et délicate que la beauté extérieure qui n'est qu'une enveloppe que l'on voit d'emblée mais peut être vide.

izabelle
Animatrice forum

[quote=arolio]

Quant à la beauté d’un corps, c’est davantage une question de proportions et de peau, que de corpulence.

Bien sûr, dans les 2 extrêmes (maigreur et obésité sévère), les proportions du corps étant invisibles, la grande majorité des hommes ne sont pas attirés par ces types morphologiques.

[/quote]

merci, c'est si clair!

en effet je comprends mieux maintenant, j'avais toujours du mal à comprendre ce principe.....

et ça montre que se cacher dans des "sacs" qui gomment encore plus les proportions n'est pas une bonne idée

Lullabycrazy.
Ancien abonné

Et plop !

//www.huffingtonpost.fr/2012/12/28/femme-parfaite-1912_n_2374664.html

La "femme parfaite" a bien changé... Peut-être ré-évoluera-t-elle vers des formes plus généreuses ?

Mandala.
Abonné

 

Merci pour ton lien Lullabycrazy.  Je suis en train de réaliser que je ne sais pas, en fait, si j'aimerais avoir le corps des mannequins du diaporama. Je ne pensais pas pouvoir dire ça un jour…

rory24.
Abonné

Hello, merci pour ce fil.

Pour avoir perdu du poids, j'ai bien compris que mince on n'est pas plus belle, plus heureuse. Mais perdre du poids pour moi a été synonyme de découverte de ma féminité, et de son "pouvoir" sur les hommes, à 28 ans il était temps.

Sauf qu'après 23kg perdus, bah je trouve grosse, je ne vois que ce qui ne va pas chez moi, ce qui n'est pas conforme à l'image du corps que je voudrais avoir et voir des photos de moi nues ravive mon dégout... 

Mais j'espère un jour, refaire sa place à ce corps si longtemps dédaigné et maltraité.

Quand au concept de beauté intérieure, je le trouve vide de sens, car qu'on le veuille ou non, on juge sur l'apparence (notre physique est ce que les gens voient en 1er dans la rue), après plus qu'une question de beauté, c'est une question de charme, d'incarnation, de charisme.

Après chaque personne est un subtil mélange entre un corps, des idées, des sentiments, des valeurs, une histoire...

 

PS: pour celles et ceux qui penseraient que mince on a moins de problèmes de santé, je pense que vous lirez à profit le livre de Danielle Bourque "à 10kg du bonheur", c'est édifiant !!!!

tiramisu.
Abonné

Pour moi, ce qui se cache derrière ces notions de minceur et de beauté, c'est le désir d'être aimé.e.

La croyance que nous véhiculons pour la plupart d'entre nous, c'est "quand je serai mince, je serai belle et donc on m'aimera". Même si nous savons pour l'avoir expérimenté que ce n'est pas vrai et même si nous pouvons nous révolter contre ce type de croyance (c'est mon cas), nous vivons dans une société qui ne cesse de nous renvoyer ce message débile, essentiellement par le biais des médias, que ce soient les magazines, le cinéma, la télévision etc: toutes les personnes qui comptent sont minces (et donc belles et donc intéressantes ou aimables).

Un autre élément qui à mon avis vient renforcer cette croyance est notre mode de vie. J'ai l'impression de vivre dans une société qui n'offre que peu d'espaces pour créer des liens véritables. Lorsqu'on travaille, les relations sont souvent empreintes de frustration ou basées sur une compétition larvée, lorsqu'on ne travaille pas, on est très rapidement mis à l'écart et de manière générale, tout le monde semble courir après quelque chose ou a des emplois du temps tellement compliqués qu'il devient assez difficile de se voir, ne serait-ce que pour boire un café. Du coup, comme on n'a pas le temps de se rencontrer vraiment, c'est l'apparence (c'est-à-dire ce qui est immédiat) qui prime, une apparence normée car d'une certaine manière, ça rassure dans un monde perçu comme globalement instable.

tiramisu.
Abonné

Pour moi, ce qui se cache derrière ces notions de minceur et de beauté, c'est le désir d'être aimé.e.

La croyance que nous véhiculons pour la plupart d'entre nous, c'est "quand je serai mince, je serai belle et donc on m'aimera". Même si nous savons pour l'avoir expérimenté que ce n'est pas vrai et même si nous pouvons nous révolter contre ce type de croyance (c'est mon cas), nous vivons dans une société qui ne cesse de nous renvoyer ce message débile, essentiellement par le biais des médias, que ce soient les magazines, le cinéma, la télévision etc: toutes les personnes qui comptent sont minces (et donc belles et donc intéressantes ou aimables).

Un autre élément qui à mon avis vient renforcer cette croyance est notre mode de vie. J'ai l'impression de vivre dans une société qui n'offre que peu d'espaces pour créer des liens véritables. Lorsqu'on travaille, les relations sont souvent empreintes de frustration ou basées sur une compétition larvée, lorsqu'on ne travaille pas, on est très rapidement mis à l'écart et de manière générale, tout le monde semble courir après quelque chose ou a des emplois du temps tellement compliqués qu'il devient assez difficile de se voir, ne serait-ce que pour boire un café. Du coup, comme on n'a pas le temps de se rencontrer vraiment, c'est l'apparence (c'est-à-dire ce qui est immédiat) qui prime, une apparence normée car d'une certaine manière, ça rassure dans un monde perçu comme globalement instable.

aomame.
Abonné

Oui je crois qu'effectivement beauté n'est pas égal minceur. Et votre fil le prouve!

Pour ma part, j'ai perdu il y a peu 5 kilos suit eà une rupture amoureuse et à des pr0blèmes personnels. Je n'avais pas d epoids à perdre, mon IMC étant "normal". Et bien , je me trouve beaucoup moins jolie maintenant qu'avant avec mes 5 kilos en plus! Je me trouve fatiguée, avec un air triste alors qu'il y a 1 an je paraissais heureuse avec mon visage aux joues rebondies!

J'ai d'ailleurs eu plusieurs EME ces temps-ci et sans être écoeurée du tout. Comme si mon corps "avit besoin" de ces calories en plus pour retrouver son poids "normal"...

Noelle
Marraine

[quote=rory24]

Mais j'espère un jour, refaire sa place à ce corps si longtemps dédaigné et maltraité.

Bonjour Rory

je comprends bien ce que tu dis là, il m'a fallu longtemps avant de me reconnaitre dans un miroir et de me dire que c'etait bien moi, et d'ailleurs, j'ai vecu assez longtemps sans miroir en pied, je ne voyais que des morceaux de moi meme

je crois que c'est notamment la danse orientale qui m'a donné envie de me voir en entier et de me trouver pas si mal que ça

ça  prend du temps, mais ça se fait...

liegama.
Ancien abonné

J'aime beaucoup ce fil de discussion, merci Mandala.

Je suis persuadée que beauté n'égale pas minceur mais j'ai beaucoup souffert surtout jeune adolescente d'être ronde.

A 14 ans j'ai pris 20 kilos après une année à l'étranger et ce fut le début de l'enfer. Toute mon adolescence j'ai entendu : c'est tellement dommage avec ce beau visage d'être aussi grosse. On m'a traité de "boudin", "la grosse", "grosse vache" "gros cul" (même dans la rue par des inconnus) et j'en passe. J'ai été amoureuse de mecs qui ne savaient pas que j'existais. De 15 à 30 ans j'ai souffert d'un fort acné qui me dévisageait littéralement. Un jour dans le métro à Paris une dame qui ne me connaissait pas m'a donné un morceau de papier avant de sortir de la rame. Sur ce papier il y avait écrit "vous devriez faire quelque chose pour vos boutons c'est vraiment moche". Cette remarque m'a plombé le morale et j'ai fait une semaine de fortes compulsions ensuite. Je me cachais, me sentais mal, n'avais pas de petits copains, était persuadée de ne jamais être aimée. Je ne savais pas être féminine, j'étais la grosse rigolote, la bonne copine. 

Il y a quelques année j'ai décidé d'arrêter "d'attendre d'être mince pour m'habiller" et pour la première fois je me suis acheté des habits à une taille qui me convenait (40-42) plutôt que d'essayer de me forcer à rentrer dans du 38. Ce changement a modifié tous les regards des autres et m'a beaucoup perturbé. Soudain, après des années à me sentir transparente (je faisais tout pour) des hommes me regardaient avec envie. Je ne comprenais pas bien ce qui m'arrivait, je n'avais pas du tout conscience de mon potentiel de séduction, je continuais à jouer le rôle de bonne copine. Toutes mes relations professionnelles ont été affecté. Soudain, des collègues hommes me faisaient des compliments, d'autres découvraient que je travaillais dans la même entreprise qu'eux (du style, une fois au café : vous êtes nouvelle? moi : non ça fait 5 ans que je travaille ici on s'est croisé pleins de fois, lui: vous êtes sûre? je n'aurai pas pu louper une belle fille comme vous!!! moi intérieurement : pourquoi il se fout me ma gueule) Certaines choses étaient plus faciles à obtenir avec certains supérieurs hommes. Bref j'ai découvert ce qu'étais la vie des filles "jolies" pendant un temps. Ceci a crée des malentendus gênants : la bonne copine peut se comporter comme telle avec un homme quand il n'y a pas de risque qu'elle l'attire, mais une femme vu comme jolie se comportant comme une bonne copine avec un homme est perçue comme une salope (de ce que l'on m'a fait comprendre). Surtout quand elle est mariée. Résultat j'ai repris 7 kilos et mes vieux pantalons noirs et mes grands pulls. Ca m'a fait une grande claque, après des années à rêver "quand je serai mince, je serai belle, élégante etc..." et bien j'ai préféré redevenir la grosse car c'était plus confortable et que personne m'avait expliqué les codes de la "jolie". 

J'ai lu le lien sur la "femme idéale de 1912", ça m'a fait rire, je correspond assez au profil, j'aurai eu beaucoup de succès à l'époque. Je suis blonde, avec des yeux bleus/verts, ronde, une taille très fine, des seins équilibrées, de jolies épaules, une jolie nuque, de jolis cheveux, un beau sourire et une peau que l'on a souvent décrit comme "appétissante". Mais j'ai aussi de la cellulite sur l'ensemble de mes jambes (jusqu'aux chevilles), des cuisses vraiment très fortes et de bonnes fesses qui m'ont énormément complexées pendant des années. C'est mon mari qui m'a aidé à sortir un peu de mes complexes, il me trouve belle et me le dit souvent, mais longtemps je ne l'ai pas cru. 

Aujourd'hui avec LC je ne maigris pas, mais je suis pas sûre de vouloir maigrir, je veux surtout pouvoir profiter de la nourriture sans culpabilité. Je crois que j'ai peur de maigrir, je veux bien perdre 2 ou 3 kilos mais j'ai peur de perdre plus car après je rentre dans ce poids où je suis perçue comme "jolie". Ce fil est sur beauté=minceur, mais moi je pense que beauté ou minceur n'est pas égale à bonheur.

liegama.
Ancien abonné

Suite à ma discussion je voulais vous faire part d'une vidéo qui m'a bien fait rire : voici ce qui arrive quand on est trop belle/sexy.

//www.youtube.com/watch?v=H-AcV8mcxZ4

lEONTINE17.
Abonné

Merci pour le lien Liegama: Jouissif!!!!!!!!!!

Combien d'entre nous, avons souffert pour perdre nos kgs, y sommes parvenu(e)s, et finalement, passés quelques semaines, mois, au mieux, années ( car on a tous et toutes assez vite repris ), avions de nouveau des doutes sur notre minceur, DONC sur notre capacité à séduire, DONC sur celle d'être aimée?

Gouffre sans fond ni fin...

Combien d'entre nous, une fois les kgs perdus, continuaient à se voir, se vivre malgré tout comme "gros/ses"  et donc toujours "moches"? Sans oser se l'avouer, bien sûr: eh ben je lève le doigt!..

Insatisfaction perpétuelle de nous-mêmes...C'est donc que le problème était/est bien en grande partie ailleurs, plutôt dans notre difficulté à nous estimer, à nous plaire à nous-mêmes, avant tout, mais sur un plan bien autre que celui des kgs en trop. Eux, ne sont que l'un des symptomes de cette difficulté à s'aimer, avec ou sans kgs...

.Pareil pour les gens qui focalisent sur leur nez, leus oreilles, leur culotte de cheval ( moi, moi!) que sais-je mais qui, une fois cette partie de leur autonomie rectifiée, vont déplacer la haine de soi sur une autre partie du cops et vont d'intervention en rectification de celui-ci, sans jamais trouver la paix.

C'est une réalité que la silhouettte élancée et gracile a infiniment plus de facilité à s'habiller que nombre d'entre nous et que rien que pour ça, c'est pas mal de mincir, tiens! Que médicalement aussi, il y a des avantages.

Mais ceux que l'on rencontre et qui nous côtoient, qui nous aiment, nous apprécient, deviennent nos amis, nos amoureux/ses, nos amant(e)s, EN DEPIT de nos dits kgs, c'est qu'ils perçoivent, EUX, tout ce que nous sommes aussi d'autre! Qu'on leur plait par bien des aspects de notre personnalité. Ils découpent pas, EUX! Ils ne focalisent pas, EUX!!

Ils prennent l'ensemble avec notre excès de poids,parce que ça fait aussi partie de notre personnalié, pour eux. Ils nous aiment comme ça et ça n'est ni pitié ni condescendance.

C'est bien pour ça que nous avons tous eu QUAND MÊME des amis, des potes et...des histoires d'amour,

Et c'est à cela, à tous ces aspects positifs de notre personnalité, que l'on peut donner le sens de "beauté intérieure", terme un peu "frelaté", un peu fatigué,oui, sans doute, mais bon...

Bon allons-y pour la confidence: Moi, j'ai un mari qui avait a priori une attirance envers les filles androgynes à la Birkin, justement ( nous nous connaissions depuis assez peu de temps quand à je ne sais plus quelle occasion, il l'a évoqué, comme ça, devant un magazine peut-être) Bien que beaucoup moins en surpoids que maintenant, je n'étais pas  dans les "normes" imposées mais je me percevais bien plus grosse que je n'étais ceci dit. Et pourtant, à l'écouter, car moi évidemment, je ne me savais pas cette séduction-là, il a je cite "tout de suite flashé sur la petite blonde rieuse qui allait lui apporter la lumière," Waouh!! ...

A l'adolescence, tout de suite après de gros chagrins, deuils graves soucis de etc,,  j'ai grossi et je me suis moi aussi attiré des vexations cuisantes,  au souvenir encore désagréable, comme vous en témoignez ici, mais j'avais si peu d'assurance,j'étais si peu convaincue de mon faire naître un intérêt ( total, pas seulement physique!) que ça m'enlaidissait, bien sûr et que je "suintais" cela... qu'en somme, J'attirais les coups bas, TRES bas, quand j'y songe. Si bas que c'en est insignifiant, je le sais maintenant que je suis devenue une grande fille qu'on a aimée et qu'on aime encore...

Tout cela s'est peu à peu tari, mais ce n'est pas parce que j'ai perdu avec un premier régime, c'est parce que des chagrins se sont apaisés, que j'ai évolué et que j'ai probablement  du "embellir" en dégageant plus de " beauté intérieure" - ;-))  parce que pour  les kgs, ils sont revenus! Mais j'ai continué à ...ne pas trop déplaire...visiblement toujours moins à moi-même qu'aux autres, vu ma traque sempiternelle au surpoids ds laquelle j'ai eu la bêtise de rentrer.

Y a du creux, du vide, du "moche" dans bien des enveloppes et des silhouettes merveilleuses.

y a du bon, de la tendresse, de l'humanité, du "don", de la richesse "intérieure" mais bien perceptible ( regards, gestuelles, verbe), dans bien des silhouettes alourdies.

Quelle que soit la silhouette, qualités et défauts sotn les choses les mieux partagées du monde, tout comme la "laideur" ou la "beauté", non?

Ellyra.
Ancien abonné

Pour ma part, ma notion de la beauté a beaucoup évoluée ces dernières années.

Quand j'étais ado, je rêvais de ressembler à ces mannequins dans les magazines, ou à la coqueluche du lycée. Je ne m'imaginais pas pouvoir être belle aux yeux de quelqu'un telle que j'étais et je me faisais des scénari type "la fille qui perd 20 kilos pendant l'été et revient au lycée belle et mince et emballe tous les garçons".

Evidemment, ça n'est jamais arrivé.

Au fil du temps, ma vision de la beauté s'est transformée. Très honnêtement et sans faire de fausse modestie, quand je regarde des mannequins dans les magazines, à la télé, je ne m'y reconnais plus, du moins, je ne me dis plus "qu'est-ce que j'aimerais lui ressembler". La plupart du temps, je les trouve fades, lisses, sans charme au final.

Là, je parle surtout de la beauté féminine. Pour la beauté masculine, ça a toujours été pareil: les mecs musclés et grands que mes copines adulaient m'ont toujours laissée de marbre, et avec le temps, ça n'a pas changé, ça s'est même accentué je dirais. J'iame de moins en moins les physiques lisses, que je trouve sans charme.

Quand je dis ça, tout le monde me dit que c'est cliché, mais les gens qui me connaissent bien savent que je ne mens pas: pour trouver quelqu'un beau, j'ai besoin de le connaître, de lui parler... Bien sûr que je peux dire d'une personne qu'elle est "bien foutue" ou qu'elle a "des mensurations de rêve" (comparées aux "normes" qu'on nous impose), mais je ne la trouverai pas forcément belle.

Je suis tombée amoureuse de plein de physiques différents dans ma toute jeune vie, et j'ai trouvé moches des hommes que tout le monde trouvait beau, surtout parce qu'après les avoir un peu plus connus, j'ai été déçue de leur personnalité.

Pour moi la beauté n'est pas que physique. Et surtout, elle est complexe.

Autre chose "amusante": si je peux trouver des personnes de physiques divers et variés belles, je persiste à penser que je ne serai jamais belle tant que je ne serai pas plus mince. Pas tellement dans le sens où pour moi être belle est être mince, mais plutôt dans le sens où je trouve que mon physique actuel ne correspond pas à ma personnalité, c'est une chose difficile à expliquer.

lEONTINE17.
Abonné

Ellyra, tu écris que tu aimerais mincir parce que tu trouves ton physique non raccord avec ta personnalité...Ton "moi vrai", en quelque sorte.

Tu dis que c'est difficile à expliquer, peut-être mais moi je comprends ça parfaitement, si tu savais!: j'ai toujours eu cette sensation, ce sentiment, que je sois en surpoids léger ou important. Sentiment qui n'ôte rien au fait que je sais bien  par ailleurs qu'on peut  être "aimable" au sens premier du terme, malgré ce surpoids ( important depuis près de 20 ans  pour moi)

Ô paradoxe! Disons pour être claire, que nous nous sentons plus "fines", plus "subtiles", plus "déliées au plan moral, affectif, intellectuel,  que sais-je ,sans doute, que notre enveloppe corporelle et que nous nous en sentons toute "marries", vite humiliées...Que l'on se dit que ce serait dommage que l'on nous croie aussi "pataudes" que notre corps pourrait le faire croire..;Non?

Pour moi, c'est ça...Enfin, ce le fut pendant longtemps.

Moi, mon fantasme ce fut longtemps de rêvasser ou rêver vraiment, qu' un garçon plus fin que les autres, adorable, différent des quelques crétins que je croisais au quotidien, tombait amoureux de moi parce que lui, avait vu ma "beauté intérieure" ;-))

Il avait su voir au-delà, il dépassait sans peine l'enveloppe charnelle et me voyait, moi et ma  vraie personnalité, quoiiii ....! Et c'était tellement doux et bon!!

Et tellement dur en se réveillant... Ah on peut dire que je l'ai attendu le Prince Charmant ou plutôt le Prince  Perspicace de mon adolescence!

Pourtant, j'avais trois fois moins de kgs prétendument à perdre que maintenant...

Ellyra.
Ancien abonné

C'est un peu ça oui!

A me voir, je suis "forte", j'encaisse les coups quoi. Même si mon visage trahit ma personnalité fragile et émotive (j'ai un visage de poupée), je trouve que mon corps n'est pas assez "gracile" pas assez "fragile". Non pas je voudrais être frêle, mais bien souvent on est rude avec moi parce qu'on croit que je peux encaisser, on a tendance à me taper fort dans le bras parce qu'il est potelé, alors que je vacille aussi bien que si je pesais 50 kilos toute mouillée... C'est ce côté-là qui me dérange.

Tout est trop "grossier". Pas dans le sens vulgaire, mais dans le sens "pas assez fin, pas assez subtil" dans mon corps.

 

Après, les personnes qui me connaissent trouvent ma vision de mon corps totalement déformée, mais je ressens au premier coup d'oeil chez un inconnu ou une personne pas vraiment proche (genre un collègue de boulot) qu'on me croit capable de tout encaisser "par mon enveloppe corporelle". Les gens manquent de tact avec moi, naturellement.

Haut de page 
X