entre faim et compulsion... - le 11/02/2012

icietlaba.
Abonné
Je passe par chez vous aujourd'hui car je me pose une question.. Apres 2 mois passé ici je me demande ou est ce que la faim s'arrete et au final ou est ce que la compusion commence... Experience passée: il est 13h00 je suis au travail et je suis censé manger dans une demi heure..j'ai tres faim..du chocolat est devant mon nez...je me dis ou est le mal vu que j'ai faim et qu'en plus j'adore ça...bref j'en mange un certain nombre ptet 50g et ce sentiment de compulsion apparait...arffff est ce ma restruction qui reviens..mes eme... je ne sais pas.... et vous qu'en pensez vous?

Commentaires

sagattine.
Abonné

En tout logique, si tu as faim et que tu manges un peu pour calmer ta faim avant le repas ce n'est pas de la compulsion, et c'est même un comportement tout à fait normal. D'une part parce que anger quelque chose qui est sous notre nez quand on a faim c'est humain (ok pour ne pas manger quand on n'a pas faim, mais si on a faim et qu'on ne peut même pas manger ce qui est sous notre nez, où va-t-on!), et d'autre part parce que ça te permettra d'arriver au repas en ayant moins faim et donc en ayant la possibilité de faire plus attention à ce que tu manges et à tes sensations de satiété.

Après peut-être que tu ressens de la compulsion pour deux raisons :

Soit tu as trop mangé de chocolat, donc tu as dépassé ta faim et alors c'est de l'ordre de la compulsion (enfin je crois).

Soit tu penses encore le chocolat comme un élément interdit et tu te dis que le fait d'en manger est de la compulsion alors même que tu as simplement répondu à ta faim. Ce qui me fait dire que c'est peut-être la 2ème solution est ta phrase : "bref j'en mange un certain nombre ptet 50g". Sur LC ce n'est pas une question de quantité mais de satiété, cette phrase marque est peut-être due au fait que tu te représentes 50g de chocolat comme une grosse quantité sans tenir compte de la faim qu'elle permet de calmer. Du coup tu as l'impression de compulser alors que comme tu avais faim tu as pris la quantité qu'il te fallait.

J'espère que je suis assez claire!

En tout cas moi j'ai du mal à ne pas m'arrêter de manger, je peux ne pas commencer mais arrêter c'est vraiment dur. Bon courage!

Zéphyr.
Abonné

Bonjour Icietlaba ,

 

Cela m'arrive souvent, et ça me donne parfois un sentiment d'échec, parce que j'ai attendu ma faim et j'ai m'impression de la gâcher, non pas parce que je mange du chocolat (oui justement c'est du chocolat aussi!), mais parce que j'en mange trop, et ça je pense que c'est à coup sûr un effet de la restriction, pas sur l'aliment (ok on peut manger du chocolat), mais sur la quantité (je rêverai de n'en manger qu'un peu mais je n'en suis pas capable... ce qui est faux!).

Mais il m'est maintenant aussi arrivé plusieurs fois de manger un carré voire 1/2 carré en le dégustant, en le laissant fondre et me remplir la bouche, puis l'heure du repas arrive et la faim est encore là, plus supportable, légèrement comblée par ce petit bout de chocolat, et à ce moment-là je retrouve avec plaisir mon plat "normal", le plaisir d'un repas normal!

Bn j'avouqu'une fois arrivée là (c'est à ce stade que j'en suis arrivée dans mes progrès), il m'arrive d'avoir du mal à distinguer et respecter ma satiété pendant le repas.

Mais j'y travaille et j'espère être bientôt prête à accepter mes sensations.

J'espère t'avoir un peu aidée avec mon expérience!

 

Fabou

 

 

 

Chatoyante.
Abonné

Bonjour Icietlaba

Je ne suis pas certaine de comprendre ce bout là :

[quote=icietlaba] et ce sentiment de compulsion apparait...[/quote]

Est-ce que ça veut dire que tu as finalement fait une compulsion ou bien tu a eu envie de compulser sur le chocolat?

Pour l'envie de compulsion, je comprends tout à fait ce genre de réaction que je trouve normal. Parce que déjà quand on a super faim on a envie de manger tout un boeuf, alors 50 gr de chocolat c'est très peu. Et en plus, cette quantité n'a pas du être suffisante pour te rassasié.

C'est sur qu'on ne veut pas gâcher le repas si peut de temps avant. Ce qui fait que ça nous ramène à l'effet de restriction de se dire que l'on en mangera pas trop pour ne pas gâcher le repas.

Mais peu importe la réponse au fond, ce qui est clair, c'est que cela a déclenché des pensées qui, à leur tour ont déclenché une/émotions.

icietlaba.
Abonné

Merci les filles pour vos precieux conseils...çà va m'aider à avancer...

Il y a pas mal de reflexion a faire là dessous, du coup, je me sens dépasser et vos messages eclairssissent vraiment ma situation...

Merci encore !!!

Haut de page 
X