Gestion des défis - 09092012

mouton.
Abonné

Bonjour

je suis toute nouvelle (inscrite le 3 septembre). Mon parcours est simple depuis que je suis adulte je grossis lentement mais surement avec des bonus a chacune de mes grossesses. J'ai fait deux régimes restrictifs mais sans aliment interdit après chacune de mes 2 premières grossesses. Sans suprise j'ai perdu du poids que j'ai repris. Depuis plusieurs années, je ne fais plus rien, consciente de l'effet yoyo et convaincue que je ne fais pas partie des rares personnes capables de tenir un regime à vie, j'attends la solution miracle et evidemment pendant ce temps la je grossis. Et maintenant je suis bien installee dans l'obésité.

Ma meilleure amie a suivi ce programme avec succes (elle n'est absolument pas dans la même situation que moi, elle voulait juste perdre 4 kilos pour se sentir mieux) et ce qu'elle m'en a dit m'a plu. J'avais deja entendu parle du docteur Zermati, j'ai même acheté son livre sans le lire. Je redoute l'échec. Tant que je n'avais pas essayé, j'avais l'espoir que cela puisse marcher pour moi mais si j'échoue, je ne sais pas à quoi je pourrais me raccrocher.

J'ai donc attaqué le programme, je remplis sagement mon carnet. Il semblerait d'ailleurs que j'ai moins d'envie irrésistible de manger ces derniers jours. Est ce que le simple fait de les écrire est dissuasif?

J'ai aussi commencé à tenter des défis. Il y a ceux que j'écarte d'office car ils me paraissent trop difficiles. Ceux qui n'en sont pas car je ne suis pas dans la situation, par exemple éviter les ascenseurs et les excalators quand on n'en croise aucun. Je m'y suis inscrites sans conviction. Et enfin les défis qui m'ont paru à ma portee : détente et musculation du visage. La mauvaise surprise il semblerait que me tenir à une activité aussi simple quotidiennement ne soit pas aussi facile que cela pour moi. J'ai réussi à sauter un jour. Je recommence donc à zéro.

Commentaires

kali.
Abonné

Bonjour,

Je suis heureuse de découvrir une autre personne qui a commencé en même temps que moi (je me suis inscrite le 01/09) et contente d'avoir les premières impressions.

Quant à moi, mon surpoids est lié à l'arrêt du tabac il y a presque 5 ans et 2 grossesses par dessus. J'ai essayé plusieurs régimes restrictifs avec perte de poids mais pas en totalité car j'arrête avant. Mes compulsions alimentaires me ratrappent très très vites. Puis ensuite, bien sûr, reprise des kilos et on recommence le cycle infernal des régimes...

Après une semaine de ce programme, j'ai pris environ 2 kg donc dur dur à assumer et je me sens "boudinée" dans mes vêtements mais je sais que c'est ma solution et bien que cela me coute pour l'instant de prendre ces kilos, il faut que j'aille voir du côté émotionnel pour comprendre puis, je l'espère, gérer ces compulsions alimentaires.

Je commence depuis hier la respiration en pleine conscience et me suis lancé un nouveau défi en plus d'essayer de ressentir ma faim, c'est manger plus lentement au moins un repas pas jour, on verra...

A bientôt de se rencontrer de nouveau sur le forum,

Bon courage

080413075303_Rikki.
Abonné

Mouton, je me reconnais bien dans ce que tu dis sur la peur de l'échec. La peur de se lancer, parce que tant qu'on n'a pas essayé, c'est potentiellement une solution, mais si on essaye et que ça rate, il va nous rester quoi ? Nos yeux pour pleurer...

 

Je suis sincèrement convaincue qu'ici, on est au bon endroit, un endroit où on ne nous juge pas, où personne ne viendra nous dire qu'il faut manger 122 grammes de biscottes allégées + 1/2 cuiller à café de margarine à 34 % pour notre petit déjeuner, où on nous poussera plutôt à chercher l'apaisement. 

 

Les défis, j'avais complètement arrêté, je vais peut-être m'y remettre ! 

mouton.
Abonné

moi aussi je suis bien contente de trouver quelqu'un qui a commencé en même temps que moi. Accepeterais-tu d'être mon binôme?

Il me tarde d'attaquer la respiration en pleine conscience meme si je pense que cela sera difficile pour moi. J'avais tente le défi de manger lentement au moins un repas mais j'ai échoué. Le seul repas qui me semblait convenir est le repas du soir mais un jour je n'ai pas fait attention. J'ai mis ce défi de côté, je retenterais plus tard. bonne chance.

mouton.
Abonné

Rikki c'est exactement ça, pour la peur de l'échec mais comme toi je pense que cet essai en vaut la chandelle. Je suppose que j'aurais des hauts et des bas notamment quand il va falloir travailler le côté émotionnel de cette histoire. D'ailleurs je ne sais pas si c'est lié, en tenant mon carnet alimentaire, je me suis mise à moins manger par compulsion. Cette nuit j'ai eu à nouveau une belle migraine et c'est fini en vomissement. J'en ai depuis l'enfance moins de 2 fois par an mais j'en avais moins ces dernières annèes. Je me demande si mon corps n'a pas retrouvé sa vieille façon d'évacuer le stress.

Ma copine m'avait venté entre autres le côté ludique de la méthode avec les défis donc tout naturellement je suis allée voir de quoi il s'agissait. Je ne sais pas si je serais très assidue mais pour l'instant j'aime bien.

J'essaie aussi de faire régulièrement la gym mais comme je ne veux aucun spectateur quand je la fais ça me complique un peu les choses. Je me demande d'ailleurs si j'ai bien rempli le questionnaire initial car pour l'instant je trouve que c'est plutôt facile. Mes limites viennent surtout de ma corpulence, je suis génée par mes rondeurs conséquentes mais je fais les exercices sans effort sinon. J'ai eu la riche idée de remplacer la marche par la tonte de mon jardin qui en avait fort besoin et en ce moment j'ai des courbatures dans tout le dos.

mouton.
Abonné

Tiens je viens de recevoir un message qui m'encourage à utiliser les outils notamment les lettres aux proches. Ca me stresse un brin ces lettres. Bon de toutes façons ce n'est pas le moment pour moi de m'y atteler avec les enfants qui jouent autour de moi.

mouton.
Abonné

misère de misère, ma petite de 2ans qui est en train de goûter et venu vers moi pour me donner la becquée, il va falloir que je lise l'outil "j'apprends à refuser de la nourriture sans vexer". Je croyais savoir faire mais face à ma 2 ans, je perds mes moyens.

kali.
Abonné

Mouton,

oui se serait un plaisir d'être en binôme avec toi.

Je me présente un peu , j'ai 40 ans et 2 filles de 6 et 9 ans et un adorable mari qui me soutient.

Je travail dans le milieu médico-psy à temps plein et j'ai bien besoin de me retrouver un peu avec moi-même pour gérer des situations parfois anxiogènes.

Je viens d'apprendre la respiration en pleine conscience ce week-end : pdt 2 jours 2 séances de RPC puis à poursuivre. Il va falloir que je trouve du temps pour faire cet exercice qui n'est pas simple au début et puis pour tout le reste. Je continue mon carnet alimentaire et j'essayre de faire du sport 1 jour sur 2 donc le rythme est soutenu.

A côté, il faut travaillé et assurer le quotidien et la rentrée scolaire donc réunions de rentrée, reprise des activités sportives pour les filles...

 

Voilà une présentation succinte,

et toi, souhaites-tu m'en dire un peu plus ?

Bonne semaine

mouton.
Abonné

merci beaucoup, je suis contente que l'on partage cette aventure.

Pour ma part, je vais avoir 38 ans. J'ai 4 enfants de 2 à 12 ans.  Je sais que mon mari va me soutenir pour ce programme mais je sens aussi que mes kilos en trop pèsent sur notre couple.

Je suis enseignante dans le supérieur et les premières années ont été dures. J'ai souvent hésité à aller faire un tour du côté du secondaire mais comme ça risquait d'être irréversible et que je me sentais pas capable d'enseigner au collège, je me suis accrochée. Maintenant ça va mieux. Ca m'aura pris 10 ans (entrecoupés de conges maternité) mais je pense que j'ai compris comment m'adresser à mon public. L'un des soucis là où je travaille est le manque de communication entre les enseignants, la recherche domine tout, on a tendance à faire nos cours chacun dans son coin. Il semblerait que cela change aussi, on est plusieurs à être motivés pour discuter de notre pédagogie et l'améliorer ensemble, ça va me faire du bien.

Je me doute que ton travail doit être particulièrement stressant. Le mien n'est pas comparable mais il me stresse quand même pas mal. Un autre soucis est que pour des raisons famiales, je travaille essentiellement chez moi et travailler à quelques mètres de mon frigo ne m'aide guère. Au départ j'ai voulu limiter au maximum la cantine et la garderie pour mon ainé car ça se passait très mal pour lui, puis l'accès à la cantine et la garderie a été interdit aux enfants de moins de 5 ans pour des problèmes de place donc j'ai un peu plus aménagé mon temps pour être là pour mon deuxième enfant. Mon mari a alors trouvé confortable que je sois pas mal à la maison. Moi aussi ça me convenait bien car cela me permettait d'être là pour les enfants. Depuis peu ça ne me convient plus mais les habitudes ont été prises.

La rentrée scolaire c'est effectivement tout un poème, j'ai fait une partie des inscriptions des activités extra-scolaires des enfants mais il m'en manque encore plus de la moitié. J'ai les certificats médicaux pour 2 d'entre eux mais il m'en manque pour la deuxième, sans parler du vaccin de la dernière. Pour les réunions de rentrée je n'ai pas pris le temps de noter les dates. Une fois de plus je vais me noyer. J'ai quelques problèmes de gardes à gérer, mes cours ont bien lieu pendant les heures de crèche de ma dernière mais certaines réunions de boulot non.

AguaMaria
Marraine

Bienvenue à vous deux Kali et Mouton,

Vous êtes en début de programme, vous allez découvrir de merveilleuses choses et de merveilleuses personnes ici.

Rien ne vous sera dicté par le programme de façon absolue. Pas de régime ici ni de perfection exigée. Les exercices et les défis sont là pour nous aider à cheminer et à se recentrer sur nos besoins. Il peuvent être adaptés et les coach sont là pour ajuster le programme avec nous si nécessaire. Pas de pression. La bienveillance envers nous-même est très importante.

Mettre fin à la restriction, au contrôle mental pour laisser notre corps devenir ce qu'il doit être et pour lui laisser les manettes. Nous l'avons ignoré et fait taire, mais il est encore là, fidèle.

Bien entendu apprendre à tolérer nos émotions et s'habituer à ne pas juger nos prises alimentaires comme on nous l'a appris est tout un cheminement. Même se donner droit de manger les choses dont on a envie est difficile au début.

Mais il n'y a pas d'échec et de recommencement chanque lundi avec force et volonté. Il n'y aura personne au bout de l'étape pour  reprocher de ne pas avoir maigri parce que les règles et les consignes n'ont pas été respectées à la lettre. Il n'y a que des jours et des moments où on a du mal à comprendre ou à respecter ce dont notre corps a besoin. Mais la minute qui suit on peut se mettre en mode écoute et respect. Attendre la faim qui nous guidera et amènera avec elle le plaisir de manger.

La faim nous protège de prendre du poids. Déguster, goûter et apprécier facilitera le respect de la satiété. Il est si facile de s'oublier et de laisser le boulot et la vie familliale prendre le dessus. Mais de mon côté, j'essaie toujours d'y revenir parce que c'est tellement plus agréable quand je mange avec plaisir.

Bonne route!

AguaMaria

Haut de page 
X