décalage "moi idéal" et moi - 15052014

Aurelia54.
Abonné

Coucou à toutes

 

Je crée ce post pour celles que ca intéressent.. En effet j'ai remarqué que beaucoup de stress dans ma vie venait de ce sentiment de décalage face aux idéaux/ exigences que je me fixe et moi telle que je me percois.

Mon moi idéal serait mince, jolie, populaire, intelligente, aurait un métier hyper valorisé , serait organisée, entourée, aurait toujours des choses intelligentes à dire.. J'ai un peu l'impression de courir après cette personne idéale que je voudrais être. Mais je crois que ce n'est qu'en acceptant celle que je suis aujoud'hui que ca marchera. Mais ca me fait peur de me dire "tanpis si je ne suis pas comme si ou ca" comme si j'acceptais ma faiblesse et mes défauts que je ne veux pas accepter

Comment relativiser peu à peu les attentes que l'on a envers soi?

 

Merci à toutes pour votre aide

 

Aurélia

Commentaires

FRED73
Marraine
Personne n'est parfait et tant mieux ! Que penserais tu d'une personne qui serait parfaite, elle ne t'énerverais pas à toujours tout savoir à tout faire parfaitement ? En tout cas moi si ! C'est touchant les imperfections, les maladresses, tu ne trouves pas ?
Violette28.
Abonné

Coucou Aurelia54!

Ca me parle complètement, ton post!! En effet, j'ai l'impression de m'être longtemps "gâché" la vie à ne jamais être satisfaite, tout ça parce que je place la barre trop haut, ou que la réalité est bien différente de tout ce que j'avais imaginé et IDEALISE!!

Et j'ai remarqué que ça polluait à peu près tous les domaines de ma vie:

côté professionnel: je ne me sens jamais assez compétente

côté  perso: pas assez belle, je ne m'affirme pas sassez à mon gout

côté famille: ma vie est en complet décalage avec l'idéal que j'avais en tête, et pourtant, cette vie là, c'est moi qui l'ai choisie, ça ne m'est pas tombé dessus par hasard...

J'ai acheté le livre Le choc de la réalité de Russ Harris, qui s'adresse beaucoup à des personnes qui vivent de gros chocs, mais qu'on peut aussi lire quand on a du mal à accepter la réalité par rapport au fantasmé. Et Le piège du bonheur aussi, ça m'a drôlement aidé...

Avant, j'étais globalement souvent très insatisfaite, et je commence à apprécier vraiment plein de choses dans ma vie, en étant présente au présent, surtout dans les moments joyeux. Grâce à ça, les moments moins joyeux ressemblent beaucoup moins des cataclysmes, ou à des drames insurmontables.

Comment accepter la réalité et relativiser les attentes que l'on a envers soi? Avec la défusion, ou en verbalisant ce qu'on ressent: "tiens, je remarque que je m'énerve alors que j'aimerais etre toujours d'un grand calme: oui, je suis quelqu'un d'humain", "tiens, je n'ai pas eu de réponse intelligente, je me sens nulle de chez nulle, ah c'est l'histoire de la fille nulle qui revient dans ma tête".

Ce qui est bizarre, c'est qu'au début, on se sent un peu bête à "exprimer" ça, et puis un jour, on se rend compte que, sans s'en rendre compte, on a pris du recul, on a relativisé.

Je ne relativise pas parce que je me dis: à partir d'aujourd'hui, je DOIS relativiser. Je commence, tout doucement à relativiser, parce que je développe un nouveau mode de fonctionnement, un nouveau mode de pensées, et je commence à croire vraiment Christophe André quand il dit que la pleine conscience est vraiment aidante pour ne plus déprimer!!!

Voilà comment j'essaie de faire, et, ce n'est pas parfait tous les jours, mais je me sens souvent vraiment mieux!!

Bon courage à toi!

Violette

Aurelia54.
Abonné

Merci Fred53 et Violette pour vos réponses!!

 

Fred53, je suis totalement d'accord... En fait je sais pas mais je trouve que ce forum m'aide à ouvrir les yeux sur le fait que nous sommes tous des êtres humains vulnérables et ce qu'il y a de bien c'est de pouvoir partager ces moments de difficultés car ils font partie de la vie. J'ai commencé à me sentir plus proche des gens en suivant cette manière de penser

Violette, je crois que oui apprendre à désidéaliser nos attentes envers nous mêmes c'est important, j'ai souvent pensé que je ne serait ok que si ceci ou cela (je perdais du poids, j'arretais les EME, j'avais plus d'amis, un copain ect) mais c'est quand j'ai arreté de penser ainsi que je me sens le plus relax et que les choses viennent d'elles mêmes

Le truc c'est qu'a force de courir après plein d'objectifs différents, en ce moment je me sens un peu "vide" enfin je ressens une période de flottement un peu bizarre en ce moment car je n'ai plus d'objectifs à remplir.. ^^Mon seul objectif étant de progresser sur la voie de l'acceptation !!!! 

Bon courage à toutes, merci encore de votre soutien 

 

Aurélia

marieal.
Inscrit

[quote=Aurelia54]

 

Le truc c'est qu'a force de courir après plein d'objectifs différents, en ce moment je me sens un peu "vide" enfin je ressens une période de flottement un peu bizarre en ce moment car je n'ai plus d'objectifs à remplir.. ^^Mon seul objectif étant de progresser sur la voie de l'acceptation !!!! 

[/quote]

je vais te redire ce qu'on t'a déjà dit sur un autre post je crois: essaye de lire le piège du bonheur de Russ harris...

tu y découvriras comment remmetre tes valeurs au coeur de ta vie , pour ne plus te sentir vide par manque d'objectifs ou lorsque l'objectif est atteint ou inatteignable...

ximeleta.
Abonné

Super post qui me parle vraiment !

Je cours moi aussi depuis des années après un idéal inatteignable... Sur le plan physique, professionnel, personnel... Je sais que la perfection est impossible à atteindre, mais entre le savoir et l'accepter la marge est encore trop grande pour moi ! 

Tout cela me stresse vraiment au quotidien et me fait perdre beaucoup de temps et d'énergie, j'en suis consciente. 

J'essaye de me "soigner", et pouvoir en parler et voir que je ne suis pas la seule dans ce cas me réconforte... Alors une fois encore merci pour vos différents témoignages !

Haut de page 
X