L'apprentissage de l'imperfection - 23042015

Flopie.
Marraine

Un petit post pour parler de l'imperfection ! (je ne suis pas sûre de la catégorisation de ce post).

Je m'interroge en effet sur mon besoin de perfection et ce dans tous les domaines : le travail, la vie de famille et bien sûr le besoin d'un corps parfait. A noter que je dis parfait mais ce qui est parfait pour moi ne l'est pas pour un ou une autre et inversement.

Je m'aperçois que je suis cherche toujours à faire les choses parfaitement entre guillements et cela me coûte.

Du temps et de l'énergie dans un premier temps; pour exemple je suis en train de rédiger des dossiers pour valider ma titularisation et je n'arrive pas à travailler autrement que dans l'optique de rendre un dossier parfait. Je n'en ai pas besoin (j'ai déjà un M2 et mes notes ne comptent pas à par pour mon orgueil personnel) mais je prends (beaucoup trop) de temps pour rendre ces dossiers et les rendre parfait à mon sens.

Cela me coûte aussi émotionnellement : je ne me trouve jamais assez bien (des fesses trop flasques, des yeux trop petits, etc) et parfois (souvent) ce corps imparfait m'attriste et me déclenche des EME.

Je sais qu'il y a dans la suite du programme un outil (je crois) qui consiste à effectuer une tâche imparfaite mais lors de mon premier passage (il s'agit de ma deuxième session LC) je n'avais pas bien réussi cet outil.

Et vous, êtes vous également dans cette problèmatique ? Avez-vous des astuces pour stopper ce besoin de perfection ? Et question subsidiaire : avez-vous réussi à comprendre pourquoi ce besoin de perfection (personnellement je cherche encore !) ?

Commentaires

izabelle
Animatrice forum

Ben tiens je viens justement de faire un petit lacher-prise  spécial  "imperfection"  et j'allais poster ça  dans  "mon lacher-prise du jour",  et je tombe sur ton post !

personnellement avec ce besoin de perfection, je relativise

j'essaie de garder ce truc là  pour les choses essentielles

en fait je lache la perfection pour l'essentiel

y'a des choses dont je veux qu'elles soient bien faites, alors j'accepte d'être comme ça

non je ne baclerai pas mes dossiers par exemple parce que c'est important

une seule fois j'ai un peu expédié un compte-rendu à l'oral et je m'en mords encore les doigts en fait, donc je ne referai pas

donc oui je peux parfois garder les gens une heure pour être sûre qu'ils ont bien compris et je fais de bons bilans

 

mais ensuite je lache prise sur l'accessoire : la précision totale des mots (pas mon domaine, je préfère mettre peu et expliquer à l'oral), la structure imparfaite et puis la longueur ou non.....  sur les détails, l'accessoire je lache prise et je me focalise sur l'essentiel, ce qui est vraiment important pour moi

en fait je pense que dans cet  "essentiel"  se cache une valeur, c'est à dire la qualité du travail que je peux produire dans mon travail

mais en lachant l'accessoire, je lache le reste, à savoir  "faire bien",  que les gens soient admiratifs ou quoi ou qu'est-ce

ça ce ne sont que des stratégies pour me rassurer sur moi-même, et ça c'est l'accessoire

 

voilà pour mon expérience

FRED73
Marraine
Je suis aussi la dedans et je sais pourquoi. Pour mes parents toit ce que je faisais pouvait toujours être mieux. Ils voulaient que je ne me contente pas de peu et que je fasse toujours mieux. Ils ne se rendaient pas compte qu'ainsi on n'est jamais satisfait de ce que l'on fait. Bien sûr on peut toujours faire mieux mais il est important de se satisfaire du bien et pas du parfait. Pour moi imparfait ne veut pas dire bâclé mais bien sans être parfait, acceptable en fait. Il y a dans le forum des fils sur le Perfectionnisme et il y avait une journée thérapie dédiée à ce trait de caractèr. Il y a je crois un bon résumé également dans le forum. De toute façon la perfection n'existe pas car on trouvera toujours un truc qui pourrait être encore mieux et on se prends la tête ensuite pour de petits détails que quelque fois nous sommes les seuls à voir. Et puis le côté très négatif de cette tendance et aussi que souvent cela engendre la procrastination puisque nous préférons ne rien faire plutôt que de faire imparfaitement les choses.
X