grande faim, petite faim - 17072015

rosiale.
Ancien abonné

Bonjour à toutes (et à tous!wink)

Voilà, je commence aujourd'hui "j'expériemente la faim".

Problème je n'arrive pas à  comprendre ce qui différencie une grosse faim d'une petite faim.

J'ai sauté mon petit dèj. aujourd'hui, et bien sûr ai eu faim de suite, mais cela étant suportable j'ai attendu jusquà 11h pour une petite collation.

J'ai déjeuné à 12.30 je suppose donc que je dois attendre le retour de la faim pour manger à nouveau?

J'en reviens donc à ma question initiale comment distinguer la petite faim de la grande faim?

Et à quel moment faut-il satisfaire sa faim?

Merci à celles et ceux qui pourrons me répondre.

Commentaires

monautrevie
Marraine

Bonsoir,

La faim est un signal corporel qui a pour but de nous indiquer que les aliments absorbés précedemment ont été digérés et que l'énergie qu'ils ont produite est épuisée. Il est donc temps de refaire le plein pour permettre à notre organisme de fonctionner dans de bonnes conditions.

La faim évolue par vagues successives. Nore énergie diminue progressivment et nos signaux de faim vont s'accentuer au fur et à mesure que notre énergie s'épuise. Ce sont ces signaux qui sont de plus en plus pressants et inconfortables qui vont nous inciter à chercher de la nourriture et à la manger.

Dans la petite faim, nous allons ressentir des signaux de faible intensité (absence de salive ou au contraire hyper salivation, gorge légèrment sérrée, sensation d'un petit creux à l'estomac. si on ne répond pas à cet appel, la faim va disparaître pour revenir un peu plus tard de manière plus prononcée, avec un creux à l'estomac qui est plus présent, des gargouillis, l'impression d'estomac vide, de ventre vide...Les vagues vont et viennent et si on ne répond toujours pas à sa faim, on va passer dans la grande faim car l'énergie disponible s'amenuise sérieusement "il y a urgence à manger" et là peuvent apparaître de signes généraux : difficulté de concentration, mauvaise humeur, sensation de jambes faibles, mouches devant les yeux....

Le but de cet exercie est de se recentrer sur ce que l'on ressent lorsqu'on laisse la faim évoluer pour être sûre de ne pas se tromper. Lorsqu'on a fait beaucoup de régimes ou que l'on mange toujours à heures fixes, il peut arriver qu'on ne sache pas vraiment à quoi ressemble sa faim dans ses différents degrés. Manger un repas entier alors qu'on a juste une petite faim, c'est manger trop par rapport aux besoins de son corps et cela fait partie des raisons qui font grossir. Ne manger que lorsqu'on est dans la grande faim, c'est manger dans l'urgence et donc de prendre le risque de manger trop vite et trop.

Ressentir sa faim évoluer c'est pouvoir choisir à quel moment on va manger, sans urgence, ni trop tard, ni trop tôt, ni trop, ni trop peu...

 

Manger sous couvert de sa faim, c'est avoir l'assurance de manger ce que l'on veut sans risque de grossir, puisque cela correspond à un besoin énergétique.

 

Au court de l'exercice, il ne s'agit pas de se mettre en difficulté mais juste de repousser un peu plus chaque jour "la taille de sa faim" pour vraiment observer ses signes et ainsi pouvoir, par la suite, manger dans le cadre de sa "bonne faim".

 

Bonne expérience.

izabelle
Animatrice forum

voilà Cappuccino t'a tout expliqué

dans le programme, après l'expérimentation qui permet de se répproprier ces différents niveaux de faim,  ce qui est conseillé en général  c'est de priviligier une "bonne faim"   c'est à dire  moyenne-forte, c'est à dire un très bon appétit, quand il n'est plus temps de faire autre chose, que notre corps a besoin d'énergie, mais sans que ça soit inconfortable comme la très grande faim où le corps envoie des signaux désespérés !!!

la bonne faim, pour moi j'appelle ça  "les crocs",  ce que je pensais être avant une grande faim et qui est simplement une faim "normale", une bonne faim

il est temps de manger, de bon appétit

et d'ailleurs c'est en mangeant avec cette faim-là que l'on prend le plus de plaisir, ce qui est aussi un bon indicateur

 

de toute façon au début, le tatonnement est inévitable et il n'est pas nécessaire de tout bien faire, mais plutôt de se réapprorier ces sensations, qu'elle refasse partie de notre schéma interne, que cette sensation de bonne faim se place peu à peu au centre de notre comportement alimentaire

au début on est dans l'incertitude et c'est normal, c'est en expérimentant que tout cela va s'affiner peu à peu

cette méthode est vraiment fondé sur l'expérience des choses, et plus tu vas en faire l'expérience, plus cela va s'intégrer et devenir facile

bonne continuation

rosiale.
Ancien abonné

Merci à Cappucino et à toi Izabelle pour vos éclaircissements.

Il ne me reste plus quà perséverer!

Roselyne

monautrevie
Marraine

Ne t'inquiète pas, ce qui est compliqué et qui demande beacoup d'attention au début, devient intuitif par la suite. On ne se pose plus de question, on sait.

Bon courage.

cemanico.
Abonné

[quote=rosiale]

Bonjour à toutes (et à tous!wink)

Voilà, je commence aujourd'hui "j'expériemente la faim".

Problème je n'arrive pas à  comprendre ce qui différencie une grosse faim d'une petite faim.

J'ai sauté mon petit dèj. aujourd'hui, et bien sûr ai eu faim de suite, mais cela étant suportable j'ai attendu jusquà 11h pour une petite collation.

J'ai déjeuné à 12.30 je suppose donc que je dois attendre le retour de la faim pour manger à nouveau?

J'en reviens donc à ma question initiale comment distinguer la petite faim de la grande faim?

Et à quel moment faut-il satisfaire sa faim?

Merci à celles et ceux qui pourrons me répondre.

[/quote]

Pendant cette étape je me suis rendue compte que je prenais tous les matins un petit déjeuner sans faim. J'ai donc supprimé le petit déjeuner et attendue la bonne faim en général pour moi entre 12 et 13 heures suivant les jours.

En revanche pour la grande faim les symptomes pour moi sont très désagréable : nausée, tremblement, fatigue et migraine.

La bonne faim est celle qui fait que j'ai faim et que je prends plaisir à me préparer mon repas et à le déguster.

Pour la grande faim je me jette sur de la nourriture sans aucune préparation, il faut que je mange pour faire passer mon malaise.

La petite faim chez moi serait plutôt une envie de manger qui disparait à peine j'ai commencé à manger.

En principe tu peux satisfaire ta faim lorsque tu ressens la bonne faim. Tu verras les symptomes de la grande faim sont très particulier tu ne pourras plus les confondre avec les autres.

gentedame.
Abonné

effectivement, comme le dit Izabelle, on sait que c'est une petite faim lorsqu'on mange et que le plaisir n'est pas au rendez-vous ou que l'on sent que l'on est rassasié à deux bouchées. Comme Cermanico la grande faim est pour moi très désagréable ( nausées, maux de t^te) mais il faut l'expérimenter pour la reconnaitre et surtout la sentir venir

rosiale.
Ancien abonné

Bonjour, contrairement à toi cemanico le petit déjeuner est pour moi un moment de plaisir, flocons d'avoine, biscottes, confiture etc.... alors le sauter pour l'expérience me coûte beaucoup. Vivement demain!

Hier j'ai tenu jusqu'à midi sans problème, aujourd'hui, très fatiguée, réveillée à 4h, levée à 6 j'ai eu du mal à tenir. Gargouillis, vetre creux et surtout obsessions alimentaire, envies de manger constantes.

Donc à 10h j'ai craqué et me suis acheté un bon croissant tout frais mangé avec grand plaisir!

Bon point malgré tout je l'avais acheté 2h plus tôt!

Je termine ma 4ème journée, très instructif cet exercice car auparavant si j'avais un petit creux je mangeais! Don, je sais maintenant que je ne suis pas obligée de manger dès que j'ai le petit creux.

Ce qui m'inquiète maintenant c'est vais-je pouvoir résister aux tentations?!

Bonne journée à toutes et merci pour cet échange très apprécié!

Clairette287.
Ancien abonné

Merci pour cette discussion!

Je suis en plein étape sur la faim et je me pose pas mal de questions sur la petite faim. Comment est-elle chez vous?

Par exemple actuellement j'ai un creux dans l'estomac et envie de manger, est ce déjà de la moyenne faim ou pas?

Les gargouillis chez moi peuvent exister mais sont assez rare. La salivation je n'ai jamais trop vu. Ma sensation la plus présente c'est vraiment le creux dans l'estomac, mais dans ce cas comment distinguer les différentes faims?

gentedame.
Abonné

Bonsoir Clairette,

 

as-tu testé la grande faim ? Je te pose la question car c'est généralement à partir de là que l'on peut percevoir els autres degrés. Par exemple tu te fixes une journée pour ressentir toutes les étapes de la faim( tu te dis que ce sera une journée test horrible mais qu'après tu sauras ;) hihi !).

Ainsi tu vas percevoir les différentes étapes. L'idée est de se poser pour réflechir à ce que l'on ressent, laisser venir les sensations en pleine conscience en faisant un peu de RPC et noter les "symptômes" que je préfère appeler indices de la faim. 

En effet chacun d'entre nous ressent différemment cela. Moi je sais que la grande faim me donne des nausées, mal à la tête mais qu'ensuite je ne ressens plus rien, le stade est dépassé pour un moment. La grande faim est aussi une étape où je dévore ce que je mange sans déguster car je veux remplir mon estomac !

La petite faim est ce qui annonce, je dirais les prémices. On n'a pas une faim de loup, juste une envie. Tirailements dans l'estomc sans doute, un petit gargouillis.

la bonne faim pour moi c'est le ventre creux. je la ressens dans l'oesophage ( de la gorge à l'estomac) comme une ligne vide en moi. Je bois un verre d'eau et si ça ne passe pas alors c'est que c'est la bonne faim ;)

J'espère t'avoir aidée :)

Clairette287.
Ancien abonné

Merci de ta réponse Gentedame ça m'aide à éclaircir les choses.

J'ai déjà fait l'étape de la grande faim lors de ma première inscription à LC il y a 2-3 ans mais ça remonte un petit peu. Dans mes souvenirs je l'avais très bien vécu et j'avais été presque euphorique pendant la grande faim.Pour tout te dire je prévois de la faire samedi, j'ai peur et hâte à la fois. Ca va probablement m'aider à y voir plus clair.

C'est drôle il a suffit que je pose cette question pour que ce matin j'identifie ce que je pense etre la petite faim, un léger creux tout à fait surmontable mais qui est quand même là. Je crois que mon problème c'est que ce creux se mélange souvent avec des EME (enfin ils arrivent en même temps). Mon problème aussi c'est que ce que je pense etre la bonne faim est finalement une prolongation de la petite faim, un creux plus gros mais ou l'envie de manger devient très préssante sans forcément beaucoup d'autres indices que le ventre vide.

Bon j'espère arriver à tenir samedi pour en savoir plus!

gentedame.
Abonné

c'est normal que la sensation de faim s'accompagne d'EME au début, on n'est pas à l'aise avec cette notion et ntre cerveau nousn joue des tours, il faut remonter ce qui ne va pas et crie famine ! D'où la RPC qui aide à dépasser ce mauvais moment.

Belle découverte alors ;)

X