Degustation impossible - le 03/11/2011

claire.
Abonné

je crois que j'ai trouvé un os à ronger, je calle depuis plusieurs jours sur la degustation des trois bouchées....

en fait, je me mets à table et là, j'ai tout oublié! je fonce, et à la moitié de mon assiette, voir à la fin du repas, je m'apercois que j'ai encore raté le coche pour faire cet exercice! J'y pensais 30mn avant, je tache de trouver le temps de faire de la RPC, et qd je m'assieds....RESET complet!

Affligeant! Il faut dire que vu les vacances, j'ai passé mes repas avec les enfants et que je suppose que j'y arriverai mieux si j'etais seule car j'ai un reel soucis avec ces repas en famille! Enervement pendant la preparation, grignotage, passage a table avec remus menage etc....je crois que quelques mères ici ont dejà parlé de cela et ça fait longtemps que je pressens que j'ai un vrai trouble alimentaire lié à ce moment... Donc, celui-ci a regler en priorité.

...mais un ce point là! Je ne le pensais pas! En fait, j'en oublie mes sensations, mes gestes, mes envies...je passe ce moment comme un plongeon difficile, je me bouche le nez, je ferme les yeux et je plonge dasn mon assiette!

Commentaires

Bedaseca.
Abonné

J'ai aussi deux enfants et c'est vrai que j'étais plus attentive à ce qu'ils mangaient qu'à ce que j'engloutissais.

Il faut être avec eux mais te concentrer sur toi et ton repas. C'est pas facile mais il ne faut tout de même pas mettre entre parenthèse la vie de famille. Par contre, si tu n'as pas faim à ce moment là prends une tasse de thé ou un bouillon pour les accompagner à table mais manges quand tu as vraiment la sensation d'avoir faim. C'est vrai que c'est dur de ne pas craquer mais lorsque tu décides de manger il faut vraiment que tu prennes le temps de mâcher chaque bouchée, de redécouvrir le goût de chauqe chose, d'avoir du plaisir lors des repas.

Je te tiens les pousses.laugh

MiMax.
Abonné

Claire, j'étais comme toi. Pas facile, seule avec 3 loupiots qui ont besoin qu'on leur coupe leur viande, qui demandent de l'eau, du ketchup, de la mayo, qui n'aime pas ceci et aimeraient plus de cela, etc...

Ma solution a été de me conditionner au fait que je ne pouvais manger qu'après avoir satisfait les besoins de tout le monde. Je leur prépare leurs assiettes, je réponds à leurs demandes, puis finalement, quand le repas est bien lancé, que le calme est revenu, je me pose, je me sers et je me concentre sur mon repas. Pour l'instant, j'ai fait le deuil de m'asseoir en même temps que tout le monde et de commencer à manger avec les autres.

C'est d'ailleurs un assez bon exercice pour se recentrer sur ses sensations, car quand la faim nous tenaille et on aimerait se jeter sur la bouffe, mais tout en s'occupant des enfants, on réussit parfois à se dire "oh tiens, c'est le ventre qui se manifeste, aujourd'hui j'ai des gargouillis, ..."

 

Et de manière plus concrète, pour penser à faire la dégustation, tu peux placer un objet sur la table qui te rappelle de déguster (comme le noeud au mouchoir), ou encore une petite affichette dans ton assiette. Quand je faisais cet exercice, je me souvenais parfois de la dégustation qu'après quelques bouchées, mais je faisais quand même l'exercice, je pense que ça marchait aussi.

J'espère que ça va marcher pour toi.

Lia.
Abonné

J'ai pensé aussi à un set de table personnalisé avec des mots qui te réconfortent ou uen photo ou autre. J'ai lu hier cette phrase de Kabat-zin: " apprendre à m'arrêter par sagesse et amour". 

claire.
Abonné

hier soir, j'ai bien precisé que nous passions a table pour passer un moment agréable et que demandais de ne pas parler si ils avaient à dire des choses qui risquaient de troubler ce moment en famille...moment auquel nous accordions tous de l'importance puisque c'est celui durant lequel nous nous retrouvions!.....

Bien sur, l'un a commencé par une crise devant son bool de soupe, l'autre car elle n'avait pas la cuillère qu'il fallait...une fois tout en ordre et tout a table, je me suis calmement assise en precisant, maitenant, je m'assieds, nous sommes là les uns pour les autres et j'aimerai diner en vous ecoutant discuter de trucs sympas....

.....et tout a deraillé car je le reconnais moi meme....je me suis tendue en un quart de tour.

Conclusion, j'ai diné vite, tres vite, mais au moins je me suis levée plutot que de continuer à manger....

Je suis revenue pour leur signaler que c'etait la seule chose de la soirée que je leur avais demandé et que j'etais tres déçue de voir qu'ils n'arrivaient pas à acceder à cette demande, legitime de ma part... pour leur confort personnel mais aussi par amour pour moi.

rien qu'a le raconter, tout ceci est à la fois ridicule et tres glauque!!!

Mais je me suis couchée en medisant que malgré le peu mangé, j'avais le ventre balloné et une enorme insatisfaction....

N'empeche que je ne vais pas lacher.

claire.
Abonné

Je reviens sur ce post car rien n'a avancé....j'ai mm recommencé à zero le carnet degustation....rien n'y fait!

Bon, pour etre positive, j'arrive à chaque repas à me repeter au moins 3 ou 4 fois: " regarde, sens, goute ce que tu es en train de manger"....mais rien de plus!

voilà! a par une rencontre merveilleuse avec un deli choc reconfortant....j'ai d'ailleurs remarqué que j'aimais bien alors que j'aurai toujours pensé detester ce genre de trucs!....mauvaise nouvelle!

lahiza.
Abonné

Moi aussi j'en suis à l'étape sur la dégustation. Et j'oublie de le faire ! Mais en lisant toutes ces discussions sur le sujet, je vois que je ne suis pas la seule ! et comme ça je deviens plus patiente avec moi-même. Et je me remets au travail aujourd'hui.

Eva.
Abonné

Dégustation difficile pour moi aussi. Je réalise que si je suis à table avec de la famille, que ce soit mon mari, un ou 2 enfants ou tous ensembles...je ne sais plus ce que je mange. Je les vois peu, ce moment devient LE moment d'échange, la discussion est souvent très animée, très drôle ou pleine d'argumentations compliquées (les ados, ça pose de vraies questions et ils ont beaucoup d'opinions) et c'est comme si j'étais avallée par les débas comme si je n'existais plus que pour être dedans à 110%, pas perdre une miette...

Des mots alimentaires (miette, avaler...) mais en attendant, j'ai terminé l'assiette sans vraiment savoir que j'ai mangé. Pourtant je prends des choses que j'aime exclusivement, qui ont du gout et tout et tout...mais ça ne suffit pas...j'oublie tout, je ne ressens rien.

J'ai lu plus haut l'histoire du panneau: sans rire, je vais essayer car sinon, je ne décole pas sur ce comportement.

Haut de page 
X