Comment j'ai commencé, tout laché, envie de revenir - 25022015

annece74.
Abonné

Bonjour à tous,

 

J'ai besoin de vos experiences.

J'ai commencé ce programme mi décembre, je me suis lancée en me disant "faut arreter de toujours repousser", sauf que la fin d'année et le début d'année ont été émotionnellement difficile. Là dessus j'ai fait un "defi" simple dans le cadre du programme "manger seule". En gros je devais faire 2 ou 3 repas seule...trop facile que je me suis dit....Sauf que on ne m'a pas foutu la paix une seule seconde! les collègues le midi, les enfants ou mon conjoint le soir, j'ai jamais reussi à être tranquille et ça m'a ramené à une chose qui me bouffe psychiquement : le fait que j'aurais besoin d'être seule mais que je me fais bouffer par le quotidien!

Suite à cela j'ai été hyper découragée, je me suis pesée c'etait encore pire.

Là j'essaie de m'y remettre mais clairement je sens que je bloque, j'arrive pas a m'ecouter, j'ai des barrières que j'ai du mal a débloquer, ce face a face avec moi même est difficile, j'ai du mal a accepter mes émotions...

 

Je voudrais savoir comment vous gerer le programme quand vous vous sentez emotionnellement "fragile" ( a cause des soucis de boulot, de la fatigue, des enfants...).

J'ai du mal a rebondir, je sais pas par quel bout reprendre le programme. Je veux bien vos conseils là dessus aussi

 

Merci !

Commentaires

lylyoz
Marraine

C'est vrai que certaines phases sont plus ardues que d'autres pour être à l'écoute de nos sensations. Je crois que dans l'ensemble on traverse toutes des zones de désertet de turbulences avec le programme. Ca dans un premier temps c'est pour te rassurer.

De mon côté quand je suis en proie aux EME il m'arrive bien souvent de tomber dans la compulsion mais parfois j'arrive à faire l'EME zen et dans ce cas là je limite les dégâts. J'ignore où tu en es du programme et si tu as accès à cet outil. Dans tous les cas j'attends le retour de la faim, je me tiens éloigner de la balance qui n'est généralement pas ma meilleure copine à ce moment là.

En ce qui concerne le défi de manger seule  peux être peux tu exprimer que là c'est important pour toi de manger seule pour réussir cette étape à ton mari? Quant aux  collègues,peux-être peux tu décliner gentiment? Il se peut que ces empêchements soient peut être les bienvenues et te permettent d'éviter de te retrouver face à toi même, ce que tu crains, ce que nous craignions tous en fait. Peut-être que si c'est trop violent pour toi, tu peux le faire par petite touche: manger avec quelqu'un et prendre le dessert seule ou inversement. C'est juste une piste

Lorsque je ne me sens pas en état de suivre le programme, je reste sur les forums et contacte les coachs. J'accepte plus ou moins bien d'être comme ça et je me raccroche vaille que vaille à la RPC...

Courage tu n'es pas seule.

Nati.
Abonné

Pourquoi ne pas démarrer avec un défi plus abordable? 

Histoire de t'encourager , surtout au début.

Alliez, courage!

izabelle
Animatrice forum

reprend le programme où tu en étais simplement

 

moi quand je suis émotionnellement fragile (d'ailleurs je le suis en ce moment),  je commence chaque matin par attendre la faim

ensuite en cours de journée je prends qq minutes par ci par là pour me reconnecter à moi-même

je me fais des repas réconfortants, avec faim et en pleine conscience

 

et .......   je PRENDS mon temps seule, quitte à me barrer dans mon bureau, mais plutôt j'exige qu'on me laisse un peu en paix

mon chéri est compréhensif, ma fille moins, elle se sent rejetée mais comme elle est grande on peut en parler

l'autre jour  mon homme et ma fille sont allés voir un film à l'autre bout de la maison, moi j'étais tranquille, un petit diner réconfort, en pleine conscience

et ça fait du bien

 

 

mais l'essentiel c'est déjà de se dire que la faim revient tous les jours, c'est toujours l'opportunité de remonter dans  "le train"

Laetitiagaetane.
Abonné
Je traverse moi aussi une période émotionnellement difficile, suite au décès de mon ex-compagnon . Je suis submergée par des EME que je n'arrive pas à gérer "en ce moment" , j'anesthésie mes sentiments de tristesse, de colère, de déception et j'accepte que cela soit comme ça pour un temps. Je travaille pour accepter l'imperfection et je me dis : "Je ne suis pas trop mal et ce que je fais est suffisamment bon pour cette période" et/ou "aujourd'hui je m'aimerai et m'encouragerai" . J'attends le plus souvent possible l'apparition de la faim et si je n'y arrive pas, j'essaie d'attendre son retour. Ce n'est pas grave. Et finalement, mon poids est assez stable. Je pratique la RPC le matin en me réveillant et le soir en me couchant. Je te souhaite un bon chemin même sinueux.
Noelle
Marraine

je crois aussi que cela fait partie de l'apprentissage LC : on est imparfaites.. et cela ne nous empeche pas de continuer, comme en boitillant , alors qu'on se voyait voler au dessus des difficultes..

reprend gentiment le programme, et choisis un defi vraiment tres  facile si tu en as envie  (j'avais choisi ne pas emprunter l'ascenceur, facile, il n'y en a pas chez moi...j'ai un cote enfantin, comme tu vois)

ou essaye de trouver une position intermédiaire, un repas seule, ce serait deja une grande victoire!! que tu pourrais inscrire dans le fil la victoire du jour!!

bon courage, et bravo deja pour ce que tu comprends et analyses de la situation

Gigi78.
Abonné
Se mettre le défi de manger seule pendant la période des fêtes et de janvier (ah, la galette... Et les pots!) , c'est être quasiment sûre d'échouer... Personnellement, il est hors de question pour moi de manger seule alors que ma famille est à la maison. Mais j'ai la chance de pouvoir prendre certains repas de midi seule... Peut être, annece74, que tu peux commencer en dissociant "être seule avec moi-même" et le temps du repas? C'est déjà pas si facile de trouver 10 ou 20 minutes à soi quand on a une vie bien remplie. Ce sas pour toi, mis avant le repas, te permettra déjà de passer à table plus sereinement. Une fois que tu auras déjà réussi à prendre ce temps pour toi, tu pourras mettre la barre plus haut, et expliquer que tu ne passes pas à table parce que tu n'as pas faim, parler des étapes du programme à ta famille... Souvent (moi la première), on trouve des tas de bonnes raisons (les autres... me bouffent, par exemple) pour dire qu'on ne peut pas prendre de temps pour nous. Et objectivement, avec un mari, un boulot et des enfants, c'est pas facile... Mais la vraie barrière, c'est nous-même. Sois gentille avec toi : défis progressifs, réalisables... Bon courage.
capuccino
Marraine

Annece 74,

Lorsqu'on choisit de faire LC on peut se tromper sur ce qu'on est venu chercher (un coup de baguette magique, un miracle pour maigrir) et si on a pas trouvé son bonheur, on s'en va chercher le miracle ailleurs. Quand on s'en va de LC et qu'on y revient, c'est qu'il y a vraiment quelque chose qui nous a accroché, on y a vraiment rouvé une piste qui pourrait nous aider.

Si tu es revenue c'est que cette méthode t'a accrochée et tu penses pouvoir en tirer partie pour pouvoir travailler sur ton comportment alimentaire, pour retrouver ton poids d'équilibre et ça c'est super.

Maintenant, comme dans tout changement, l'organisation demande réflexion. Quelles sont les choses importantes pour moi aujourd'hui ? Quelles sont les choses qui pourraient m'aider à avancer vers ce qui compte pour moi ? LC en fait partie ? Oui ? Alors à toi de réfléchir pour savoir comment faire entendre à tes proches, tes enfants, les collègues, ton mari que tu as besoin chaque jour d'avoir un peu de temps pour toi, pour mettre en oeuvre les actions qui vont t'aider à aller vers ce qui est important pour toi. A toi de penser à ce que tu vas dire à chacun en fonction de ce que tu veux/peux leur dire, de ce qu'ils peuvent comprendre...Il te sera sans doute difficile de tout chambouler d'un seul coup mais y aller petit pas, par petit pas te permettra d'avancer.

Alors dès aujourd'hui, tu peux déjà te fixer un 1er objectif : quel est la plus petit chose que je peux faire dès maintenant pour travailler le programme LC ? Peut-être te sera-t-il plus facile d'expliquer ta démarche à ton mari et lui dire que tu as besoin d'un peu de temps, de tranquillité pour faire des exercices qui pourront lui sembler bizarres mais que tu as besoin de son aide, que tu as besoin de son appui pour faire du mieux que tu peux les expériences qui te sont demandées afin d'aller mieux plus tard...Si ton rapport à l'alimentation s'apaise, il y aura sans doute comme un effet de dominos sur d'autres aspects de ta vie.

Est-ce que tu as suffisamment d'importance à tes yeux pour essayer de trouver le moyen de t'accorder un peu de temps pour faire LC ? Il est nécessaire d'expliquer tes besoins autour de toi, gentiment, sans agresser, juste en expliquant que c'est important pour toi d'avoir du temps avant le repas, le soir pour faire la PC....enfin tout ce dont tu auras besoin pour faire le programme. Les personnes qui t'entourent ne sont pas dans ta tête, ne vivent pas ce que tu vis, ils ne SAVENT pas de quoi tu as besoin, il suffit juste parfois de leur dire.

Grace à cette méthode j'ai appris une chose importante, la bienveillance envers moi-même. La bienveillance c'est aussi accepter de ne pas réussir parfaitement les choses, c'est reconnaître qu'on a fait du mieux qu'on pouvait vis à vis de soi, vis à vis des autres. C'est oser demander de l'aide aux autres quand je ne peux pas m'en sortir seule (même si ma fierté mal placée en prend un coup), c'est avoir le courage de montrer mes faiblesses mais aussi être fière de mes forces...

Prends le temps de réfléchir au meilleur moyen de faire passer tes demandes avec les uns et les autres, il y a suerment des possibilités.

Haut de page 
X