envie de lacher - 11082013

jnlr.
Abonné

bonjour

je suis inscrite ici depuis presque 2 mois et je me pose plein de questions.

avant j'étais en restriction cognitive: est ce que je peux manger ça, en quelle quantité, par quoi je vais le compenser, combien de calories...

maintenant je passe a table et je me demande est ce que j'ai faim, ou envie de manger, à quoi est du cette eme, quelle émotion, est ce que je déguste, quelles sont les sentations. je culpabilise quand je cède aux eme, quand je fais pas la rpc et je me pose toujours pleins de questions.

 

alors biensur ce n'est plus les mêmes questions mais j'ai l'impression de ne pas être plus avancée, d'être toujours en train de controler pourquoi je mange et comment.

je n'ai pas perdu de poids

j'ai l'impression d'être dans une impasse et de me prendre la tête toujours autant qu'avant (pas avec les même critères mais quand même)

j ai envie de tout lacher, de manger ce que j'ai envie, quand j'ai envie, dans la quantité dont j'ai envie. j'ai conscience que c'est le but de la méthode sauf que j'en suis encore au stade ou je mange sans faim et je fais des compulsions.

 

je ne sais pas si je suis très claire. ça ne l'est d'ailleurs pas tellement dans ma tête.

j'ai juste envie de ne plus me prendre la tête! mais je ne sais pas comment faire.

est ce qu'on est condamné a toute sa vie passer a table en se posant des questions sur sa faim, sa satiété, ses émotions, sa dégustation.... est ce qu'un jour ça devient naturel et on le fait sans y penser?

 

est ce que si je lache tout pendant 2 ou 3 semaines en mangeant quand et comme je veux, même si j'ai pas faim, même si c'est une eme, ça me permettra de relacher un peu la pression? ou est ce que ce sera juste le début de l'échec?

 

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

bien sûr ce n'est pas évident de sortir de la restriction cognitive, quand nos pensées prennent tellement le dessus.....

donc en effet tu as remplacé le contrôle par des "règles diététiques"  à un contrôle par les "règles de sensations alimentaires"

je crois que c'est qu'on appelle ici  "un régime des sensations alimentaires"

du coup, on se sent quand même dans une restriction, du coup on a quand même des compulsions, parce que trop, trop de contrôle

 

en même temps je ne pense pas que la solution soit de tout envoyer balader, entre le contrôle serré et le lachage total.....

 

ce qui me semble essentiel, c'est que tu sois capable de lacher ton mental, quand tu manges,  à mettre vraiment ta conscience dans ton corps

je sais, c'est dur, et ça ne se fait pas du jour au lendemain

ce que tu peux faire, quand toutes les pensées sur les sensations alimentaires viennent te "prendre la tête",  c'est de les accueillir simplement, genre "  ah la brigade de contrôle faim-satiété.....  bienvenue..."

et de te re-centrer sur une seule chose : le goût de ce que tu manges, la dégustation......

tu accueilles tes pensées contrôlantes, mais tu ne les suis pas, tu te recentres sur le présent, le goût simplement, le plaisir.....     

 

 

oui, un jour ça devient naturel, mais pas en deux mois, c'est sûr......

tu peux aussi pratiquer la RPC bien régulièrement, pour apprendre à ne pas "suivre" tes pensées, juste les accueillir et te recentrer sur le présent

 

essaie de ne pas trop "bien faire",  mais simplement de prendre cette distance vis à vis de toutes ces pensées

ces pensées ne sont pas mauvaises, mais simplement pas vraiment utiles quand tu es en train de manger

le goût, le goût, le goût.......

 

je te conseillerai donc de ne pas te lâcher totalement, mais de faire les choses de façon plus floue, sans te couper les cheveux en quatre, avoir  un peu faim, ou globalemen faim,  s'arrêter quand le goût n'est plus là......

l'intelligence de ton corps va reprendre le dessus peu à peu, mais il faut que tu acceptes de lâcher prise sur toutes ces pensées,  de les respecter bien sûr, mais de faire comprendre à ton cerveau que tout ça, ces pensées contrôlantes,  elles ne sont pas vraiment utiles en fait....    tu les laisses juste passer et tu te concentres sur n'importe quelle sensation

pleinedespoir.
Abonné

Hello jnrl,

Ce que tu décris n'est pas évident .. je crois que c'est  dur de retrouver ou de trouver tout simplement l'intelligence de notre corps que l'on a un peu perdue avec tous ces régimes, ce qui fait que l'on se pose mille questions  alors  que le mangeur régulé lui ne s'en pose 2: est ce que j'ai faim et de quoi ai-je envie??

il me semble que le début c'est de faire la paix avec soi.. facile à dire.. je suis comme je suis et c'est  déjà très bien et puis ensuite de voir ce que l'on peut changer et si ça vaut la peine.. je ne sais pas quel est ton poids, mais plus j'avance plus je me dis que le poids est une chose bien personnelle et qu'en fait il fait partie d'un tout que l'on ne change pas comme cela d'un claquement de doigt.En plus est ce souhaitable..? je suis moi aussi dans des interrogations mais  tant que j'apprends des choses sur moi  dans ce programme et que j'ai l'impression d'avancer, je continue...

Bon courage

mavo.
Marraine

Bonjour jnlr

Tu es loin d'être la seule avec ces questions.

J'ai participé à une journée avec JPZ et c'était vraiment une de mes grandes interrogations : c'est bien gentil, tout ça, mais c'est pas plus facile qu'un régime (même bien plus compliqué !) et je suis toujours en train de tout contrôler.

En gros la réponse, c'est qu'il faudrait arriver à passer du contrôle à l'écoute. Quand le discours interne est de l'ordre du "il faut que", c'est du contrôle. Quand tu parviens simplement à écouter tes sensations, ce n'est plus du contrôle. Je mange de la salade au delà de ma faim parce que "la salade, c'est pas grave" => contrôle. Je m'arrête de manger de la salade (ou du nutella) parce que je n'ai plus faim => écoute.

 

Facile à dire ! Je suis là depuis bien plus longtemps que toi, et je "bloque" toujours autour de cette thématique. Mais trèèèèèès lentement, par moments, j'arrive à écouter un peu plus. Trèèèès lentement, je suis moins dans le contrôle. Ce n'est pas simple. Mais il y a des tas de sujets qui avancent en même temps. Alors même si le sujet pour lequel je suis arrivée (le poids) progresse comme un escargot, les satisfactions des autres sujets me donnent toujours envie de continuer...

 

Voilà pour mon expérience...

lEONTINE17.
Abonné

Je confirme, Jnlr! Si cela peut t'aider à continuer, fin aout cela fera 11 mois que je me suis inscrite et en énorme restriction cognitive, et malgré mon enthousiasme ( rarement démenti, juste des hauts et des bas), malgré le plaisir immédiat que j'ai eu à me sentir libérée des régimes et la liberté de pouvoir enfin manger, cuisiner de tout, j'ai été très très longtemps encore en contrôle, observations et interrogations diverses qui, je te l'accorde, ont un côté parfois épuisant!!

Surtout lorsqu' on est dans la phase première, qui consiste à attendre , disons presque avant toute chose, de perdre du poids. Ce qui est d'ailleurs normal, compréhensible et tutti quanti.

C'est donc peu à peu, pour moi du moins mais nous sommes un sacré lot à vivre la mêm chose, que l'on commence à ressentir et pas seulement conprendre intellectuellement, ce que "ne plus être dans le contrôle", lâcher prise", veut dire! Ce que " se faire confiance" signifie réellement!

Pour ma part, je ne ressens vraiment cela, nettement, et plus fréquemment, que depuis quelques semaines!

Et pourtant, très vite, j'ai réintégré persque tous mes aliments sous haute surveillance, arr^été de pesser mes aliments ou compté les cuillérées..Mais "par en dessous", j'avais qaund même mon oeil intérieur de régimeuse qui surveillait, mine de rien!

Malgré cela, et certes  avec des phases de stagnation, de fatigue, de sentiment de contrainte passager, je mesure (et me réjouis toujours autant!) de  tout ce que j'ai gagné, au fil des mois. Et j'ai perdu 5 kgs, tout de même!

Moi pour qui plus aucun régime ne fonctionnait, depuis des années. Enfin, passé les 5 à 6 premiers kgs, je bloquais pendant deux ou trois mois, voire plus pour le dernier car je me suis obstinée...Et en étant dans la privation de beaucoup d'aliments, malgré l'assoupissement des régimes classqies faut le reconnaitre. Et en obéissant aux régles, aux rythmes, au respect des 3 repas / jour etc...Quelle galère et quelle souffrance! Tant d'effort( je ne parle même pas des matinées passées dans la salle d'attente du toubib, toujours en retard, tous les mois: temps perdu, route à faire et j'en passe!

Pour rien ou plutôt si: pour toujours plus de désespérance, d'incompréhension de tant de privations et de contrôles sans aucun résultat tangilble et/ou durable.....

Là, je les ai perdus, bien sûr archi lentement, même pas un kg par mois,  mais en ne faisant plus aucun régime: c'est la première fois de TOUTE ma vie que je mincis, doucement, en mangeant de tout, même des aliments gras et "caloriques"( mais pas que, hein!!) qui ont réintégré mes assiettes mais les placard et le frigo.

Première fois que ni fêtes de fin d'année ni anniversairs ni repas restaus ni ni ni , ont été source d'angoisse (avant) et de culpabilité ( après!)

Alors, je t'assure ça vaut le coup de pratiquer, dans un premier temps, la méthode Coué du "j'y arriverai, je vais finir par saisir l'esprit, j'accepte de laisser un peu de côté mon désir ( légitime) de perdre du poids, je gagne déjà sur d'autres plans dans l'immédiat" etc etc

Nos Mentors de docteurs ne cessent de nous redire le bienfondé de la patience, en la matière...Quelques semaines ou un trimestre avec LC: mais c'st vraiment trop peu pour la grande majorité d'entre nous, tu sais... C'est la Génèse, et encore!

C'est que nous "revenons toutes de très loin!" ( moi, de plus de 40 ans de régime, entre perte et rebonds, puis de moins en moins de pertes et de plus en plus de rebonds: plus jamais ça et ça mettra le temps quil faudra.

Courage et reste avec nous, tu vas voir que des choses vont changer en toi, et te libérer, même si le délestage des kgs se fait attendre: tu le prépares,  le délestage, pendant ce temps! En te faisant de plus en plus plaisir...Si si...

izabelle
Animatrice forum

j'ai oublié de dire, pour appuyer ce que viennent de dire les copines, que pour ma part, cette écoute, elle est venue peu à peu, mais lentement.....  ce "sortir"  du contrôle se fait progressivement, simplement parce qu'en faisant l'expérience des choses, on finit par se décoincer un peu

j'aime bien l'exercice de faire un lacher-prise par jour  (il y a un fil dédié sur le forum  "expé du programme"),  ça aide vraiment à sortir de ce contrôle, tant sur l'alimentation que nos émotions

lorraine
Marraine

Je rejoins tout le monde ici pour t'encourager jnlr à rester...Au bout de presque 2 ans je ne me considère  pas -encore- une compétente inconsciente parce que la nourriture et ben même si c'est plutôt sereinement et ben j'y pense encore (et je fais encore des EME, et j'en ferai sûrement toujours un peu ! etc....)

Je me rends bien compte qu'on On ne règle pas des dizaines d'années de troubles alimentaires en quelques mois, en tous les cas pas sur du long terme....Cela n'empêche pas une tonne de progrès.

Tu écris : "j ai envie de tout lacher, de manger ce que j'ai envie, quand j'ai envie, dans la quantité dont j'ai envie. j'ai conscience que c'est le but de la méthode sauf que j'en suis encore au stade ou je mange sans faim et je fais des compulsions."

Non, ce n'est pas le but. Le but est de savoir manger quand on a faim. Cela veut dire aussi qu'il faut savoir la ressentir

 

Non, surtout pas tout lâcher 2 ou 3 semaines comme tu l'évoques en fin de post  "faire tout comme tu veux" et revenir après...Cela sera peut être d'autant plus difficile, tu auras plus de culpabilité encore...Ce serait un fonctionnement en "tout ou rien" : ou je contrôle à fond ou je n'ai plus aucune vigilance, c'est "l'entre deux" qui est satisfaisant...avancer un peu, se laisser le droit de progreser à son rythme, remarquer les progrès, expérimenter  toujours et encore....

Pour apprendre à s'arrêter de se prendre la tête (c'est super que tu aies envie d'arrêter)  : apprendre à faire abstraction de notre cerveau...Je me visualise desfois sans tête wink quand je tente d'écouter mes sensations alimentaires (donc corporelles)  et qu'elles sont floues et que je me pose la question  !

La rpc (ou méditation) pratiquée tous les jours un peu sur plusieurs semaines est tout à fait indiquée pour apprendre à ressentir (plutôt que cogiter). Moi cela m'a énormément aidée  Quand l'écoute de son corps est particulièrement difficile, l'expérimentation du body scan pour vraiment sentir son corps est conseillée au début. Sûr, y a un effort à fournir, se poser immobile, enre soi et soi, mais ça vaut vraiment le coup...Tu verras tes cogitations vont largement s'atténuer....(je ne sais pas où tu en es des outils de pleine conscience mais ils devraient être là ou pas loin....)

Bon courage, respire, sois douce avec toi . Pensées.


jnlr.
Abonné

merci à toutes, de votre écoute, de vos conseils.

 

je n'ai pas tout laché, je continue et j'essaie de m'accrocher au programme.

un petit regard en arrière m'a fait voir le chemin déjà parcouru alors ce serai dommage de renoncer.

 

il y a plein de bonnes idées et de bons conseils dans vos messages.je vais essayer de m'approprier tout ça.

le lacher prise: je pense que c'est une des clés pour moi. je fonctionne au tout ou rien, je controle tout. j'ai lu le sujet qui s'y rapporte mais je n'ai pas encore pratiqué, je m'y joindrais dès que j'aurai une petite victoire a notifier!

la pleine conscience, j'ai repris une pratique plus quotidienne et c'est vrai que ça m'aide. et encore j'ai conscience que je n'ai encore qu'à peine entrouvert la porte de ce que j'avais a y découvrir (est ce que ça ne me fait pas un peu peur d'ailleurs, qu'est ce que je vais trouver derrière...) j'ai toujours fonctionner à la raison, au concret jamais aux émotions. j'ai l'impression de ne pas me connaitre et ça fait bizarre.

la dégustation: j'ai beaucoup de mal. je mange en famille et je n'arrive pas souvent à me recentrer sur mes sentations. petit à petit...

le poids: prendre du recul. il n'y a rien de dramatique. je vais oublier la balance quelques temps!

 

j'aime bien l'image de se "couper la tête" pendant qu'on est à table, mes problèmes viennent en grande partie de mes cogitations incéssantes, pas forcément sur la nourriture d'ailleurs, mais qui m'accaparent quand je suis en train de manger (ou de faire quoi que ce soit!) alors faire un peu taire la brigade du controle c'est une bonne idée!

j'ai vu hier que dans la rubrique "outil" il y avait plein de chose que je ne connaissais pas. je vais aller voir ce que ça donne.

mon objectif d'aujourd'hui: tenter de lacher prise sur quelque chose!

à suivre...

 

Noelle
Marraine

Bonjour Jnlr

 

en complément de ce qui t'a deja ete proposé, sur tes "cogitations incessantes" j'ai trouvé beaucoup de calme et de sérénité en considérant que ces pensées automatiques, ces pensées   là , n'étaient pas moi, mais juste des pensées, je pouvais juste les considérer, savoir qu'elles etaient là, sans les suivre ni les combattre,  c'est ce que tu trouveras sous un post sp"cifique "défusion"

en particulier ce qui m'a aidé, c'est l'idée de ne pas chercher a les combattre, ne pas chercher a les eviter

bonne journée, et en effet, à suivre..

jnlr.
Abonné

merci noelle

je viens de lire le post "défusion" et en effet ça me parle. je vais essayer de pratiquer!

 

à suivre...

Haut de page 
X