But des exercices de PC - le 22/08/2011

Benedicte0206.
Abonné

Bonjour,

 

Je viens de commence mes 4 jours d'exercice de pleine conscience, en apprenant à se concentrer sur sa respiration mais je voudrai savoir l'intérét de ces exercices ?

J'espére que ma question n'est pas stupide.

Bénédicte

Commentaires

kkarine11.
Abonné

Bonjour Bénédicte,

J'ai eu un peu de mal au début avec la RPC.Je n'arrivais pas à me concentrer, je m'étouffais. Puis, j'ai essayé l'image refuge qui a bien marché pour me calmer.

Aujourd'hui, je reviens naturellement à la RPC quand je suis énervée, ou angoissée. D'abord, cela me calme, je ne me noie pas dans des émotions qui me submergent. Au lieu de ça, j'essaie de les laisser arriver. Je "regarde" ce que je ressens. Je suis triste, abattue, je ressens des picotements sur le visage etc...

Si tu laisse arriver les pensées ou sensation au lieu de les combattre, à la longue elles te paraîtront moins terrifiantes. Et y mettre un terme quand on en a fait le tour en essayant de ramener l'attention sur la respiration, c'est dire " stop, j'e sais ce que je ressens, je passe à autre chose".

Mais au début, ce n'est pas simple car nous avons l'habitude de mettre un coussin sur nos émotions pour ne pas les entendre et souffrir. Il me semble qu'on est tous là parce que ça ne marche pas.

Ne t'inquiète pas, il faut un peu de temps. Et se l'accorder !

 

A bientôt

Karine

carton.
Abonné

Oh que non cette question n'est pas stupide. En tout cas, moi, je me la suit posée. Et j'ai trouvé les réponses dans un livre très bien fait ("Un temps pour la méditation" de Carl de Miranda, aux éditions Flammarion). Et je t'invite à le lire.

Voici quelques phrases clefs, extraites du bouquin, qui pourront t'éclairer :

 

LE TOURBILLON DU MONDE MODERNE :

La pensée crée une représentation virtuelle du monde plus ou moins probable, plus ou moins précise. Sans maitrise, une surstimulation de la pensée aboutit à un mode de fonctionnement permanent et parasite de la pensée. Les désirs créent des pensées visant à réaliser ces désirs.

LE REGNE DE LA PENSEE :

La pensée fonctionne toute seule, quasiment en permanence. Sans entraînement, nous ne pouvons pas l'arrêter.  La plupart du temps, le contenu des pensées s'impose à nous. Notre attention est hypnotisée par nos pensées. La pensée omniprésente nous prive du contact direct avec la vie.

Confondre ce que l'on pense et la réalité conduit à vivre dans un monde virtuel, une bulle personnelle, en déphasage avec le monde réel.

Perdus dans nos pensées, nous perdons le contact avec les autres, avec le monde. Perdus dans nos pensées, nous nous sentons seuls.

Perdus dans nos pensées, nous ne sommes plus en contact avec la profondeur de notre Etre. Pour nous épanouir, pour nous comprendre, pour retrouver le lien qui nous unit à l'Existence, il faut redécouvrir notre profondeur.

Deux erreurs conduisent à la Dictature de la pensée dans notre vie. L'une est l'incapacité à maitriser l'outil qu'est la pensée. L'autre est l'incapacité à gérer, à connaitre, à hiérarchiser nos désirs.

La méditation à deux objectifs principaux. D'abord, libérer notre attention des pensées. Ensuite, observer, connaitre et  épanouir notre vie intérieure.

LA CONCENTRATION :

à chaque fois que je quitte ma rêverie pour ramener mon attention vers ma respiration, je fais un pas de plus vers la liberté.

chaque situation de rêverie est une opportunité pour pratiquer.

L OBSERVATION INTERIEURE :

le paysage intérieur est composé de pensées, d'émotions et de sensations. Pour l'observation intérieure :

-l'attention devient ouverte, souple

- la respiration est toujours à disposition en cas de décrochage vers les pensées

- je laisse le spectacle intérieur se dérouler sans intervenir.

Peur, colère, tristesse et joie sont les quatres émotions fondamentales. Toute émotion peut être décomposées en y détectant ces émotions fondamentales.

Au-delà des sensations "physiques", on peut percevoir des énergies subtiles. Pensées, émotions, sensations sont des formes particulières prises par notre énergie interne.

Derrière des pensées parasites, se cache généralement une émotion. Un désir, c'est avant tout un état de tension interne cherchant à s'apaiser.

Observer avec une attention douce,  vigilante et bienveillante donne de la vie à ce qui est observé et de la connaissance à celui qui observe. Bien observer, c'est observer tout ce qui se présente, sans préférence.

Notre histoire personnelle, et notre éducation nous ont conditionnés à fuir le ressenti de nos émotions. Quand une émotion monte en nous, les pensées parasites inventent des scénarios pour la supprimer. Méditer, c'est arrêter de fuir notre ressenti et aller à sa rencontre.

Ne pas se crisper, sur une tension interne, et lui donner le temps de s'épanouir. Après une cession de méditation, prendre un moment pour intégrerce que nous y avant découvert.

LES EMOTIONS :

à la base, une émotion est un mouvement naturel de l'énergie en nous, accompagant certaines situations caractéristiques de notre vie. Une émotion adaptée est en harmonie avec la situation. Une émotion parasite est en déphasage avec la situation. 99 % de nos émotions sont parasites.

Des émotions comprimées peuvent rester emmagasinées en nous, soit du fait de l'éducation reçue, soit du fait d'épisodes difficiles de notre histoire personnelle. Une émotion parasite est en réalité alimentée par une émotion comprimée liée à une situation passée plus ou moins similaire à la situation présente. Méditer avec l'émotion parasite va permettre de libérer l'émotion comprimée qui se cache derrière.

Ni répression, ni emportement, seul l'accueil vigilant et bienveillant des émotions libère les émotions comprimées.

" OUI " est le maître mot de la méditation.

DEVELOPPER LA PRATIQUE DE L OBSERVATION INTERIEURE :

Une émotion comprimées est accompagnée d''un ensemble de fausses croyances.Ces fausses croyances visent à empêcher que surviennent des situations capables de réveiller l'émotion comprimée. Dénouer un noeud intérieur, c'est libérer l'émotion comprimée, et se libérer des fausses croyances associées.

Le refus d’une situation trouve sa source dans le refus de la tension interne liée à cette situation.  L’acceptation n’est pas la résignation, mais la base de l’action lucide.

Plus il progresse, plus le méditant aime les autres, aime la vie.  Aimer rend heureux. Lorsque la tête est vidée de ces fausses croyances, lorsque le cœur est dénoué, l’ Amour rayonne spontanément et inconditionnellement.

 

Voilà, voilou, J'ai pris pas mal de temps à retranscrire toutes ses phrases dites " à retenir".... j'espère que j'en ai le droit ???? bonne méditation ! wink

Haut de page 
X