Aller au contenu principal
Accueil forum       Retour à liste des sujets

Changer son comportement alimentaire, changement identitaire?

Linecoaching au quotidien Mon vécu du programme
10 avr 2014 à 17h
Bonjour à tous, Je suis toute nouvelle sur linecoaching. J'ai découvert la méthode il y a quelques temps avec les livres mais je ne parvenais jamais très longtemps à réguler mon comportement alimentaire. Je me suis alors décidée à m'inscrire et à reprendre depuis le début. J'ai tendance a manger par compulsion et je viens de prendre conscience que cela me permettait d'étouffer bon nombre d'émotions. J'ai toujours eu l'impression de très bien gérer mes émotions mais en fait je réalise que je ne les tolère pas, je ne les gère pas, je les étouffe (en mangeant, en faisant du sport, en m'activant, etc). Par ailleurs, je n'ai jamais appris à écouter mes sensations alimentaires, je parviens plus ou moins à les reconnaître mais cela n'est pas pour moi le premier critère qui me vient à l'esprit. Je mange parce que c'est l'heure, parce que d'autres mangent, etc et je m'arrête quand il n'y a plus. Je viens d'une famille de bons mangeurs,ou se resservir 2 a 3 fois est la norme. Je suis par conséquent une bonne vivante, gourmande. Or depuis que j'essaie de respecter mes sensations, je me rends compte que je mange très peu!! Bien moins que mes collègues, amis, famille. De celle qui mangeait le plus, je me retrouve dans la position de celle qui mange le moins. Je caricature un peu et au fond je sais bien que ça a peu d'importance, ce qui compte étant que je respecte mes sensations. Mais voilà cela m'angoisse!! Comme si au fond ce n'est pas que mon comportement alimentaire qui change mais un bout de moi, de qui je suis, de comment je me vois, de comment on me voit, ... Voilà je vous fait part de mes angoisses du moment et déjà le fait de l'écrire m'aide. Peut être avez-vous ressenti cela a un moment ou un autre...?

Voir le dernier message

5 commentaires

Merci beaucoup pour vos réponses qui m'ont rassurée!

Izabelle, j'ai été particulièrement frappée que tu pointes la peur de l'exclusion. C'est exactement ça... Je savais que cette peur m'habite depuis longtemps mais je n'avais encore jamais fait le lien avec mon comportement alimentaire et mon angoisse de le modifier! Cela m'a beaucoup fait réfléchir... Cela m'a également beaucoup rassurée de lire que c'est avec l'expérience que ma peur va se dissiper et comme je suis plus au clair maintenant je vais effectivement tâcher de l'observer sans me précipiter...

Billie, je suis inscrite depuis peu sur LC mais cela fait un bout de temps que je réfléchis à mon comportement alimentaire. Pour ce qui est de mon angoisse, j'en ai pris conscience de manière un peu brutale à un moment où j'ai grandement diminué ma pratique sportive (qui me sert probablement aussi à étouffer mes émotions) en lien avec des impératifs professionnels et où en commençant LC je me suis tout à coup trouvée submergée d'émotions. Il y a quelques mois une collègue m'avait fait remarquer qu'elle me voyait souvent angoissée et cela m'avait fait rire tant je ne le percevais pas... Je me voyais alors comme battante, forte et pas du tout au prise avec mes émotions... 

La notion de "faire le deuil de son ancien moi" me parle énormément, car je pense être dans ma vie à une période de "maturation" et de changement... Je vais y réfléchir plus longuement...

oui c'est vrai, en renonçant à fuir ses ressentis, que ça soit par le sport ou par la sur-nourriture,   on se révèle en qq sorte, et généralement ce qu'on découvre, ce sont des traits de personnalité qui étaient plus ou moins non acceptés par notre famille, qu'on a du  "enfouir", justement pour s'intégrer dans cette famille là

pour moi ce que j'ai découvert, c'est mon hypersensibilité.      Je l'avais tellement enfouie que ça me semblait presque bizarre,  et la transition a été un peu difficile.....   ensuite, tout refait sens et on comprend pourquoi on a enfoui certaines choses,  et la façon qu'elles avaient quand même de se re-pointer régulièrement

en devenant plus soi-même, en acceptant plus nos véritables caractéristiques et tout ce que l'on ressent,  on trouve une authenticité qui fait du bien

mais la transition est un peu inconfortable c'est vrai

donc empreinte de peur

heureusement, oui, ensuite ça s'atténue,  surtout avec la pratique de l'acceptation

aujourd'hui je n'ai plus aucune honte ou peur de "ressentir",   même si c'est parfois très inconfortable, je sais que c'est juste  "comme ça"  et qu'en réalité je ne pourrais me passer des avantage que ça me donne

En fait on pourrait dire : changer son comportement alimentaire, révélation identitaire...

Car finalement on ne change pas : on accepte "juste" d'être soi, avec tout ce qu'on aime et tout ce qu'on n'aime pas.
Je mets quand même le mot juste entre guillemets parce que cela demande du travail, un effort d'acceptation.

Mais cela vient au fur et à mesure...

Au plaisir de te lire

Bonjour Omnia et bienvenue  dans le programme ! 

Je trouve ce fil que tu viens d'ouvrir très intéressant .

Tu as déjà observé énormement de choses je suis épatée .  En ce qui concerne ton angoisse en particulier c'est super de l'avoir détécté et de l'avoir formulé ! Pour ma part j'ai mis un sacré bout de temps . 

Effectivement attend toi avec LC à voir évoluer  ton comportement alimentaire , ta silhouette,  mais pas que . On découvre des choses en profondeur sur nous . C'est une vraie thérapie . Je ne dirais pas pour autant que l'on change d'identité, mais qu'on évolue , qu'on se découvre et s'affirme . 

On apprend ici à abandonner un fonctionnement pour en adopter un autre , le nouveau comportement c'est une fomre d'inconnu même si on peut l'intellectualiser sans pb et l'inconnu ça fait peur . Donc parfois insconsciemment ou consciemment on tend à revenir vers notre ancien comportement ( notre tête surtout ) car c'est rassurant . Je pense que c'est une des clefs de la réussite que de faire "ce deuil" de notre ancien moi  si l'on peut dire. 

Moi aussi comme toi je suis ahurie de voir la taille de mes portions alimentaires , j'ai du mal à le croire et ça engendre encore quelques angoisses je pense. 

Pour qu'elles s'estompent  il faut vivre avec ces inconforts , Izabelle a encore une fois très bien expliqué comment . 

A bientôt j'espère . 

Billie . 

oui c'est normal que ça t'angoisse.....

moi aussi je viens d'une famille de gros mangeurs,et je mesure chaque jour combien il est difficile de se servir de petites assiettes, même si c'est ce que mon corps réclame

il y a "l'appartenance" et puis aussi les habitudes, qui ont la vie dure

heureusement l'appartenance peut se retrouver dans d'autres domaines que la taille des assiettes, et les habitudes, on s'en fait de nouvelles, peu à peu

je comprends que ça soit destabilisant pour toi, mais je te conseille de simplement accueillir cette peur-là,  elle a sa raison d'être (te protéger de l'exclusion), et puis de te concentrer à nouveau sur ton corps, tes sensations, ta faim, ta non-faim....

peu à peu la peur diminuera au fur et à mesure que tu feras l'expérience qu'en mangeant selon tes besoins, tu n'es pas "exclue" des groupes sociaux

la peur, on ne la raisonne pas, c'est juste dans les tripes, mais c'est en faisant l'expérience des choses qu'elle finit par s'estomper, car elle n'a plus raison d'être

pour l'instant, tu l'accueilles, tu la laisses exister, mais tu te reconcentres sur tes sensations

donc oui c'est normal que ça t'angoisse.... et continue à faire comme ça, t'en rendre compte et y accorder de moins en moins d'attention,  en donnant plus t'attention à tes sensations