Des larmes dans le miroir - le 14/05/2015

minka.
Abonné

Un petit cri du coeur aujourd'hui... Je suis nouvelles mais on m'a dit que la communauté était géniale de soutien et d'entraide. C'est ce que je viens chercher: vos témoignages m'aideront peut être....

Je sais que ça pourrait en faire hurler certaines car je n'ai finalement pas beaucoup de poids à perdre par rapport à d'autres, mais on est toutes dans le même bateau je crois...

Donc ce matin, j'ai pleuré en me voyant dans le miroir. Ce n'est pas la 1ere fois que ça m'arrive, non. Ca me fait mal de voir tous ces kilos sur moi, je trouve ça moche, j'ai du mal à me reconnaitre. Je suis boudinée dans mes vêtements, je ne peux pas m'habiller comme je le voudrais et ça me déprime.

Quand je me suis regardée, j'ai dit à celle que je voyais "j'aimerais pouvoir t'aimer" mais j'ai du mal... Les larmes me montent aux yeux à érire celà. 

Je sais qu'il faut que je m'accèpte, sans quoi tout ce travail sur l'alimentation risque d'être contre -productif. Je sais bien que je dois cesser de me battre contre moi-même, c'est pour cela que je suis ici et non sur le site d'un énième Ducon ou Co***. Je sais que je dois éprouver bienveillance et bien être pour commencer... Je sais aussi que c'est le plus dur.

J'ai lu récemment que notre corps devait être notre meilleur ami, car c'est grace à lui que nous ressentons, que nous aimons, que nous vivons... Pour l'instant, il est à peine mon pote. Comme si lui et mon esprit étaient 2 entités à part...

Comment réconcilier tout ça?

Commentaires

Edith en Savoie
Abonné

Bonjour Minka. Nos âges (j'ai un fils de ton âge, et une fille de quelques ânnées ton aînée !) , nos histoires sont différentes, mais tes mots rencontrent un écho en moi. S'aimer, bien sûr, s'accepter, c'est sans doute la clé : pour moi, aussi, de ce point de vue, il y a du boulot ! Il y a des jours où je n'aime pas non plus ce que je vois dans le miroir, mais ce que je peux te dire, c'est qu'à un peu plus de trois semaines de LC, je ressens déjà un bien-être, une sensation de légèreté. Cette impression est sans doute en décalage avec la perte réelle de poids que j'ai obtenue, mais qui existe néanmoins ! Et, pour ma part, étant donné mon âge, je craignais que ce ne soit encore plus difficile. C'est donc très encourageant, et ce le sera encore plus pour toi à 36 ans ! Depuis que je suis abonnée, je vais de découverte (sur moi) en découverte et d'étonnement en étonnement ! Je ne sais pas si cela t'aide mais je te souhaite bonne route vers la sérénité !

dolau51.
Abonné

Bonjour Minka, et bien tu sais tu n'es pa la seule a qui le miroir dévoile la vérité ,....j'ai 63 et l'album de photos parle malheureusement .Je passe devant le miroir et je me pose souvent cette question, "est ce que je reviendrai un jour comme avant?" je ne parle pas de forme car tu sais en prenant de l'âge le corprs se transforme , mais au moins la poids , j'ai trop pris sans m'en rendre compte des kilos , alors l'image du miroir surtout de profil car j'ai beaucoup de ventre me démoralise et j'ai moi aussi envie de pleurer. alors tu vois tu n'es pas la seule , il faut se ressaisir , et cette fois avons nous trouvé la bonne méthode ?, aprés tant d'echec dans le passé!!!!les régimes je les connais tous moi aussi....... je te souhaite bon courage et surtout ne baisses pas les bras!!!! a bientôt

gentedame.
Abonné

et bien je connais ce problème et, par phase, je ne peux me regarder. En ce moment suite aux kilos perdus mais aussi à ma peau qui change, à l'âge, je me trouve flasque, horrible. Je sais que je dois faire du sport mais pour le moment je n'y aprviens pas.Toutefois je suis allée me faire faire un massage, j'ai osé cela, de façon à ressentir mon corps autrement. Je mets aussi à contribution mon mari ( je suis certaine que le tien acceptera) car ces massages ont une vertu apaisante et permettent aussi de se décomplexer. Par ailleurs, comme je te l'ai dit, se faire un petit plaisir avec une nouvelle fringue est important de temps en temps. Bien entendu il n'est pas question de subir l'épreuve de la cabine d'essayage ! il faut trouver la bonne boutique dans laquelle on saura te conseiller, voire te faire essayer des vêtements que tu ne soupçonnais pas t'aller si bien. Notre silhouette change donc notre look peut changer aussi, et cela permet d'aller de l'avant.

Lorsque tu dis que tu as peu à perdre, tu sais bien que le plus important est dans la t^te. Je me vois plus mince que je ne suis en réalité depuis que j'ai commencé cette méthode et cela me convient très bien ( je ne sais plus si cela s'appelle le poids mental ou autre ). Donc, en passant par le regard des autres ( ton mari, une vendeuse, quelqu'un d'autre) tu peux reprendre confiance et t'apercevoir que tu te dévalorise beaucoup.

Courage et nous sommes là ;)

Patience
Marraine

[quote=minka]

J'ai lu récemment que notre corps devait être notre meilleur ami, car c'est grace à lui que nous ressentons, que nous aimons, que nous vivons... Pour l'instant, il est à peine mon pote. Comme si lui et mon esprit étaient 2 entités à part...

Comment réconcilier tout ça?

[/quote]

minka,

Eh bien, c'est déjà chouette que ton corps soit "à peine" ton "pote" ! Imagine, tu aurais pu écrire qu'il est ton grand, ton pire ennemi, que tu l'exècres, que tu veux le faire disparaître, t'en débarrasser, que sais-je encore...
Il est à peine ton pote... Bon...

C'est souvent le cas pour nous, ce sentiment que notre corps et notre esprit soient "2 entités à part" comme tu dis.

Comment réconcilier tout ça ?
Tu as déjà eu de belles réponses des autres filles... Je pense notamment aux massages...
Le "simple" fait de se toucher, d'être touchée. Poser les mains sur soi. Porter attention aux sensations que cela procure : chaleur, fraîcheur, texture de la peau... Et on peut parfois se surprendre à (re)découvrir une peau plutôt douce, par exemple.
Ou alors porter attention à sa respiration et percevoir ce qui bouge en soi...
Peut-être aussi penser à ces essentiels qui nous font exister : un coeur qui bat, des poumons qui se remplissent d'air, un système nerveux qui nous fait ressentir, un cerveau qui décode les informations que nous recevons...

Bref. Peut-être "rentrer" dans notre corps, passer la barrière visible pour toucher le perceptible. Au-delà de l'enveloppe, décacheter cette enveloppe si je puis dire, l'ouvrir et prendre conscience de ce qu'il y a dedans... Un regard presque purement anatomique, peut-être ; mais qui peut aider à prendre conscience que "c'est grâce à lui que nous ressentons, que nous aimons", comme tu l'écris si bien.

Et puis peut-être s'attacher à notre sensorialité : les goûts, les odeurs, la vue, le toucher, l'ouïe. C'est ce vers quoi la dégustation nous pousse ici.
Mais ces sens sont là en permanence. Et y faire attention, c'est aussi une manière de percevoir son corps de manière plus bienveillante. Sans ces sens, nous ne serions rien... ou pas grand chose !

Voilà : l'intérieur du corps et ses organes vitaux, les sens... déjà ça, peut-être que ça peut être une piste de réconciliation...

Je ne sais pas, je te livre ce qui m'aide le plus ; si ça peut te servir...

Au plaisir de te lire

marieal.
Inscrit

tu ne parles pas du tout dans ton post d'une éventuelle pratique sportive?

un bon moyen d'être pote avec lui c'est d'en tirer aussi de la satisfaction personelle: soit par le fait d'être fière de ce qu'il te permet d'accomplir malgré tout ces kilos, soit en étant source de bien être ( yoga, natation, relaxation, danse)

moi j'allie les deux et malgré un surpoids évident je suis pas du tout achée avec ce corps qui me permet plein de choses sympathiques pour peu que j'en prenne soin en m'entrainnant. C'est pour ça que je trouve important quand on se met à courir de se fixer un petit objectif, genre je participe au 5 km de mon village, pour pouvoir être fière de soi, de sa progression et de continuer à progresser par objectifs adaptés à ses capacités.

izabelle
Animatrice forum

coucou minka

ce qui m'aide c'est d'aimer mon corps,  et la graisse supplémentaire accrochée dessus, en revanche,   lui accorder un mépris poli,  en espérant qu'elle ne soit là que temporairement

mais même si elle voulait taper l'incrust, cela n'empêcherait pas que mon corps, oui, soit mon meilleur ami

car le corps, cela n'est pas le gras, mais bien tes muscles, tes os, tes sensations alimentaires

personnellement j'expériment chaque jour à quel point il est mon meilleur ami quand il me dit  quand manger, quoi manger, il me guide

après je ne l'écoute pas toujours, mais il est souple, et inlassablement il me re-guide,  il ne se fache jamais

c'est comme un GPS, il  "recalcule" les choses en permanence, avec une patience infinie  quand je l'arrose de chocolat pour essayer de calmer mon mental

 

c'est pour ça qu'il est devenu mon meilleur ami

la graisse, elle non, mais à force de lui accorder moins d'importance, elle ne me gene plus outre mesure

je voudrais toujours qu'elle s'amenuise, enfin encore un peu plus, mais ce n'est plus le plus important

le plus important c'est de vivre

 

ce qui m'a beaucoup aidé dans le rapport à mon corps c'est de me faire suivre par un kiné-ostéo

ça fait presque 9 mois   et cela m'a aidé de voir sa patience à lui pour ma posture à moi

evc.
Abonné

Quelle belle déscription, Izabelle,

je vais la garder bien dans mon esprit, car c'est tellment vrai qu'on a tendance a confondre notre corps avec la graise qui l'entoure!

gentedame.
Abonné

ce que l'on remarque souvent c'est que les gens qui nous entourent ne nous jugent pas. C'est nous qui nous faisons du mal en imaginant que l'on nous regarde de travers. L'image que l'on a de nous, le regard que l'on porte sur notre corps est souvent sans complaisance, c'est ce qu'il faut changer même si ce n'est pas facile

Haut de page 
X