La dégustation : beurk - le 16/11/2011

lizzz.
Abonné

Bonjour à toutes et tous,

La dégustation me semble être une étape importante et je l'attendais avec impatience.

MAIS (ben oui, y a un mais sinon c'est pas marrant), tout ce que je déguste me répugne!

ça vous fait ça aussi?

Les aliments que j'adorais, le fait de les laisser dans la bouche deviennent carrément beurk!!!!! du coup je fais l'expérience en étant déçue, frustrée........

Et vous?

Commentaires

Laurette2.
Abonné

Mdr !!!

Je n'en suis pas encore à cette étape mais j'essaie quand même de déguster et j'ai la même impression avec plusieurs aliments. Par exemple avec les hamburgers de soja que je pensais aimer et que je trouve horribles maintenant, j'en mangeais 2-3 par semaine et là j'ai cessé d'en acheter. Ou bien les légumes dits "à la méridionale" qui ne me disent plus rien, on dirait des faux billets ! Par contre, bizarrement, j'apprécie encore plus les yaourts aux fruits à 0%... comprenne qui pourra !

Tu crois que c'est comme ça qu'on maigrit, en trouvant tout tellement bôf qu'on ne mange quasiment plus rien ? wink

Pomdereinette.
Abonné

:-))

Sauf que j'ai arrêtée la dégustation, pas de manger !

C'est peut-être l'occasion de se tournervers d'autres aliments ? J'ai au moins découvert que j'aimais le café noir !

lore.
Abonné

bonjour,

je n'en suis pas encore à cette étape du programme mais j'ai déjà essayé de déguster et là, exactement la même chose, les petits gâteaux sur lesquels je me jetais ont en fait un mauvais goût, une fois c'était avec mes céréales préférées trempées dans du lait, au bout de deux  cuillerées je les trouvais répugnantes et je me demandais comment je faisais pour les aimer avant (je sais, j'engouffrais) je n'y ai plus retouché depuis, peut-être qu'en ayant bien faim je les apprécierais quand même mais je n'ai même plus envie d'essayer et puis je trouve ça plutôt stimulant de me dire :  j'ai faim, alors qu'est-ce qui me ferait vraiment plaisir ? du coup, si je sais que je vais en profiter, ça me motive à attendre la faim . bon tout ça à condition d'être assez sereine, ce qui est loin d'être toujours le cas pour le moment

en tout cas se rendre compte qu'on mangeait des trucs qu'on n'aimait sans le savoir, c'est plutôt un progrès sur la voie de la connaissance de soi, ça oblige à être plus exigeant avec ce qu'on se donne à manger, pour mieux se respecter au final, et la crainte de ne plus rien aimer du tout doit être passagère, enfin j'espère

 

claire.
Abonné

[quote=lore]

en tout cas se rendre compte qu'on mangeait des trucs qu'on n'aimait sans le savoir, c'est plutôt un progrès sur la voie de la connaissance de soi, ça oblige à être plus exigeant avec ce qu'on se donne à manger, pour mieux se respecter au final, et la crainte de ne plus rien aimer du tout doit être passagère, enfin j'espère

[/quote]

je suis d'accord avec toi. Mm si j'ai bcp de soucis avec la degustation, je reconnas que maintenant, une fois que j'ai faim, j'aime autant ne pa tout gacher en ingusitant un truc qui ne me tente pas vraiment...et je suis sure qu'avec un peu de gustation en plus, je me rendrais compte qu'il y a plein de trucs qui en plpus ne sont pas si bon que cela!.....

Moi aussi, dans un moment de reconfort, je me suis rendue compte que les Délich*c de ma fille avaient des petits grains de sucre croquant ente le choco et le biscuit! un raffimement incroyable !!!! Bon, j'exagère un peu car j'ai trouvé cela vraiment trop sucré, mais laventure valait le coup.....

lahiza.
Abonné

Bonjour,

Moi aussi j'ai constaté que j'étais de plus en plus difficile sur les aliments que j'ai envie de manger. Au point, que je ne sais pas quoi manger parfois !

J'ai énormément de mal à m'organiser pour composer mes repas. C'est l'indécision totale !

Enfin, je travaille là-dessus...

lizzz.
Abonné

Moi aussi j'ai cette impression, et du coup, je suis souvent frustrée et deçue de l'aliment choisi, ce qui crée aussi des EME.....

comme si je n'aimais plus rien, ou presque et que quand la faim est là, je n'arrive pas à trouver l'aliment qui va y répondre!

c'est fou!!!!

Flopie.
Marraine

Je crois que c'est pareil pour moi; les aliments que je consommaient habituellement ne me donne plus du tout envie et je galére pour réussir à trouver quelquechose qui me fasse envie (l'autre jour, à part des raviolis rien ne me faisait envie !).

Du coup, pareil, les EME repointent leur nez.

Mais d'aprés ma coach, c'est une étape normale quand on redécouvre la dégustation ! :)

isabellej.
Abonné

ah ben moi je crois bien que ça doit être pour ça que je fais la cuisine....

mon mari me trouve toujours difficile, mais pour moi, surtout si on mange au restau, ça doit être succulent....

du coup je pratique une sélection rigoureuse de tout ce qui doit rentrer par ma bouche....

et la dégustation donne des sensations merveilleuses

Je crois que l'on aime, gustativement, ce dont on a besoin,  et moi qui dépense peu d'énergie, je n'ai aucun plaisir à déguster qqchose de trop riche

alors que mon mari s'en délecte, lui qui dépense plus d'énergie que moi....

ma fille n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi je n'aime pas les frites....    je crois que notre corps nous guide en nous faisant aimer ce dont il a besoin

FloD75.
Abonné

Je viens de commencer l'étape de la dégustation. C'est extraordinaire car dès le premier essai (dégustation des 3 aliments) j'ai eu envie de l'intégrer à tous mes repas,même si cela n'est pas en pleine conscience.

Je sens que je deviens plus difficile. C'est vrai que cela me donne envie de cuisiner pour ne pas être déçue par le repas.

Il y a des aliments que j'adorais qui se sont révélés un peu décevants, d'autres dont j'ai découvert un ingrédient que je n'avais pas identifié (ex : Croissants de lune de Balsen,je viens de déceler qu'il y a de la cannelle, j'en suis sûre !).

Je suis impressionnée par un tel changement, avant je ne dégustait pas, j'enfournais et maintenant j'essaie. La seule fois où j'ai dégusté instinctivement c'est quand avec mon mari nous avons fêté notre 6ème anniversaire de mariage (en 2010) au Grand Véfour (2 étoiles au Michelin). Nous avions commandé un menu dégustation, nous ignorions tout de ce qu'ils allaient nous servir,et il y avait 10 plats ! Un festival ! Le lendemain je me suis empressée d'écrire mes souvenirs et sensations pour ne pas les oublier, ben oui vu la note on ne le refera pas de sitôt, peut-être pour nos 10 ans de mariage ! 

bambou.
Abonné

Pour moi la dégustation est un tournant dans cette méthode.

J'étais surprise de ce que j'ai découvert en dégustant davantage, je redécouvre certains aliments, je suis aussi plus difficile.

Et bizarrement je commence aussi à apprécier le café depuis qq jours.

Et  tout ce que je souhaitais de cette méthode résidais là : pouvoir troquer l'alimentation automatique en plus de plaisir tout en mangeant moins. Cette idée me plait d'autant plus que j'aime les produits de qualité et que j'ai en horreur les produits alimentaires industriels surtravaillés à l'image de l'épaule cubique de porc, conglomérat de fibres de viande noyées dans un réseau aqueux de polyphosphates et de sels nitrités. Avec autant de flotte, on le vend moins cher et du coup on peut en manger 2 fois plus (en se bouchant le nez !)

Comme tu le dis si bien Lizzz : beurk :)

FloD75.
Abonné

Bambou j'adoooore ta description du "jambon rectangulaire" !

Mes parents me donnaient ce truc infect quand j'étais petite, eux le mangeaient sans problème alors ils ne comprenaient pas pourquoi je rechignais. J'ai fini par les convaincre d'acheter du VRAI jambon !

Ambre92.
Abonné

Et bien voilà un post qui me rassure ! Je ne suis pas la seule ! ^^ Comme souvent sur ce forum en fait ;)

Bref, je viens de commencer l'étape dégustation et j'ai commencé par le café du matin...Pas franchement une découverte, je déteeeeeeste le café ! Mais genre je trouve ça trop dégueulasse en fait. Je m'en doutais car je le noie dans une tonne de sucrettes (oui j'aime pas le sucre dans les boissons non plus, trop dégueu ^^). Mais alors là, à ce point...je sais pas comment je vais faire pour me réveiller le matin mais je doute pouvoir en reboire !

J'ai hâte de continuer l'expérience, ça change tout cette étape :D

lorraine
Marraine

Je me promène par là et découvre ce passionnant fil

Bonjour tout le monde,

 

Bambou écrit : "Et  tout ce que je souhaitais de cette méthode résidais là : pouvoir troquer l'alimentation automatique en plus de plaisir tout en mangeant moins. Cette idée me plait d'autant plus que j'aime les produits de qualité et que j'ai en horreur les produits alimentaires industriels surtravaillés à l'image de l'épaule cubique de porc, conglomérat de fibres de viande noyées dans un réseau aqueux de polyphosphates et de sels nitrités. Avec autant de flotte, on le vend moins cher et du coup on peut en manger 2 fois plus (en se bouchant le nez !)"

 

Ah, ça me plait comme c'est dit et je m'y retrouve totalement....et il m'a fait bien rire ce post cheeky

Ne plus enfourner le chocolat gras et sucré (que j'adore..;je suis une miss sucre et gras....malheureusement !), le manger très lentement....C'est comme ça aussi que j'ai remarqué que ce chocolat me rassasiait vite et je lui découvrais une note finale bien salée (beurk) quand j'en mangeais sans envie particulière (lindt double lait)

Je crois aussi que nos goûts alimentaires d'adulte se sont forgés à partir de notre enfance et  la cuisine de notre maman/grand mère.....Adulte, il y a des habitudes (bonnes ou mauvaises) qui persistent fortement et contre lesquelles il est difficile de lutter ("mon amour" du gras et sucré justement)

 

Fabienne

Newccil.
Abonné

Merci pour ce fil de discussion car je bloque sur la dégustation... Et là vous me donnez envie d'insister!

J'ai déjà lu un début de réponse sur ce petit blocage dans un forum, il semblerait que ça soit une angoisse de manger, une peur de grossir à cause d'années de restrictions et d'aliments tabous. En fait depuis LC je n'ai plus vraiment d'aliments tabous, je mange de tout et je ne grossi pas spécialement, mais si ça se trouve j'ai encore cette peur au fond de moi et donc j'évite de me confronter à moi même ingurgitant de la nourriture... PLAisir! oui c'est le mot clef et je suis devenue aussi parfois difficile sur la nourriture... Il faut juste que je me fasse un peu plus confiance...wink

Newccil.
Abonné

J'ai enfin réussi à "déguster" quelque chose. J'ai bien senti l'évolution du goû dans la bouche: très bon, moins bon, drôle de goût, puis plus bon... Par contre je n'ai pas réussi à laisser les dernières bouchées alors que je trouvais plus ça bon...

Mais je suis quand même contente... Faut juste que je n'oublie pas de le refaire car déjà trois autres repas sont passés et j'ai "oublié"!......

Ambre92.
Abonné

Huhu, je ne suis pas la seule à oublier non plus alors ^^ Bravo Newccil pour ce pas de franchi  !

En tout cas fini le café pour moi, je passe au thé. Bien meilleur ! J'ai réussi à déguster du nougat à la framboise, une tuerie. La dégustation du pain m'a mis les larmes aux yeux. C'est vraiment un aliment particulier pour moi, il est emprunt de beaucoup d'émotion avec un côté doudou rassurant. D'ailleurs je ne pourrais me nourrir en féculent que de pain, ça serait tout aussi bien ^^

Allez, ce midi je pense à déguster mes trois premières bouchées ! J'ai peur d'être déçue par le gratin de courgettes mais bon ! C'est le jeu ma pauvre Lucette !

liegama
Abonné

Je sens que je vais me remettre à la dégustation après lecture de vos posts. J'ai dégusté 3 aliments tabous et j'ai pris peur. Les 3 n'avaient pas du tout le goût de mon souvenir, j'ai même pleuré en dégustant l'un d'eux en réalisant que je n'éprouverais plus jamais le plaisir de mon souvenir vu que l'aliment n'est pas bon. 

Pour moi la dégustation me fait un peu l'effet d'une douche écossaise. Soit je découvre que je n'aime pas vraiment le goût de l'aliment, je suis triste, je n'en veux plus, soit je découvre que j'adore le goût de l'aliment et là EME à fond, peur de manquer, envie irrépréssible de stocker ce sentiment de plaisir (pour les futures disettes lol!) et j'en mange trop. 

Le seul aliment qui sort du lot c'est le pain, comme toi Ambre. Le pain, c'est quelque chose de sacré pour moi, je suis en quête permanente du meilleur pain, quand je suis à Paris je me goinfre de la baguette de Kayser ou Moisan (introuvable en Suisse bien évidemment ce qui augmente la charge émotionnelle). Je me suis mise à essayer de faire mon pain moi même. La texture, l'odeur, le bruit, les miettes, la douceur de la mie, la couleur, tout, j'adore tout de cet aliment, qui reste tabou vu le nombre de régimes qui disent de l'éliminer. C'est également le seul aliment dont je ne me lasse pas, je pourrai (et fait parfois) faire des repas entier avec du pain. Je commence à m'autoriser à manger du pain plus qu'avant (où j'essayais d'alterner les féculents comme disent les pontes nutritionnistes); et ça me fait du bien. 

Pour en revenir à la dégustation j'ai essayé de déguster les 3 premières bouchées et quand je prends du plaisir, ça me propulse immédiatement à une EME : peur de manquer, du coup je n'ai jamais expérimenté dans ma bouche le changement de goût. J'ai l'impression que l'EME donne du goût à l'aliment, je sais pas si ça fait ça à d'autres personnes. 

Ambre92.
Abonné

Ah bah c'est ""marrant"" que tu parles de cet effet là...j'avais envie de pop-corn pour mon goûter et j'avais envie de le manger avec une faim pas trop forte pour pas me baffrer mais déguster...j'ai fais les trois premières bouchées et là....comme je l'ai lu dans un autre post "l'effet cacahuète" XD Impossible de retirer ma main du bol, ça croque, ça fond, c'est sucrée, c'est tout chaud...j'ai tout mangé, mâché, dévoré ! Bon...

Ce qui est fait est fait lol

Je crois qu'il y a des aliments comme ça, vaut mieux pas y toucher tant que nos bases ne sont pas solides au niveau EME. Je crois qu'au delà du bon goût du pop-corn, il est relié à un plaisir décuplé à cause du côté exceptionnel. C'était encore une fois un des fameux moments où on m'autorisait à "déroger à la règle".

Liegama, je comprends tout à fait quand tu parles de stocker le plaisir le problème c'est qu'il est volatile le plaisir, dans tout, pour tout. Je crois qu'il faut qu'on travaille notre tolérance à l'absence de plaisir, à sa diminution, à ne pas vouloir le garder à tout prix mais à le prendre quand il est là et à reconnaître sa disparition en sachant qu'il reviendra. C'est dur mais bon, c'est le jeu encore une fois :/

Pour le pain, je crois vraiment que je vais arrêter de me forcer à manger des pâtes par exemple. Au final j'aime la sauce dans les pâtes, mais les pâtes en elle-même je trouve ça fade et totalement inintéressant pour mes papilles. Tandis que si tu me donnes une bonne bolognese avec un pain tradition alors là, je meurs lol

C'est sacré le pain, totalement. Il est chargé d'émotion et malgré les interdictions il ne me fait pas faire de compulsions. Je peux faire des kilomètres pour découvrir une bonne boulangerie et rien ne me déçoit plus que du mauvais pain à table, au restaurant ou chez moi ! J'ai essayé de le faire moi-même mais je n'ai pas un four assez puissant. La machine à pain c'est sympa mais ça ne fait pas le pain que j'aime mais du pain de mie de mon point de vue alors bon.

Tiens, si tu veux voyager dans le Paris des pains : //painrisien.com/ Pour ta prochaine visite à Paris ;-)

izabelle
Animatrice forum

eh bien tu vois Ambre que tu as de la chance d'habiter à Paris!!!!   on y trouve du bon pain...

je te dis pas à la campagne....    je fais mon pain moi-même, les invités adore mais moi j'aime le vrai bon pain, moi aussi

 

liegama, je reviens sur l'EME induite par le plaisir

ne serait-ce cette idée que "prendre du plaisir"   est MAL ????

parce que comme tu le décris, on dirait que le plaisir te provoque une EME, donc que le plaisir serait à fuir....

ou alors peut-être cette idée que le plaisir peut nous faire perdre le contrôle

ne revenons-nous pas à ce contrôle versus toutes les parties de nous-même bien moins civilisées???

 

moi je trouve que l'aliment est beaucoup plus gouteux  hors EME

mais ce qui donne ce "gout"    dans l'EME, c'est juste le "réconfort" intense

c'est pour ça que la dégustation est aussi très importante dans l'EME-Zen, il faut pouvoir ressentir pleinement ce réconfort

liegama
Abonné

Izabelle je pense que je vais creuser la notion de plaisir et d'interdit. Je pense qu'il y a un peu de ça. Dans mon éducation le plaisir n'est pas mis en valeur, c'est surtout le message : il faut mériter ce qu'on a. Prendre du plaisir m'apparaît comme tabou dans certains domaines et moins dans d'autres (ex : sexualité parfaitement ok). 

Mais je crois surtout que le plaisir va me faire basculer dans une perte de contrôle, dans une EME. 

Je vais essayer de déguster 2 aliments tabous cette semaine pour y voir un peu plus claire.

Ambre, quand je suis pas à Paris je fais mon pain moi même, j'ai une recette sur mon blog d'un pain sans pétrissage en cocotte qui donne un bon pain croûté //veggiegourmande.com/2012/11/29/no-kneading-bread-in-cocotte-pain-sans-petrissage-en-cocotte/.

En plus ça prend 5 mn, tu le fais le soir et le lendemain tu le cuit. C'est le seul pain qui ressemble au pain de campagne, je le fais avec de la farine bise. 

 

Ambre92.
Abonné

J'avais bien noté cette recette de côté liegama ^^ merci ^^

Ah le plaisir et son absence...tout mon problème...à la limite du bovarysme en fait mais bon je vais pas m'étendre là dessus en tout cas c'est le titre d'une de mes émotions, Mme Bovary le retour :D

izabelle
Animatrice forum

n'est-ce pas Ambre?

 

super contente d'avoir l'adresse de ton blog Liegama, au fait moi aussi j'ai un blog de cuisine qui est malheureusement tout à fait sous-alimenté.... 

 

la prise de plaisir par l'alimentation peut en effet être très culpabilisée, surtout pour les "gros"

genre une mince dit qu'elle se régale avec un pain au chocolat, ça ne pose de prob à personne

mais si c'est une grosse qui le dit, ce sont des regards gênés....   ça j'ai vécu

 

c'est vraiment important que tu te déconditionnes de cette idée que le plaisir va te faire basculer dans la perte de contrôle, parce qu'en général c'est quand même plutôt l'inverse, le plaisir nous permet d'être mieux connecté à notre corps et ses besoins,    à condition de ne pas être en restriction, bien entendu

donc tout cela doit être des résidus des régimes et compagnie...

nath1810.
Abonné
J ai egalement un blocage sur la degustation mais en vous lisant ca me remotive, j ai des eme sur les kitkats et n oseas faire la degustation de peur de ne plus les aimer et de ne plus avoir rien a me mettre dans l estomac pour avoir cette effet de satisfaction et de satiete que je ressens en les mangeants. Demain je me fait une seance
marelle2002.
Abonné

Salut,

 

Tout comme toi, j'attendais cette étape avec une grande impatience pensant que c'était la clef de la méthode! t quelle déception!! Ce n'est pas que je m'aperçois que je n'aime pas le pain( ou autre chose d'ailleurs)....c'est tout simplement que je n'aime pas manger le pain de la sorte et en plus sans rien dessus, je mange toujours le pain avec un accompagnement, jamais le pain "tout seul".

Je ne mange pas vite et je prends toujours la peine d'apprécier ce que je mange (à part en cas de crise d'hyperphagie), mais je n'aime pas que l'on " m'impose" cette façon de manger...

Est ce qu'il y en a qui ont ressenti celà aussi au début et qui à force ont réussi à adhérer à la dégustation?

D'autant que ça dépend réellement de l'aliment.

Ce matin, j'ai testé le café...pas de surprise pour moi, je ne trouve pas ça super bon à la base, j'en bois le matin 2 ou 3 mais pas parce que j'aime ça! c'est devenu une habitude au fil des régimes...puisque à la base je buvais du chocolat au lait sucré..ensuite café au lait sucré...ensuite café au lait avec édulcorant...café avec lait en poudre et édulcorant....café avec édulcorant...pour arriver au café sans sucre....

Maintenant c'est devenu une habitude bien  installée mais je n'ai pas eu besoin de la dégustation pour me rendre compte que je n'aimais pas ça...je le sais c'est tout...

En même temps je me dis heureusement que j'ai cette habitude sinon avec cette méthode, le matin si l'on a pas faim on est pas censé prendre des boissons caloriques non plus...j'ai donc supprimé mon jus d'orange qui me manque tant d'ailleurs....car il est vrai que je me suis aperçue que finalement je n'avais pas besoin de petit déjeuner...en revanche il me faut tout de même un café ou 2...même si je n'aime pas ça...bizarre, non?

A+++

Käess.
Abonné

...ah la dégustation !

J'ai détaillé mon ressenti sur mon blog, je ne vais pas inonder ce fil de mes impressions. Moi ça m'a aidée a être plus nuancée : rien n'est extraordinaire ou banal. Tout est bon. Ou trop bon quand j'ai super faim. Ou quand ça fait longtemps que j'en ai pas mangé.  Ce que j'adorais m'a déçue, ce que je mangeais sans attention m'a étonnée. 

Ça m'a rendue plus lucide sur ce que croyais aimer. 

Et ça m'aide beaucoup à manger plus doucement ! 

Le côté pâteux ne tout m'a pas dérangée, j'avais faim ! Et puis on en rajoute un peu pour l'étape, je passerai pas toute ma vie à garder 10 secondes une bouchée avant d'avaler... 5 c'est déjà bien !

La théorie du jour ! Après tout cet apprentissage : déguster, jetter, manger que si besoin... C'est des étapes qui je crois, vont toutes dans le sens de prendre la nourriture pour ce qu'elle est. Un truc nécessaire et super bon, convivial, mais pas un ami, pas un réconfort absolu, pas un plaisir énorme et invariablement magique, pas un anti-stress, pas le moment de lâchage de la journée. Avant d'augmenter notre plaisir à manger... Pour manger et non pour noyer un truc.. on droit adandonner des illusions.. Je pense. " non, ce sushi ne fera pas de moi une personne plus comblée ". D'où cette frustration. Enfin, pour moi...

 

PS : oui je suis obsédée par les sushis :-) 

Alwena.
Abonné

Bien des réactions différentes, comme dans tous les différents protocoles, la dégustation est ma préférée pour l'instant!  Découvrir que l'on sent jusqu'aux additifs de par exemple un fromage blanc aux fruits qui n'a plus aucun intérêt, alors que le seul était le grand 0% dont il était affublé pour mieux vendre . Apprécier du bon pain de seigle que fait notre petit artisan jusqu'à en baver devant cette texture idéale une fois bien malaxée. Rouler bientôt des yeux devant la saveur la douceur du nougat tendre au miel de mon chocolatier pâtissier local, jusqu'à croquer tendrement les amandes entières ou en morceaux, quand tout le nougat a fondu! et les légumes nouveaux, tendres carottes vichy, chou vert pointu à l'anglaise avec un petit peu de beurre frais....

Alors revient l'obligation de choisir des choses de meilleure qualité, plus coûteuses mais on peut toujours être rassasiée de plus petites parts. wink

Bonne prochaine dégustation les filles!

fadinarde.
Abonné

Salut Marelle! 

Et pourquoi tu ne te l'offres pas quand-même, ce petit jus d'orange? Au pire tu ne mangeras pas de petit déj', ou pas de collation dans la matinée... Ou alors tu anticipes le soir, en essayant de manger un tout letit peu moins histoire d'avoir une mini faim au réveil pour ton bon jus d'orange.... Et arrêter de te remplir de café nature juste parce que cela n'a pas de calorie ;o)

Haut de page 
X