Et si j'arrêtais de me "perfectionner" - le 28/08/2016

liegama
Abonné

Bonjour à tous, 

J'ai eu comme une révélation l'autre jour en découvrant un blog "anti-régime" (the fuckitdiet) qui invite à arrêter d'essayer de se changer, de modifier son corps, son poids et apprendre à s'accepter (stop fixing yourself because you are not broken). Et d'arrêter toutes règles liées à l'alimentation afin de normaliser son rapport à l'alimentation. J'ai réalisé que j'essaye depuis 27 ans de modifier mon corps en le contrôlant à travers l'alimentation et le sport. C'est ce contrôle qui m'a poussé aux multiples régimes mais également ce contrôle qui m'empêche d'avancer dans LC car le but depuis le début pour moi est la perte de poids.

J'espère perdre du poids avec LC, car j'associe toujours une tonne de choses à la minceur (quand je serai mince je serai heureuse, légère, agréable, détendue etc.... ) Et j'ai appliqué la méthode comme une bonne perfectionniste en culpabilisant dès que je ne mangeais pas à ma faim ou que je ne m'arrêtais pas à satiété et en considérant les EME comme des choses à éviter. Et je me prenais la tête à chaque repas : est-ce que j'ai faim, j'ai pas très faim, je devrai attendre, si je n'ai pas faim "il ne faut pas" que je mange, j'ai pas réussi à m'arrêter à satiété, je suis nulle, je suis incapable même d'appliquer une méthode aussi simple etc.... autoflafellation/culpabilité en boucle continue et beaucoup d'anxiété. Du coup, même si j'ai arrêté de faire de grosses compulsions EME je n'ai pas perdu de poids mais je me sens en "échec" depuis 2 ans. 

La réalisation que je n'ai pas à changer mon corps a été une énorme libération et m'a fait prendre conscience que j'essayer tout le temps d'être parfaite en tout. Je me suis dit que j'en avais marre de vivre ma vie à essayer d'être parfaite en tout : mère parfaite, épouse parfaite, parfaite dans mon job, parfaite à me détendre, parfaite à perdre du poids, parfaite à faire de la PC, parfaite à manger uniquement quand j'ai faim, planifier des vacances pour qu'elles soient parfaites, l'ensemble de ma vie n'est qu'une quête vaine de perfection. Je me mets la barre hyper haut dans absolument tout ce que j'entreprends sans me laisser une once de répis et je m'étonne ensuite d'être épuisée, stressée et incapable de me détendre. Depuis toujours j'ai refusé de remettre en question cette manière d'être car elle a été un moteur énorme, j'ai réalisé des tas de choses à être ainsi. Mais aujourd'hui je n'en peux plus.

Alors je lâche l'affaire, je suis totalement, inexorablement imparfaite et c'est ok. Depuis cette réalisation, j'identifie beaucoup mieux les milles et unes pensées automatiques qui me traversent la tête tout le temps (souvent sur le thème il faut/je dois/t'es nulle/t'aurais pas du) et je m'autorise réellement à manger absolument tout ce que je veux quand je veux si j'ai faim ou pas et même en regardant la télé puisqu'il n'y a plus d'enjeu. Me suis dit que manger devrait être plus facile que ce que j'en ai fait jusqu'ici.

C'est comme si un énorme poids (c'est le cas de le dire) s'était envolé de ma poitrine.

Et vous, vous êtes vous déjà demandé comment vous mangeriez s'il n'y avait plus l'enjeu du poids ? et comment vivriez-vous si vous deviez garder le corps que vous avez aujourd'hui?

 

Commentaires

FRED73
Marraine

Coucou Liegama, 

Contente de te voir réapparaître ici ! Ah le perfectionnisme c'est également un poison pour moi. J'ai lu le livre l'apprentissage de l'imperfection de Tal Ben-Shahar qui préconise d'être optimaliste plutôt que perfectionniste eh bien après cette lecture je voulais devenir une parfaite optimaliste !

Question poids, je pense que je ne me prends plus la tête mais j'ai toujours l'espoir de perdre du poids. En fait, mon poids varie en fonction du fait que j'écoute mes sensations alimentaires ou non. Et je n'ai pas une idée vraiment précise de pourquoi des fois je suis dans l'écoute et à d'autres moments non. Je n'arrive pas vraiment à savoir si quand je ne suis pas dans l'écoute je suis dans le contrôle. 

liegama
Abonné

Coucou Fred, 

Bouquin intéressant, qui me ferait du bien de relire maintenant que je suis un peu plus ouverte à l'optimalisme.

Est-ce que tu es devenue optimaliste? C'est justement l'abandon de cet espoir de perte de poids qui me permet (c'est le début on verra dans quelques mois si ça se maintient) d'être dans l'écoute et non dans le contrôle pour la première fois. Je pense que tout l'enjeu de la perte de poids créait un stress permanent, presque subconscient qui m'empêchait de lâcher totalement le contrôle. C'était assez subtile, j'arrivais à manger en ayant une bonne faim, mais là où ça se corsait chez moi c'est la qualité et quantité des aliments ingérés.

Une fois à table, j'étais assaillie de pensées automatiques dont je n'avais pas pleinement conscience du genre : tu peux manger tout ce que tu veux, et donc tu peux manger ce gâteau au chocolat, mais as-tu vraiment faim? peut être que tu pourrais attendre un peu, tu n'as plus vraiment faim, ce serait mieux alors de ne pas manger le gâteau ou d'attendre d'avoir une vraie faim et je ne mangeais pas le gâteau au chocolat ou autre aliment en me convaincant que c'était mieux pour "perdre du poids".

Cette manière de penser crée un sentiment permanent de manque et envoie constamment à mon corps des signaux de "restriction". Or tout signal de restriction, même la simple pensée : je devrai manger moins de si ou de ça entraîne des EME.

Par exemple, je n'arrivais pas réellement à ressentir la satiété car je l'attendais avec ma tête et je finissais par me servir des portions que ma tête avait décidé comme raisonnables et que je terminais systématiquement. Autre sorte de restriction, je me forçais encore à manger "équilibré" : chaque repas devait comporter un mélange de légumes, féculents, protéines, bon gras ce qui entraînait une incapacité à écouter mes vrais appétits auxquels je ne faisais pas confiance. C'est un travail d'arriver à faire confiance à mon corps et à totalement lâcher la tête, mais de ne plus avoir l'enjeu de maigrir m'aide au plus haut point.

A contrario hier j'ai écouté mes appétits, j'ai mangé exactement ce que je voulais quand je le voulais, cela a inclus du granola à minuit (alors que je m'empêchais de manger après 22h le soir sous prétexte que ça allait ralentir ma perte de poids), des frites avec mayonnaise à midi, du pain beurré et le tout avec un relatif plaisir.

Le plaisir était également jusqu'ici un stress car je pensais en tout ou rien : soit je prends un immense plaisir à manger, et je "dois" manger que des aliments qui me font "parfaitement plaisir" soit je suis frustrée et alors EME. Je comprends maintenant que le plaisir que je peux avoir parfois dans un resto devant un super plat ne peut pas se reproduire 3 X par jour tous les jours (encore une idée de perfectionniste). Par contre j'ai plus de plaisir à manger des aliments qui me font envie au moment où j'en ai envie que de me forcer à manger des aliments dont je n'ai pas vraiment envie.

Qu'est-ce que tu espères en perdant du poids quelle vision as-tu de toi ayant perdu du poids, qu'est-ce que ça changerait de si fondamental dans vie ?

FRED73
Marraine

Sincèrement je pense que ça ne changerai pas énormément de choses dans ma vie de tous les jours de perdre du poids. Je pense que c'est plus une question de regard des autres. 

En fait, ce que je voudrais c'est être plus à l'aise avec mon corps que je dissocie de ma tête. Je ne l'assume pas et assume encore moins de prendre du plaisir avec lui que ce soit au niveau du sport ou de la sexualité et cela m'embête véritablement beaucoup !

izabelle
Animatrice forum

eh ben dis donc c'est une belle prise de conscience ça liegama!

c'est fou de voir à quel point on peut se mettre des diktats avec l'idée que ci ou ça va nous apporter quelque chose

 

de mon côté je ne renonce pas à me perfectionner, car je pense que c'est un mouvement naturel de l'être humain

mais il est vrai que je n'ai en aucune façon ce genre de pression interne

je serai plutôt à l'inverse, allergique aux revues qui prônent ce style de femme parfaite en tout

je dirai même que cela m'a posé problème aussi pour manger selon mes sensations, car n'avoir envie dans mes papilles que de fruits et de légumes, ça faisait trop "sain" pour être sexy

 

les personnalités sont bien différentes mais je pense que le besoin de perfectionnement n'est pas mauvais en soi,  on est poussé à s'améliorer, à aller dans telle ou telle direction

le mieux c'est de le faire à l'envie  et surtout pas pour avoir l'impression que cela va nous permettre d'être "accepté"  "aimé" par les autres

les autres nous aiment plus quand on est imparfaits, et de loin.....

 

mais on peut avoir envie d'améliorer certaines choses en nous-mêmes

par exemple de mon côté j'ai envie d'améliorer mon rangement, et j'ai de la marge de progression   wink

simplement cette amélioration n'est pas un enjeu d'acceptation sociale, c'est ça qui est très important

 

 

de mon côté j'ai déjà été plus mince que maintenant, et dans les faits cela ne change rien à part le fait qu'il est beaucoup plus facile de s'habiller, qu'on fuit moins l'appareil photo   et sinon rien d'autre

liegama
Abonné

Bonjour Izabelle, 

Je n'ai pas trouvé de traduction idéal au "stop fixing myself" en anglais, j'ai traduit "arrêter de me perfectionner" mais ce n'est pas exactement cela que je veux dire. Se perfectionner, s'améliorer est sain et positif, mais l'envie de "fix yourself", de se "solutionner "comme si on était "damaged", abimé et qu'il nous fallait nous "réparer" n'est pas sain, car cela part d'une croyance que nous sommes "mauvais" et qu'il nous faut mériter notre existence. Croyance qui m'habite depuis toujours.

Je crois que d'arrêter de "fix myself", c'est faire le deuil du statut de minceur auquel j'ai accroché tellement d'espoirs et d'illusions et d'arrêter de lutter et me défendre contre la souffrance inéluctable que la vie apporte parfois. 

Car à force de me protéger de la souffrance, de passer mon temps à me couper de mes émotions négatives, je finis par ne plus vivre mes émotions positives et un sentiment d'insatisfaction permanent m'habite. La pression interne que je vis viens de ma croyance qu'il me faut tout contrôler pour éviter à tout prix la souffrance, et ce contrôle m'épuise.

Parfois j'arrive à rester un moment avec une émotion ou un vague sentiment d'inconfort, je n'arrive pas du tout à identifier comme toi ce qui me traverse, c'est juste terriblement inconfortable mais je ne sais pas mettre de mots dessus. Je ne sais pas bien si je suis traversée par de la colère, de la tristesse, de la peur et je ne sais pas comment mieux identifier mes émotions.

izabelle
Animatrice forum

oui   to fix  c'est résoudre un problème comme je le comprends

donc c'est comme si soi-même à la base on était un problème, du moins certains traits de personnalité ou le physique

y'a pas mal de gens qui raisonnent comme ça, évoquant souvent  "mon problème"   ou "mes problèmes"

 

moi même pour ma fille petite j'avais tendance à raisonner comme ça : il y avait UN PROBLEME

un jour une dame que je l'emmenais me voir m'a dit un truc dans le style  "y'a surtout des solutions"

et bizarrement ça m'a libéré, de ne plus voir les difficultés de la vie comme des problèmes

 

quand j'étais petite, chaque année scolaire je me focalisais sur un "problème"  (mon poids, le sport, tel cours)  et ça prennait toute mon attention, ça m'empêchait de vivre

 

depuis que je pratique le fait de vivre mes valeurs à fond, j'ai traversé plus d'émotions mais ma vie s'est enrichie d'autant

 

 

je pense qu'il faut que tu renonces à identifier l'émotion, peut- être que tu cherches encore à contrôler

ne cherche pas à savoir quelle émotion te parle, mais simplement pose-toi, accuelle-là dans ton corps et écoute ce qu'elle te dit

ce n'est pas grave du tout de ne pas identifier, l'essentiel est d'arriver à l'accueillir dans le présent, donc dans tes sensations

 

comme tu le vois, cela t'amène à d'importantes prises de conscience, c'est donc que tu progresses en ce sens

 

par rapport au  "fix yoursel"  c'est possible que ça soit qqchse qui te vienne de tes parents aussi, c'est à mon avis assez fréquent

Milagros
Abonné

Bonjour à tous,

Je tombe sur ce fil, attirée par le mot "perfectionisme".

Je suis une perfectioniste qui a beaucoup de mal à se soigner et mon perfectionisme est un vrai obstacle, entre autres, à ma progression dans le programme LC. Comme beaucoup d'autres j'imagine, je n'arrive pas à mettre de côté l'obsession de la perte de poids et évidemment je ne perds pas ou alors je perds 1 ou 2 kg que je reprends très vite.

Par ailleurs, je me suis aperçue que je faisais LC comme on fait un régime, avec des 'il faut…", "je dois…" ou "je ne dois pas …". Depuis 2 jours, je suis dans l'étape de la gestion des fins de journées et je dois préparer ma soirée tout au long de la journée en me ménageant des pauses, une avant le déjeuner et plusieurs dans l'après-midi. Évidemment, j'oublie de les faire et ensuite je me trouve nulle, je me reproche de ne pas être capable de faire les exercices très basiques. Au lieu de me dire que ce sont les 1ers jours et donc que je n'ai pas instauré d'habitude, que peut-être qu'il faudrait que je me fasse un programme de la journée et que j'y inscrire noir sur blanc ces pauses pour ne pas les oublier ou alors mettre une alarme sur mon téléphone ; bref, au lieu de chercher des solutions pour que cela ne se reproduise pas, je m'auto-flagelle. Je trouve terrible d'avoir conscience qu'il faudrait m'y prendre autrement et de ne pas y arriver. Comme si une part de moi voulait que j'échoue …

Est-ce que quelqu'un vit cela ? Quelqu'un a-t-il trouvé des réponses à ça ?

Clara1975.
Abonné
"Comme si une part de moi voulait que j'échoue" C'est ma vie que tu décris là! Je cherche aussi les solutions. J'ai bien l'impression qu'il y en a de temps en temps et un peu plus progressivement. .. si seulement je pouvais regarder les efforts et les réussites en face, les faire miens, en être fière? Certains disent qu'il faut se materner soi même, d'autres qu'il faut s'adresser à soi comme à sa meilleure amie. C'est peut être un début vers l'acceptation de ses imperfections? La bienveillance. C'est vraiment vraiment vraiment dur à vivre, cet auto-sabotage permanent.
izabelle
Animatrice forum

oh là là je suis verte

j'avais fait un long message et bing  tout effacé!

 

ah ça m'énerve  angry

 

bon alors je vais essayer de redire ce que j'ai dit

la part de toi dont tu parles ne veux pas que tu échoues

mais elle veut de protéger

 

notamment de l'échec...  wink

parce que l'échec  on entretient généralement un mauvais rapport avec eux, sauf ceux qui sont allés très loin

on voit fleurir les phrases philosohpique sur les sujet;,  comme celle d'Edison du style  "je n'ai pas échoué 100 fois, j'ai trouvé 100 façons qui ne fonctionnaîent pas"  (par exemple avant de découvrir l'électricité, ça valait le coup

 

mais ma phrase préférée qui personnellement me "délivre" c'est

"on n'est jamais à la hauteur de sa tache, on s'élève avec elle"

 

c'est la phrase anti-perfctionniste

car le perfectionniste il est vrai, a comme problème une sainte horreur de l'échec  qui fait que dans les domaines qu'il ne maîtrise pas, il a carrément du mal à simplement commencer

 

si on veut apprendre à plonger, les premières fois  ça va être moyen moyen, on va faire des plats, voire la grenouille

et c'est dur pour les perfectionnistes qui voudraient faire direct un magnifique plongeon que tout le monde admire

 

parce que se montrer en non-réussite-immédiate  est considéré comme un danger social

donc la partie "protectrice" de nous même nous souffle  "non mais t'es folle ou quoi"

 

moi c'est pour la guitare,  c'est mon rêve d'en jouer bien, et je gratouille que c'en est une horreur

j'ai la honte quand je joue devant mes amis, mais un jour j'en jouerais bien si je persévère

 

 

alors pourquoi c'est dur pour les perfecitonnistes de se lancer,  parce que justement  ils ont beaucoup de mal à être dans cette phase d'apprentissage, où on tatonne, où on y arrive moyen, où il faut faire des efforts pour un résultat bof-bof

et cette zone là leur semble terriblement dangereuse pour leur ego

qui leur semble fragile

 

 

mais c'est une illusion

j'ai gratouillé minablement devant mes amis, ils n'ont pas arrêté de m'aimer

j'ai pris 2 kg pendant les vacances,  personne n'a arrêté de m'aimer non plus

j'ai fait une faute dans un compte - rendu,  ça a eu des conséquences, genre me coltiner quelqu'un deux heures au téléphone, mais c'est tout

 

ce qui m'aide, c'est d'observer ceux qui pratiquent l'auto-dérision, longtemps cela a suscité mon admiration tellement je voulais cacher à tous prix mes "râtés"

aujourd'hui je m'aperçois qu'être imparfait, c'est être aussi beaucoup, beaucoup plus AIME  (et moins admiré)

 

 

alors lance toi ça sera imparfait au début,  t'oublieras une fois sur deux

mais tu seras en route

liegama
Abonné

J'aime bien ce que tu dis sur le fait qu'être imparfait c'est être plus aimé. Et oui c'est l'ego qui est un GROS GROS barrage à tout ceci, et oui j'ai beaucoup de mal à être en phase "d'apprentissage" pour quoi que ce soit. Je suis d'ailleurs la première à dire à mon mari des phrases du genre : t'as vu j'ai changé sur ceci ou cela ou maintenant je fais mieux ceci ou cela et lui me réponds, depuis combien de temps ? une semaine ? alors ce n'est pas vraiment un changement et le simple fait que je veuille le lui dire montre à quel point c'est mon ego qui a besoin d'être rassuré et non un vrai changement intérieur. 

Je réalise que je n'ai pas vraiment tenté la méthode LC, j'ai juste appliqué une version "tout ou rien", perfectionniste. Je veux me protéger de l'échec : et j'ai décidé que l'échec serait de ne pas maigrir avec LC, or je suis peut être déjà plus ou moins à mon set point, donc quelque part je pars en échouant puisque mon but ne devrait pas être de maigrir mais de retrouver une relation sereine avec la nourriture.

izabelle
Animatrice forum

oui car les chiffres sont rassurants, on s'y raccroche quand on a besoin de preuves

pourtant ils ne sont qu'une illusion

genre j'ai perdu 20 kg

- ah oui mais combien de temps ça a duré?    

- ben trois mois

- ah ok.....

 

les chiffres sont faussement rassurants, comme toutes les réassurances d'ailleurs

l'ego n'a besoin de réassurance que lorsqu'il est faible

mais un ego faible ce n'est pas grave

faut juste apprendre à ne pas le réassurer sans cesse

 

je crois que c'est important que tu sortes de l'idée de manger "parfaitement"

sereine me semble plus adéquate

mais pas "parfaitement" sereine  laughlaughlaugh

Milagros
Abonné

Merci Izabelle. "Être en route" : ça me plait cette image !

En ce qui me concerne, il est évident que le regard et le jugement des autres est très important ; cela dit, j'ai l'impression que cette recherche de perfection a autant pour but de restaurer une piètre estime de moi-même que de m'assurer l'amour ou le respect, l'admiration des autres. J'ai désespéremment besoin d'être fière de moi et cela conditionne ma façon d'être. Je suis capable d'être pointilleuse, maniaque et de perdre un temps fou à faire quelque chose que personne d'autre que moi ne verra … Et bien évidemment, la gestion du poids, ma capacité à suivre LC et à perdre des kg est l'un des critères qui importent, pour ne pas dire un des critères fondamentaux dans mon évaluation de moi-même.

Difficile de lâcher prise …

izabelle
Animatrice forum

je comprends tout à fait ce que tu veux dire

ce qui est fascinant c'est que quand tu auras perdu du poids, tu constateras que ton estime de toi-même n'aura en rien remonté, cela se portera sur autre chose

ma fille qui est mince comme un haricot vert trouvent mille raisons de n'être pas satisfaite d'elle-même, genre  j'ai les cuisses trop maigres, mes cheveux ne sont pas assez raides, etc....

 

de mon côté je suis également comme ça, et j'ai longtemps, longtemps  calibré ma valeur par rapport à ma bataille du poids

j'étais très étonnée quand des personnes m'enviaient  mes bonnes notes, mes études musicales, ma gentillesse, etc

car toutes ces choses me semblaient absolument sans valeur

par contre si j'avais 10 kilos en moins je me serai sentie d'une gloire !!!   alors même qu'en observant ma fille  pour elle cela n''a rien d'une gloire d'être mince, mais cela le serait d'avoir tout ce qu'elle n'a pas

 

bref, ce après quoi on court c'est tout de même une belle illusion en matière  de "remontage d'ego"

je me suis aperçue qu'il est bien plus efficace de considérer la faiblesse de notre ego  comme une richesse,   pas toujours agréable à vivre certes, mais une belle richesse

elle nous pousse à aller chercher plus loin, mais si on peut garder cette envie d'aller plus loin intacte, mais en l'envisageant à long terme,  en intégrant les temps d'apprentissage, alors c'est un moteur  au lieu d'être une plaie

je n'envie plus les personnes sûres d'elles (je pense qu'il y en a peu en fait), je sais que ma piètre confiance en moi dans certains domaines est un simple moteur qui me donne de l'énergie

quand je me sens  "nulle",  eh bien j'essaie d'accueillir ce sentiment dans le moment présent, comme un ami, comme un moteur,  comme symbolisant simplement mon envie d'aller plus loin

et aller plus loin, c'est se mettre simplement au travail

les choses ne se font pas d'un coup de baguette magique, mais avec du travail

et c'est en travaillant que l'on trouve souvent le plus de satisfaction

Milagros
Abonné

 

Quelle sagesse, Izabelle ! Merci de ton partage.

Oui, il faut que je me mette au travail, sérieusement mais avec doucceur et bienveillance. Et ça, c'est tout nouveau pour moi. Ce soir j'ai l'impression de me sentir un peu plus prête à tenter l'aventure. A petits pas.

Milagros
Abonné

[quote=Milagros]

Merci Izabelle. "Être en route" : ça me plait cette image !

En ce qui me concerne, il est évident que le regard et le jugement des autres est très important ; cela dit, j'ai l'impression que cette recherche de perfection a autant pour but de restaurer une piètre estime de moi-même que de m'assurer l'amour ou le respect, l'admiration des autres. J'ai désespéremment besoin d'être fière de moi et cela conditionne ma façon d'être. Je suis capable d'être pointilleuse, maniaque et de perdre un temps fou à faire quelque chose que personne d'autre que moi ne verra … Et bien évidemment, la gestion du poids, ma capacité à suivre LC et à perdre des kg est l'un des critères qui importent, pour ne pas dire un des critères fondamentaux dans mon évaluation de moi-même.

Difficile de lâcher prise …

[/quote]

C'était le 5 septembre … et 5 mois après, j'en suis au même point. C'est tellement pathétique ! …

C'est insupportable de savoir que mon perfectionnisme me pourrit la vie, année après année, chaque jour chaque mois davantage et que rien ne bouge. Je lis les forums et pour la 1ère fois je n'arrive pas à me réjouir de vos progrès, ça me fait trop mal, ça me renvoie tellement à mon incapacité à faire, à essayer, mon incapacité à accepter de ne pas faire bien ou même de ne pas arriver à faire du tout.

J'ai relu ce qu'écrivait Izabelle à cette époque. Je n'arrive plus à être en roule, je coule doucement sur place.

izabelle
Animatrice forum

quand tu auras touché le fond, donne un bon coup de pied pour remonter

ou alors remonte dès maintenant

est-ce que tu pratiques un peu de RPC?

pour moi la pleine conscience il n'y a rien de tel pour nous aider à changer de mode de fonctionnement, à pouvoir être simplement dans le présent plutôt que dans l'évaluation, le jugement, sans cesse

 

cela ne m'empêche pas de continuer à être perfectionniste, on ne peut pas lutter contre sa nature

on peut juste prendre un peu de recul

savoir que notre personnalité ne nous laisse pas beaucoup de repos  et de plages de satisfaction de nous-même où nous pourrions nous reposer

mais ne pas rentrer toujours dans la logique  "résolution de problème"  de notre cerveau

pouvoir porter son attention ailleurs

sur le présent, sur les petites choses qui font sens pour nous,  explorer, se mettre au contact de ce qui est le plus important pour nous dans la vie

pour moi cela peut m'arriver à chaque fois que j'échange un regard avec quelqu'un je me mets au contact de la seule chose qui fassse sens pour moi :  être en connexion

 

je reste perfectionniste, mais sans me juger si je n'arrive pas

 

en fait pour alléger un peu les choses avec ma fille ado et la gestion de la maison,   je lui ai créé un grand jeu de société  basé sur le rangement et l'organisation

du coup je le fais avec elle et j'ai mes propres défis de rangement   et je m'aperçois que la maison est largmeent plus en ordre

ce qui marche pour elle marche aussi pour moi

et   voilà  des évaluations positives qui soudain me pleuve : trop fière de moi de "tenir" enfin ma maison

je pourrais me lamenter que j'ai besoin de faire un jeu comme une ado  pour m'y mettre vraiment

mais en fait non, je prends ça  comme c'est

les choses sont comme elles sont    et l'important c'est de vivre sa vie  avec les cartes qu'on a

notre personnalité en fait partie

certes, on est perfectionniste, mais on n'est pas QUE ça

 

allez tu remontes sur le pont?

Milagros
Abonné

[quote=izabelle]

est-ce que tu pratiques un peu de RPC?

pour moi la pleine conscience il n'y a rien de tel pour nous aider à changer de mode de fonctionnement, à pouvoir être simplement dans le présent plutôt que dans l'évaluation, le jugement, sans cesse

[/quote]

Oui, j'essaye d'en faire 15 mn le matin. Mais je n'arrive pas à me "pauser" dans la journée ensuite. Pour le moment, je ne peux pas dire que cela m'aide vraiment. 

[quote=izabelle]

je reste perfectionniste, mais sans me juger si je n'arrive pas

[/quote]

Moi je me juge tout le temps, sur absolument tout. Je me sens très vite en danger dès la moindre remarque et je me demande si je suis une bonne fille, une bonne mère, une bonne épouse, etc. J'ai toujours peur de ne pas avoir été à la hauteur, de ne pas en avoir fait assez. 

[quote=izabelle]

en fait pour alléger un peu les choses avec ma fille ado et la gestion de la maison,   je lui ai créé un grand jeu de société  basé sur le rangement et l'organisation

du coup je le fais avec elle et j'ai mes propres défis de rangement   et je m'aperçois que la maison est largmeent plus en ordre

[/quote]

C'est indiscret de te demander en quoi consiste le jeu que tu as mis au point ?

 

[quote=izabelle]

 

allez tu remontes sur le pont?

[/quote]

Je vais essayer. A la fin de semaine prochaine, je serai en vacances pour une semaine. Je voudrais essayer de me poser , de mettre les choses à plat et de repartir d'un bon pied.

Merci de ton soutien Izabelle. 

izabelle
Animatrice forum

c'est un espèce de grand jeu de l'oie que j'ai tracé sur un grand panneau, j'ai fait des cases  défi,  des cases  "oeil" et des cases points d'interrogation, ou il faut tirer des cartes

il y a aussi des cases   "je rends service"

les défis rapportent beaucoup de points,  du genre   "je ramasse 10 objets qui trainent, je jette 3 choses inutiles"

il y a des points "nickel"  -pour la propreté  et des points  organisation

les cartes oeil  sont du style  "est-ce que le lit est fait?"   si on tombe sur cette carte et qu ela réponse est oui, on gagne aussi des points

j'ai attribué à ma fille des responsabilités de propreté dans la maison (sol salle de bains et entrée, lavabo)  et à moi aussi

bref ça incite à tenir bien propres nos domaines de responsabilité

les cases point d'interro sont plus ludiques : gages, passer des tours  ou avancer de trois cases

 

on lance le dé  (gros dé en peluche) chacune une fois par jour et on tient le compte des points

au final celle qui gagne (elle ou moi) pourra choisir quelque chose sur sa liste de cadeaux

 

pour l'instant elle me bat à plate couture, bien que dans la réalité je tiens plus propre mes zones de rangement, mais bon c'est le jeu...

en tous cas ça nous motive toutes les deux

 

j'ai eu l'idée de monter ce jeu en lisant  "la discipline positive pour les ados"

 

------------

si tu te juges tout le temps, cela montre une  certaine insécurité : ton cerveau a "peur" que tu ne sois pas assez bien pour plaire aux autres (enjeu social et relationnel)   alors il se met en mode  "résolution de problème"

 

c'est tout l'intérêt de la RPC  :   apprendre un autre mode que ce mode -là  où le cerveau est expert

c'est le mode  "être",   juste être avec ce qui est, sans modifier, sans résoudre

c'est queluqe chose qui s'apprend sur un moyen terme, c'est pourquoi il est essentiel que tu continues la RPC  et à tout moment t'exercer à te mettre dans le présent,  juste au contact de ce qui est présent

 

plein de bonnes pensées pour toi

FRED73
Marraine

Ça y est je peux à nouveau revenir sur les sujets verts !  Je n'ai pas compris ce qui s'est passé mais bon... 

Ce que tu dis Izabelle sur le cerveau qui se met en mode résolution de problème me parle beaucoup. C'est clair que j'ai énormément de mal à être, juste être sans chercher à juger, à résoudre des problèmes. Je pense que je vais essayer de me remettre à rester au présent tout simplement. 

Milagros
Abonné

Après un arrêt de la conexion pour fin d'abonnement, une réinscription mais des déboires malgré tout puisque je pouvais lire les post mais pas faire de commentaire, je peux enfin te dire un grand merci, Izabelle, pour ta longue réponse sur le jeu que tu as mis au point avec ta fille. Quelle inventivité ! Tu dois avoir une belle relation avec ta fille pour que ça marche.

Quant à mon cerveau, je ne sais pas s'il est en mode "résolution de problème", je dirai plutôt en mode "créateur de problèmes". En tout cas, tu as tout à fait raison, je suis en totale insécurité, je me compare constamment à tout le monde, dans toutes les situation et j'ai toujours l'impression de ne pas être à la hauteur.  Et les forums sont pour moi à la fois bien et terribles parce qu'ai l'impression de faire du surplace pendant que les autres avancent et sont capables de dire ce qu'elles ressentent.

Il faut juste que je ne me laisse pas gagner par le découragement et que j'arrive à ne pas constamment me comparer aux autres. Arriver à être simplement MOI et à l'accepter, ne pas me rêver autre…

Merci pour toutes tes bonnes pensées. Elles me vont droit au coeur.

 

chocoboum.
Abonné

coucou

moi aussi je rencontre des pb techniques - je lis les forums et ne peut quasiment jamais répondre, à moins de remettre mon identifiant, mon mot de passe.....x fois..... je n'arrive même pas à la signaler  : le message ne part pas ! et du coup j'ai perdu mon statut.......mais je n'y suis pour rien !

 

bon je découvre ce groupe - je trouve passionnant ce jeu que tu as fait  Izabelle - tu n'aurais pas une idée de ce genre pour un >tanguy de 34 ans qui épuisent mes forces physiques et morales ?

 

en vous lisant, je me rends compte ce que cache le perfectionnisme - et moi, j'y suis : +++++++ 

et surtout depuis qq temps : j'ai vraiment l'impression que tout le monde me rejette, que je ne suis pas aimée, que je suis mal jugée et je m'enferme du coup - Je pense que je me "fait des films" car en fait je ne suis pas aussi importante que les gens aient le souci de moi ni au positif pas plus qu'au négatif -  Bref, je suis mal - j'ai vraiment l'impression d'être incomprise, jugée mal et du coup je ne suis pas si gaie que d'habitude et je perds de la confiance en moi

>RPC ? oui cest temps j'ai oublié mais je vais m'y remettre alors - en vous lisant ça m'encourage - et j'ai fait pas mal de méditation tous ces temps - je strouve que "ça allège ma tête" ! 

Voilà, pas trop le moral quoi - mercredi, il y a un forum sur "le tout ou rien"...j'espère pouvoir m'y rendre, car je me sens très conternée !!

j'aime bien vous lire

Milagros
Abonné

Courage Chocoboum. Le bon côté des montagnes russes, c'est qu'on finit par remonter …

On projette beaucoup de choses sur les autres, on croit savoir ce qu'ils pensent et le plus souvent on est à côté de la plaque. Ils posent sur nous un regard bien différents du nôtre, souvent plus bienveillant qu'on ne pense et ils ont nécessairement plus de recul. Cela ne veut pas dire qu'on n'est pas important à leurs yeux.  

Peut-être à mercredi si je peux participer au forum.

chocoboum.
Abonné

merci Milagros

c'est vrai tu as raison - je pense ainsi... par moment...et à d'autres je pense le contraire 

ce soir ça va car je reviens de ma répétition de chants et chanter, ça fait du bien !

merci et bonne nuit - pt être à mercredi oui

Milagros
Abonné

[quote=chocoboum]

c'est vrai tu as raison - je pense ainsi... par moment...et à d'autres je pense le contraire 

[/quote]

Eh oui, souvent femme varie… wink

minifouine.
Inscrit

Bonjour milagros,

Je n'aime pas cette expression : "femme varie", car on est ce qu'on est et on ne change pas ; par contre, nos humeurs changent selon les circonstances ou les émotions qui nous traversent ; nos comportements peuvent être changés car ce sont eux qui sont dysfonctionnels, mais cela n'a rien à voir avec ce que nous sommes et resterons. Mais cela n'engage que moi... cheeky

chocoboum.
Abonné

c'est vrai... j'avais un peu tiltée aussi - mais l'essentiel, c'est de comprendre ce qui a voulu être ditsmiley

Milagros
Abonné

[quote=minifouine]

Bonjour milagros,

Je n'aime pas cette expression : "femme varie", car on est ce qu'on est et on ne change pas ; par contre, nos humeurs changent selon les circonstances ou les émotions qui nous traversent ; nos comportements peuvent être changés car ce sont eux qui sont dysfonctionnels, mais cela n'a rien à voir avec ce que nous sommes et resterons. Mais cela n'engage que moi... cheeky

[/quote]

Minifouine, je ne faisais que citer un adage bien connu, pour m'en moquer. Je ne parlais pas de toi. Désolée si cela t'a déplu ou blessé, ce n'était nullment mon intention. J'aurais sans doute dû être plus explicite.

minifouine.
Inscrit

Rassure-toi milagros, je ne l'ai pas pris du tout pour moi. Je crois que c'est moi qui ai mal interprété, mais je trouve cette expression tellement péjorative, voilà tout ! cheeky

amoureuse.
Abonné

  "la discipline positive pour les ados"

 

Cela a m'a l'air bien comme livre, en tout les cas tu sembles bien l'avoir amorti avec ce jeu que tu as crée. Bravo !

 

J'ai drolement du mal avec mes ados , particulièrement l'ainé. Suis je trop exigente, trop perfectionniste ?

Rangement, hygiène, résultat scolaire, habits , ce qui me semble le B.A.BA . Une ligne fine me permettrait d'être moi aussi parfaite , ainsi personne ne pourrait me reprocher quelque chose. Tout serait parfait comme dans " la petite maison dans la prairie."

Un rêve cetainement. Mais qu'en faire de ce reve, doit -il se transformer en une image délavée  ou  carrément en un cauchemard ?

 

izabelle
Animatrice forum

le mode créateur de problème et résolution de problème, c'est le même en fait !

quand on les crée avant qu'ils soient là, c'est de l'anticipation

on anticipe le problème et on cherche à le résoudre alors même qu'il n'existe pas encore

c'est un signe d'intelligence, mais il faut vraiment appprendre à vivre au présent, car ça vous bouffe

 

amoureuse c'est normal d'être exigeant avec les ados : ils ont tant à apprendre avant de pouvoir être autonome dans qq années, on mesure  tout ce qu'on veut leur transmettre

dans le même temps,  eux vivent l'époque "cra-cra" parce que l'adolescence est une période difficile et qu'on se protège comme on peu

 

le plus important à la base c'est le lien, c'est la seule chose qui permettent à l'enfant d'accepter ce qu'on veut lui transmettre

et ce lien il faut le nourrir par les bons moments qu'on passe ensemble,  des moments où il n'y a pas d'éducatifs, juste du partage, du jeu ou de la joie   avec tout le monde sur un même plan

 

hier soir j'ai cuisiné un bon diner à l'avance, on a diné tôt  (car c'était prêt quand je suis sortie de mon bureau à 18h30, au lieu de me mettre à cuisiner à ce moment là),  on a eu plein de temps pour faire des choses sympa en famille

résultat ce matin : elle s'est levée seule, habillée vite,  pas trop ronchonné

du coup je lui ai dit quel bonheur c'était

amoureuse.
Abonné

Bonjour  Izabelle

oh là là je suis verte

j'avais fait un long message et bing  tout effacé!

ah ça m'énerve  angry

Et tu n'as pas mangé  après cet énervement ?

mais ma phrase préférée qui personnellement me "délivre" c'est

"on n'est jamais à la hauteur de sa tache, on s'élève avec elle"

c'est la phrase anti-perfctionniste

 

 

Merci pour ce partage, je me sens en ce moment complètement enseveli sous la tâche. Je n'arrive pas a faire correctement mes défis. Ce qui me dérange dans la méthode c'est que c'est au jour le jour, et que je n'ai pas de vision a long terme. Genre, dans un mois, vous devez avoir fini tel bilan et tel bilan et avoir perdu ( tant qu'à faire : 2 kg). Du coup je suis perdue. et mon defi en 7 jours de ne pas manger si on sent qu'il y a satiété je n'y arrive pas, aubout de 5 jours je craque et je mange. Comment faire ?

izabelle
Animatrice forum

ben ce défi il est un peut too-much  pour un début non?

déjà 5 jours c'est énorme

je trouve ce défi trop  "contrôlant",  ça m'étonne qu'il y ait un tel défi sur LC

la satiété ne s'obtient pas au contrôle, mais au lacher prise,  à la confiance dans le fait que la nourriture sera toujours là, mais que pour l'instant on n'en a plus besoin, on peut passer à autre chose

alors autant dire qu'au  contrôle cela provoque des émotions tout à fait compliquées :  vais-je y arriver?  sentiment d'incompétence notamment

et si on n'est pas à l'aise avec ce sentiment, ce qui est le cas de beaucoup, eh bien ça provoque des envies de manger

 

choisis un défi plus simple, voire plus ludique

et puis si tu as fais 5 jours c'est déjà super!

vreny.
Abonné

Bonjour Liegama,

Je suis inscrite depuis 1 mois et des poussières sur LC mais je me reconnais déjà dans ta desciption, sauf que moi, je n'arrive pas à m'enlever l'objectif de perdre du poids de la tête... j'ai aussi toujours l'impression de ne pas faire bien, juste, etc. et mes compulsions alimentaires ont même augmenté... barvo à toi si tu as réussi à diminuer tes EME et de te sentir si libérée! J'aimerais bien en arriver là. Ce n'est pas si facile de se dire qu'on fait du mieux possible et que l'important est d'être bien dans ses baskets, comment as-tu fait? Est-ce le porgramme qui t'a aidé?

Bonne continuation et au plaisir de te lire!

Verena

Titeraphy.
Abonné

Eh beh c'est pile le fil qu'il me faut pour ce matin.

J'ai vraiment beaucoup de mal à sortir de mon perfectionnisme aigu :(

Je suis revenue ici il ya presque deux semaines en me disant que j'allais "ma laisser tranquille", "me lâcher la grappe" et "arrêter de me prendre la tête et de me mettre la pression".

En fait en réalité, je n'ai pas encore réussi à lacher prise :( j'ai toujours cette envie de bien faire, cette peur de mal faire, d'avoir raté, ce sentiment de nullité lorsque je pense avoir raté un exercice ici ou que j'ai eu une compulsion.

Hier soir j'ai fait une compulsion due à la fatigue, trop crevée, trop faim, je suis retombée à pieds joints dans mes travers et avec tout le discours maso culpabilisateur qui vient derrière. J'ai mal dormi et je suis encore plus crevée qu'hier ^^''...

Je suis perfectionniste dans mes tentatives de m'accepter : soit je m'accepte, ,soit je ne m'accepte pas. Tout noir ou tout blanc. J'aimerais avoir le même déclic que Liegama, enfin trouver l'équilibre pour être libérée de ce poids et enfin lacher prise.... être imparfaite, libre et heureuse (pour plagier le livre de Christophe André)... où est la solution? :(

mamsellebulle.
Ancien abonné

Bonjour Titeraphy,

moi aussi je tombe sur ce fil et je me reconnais dans quasiment tout. Ca fait 1 an que je suis ici sans résultats et je n'ai que des critiques dans ma tête en permanence : je ne suis pas assez volontaire, trop nulle, incapable de resister au moindre aliment, incapable de reconnaitre la satiété.

Pour ma part en lisant Liegama je me rends compte que je n'ai jamais pensé à dissocier poids et nourriture, j'ai tellement l'impression que chaque aliment qui entre dans ma bouche = kilos (et finalement quelque soit l'aliment!).

Et moi aussi je suis toujours dans mes compulsions du soir... bref en un an je n'ai pas progressé et je me sens vraiment déroutée. Mais c'est clair que le perfectionnise c'est la clé de l'enfer envers soi, et qu'il faudrait un peu plus se lacher la grappe ;)

Malheureusement je n'ai pas non plus la solution... si ce n'est qu'être ici même quand on y arrive pas encore c'est dejà bien ?

izabelle
Animatrice forum

oui c'est déjà bien

en parler aussi, c'est comme tout, c'est mieux quand ça sort que quand ça reste à l'intérieur  où cela  a tendance à prendre des proportions dramatiques

 

il y a de très fortes injonctions sociales à être dans la "norme" du poids,  et cette norme est variable selon notre conscience

pour certains c'est l'IMC,  pour les autres c'est tout à fait autre chose, ils ne se sentent " normaux" qu'avec un IMC de 18 parce que leurs copines sont comme ça

bref notre attirance vers la "norme"  est tout à fait  "normale" laughlaughlaugh

ça nous rassure, on a l'impression qu'on va se fondre dans la masse, qu'on sera accepté, pas rejeté

j'en rigole souvent avec ma fille qui est ado  et qui est tellement dans ce processus  (mais qui sait donc avoir un certain recul, en tous cas ça lui fait du bien de prendre ce recul parfois)

 

c'est pourquoi on se met tant la pression pour  "réussir"

ce qui n'est pas mal en soi, mais le problème c'est que ça a tendance à favoriser le mode de fonctionnement "faire"  (agir, décider, controler, etc)

et que celui-ci  ne sait en fait que contrôler et juger en terme d'alimentation

un peu l'inverse de ce que l'on recherche ici

ce mode "faire"  est très utile dans plein de domaine  (tiens, pour faire des plannings par exemple)

mais pour retrouver une alimentation régulée et automatiquement régulée,  ce n'est pas vraiment notre meilleur allié

 

il faut développer un autre mode, le mode  "être",   qui consiste à être dans le présent

cela  correspond aux sensations alimentaires (qui ne peuvent être ressenties que dans le présent),  à la dégustation, sensation de goût

au niveau émotionnel, c'est aussi un mode  "salvateur"  car les émotions dans le présent sont utiles et précieuses (quoique parfois désagréable, mais c'est parfois nécessaire)

alors que dans le passé ou le futur,  elles ne servent  "à rien"

 

 

je pense très sincèrement que l'on peut (et que de toute façon on va)  garder notre mode faire hyperactif dans plein de domaines et tant mieux

 

mais dans le domaine de l'alimentation, on doit développer l'autre mode : être, sentir, être en contact, au présent

c'est la seule façon de vraiment retrouver un mode d'alimentation régulé et automatique, sans effort et donc durable

 

l'effort consiste surtout dans un premier temps en un effort d'attention

recentrer son attention sur le présent, sur le corps

observer ses pensées de contrôle, mais ramener son attention sur ce que l'on ressent dans le moment présent

 

la pleine conscience est une aide formidable pour réaliser cet entraînement de l'attention

 

 

ce qui m'aide à tenir sur la longueur,  car on ne développe pas un nouveau mode de fonctionnement en 5 min,  c'est la notion de processus

me concentrer sur le processus, pas les résultats

observer mes actions et mes avancées en terme de processus

Titeraphy.
Abonné

Merci beaucoup pour ton message plein de bon sens Izabelle :) vraiment merci.

Ca aide à prendre du recul et à dédramatiser!

Je me rends compte de tout le chemin que j'ai déjà parcouru depuis que j'ai commencé à venir ici (il y a quelques années) et je vois certains progrès (même si j'ai souvent le sentiment de faire du sur-place).

Par exemple : je ne me pourris plus mes journées de lendemain de craquage, je reprends pied avec la réalité bien plus rapidement que l'an dernier par exemple. Ou encore : je me trouve égale à la veille en terme de beauté/mocheté et ce malgré la quantité mangée. Ou mieux : je mange le jour suivant :D avant je me privais des jours entiers pour "compenser".

Je reviens dans le présent en fait, tu as raison la clé est là : dans le présent, même s'il est parfois douloureux et qu'on serait tentée d'aller voir ailleurs ^^'' y'a necore du chemin et j'ai envie de dire "tant mieux"!!

Haut de page 
X